FLORIN WEBSITE © JULIA BOLTON HOLLOWAYAUREO ANELLO ASSOCIAZIONE, 1997-2017: MEDIEVAL: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, SWEET NEW STYLE: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, & GEOFFREY CHAUCER || VICTORIAN: WHITE SILENCE: FLORENCE'S 'ENGLISH' CEMETERY || ELIZABETH BARRETT BROWNING || WALTER SAVAGE LANDOR || FRANCES TROLLOPE || || HIRAM POWERS || ABOLITION OF SLAVERY || FLORENCE IN SEPIA  || CITY AND BOOK CONFERENCE PROCEEDINGS I, II, III, IV, V, VI, VII || MEDIATHECA 'FIORETTA MAZZEI' || EDITRICE AUREO ANELLO CATALOGUE || FLORIN WEBSITE || UMILTA WEBSITE || RINGOFGOLD WEBSITE || LINGUE/LANGUAGES: ITALIANO, ENGLISH || VITA
New: Dante vivo || White Silence

Li livres dou trésor de Brunetto Latini, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley: University of California Press, 1948. With thanks to Angus Graham for the electronic edition.


BRUNET LATIN

LI LIVRES DOU TRESOR

TROISIEME LIVRE


                                  



[Livre III, I, p. 317]

CI COMMENCE LI LIVRES DE BONE PARLEURE

PRÉS ce ke mestre Brunés Latins ot complie la seconde partie de son livre, en quoi il demoustre assés bonement quex hom doit estre en moralités et comment il doit vivre honestement et governer soi et sa mesnie et ses choses selonc la science d’etike et de iconomike, dont il fist mention la u il devisa les membres de philosophie; et k’il ot dit quel chose derront la loi et gaste la cité, il li fu avis que tot çou estoit une oevre copee s’il ne desist de la tierce science, c’est politike, ki ensegne coment on doit governer la cité. Car cités n’est autre chose ke unes gens assamblees por vivre a une loi et a .i. governeour. 2. Et Tuilles dist que la plus haute science de cité governer si est rectorique, c’est a dire la science du parler; car se parleure ne fust cités ne seroit, ne nus establissemens de justice ne de humaine compaignie. Et ja soit ce que parleure soit donee a tous homes, Catons dit que sapience est donee a poi. Et por ce di je que parleures sont donnees de .iiii. manieres: car li .i. sont garni de grant sens et de bone parleure, et c’est la flour dou monde li autre cont wit de bonne parleure et de sens et c’est la trés grant mesceance; et li autre sont wit de sens mais il sont trop bien parlant, et c’est trés grant periz; li autre sont plain de sens, mais il se taisent por la povreté de lor parleure et ce requiert aide. Et pour ceste diversité furent li sage en content de ceste science, s’ele est par nature ou s’ele est par art. 3. Et a la verité dire, devant ce que la tour Babel fust faite tout home avoient une meisme parleure naturelement, c’est ebreu; mais puis que la diversités des langues vint entre les homes, sor les autres en furent .iii. sacrees, ebrieu, grieu, latin. Et nous veons par nature que ciaus ki abitent en orient parolent en la gorge si comme li ebreu font; li autre ki sont ou milieu de la terre parolent ou palais si comme font li grezois; et cil ki abitent es parties d’occident parolent es dens si comme font les ytaliiens. 4. Et ja soit ce que ceste science ne soit en parleure seulement, mais en bien parler, neporquant Platons dit k’ele est par nature non pas par art, a ce ke l’on trueve mains bons parliers naturelement, sans nul ensegnement. Aristotles dist k’ele est art, mais mauvaise, [p. 318] por ce que por parleure estoient avenu as gens plus de mal que de bien. 5. Tulle s’accorde bien que la seule parleure est par nature; mais en la bonne parleure covient .iii. choses, nature, us, art, car us et art sont plain de grant ensegnement, et ensegnement n’est autre chose que sapience. 6. Et sapience est a comprendre les choses selonc ce qu’eles sont, pour ce est ele apelee amoieneresse des choses, car ele les porvoit toutes devant et lor met certaine fin et certaine mesure. Et la u sapience est jointe a parleure, ki dira k’il en puisse naistre se biens non ? 7. Tuilles dit que au comencement que li home vivoient a loi de bestes, sans propres maisons et sans cognoissance de Dieu, parmi les bois et parmi les repostailles champestres, si ke nus n’i regardoit mariage, nus ne connissoist peres ne fiz. Lors fu uns sages hom bien parlans, ki tant consilla les autres et tant lor moustra la grandour de l’ame et la dignité de la raison et de la discretion, qu’il les retraist de ces sauvegines, et les aombra a abiter en .i. lieu et a garder raison et justice. Et ensi por la bonne parleure ki en lui estoit acompaignie o sens fu cesti ausi comme .i. secons Dieus, ki estora le monde par l’ordene de l’umaine compaignie. 8. Et si nous raconte l’istoire que Amfions, ki fist la cité d’Athenes, i faisoit venir les pieres et le merien a la douçor de son chant, c’est a dire par ses bonnes paroles. Il retraist les homes des sauvages roches ou il abitoient, et les amena a la comune habitation de cele cité. 9. Et d’autre part s’acorde bien Tuilles a ce k’Aristotles dist de parleure, qu’ele est mauvaise art; mais ceste parleure sans sapience, quant uns hom a bone langue dehors et il n’a point de conseil dedens, sa parleure est fierement perilleuse a la cité et as amis. 10. Or est il dont prové que la science de rectorique n’est pas dou tout aquise par nature ou par us mais par ensegnement et par art, por quoi je di que chascuns doit estudiier son engien a savoir le. 11. Car Tuilles dist que li hom, ki en mout de choses est maindres et plus foibles des autres animaus, les devance tous de ce k’il puet parler; dont part il manifestement que celui aquiert trés noble chose qui de ce devancist les homes de quoi li hom sormonte as bestes. 12. Neporquant dist li proverbes que noureture passe nature; car selonc ce que nous trovons en la premiere et en la seconde partie de cest livre, l’ame de tous homes est bone naturelement, mais ele mue sa nature por la mauvaisté dou cors en quoi ele maint enclose, autresi com le vin ki enpire por la malvaistié du vaissel. Et quant li cors est de bone nature, il conorte s’ame et aide a sa bonté, et lors li valent ars et us. Car art li ensegne le commandement ki a ce covient, et us le fait prest et apert et esmolut a l’oevre. 13. Et pour ce vieut li mestres ramentevoir a son ami le riule et l’ensegnement de l’art de rectorique ki mout li aideront a [p. 319] la soutillece ki est en lui par sa bone nature. Mais tot avant dira il qui est rectorique et desous qui ele est, et puis de son office et de sa fin et de sa matire et de ses pars; car ki bien set ce, il entent mieus le compliement de cestui art.

[Livre III, II]

DE RECTORIKE

ECTORIQUE est une science ki nous ensegne bien plainement et parfitement dire es choses communes et es privees, et toute sa entention est a dire paroles en tel maniere que l’en face croire ses dis a ceaus ki les oient. 2. Et sachiés que rectorique est desoz la science de cité governer, selonc ce q’Aristotles dist en son livre, ki est translaté en romans ça en ariere, autresi com art de frains faire et de selles est sous l’art de chevalerie. 3. Li office de cestui art, selonc ce que Tuilles dist, est de parler penseement por faire croire ce qu’il dist. Entre l’office et la fin a tel difference que en l’office consire le parleurs çou ki covient a sa fin, c’est a dire k’il parolt en tel maniere qu’il soit creus; et en la fin consire il ce ki covient a son office, c’est a faire croire par sa parleure. 4. Raison coment: li office de fisicien est a faire cures et medecines penseement por saner, et sa fins est saner par ses medecines et briefment. L’office de rectorique est a parler penseement selonc les ensegnemens de l’art, et la fins est cele chose pour quoi il parole. 5. La matire de retorique est ce de quoi li parliers dist, ausi comme les maladies sont matires dou fisicien. Dont Gorgias dist que toutes choses de quoi covient dire sont matire de cestui art. 6. Ermagoras dist que ceste matire est es causes et es questions, et disoit que causes sont ce de qui li parleours sont en contens d’aucunes certaines gens ou d’autres choses certaines, et de ce ne disoit il mie mal; mais il disoit que questions est çou sour quoi li parleour sont en content sans nomer certaines gens en autre chose ki apartiegne as besoignes certaines, si comme est ore de la grandour dou soleil et de la fourme dou firmament, de ce disoit il trop mal, car teus choses ne covient pas a governeours de cités, ains sont des philosophes ki s’estudent en parfonde clergie. 7. Por ce sont il deceu, cil ki quident que raconter fables ou ancienes istores ou quanque on puet dire soient matire de rectorique. Mais çou que l’om dist de bouche [p. 320] ou que l’om mande par ses letres apenseement por faire croire, ou par contençon de loer ou de blasmer ou de conseil avoir sor aucune besoigne ou de choses qui requierent jugement, tout çou est de la maniere de rectorique. 8. Mais tout ce que l’on ne dist artificielement, c’est a dire par nobles paroles, griés et replaines de bonnes sentences, ou par aucunes choses davant dites, est hors de ceste science et loins de ses riules. Pour ce dist Aristotles que la matire de cestui art est sour .iii. choses seulement, c’est demoustrement, conseil, et jugement. 9. A ce meisme s’acorde bien Tulles, et dist que demoustrement est quant li parleours loënt et blasment home generaument ou partiement. Raison comment: je loe mout biauté de femmes dist li uns, et je les blasme dist li autres, et c’est dit generaument; més partiement dist li uns, Julles Cesar fu mout preus et mout vaillans, fet li autres, non fu, mais traitres et desloiaus; et ceste question n’a pas lieu se es choses passees et presentes non, car de ce ki est a venir ne puet nus estre blasmés ne prisiés. 10. Conseil est quant li parleour conseillent sour une chose ki est proposee devant aus generalment ou partiement, por mostrer liquel soit voir, ou non profitable, et quel non, en ceste maniere: dist li uns, proufitable chose est garder pais entre crestiens; non est, fet li autres. Mais partiement dist li uns, proufitable chose est la pais entre le roi de France et celui d’Engleterre; non est, fet li autres; et ceste questions n’a pas lieu se es choses futures non. Et quant chascuns a doné son conseil, on s’en tient a celui ki moustre plus ferme raison et plus creable. 11. Jugement est en acuser et en deffendre ou en demander ou en refuser, pour moustrer de l’ome ou d’autre chose generaument ou partiement k’ele soit juste u non. Raison coment: je di generaument, fet li uns, que tout larrons doivent estre pendus; fait li autres, non doivent pas. Ou dist li uns, cil ki governent bien la cité doivent avoir grant guerredon; fait li autres, non doivent. Mais partiement dist li uns, je di que on doit pendre Gouliam, pour ce qu’il est lerres atains; non est fet li autres. Ou je demant gueredon, por ce que jou ai fet le proufit dou commun; non as, fet li autres; ou respont par aventure que tu as deservi paine. Et ceste questions n’a pas lieu se des choses passees non, car nus ne doit estre dampnés ne guerredonés se par les choses passees non k’il a ja fetes. Mais de ce se taist ore li mestres, pour deviser les parties de rectorique.

[Livre III, III, p. 321]

DES .V. PARTIES DE RECTORIKE

N ceste science ce dist Tuilles sont .v. parties, ce sont truevement, ordre, parables, memores, et parleure. Boesces dist que ces .v. choses sont si de la substance du parler que se aucune i faut il n’est pas compli, tout autresi comme li fondemens et la parois et la coverture sont parties d’une maison, sans coi ele n’est pas enterine maisons. 2. Troevemens est uns apensemens de trover choses voires ou voirsamblables et a prover sa matire; c’est le fondement et la fermeté de toute ceste science que, tot avant que on die ou que on escrive mot, doit il trover ses raisons et ses argumens et prover ses dis por fere croire a ciaus a qui il parole. 3. Ordres est establir ses dis et ses argumens k’il a trovés chascun en son lieu, selonc ce k’il puisse mieus valoir; c’est a dire que tot avant doit il metre les bonnes raisons, et ou milieu les foibles, mais a la fin doit il metre les trés fors argumens, en quoi il plus se fie, et que son aversaire ne puisse contrester. 4. Parables est li atornemens de paroles et de sentences avenables a ce k’il a trové; car trover et penser poi vaudroient sans les paroles acordans a sa matire, car les paroles doivent servir a la matire, non pas la matere as paroles; car uns beaus mos et une bonne sentence et uns proverbes et une similitude, u uns essamples ki soit samblables a la matire conferme trestous tes dis et les fait biaus et creables. Pour ce doit li parliers, quant il traite de ost ou de fuerre, dire paroles de guerre ou de victore, et en dolour paroles de courouch, et en joie paroles de leece. 5. Memore est a sovenir soi fermement de ce k’il a pensé et mis en ordre, car tout seroit ausi comme noiens s’il ne s’en sovenist quant il est au parler venus; et si ne quide nus que ce soit la naturele memore, ki est une vertus de l’ame, ki se sovient de ce que nous aprendons par aucun sens dou cors, ains est memore artificiel que l’en aquiert par ensegnement des sages a retenir ce qu’il pense et ce k’il aprent. 6. Parleure est a dire ce k’il a trové et establi en sa pensee, et avenableté du cors et de la vois et des meurs, selonc la dignité des choses et des parables. Et a la verité dire quant li parliers vint a dire son conte, il doit mout consirer sa matire et son estre; car autrement doit il porter ses membres et sa chiere et son esgart en dolour que en leece, et autrement en guerre que en pais, et en .i. lieu autrement k’en l’autre. Por ce doit chascuns garder qu’il ne lieve ses mains ne ses oils ne son front en maniere qui soit blasmable: et sor [p. 322] ceste matire vaut la doctrine ki est ça ariere ou livre de visces et de vertus ou chapistre de garde.

[Livre III, IIII]

DE DEUS MANIERES DE PARLER, U DE BOUCHE U PAR LETRES

R dist li mestres que la science de rectorique est en .ii. manieres, une ki est en disant de bouche et une autre que l’om mande par letres; mais li enseignement sont commun, car il ne puet chaloir que l’on die un conte ou que on le mande par letres. Mais l’une et l’autre maniere puet estre diversement, c’est par content et sans content. Et ce ki est dit ou escrit sans content n’apertient pas a rectorique, selonc ce k’Aristotles et Tuilles dient apertement; mais Gorgias dist que tout ce ke li parleour dient apertient a rectorique. Boesces meismes s’acorde bien a çou que quanq’a dire covient puet estre matire du diteour. 2. Et ki bien wet consirer la soutillece de cestui art, il covenra que la premiere sentence soit de grignour pesantour car kiconques dit de bouche u envoie letres a aucun home, ou il le fet por movoir le corage celui a croire et a voloir ce qu’il dist, ou non. Et s’il ne le fait mie pour ce, je di sans faille que ces dis n’apartienent as ensegnemens de rectorique, ains est la commune parleure des homes ki sont sans art et sans mestrie, et ce soit loins de nous et remaigne a la nicheté des femes et du menu peuple, car il n’ont que faire des citaines choses. 3. Mais s’il le fait artificielment por movoir le cuer a celui a qui il parole ou mande par ses letres il covient que ce soit en proiant et en demandant ancune chose, ou par conseil ou par manaces ou par conort ou par commander ou par amonester ou par autres choses samblables. Et il set bien que celui, a qui il envoie ses letres, a ses deffenses contre ce que il li mande; et por ce li sages ditieres conferme ses letres par beles et par bones raisons et par fors argomens ki aident a ce k’il voet, autresi comme s’il fust a la contention devant lui. Et celes letres apertienent a rectorique, autresi comme la chançons dont li uns amans parole a l’autre autresi com s’il fust devant lui a la contençon. 4. Et por ce poons nous entendre que contençons puet estre en .ii. manieres, ou en apert quant on se deffent de bouche a autre ou par letres, ou non en apert quant li uns mande letres garnies de bons argumens contre la deffense qu’il quide ke li autres ait. Et tous contens sont apertenant a rectorique, meismement se c’est des choses citaines et des [p. 323] besoignes as princes de la terre et des autres gens; non mie des fables et des movemens de la mer, ne dou compas de la terre, ne dou cours des estoiles, car de teus contens ne s’entremet pas ceste science.

[Livre III, V]

DES CONTENS KI NAISSENT DES PAROLES ESCRITES

AR ce pert il tot clerement que tous contens ou il sont par paroles escrites ou parole que l’om dit sans escripture nule, selonc ce que Tuilles dist en son livre. Et celui ki est par paroles escriptes si puet estre en .v. manieres; car aucunefois la parole ne s’acorde pas a la sentence de celui qui l’escrit, et aucunefois est que .ii. paroles ou .ii. lois ou plusours se descordent entr’eles meismes, et aucunefois samble que ce ki est escrit segnefie .ii. choses ou plusours, et aucunefois avient que de ce ki est escrit retrait on sens et example que on doit faire en une autre chose qui n’estoit pas escrite, et aucune fois est li contens sor la force d’une parole escrite por savoir qu’ele doit segnefiier.

[Livre III, VI]

COMMENT TOUS CONTENS NAISSENT PAR .IIII. RAISONS

’AUTRE part nous ensegne Tuilles que tout contens, ou sont de bouche ou sont d’escripture, naissent dou fait ou dou non de celui fait ou de sa qualité ou de sa remuance; car se l’une de ces .iiii. ne fust, ne poroit donc naistre li contens. Raison coment: je dirai que tu as aucune chose faite, et si metrai sus aucune ensegne pour demoustrer que tu l’as fait, en ceste maniere, tu oceis Jehan, car je te vi oster le coutel sanglant de son cors; mais tu le nies et di ke tu ne l’as pas ocis. Et ensi naist li contens dou fait entre moi et toi, ki mout est fors et griés a prover, pour ce que chascuns a autresi fort argoment li uns que li autres. 2. Li contens ki naist dou non est quant ambedeus les parties reconnoissent le fait, mais il sont en discorde de son non en ceste maniere. Je di que cis hom ci a fet sacrilege por ce k’il embla .i. cheval dedens le mostier; ce n’est pas sacrileges, fait li autres, mais larrecin; et ensi naist li contens par le non dou fait. Et sor ce covient il consirer que monte l’un nom et quoi l’autre; car sacrileges est [p. 324] embler chose sacree d’un lieu sacré, mais tot autre maniere d’embler est larrecin. En ce content reconnoist home le fet, mais il sont en discorde dou non de celui fet solement. 3. Li contens ki naist de la qualité est quant on reconnoist le fait et le non, mais il se descorde de la maniere de celui fet, c’est de la force ou de la quantité ou dela comparison. Raison coment: je di que c’est uns crueus meffais ou que cist est plus cruel que cist autres, ou ke c’est bien fet selonc droit et selonc raison, et li autres dist que non est. Et quant Catelline disoit que Tulles n’avoit mie tant valu au commun de Rome comme il avoit: et quant .i. signatour disoit, mieus vaut a destruire Cartage que laissier la; et quant Julle Cesar disoit, je chace Pompee justement; je di que tous ces contens naissent de la qualité dou fait, non pas dou fait ne de son non. 4. Li contens ki naist de la remuance est quant li uns commence une question et li autres dist qu’ele doit estre remué, ou pour çou k’ele n’apertient pas a celui ki l’esmuet, u pour çou k’il ne l’esmuet contre celui qu’il doit, u non, cf8 devant ceaus qui i doivent estre, ou non, en celui tans k’il covient, u non, de cele loi u de celui pechié ou de cele paine k’il deust.

[Livre III, VII]

DU CONTENT KI NAIST DE LA QUALITÉ DU FET

I contens ki naist de la qualité dou fait, coment k’il soit, Tuilles dist k’il est devisee en .ii. parties, l’une partie est de droit ki consire des choses presentes et des futures, selonc les us et les drois dou païs. Et a çou prover travaillent mout li parleour pour la comparison k’il lor estuet a fere des samblables choses ou des contraires. 2. L’autre est de loi ki consire seulement des choses alees selonc loi escrite, et en ce soufist assés a dire ce ki est escrit en la loi; et selonc ce sont les choses jugies, se eles sont justement faites et selonc justice, et d’un home s’il est dignes de paine u de merite. 3. Et ceste meisme ki est de loi est double: une clere, ki por sa clarté moustre maintenant se cele chose est bone u male, ou de raison u de tort; et une autre enprompteresse, ki par soi n’a nule deffense ferme s’ele ne l’enprompte dehors. Et ses enpruns sont en .iiii. manieres, ou par recognoissance ou par removance ou par vengance ou par recomparison. 4. Recognoissance est quant on ne nie ne ne deffent pas le fait, mais il demande que l’en li pardoinst; et ce puet estre en .ii. [p. 325] manieres, une sans coupe et autre par proiere. 5. Sans coupe est quant il dist k’il ne le fist pas a escient, mais ce fu par non savoir u par necessité ou par autre enpeechement. Par priere est quant on prie que on li pardoinst ses meffés, et ce n’avient pas sovent. 6. Removance est quant li hom se vieut oster dou meffet qu’il ne le fist pas, et k’il n’i ot nule coupe, ains le met sor .i. autre et ensi s’efforce de removoir le fait et la coupe de soi a .i. autre; et ce puet il faire en .ii. manieres, ou metant sor l’autre l’achoison et la coupe, ou metant le fait. 7. Et certes l’achoison et la coupe met il sor l’autre quant il dist que ce ki est avenu vint par la force et par la signorie que cil autres avoit sor li, ki se deffent. Le fait puet il metre sor .i. autre quant il dist de soi k’il ne le fist pas, ne ne fu fait par sa coupe, ne por achoison de lui, mais il moustre que cil autres le fist, pour ce k’il le pooit et le devoit fere. 8. Vengance est quant li hom reconnoist bien qu’il fist ce que l’en dist de lui, mais il moustre que c’est fet raisnablement et por vengance, pour ce que devant ce eut il receu le por quoi. 9. Comparison est quant on reconnoist k’il fist çou que l’om li met sus, més il moustre que ce fist il por acomplir une autre chose honeste et proufitable, que autrement ne pooit estre menee a bone fin.

[Livre III, VIII]

DES CHOSES QU’ON DOIT CONSIRER EN SA MATIRE

NCORE nous ensegne Tulles que nous regardons nostre matire sor quoi nous devons parler et escrire letres, s’ele est toute simple d’une chose seulement, ou s’ele est de plusours. Et aprés çou que nous avons bien consiré diligemment la naissance dou content et tot son estre et ses manieres, encore nos couvient savoir coi et coment est la question et la tençon et le jugement et le confermement dou content.

[Livre III, VIIII, p. 326]

KE EST CONTENS ET COMMENT DOIST ESTRE ESTABLIS PAR PARTIES

AR ces ensegnemens que li mestres devise ça en arieres devons nous entendre que contens n’est autre chose que la descorde ki est entre .ii. parties ou entre .ii. ditteors, tant que li uns dit qu’il a droit et li autres dit que non a. Et quant il sont a ce venus, des lors covient il veoir s’il a droit u non, et c’est la question sor le content. Mais por ce ke poi vaut a dire k’il a droit s’il ne moustre raison pour quoi, li covient k’il die maintenant cele propre raison por quoi il quide avoir droit en sa question, car s’il ne le desist sa deffense seroit frivole. 2. Et quant il a dit la raison por quoi il fist ce, ses aversaires dist ses autres argumens pour afoibloier la raison que li autres li moustre, por apeticier sa deffense, et lors naist le jugement sor les dis de l’un et de l’autre, por jugier se cil a droit pour la raison k’il moustre. Et quant il sont jusques la venut, maintenant met il son confermement, c’est a dire les trés bones raisons et les trés fors argumens ki plus valent au jugement. En ceste maniere establissent li sage lor letres, pour moustrer lor droit et por affermer lor raison. 3. Et sachiés que toutes manieres de contens, tant comme il i a de descordes et des chapistres tensonables, autretant il covient avoir de questions et de raisons et de jugement et de confermement. Sauve ce que quant li contens naist dou fet, que l’en ne reconnoist pas, certes li jugemens sor la raison ne puet pas nestre, por ce que cil ki nie n’ensegne pas nule raison de sa negation. 4. Et lors est le jugement sour la question solement, c’est a dire s’il fist ce ou non; et si ne doit nus folement quidier que ces ensegnemens soient baillié solement par le content ki sont en plet et en court, ains sont en tous les dis que hom dist en consillant ou proiant ou en message ou en autre maniere. 5. Neis es letres que l’om envoie as autres observe il cest ordre meismes, car tot avant demande il ce qu’il wet, et c’est autresi comme question, car il est en doute que li autres se deffende par aucune raison contre sa requeste; et por ce joint il maintenant la raison por quoi li autres doit faire ce k’il li requiert et pour quoi li autres ne puisse afoibloier cele raison, met il encore les trés fors argumens de quoi il se fie mieus. 6. Et a la fin de sa letre met il la conclusion, la ou il li mande que s’il fet ce k’il li requiert que ce et ce en sera, et c’est en lieu de jugement et de confermement. 7. Mais de ces devisemens des contens se taist ore li contes, por dire des autres parties de bone parleure ki sont besoignables en conte; car a la verité dire on ne doit consirer devant solement ce qu’il doit au devant conter; mais il estuet a establir des premieres [p. 327] paroles les derrenieres s’il vieut que si dit soient bien acordant a sa matire.

[Livre III, X]

DE .II. MANIERES DE PARLER, OU EN PROSE OU EN RISME

A grant partison de tous parliers est en .ii. manieres, une ki est en prose et .i. autre ki est en risme. Mais li ensegnement de rectorique sont commun d’ambes .ii., sauve ce que la voie de prose est large et pleniere, si comme est ore la commune parleure des gens, mais li sentiers de risme est plus estrois et plus fors, si comme celui ki est clos et fermés de murs et de palis, c’est a dire de pois et de nombre et de mesure certaine de quoi on ne puet ne ne doit trespasser. 2. Car ki bien voudra rimoier, il li covient a conter toutes les sillabes de ses dis, en tel maniere que li vier soient acordables en nombre et que li uns n’en ait plus que li autres. Aprés li covient il amesurer les .ii. derraines sillabes de ses dis en tel maniere ke toutes les letres de la derraine sillabe soient samblables, et au mains la vocal de la sillabe qui va devant la derraine. Aprés ce li covient il contrepeser l’accent et la vois, si ke ses rimes s’entracordent en lor accens. Car ja soit ce que tu acordes les letres et les sillabes, certes la risme n’ert ja droite se l’accent se descorde. 3. Mais comment que ta parleure soit, ou par rime ou par prose, esgarde que ti dit ne soient maigre ne sech, mais soient replain de jus et de sanc, c’est a dire de sens et de sentence. Garde que ti mot ne soient nices, ains soient grief et de grant pesantour, mais non mie de trop grant, ki les fesist atrebuchier. Garde qu’il n’aportent laidures nules, mais la bele coulour soit dedens ou dehors, et la science de rectorique soit en toi peinturiere, ki mete la coulour en risme et en prose. Mais garde toi de trop poindre, car aucunefois est couleur a eschiver couleur.

[Livre III, XI]

CI DEFINE DE TRUEVEMENT ET COMMENCE A DEVISER DE L’ORDRE

N ceste partie ki est passee a devisé li mestres le fondement et la nature de cestui art, et coment on doit establir sa matire par ordres et par parties. Més por mieus esclarcir çou k’il en a dit, [p. 328] dira il en ceste partie les riules ki apertienent a l’ordre de cestui art; car il ne vieut pas faire si comme Ciclicus fist, de qui parole Orasces: il ne vieut torner la lumiere en fumee, car tot ce k’il dist par riules mousterra aprés par essamples. 2. Et vous avés bien ou ça arieres entor le commencement de cest livre, que aprés ce que on a trové et pensé en son cuer ce c’on doit dire, lors maintenant doit il establir ses dis par ordre, c’est a dire k’il die cascune chose en son lieu. Mais cis ordres est en .ii. manieres, une ki est naturel et .i. autre ki est artificiel. 3. Li ordre ki est apelee naturel s’en va droite voie par mi le grant chemin, k’il n’en ist ne d’une part ne d’autre, c’est a reconter et a dire les choses selonc ce qu’eles furent dé le commencement jusc’a la fin, ce devant devant, et ce du milieu u milieu de son conte, et a la fin ce qui fu derieres. Et ceste maniere de parler est sans grant mestrie d’art, et por ce ne s’en entremet cis livres. 4. Li ordres artificiel ne se tient pas au grant chemin, ains s’en va par sentier et par adrecemens ki l’aimainent plus delivrement la u il vieut aler. Il ne dist pas chascune chose selonc ce qu’ele fu, mais il remue ce devant deriere ou el milieu de son dit, non pas desavenablement mais tot sagement, por affermer sa entention. Et pour ce remue li parliers sovent son prologue et sa conclusion et les autres parties de son conte; et les met non pas en son naturel lieu, mais en autre ki plus vaut, por ce que les plus fermes choses doivent tozjours estre mises au commencement, et a la fin, et les plus foibles en milieu. 5. Et quant tu vieus respondre a ton adversaire, tu dois commencier ton conte a sa derraine raison, en quoi il se confie plus par aventure. Neis cil ki wet raconter une istore vielle et usee, il est bon de rebourser son droit cours et varier son droit ordre, en tel maniere qu’ele samble toute novele. Ce meisme vaut molt en sermoner et en toutes causes, car l’om doit tousjors garder a la fin ce ki plus plaise et ki plus esmueve les corages as oïans. 6. Et cis ordres artificiels est devisé en .viii. manieres. La premiere est a dire au commencement ce ki avoit esté a la fin. La seconde si est a commencier a ce ki fu ou milieu. La tierce est a fonder tot son conte sor .i. proverbe, selonc ce ke segnefie le commencement de celui proverbe. La quarte est a fonder le selonc ce que segnefie le mi dou proverbe. La quinte est a fonder le selonc la fin dou proverbe. La siste est a fonder tot son conte sor .i. essample, selonc ce ki est segnefiet par le commencement de l’essample. La septime est a commencier le selonc la segnefiance dou mi de l’example. La .viii. est a fonder tot son conte sor la segnefiance de la fin de l’essample. 7. Raison comment: a la fin de la chose commence cil ki dist, ja soit ce que li solaus couchans nous laisse la noire nuit, totefois [p. 329] revient il au matin plus luisans; et cil ki dit, Abrahans quant il voloit ocire son fil por rendre a Dieu son sacrefice, li angeles li moustra .i. monton a sacrefiier. Ce meisme fist Virgiles quant il voloit raconter l’istore de Troie, car il commença son livre a Eneas quant il s’enfui de la destruction de Troie. 8. Et au milieu de la chose commence cil: Abraham laissa son serf avec l’asne au pié du tertre, car il ne voloit pas k’il seust sa covine. 9. A la segnefiance dou commencement dou proverbe commence cil ki dist ensi, mout desert grant merite cil ki de bone foi sert volentiers et hastivement, si comme fist Abraham, ke lorsque Dieus li commanda a ocire son fil, maintenant ala por acomplir son commandement. 10. A la segnefiance dou mi dou proverbe commence cil ki dist ensi, sers ne doit pas savoir le secré de son signor, por ce laissa Abraham son serf quant il monta a son sacrefice. 11. Selonc la fin dou proverbe commence cil ki dist ensi, il n’est pas digne chose que enterine fois perde ses merites; por ce garanti Nostre Sires a Abraham son fil, ki ja estoit mis sor l’autel dou sacrefisse. 12. Selonc ce ki est segnefiiet par le commencement d’un essample commence cil ki dit ensi, bons arbres engendre bon fruit, por çou volt Dieus que li fiz Abraham fust mis sor son autel, et k’il n’i morust. 13. A la segnefiance dou mi de l’essample commence cil ki dist ensi, hom doit oster d’entre le forment toutes males semences, en tel maniere que li pains ne soit amers; por ce laissa Abraham son serf, k’il n’enpechast son sacrefisce. 14. A la segnefiance de la fin de l’essample commence cil ki dist ensi, si comme li solaus ne pert sa clarté par la nuit, tot autresi li fiz Abraham ne perdi la vie au sacrefisse son pere, ains revint biaus et clers comme soleil levant. 15. Or avés oii diligemment comment li parliers puet dire son conte selonc ordre naturel, et comment il le puet dire en .viii. manieres selonc l’ordre artificiel. Et sachiés que proverbes et examples ki sont avenables et acordans a la matire sont trop bons; mais k’il ne soient trop sovent, car lors seroient il gravables et souspecenous.

[Livre III, XII]

DES .IIII. CHOSES QUE LI PARLEORS DOIT CONSIRER EN SA MATIRE DEVANT K’IL DIE U K’IL ESCRISE SON CONTE

PRÉS ce covient que tu regardes en ta matire .iiii. choses se tu vieus estre bons parliers ou diter sagement une letre. La premiere est que se la matire est longue et oscure, tu le dois apeticier [p. 330] a moz briés et entendables. La seconde est que se la matire est briés et oscure, tu le dois auques acroistre et ovrir tout belement. La tierce est que la u la matire est longue et overte, tu le dois abrevier et enforcier et covrir de bons dis. La quarte est que quant la matire est briés et legiere, tu le dois eslongier briefment et aorner avenablement. 2. En ceste maniere dois tu consirer en toi meismes et connoistre se la matire est longue ou briés ou s’ele est legiere et oscure a entendre, si ke tu puisses governer chascun selonc la loi. Car matire est samblable a la cire, ki se laisse mener et apeticier et croistre a la volenté du mestre.

[Livre III, XIII]

COMMENT ON PUET ACROISTRE SON CONTE EN .VIII. MANIERES

T se ta matire doit estre escreue par paroles, je di que tu le pués acroistre en .viii. manieres, ki sont apelees coulour de rectorique. Dont la premiere est apelée aornemens; que tout çou que on poroit dire en .iii. mos ou en .iiii. ou a mout poi de paroles, il l’acroist par autres paroles plus longues et plus avenans ki dient ce meismes. Raison comment: Jhesucris nasqui de la Virgene Marie; mais li parleour ki ce wet adorner dira ensi, li Beneois Fiz Dieu prist char en la Glorieuse Virgene Marie, ki autant vaut a dire comme ce poi devant. Ou se je disoie, Julles Cesar fu empereres de tot le monde; li parleour ki ce dit voudra acroistre dira ensi, li sens et la vaillance dou bon Julle Cesar sousmist tot le monde en sa subjection, et fu empereres et sires de la terre. 2. La seconde est apelee tourn; car la ou ta matire est tote briés, tu changeras les propres mos et remueras les nons des choses et des persones en plusors paroles tot belement environ le fait, et feras point a tes dis, et reposeras ton esperit tant que tu esloignes ton conte et de tens et de paroles. 3. Et cil torn puet estre en .ii. manieres, ou k’il dist la verité tot clerement, raison coment: tu vieus dire, il ajourne, di donc, ja commence li solaus a espandre ses rais parmi la terre; ou k’il eschive la verité par son tourn, ki autant vaut selonc ce que li Apostles dist, il ont remué, fist il, les us de nature en cel usage ki est contre nature. Por ce tourn eschiva li Apostres .i. lait mot k’il voloit dire, et dit ce ki otant valut. 4. La tierce coulour por acroistre tes dis est apelee comparison, et c’est la plus bele croissance et avenable que parleur facent. Mais ele est devisee en .ii. manieres, car ou ele est coverte ou ele est descoverte. 5. Et cele ki est descoverte se fait connoistre par .iii. mos ki segnefient comparison, ce sont plus, mains, et autant. Raison coment: por ce mot plus, dist on ensinc, cist est plus fors de lyon; por [p. 331] ce mot mains, dit on ensinc, cist hom est mains courouçables que palombe; par ce mot autant, dist on ensinc, cist est autretant couars comme lievres. 6. La seconde maniere, ki est coverte, ne se fait pas connoistre a ses signes; ele ne vient pas en son abit, ains moustre une autre samblance dehors ki est si comme jointe a la verité dedens comme s’ele fust de la matire meismes. Raison comment: d’un home perreceus je dirai, c’est une tortue, et d’un isnel je dirai, c’est uns vens; et sachiés que ceste maniere de parler est mout bele et mout bonne et cortoise et de bone sentence, et mout le puet on trover es dis de sages homes. 7. La quarte couleur est apelee clamour, pour ce que l’on parole ensi comme en criant ou plaignant de courous, ou par desdaing, ou par autre chose samblable. Raison comment: Ha Nature, Nature, por quoi faisoies tu le joene roi si replain de tous bons abis quant tu l’en devoies si tost oster. Ha male mort, car fussiés vos morte quant vous en avés porté la flour dou monde. 8. La quinte coulour est apelee fainture, pour ce que l’om faint une chose ki n’a pooir de parler ne nature n’en a, autresi comme s’ele parlast; si come nous poons oïr tousjours des gens qui dient ou de bestes ou d’autre chose en samblance qu’ele eust parlé et dit ancune chose. Et c’est si entendable que li mestres ne s’entremet de mostrer aucun example de ce. 9. La sisime colour est apelee trespas, por ce que quant li parliers a encommenciet son conte, il s’en desoivre .i. petitet et trespasse a une autre chose ki est resamblable a sa matire, et lors est il bons et profitables, mais se li trespas n’est bien dou tout acordans a la matire, certes il sera mauvais et desprisables. Pour ce fist bien Julle Cesar quant il volt deffendre les conjurés, il fist son trespas au pardon que li ancien avoient fais a ceus de Rodes et de Cartages. Autresi fist Catons quant il les volt jugier a mort, il ramentut Maliun Torcatum coment il juga son fis a la mort. Autresi trespasse on sovent a la fin u au milieu de sa matire, por renoveler ce ki sambloit estre vieus ou par autre bonne raison. 10. La septime coulor est apelee demoustrance, pour ce que li parleours demoustre et dist ses proprietés et les ensegne d’une chose ou d’un home, par ochoison de prover aucune chose ki apertient a sa matire; si comme l’escripture dist, il avoit, fist il, en la tere Hus .i. home ki avoit a non Job, simple, droiturier, juste, et ki cremoit Dieu. 11. Autresi fist Tristans quant il devisa la biauté dame Yseude. Ses cheviaus, fist il, resplendissent plus que fil d’or, son front sormonte la flour de list, ses noirs sourcis sont ploié comme petis arconciaus, et une petite voie de let les desoivre parmi la ligne du nés et si par mesure k’il n’i a ne plus ne moins; ses oils ki sormontent toutes esmeraudes reluisent en son front comme .ii. estoiles; [p. 332] sa face ensiut la biauté dou matinet, car ele est de vermeil et de blanc mellés ensamble en tel maniere que l’une colour et l’autre ne resplendissent malement; la bouche petite et les levres auques espessetes et ardans de bele coulour, et les dens plus clers que perles, ki sont establi par ordre et par mesure; mais ne pantere ne espisse nule ne se puet comparer a la trés douce alaine de sa bouche. Li mentons est assés plus polis que nul marbre, lait done colour a son col, et cristal resplendissant a sa gorge. De ses droites espaules descendent .ii. bras grailles et lons, as blanches mains ou la chars est tenre et mole; les dois grans, tenues et roons, sor quoi se reluist la beauté des ongles. Son trés beau pis est adornés de .ii. pomes de paradis, ki sont autresi comme une masse de noif; et est si grelle en sa chainture que on la poroit porprendre de ses mains. Mais je me tairai des autres parties dedéns, desquex li corages parole mieus que la langue. 12. La octime colour est apelee adoublement, pour ce que li parliers adoble son conte et le dist .ii. fois ensamble. Et c’est en .ii. manieres, une ki dist de sa matire et maintenant le redist par le contraire de son dit. Raison coment: je voeil dire d’un home k’il est joenes, mais je adoublerai mes dis en tel maniere: cis hom est joenes et non pas vieus, ou ceste chose est douce et non pas amere. L’autre maniere dist de sa matire et maintenant redist autres paroles ki ostent le contraire de ce k’il avoit dit, en ceste maniere: voirs est que cis hom si est joenes mais il n’est pas fols, et ja soit il nobles il n’est par orgullous, et il est larges mais non pas gasteres. 13. Or avés oii comment on puet acroistre ses dis, et sa matere alongnier, car a poi de semence croist grans blés et de petites fontaines naist grans flueves; por ce est il drois et raisons que li mestres ensegne a abregier son conte quant il est trop grans et trop lons; et de ce mousterra il avant la u il dira du fet. Mais ci se taist li mestres des ensegnemens de la grant parleure por deviser ciaus de la petite parleure, c’est a dire d’un conte u d’une epistle ke tu vieus faire sor aucune matire ki vient; car li mestres apele parleure le general non de tous dis, mais contes est uns seus dis u une soule letre u une autre chose que l’en conte sor sa matire.

[Livre III, XIIII, p. 333]

DES BRANCHES DU CONTE ET COMMENT LI PARLEOUR DOIT ESTABLIR SES DIS PAR ORDRE

ES parties dou conte, selonc ce que Tulles nous ensegne, sont .vi., le prologue, le fait, le devisement, le confermement, le deffermement, et la conclusion. Mais li ditteour ki ditent letres et epistles par maistrie de rectorique dient que une letre n’a que .v. parties, c’est la saluence, le prologue, le fait, la demande, et la conclusion. 2. Et se aucuns demandoit pour quoi il i a descorde entre Tuille et les ditteours, puisque chascuns ensiut l’ensegnement de rectorique, je li diroie que la descorde est par samblance, non pas sor la verité. Car la u li ditteour dient que la saluence est la premiere branche de la letre et du message, Tuilles entendi et volt que la saluence soit sous le prologhe; car tot ce que l’on dist devant le fait, autresi comme por apareillier sa matire, est apelé prologue; mais li ditteor dient que la saluence est li huis et l’entree dou conte et oils et lumière de lui, et por ce li donent il l’onor de la premiere partie des epistles et des messages, car envoier letres et envoier messages tot cort par une voie. 3. D’autre part cele partie ke Tuilles apele devisement, li ditteour le comprent sor le fait; et ce que Tulles apele confermement et deffermement, li ditteour le comprendent sous le demande. Et por mieus entendre les nons des uns et des autres et por conoistre l’entention de Tulle et des autres diteors vieut li mestres esclarcir maintenant la senefiance de chascune partie et de son non.

[Livre III, XV]

DES .VI. BRANCHES DOU CONTE EN PARLANT DE BOUCHE

ROLOGUES est le commencement et la premiere partie dou conte ki adrece et apareille l’oïe et le corage de ciaus a qui tu paroles a entendre ce que tu diras. 2. Le fait est a conter les choses ki furent u ne furent autresi comme s’eles fuissent. Et ce est quant li hom dist ce sor quoi il a fermé son conte. 3. Devisemens est lors quant on conte le fait et maintenant commence a deviser les parties, et dist, ce fu en tel maniere et ce en cele autre, et aquieut celes parties ki soient plus porfitables a lui et plus contraires a ses [p. 334] adversaires, et les afiche au plus k’il puet au cuer de celui a qui il parole. Et lors samble qu’il si ait conté le fait, et c’est l’achoison por quoi li diteour content le devisement sor le fait. 4. Confermement est la u li parleour moustrent lor raisons, et assigne tous les argumens k’il puet a prover a sa entention et acroistre foi et creance a ses dis. 5. Deffermemens est quant li parleours moustre sa bone raison et ses fors argomens. ki afoibloient et apeticent et destruient le confermement son adversaire. 6. Conclusion est la derraine partie et la confirmations dou conte. Ce sont les .vi. parties dou conte, selonc la sentence de Tuille. Or fait il bien a dire les parties que li diteour dient et premierement des salus.

[Livre III, XVI]

DES .V. PARTIES DES LETRES ESCRITES QUE L’EN ENVOIE AS GENS LES UNS AS AUTRES

ALUS est le commencement de la letre, ki nome ciaus ki mandent et ciaus ki reçoivent les letres, et la dignité de chascun, et la volenté de coer ke cil ki envoie a contre celui ki reçoit, ce est a dire que s’il est ses amis, il li mande salus et autres dous mos ki autant valent et plus; et se c’est anemis il se taist ou il li mande aucun autre mot covert ou descovert de mal; et s’il est graindres, il li mande paroles de reverence; autresi doit on mander as pers et as menours ce ki avenable est a chascun en tel maniere qu’il n’i ait visces dou plus ne defautes du mains. Et sachiés que le non de celui ki est graindres et en plus haute dignité doit tozjours estre devant, se ce n’est ou par cortoisie u par humilité ou par autre chose samblable. 2. Du prologue et du fait et de lor force a dit li mestres ci devant la segnefiance, et por ce n’en dira il ore plus ke dit en a, car li dicteour s’en acordent bien a la sentence de Tuille. 3. Mais de la demande dist li mestres k’ele est cele partie en quoi la letre ou li messages demande le fait de ce k’il wet, en priant ou en commandant ou menachant ou consillant ou en autre maniere de chose a quoi il bee atrere le cuer de celui a qui il a envoié. Et quant li ditteours a finee se demande et moustré ses confermemens et deffermemens, il fet la conclusion, c’est la fin de ses dis; en quoi il conclust la somme de son conte, comment il est et comment il en puet avenir.

[Livre III, XVII, p. 335]

DES ENSEGNEMENS DE TOZ PROLOGUES SELONC LES DIVERSITÉS DES MATIERES

T pour ce que li prologues est sires et princes de tot le conte, selonc ce que Tuilles prueve en son livre, est il bien covenable que sour ce doinst li mestres son ensegnement. De qui Tuilles dit ke prologues est uns dis ki aquiert veraiement le corage de celui a qui tu paroles a oïr ce que tu diras. Et ce puet estre en .iii. manieres, ou en aquerant sa bienweillance, ou por li doner volenté d’oïr, ou volenté de savoir tes dis. 2. Por quoi je di que quant tu vieus bien faire ton prologue, il te covient tot avant consirer ta matire et connoistre la nature dou fait et sa maniere. Fai donc a l’essample de celui ki vieut maisoner, car il ne cort pas a l’oevre hastivement, ains le mesure tot avant a la ligne de son cuer, et comprent en sa memore trestot l’ordre et la figure de la maison. 3. Et tu gardes que ta langue ne soit courans a parler, ne la mains a l’escrire, ne comence pas l’un ne l’autre a cours de fortune. Mais ton sens tiegne en sa main l’office de chascune, en tel maniere que la matire soit longuement a la balance de ton cuer. Et dedens lui pregne l’ordre de sa voie et de sa fin, car a ce que les besoignes du siecle sont diverses, te covient a parler diversement, et a chacune selonc sa matire4. Tuilles dist que tout dit sont de .v. manieres, ou il est honestes u contraires, ou vil ou douteus, ou il est oscur; et pour ce pense que tu dois autrement comencier et ensivre ton conte en l’un k’en l’autre. 5. Et sachiés que honestes est ce ke maintenant plest a ciaus ki l’entendent, sans ton prologue et sans nul aornement de paroles. 6. Contraire est ce que maintenant desplest par sa malice. 7. Vilh est ce a quoi cil ki doit oïr n’entent gaires, por la vilté et por la petitece de la chose. 8. Douteus est en .ii. manieres, ou pour çou que l’on doute de sa sentence ou pour çou k’il est d’une part honeste et d’autre part deshoneste, en tel maniere k’il engendre bienweillance et haine. 9. Oscur est çou que cil ki le doit oïr ne puet entendre legierement, ou por ce k’il n’est bien sages ou k’il est travilliés, ou por çou que tes dis sont si oscur et couvert ou envelopés, k’il ne les puet bien conoistre.

[Livre III, XVIII, p. 336]

DES .II. MANIERES DE PROLOGUE, UNE COVERTE ET AUTRE DESCOVERTE

OUR les diversités des dis et des choses sont li prologue autresi divers; et sour çou dist Tuilles que toz prologues sont en .ii. manieres, uns ki est apelés commencemens et uns autres ki est apelés coverture. 2. Et commencement est ce ki apertement et a poi de paroles aquiert la bienvoeillance u la volenté de ciaus qui oïr doivent. 3. Coverture est quant li parleour met en son prologue mout de paroles entor le fait, et fait samblant qu’il ne weille çou k’il vieut, pour aquerre covertement la bienvoeillance de ciaus a qui il parole. Et por ce nos covient savoir li quex des .ii. prologues doit estre mis sor chascune matire de nostre conte.

[Livre III, XVIIII]

QUEL PROLOGUE COVIENT SOR HONESTE MATIRE

A ou nostre matire est honeste chose, il ne nos covient coverture nule. Mais tot maintenant comencier nostre conte et deviser nostre afere, por ce que la honesté de la chose a ja aquise la volenté des oïans, en tel maniere que poi nous en covient travillier. Et nanporquant aucunefois est bons uns biaus prologues, non mie por aquerre bienweillance mais por acroistre la; et se nous volons deguerpir le prologue, il est bon a comencier premierement as bons dis et as seurs argumens.

[Livre III, XX]

QUEL PROLOGUE COVIENT SOR CONTRAIRE MATIRE

T quant la matire est contraire ou cruel ou contre droit u ke tu viens demander une grant chose ou chiere ou estrange, lors dois tu consirer se li oïeres est escommeus contre toi, ou s’il a porpensé en son cuer k’il ne face rien de ta requeste. Car se ce fust lors te covient il fuir a la coverture, et colourer paroles en ton prologue pour abaissier son courouç et adoucier sa durece, en tel maniere que son cuer soit apaissiés et tu en aquieres sa bienweillance. Mais quant son cuer n’est gaires torblés contre toi, lors t’en poras tu passer legierement pour .i. po de bel comencement.

[Livre III, XXI, p. 337]

QUEL PROLOGUE COVIENT SOR VILH MATIRE

UANT la matire est vil et petite et que li oïeres ne bee pas a ce se poi non, lors covient il que ton prologue soit adornés de teus paroles ki li donent talent d’ooïr et ki enhaucent ta matire et ostent de sa viutance.

[Livre III, XXII]

QUEL PROLOGUE COVIENT SOR DOUTEUSE MATIRE

T quant la matire est douteuse pour çou que tu demandes .ii. choses, et on doute de la sentence, laquele des .ii. doit estre fermee, lors dois tu commencier ton prologue a la sentence meisme de la chose que tu vieus, et de la raison en quoi tu te confies plus. Mais s’ele est doutense, por ce que la cose est d’une part honeste et d’autrepart deshoneste, lors dois tu aorner ton prologue por aquerre l’amour et la bienweillance des oïans, en tel maniere k’il lor samble que toute la chose soit tornee a honesté.

[Livre III, XXIII]

QUEL PROLOGUE COVIENT SOR OSCURE MATERE

A ou la matire est oscure a entendre, lors dois tu commencier ton conte par teus paroles ki donent as oïans talent de savoir ce que tu vieus dire, et pnis deviser ton conte selonc ce que tu quideras ke mieus soit.

[Livre III, XXIIII]

DES .III. CHOSES KI BESOIGNABLES SONT A CHASCUN PROLOGUE KI NE PUET BONS ESTRE U SANS L’UNE U SANS L’AUTRE

AR ces ensegnemens poons nos savoir ke en toutes manieres de prologues, sor quel ke la matire i soit, nos covient il faire une de ces .iii. choses. ou aquerre la bienweillance de celui a qui nous [p. 338] parlons, ou doner talent d’oïr nos dis ou de savoir les; car quant nostre matire est honeste ou mervilleuse ou douteuse, nostre prologue doit estre por aquerre la bienweillance. Et quant nostre matire est vil, lors doit il estre por doner talent d’oiir. Et quant li matire est oscure, lors doit li prologues estre por doner talent de savoir çou que nous dirons. Et por çou est il bien raisons que li mestres nous die comment ce puet estre fet, et en quel maniere.

[Livre III, XXV]

DES ENSEIGNEMENS POR AQUERRE BIENVOEILLANCE AS OIANS

IENWEILLANCE est aquise de .iiii. lieus, c’est par nostre cors, et de nostre adversaire, et des oïeurs, et de par la matire meisme. 2. Du cors de nous est ele aquise se nous ramentevons nos oevres et nos dignités cortoisement, sans nul orguel et sans nul outrage ki soit. Et quant on met sor nous aucuns blasmes ou coupe ou autre meffet, se nous disons que nous ne le fesimes pas et que ce ne fu mie de par nous, et se nous moustrons les maus et les dolours et les mescheances ki ont esté et ki puent avenir a nous et as nostres, et se vostre priiere est douche et debonaire ou de pitié ou de misericorde, et se nous nos offrons debonairement as oïans par cestes et par autres samblables proprietés de nous et des nostres, est aquise bienweillance selonc ce k’a rectorike apertient. 3. Et sachiés que chascuns cors d’omme et chascune chose a sa proprieté par lesquex on puet aquerre bienweillance et malevoeillance. Et de ce dira li mestres ça avant la ou il en sera lieu et tens. 4. Par le cors de ton adversaire aquerras tu bienvoeillance se tu recontes les proprietés de lui et le met en haine ou en envie ou en despit des oïours. Car sans faille tes adversaires est en haine se tu dis que ce k’il a fet est contre droit de nature, ou par son grant orguel, ou par son fiere cruauté, ou par trop grant malice. 5. Autresi chiet il a envie se tu ramentois la force et le hardement ton adversaire, et son pooir et sa signorie et ses rikeces et ses homes et son parenté et son linage et ses amis et son trezor et ses deniers et sa fiere maniere, ki n’est pas soustenable, et k’il use tozjours son pooir et son sens en malice, et k’il se fie plus de ce ke de son droit. 6. Autresi chiet il en despit se tu moustres que ton adversaires soit niches et sans art, home perreceus et lasche, et ki n’estuide se en choses fiebles non, et k’il met tot son cuer en lecherie et en luxure et en gieuet en tavernes. 7. Par les cuers des oïeurs est aquise bienweillance se tu dis lor bones teches et les proprietés de lor bonté, et loe aus et lor ouvres, et di k’il ont tozjours coustume de fere toutes choses bien et [p. 339] sagement et hardiement, selonc Diu et selonc justice, et ke tu te fies d’aus et que tous li mondes en a bone creance, et ce k’il feront ore de ceste besoigne sera tozjours en ramenbrance et en example des autres. 8. Par la matire aquerras tu la bienweillance se tu dis les proprietés et les apertenances de la cose dont tu paroles, ki enhancent et enforcent ta partie, et qui confondent la partie de ton adversaire et le metent en despit. Mais ci se taist li contes a parler de la bienweillance, pour moustrer coment on donne as oïeurs talent d’oïr les dis.

[Livre III, XXVI]

LES ENSEIGNEMENZ POR DONER AS OIEURS TALENT D’OIR NOS DIZ

UANT tu paroles devant aucune gent ou home u feme quele qu’ele soit, u tu li envoies la letre, se tu li wes donner talent k’ele entende tes dis, por ce que ta matire est anques petite ou desprisable, tu dois dire au commencement de ton prologue ke tu conteras grans novieles ou grans choses, ou que ne samble pas creable, ou k’il touchent a tous homes ou a ciaus ki sont devant toi, ou des homes de grant renonmee ou de divines choses ou dou comun proufit; ou se tu proumés que tu diras briement et en poi de paroles, u se tu touches au commencement .i. pichot de la raison en quoi tu plus te confies.

[Livre III, XXVII]

LES ENSEIGNEMENZ POR DONER TALENT DE SAVOIR NOS DIS

T quant tu voldras ke li oïeres ait talent de savoir ce que tu vieus dire, pour ce que la matire est oscure, u por une okison u pour autre, lors dois tu au commencement de ton conte dire la some de ta entention briefment et apertement, c’est a dire celui point en quoi est la trés grant force de toute la besoigne. Et sachés que tous homes ki ont talent de savoir, certes il ont talent d’oïr; [p. 340] mais tot home ki ont talent d’oïr n’ont pas talent de savoir, et c’est la difference entre l’un talent et l’autre.

[Livre III, XXVIII]

DES PROLOGUES KI SONT PAR COVERTURE

USQUES ci a devisé li mestres comment on doit comencier son conte sans prologue ou par tel prologue ki n’ait couverture nule; desoremais vieut il deviser comment on doit faire son prologue par mestrie et par coverture. Car a la verité dire quant la matire dou parleour est honieste ou vil u douteuse ou oscure, il s’en puet passer legierement outre et commencier son conte a poi de coverture ou sans nule coverture, selonc ce que li ensegnement devisent ce deseure. 2. Mais quant la matire est contraire et laide et que li corages des oïeurs sont commeut contre lui, lors li estuet torner a la maistral coverture, et ce puet estre par .iii. okisons, ou pour ce ke la matire ou çou de quoi il voet parler ne siet pas a celui ki le doit oïr, ains li desplaist; ou por ce que ton adversaire u .i. autre quel k’il soit li fait entendre autres choses si k’il les croit dou tout ou de la grignor partie, ou pour ce que li oïeres est abesoigniés ou travilliés de maint autre ki ont parlé a lui devant.

[Livre III, XXVIIII]

COMMENT ON DOIT COMMENCIER SON PROLOGUE QUANT LA MATIRE DESPLEST AS OIANS

T se ce est lee ta matire desplaise, il te covient covrir ton prologue en tel maniere, que se ce est cors d’ome ou autre chose ki li desplest ou k’il n’aime pas, tu t’en tairas, et nommeras .i. home u autre chose qui li soit agreable et amable a lui, si comme Catelline fist quant il noumoit ses ancestres et lor bones oevres devant les signatours quant il se voloit covrir de la conjurison de Rome, et quant il lor disoit que çou n’estoit mie por mal mais por aidier les febles et les nonpoissans, si comme il avoit acoustumé tousjours, ce disoit. 2. Et ensi dois tu faindre ta volenté, et en lieu de l’ome ki desplaist ramentevoir .i. autre home ou autre chose ki soit amee; et en lieu de la chose ki est laide nomeras .i. bon home u une bone chose plaisable, et en tel maniere que tu retraies son [p. 341] corage, de çou ki ne li siet mie a ce ki li doit plaire. Et quant ce sera fait tu te dois faindre ke tu ne voeilles pas ce ke l’on quide ke tu voeilles ou ke tu ne deffendes mie çou que tu vieus deffendre, selonc çou ke Julle Cesar fist quant il volt deffendre les conjurés. 3. Lors commence auques a endurcir les coers des oïeurs, et tu dois maintenant entrer poi a poi a touchier ta entention, et moustrer que tous ce ke plaist as oïans plest a toi, et ce que lor desplaist ne te soit pas a gré. Et quant tu auras apaiet celui a qui tu paroles, tu diras que de cele besoigne a toi ne tient ne ce ne quoi, c’est a dire que tu ne li fesis mie le mal que .i. autre li fist. 4. Ce dist la premiere amie Paris en ses letres k’ele li envoia, puis k’il l’avoit deguerpie por l’amour Elaine: je ne demande, fist ele, ton argent ne tes joiaus por loier de mon cors; et ce vaut autant comme s’ele desist, tout çou te quist Elaine. 5. Aprés ce dois tu niier que tu ne dies de lui ce meisme que tu en dis, selonc ce que Tulles dist contre Verres, je ne dirai, fist il, que tu ravisses le catel tes compaignons, ne ke tu desrobaisses maisons et viles; et ce vaut autant a dire comme s’il desist, tout çou as tu fet. 6. Mais tu te dois mout garder que tu ne dies ne l’un ne l’autre, en tel maniere ke soit descovertement, contre la volenté des oïans ou contre ciaus k’il ayme, ains soit si covertement k’il meisme ne s’en aperçoive, et que tu eslonges son cuer de ce k’il avoit proposé, et le conjoingnes a ton desirier. Et quant la chose iert a ce venue, tu dois ramentevoir .i. essample samblable, ou proverbe ou sentence ou auctorité des sages homes, et mostrer ke ta besoigne soit dou tout resemblable a celui. 7. Selonc ce que Catons dit contres les conjurés: je di, fist il, ke ancienement Mallius Torquatus dampna son fil a mort, por ce k’il avoit combatu contre le commant de l’empire; autresi doivent iestre dampné cil conjuré ki voloient Rome destruire, car il ont pis fait que celui.

[Livre III, XXX]

COMMENT ON DOIT COMMENCIER SON PROLOGUE QUANT LI OIEUR CROIENT A SON ADVERSAIRE

T quant celui a qui tu paroles croit ce que ton adversaire ou autre home li avoit fait entendant, lors dois tu au commencement de ton conte proumetre que tu vieus dire de ce meismes en [p. 342] quoi li adversaires se fie plus, meismement de ce ke li oieur avoient creu, u tu commences ton conte a une des raisons ton aversaire, meismement a celi k’il dist en la fin de ton conte; ou tu dis que tu ies en doute comment tu dois commencier, ne a quoi ne comment tu dois respondre, et faire samblant autresi comme d’une merveille. Car quant li oïeres voit ke tu ies fermement apareilliés de contredire la u tes adversaires te quident avoir tourblé, il quidera k’il ait folement creu et que li drois en soit devers toi.

[Livre III, XXXI]

COMMENT ON DOIT COMMENCIER SON PROLOGUE QUANT LI OIERES EST TRAVILLIÉS U ENBESOIGNIÉS

AIS se li oieres est travilliés ou enbesoigniés de maint autres parleours devant, lors dois tu avant promettre que tu ne diras se poi non et que ton conte sera plus brief ke tu n’avoies pensé, et que tu ne vieus ensivre la matire des autres ki parolent longuement. Et ancunefois dois tu commencier a une novele chose u ki le face rire, mais qu’ele soit apertenant a ton conte u a une fable ou a .i. essample ou a autre parole pensee u non pensee ki soit de maniere de ris u de sollas. 2. Mais se la cose est decorous, lors est il bon a commencier a une dolereuse novele ou autre orrible parole. Car si comme li estomas chargiés de viandes est relevés par une amere chose ou asouagiés par une douce, tout autresi li corages ki est travilliés de trop oïr est renovelés ou par merveilles ou par ris. 3. Mais ci se taist li contes a parler des prologues ki sont par coverture ou sans coverture, car il en a dit partiement tous les ensegnemens de l’un et de l’autre par soi; mais or vieut il moustrer les communs ensegnemens de chascun ensamble.

[Livre III, XXXII]

LES ENSEGNEMENS DE TOUS PROLOGUES ENSAMBLE

N tous prologues, de quel matere k’il soit, dois tu metre, ce dist Tuilles, assés de bons mos et de bones sentences. Et par tout doit il estre garni d’avenableté, pour çou que sor toutes coses te covient a dire ce ki te mete a la grace des oïans. Mais il doit avoir [p. 343] petit de doreure et de jeu et de consonances, por ce que de teus choses naist souvent une suspection comme de chose pensee par grant mestrie, en tel maniere ke li oïeres se doute de toi ne ne croit pas a tes paroles. 2. Et certes, ki bien consire la matire dou prologue, il trovera k’il n’est pas por autre cose ke pour apareillier le corage celui a qui tu paroles a oïr diligement tes dis et croire les, et k’il face a la fin ce que tu li fais entendant; pour quoi je di k’il doit estre garnis de moz creables et de sentences, c’est a dire des ensegnemens as sages homes ou de proverbes ou de bons essamples. Mais que trop n’en i ait car il ne doit estre dorés de losenges u de mos coviers, si k’il samble une chose pensee felenessement et par malisce, et si ne dois tu dire trop de paroles de jeu et de vanité, mais fermes et de bon savoir; et garder k’il n’i ait consonances, c’est a dire plusours mos ensamble l’un apriés l’autre, ki tot commencent u fenissent en une meismes letres et en une meisme sillabe, car c’est une laide maniere de conter.

[Livre III, XXXIII]

DES .VII. VISCES DOU PROLOGUE ET PREMIEREMENT DU GENERAL

PRIÉS les vertus dou prologue est il bien raisnable chose de traitier des vices, ki sont .vii., ce dist Tuilles, generaus, communs, muables, lons, estranges, divers, et sans ensegnement. 2. Generaus prologues est cil que l’on puet metre en maint conte avenablement. Comuns est cil que ton adversaire puet ausi bien metre comme tu. Muables est cil ki par poi de remuance sera bons a ton adversaire. Lons est celui u il a trop de paroles ou de sentences outre çou ki est covenable. Estranges est cil ki en nule maniere dou monde n’apertient a ta matire. Divers est cil ki fait autre cose que ta matire requiert, c’est ke la u tu dois aquerre la bienweillance tu ne le fais pas, ains donnes talent d’oïr u de savoir; ou quant tu dois parler par coverture, tu paroles tout descoviert. Sans ensegnement est cil ki ne fait nient de ce que li mestres ensegne, ne n’aquiert bienweillance ne talent d’oïr ne de savoir, ains enquiert tout le contraire, ke pis vaut. 3. De toz ces visces nous covient il garder fierement et ensivre [p. 344] les ensegnemens, en tel maniere que nul salut ne nule partie dou prologue soit blasmable, mais tout soit agreable et de bonne maniere.

[Livre III, XXXIIII]

CI MET EXAMPLE POR MIEUS MOUSTRER CE KI EST DIT DEVANT

R avés oï les ensegnemens ki apertienent as prologues et comment li parleour doivent commencier lor conte, selonc la diversité des matires, ki avienent tousjours as besoignes dou siecle, mais por ce ke li mestres vieut plus apertement moustrer ce k’il a dit de grant auctorité, sor quoi fu dit par plusours sages. 2. Et il fut voirs, lors que Catelline fist en Rome la conjuroison selonc ce ke les istoires dient, Marcus Tullius Cicero, celui meismes ki ensegne la science de rectorike, estoit adonc consilliers de Rome, ki par son grant sens enquist et trova la conjuroison et prist plusors des conjurés, meismement des puissans homes de Romme. 3. Et quant il les ot mis en chartre, et ke la conjuroison fu descoverte et seue certainement, Marcus Tullius apela tous les signatours et le conseill de Rome por jugier que on feroit des prisons. Salustes dit ke Decius Sillanus, uns nobles signator ki estoit esleus a estre consoles l’an apriés, dist premiers sa sentence, ke li prisonier devoient estre livré a mort, et il et li autre ke l’en puet penre. Et quant il ot son conte finé et ke tout li autre pour poi s’acordoient a sa sentence, Julle Cesar ki voloit les prisons deffendre parla par coverture maistrielement en ceste maniere:

[Livre III, XXXV]

LE DIT JULLE CESAR

EGNOUR peres escris, tout cil ki welent droit conseil doner des choses douteuses ne doivent esgarder a ire ne a haine n’a amour n’a pitié, car ces .iiii. choses puënt faire l’omme laissier la voie de droiture et desvoier de droit jugement. Sens ne vaut riens la u on vieut dou tout sivre sa volenté. 2. Je poroie assés princes noumer ki droite voie laissent a tenir pour ce ke ire les avoit sorpris u pitiés sans raison. Mais je voeil mieus parler de çou que li sage home de ceste cité ont fait [p. 345] aucunefois quant il laissoient la volenté de lor cuers et tenoient ce que bons ordenes ensegnoit et ki tornoit au comun proufit. 3. La cité de Rodes se tint contre nous en bataille ke nous eumes contre Persé le roi de Macedoine. Quant la bataille fu finee, li senat et li consolet jugierent que cil de Rodes ne fussent pas destruit pour ce que nus ne desist que covoitise de lor richece les fesist destruire plus ke l’ochoison de lor tort. 4. Cil de Cartages nos forfirent jadis en guerres que nous eumes contre ciaus d’Aufrike et brisierent trives et pais neporquant nostre mestre ne garderent pas a ce k’il devoient faire d’iaus; car cil les peussent bien destruire, ains les retint douçours et debonairetés. Ce meismes devons nous porveir, signor peres, ke la felonie et les forfés de ciaus ki sont pris ne sormonte nostre dignité ne noustre douçour, plus i devons regarder nostre bonne renomee que nostre courous. 5. Cil ki ont avant moi sentence donnee ont assés belement moustré ce ke puet de mal avenir par lor conjuroison, cruauté de bataille, prendre puceles a force, esrachier les enfans des bras as peres et as meres, fere force et honte as dames, despoillier temples, ocire gens, et maisons ardoir, et emplir la cité de caroignes et de sanc et de plour. Et de ce ne covient il ja parler, car plus puet movoir les cuers la cruauté de tel meffait ke li recort de l’oevre. Nus n’est qui il ne griet de son damage, teus i a ki le portent plus grief ke mestiers n’est, mais il loist a .i. ce ki ne loist mie a .i. autre. Se je sui uns bas hom et je mespreng aucune chose par mon courous, poi le sauront, mais tout sevent çou ke uns grans hom mesprent, ou en justice ou en autre chose. Que quant uns bas hom mesprent, on le torne a ire, le forfait a .i. grant home on le torne a orguel, por ce devons nous garder nostre renomee6. Et si di je bien en droit de moi ke le forfet as conjurés sormonte toute paine. Mais quant on tormente aucun home, se li tormens est auques aspres, tex i a ki bien sevent blasmer le torment, et du meffait ne tienent nule parole. Je croi bien que Decius Sillanus a dit ce qu’il a dit por bien dou commun, et k’il n’i regarde ne amour ne haine, tant connois je de ses meurs et sa atemprance. Ne sa sentence ne m’est pas cruel, car on ne poroit fere nule cruauté en teles gens. Mais totefois di je que sa sentence n’est pas covenable a nostre commun; par quoi Sillanus est fort home et nobles esleus a consoles, il les a jugiés a mort pour paour del mal ki en puet avenir ki les lairoit vivre. Paour n’a ci point de liu, car Ciceron nostre consoles est si discrés et si garnis d’armes et de chevaliers ke nous ne devons rien douter. 7. De la paine dirai je si comme il est: se l’en les ocit, mors n’est pas tormens, ains est fins et repos de toute chetiveté, mors consome toutes paines terrienes, aprés la mort ne cures ne joies. Por quoi ne dist Sillanus se viaus que l’en les batist et tormentast tot [p. 346] avant ? Se aucune lois deffent que l’on ne fustast home jugié a mort, aucunes lois redient que l’om n’ocie pas citain dampné, ains les envoie on en essil a tozjours. 8. Segnour peres escris, gardés que vous faites, car on fait sovent teus choses por bien dont maus avient puis. Quant li lacedoniens orent pris Atenes, il establirent .xxx. homes ki estoient mestre del commun; cil ocioient au commencement les piesmes desloiaus homes tot sans jugement, li peules en estoit liés et disoient ke bien faisoient. Aprés crut la coustume et la licence petit a petit, si k’il ocioient bons et mauvais a lor volenté, tant que li autre en estoient espoenté, et fu la cités en tel servage que bien s’aperchurent ke lor joie lor revertissoit en plour. 9. Luce Sillaire fu mout loés de ce k’il juga et ocist Damacipe et autres ki avoient esté contre le commun de Rome; mais cele chose fu commencement de grant mal, car apriés si comme chascuns covoitoit la maison la vile le vaissel ou la robe d’autrui, il se penoit de dampner celui la qui cose il voloit avoir, et estoient maint home dampné a tort por lor avoir. Ensi cil ki furent liet de la mort Damacipe en furent puis couroucié. Car Cilla ne fina en ceste maniere d’ocire juskes la que tot si chevalier fureint plain d’avoir. 10. Neporquant de teu chose n’ai jou doute en cest tens meismement tant comme Marcus Tullius Cicerons est consoles, mais en si grant cité a mains divers homes et plain d’engien. El tens as autres consoles poroit aucuns metre avant faus por voir, et se li consoles ocioit, lors, por le decré del senat, home encoupé a tort, donc en poroit nul mal avenir. 11. Cil ki furent devant nous orent sens et hardement; orgueil ne lor toli pas, k’il ne presissent bien example de raison es estranges; quant il trovoient loins en lor enemis aucune teche, il savoient bien metre a oevre a lor ostel: mieus amoient sivre le bien que avoir envie, il fustoient le citein forfet a la guise de Grece. Quant li mal commencierent a monter, lors furent lois donnees que li dampnés alaissent en essil. Porquoi donques prendons nous conseil noviel ? ensi le fisent nostre antecissours, et grant vertu et sapience ot plus en aus que en nous, car il estoient poi et ce aquisent a poi de rikeces que nous poons a paines tenir et garder. 12. Que ferons nous donques ? laisserons nous ces prisons aler por acroistre l’ost Catelline ? nenil; ains est ma sentence que lor avoirs soit publiiés et mis en aoust, lor cors soient mis en diverses prisons fors de Roume en forteresces bien garnies, ne nus ne parolt ja por aus au senat ne au peuple: ki autrement le fera soit mis en prison comme .i. de ceus.

[Livre III, XXXVI, p. 347]

COMMENT CESAR PARLA SELONC CEST ART

OR ces sentences poés vous entendre ke li parleour, c’est Decius Sillanus, s’en passa briement a poi de paroles sans prologue et sans coverture nule, pour ce que sa matire estoit de honeste chose, si comine de livrer a mort les traitors dou commun de Rome. Mais Julle Cesar qui repensoit autre chose se torna as covertures et as moz dorés, por ce ke sa matire estoit contraire, car il savoit bien ke li cuer des oïeurs estoient commeu contre sa entention, et por ce li covient il aquerre la lor bienweillance; et d’autrepart restoit sa matiere doutouse et oscure par plusours sentences et couvertures k’il voloit consillier, et sor ce li estevoit il doner as oïeurs talent de savoir et d’oïr ce k’il voloit dire. 2. Mais pour ce que doreure de paroles est auques souspecenouse, ne se volt il au commencement sevrer de la bienweillance aquerre, ains toucha la some de sa entention por doner as oïans talent d’oïr et d’entendre ses dis, la u il dist des .iiii. choses que bon conseilleour doivent garder. 3. Et neporquant sans bienweillance ne fu pas son prologue, la u il les apela segnor peres escris, et la u il enhaucha sa matire et le conferma par beles raisons et par examples des vielles istores k’il amentut. Ensi tot belement, en lieu de la chose ki desplaisoit, noma il choses ki deussent plaire, por retraire les corages des oïeurs de ce que lait estoit, a ce que fust honeste et raisnable. 4. En ceste maniere se passa a dire le fait sor quoi il voloit fonder son conte, c’est dou conseil ki doit estre pris sor le meffait des conjurés, et fist samblant k’il ne volsist pas deffendre lor mal, mais il voloit garder la dignité et l’onour del senat. 5. Lors commença la tierce partie de son conte, c’est devisement, et devisa les dis des autres et la cruauté dou forfait par parties, et aqueilli cele partie ki plus li aidoit contre ciaus ki avoient parlé, et les afficha as cuers des oïeurs tant comme il onques pot. 6. Et quant il ot ensi conté le fait, il commença la quarte partie de son conte, c’est confermement, la u il dit k’il devoient garder lor renomee; et se fainst de loer les sentences des autres, mais mout les blasme; et sor ce conferma son conte par maintes raisons ki donoient foi a son conseil et l’acueilloit [p. 348] a la sentence des autres. 7. Et puis k’il ot fermé son conte par les bons argumens, il ala maintenant a la quinte partie, c’est au deffermement, por affoibloier et pour destruire le confermement des autres ki avoient dit devant lui, la u il dit, gardés ke vous faites. Et maintenant ramentut plusors examples et auctorités et sentences des sages homes ki estoient samblables a sa matire; et puis quant vint vers la fin il conferma ses dis par les millors argumens et par les plus fortes raisons k’il onques peut. 8. Et vint a la sisime partie c’est a conclusion, et dist sa sentence et mist fin a son conte. Et puis ke Cesar ot ensi parlé, li un disoient .i., li autre disoient autre, tant que Marcus Catons se leva et parla en ceste maniere:

[Livre III, XXXVII]

LE JUGEMENT CATON

EGNOUR peres escris, quant je regart la conjurison et le peril, et contrepois en moi meismes la sentence de cascun ki a parlé, je pense tot autre chose que Cesar n’a dit ne aucun des autres. Il ont parlé tant solement de la paine as conjurés ki ont apareillie bataille a lor païs et a lor parens, a lor temples et a lor maisons destruire. Mais graindre mestiers est prendre garde comment on se pora garder d’iaus et de peril ke prendre conseil comment il soient livré a paine et dampnés. Se l’om ne se porvoit que cis periz n’aviegne, por noient iroit on a conseil quant il sera avenu. Se la cités est prise a force, li vencu n’ont rien d’atente, tot sera en la mine. Or parlerai a vous, ki bien entendés raison et ki baés a avoir maisons, viles, ensegnes, et tables d’or et d’argent, plus que au preu du commun. 2. Se vos ces choses que vous tant amés volés garder et retenir et vous volés maintenir par ordre vos delis et par repos, esveilliés vos ci et pensés del commun garantir. Se li communs perist comment escaperois vos ? Ceste besoigne n’est pas de tolleu ne de paage, ne de queriele de compaignons, ançois est de nostre franchise deffendre et de nos cors ki sont en peril. 3. Segnour, je ai maintesfois parlé et meu plaintes par devant vos de l’avarice, de la luxure, de la covoitise, a vos citeins, dont j’ai la malevoeillance d’aucuns, car je ne pardone pas volentiers autri le meffet dont je ne sentoie nule teche en moi. Et de nul forfait pardoner, je ne querroie autrui grasce avoir. S’il ne vos caloit de ce, et nostre richesce nos faisoit maintes choses metre en nonchaloir, toutefoies estoit li communs en droit estat et plus fors c’ore. 4. [p. 349] Mais ci endroit ne parlons pas de nostre bienvivre ou de nostre malvivre, ne de la signorie as romains acroistre et essauchier, ains nous covient veoir se ce ke nos avons nos puet remanoir et estre nostre, u il sera nos enemis. Ci ne doit nus parler de debonaireté ne de misericorde, nos avons pieç’a perdut le droit non de pitié et de merci; car doner autrui biens c’est nostre debonairetés, estre osés de mal faire c’est nostre vertus, por ice vet nostre communs ausi comme a declin. 5. Or poés donc estre debonaires et metre le pule en aventure, or poés estre piteus en ciaus ki ne nos quident rien laissier et quident le commun trezor rober. Donés lor nostre sanc, si ke tot li preudome aillent a destruction; et en ce que vos espargniés .i. po de malfaiteurs, si destruisiés une grant torbe de bone gent. 6. Cesar a parlé biel et afaitiement, oïant nous, de la vie et de la mort, quant il dist, aprés la mort ne cure ne joie; mais quant il en parla ensi, je croi k’il quide a faus ce que l’on trueve de ciaus d’enfier, li mauvés sont desevré des bons et entrent en noirs lieus et en oribles puans et espoentables. Aprés il juga que lor avoirs fust publiés et il fesissent gardes en prison et en diverses fortereces fors de Rome: doutoit il que s’on les gardoit a Rome, que cil de la conjuroison u autres gens loees les getassent a force de prison ? N’a il donc male gent se en ceste cité non ? partout puet on trover des mauvais homes. 7. De noient se redoute Cesar se il crient que on ne les puisse garder en Romme ausi bien comme dehors. Et s’il seul n’a pas paour k’il escapaissent de cele prison u il dist k’il soient, et il seul ne crient pas le peril dou commun, je sui cil ki ai paour et de moi et de vous et des autres. Pour ce vous devés savoir ke ce ke vos jugerois de ces prisoniers, ce doit estre jugié de tote la compaignie Catelline. Et se vos fetes de ces aspre justice, tuit cil de l’ost Cateline en seront espoenté. Se vous le fetes foiblement et mollement, vos les verrés venir crueus et fiers contre nous. 8. Ne quidés pas que nostre antecessors aient acreu la signorie du commun tant solement par armes; car s’il alast ensi, donc le peussons nous enmillorir, car plus avons nos signorie et compaignons et grignor habondance de chevaus et d’armes k’il n’orent. Mais il eut en aus autre chose par quoi il furent de grant pris et de renon, et ces choses ne sont gaires en nous. Il estoient en lor osteus sage et apercevant, et donoient droituriers commandemens a ceaus dehors. Lor cuer estoient franc esperit et delivre a donner conseil sans subjection de pechié k’il creinssissent ne sans sivre mauvaise volenté. 9. En lieu de ce on puet trover en nous luxure, et avarisse, commune poverté, et privee richesse. Nos loons les richesces, nous ensivons les perreces, nous ne faisons nule difference des bons ne des mauvais, tot est torné a covoitise, c’est li loiers de vertu. Et ce n’est pas merveille, car chascuns tient sa voie et son conseil par soi [p. 350] meismes; vos servés en vos osteus a vos delis et entendés a vos volentés sivre; fors de vos osteus servés a avoir amasser ou a grasce d’autrui conquerre, de ce avient que l’en guerroie le commun et ke li conjuret le welent destruire10. Més de ces choses que vos en tel maniere faites ne vous dirai ore plus. Nobles citains ont ensamble jurés k’il ardront la vile, et atraient avec aus por movoir bataille la gent de France, ki pas n’aiment la signorie ne le non de Rome. Catelline li dus de nos enemis nous vient sor nos testes avec tot son effort. Demourés vos donc et doutés que vos devés faire de nos enemis que vos avés pris dedens ces murs ? Or soit que je juge que vos en aiés merci, dites ke joene home sont par folie, et par mauvaise covoitise l’ont fet, et les laissiés aler toz armés: mais certes je croi ke ceste pitié et ceste douçours vos tort a misere et a amertume. 11. La chose est aspre et perilleuse, n’en avés vos cremour ? Oïl voir ! Mais la perrece, la malvestiés, la molestes de vos cuers fait que li uns s’atent a l’autre. Vos metés vostre fiance en vos dieus, et dites k’il ont le commun garde et delivre de maint peril. La aide de Dieu ne vient pas a la volenté de ciaus ki welent vivre comme femes, mais a totes choses aident a ciaus ki voelent veillier en bien faire et en doner bon conseil. Por noient apele Dieu ki s’abandone a perrece et a malvestié. Mallius Torquatus, uns de nos anciens dus, commanda a ocire son fil por tant solement k’il envaï en une bataille de France ses enemis contre son commandement: por tel forfet morut ce noble jouvenciel, et vos demourés a fere justice de ces crueus paricides ki welent la cité destruire. 12. Laissiés les vos por lor bonne vie; ne muire pas Lentulus por le dignité de son linage, s’il ama onques chasteté, s’il ama onques bonne renomee, s’il ama onques Dieu, s’il espargna onques home; ne muire pas Chetegus, ait on pitié de sa joventé, s’il ne meut onques noise ne bataille en ce païs. Gabinus et Statillius et Separius, quex sont il, qu’en dei jou dire ? s’il eussent en aus raison ne mesure, il n’eussent pas tel conseil pris contre le commun. 13. Au derrain vos di, signour peres, ke por Dieu se moi en leust eschaper, je vos en laissasse bien covenir et soufrisse bien que vous en fuissiés chastoié par leur outrage, quant vous conseil n’en volés croire. Mais pour ce le di ke nos somes enclos en grant perils de toutes pars, Catelline a toute son ost nous est es oils la dehors et nos quide engloutir, li autre sont en mi ceste vile partout, nous ne poons rien apareillier ne consillier que nostre ennemi ne sachent, dont nous nous devons plus haster. 14. Et pour ce dirai ceste sentence: voirs est que le commun est en peril par le maudit conseil des citeins escomeniiés et desloiaus; cist ont regehi et sont convencu pour le dit des messagiers de France et de Tite Vultier, k’il voloient la vile ardoir, ocire le millour, le païs destruire, dames et puceles [p. 351] honir, autres cruatés faire; por ce doins sentence et jugement ke l’en doit faire d’iaus comme de traiteurs et d’omecides atains.

[Livre III, XXXVIII]

COMMENT CATONS PARLA SELONC CEST ART

E est li contes et la sentence Caton. Mais por mieus entendre son dit et comment il parla selonc les riules de rectorike nous covient il a garder tot avant la maniere de son dit et la nature de sa matire: dont li plusor dient k’ele est douteuse et .i. poi oscure, por ce que sa matire est d’une part honeste et d’autre par deshoneste. 2. Car a dire le profit dou commun et deffendre le bon estat de Rome et a destruire tous traiteurs c’est honeste chose, et a jugier a mort une gent de nobles citeins et a dire contre Cesar ki avoit ensi establi fierement son jugement par si bones raisons ke a paine le peust hom contredire et ke li oïant estoient auques commeus a croire son dit, certes ele sambloit a estre crueus chose et mervilleuse; et por ce li estavoit il aorner son prologue en tel maniere que il acuellist la bienvoeillance des oïans et k’il lor donast talent de savoir ce k’il voloit dire por retraire les de la sentence Cesar, selonc ce que li mestres devise ci derieres la u il ensegne la diversité des prologues. 3. Et por ce toucha en son comencement briement et apertement le point u estoit la grant force de toute la besoigne, meismement celui que li oïeur avoient creu, quant il dist k’il pensoit tote autre chose que Cesar n’avoit dit ne aucuns des autres. Ensi lor dona talent de savoir et d’oïr ce k’il diroit, et fist samblant de consillier solement de la garde du commun, non pas de la mort as conjurés. 4. Et maintenant se porchaça d’aquerre l’amour et la bienwellance des oïans, por apaisier lor cuers, por tourner toute la chose a honesté, et por acroistre la bienweillance k’il avoit de cele part que la matire estoit honeste; selonc ce que li bon entendour pora savoir et connoistre s’il consire et garde diligement les ensegnemens ki sont ça [p. 352] ariere. Por ce s’en taist ore li mestres, car il volra dire autre doctrine bones et profitables.

[Livre III, XXXVIIII]

DE LA SECONDE BRANCHE DOU CONTE, C’EST LE FAIT

PRÉS la doctrine des prologues vient la secunde branche dou conte, ce est le fait. De quoi Tuilles dit que le fait est quant li parleour dist les choses ki ont esté, ou celles ki n’ont pas esté autresi comme, se eles n’eussent esté; c’est a dire quant il laisse les prologues et vient au fait et dist les propres choses sor quoi est l’achoison et la matire de tot son conte. 2. Et ceste en .iiii. manieres, une citeins ki dit tot proprement le fait et la chose de quoi est li contes et la questions, et devise les raisons porquoi cele chose puet estre provee; et ceste maniere apertient a celui art, pour çou k’ele ensegne tencier l’un parleur contre l’autre, selonc ce que li livres dit ça ariere entor le commencement. Mais ci n’en dira ore plus, car il en dira larghement ça avant, ains vieut ichi dire des .ii. autres manieres dou fait, ki n’apertient pas si povrement a cestui art.

[Livre III, XXXX]

DOU CONTE QUI TRESPASSE HORS DE SA MATIRE

A seconde maniere do fet dire est quant l’en se desevre .i. poi de sa propre matire et trespasse a autre chose hors de sa principale cause, ou por blasmer le cors u la cause, u por acroistre le mal u le bien k’il dist, ou pour moustrer que .ii. choses resamblables entres lor, ou por faire deliter les oïans d’aucun gabois ki soit apertenans a sa matire. Et ceste maniere dou fait dire usent sovent li parleur por mieus prover ce k’il welent dou cors et de la chose.

[Livre III, XXXXI]

DOU CONTE KI EST PAR GEU OU PAR ENVOISEURE

A tierce matire dou fait dire n’apertient pas as choses citaines, ains est por gieu et por solas; et nanporquant il est bone chose que l’on s’i acoustume a bien conter, car on devient mieus parlant en [p. 353] grant besoignes, et por ce en dira li mestres toute la nature. 2. Tulles dit que ce ke l’en dit en ceste derreniere maniere, ou il devise les proprietés et les meurs dou cors, u il devise les proprietés d’un autre chose. Et s’il devise les proprietés d’une chose, il covient a fine force que son dit soit fable ou istore ou argument; et por ce fait il bon a savoir ke monte a dire l’un et koi l’autre. 3. Et certes fables est .i. conte ke l’en dit des choses ki ne sont pas voires ne voirsamblables, si comme li fable de la nef ki vola parmi l’air longuement. Istores est de raconter les ancienes choses ki ont esté veraiement, mais eles furent devant nostre tens, loins de nostre memore. Argumens c’est a dire une chose fainte ki ne fu pas, mais ele pot bien estre, et le dist hom por resamblance d’aucune chose, et se li parleour devise les proprietés dou cors; et il covient que par ses dis reconnoisse les meurs et les proprietés dou cors et del corage ensamble, c’est a dire s’il est vieus u joenes u s’il est cortois u vilains, u des autres teus proprietés. 4. A cestes choses covient avoir grant aournement, et ki soit formés de la diversité des choses, et de la dessamblance des corages, et de fierté et de debonaireté, d’esperance, de paour, de suspection, de desirier, de fainture, d’erreur, de misericorde, de remuement de fortune, de periz ke l’om ne quidoit, de soudaine leece, et de bone fin, selonc ce ke cis livres devisera ça avant, la u il ensegnera prendre les aornemens et la biauté des paroles Por ce n’en dist ore plus ke dit en a, ains tornera a la premiere maniere dou fet dire, ki est apelee citeine.

[Livre III, XXXXII]

DOU CONTE KI EST ES CHOSES CYTAINES

R dist li contes ke la citeine maniere dou fet dire, ki devise la cause proprement, doit avoir .iii. choses, k’ele soit brief, k’ele soit clere, et k’ele soit voirsamblable. De tous dira li mestres, et premierement de la brieté.

[Livre III, XXXXIII]

DE CONTER LE FET BRIEMENT

UILLES dist que lors est li fais contés briement quant li parleors se commence a droit commencement de sa matire, non pas a une longue conmençaille ki noient proufite a son conte. Si comme [p. 354] fist Salustes quant il volt raconter l’istore de Troie; il commença a la creation du ciel et de la tiere, mais bien li soufissoit commencier a Paris quant il ravi Helaine. 2. Ausi est il briés se, la u il est assés a dire la some del fait, il ne le devise par parties; car il soufist bien a dire ensinc, cist hom tua cel autre, ne di pas, il le prist, il traist le cotiel de sa gaaine, il le leva et fist ensi et ensi une chose et autre. Car plusors fois est il assés a dire ke fait est, non pas coment et en quel maniere. 3. Autresi est il briés se l’en ne dist plus des choses que mestier ne soit dou savoir, et s’il ne trespasse a dire autres choses estranges et ki de rien n’apertient a sa matire, et s’il ne redist ce ke l’en puet entendre par ce k’il a dit. Et se tu dis, il aloient la u il pooient, il n’estuet pas dire, il n’aloient la u il ne pooient. Et se je di, Aristotles dit tel chose, il ne covient que je die, il le dist de sa bouche, car bien le puet chascuns entendre par ce ki estoit dit devant. 4. Autresi est il briés s’il ne raconte ce ki li puet aidier ne ce ki puet anuier, ou ce qui ne li puet aidier ne enuier; et s’il dist chascune chose une fois sans plus, et s’il ne recommence sovent a la parole meismes k’il a dit maintenant. Et si comme li parleours se doit garder de la multitude des moz et des paroles, se doit il garder k’il ne die trop des choses; car il i a mainte gent ki sont deceu; et la u il s’estudient de poi dire, il dient trop longuement, por ce k’il se porchacent de dire plusors choses a poi de paroles; mais il ne s’efforcent de dire poi des choses, tant comme li besoignent et non pas plus. 5. Raison coment: tu quideras ja briement dire se tu dis en tel maniere, je alai chiés vous et huchai vostre garçon; il respondi; je quis de vous; il dist que vous n’i estiés pas. Ja soit ce ke tu dies briés moz, neporquant tu recontes plus des choses ke mestiers n’est, car assés estoit a dire, on me dist ke vous n’estiés pas en maison. Pour ce se doit bien garder chascuns ke sans les briés moz il ne die tant des choses que son conte en soit lons ne anuieus a escouter.

[Livre III, XXXXIIII]

DE CONTER LE FET ENTENDABLEMENT

PRIÉS ce doit li parliers estudiier k’il die clerement ce k’il dist et ke si dit soient ouvert et entendable. Tuilles dist ke li fais est contés clerement quant li parleour et li ditteour commence son dit a ce ki devant a esté et s’il ensiut l’ordene de la chose et de la saison tot ensi comment il fu ou coment ele peut estre; en tel maniere ke si dit ne soient pas tourble ne confus, et k’il ne soient [p. 355] envolepé sous estranges paroles, et k’il ne trespasse a autres choses ki soient dessamblables et loins de sa matire, et k’il ne commence a trop longue commençaille, et k’il ne la prolongue de son conte tant comme il poroit dire, et k’il ne laisse rien dece ki a conter face. 2. Et en somme il doit tout çou garder que li mestres aprent ci devant sor la briefté dou fet; car il avient maintefois ke li contes est plus confus par longuement parler ke por l’oscurté des paroles, et sor tout ce doit li parleor user mos propres, biaus, et acoustumés, selonc ce que li mestres devisa ça ariere el conte de parleure.

[Livre III, XXXXV]

A CONTER LE FAIT VOIRSAMBLABLEMENT

PRIÉS ce doit li parleour conter le fait en tel maniere k’il soit voirsamblables; c’est a dire k’il die teus choses ke li oïant puissent croire k’il die la verité. Tuilles dit ke a ce faire li covient a dire les proprietés; dou cors, s’il est vieus u jovenes, u perreceus ou courouçables, u chachieres u des autres samblables proprietés ki tiesmognent a son dit. 2. Apriés li covient moustrer l’achoison dou fait, ce est a dire l’achoison por quoi et coment l’en poroit et devroit faire, et k’il ot pooir et loisir de ce faire, et k’il ot avenable tens de ce faire, et k’il ot assés de tens et de saison a ce faire, et ke li lieus fu bons et soufissans a faire ce ke li parleours dist avant. 3. Aprés ce doit il moustrer que li hons u la chose de quoi il parole sont de tel nature k’il peust et seust bien faire çou, et ke la renomee et la vois du peuple en est sor li; et quant il a tele foi et tele creance et tele opinion k’il feroit bien une si faite cose.

[Livre III, XXXXVI]

DES VISCES DOU FAIT DIRE

R avés oii comment li parliers doit le fait dire en tel maniere k’il soit briés et clers et voirsamblables, car ces .iii. choses sont fierement besoignables a bien dire. Et si comme li parliers doit ensivre les vertus ki apertienent a bien dire, tot autresi se doit il garder des visces ki enpechent et honissent son parlement. 2. [p. 356] Et sont .iiii.: li uns est quant il est son damage a conter le fait, li secons est quant il ne li proufite de rien a dire, li tiers est quant le fait n’est pas conté en cele maniere k’il doit, li quars est quant il ne dist en cele partie dou conte ce ke mestiers est. 3. Sachiés donques que lors est il damages dou parleour a dire le fait selonc ce k’il a esté, quant cele chose desplest as oïans, et k’il en soient esmeu contre lui a ire et a haine s’il ne s’adoucist par bons argumens ki conferment sa cause. Et quant ce avient, tu ne dois pas conter le fait mot a mot ensamble si comme il fu, ains le te covient deviser par parties et dire une branche chi et autre la, et tot maintenant joindre la raison de chascune partie en son lieu, en tel maniere que ton cop ait tantost sa medecine et la bone deffense adoucist la haine des oïans. 4. Autresi bien sachiés k’il ne proufite de riens a conter le fait quant ses adversaires, u uns autres ki a parlé devant toi, a dit toute la cause en tel maniere ke il ne besoigne pas que tu la redies ne ainsi ne autrement de lui, ou quant cil a cui tu paroles sevent la chose en tel maniere ke tu n’as pas mestier de moustrer k’ele soit d’autre guise. Et quant ces choses avienent, Tuilles commande que tu te tais et que tu ne dies pas le fait. 5. Li tiers visces est quant le fait n’est pas conté en cele maniere k’il doit, c’est quant ce ki doit proufiter a ton adversaire et tu meismes le devises et bien et biel, u quant ce ki doit proufiter a toi tu le dis troubles et pereceusement. Tuilles dit ke por eschiver ce visce tu dois mout sagement torner toutes choses au profit de ta cause et taire le contraire tant comme tu poras; et s’il te covient rien dire de ce ki apertient a l’autre partie, tu t’en passeras legierement; et toutefois de ta partie di diligenment et apertement et fermement. 6. Li quars visces est quant le fait n’en est pas dit en cele partie dou conte ke mestiers est, et c’est des choses ki apertienent a ordre: por ce se taist ore li mestres jusques la u il traitera de l’ordene coment hom doit establir son conte et ses parties.

[Livre III, XXXXVII]

DE LA TIERCE BRANCHE DOU CONTE C’EST DEVISEMENT

PRÉS la doctrine dou fait vient la tierce branche dou conte, c’est devisement: De quoi Tulles dit ke devisement, quant li parleour le dist selonc son droit, certes trestous li contes en est plus riches et plus biaus et mieus entendables. Et ja soit ce que ces .ii. [p. 357] brankes, c’est le fait et le devisement, soient por dire la cause, neporquant il a difference entr’eus; car devisement dist tot a certes le point en quoi li parleours s’aferme et k’il vieut prover, més le fet ne le dist pas ensi. 2. Les parties dou devisement sont .ii., une ki devise ce que li adversaires reconnoist et ce k’il nie, en tel maniere que chascuns puet bien entendre le point que li parliers vieut prover; l’autre est quant li parleours devise par parties briement tous les poins k’il voudra prover, si que li oïeres le set en son corage, et entent bien k’il a dit toute la force de la sentence. Por ce est il drois de veoir les ensegnemens de l’un et de l’autre, et comment li parleours le doit user en son conte

[Livre III, XXXXVIII]

DOU PREMIER DEVISEMENT

T li premiers devisement ki raconte ce que li adversaires reconnoist et ce k’il nie: doit li parleour tot avant torner cel recongnoissance au proufit de sa cause. Si comme fist li adversaires Horreste: il ne dist pas ke Horrestes reconneust k’il eust tué Clistemestrem, ains dist autres paroles ki plus afermoient sa cause contre Horreste. Il est bien reconneu, fist il, que la mere fu tuee par les mains son fiz. Car a dire que fiz ocie sa mere est plus cruens que dire les nons de l’un et de l’autre. 2. Autresi fist Catons en sa sentence; il ne dist pas k’il eussent reconneue la conjurison solement, car maintes gens disoient k’il ne l’avoient pas fet contre le commun de Rome, mais por bien contre aucuns ki governoient malement le commun. Pour ce torna Catons la lor recognoissance au profit de la cause, et dist contre aus fieres merveilles, k’il voloient la vile ardoir, ocire les millours, le païs destruire, et honir dames et pucieles. A ce vois tu que li uns et li autres dist ce ki estoit recongneu, mais chascuns le torna a son millour. 3. Et quant tu auras ce meisme fet en ton conte, tu dois dire ce que tes adversaires nie, et establir la question soz jugement por savoir ent le droit. Rais¢n comment: Horreste reconnoist le murtre, mais il nioït que il ne le fist pas a tort, mais a droit, et c’est la question ki remaint sous jugement, por savoir s’il le fist u a tort u a droit.

[Livre III, XXXXVIIII, p. 358]

DOU SECONT DEVISEMENT

T le secont devisement, ki nombre par parties les poins k’il vondra prover, dois tu garder k’il soit briés et delivres et cours. Briés est que tu ne dies mot oiseus, se teus non ki besoignent a ta cause, car tu ne dois lors travillier les cuers des oïans par paroles et par mervilleus aornemens quant tu devises ton fait et tes parties. 2. Delivrance est quant tu dis generaument tot ce ki comprent toutes choses de quoi tu vieus dire, et sor ce te covient fierement garder que tu ne laisses a ramentevoir nule general chose ki te soit profitable, et que tu ne le dies a tart, c’est hors de ton devisement, car c’est mal dit et vicieus. 3. Cours est li devisemens la u tu dis le general mot de la cause, tu ne redies avec l’especial mot ki est compris soz le general que tu avoies ja dit. 4. Et sachiés que general mot est celui ki comprent maintes choses sous son non; car cist mot animal comprent homes, bestes, oiseaus et poissons. Especial mot est celui ki est compris desous .i. autre, car ce mot Pieres ou Jehans u Jakes est bien compris soz ce general non, c’est home. Mais il i a mos ki sont general sor .i. et sont especial sor .i. autre, car cis moz home est especial sous ce mot animal, mais il est general sor ce mot Pieres u Jehans. 5. Ces ensegnemens dou general ou de l’especial dist li mestres por ce ke li parleours se garde que, en son general devisement, il ne mete les especiales parties; car cil ki devisa son fet en ceste maniere: jou mousterrai, fist il, que pour la covoitise et por la luxure et por l’avarice de nos enemis, tous maus sont avenus as communs il n’entendi pas bien k’en son devisement il mellast les especials rnos avec son general; car sans faille covoitise est le general non de tous desiriers, et luxure et avarice sont parties de lui. 6. Garde dont que quant tu as devisé le general, tu ne redies ses parties autresi comme se ce fussent autres choses estranges. Mais en l’autre branche qui vient apriés, c’est ou confermement, poras tu bien metre les especiaus parties dou general devant dit, por mieus afermer ton fet et ton devisement. Raison comment: tu vieus prover que Horreste fist murtre; di dont apriés le devisement, Horreste ocist Clistemestrem, donc fist il omecide. 7. Aprés garde en ton devisement que tu ne devises plus parties ke mestiers soit a ta cause; car se tu devisoies en tel maniere: je mousterroie que mon adversaire avoit bien le pooir de ce faire et k’il le voloit fere et k’il le fist, certes itex devisemens est grevables, car il i a trop de choses; et il soufist assés a dire, je mousterroie k’il le fist. Autresi garde ke la u la chose est simple et d’une chose sans plus, il ne covient se poi deviser non, car il est assés a dire le point de la [p. 359] question. 8. Et neporquant il avient sovent que une chose puet estre provee par pluseurs raisons; et quant ce est, li parleour doit deviser ses prueves en ceste maniere: je mousterrai ke tu fesis cele chose par teus et par teus raisons, et par chartres et par tiesmoing. Sour ceste branke dist Tuilles que il trouva en philosophie mains ensegnemens, mais il laissa ciaus ki n’estoient si fierement besoignables a bien parler comme ciaus ki ci sont. 9. Encore commande il une autre chose que l’en ne doit pas oublier en son conte, mais quant il aura finé son devisement et il commence l’autre branche, c’est confermement, por prover ce k’il a dit, soviegne lui que tot autresi il conferme devant ce k’il devisa devant et puis l’autre et puis l’autre, chescun en son lieu, en tel maniere que quant il voldra finer son conte il n’ait oublié neant de ses confermemens; car ce seroit laide chose a recomencier .i. autre plet aprés la fin de son parlement.

[Livre III, L]

DE LA QUARTE BRANCHE, C’EST CONFERMEMENT

PRÉS la doctrine dou devisement vient la quarte branche dou conte, c’est confermement; de qui Tuilles dist que confermement est apelés quant li parleours dist ses argumens bons ki acroissent sa auctorité et fermeté a sa cause. 2. Et por ce que a diverses causes covient divers confermement, voldra li mestres tot avant moustrer et aprendre les lius desquex li parleour puet retraire ses argumens; et puis quant il en sera lieus et tens, il dira comment l’om doit former son conte sor chascune maniere des causes. 3. Et sachiés que nules sciences dou monde n’ensegnent lieus de prover ses dis, se dyaletique et rectorike non; mais tant i a de difference entre l’un et l’autre, ke rectorique consire especiaus choses selonc le sens dou non et selonc la vois solement, mais dyaletique consire les generaus choses selonc la senefiance dou non et de la vois. Ja soit ce ke cil ki sivent loy et divinité ou les autres ars font prouvance par lieus, je di ke c’est ou par dialetique ou par rectorique.

[Livre III, LI, p. 360]

DES ARGUMENTS POR PROVER CE KE LI PARLERES DIT

OUTE science est confermee par argument ki sont retrait des proprietés dou cors ou des proprietés de la chose. Et sachés que Tuilles apiele cors celui por le qui dit ou par le qui fet naist la question, mais chose apele il celui dit u celui fet de quoi la question naist. De ses proprietés dira li mestres tous les ensegnemens, et premierement dou cors.

[Livre III, LII]

DES PROPRIETÉS DOU CORS QUI DONENT ARGUMENZ DE PROVER

ES proprietés dou cors sont teus ke par eus puet li parleours dire et prover ke celui cors est atournés a ancune chose faire ou a non faire. Tuilles dit que ces proprietés sont .xi., li nons, la nature, la norreture, la fortune, l’abit, le volenté, l’estuide, le conseil, le oevre, le dit, et la cheoite. 2. Non est une propre et certaine vois ki est mise a chascune chose comment ele soit apelee, dont li uns sont nons et li autres sornons, et de l’un et de l’autre puet li parleour fermer ses argumens. Raison coment: je di que cis hom ci doit bien estre fiers car il a a non Lyonés. Autresi dist sovent l’escripture: je di, fist li angeles, k’il ara a non Jhesu pour ce k’il sauvera le peuple. 3. Nature est mout grief chose a descrire son estre, car li un dient que Nature est le commencement de toutes choses, li autre dient que non est: car s’ele fust, donques eust Diex commencement de par Nature, mais Platons dist que Nature est le volenté Dieu, et par ce pert que Diex et Nature sont ensamble. Mais Nature est double, une ki fet naistre, et une de ce ki est net. Et des choses ki sont nees, les unes sont divines, les autres sont mondaines. Et des mondaines choses, les unes apertienent as homes, les autres apertienent as biestes. 4. Celes ki apertienent as homes par nature sont .vi. lieus, de koi li parleour puënt prendre lor argumens. Li premiers est s’il est malles u femiele; raison comment: vous ne devés pas croire que ma dame fesist la bataille, car ce n’est pas oevre de feme. Li secons lieus est son païs; raison coment: nous devons bien croire que cis hom soit sages, car il est grizois. Li tiers est sa vile; raison coment: nous devons croire que cis hom soit bons drapiers por ce [p. 361] k’il est de Pronvins. Li quars est de sa lignie; raison comment: bien doit estre Karles loiaus, car il fu fius le roi de France. Li quins est son aage; raison coment: il n’est pas merveille se cist hom est legiers et muables, car il est fierement joenes. 5. Li sisimes est li biens et li maus ke l’om a par nature en son cors u en son corage; el cors est s’il est sains u malades, grans u petit, biaus u lais, isniel u lent; el corage s’il a dur engien u soutil, s’il est bien sovenables ou non, ou dous u aspres, ou soufrans u courouchables ensement. Et en some toutes choses ke l’en a par nature el cors et el corage sont conté sous le lieu de nature, mais celes que l’om aquiert par ensegnement sont contees sous le lieu d’abit, si comme li mestres dira ci apriés. 6. Norreture demoustre coment et entor queles gens et par qui li hom a esté norris et apris, c’est a dire ki furent si mestre et si ami et si compaignon, quel art il fait, et de quoi il s’entremet, et comment il governe ses choses et sa mesnie et ses amis, et comment il maine sa vie. Ces et autres samblables proprietés apertienent a norreture, et de tout puet on quellir ses argumens. Raison comment: Alixandres devoit bien estre sages por ce k’Aristotles fu ses mestres, u cis prestres ne doit pas estre evesques car il mainne sa vie en luxure. 7. Fortune comprent ce ki avient de bien u de mal, c’est a dire se cist kome est franc u serf, riches u povres, provost u sans prevosté, et s’il a cele provosté a droit u a tort, et s’il est bonseurés u de bone renomee u non, et quex fieus il a et quele feme. Mais se tu paroles d’ome mort, consire ses proprietés, c’est a dire quex hom il fu et comment il morut. Car de toutes ces choses poés vos prendre tes argumens por les lieus de fortune. Si comme dist Juvenaus, il n’a, fist il, au monde si grief chose comme riche fame. 8. Habis est uns compliemens que l’en a d’une parmenable chose en son cuer et en son cors. El cuer est li compliemens de vertus, ki sont devisees en l’autre livre, et les compliemens des ars et des sciences que l’on set et aprent en son cuer. El cors sont li compliement que l’en aquiert non mie par nature mais par son estude u par son ensegnement, si comme est ore de bien combatre u de bien luitier et de bien chevauchier. 9. Volentés est .i. legier movement ki aucunefois avient au cors et au corage par aucune okison, si comme est ore leece, covoitise, poour, courous, maladies, foibleces, et autres samblables choses. 10. Estude est une continuel enprise que li corages fet o grant volenté, si comme est a estudiier soi en philosophie et en clergie. De ce puet li parleours former ses argumens en ceste maniere: cis hom sera bons advocas, car il estudie mout fierement en loi. 11. Conseil est une sentence longuement pensee sor une chose faire u non faire. Mais il i a difference entre conseil et pensement, car pensement est consirier l’une partie et l’autre, mais conseil est la [p. 362] sentence quant il prent l’une des .ii. parties; et por ce covient a tous conseil que la matire et le conseilleour et le temps soient avenable a ce que on vuet prover; car se je disoie, cist home a bien bargeignié son cheval por ce k’il s’en consilla avec son provoire, certes le conseilleour n’est pas avenable; mais se je di, cist hom est bien repentans por ce k’il a longhement consillié a son provoire, certes c’est bons argumens et creables. 12. Oevre en cest conte n’est pas la propre cause sor quoi l’om parole, ains est li usages ke uns hom siut avoir d’une chose faire u de non faire; et de ce puet li parleour prendre son argument a moustrer de cel home s’il fist cele chose ou s’il la fet maintenant u s’il le fra; si comme .i. des chevaliers Catelline dist: je croi bien, fist il, que Catelline fera la conjurison contre nous, car il en est acoustumés. 13. Dit est li usages que l’en siut avoir d’une chose dire u non dire, et ensinc de tout la nature ki est comme devisee de l’oevre ci desus. L’argument fet on en ceste maniere: je ne croi pas ke cis hom mesdie de moi, por ce k’il ne siut pas dire vilenie de nului. 14. Cheoite est des choses ki sont par aventure non mie penseement, et ensiut la nature de l’oevre et dou dit; car on puet retraire son argument de ce ki est a venir et de ce ki est avenu et de ce ki avient, en ceste maniere: vous devés bien croire que cist hom tua cest autre, por çou k’il tenoit .i. coutel sanglant en ses mains. Ou en ceste autre maniere: il n’est par merveille se cist hom rit, por ce k’il a trové un grant moncel d’or. Mais ci se taist li contes des proprietés dou cors, por deviser les proprietés de la chose.

[Livre III, LIII]

DES PROPRIETÉS DE LA CHOSE

N ceste partie dist li mestres que les proprietés de la chose sont teus ke par eus puet li parleours dire et prover sa entention. De cele chose Tulles dist que ces proprietés sont en .iiii. manieres, une ki se tient en toutes les choses, une autre ki est en la chose faisant, autres ki sont jointes a la chose, et une autre ki est environ la chose. 2. Les proprietés ki se tienent en totes les choses sont .iii. manieres, ce sont la some dou fait, l’achoison, et l’apareil. La some dou [p. 363] fait est quant li parleres dit le nom dou fait et de la chose ki a esté u ki est maintenant ou ki est a venir, en une somme briement, en ceste maniere: cist hons si fist murtre, cist autres fist larrecin, l’autres fera traison. 3. L’achoisons de la chose est double, une pensee et l’autre non pensee. Et l’achoisons ki est pensee est quant on fait une chose penseement et par conseil; la non pensee est quant hom cort a faire une chose par aucun soudain movement et sans conseil. 4. L’apareil est en .iii. manieres. Une ki est devant le fait, en ceste maniere: cist hom agaita cel autre et le chaça longuement l’espee nue en sa main. Et li autre apareil est sor le fait, en ceste maniere: et quant il l’ot aconseu, il le gieta a la tiere et le feri tant que il morut. Li tiers apareill est aprés le fait, en ceste maniere: et quant il l’ot tué, il l’enseveli enmi le bois. Ces autres samblables proprietés se tienent o toutes les choses si fermement que a paine puet estre une chose faite sans aus, et por ce en puet li parleour establir ses argumens et prover la chose et bien et fermement. 5. Les proprietés ki sont en la chose faisant sont .v., li lieus, li tens, la maniere, la saisons, et le pooir. Li lieus est cele part u la chose fu faite; et certes il afiert mout a bien prover son dit que li parleours esgarde bien toutes les proprietés dou lieu, c’est se li lieus est grans u petis u long u prés u desiers u habités, et de quel nature est li lieus et tout le pais environ, c’est a dire s’il i a mons u valees ou rivieres u fleuves u sans enues, u se li lieus est bons u mauvés, et si li lieus est sacrés u non, u s’il est communs ou privés, et s’il est u fu a celui ki fist la chose, u non. 6. Tens est li espasse ke l’en ot en la chose faisant, c’est a dire par annees u par mois u par sesmaines u par jors u par heures u novelement u ancienement ou tart u tost; car on doit garder se une grant chose peut estre fete en celui tans. Et sachiés que ces .ii. proprietés, ce sont lieu et tens, sont si proufitable a la chose prover ke neis cil ki misent en escrit les ancienes istores, et cil ki font chartres et letres, escrisent les lieus et les tens por mieus affermer la besoigne. 7. Saison est comprise soz le tens; mais tant i a de difference entre l’un et l’autre ke tens esgarde l’espasse et la quantité dou tens alé et dou present et de celi ki est a venir, mais la saisons esgarde la maniere dou tens, c’est a dire s’il est nuit u jour, u s’il fet cler u oscur tens, u s’il est jor de feste u tens de vendenge u de moissons, u se cil hom dort u s’il fet noces u ensevelist son pere. Vois donc que une saisons apertient a tout le païs, si comme est de meissons, une autre apertient a toute la vile, si comme sont li jour de lor festes et de lor jeus acoustumés u por eslire provost u eveske, un autre apertient a .i. seul home, ce sont noces et sepultures. 8. Maniere est a moustrer coment on fist cele chose et a quel corage, c’est a dire s’il le fist a essient u non u par son gré u contre son gré. 9. Pooir est en .ii. manieres, une ki aide a faire la chose plus [p. 364] legierement, et un autre sans quoi ne poroit estre fait. De ce puet li parleours establir ses argumens, en ceste maniere: il n’est pas merveille se cis chevaliers gaaigne la jouste, por ce k’il est mieus montés que li autre; u ensinc: cist hom ci ne fera pas la jouste, por ce k’il n’a point de cheval, et cil ne fist le coutel por ce k’il n’avoit fier. 10. Des proprietés ki sont jointes a la chose establist li parleour ses argumens en ceste maniere, quant il le retrait d’une autre chose plus grant u plus petit u samblable u d’une contraire u de son general u especial u de la fin u de la chose. 11. Et sachiés que chose pareille et plus grant et plus petite est consiré par la force et par le nombre et par la figure de lui. Raison coment: force est en .ii. manieres, une ki est u cors et un autre ki est en la chose. Ou cors est la force quant son non segnefie les proprietés de lui, car a estre apelés Salemons segnefie sens u savoir, et a estre apelés Noiron segnefie cruauté et folie. En la chose est la force quant le non de la chose segnefie les proprietés de lui, car a dire pericide et mericide segnefie grant cruauté et a Dieu et as homes. Autresi est consirés le nombre quant li parleor dist un u .ii. u .iii. gens u s’il dist u un u .ii. u plusours choses. Autresi est consirés la figure dou cors quant on dist k’il est grans u petis, et la figure de la chose quant ele a plus des proprietés. Car plus est a dire, ci hons ci ocist un priestre sour l’autel au jour de Paskes, que a dire, il ocist un home privé en lieu privé. 12. Samblable chose n’est mie pareille, car pareille chose segnefie la grandour et la mesure, mais samblable ne segnefie autre chose ke la qualité; car samblanche est la proprieté ki fait .ii. diverses choses estre samblables entre lor. Raison coment: cist hom est isnel comme tigre, et cis prestres deveroit sermoner au pule comme Sains Pieres. 13. Contraires choses sont celes ki tot droit, front a front, sont l’une contre l’autre; si comme est froit contre chaut et vie contre mort, mal contre bien et veillier contre dormir et orguel contre humilité. De quoi li parleour puet ses argumens former en tel maniere: se tu anuies celui ki te garanti de mort, ke feras tu dont a ciaus ki te welent ocire ? 14. Generale chose est cele ki est desus, c’est a dire celi ki comprent maintes choses desur lui; car vertu est general, pour ce que desous lui sunt justice, sens, et atemprance, et maintes autres bontés; et animal est general por ce que desous lui sont homes et bestes. 15. Especiale chose est cele ki est desous son general, car avarice est especiale pour ce k’ele est sous covoitise, et sens est sous vertu. 16. La fin de la chose est ce ki ja en est avenu et ki en avient et ki en est a avenir, et de ces choses retrait li parleour son argument quant il moustre ce ki est avenu u ce ki doit avenir u ce que avenir sieut des choses samblables, en ceste maniere: par orguel vient outrages et par outrage avient haine. 17. [p. 365] La quarte maniere de la proprieté de la chose est de ce ki avient environ la chose, non pas si dedens comme les autres devant dites; en quoi on doit tot avant garder comment cele chose iert apelee et de quex non, et quel furent li chievetain et li troveour de la chose, et ki li aida a fere. Aprés doit il garder quel loi et quel us et quel jugement il a sous cele chose u quel art u quele science ou quel mestier. Autresi doit il garder se cele chose siut avenir sovent u par nature u non, u s’ele siut desplaire as gens u non, et ces proprietés, et maint autres ki suelent avenir aprés le fait maintenant u tart, u se c’est honeste u proufitable. Et doit tousjours li parleour consirer en tel maniere ke de toutes proprietés il sache confermer ses dis et retraire ses argumens et prover sa cause, por ce que mal s’entremet de parler ki ne prueve ses paroles raisnablement, si k’il soit creus de qank’il dist u de la grignour partie. Et por ce vaut li mestres moustrer comment li parleour doit moustrer ses argumens.

[Livre III, LIIII]

DE .II. MANIERES DE TOUZ ARGUMENS

OUS argumens que li parleour font par les proprietés devant dites, Tuilles dist k’il doivent estre necessaire u voirsamblables; car argumens est uns dis trovés sour aucune matire ki le moustre voirsamblablement u ki le prueve necessairement.

[Livre III, LV]

DES ARGUMENS NECESSAIRES

I necessaires argomens est celui ki moustre la chose en tel maniere que autrement ne puet ele pas iestre. Raison coment: ceste feme gist d’enfant, donc a ele connut home. Et sachiés que li argumens ki prueve la chose par necessité puet estre dit en .iii. manieres, u par reploiement u par nombre u par simple conclusion. 2. Reploiement est quant li parleours dist choses, deus u trois u [p. 366] plusours parties, desquex, se son adversaire conferme l’une quele qu’ele soit, certes il sera conclus. Raison coment: je di que Thomas, u il est bons u il est malvais. Se tu dis k’il est bons, je di, por quoi le blasmes tu donc ? et se tu dis k’il est mauvais, je diroie, por quoi converses tu donques avec lui ? Et ensi vient de reploiement, ke laquele partie que tu preignes, je en trai maintenant mon argument ki te conclust par necessité. 3. Et sachés que cis argumens est en .ii. manieres, une ki est par la lorce de .ii. contraires coses ke l’on dist tot ensamble l’un aprés l’autre, si comme est ci en l’essample avant dit; l’autre maniere est par la force de .ii. choses ki sont contraires entr’aus par la force d’une negation, en ceste maniere: je di que cist hom ci a deniers u il n’en a nus. Iteus argumens fist Sains Augustins contre les juis quant il lor dist, li Sains des sains est venus u non est: s’il est venus, donc est perdus vostre enoignemens, et s’il n’est venus, n’est li enoignemens pas perdus. Et se li enoignemens n’est pas perdus, donc avés vous roi; et se vos avés roi, donc u çou est Jhesucris u uns autres; mais d’autre roi n’avés vous point, donc est il Jhesucris. 4. Nombres est quant li parleours conte en son dit maintes choses et maintenant les oste trestotes fors que une seulement, laquelle il prueve par necessité. Raison comment: je dirai ensi, il covient a fine force ke se cist hom tua cel autre k’il le fist u par haine ki entr’aus fust u par paor u par esperance ou par l’amor d’aucun sien ami; et s’il n’i a nule de ces ochoisons, donc ne l’ocist il pas, car sans oquoison ne puet estre fait un tel malfet. Mais je di ke entr’aus n’avoit nule haynne ne poour et k’il n’i avoit esperance k’il deust estre son oir u d’avoir aucun autre proufit de sa mort, ne il ne nus de ses amis, donc di je k’il ne l’ocist pas. 5. Et ceste maniere d’argument est proufitable a celui ki deffent sa queriele, si comme li essamples moustre ci deseure. Autresi est il proufitable a celui ki acuse. Raison comment: je di ke mon argent u il fu ars u il est en la huche u tu l’as emblé; mais ars ne fu il pas ne en la huche n’est il mie, donc remaint ceste partie que tu l’as emblé. 6. Simple conclusions est quant li parleour conclust necessairement ce k’il wet prover par la force d’une chose ki est dite devant. Raison comment: vous dites que cest murtre je fis en aoust, mais en celui tens estoie je outre mer, donc apert par necessité que je ne le fis pas. 7. Or avés oii les .iii. manieres de necessaires argomens, es quex li parleours se doit mout fierement garder que son argument n’ait mie solement la coulor et la samblance de necessité, ains soit dou tout de si necessaire raison que li adversaires ne puisse rien dire a l’encontre.

[Livre III, LVI, p. 367]

D’ARGUMENT VOIRSAMBLABLE

I voirsamblables argumens est des choses ki ont acoustumé a venir sovent, ou des choses que l’on quide ki soient u des choses ki ont aucune samblance k’eles soient voires u voirsamblables. 2. Des choses ki ont acoustumé a venir prent li parleours son argument en tel maniere: se ceste feme est mere, donc aime ele son fis, et ce cist hom est avers, donc ne redoute il sairement. 3. Et des choses ke l’om quide ki soient prent li parleor son argument en ceste maniere: se cist hom est pechieres, s’ame ira a la pardurable mort, et se cist hom est philosophes, donc ne croit il es Diex. 4. Des choses ki ont aucune samblance prent li parleours son argument en trois manieres, u par ses contraires, u par ses pareilles, u par celes ki sont d’une meisme raison. Par ses contraires fet on son argument en ceste maniere: se li pecheour vont en infier donc li religieus vont en paradis. 5. Par les pareilles ensi: si comme li lieus sans port n’est pas seurs as neis, tot autresi li corages sans foi n’est parmanables as amis, car lieus sans port et coer sans foi sont samblables en muableté, et nef et amis sont samblables en seurté. 6. Par les choses ki sont d’une meisme raison prent li parleour ses voirsamblables argumens en ceste maniere: s’il n’est laide chose au chevalier de doner ses robes, donc n’est il laide chose as menestriers s’il les viestent. Or sachiés que cis argumens et li autre samblable sont necessaire en ceste maniere: s’il a le marge, donc fu il navrés; mais li voirsamblables est ensi: s’il a mout de poudre sor ses sollers, donc a il alé longue voie. Ités argumens est provables mais il ne sont pas necessaires, car on poroit bien avoir poudre sour sa chancemente sans estre alé ne poi ne grant, més marge ne poroit nus avoir sans navreure. 7. Por quoi je di que toz argumens voirsamblables, ou il est signe u il est creable, u il est establis u il est samblables. 8. Et signes est une demostrance ki done presumption ke la chose fust u sera selonc la segnefiance de celui signe, mais il n’est pas certaine prueve, et por ce requiert encore grignour confermement. Et cist signes sont selonc les .v. sens dou cors, de l’oïr, dou flairier, dou savoir, dou touchier. Car je di, il a enki environ charoigne pour ce k’il i a grant puantour, certes c’est .i. signes; mais il n’est pas certains, k’il ne coviegne encore grignor prueve. 9. Creables est ce ke sans nul tiesmoigne [p. 368] done foi et creance, en ceste maniere: il n’est nus hom ki ne desire ke ses fiz soient sains et bonseureus. 10. Establis est en .iii. manieres, ou par loi u par commun usage u par establissement des homes. Par loi est establie la paine des larrons et des murtriers. Par commun usage est establis que l’en rende honour as vieus et as plus grans de lui. Par establissement des homes est quant il establissent par aus meismes sor une chose douteuse, k’il en doit estre. Raison comment: Grasces, quant il fu censor de Rome, ne fist rien del monde sans le sens son compaignon; se li tornoient li .i. a sens et li autre a folie; mais li commun dou peule establi k’il fu consoles en l’an apriés, et ensi fu fermé k’il avoit fait grandisme sens. 11. Samblables est ce ki demoustre aucune samblance de raison entre deus diverses choses, et c’est par .iii. manieres, u par ymage u par comparison u par essample. Ymages est çou ki dist ke .ii. u plusours diverses choses ont aucune samblance entre eles selonc les proprietés dou cors et de la nature, en ceste maniere: cist hom est plus hardis que lions et cil autres couars comme lievres. Comparisons est ki moustre ke aucunes diverses choses aient entre eles resamblance selonc les proprietés des corages, en ceste maniere: cist hom est engignous comme Aristotles et cil autres est gros comme un asnes. Examples est celi argumens ki moustre aucune resamblance es choses pour les dis et par les commandemens ke l’om trueve es livres des sages, u par ce ki est avenu as homes u as choses ki furent de cele semblance. Mais de ces argumens se taist ore li mestres, car il voldra torner as autres choses ki apertienent a confermement.

[Livre III, LVII]

DES ARGUMENS DE LONG ET DE PRIÉS

PRÉS çou que li mestres ot ensegniés les lieus et les proprietés et les raisons desquex et comment li parleours puet prendre argoment de prover sa matire et son dit, et il li fu avis que, se il ces argumens devisast par parties, que la raisons en seroit plus bele et plus entendable, meismement por ce que c’est une science que poi de parleour sevent, car ele est grief a savoir et a moustrer. Et por ce [p. 369] dist il en ceste partie que totes manieres d’argumens, de quel proprieté u de quel raison k’il soient, certes il covient k’il soit pris u de long u de priés; car aucunefois est tele la matire dou parleour k’il ne le poroit prover s’il ne se fesist de loing. Et por ce est il drois a deviser les ensegnemens de l’un et de l’autre.

[Livre III, LVIII]

DE L’ARGUMENT KI EST PRIS DE LONG

E long est pris celui argumens ki par la samblanche des certaines choses de loins amaine son adversaire a consentir et a connoistre cele chose que li parleours vieut moustrer. 2. Raison comment: je parlai a Audebrant ki pas n’amoit sa feme, ne ele lui, en ceste maniere: dites moi, Audebrant, se vostre voisin eust mieudre cheval de vous, lequel ameriés vous mieus u le sien u le vostre; le sien, fist il. Et s’il eust plus bele maison de vous, le quel volriés vous avoir, u la vostre u la soue; la soue, fist il. Et s’il eust millour fame de vous, laquele volrois vous, u sa soue u la vostre: a ce ne dist il ne ce ne quoi. 3. Maintenant je m’en alai a sa fame et li enquis en tel maniere: se vostre voisine eust millour trezor de vous lequel volriés vous, u le sien u le vostre; le sien, fist ele. Et s’il eust millours dras et plus riches harnois de vous, lequel voldriés vos, u le sien u le vostre; le sien, fist ele. Et s’ele eust millour mari de vous, lequel volriés vous, u le sien u le vostre; a ceste parole ot la feme honte, k’ele ne dist noient. 4. Et quant je fui a ce venus, maintenant je lor dis, por ce que nus de vous ne respont pas a ce ke je voloie oïr, je diroie ce que chascuns pense: vos volriés avoir trés bone feme et vous trés bon mari; pour ce vous di que se vous ne fetes tant que chascuns soit le millour, vous ne finerés jamés de querre ce que trés bon samble. Donc vous covient il penser que vous soiés trés bons maris et tu trés bonne fame. 5. Gardes donc, ke por la resamblance des certaines choses de long je les amenoie a consentir ce que je voloie; car se je demandaisse tout simplement se celui volsist millor feme, u cele meillor mari, certes il ne se fussent pas consenti a ma demande. Iteus commandemens usa mout Socrates en ses dis et tote foies k’il voloit rien prover metoit il avant teus raisons que l’en ne pooit pas nier, et lors faisoit il sa conclusion de ce ki estoit en son proposement. 6. Mais en ces argumens doit li parleor garder .iii. choses. Premierement que ce que il prent de long par samblance de sa cause soit certaine sans doute, car chose douteuse doit estre provee par [p. 370] certaines raisons. 7. Aprés doit garder k’ele soit dou tout samblable a ce k’il wet prover, car s’ele fust estrange u dessamblable il ne poroit pas former sa prueve. 8. Aprés doit il garder ke li oïeres ne sace pas a quoi li parleor bee ne por quoi il li fait ces demandes, car s’il s’en aperceust, u il s’en tairoit u il nieroit u il responderoit par contraire. 9. Et quant tu auuras a ce mené ton adversaire, il covient a fine force k’il face une de ces .iii. choses, u k’il se taise u k’il nie ou k’il conferme ta prueve. Et se ce est que il le nie, et tu la reprueves par la samblance de ce ke tu avoies devant dit, ou d’autres samblables choses ke tu redies maintenant. Mais s’il le conferme u il se taist, maintenant dois tu conclure la querele et poser fin a ton dit. Car Tuilles dit ke cil ki se taist est samblables a celui ki conferme. 10. Par ces ensegnemens poés vous entendre ke en cesti argument de long covient avoir .iii. choses, la premiere est la samblance que li parleour dit tot avant, la seconde est cele propre chose k’il vieut prouver, la tierce est cele conclusion ki moustre ce ki ensiut de ses argumens et conferme sa prueve. 11. Mais por ce k’il i a mainte de gent de si dur cervice que par les ensegnemens ki sont doné sor ancune science ne le poroient pas entendre s’il ne le veissent par essample, por ce vieut encore li mestres escrire .i. essample d’un plait ki dura longuement entre les grezois, o il avoit jadis une loi ki disoit ke se li viens connestables ne renvoiast toz les chevaliers au noviel connestable, k’il deust perdre la teste. Or avint chose ke Epaminaus n’envoia pas ses chevaliers au noviel connestable lors k’il devoit, ains s’en ala a toute son ost contre les lacedoniens et les venki par force d’armes. Et quant il fu encusés, il disoit que cil ki fist la loi entendi que se li vieus connestables detenist les chevaliers por le proufit dou commun, k’il ne fust dampnés; mais son adversaire faisoit ses argument contre lui, et ceste maniere: 12. Segnour juges, çou ke Epaminaus dit, et k’il vieut joindre a la loi outre ce ke vous i troverés escrit, soufrirés le vous ? nenil. Et se ce fust que vous le soufrissiés por la victore k’il a aquise, ce seroit mout contre les dignités de vous et contre vostre honorabletés; mais quidiés vos ke le peuple le suefre ? nenil certes. Et se c’est tort a joindre a la loi, quidiés vous que il soit droit a fere le ? certes je conois tant le sens et le savoir ki en vous est, que ja ne vous sambleroit. Por quoi je vous di que se la lois ne puet estre amendee, ne par vous ne par autre, donc ne poés vous remuer la sentence de ce que vous ne poés remuer .i. sol mot. Mais ci se taist li mestres a parler des argumens de loing, de quoi il a dit assés, si torne son conte as argumens de prés.

[Livre III, LVIIII, p. 371]

DE L’ARGUMENT KI EST PRIS DE PRÉS

E priés est pris celui argument ki par aucune des proprietés dou cors u de la chose mousterrai ke son dit soit voirressamblables, et le conferme par sa force et par sa raison sans nul argument de loins. De cestui argument dit Aristotles et Teoforastes k’il i a .v. parties. Dont la premiere est le proposement, c’est a dire quant tu proposes briement la somme de ton argument. Raison comment: tu dis ke totes choses sont mieus governees par conseil ke sans conseil, c’est ton proposement, et est la premiere partie de ton argument. 2. Or te covient aler a la seconde, c’est a confermer la par maintes raisons, en ceste maniere: la maisons ki est establie par raisons est mieus governee de toutes choses ke cele ki est governee folement. Li hom ki a bon chievetain et bon signour est plus sagement menés ke celui ki a fol signor et niche. La nef meismes fet bien son cours quant ele a sage governeour. 3. Or est acomplie la seconde partie de son argument, c’est le confermement dou premier proposement, si te covient aler a la tierce partie, c’est a prendre ce que tu vieus prover par le premier proposement, en ceste maniere mais nule rien n’est si bien governee par conseil comme tous li mondes; c’est la prise ke tu vieus prover. 4. Et maintenant te covient passer a la quarte partie de l’argument, c’est a confermer prise par maintes raisons, en ceste maniere, que nous veons que li cours des signaus et des planetes et de toutes estoiles est establi a son ordre, li muement du tans sont chascun an par necessité, ou por profit de toutes terrienes choses; ne li ordre dou jour et des nuis n’est mie por le damage de nuli: totes ces choses sont signes ke li mondes n’est mie governés sans grandisme conseil. 5. Or est acomplie la quarte partie des argumens, c’est li confermemens et la prise; si te covient maintenant aler a la cinkime partie de l’argument, c’est a conclusion, ki puet estre dite en .ii. manieres: ou sans redire noient du premier proposement ne de la prise, en ceste maniere: donc di je que li mondes est governez par conseil; ou en redisant le premier proposement et la prise, en ceste maniere: car se toutes choses sont mieus governees par conseil ke sans conseil, ne nule rien n’est si bien governee par conseil come tous li mondes; donc di je que tous li mondes est governés par conseil. Et ce sont les .v. parties des [p. 372] argumens de priés, c’est le proposement et son deffermement, la prise et son confermement, et la conclusion. 6. Mais il i a maint des gens ki dient ke cestui argument n’a que .iii. parties sans plus, car il quident ke le proposement et son confermement ne soit que une meisme chose, et la prise et ses confermemens, une chose, et la conclusion soit une autre chose. Mais il sont trop malement deceu, et orés raison por coi. 7. Çou sans quoi une chose puet estre n’est pas de cele chose, ains est d’un autre tot par lui, et ensi sont .ii. choses et non pas une, et ore orés comment. Se je puis estre home sans savoir lire, donc sui je une chose et la letre est une autre. Autresi est d’un proposement ki puet estre ferm et estables sans nul confermement. Se le jour que ce murtre fu fés a Rome je estoie a Paris, donc ne fu je pas a ce murtre; ci n’a mie mestier de nul confermement. 8. Maintenant feras ta prise, et diras en ceste maniere, mais a Paris estoie je sans faille. Et quant tu auras ce dit, tu le dois confermer et prover et faire puis ta conclusion, et dire, donc ne fui je pas a ce murtre. Tot autresi est d’une prise ki puet estre ferme et estable sans nul confermement, en ceste maniere: se li hom wet estre sages, il se doit estudier en philosophie; c’est le premier proposement ki requiert a estre confermee, pour ce que mainte gent quident que l’estuide de philosophie soit mauvaise. Et quant tu l’auras confermé par bones raisons, tu feras ta prise en ceste maniere: mais tot home desirent a estre sage; ceste prise est si certaine ki ne le covient confermer. Mais tot maintenant fai ta conclusion en ceste maniere, donc se doit chascuns estudier en philosophie. Par ces raisons et par ces examples pués tu bien connoistre k’il i a de teus proposement et de teus prises ki requierent a estre confermé, et de teus ke non. 9. Por ce s’acorde bien Tuilles a la sentence d’Aristotle, et dit que en cestui argument a .v. parties, et que cil sont en erreur ki quident qu’il n’en i ait que .iii. solement. Et neporquant il puet estre aucunefois li argomens de tel nature k’il n’i a que les .iiii. u les .iii. parties sans plus. Et a la verité li argumens a totes les .v. parties quant il dist le proposement et son confermement, et la prise et son confermement, et la conclusion. Mais quant li proposement ou la prise est si estable que li uns d’aus n’a mestier de nul confermement, lors n’a que .iiii. parties li argumens. Et se li proposemens u la prise sont teus que l’un ne l’autre ne quiert confermement, lors n’a li argumens que .iii. parties, c’est le confermement ou la prise et la conclusion. 10. Mais il i a mainte gent qui quident que cest argumens puet estre de .ii. parties u d’une solement; car se li proposement et la prise sont si estables que la conclusion naist toute clere, si k’il ne le covient pas dire, lors n’a il que .ii. parties; et se li proposemens est si fors que li parleres en puet maintenant confermer sa conclusion sanz [p. 373] prise, lors n’a il que .ii. parties. Autresi en ceste maniere: ceste feme gist d’enfant, dont connut ele home carnelment. Et si li proposemens est si fors et si estables que l’en entent bien la conclusion sans dire la, lors n’i a il c’une partie; car se tu dis, ceste feme est grosse, chascuns entent bien k’ele a conneu malle, si k’il ne le t’estuet pas dire. 11. Sor ces parties dist Tuilles k’il ne quide pas ke drois argumens puist estre fait selonc cestui art au mains de .iii. parties. Car ja soit ce que diverses sciences aloigne divers ensegnemens, neporquant la science de rectorique requiert argument clers et certains ki se facent croire as oïans. Por ce a li mestres diligement devisé de toutes manieres de prover ce ke l’en wet dire et de confermer selonc ce que s’en apertient a la quarte branche du conte, c’est a confermement; si tornera a sa matire por dire de la quinte branche, c’est dou deffermement.

[Livre III, LX]

DE LA QUINTE BRANCHE DU CONTE, C’EST DEFFERMEMENT

PRÉS la doctrine dou conffermement vient la quinte branke dou conte, c’est deffermement. De quoi Tulles dit que deffermement est apielés quant li parleours apetice et destruit les argumens son adversaire dou tout ou de la grignor partie. Et sachiés que deffermement ist de cele meisme fontaine que le confermement, car si comme une chose puet estre confermee par les proprietés du cors et de la chose, tot autresi puet ele estre deffermee, et por ce dois tu prendre l’ensegnement meismes que li mestres devise cha ariere el chapistre dou confermement. Et neporquant il en dira aucune chose por mieus mostrer la force et la nature dou confermement, et chascuns le pora entendre plus legierement quant li .i. contraires est mis aprés l’autre. 2. Toz argumens sont deffermés en .iiii. manieres. Premierement se tu nies la prise de ton adversaire, ce meismes k’il wet prouver. Aprés se tu confermes la prise, tu nies la conclusion. Aprés se tu dis que son argument soit vicieus. Aprés se contre ton argument tu en [p. 374] redis .i. autre autresi ferme u plus. Por ce volt doner li mestres les ensegnemens ki covient a chascun de ces .iiii. manieres.

[Livre III, LXI]

DOU DEFFERMEMENT KI NIE LE VOIRSAMBLABLE ARGUMENT

E premier deffermement est a nier ce que ton adversaire prent a prouver par argument necessaires ou par argumens voirsamblable. Et se ce que il dist est argumens voirsamblables, tu les poras niier en .iiii. manieres. 2. Dont la premiere est quant il a dit d’une chose qu’ele est voirsamblable, et tu dis que non est, por ce que son dit est tout clerement faus, en ceste maniere: tes adversaires dist qu’il n’est nus hom ki ne soit plus covoiteus de deniers que de sens; certes de ce ne dist il mie voir, car il en i a plus ki ayment sens que catel. 3. U se son dit est teus que son contraire soit autresi creables comme son dit, en ceste maniere: tes adversaires dist k’il n’est nus hom ki ne soit plus covoiteus de signorie que de deniers, certes autresi pués tu dire son contraire, k’il n’est nus ki ne covoite plus deniers que signorie. 4. U se son dit n’est pas creable, en ceste maniere: uns hom ki est fierement avers dit que por .i. petit service de son ami il a laissié un sien grandisme proufit. 5. U se ce ki siut avenir aucunefois, tes adversaires dist k’il avient tozjours useement, u en ceste maniere: il dist que tot povre covoitent plus deniers que signorie, certes il avient bien aucunefois que uns povres covoite plus deniers, mais il en resont des autres ki mieus ayment la signorie; si comme en aucuns lieus desers suelt on fere murtre, mais non pas en tous. 6. U se son dit n’est pas creable, en ceste maniere: tes adversaires dist de ce ki avient aucunefois k’il n’avient en nule maniere dou monde, en ceste maniere: il dist que nus ne puet estre pris d’amour de feme por un seul regart, car c’est chose ki puet avenir que par une seule vene l’en ayme par amours. 7. La seconde maniere de niier le dit ton adversaires est quant il dist le signe d’une chose, et tu le deffermes par cele meisme voie k’il a confermee. Car en toz signes covient il a moustrer .ii. choses, une ke celui signe soit voir, l’autre k’il soit propre signe de la chose k’il vieut prouver: si comme sanc qui est signe de meslee, et charbons sont signe de feu. Et puis covient a moustrer que fait soit ce qui ne covient pas, ou que ce ne soit ki covenoit, et que li hom de qui li parleour dient sa loi et la coustume de ceste chose, car toutes ces choses apertienent a signe et au samblant. 8. Et pour çou que tu vieus deffermer [p. 375] les signes ton adversaire, tu dois esgarder comment il le dist; car s’il dist ke ce soit signes de cele chose, tu diroies ke non est, en ceste maniere: il dist ke la cote est toute sanglante que tu aportes, et est signes que tu as esté a la mellee, et tu diroies que non est; ou tu dis que c’est legiers signes, car la cote sanglante puet estre signes que tu aies esté signiés. 9. U tu dis que celui apertient plus a toi que a lui; car s’il dist que fait soit ce ki ne covient pas, en ceste maniere: tu en rougis ou visage pour ce que tu avoies coupe en cest meffet, tu dis que ce ne fu mie por mal més por honesteté et par droit. U tu dis que celui signe soit dou tout faus; car s’il dist que tu tenoies le coutel sanglant, tu dis que sanglant n’estoit il pas, mais il ert enrueilliés. 10. Ou tu dis que celui soit apiertenans a autre suspection que tes adversaires ne dist; car s’il dist que ce ne soit pas fet ki covient, en ceste maniere: tu t’en alas sans congié prendre, c’est samblance de larrecin, et tu dis que ce ne fu mie por mal, mais por ce que tu ne voloies esvillier le signeur de laiens. 11. La tierce maniere de niier le dit de ton adversaire est quant il fait en son dit une comparison entre .ii. choses, et tu dis que cele chose n’est pas samblable a cele autre, por ce k’eles sont de diverses manieres. Car s’il dist, tu voldroies avoir millour cheval que ton voisin, donques voldroies tu avoir millour feme, et tu denies son dit por ce que fame est d’autre maniere ke cheval. Ou pour çou k’eles sont de diverses matires; car s’il dist que l’om le doit redouter comme lyon, tu nies son dit, por ce que hom est d’autre nature ke lyon. 12. Ou por ce k’il sont de diverses forces; car s’il dist que Pyrus doit estre dampnés a mort por la feme Hirestis k’il ravi, autresi com Paris ravi Helaine, et tu nies son dit, por ce ke le forfait Paris fu plus fort que celui de Pyrrus. 13. Ou por ce que eles ne sont pas d’un grant; car s’il dist, cist home ci a .i. home tué, il doit estre jugiés a mort autresi comme cil autres ki en ocist .ii.; et tu nies son dit, por ce k’il ne fist si grant mal comme cel autre. Si di je en somme des diversités dou tens, dou liu, dou cors, et de l’opinion, et de toutes diversités ki sont es hommes et es choses. Car de chascune puet li bons parliers reprendre son adversaire, et deffermer son confermement. 14. La quarte maniere de niier le dit a ton adversaire est quant il ramentoit aucun jugement des sages homes. Car teux argumens puet il confermer en .iiii. manieres. 15. Ou par la louange de ciaus ki le jugement donerent, si comme Julle Cesar dist que li ancien sage de Rome par lor grant sen avoient pardonné a ciaus de Cartages. 16. Ou il le puet confermer par la resamblance que celui jugement a a la chose de qui il parole, si comme fist .i. preteor de Rome quant il dist, si comme nos anciestres pardonerent a ciaus de Cartage, tot autresi devons nos pardoner a ciaus de Greze. 17. Autresi le puet il [p. 376] confermer por ce k’il dist que le jugement k’il ramentut fust confermés par trestous homes, u par toz ciaus ki l’oïrent ou ki confermer le peurent, por ce ke celui jugement fu grignour et plus grief de la chose de qui il parole; si comme fist Catons quant il dist que Mallius Torcatus juga son fis por itant solement k’il envaï les françois contre son commandement. 18. Ce sont les .iiii. manieres por confermer le jugement, et tu soies maintenant apareilliés, et defferme ce k’il a dit par le contraire de ses confermemens, se tu onques pués. C’est a dire que se il les loe tu les blasmes, et s’il dist que le jugement fu confermés, et tu dis que non fu. Autresi fai de toutes les raisons k’il dist sor le jugement, tu dies les contraires raisons. 19. Mais por ce ke li ensegnement dou parleor doivent estre communs entre l’un parleour et l’autre, dist li mestres ke li parleour ki ramentoit le jugement doit mout regarder que le jugement ne soient dessamblables de cele chose de qui il parole por ce que son adversaire le poroit legierement reprendre. 20. Aprés ce doit il garder k’il ne ramentoive tel jugement ki ait esté contre les oïans, por ce k’il crieront et diront maintenant que ce fu contre droit, et ke li juges en deust estre dampnés. 21. Aprés ce doit il garder que, quant il puet ramentevoir mains bons jugemens loés et seus, il n’en die .i. estrange ne mesconneu, car c’est une chose de quoi son adversaire le puet legierement reprendre et deffermer son dit. Or avés oii comment on puet deffermer toz voirsamblables argumens; si fet huimés bon dire dou deffermement de necessaires.

[Livre III, LXII]

DOU DEFFERMEMENT KI NIE LES NECESAIRES ARGUMENS

T se ton adversaire fait sor son dit argumens necessaires, tu dois maintenant consirer se li argumens est necessaires u s’il porte samblance de necessité. Car s’il est droitement necessaires tu n’as pooir de contredire, mais s’il porte la samblance et il ne soit pas [p. 377] necessaires, lors li poras tu deffermer par icele voie meisme ki fu devisee ça ariere el chapitle des necessaires argamens, c’est par reploiement et par nombre u par simple conclusion. 2. Reploiement est quant li parleours devise .ii. u .iii. u plusours parties desquex, se tu confermes l’un quex k’il soit, certes il te conclust s’ele est voire. Mais s’ele est fausse tu le pués deffermer en .ii. manieres u en .ii. deffermemens, ou en deffermant toutes les parties, u en deffermant l’une sans plus. 3. Raison coment: tes adversaires vieut conclure que tu ne dois pas chastoier ton ami, et sor ce devise .ii. parties, en ceste maniere: u il crient, u il ne crient pas; se il crient ne le chastoies mie, car il est bons, s’il ne crient, ne le chastoies pas, car il a por nient ton ensegnement. Cis argumens n’est pas necessaires, més il le resamble; et tu dois maintenant deffermer andeus les parties en ceste maniere; mais je les doi chastiier, car s’il crient honte, il ne despira pas més dis, et s’il ne crient, de tant le doi je plus chastiier, por ce k’il ne soit mie bien sages. Et se tu vieus deffermer l’une de ces parties sans plus, tu diras ensi: mais s’il crient voirement le doi je chastiier, car il sera amendés par mes dis, et deguerpira son erreur. 4. Nombres est quant li parleor conte en son dit maintes choses pour l’une prover selonc ce que li contes devisera el chapistre des necessaires argumens. Lors maintenant te covient deffermer son nombre, car il puet avoir .iii. visces. 5. Dont li premiers est se il ne nombre pas cele partie que tu vieus affermer. Raison coment: tes adversaires dit ensi: u tu as achaté ce cheval u il te fu donés, u il fu norris en ta maison u il t’eschei d’iretage, u se ce n’est, donc tu l’as emblé; mais je sai bien, tu ne l’as achaté, ne ne te fu pas donnés, ne ne t’eschei d’iretage, ne ne nasqui en ta maison, donc l’as tu emblé sans faille. Et quant il a ensi conclus, tu dois maintenant dire la partie k’il laissa en son nombre, et di ke tu l’as gaaignié au tornoiement, car son argument i est toz deffermés se c’est la verité k’il n’avoit pas conté. 6. Li secons visces est quant il nombre une chose que tu pués contredire, car s’il dist que chil chevaus ne t’eschei d’iretage, et tu pués dire que si fist, certes son argument est toz depechiés. 7. Li tiers visces est quant une des choses k’il nombre tu le pués bien reconnoistre et affermer sans laidure. Raison coment: tes adversaires dist ensi: tu demeures enki por luxure u por agait u por le proufit ton ami, certes tu pués bien affermer ke tu i soies por le porfit d’aucun. 8. Simple conclusion est quant li parleour conclust ce k’il vieut par la force d’une chose ki est dite devant moi; c’est de .ii. manieres, u il le prueve par necessité, u par samblance de necessité. Et se c’est par necessité, tu ne le pués pas contredire; car s’il dist, ceste feme est enchainte, donc conut ele home, u se cist hom espire, [p. 378] donc vit il, certes tu ne pués rien dire a l’encontre. Mais se c’est par samblance de necessité, en ceste maniere: s’ele est mere, donc ayme ele son fiz; certes tu le poras bien reprendre, et moustrer que ce ne soit par necessité, ains puet estre tot autrement.

[Livre III, LXIII]

DOU SECONT DEFFERMEMENT KI NIE LA CONCLUSION

I secons deffermemens est quant tu reconnois que li proposemens u la prise de ton adversaire soit veritable, mais tu nies sa conclusion por ce k’ele naist de ce que tu avoies reconneu, ains conclust autre chose qu’ele ne doit ne ne puet. Raison coment: les gens de ta vile alerent a ost, et il avint chose que quant tu i aloies une maladie te prist enmi la voie ke ne te laissa pas aler jusques a l’ost, si ke ton adversaire t’en acuse, et conclust en ceste maniere: se vos fussiés venus en l’ost, nostres connestables vos eust veu; mais ne vous virent, donques ni volsistes vous pas venir. 2. Or garde que en cestui argument tu affermes bien le proposement ton adversaire, c’est que se tu eusses esté a l’ost li connestable t’eussent veu, et affermes sa prise, c’est k’il ne te virent pas, mais sa conclusion ne naist mie de ce, car la u il dist que tu ni volsis aler, il ne dist mie voir, por ce ke tu i voloies bien aler mais tu ne pooies. 3. Cis essamples est si clers et si ouvers que c’est legiere chose a connoistre son visce, et por ce vieut li mestres moustrer .i. autre essample plus oscur a entendre, por mieus ensegnier ce ki apertient a bon parleour; car la u li visces est oscurs a entendre, il puet bien estre prouvés autresi comme s’il fust veritables. Et ce puet estre en .ii. manieres, ou por ce k’il quide ke tu affermes a de certes une chose douteuse, ou por ce k’il quide qu’il ne te soviegne pas de ce que tu as affermé et recongneu. 4. Et se c’est k’il quide que tu aies affermé a de certes une chose douteuse por quoi ton adversaire te conclust, lors maintenant te covient il moustrer l’entendement que tu avoies quant tu affermas cele chose, et dire k’il a reploiet son argument a autre chose. Raison comment: tes adversaires dist ensi, vos avés mestier d’argent; et tu affermes bien son dit selonc ta entention, c’est a dire que tu en voldroies avoir plus grant somme que tu n’as. Mais tes adversaires pense [p. 379] tot autre chose, et dist ensi, mais vous avés mestier d’argent, car se ce ne fust vous feriés marchandise, donc iestes vous povres. Garde donc k’il te conclust par autre entention, et por ce pués tu deffermer son argoment k’il reploia et mua ce que tu entendoies. 5. Mais s’il quide que tu aies oblié çou que tu as recogneu, et coment, il en fera une mauvaise conclusion contre toi, en ceste maniere: se li iretages dou mort apertient a toi, chascuns doit croire que tu l’ochesis. 6. Et sor ce mot dist tes adversaires maintes paroles et assigne plusours raisons a prover sa cause. Et quant il a ce fait il prent son argument, et dist, mais sans faille li iretages apertient a toi, donc l’as tu ocis. Garde donc que ceste conclusion ne siut pas de ce que li iretages apertient a toi. Et por ce te covient il diligement regarder la force de son argument et dont il le trait et coment.

[Livre III, LXIIII]

COMMENT ON DOIT DEFFERMER L’ARGUMENT KI EST VICIEUS

I tiers deffermemens est quant tu dis que li argumens ton adversaire est vicieus. Et ce puet estre en .ii. manieres, ou por ce k’il a visce en l’argument meismes, ou por ce qu’il n’apartient pas a ce que li parleres propose. Et sachiez que vices est en l’argument quant il est dou tout faus, ou s’il est communs u universaus u legiers u lontains u mal appropriez u doutous u certains u non affermés u lais u anoieus u contraires u mouvables u adversaires. 2. Faus est celui ki est apertenant de mençoignes. Raison coment: nus ne poroit estre mout sages ki desprise deniers, mais Socrates desprisoit les deniers, donc ne fu il pas sages. 3. Comun est celui ki n’apertient pas a toi plus k’a ton adversaire. Car se tu dis ensi, je dirai briefment por ce que j’ai droit, autresi le puet dire ton adversaire comme tu. 4. Universel est celui ki puet estre retrait sor une autre chose ki n’est pas veritable, en ceste maniere: Segnor juges, je ne m’en fusse pas mis sor vous se je ne quidasse que li drois en fust tousjours devers moi. 5. Legiers est en .ii. manieres une ki est dite a tart, si comme li vilains dist, se je quidasse que l’en emblast mes bués, je eusse fermé l’estable. L’autre maniere est a covrir une laide chose de legier covertour, si comme fist le chevaliers ki deguerpi son roi quant il estoit en sa haute signourie, et puis ke son roi fu essilliés son chevalier l’encontra un jour et li dist, Sire, fist il, vous me devés pardonner ce que je vous deguerpi, por ce ke je m’apareil a aler tous seus a vostre secors. 6. Lontains est celui argument ki est pris trop de long; selonc ce que fist la chamberiere Medee: Diex vosist, [p. 380] fist ele, ke l’en n’eust pas taillié le mairien de quoi les nés furent faites. 7. Mal apropriés est en .iii. manieres. Une ki dist les proprietés ki autresi sont communs a une autre chose; car se tu me demandes les proprietés de l’omme ki est descordables, et je disoie que descordables est cil ki est mauvais et anuieus entre les homes, certes ces proprietés ne sont plus dou descordable que de l’orguilleus ne ke d’un fol ne que d’un autre mal home. La seconde maniere dist teux proprietés ki ne sont mie voires, mais fausses; car se tu demandes des proprietés de sapience, et je disoie que sapience n’est autre chose que gaaignier argent, certes je diroie fausses proprietés. La tierce maniere dist aucunes proprietés mais non pas trestotes; car se tu me demandes des proprietés de folie, et je disoie que folie est de covoitier haute renomee, certes ja soit ce folie d’aucune part, ne di je mie totes les propriétés de folie. 8. Douteus est celui argumens ki par douteuses causes vieut prover une douteuse chose, en ceste maniere: Segnour princes de la tiere, vous ne devés avoir guerre l’un contre l’autre, por ce que li diex, ki governent les movemens du ciel, ne s’entrecombatent mie. 9. Certains est quant li parleour conclust ce meismes que son adversaire conferme, et laisse ce k’il deust prover. Si comme fist li adversaires Horrestis; quant il devoit moustrer que Horrestis avoit murdrie sa mere, il moustra k’il l’avoit ocise; et ce ne besoignoit pas, pour ce k’il ne le denioit mie, ains disoit k’il l’avoit a droit ocise. 10. Non affermé est quant li parleours dist maintes paroles et confermemens sor une chose ke son adversaire nie tot plainement. Raison coment: Ulixes fu acusés k’il avoit ocis Ajacem, mais il disoit que non avoit; et totesvoies son adversaire disoit grans mos et grans paroles, et ce estoit mout laide chose quant uns vilains ocist .i. si noble chevalier. 11. Lais argumens est celui ki est deshonestes par raison dou leu, c’est a dire lais moz devant l’autel; ou par raison de celui ki les dist, c’est s’uns evesques parole des femes et de luxure; u par raison dou tens, c’est se au jour de Paskes on desist que Diex ne resurrexist mie; ou par raison des oïans, c’est se devant les religieus l’om parole de vanités et de delit dou siecle; u par raison de la chose, c’est a dire, ki parole de la Sainte Crois ne doit pas dire que ce soient forques. 12. Anoieus est celui ki anuie a la volenté des oïans; car se par devant le prestre je loaisse la loi ki dampne luxure, certes mon argument anuieroit as oïans. 13. Contraires argumens est quant li parleours dist contre ce meismes que li oïant firent. Raison coment: je vais devant Alixandre, et acuserai aucun preudome ki avoit une cité vaincue a force d’armes, et dirai k’il n’i a au monde si cruel chose con de prendre cités et gaster les; certes iteus argumens est bien contraires, por ce que li oïans, c’est Alixandres, deforfist plusors viles et cités. 14. Muables est quant li parleors dist d’une meisme chose .ii. diversités ki [p. 381] sont l’un contre l’autre; selonc ce que uns hom dist, kiconques a les vertus, il n’a pas mestier d’autres a bien vivre, et poi aprés dist il meismes que nus ne puet bien vivre sans santé. Et uns autres quant il ot dit k’il servoit a son ami par amours, et puis aprés si dist il k’il atendoit de lui grans services. 15. Adversaires est celui argument ki plus fait contre le parleour que por sa partie; car se je voloie connoistre le chevalier a la bataille, et je desisse que nos enemis sont grans et fors et bonseurés, certes ce seroit plus contre moi que por moi16. Or covient a dire de l’autre maniere de l’argument ki est vicieus, c’est quant il n’apertient pas a ce que li parleor propose. Et ce puet estre en maintes manieres; c’est se li parleours promet k’il dira de plusors choses, et puis ne dist que de l’une; u se il doit moustrer tout, et il ne moustre c’une partie, c’est a dire se li parleours vieut moustrer que toutes femes sont averes et il ne le moustre que d’une u de .ii.; u se il ne se deffent de çou dont il est blasmés, selonc ce que fist Pankuves quant il volt deffendre musike, ki estoit blasmee par plusours, il ne le deffendi pas mais il loa molt sapience. Autresi fist cil ki estoit blasmés de vaine gloire, car il ne s’en deffendi pas, ains dist k’il estoit mout fiers et hardis as armes; u se la chose est blasmee par le visce de l’home, si comme sont cil ki dient mal de sainte eglise por la malvestié des prelas; u se je voloie loer .i. home, je diroie k’il est mout riches et bonseureus, mais je ne di pas k’il ait aucune vertu; u se je faç comparison entre deus homes u entre deus choses en tel maniere k’il ne quide pas que je puisse loer l’un sans blasmer l’autre. 17. U il loe l’une seulement et ne fait de l’autre nule mention comme se nous fuissons a conseil por establir liquex vaut miex u la pais u la guerre, je ne fineroie de loer la pais, mais de la guerre ne diroie ne ce ne coi; u se je demandoie d’une certaine chose et tu me respons d’une general, car se je te demande de l’ours s’il cort, et tu dis que .i. home et .i. animal cort. 18. Ou se la raisons que li parleors rent est fausse, car s’il dist que deniers sont bons por ce k’il donent plus bonneeureuse vie que rien dou monde, certes la raisons est fausse, por ce que denier donent a home grandesime travail et maleurté, selonc Dieu et selonc le siecle. 19. U se li parleours rent foible raison de son dit, selonc ce ke Plauctus fist: il n’est mie bon, fist il, ke l’en chastist son ami de ses meffais dev nt tens, por coi je ne voeil pas hui chastoier mon ami des maus k’il a fais. 20. Ou se li parleours rent tel raison de son dit que ce est ce meismes que son dit, car s’il dist k’avarisce est trop male chose por ce que covoitise d’argent a ja fés mains grans damages a maintes gens, certes avarice et covoitise sont une chose. 21. Ou se li parleours rent une petite raison la u il le poroit rendre grant, car s’il dist, bone chose est amistié por ce que l’en en a maint [p. 382] delit, certes il poroit dire millour raison et dire k’il i a maint proufit et honesteté et viertu.

[Livre III, LXV]

DU QUART DEFFERMEMENT KI DIST AUTRESI FERMES RAISONS QUE SES ADVERSAIRES U PLUS

I quars deffermemens est quant ton adversaire a dit son argument, tu redis a l’encontre .i. autre autresi fort u plus; et teus argumens apertienent plus a content ki sont sour conseil prendre que a autres choses. 2. Et sachiés que cest deffermement puet estre fet en .ii. manieres. La premiere est quant mes adversaires dit une chose que je consenc, et ensi est fermee, mais tot maintenant je redi a l’encontre une autre plus estable raison ki est fermee par necessaires argumens. Car la u Cesar disoit, nous devons, fist il, pardonner as conjurés pour ce k’il sont nos citains, voirs est, dist Catons, k’il sont nos citeins, mais s’il ne sont dampnés, il covient a fine force que Rome en soit destruite por aus. 3. La seconde maniere est quant mes adversaires dit d’une chose qu’ele est proufitable et je di ke voirs est, mais je moustre tout maintenant que ce que je di est honeste chose, car sans faille honestés est plus ferme chose que proufit, ou autant. Mais ci se taist li mestres a parler de la quinte branche dou conte, c’est dou deffermement, de quoi il a dit ce k’il en savoit dire; si dira il de la sisime branche, c’est de conclusion.

[Livre III, LXVI]

DE LA SISIME BRANCHE, C’EST CONCLUSION

PRÉS la doctrine dou deffermement et de toutes les .v. premieres brankes dou conte, vient la derraine branche, c’est la conclusion, la u li parleours conclust les raisons et pose fin a son conte. Et [p. 383] neporquant nous trovons ke Ermagoras dist en ses livres que devant la conclusion doit estre le trespas: ensi faisoit .vii. branches au content. Mais li trés sages Tuilles Cicerons, ki de bone parleure passa toz homes, blasme trop la sentence Ermagoras. 2. Et vous avés bien oii ça ariere que trespas est quant li parleours ist un pichot de sa propre matire et trespasse a .i. autre, por achoison de loer soi et sa partie u de blasmer son adversaire et sa partie u por achoison de confermer u de deffermer non mie por argument mais por acroistre sa cause, selonc ce que li mestres devise ça ariere el chapistre la u il dist coment on puet acroistre sa matire en maint autres lieus. De cestui trespas dist Tuilles k’il n’est ne ne doit estre tot par lui branche dou conte. 3. Et por ce s’en taist ore li mestres, et dist que conclusion est l’issue et la fin dou conte; ains est sousmis as argumens des branches dou conte. Et sachiés ke la conclusion a .iii. parties, ce sont reconte, desdaing, et pité; et vous orés de chascun par soi diligement, et premierement de reconte.

[Livre III, LXVII]

DE RACONTE

ACONTE est celui fin dou conte en quoi li parleours briement et en somme reconte tous ses argumens et les raisons qu’il avoit contees parmi son dit, les unes cha et les autres la; et les ramentoit en briés mos por torner les a memore des oïans plus fermement. Mais por ce que se li parleours faisoit tozjours son reconte d’une maniere solement, li oïant en seroient souspecenous et quideroient que ce fust chose apensee; por ce covient il sovent varier et reconter ore en une maniere ore en une autre, selonc ce que tu poras veoir ci desous. 2. Et tu pués bien aucunefois ramentevoir la some de chascun de ces argumens par soi, car c’est assés legiere chose a dire et a entendre. Aucunefois pués tu bien reconter toutes les parties que tu dois en ton devisement et que tu promeis de prover, et ramentevoir toutes les raisons comment tu les as provees et confermees. 3. Aucunefois pués tu demander as oïans en ceste maniere: Segnour, que querés que volees autre chose ? et quoi plus ? je ai ce dit et si ai prouvé ce et cel autre. En celi maniere ramentoive et tes dis et tes argumens, car li oïant sauront mieus et quideront k il n’i ait plus a prover. 4. Aucunefois pués tu ramentevoir tes raisons et prover, sans noient dire des raisons ton adversaire; et aucunefois dire des argumens avec les tiens, en tel maniere que, quant tu dis un des argumens ton [p. 384] adversaire, tu dois maintenant dire comment tu l’as deffermee et defacie; car c’est une maniere de reconter por quoi les oïans se sovienent de tout çou que tu as confermé et deffermé. 5. Aucunefois pués tu amonester les oïans de ta bouche que il lor soviegne de ce que tu as dit en quel lieu et comment. Aucunefois pués tu nomer .i. autre home autresi comme s’il parlast, et metre sor lui ton reconte, en ceste maniere: je vous ai ce apris et moustré ce et cel autre: mais s’il fust enki Tuilles, ke li demanderois vous plus ? 6. Aucunefois pués tu nomer une autre chose ki ne soit pas home, si comme est loi u un liu u une cité et teus autres choses samblables, et metre sor lui ton reconte, en ceste maniere: se la loi peust parler, ne se plainderoit ele devant vous, et diroit, que querés, que demandés plus quant on prueve ce et cel autre et moustre si clerement com vous avés oii conter ? 7. Et sachiés k’en ces .ii. manieres, c’est d’un autre cors d’ome et d’une autre chose, pués tu ensivre toutes les varieté ki sont posees ci deseure. Mais le general ensegnement de toutes manieres de raconter est que de chascun de tes argumens tu saches triier et prenre ce que plus vaut, et reconter le au plus brief que tu onques poras, en tel maniere k’il samble que la memore soit renovelee, non pas le parlement.

[Livre III, LXVIII]

DE DESDAING

ESDAING est celui fin dou conte en quoi li parleour met un cors d’ome u d’autre en grant haine et en grief malevoeillance. Et sachiés ke cestui desdaing naist de cel lieu meismes de quoi naissent confermement et deffermement et des proprietés du cors et de la chose, selonc ce que le livre devise cha en ariere en ses chapistres; car ce sont li lieu par quoi on puet acroistre les crimes et les forfés et tout desdaing. Et neporquant li mestres devisera enki les ensegnemens ki apertienent tout droit au desdaing. 2. Le premier lieu de desdaing est pris par auctorité; c’est a dire quant je dis ke cele chose a esté de grant estuide a Deu, u as homes de grant auctorité. Et ce puet estre moustré par raison de sort u de divin mandement, u des prophetes u de mervilles et de teus choses samblables. Autresi puet il estre mostré par la raison de lor ainsnés u de nos signeurs u des cités u des gens u des trés sages homes u del signat u del peuple u de ciaus ki firent la loi. 3. Raison coment: il fu voirs que Judas deguerpi les disciples par traison. Li autre apostle geterent sort pour veir ki deust estre mis en son lieu; le [p. 385] sort en vint sor Mathie ki fu apostles en lieu de Judas. Mais s’il s’en fust encondis et ne le volsist pas estre, on peust metre sor lui desdaing, en ceste maniere: nus ne te doit amer quant tu refuses ce que Diex nous a moustré par sort. De cestui essample se passe li mestres, car il soufist bien a entendre tous les autres lieus devant dis. 4. Li secons lieus de desdaing est pris quant li parleours croit le forfait por courous, et moustrent a qui il apertient; car s’il est contre tous homes ou contre plusours, c’est grant cruauté; et s’il est contre les graindres et ki sont plus digne de nous, c’est grant desdaing; et se c’est contre nos pers c’est grans mauvaistiés, et ce c’est contre les fiebles c’est grans fiertés. 5. Li tiers lieus de desdaing est pris quant li parleour dit autresi comme en demandant le mal ki en puet avenir se li autre faisoient ce que ses adversaires a fet, et que l’en li pardone ce meffet: maint desdaing oseront faire teus et pieurs oevres dont il puet avenir grans periz. 6. Le quart lieu est quant li parleours dist as juges que maintes gens regarderont a ce k’il establiront sor celui meffet, por savoir que il lor loist a fere se il pardonent a lui. 7. Li cinquime lieus est quant li parleour dist que toz autres jugemens, s’il fussent contre droit, poroient estre amendés, mais cil crimes est de tel nature ke ce ki en sera jugiés une fois iert si estable k’il ne pora pas estre remué por autres sentences ne par jugement de nului. 8. Le sisime lieu est quant li parleour dist que son adversaire a ce fait penseement et par conseil, et que nus ne doit pardoner le tortfet que l’en fait de son gré, ja soit ce que on puet aucunefois pardonner ciaus qui avienent contre lor gré et nonsachant. 9. Le septime lieu est quant le parleour dist ke son adversaire par sa poissance et par ses richesces a fait une si cruel chose et si desaperte comme c’est a oïr. 10. Le octime lieu est quant li parleours dist que une si piesme chose ne fu onques oïe ne poi ne grant, et que nus tyrans, nule beste, ne sarrasins ne juis, ne l’osa onques faire; et nome ciaus contre qui il a ce fait, c’est contre son pere u contre ses fiz ou contre sa feme u contre ses parens u ses subtés u ses ainsnés u contre son oste u son voisin u son compaignon, son ami, son mestre, u contre les mors u contre les chetis et les foibles, u contre ciaus ki ne se puënt aidier, si comme sont enfant, vieillars, et femes et malades; car de toutes tens choses naist .i. cruel desdaing par qui li oïant sont fierement commeu contre ciaus ki font teus et samblables oevres. 11. Li nuevimes lieus est quant li parleours ramentoit une grant mauvaisté provee, et dist que ce que son adversaire fist est d’assés plus grrief et de grignour periz que cel autre. 12. Li .x. lieus est quant li parleours ramentoit tote la besoigne par ordre, si comme il fu en la chose faisant et ki fu aprés a la fin, et croist le desdaing et la [p. 386] cruauté de chascune chose par sai tant comme il puet, et le demoustre as oïans autresi comme s’il l’eussent veu en sa presence. 13. Li onsimes lieus est quant li parleour dit de celui ki a ce fait: ne le devoit pas faire, ains devoit metre et cuer et cors por deffendre ke ce ne fust pas fait. Li dousimes argumens est quant li parleours dist autresi comme par courous que l’en a ce fait a lui tous premiers ki onques ne fu fet a nului. 14. Li trezimes lieus est quant li parleours dit que outre ce mal que son adversaires li a fet il li dist mains crueus moz et reproces et manaces. 15. Li quatorzimes lieus est quant li parleours prie les oïans k’il tornent sor aus le torfait que on li a fait, c’est a dire que se li mal est des enfans k’il le tornent sor ses fiz, et s’il est de femes k’il le tornent sor leur femes. 16. Li quinzimes lieus est quant li parleors dit ke ce ke li est avenu sieut sambler grief et cruel ad son adversaire. Et en somme, ce que li parleours dist par desdaing, il le doit dire au plus griement k’il onques puet, si k’il mue les corages des oïans contre son adversaire; car c’est une chose ki mout proufite a sa cause quant li oïant sont commeu par courous contre son adversaire.

[Livre III, LXVIIII]

DE PITIÉ

ITIÉ est un dit ki a la fin aquiert la misericorde des oïans. Et pour ce li parleour ki vieut finer et clore son dit par pitiet doit faire .ii. choses: une ki adoucisse les corages des oïans en tel maniere k’il n’aient nul troublement contre lui, et s’il l’ont, k’il tornent a debonnairetet; l’autre si est k’il face tant que li oïant aient misericorde de lui, c’est a dire k’il lor poise de son damage, por ce que quant li oïant soient a ce venus k’il sont debonnaires et k’il n’aient nul torblement contre lui et k’il lor poise de ton mal, certes il sont legierement esmeu a pité. 2. Et a ce faire doit li parleours torner as communs lieus, c’est a la force de fortune et a la foiblece des homes; car la u tu dis bien ces choses, il ne seront ja de si dur cuer k’il ne [p. 387] tort a misericorde, meismement quant il consire que l’autrui mal puet venir sor lui et sor ses choses. 3. Et sachiés que li lieus ki apertient a aquerre pitié sont .xvi. Li premiers est quant li parleours conte les biens k’il soloit avoir jadis et moustre le mal k’il suefre maintenant. 4. Li secons lieus est quant li parleours monstre le mal k’il a eu jadis et ciaus k’il a maintenant et ciaus k’il aura ça avant. 5. Li tiers lieus est quant li parleours se plaint et nome tous ses maus; si comme li peres se plainsist de la mort son fil, et nomast le delit k’il avoit de sa joventé et l’esperance k’il avoit de lui et la trés grant amour k’il li portoit et le sollas et la noreture et les autres choses samblables. 6. Le quart lieu est quant li parleours se plaint k’il a soufiert u k’il li covient soufrir laides choses u vils de siervage, lesquex il ne deust soufrir por la raison de son aage u de son linage u de sa fortune u de sa signorie u por le bien k’il a ja fet. 7. Li cinkimes lieus est quant li parleours devise par devant les oils des oïans tous les maus ki lui sont avenu autresi comme s’il les veissent; car c’est une maniere par qui li parleour sont commeu, autresi bien por la force dou fais comme par la force dou dit. 8. Li sisimes lieus est quant li parleours moustre que hors de son esperance il est venus en maleurté, et que la u il atendoit que de cel home u de cele chose li deust avenir grandisimes proufiz, il n’en a noient ançois en est cheus en grant mal aventure. 9. Li septimes lieus est quant li parleours torne ses maus viers les oïans et lor prie que quant il esgardent lui k’il lor souviegne de ses fiz et de ses parens et de ses amis. 10. Li witimes lieus est quant li parleors moustre ke fait soit ancun desavenant u que ce ki estoit avenant ne fu pas fait; selonc ce que dist Cornele la feme Pompei: lasse, fist ele, que je né fui pas a son definement; je ne le vi, je ne oï son derrenier mot, ne ne rechiu son esperit; en ceste maniere se plaignoit sa feme et moustroit ke ce ki estoit avenant ne fu pas fet; et maintenant moustra comment fu fet le desavenant; la u ele dist, il morut, fist ele, es mains de ses anemis, il jut vilainement en la tiere de ses guerriés, il n’ot onques sepulture ne point d’onnorableté a sa mort, et sa charoigne fu longuement trainee par les bestes sauvages. 11. Li .ix. lieus est quant li parleors torne son dit sor aucune bieste u sor une autre chose sans sens et sans parler; car c’est une maniere de parler ki mout entre ens cuers des oïans; selonc ce que fist la feme Pompei: gardés, fist ele, coment son ostel pleure, sa robe et son harnois se plaignent, son cheval et ses armes recontent ses torsfais. 12. Li .x. lieus est quant li parleours se plaint de sa povreté, de sa maladie, de sa foiblece, de sa sollitude; selonc que fist la feme Pompei: ha lasse ! comme je sui desoremais povre et nue sans nul pooir, [p. 388] je serai tote seule sans signor et sans nul conseil. 13. Li onsimes lieus est quant on parole de ses enfans u de son pere et de son cors entierer, selonc ce que Eneas dist a ses gens quant il fu chaciés de Troie: je ne sai, fist il, comment il sera de ma vie u de ma mort entre tant de periz, mais je laisse mon fil en vos mains, je vos prie de lui et de mon pere et que mon cors soit entierés honorablement se je muir. 14. Li dousimes liens est quant l’om se desoivre de ciaus ke l’om ayme tenrement et moustre quel doleur, quel damage il avoient a lui u a ciaus de sa desevrance. 15. Li .xiii. lieus est quant li parleours se plaint ke teus gens li font mal et anui ki li devroient bien faire et honour. 16. Li quatorsimes lieus est quant li parleours humlement prie les oïans autresi comme en plorant k’il aient pitié de lui et de ses maus. 17. Li .xv. lieus est quant li parleours ne se dieut de son mal, mais il se plaint de la mescheance son ami u de son parent; selonc ce que Catons disoit contre les conjurés de Rome: il ne me causist de moi, fist il, mais il me poise de la destruction de nostre commun, de nos fis, et de nos gens. 18. Li .xvi. lieus est quant li parleors dist k’il li poise mout fierement du mal des autres, et neporquant il mostre k’il ait grant cuer et franc de soufrir tous periz; car il avient sovent as princes de la tiere et as autres ki ont auctorité de signorie u des vertus, ke s’il dient hautes paroles et mostrent franc corage, li oïant en sont commeu a misericorde plus tost et miex que par proieres u par humilités. Et sachiés que c’est une maniere de parler a quoi se tornent tuit connestable et li signour des os quant il welent les lor connorter a la bataille. 19. Or avés oï toz les lieus por aquerre la misericorde des oïans. Mais li parleours doit mout garder que la u il aperçoit que li corage sont commeu de pitié, k’il ne demeurt plus en sa plainte, mais tout maintenant fine son dit devant ce que li oïant issent de pitié; car Appolles dist, nule rien seche si tost comme larmes.

[Livre III, LXX, p. 389]

DE LA DIVERSITÉ KI EST ENTRE DITTEORS ET PARLEOURS, ET DE LA CONCLUSION

I sont les .iii. parties de la droite conclusion, ki apertient a bien parler, selonc les ensegnemens de Tuille. Mais li ditteour s’en descordent .i. pichot; car en la conclusion ki est en parlant comprent li parleours sa demande et la some de ses raisons, et fine son conte; més es letres ke l’om envoie as autres, quant li ditteor ont escrit les premieres branches, c’est la saluence, le prologue, le fait, la demande, et k’il a priiet u demandé ce k’il vieut, il escrit maintenant le bien ki en puet avenir se l’en fait sa requeste, u le mal se l’om ne le fait, et pose fin a sa letre; et c’est sa conclusion. Mais ci se taist li mestres de conclusion, por mostrer des autres doctrines.

[Livre III, LXXI]

COMENT LI CONTES PUET ESTRE A MAINS DE .VI. BRANCHES

USQUES ci a devisé li mestres les branches dou conte, et a moustré diligement toz les ensegnemens ki a ce covienent selonc l’auctorité de Tuille et des autres mestres de rectorique. Et ja soit ce k’il die que uns contes de bouche a .vi. branches et c’une letre en a .v., selonc ce ke vous avés oï ça arieres, neporquant li contes poroit bien estre de tel maniere k’il ne requerroit pas toutes les branches et les parties devant dites, ains seroit assés d’une branche sans plus, u de .ii. u de .iii. u de .iiii. u de .v., selonc la nature dou fait. Et pour mieus connoistre comment ce est, te couvient il savoir que les unes branches sont si sustancieles que l’en ne puet rien dire se par eles non, si comme est le fait et la demande; car sans une de ces .ii. ne puet iestre nus contes de bouche ne d’escripture. 2. Mais les autres branches, sont la saluence, li prologues, et li devisemens, et confermemens, et li deffermemens, et conclusion, ne sont mie dou tout de la substance dou conte. Car letres et messages puet bien aucunefois estre sans saluence, u por ce que s’uns autres ovrist les letres que il ne seust les nons, u por ce que li messages est de tel maniere que li messagiers nomera et les uns et les autres plusour fois en son conte, et lors n’a en celi letre ne en celui message que .iiii. branches de remanant. 3. Mais quant la matire est si honieste k’ele par sa dignité plaist as oïans sans nule doreure de prologue, lors se puet l’om bien taire dou prologue, et dire sa besoigne selonc ce ke vos avés oï cha ariere el chapitle des prologues. Autresi bien puet on laissier le devisement et le confermement et le [p. 390] deffermement et la conclusion, et dire simplement le fait u sa demande. A ce poés vous entendre ke ancunefois est a dire assés le fait seulement, en ceste maniere: sachiés que nous somes en Franche. Et aucunefois soufist a dire la demande sans plus, en ceste maniere; je te pri ke tu soies prodom en ceste guerre. Aucunefois est assés a dire et l’un et l’autre, en ceste maniere: vous veés bien ke nous somes a la bataille venu (c’est le fait), dont je vos pri que vos soiés preu et hardi contre nos enemis (c’est la demande). 4. Et si comme uns contes puet estre de .ii. branches u de l’une sans plus, tot autresi puet il estre que l’une des .ii. u andeus soient acompaignies a une u as .ii. u a plus des autres branches devant dites, selonc ce que li sages parleours voit k’il covient a sa matire.

[Livre III, LXXII]

DES BRANCHES KI ONT ESTABLE LIEUS DETERMINÉS

T si comme il a au conte unes branches sans quoi il ne puet pas iestre et .i. autre sans coi il puet bien estre, tot autresi ont les unes si propre lieus et si certains sieges que ailleurs ne poroient pas iestre, et les autres sont si muables que li parleours le puet remuer de lieu en lieu si comme il vieut. Car la saluance ne puet estre mise se au commencement non, et la conclusion a la fin, mais totes les autres parties puet li parleour metre hors de son lieu, selonc sa porveance. Mais de ce se taist li mestres, et tourne a autre chose.

[Livre III, LXXIII, p. 391]

DOU GOVERNEMENT DES CITÉS

S premiers livres devant sont devisees les natures et li commencemens des choses dou siede, et li ensegnement des visces et des vertus, et la doctrine de bone parleure. Mais en ceste derraine partie vieut mestre Brunet Latin acomplir a son ami ce ke li avoit promis entour le commencement dou premier livre, la u il dist que son livre defineroit en politique, c’est a dire des governemens des cités, ki est la plus noble et la plus haute science et li plus nobles offices ki soit en tiere, selonc ce que Aristotles prueve en son livre. 2. Et ja soit ce ke politike compregne generaument tous les ars ki besoignent a la communité des homes, neporquant li mestres ne s’entremet se de ce non ki apertient au cors dou signor et a son droit office. Car des lor ke gens commencierent premierement a croistre et a mouteplier et ke li pechié dou premier home s’enracina sor son linage et ke li siecles enpira durement si ke li un covoitoient les choses a lor voisins - li autre par lor orgueil sousmetoient les plus foibles au jug de servage - il covint a fine force ke cil ki voloient vivre de lor droit et eschiver la force des maufeteurs se tornaissent ensamble en .i. lieu et en .i. ordre. Dé lors commencierent a fonder maisons et fermer viles et fortereces et clore les de murs et de fosses. 3. Dé lors commencierent a establir les coutumes et la loi et les drois ki estoient communs par trestous les borgois de la vile. Por ce dist Tuilles ke cités est uns assamblemens de gens a abiter en un lieu et vivre a une loi. Et si comme les gens et les habitations sont diverses, et li us et li droit sont divers parmi le monde, tot autresi ont il diverses manieres de signories; car dé lors ke Nembrot li jaians sorprist premierement le roiaume dou païs, et ke covoitise sema la guerre et les morteus haines entre les gens du siecle, il covint as homes k’il eussent signors de plusors manieres, selonc ce que li un furent esleu a droit et li autre i furent par lor pooir. Et ensi avint que li uns fu sires et rois dou païs, li autre furent chastelain et gardeour de chastiaus, li autres furent dus et conduisieres des os, li autre furent quens et compaignons le roi, li autre avoient des autres offices, dont chascuns avoit sa tiere et ses homes a governer. 4. [p. 392] Mais tous signours et tous officiaus, u il sont perpetuaus a tousjours par lui et par ses oirs, si comme sont rois et quens et chastelains et li autre samblable; ou il sont a tous les jours de lor vie, si comme est mesire li apostoiles ou l’empereour de Rome et li autre esleu a lor vie; u il sont par annees, si comme sont maieur et prouvost et la poestés et la eschievins des cités et des viles; u il sont sor aucunes especiaus choses, si comme sont li legas et li delegas et li vigueres et li officiaus a qui li plus grant signor baillent a faire aucunes choses ou sor quoi l’om se met a faire lor questions. Mais de tous se taist li mestres en cest livre, que il n’en dit noient de la signourie des autres se de ciaus non ki governent les viles par annees. 5. Et cil sont en .ii. manieres; uns ki sont en France et es autres païs, ki sont sozmis a la signorie des rois et des autres princes perpetuens, ki vendent les provostés et les baillent a ciaus ki plus l’achatent (poi gardent sa bonté ne le proufit des borgois); 6. l’autre est en Ytaile, que li citain et li borgois et li communité des viles eslisent lor poesté et lor signour tel comme il quident qu’il soit plus proufitables au commun preu de la vile et de tous lor subtés. Et sor ceste maniere parole li mestres, car l’autre n’apertient pas a lui ne a son ami; et nonporquant tot signour, quel signorie k’il aient, en poroient prendre mains bons ensegnemens.

[Livre III, LXXIIII]

DE SIGNORIE ET DE SES PILERS

OUTES signories et toutes dignités nous sont baillies par le Souverain Pere, ki entre les sains establissemens des choses dou siecle volt que li governemens des viles fust fermés de trois pilers, c’est de justice et de reverence et d’amor. 2. Justice doit estre si establement fermee dedens le cuer au signor, k’il doinst a chascun son droit, ne que il soit ploiés ne a diestre ne a senestre; car Salemons dit que justes rois n’aura ja mescheance. 3. Reverence doit estre en ses borgois et en ses subtés; car c’est la seule chose au monde ki porsiut les merites de foi et ki sormonte toz sacrefices; por ce dist li Apostres: honorés, fet il, Nostre Signeur. 4. Amor doit estre et en l’un et en l’autre; car li sires doit amer ses subtés de grant cuer et de clere foi, et veillier de jour et de nuit au commun proufit de la vile et de tous homes. Tot autresi doivent il amer lor signour [p. 393] a droit cuer et a veraie entention, et doner li conseil et aide a maintenir son office; car a ce ki n’est k’un seul entr’aus, il ne poroit rien fere se par aus non.

[Livre III, LXXV]

QUEX HONS DOIT ESTRE ESLEUS A SIGNOUR ET A GOVERNEOR

T por ce que li sires est autresi comme li chiés des citeins, et que tot home desirent a avoir saine teste, por ce que quant le chief est deshaitiés, toz les membres en sont malades: por ce doivent il sor totes choses estudier k’il aient tel gouverneour ki les conduise a bone fin selonc droit et selonc justice. Il ne le doivent pas eslire par sors ne par cheance de fortune, mais par grant porveance de sage conseil, en quoi il doivent consirer .xii. choses. 2. La premiere est k’Aristotles dit ke par longue prueve de maintes choses devient hom sages, et longue prueve ne puet nus avoir se par longue vie non. Donques pert il que joenes hom ne puet pas iestre sages, ja soit ce k’il puet avoir bon engien de savoir; et por ce dist Salemons que mar est a la terre ki a joene roi. Et nanporquant on puet bien estre de grant aage et de petit sen; car autant vaut a estre joene de sens comme d’aage. Por çou doivent li borgois eslire tel signour ki ne soit joenes ne en l’un ne en l’autre mieus vaut k’il soit vieus en chascun. Ne por nient ne devea la lois que nus ne deust avoir dignités dedens les .xxv. ans, ja soit ce que les decretales de sainte eglise les donent aprés les .xx. ans d’aage. 3. La seconde est k’il ne regardent a la puissance de lui ne de son linage, mais a la noblece de son cuer et a la honorableté de ses meurs et de sa vie et as vertueuses oevres qu’il siut faire en son ostel et en ses autres segnories; car la maisons doit estre honoree par son bon signour et non le signor par sa bonne maison; mais s’il est nobles de cuer et de lignie, certes il en vaut trop mieus en toutes choses. 4. La tierce est k’il aient justice; car Tuilles dist que sens sans justice si n’est pas sens, mais malisce, ne nule chose puet valoir sans justice. 5. La quarte est k’il ait bon engien et soutil entendement a connoistre toutes les verités des choses et a entendre et a savoir legierement ce ki covient, et aperçoivre la raison des choses; car c’est laide chose a estre deceus por poverté de cognoissance. 6. La quinte est k’il soit fors et estables de grant corage, non [p. 394] pas de mauvais et de vaine gloire, et k’il ne croie pas legierement au dit de tous. Il fu jadis une cités dont nus ne pooit estre sires se li mieudres non, et tant comme cele coustume dura il n’avint au païs mescheance ne nule povreté. Que cil puet tant comme il vaut ki ne quide de soi plus k’il en soit. Et nus n’est tenus a preudome par sa dignité, mais par ses oevres, car li sages hom ayme mieus a estre sires que sambler le. 7. La sisime est k’il ne soit covoiteus d’argent ne de ses autres volentés; car ce sont .ii. choses ki tost le gieteroient de sa chaiere, et il est mout deshonorable chose que celui ki ne se laisse ploier par paour soit depechiés par deniers, et ki ne se laisse vaincre as grans travaus, k’il soit vencus par ses volentés. Mais mout doit hom garder k’il ne soit trop desirans de dignités avoir, car maintesfois vaut il mieus a laissier que aprenre les. 8. La septime est k’il soit trés bons parliers, car il afiert as signors k’il parole mieus que li autre, por ce que toz li mondes tient a plus sage celui ki sagement dist, meismement s’il est joenes hom. Mais sor toutes choses covient il a garder qu’il ne parole trop, por ce que en trop dire ne faut pechiés; et si com une seule corde descorde toute une citole, tout autresi por .i. mauvais mot dechiet s’onnour et son dit. 9. L’uitime est k’il ne soit desmesurés en despendre ne gasteour de ses choses, car tout home ki ce font covient cheoir a ravine et a larrecin; et neporquant il ne doit pas eschiver ce visce en tel maniere k’il en soit eschars ne avers, car c’est la chose ki plus vilement honnist cors de son signour. 10. La .ix. est k’il ne soit trop courouçables et k’il ne dure trop en sa ire et en son mautalent; car ire ki abite en signorie est samblable a foudre, et ne laisse la verité cognoistre ne droit jugement jugier. 11. La disime est k’il soit riches et manans, car s’il est garnis des autres vertus c’est samblant k’il ne soit corrompus par deniers. Et nanporquant je loe plus bon povre que malvais riche. 12. La onsime k’il n’ait lors autre signorie, k’il n’e pas creable que nul home soit soufissans a .ii. choses de si grant pesantour comme governemens de gens est. 13. Li .xiimes, c’est la some de toutes choses, est k’il ait droite foi a Dieu et as homes, car sans foi et sans loiauté n’est ja droiture gardee. 14. Ciaus et les autres vertus doivent li bon citein garder avant k’il eslisent lor signor, en tel maniere k’il ait en lui tant de bones teches comme il en puet plus avoir; car li plusor n’esgardent pas a lor meurs, ançois se tienent a la force de lui u a son linage, u a sa volenté u a l’amour de la vile dont il est. 15. Mais il en sont deceu, car a ce ke guerre et haine est si mutepliee entre les ytaliens au tans d’ore, et parmi le monde en maintes terres, k’il a devision en trestoutes les viles et enemistié entre les .ii. parties des borgois, certes, kiconques aquiert l’amour des uns il li covient avoir la [p. 395] malevoeillance de l’autre. D’autrepart se cis provos n’est bien sages, il chiet en despit et en mautalent de ciaus meismes ki l’eslurent, en tel maniere que en ce que chascuns esperoit son bien, il trueve son damage.

[Livre III, LXXVI]

COMMENT ET EN QUEL MANIERE LI SIRES DOIT ESTRE ESLEUS

T quant li sage gent de la vile asquex apertient la election sont en acorde d’aucun preudome, il doivent maintenant regarder les us et la loi et les constitutions de la vile et selonc çou doivent eslire lor poesté el non de celui ki done toz honors et toz biens. Et maintenant doit on escrire les letres bien et sagement; et segnefiier au preudome comment il l’ont esleu, et establi comment il soit sires et provos l’an aprés de lor terre; et mander lui briement la sonme de tout son office, et esclairies toutes choses au commencement, si ke nule erreur n’en puisse pas sourdre. Et por ce doit on nomeement mander le jour k’il doit estre corporaument dedens la vile et faire son sairement as constitutions des choses, et k’il doit amener avec soi juges et notaires et autres officiaus por faire ses choses et ses atours, et quant jours il li covenra demorer aprés la fin por rendre son conte, et la raison de ce c’on li voldra demander contre lui, et quel loier il doit avoir et comment et quans chevaus il doit amener et coment, et que tous periz de lui et de ses choses soient sor lui, ces covenances et autres ki apertienent a la besoigne, doit on mander es letres selonc les us et selonc la loi de la vile. 2. Mais une chose ne doit pas estre oubliee, ains la doit on clerement escrire, ke il reçoive la signorie ou k’il le refuse dedens .ii. jours u dedens trois ou plus u mains, selonc la costume de la vile, et s’il ne fait ce, que la election ne vaille rien del monde. 3. Et il avient sovent que li conseilleor establissent sovent demander a mon signour l’apostole et a l’empereour que il lor mande .i. bon governeour cele annee. Et quant ce est, toutefois on doit mander totes covenances si clerement k’il n’i ait matire de nul courous. Et quant ces letres sont faites et saielees, il les doivent mander au preudome par bons messages ki bien entendent la besoigne et ki aportent [p. 396] ariere les letres de sa response. 4. Il ne li doivent pas au comencement envoier trop grans homes ne de grant affaire; car s’il ne receust la provosté, ce torneroit a grant honte a aus et a lor vile. Et nanporquant s’il le reçoit, il li poront bien envoier honorables messages au tans k’il doit venir por faire lui compaignie, ja soit ce que c’est une chose souspecenouse, car en cele voie devienent il acointes au signour et a sa maisnie plus ancunefois que mestier n’est. Et il n’afiert pas a governeour k’il soit privés de ses borgois por .ii. raisons, l’une por ce ke sa dignités en abaisse, l’autre pour souspecion ke les gens ont de lui et de ses acointes.

[Livre III, LXXVII]

CI DEMOUSTRE PLUS CLEREMENT LA FORME DE LA LETRE

T por faire l’ensegnement plus cler et plus apert volra li mestres en ceste partie escrire une petite forme de la letre a celui ki est esleu a governeour et a signour, en ceste maniere: A HOME de grant vaillance et de grant renomee, mon signor KARLE conte d’Ango et de Provence, li governeour de Rome et tous lor consaus, salus et acroissance de toutes honours. Ja soit ce que totes humaines gens communalment desirent la franchise ke nature lor dona premierement, et volentiers eschivent le joug de servage, toutefois por ce que la suite des males covoitises et les loisirs des males oevres ki n’estoient p s chastes tornoit a periz des homes et a destruction d’umaine compaignie, esgarda la justice de ciaus et dreça sor le pule governeour en diverses manieres de signories, por enhaucier la renoumee des bons et por confondre le malice des mauvés. Et ensi covient il autresi comme par necessité que nature fust sous justice et ke franchise obeist a jugement; et de ce avient, por les desiriers ki sont ore plus corrompus et por les perversités ki croissent a nostre tens, nule chose ne puet estre plus proufitable a chascun peuple et a toutes communes que avoir droit signour et sage governeour. 2. Et comme nous pensissiens ensamble d’un homme ki nous condue l’an aprés ki vient et ki garde le commun et maintiegne les estranges et les privés et sauve les choses et les cors de tous, en tel maniere que drois n’apetice pas en nostre vile: il nous avint [p. 397] ausi com par divin demoustrement que en trestous les autres que on tient ore a sages et a vaillans a si haute chose comme a signourie des gens, vous fustes criés et receus por le millour. Et pour ce, sire, nous par le commun assentement de la vile avons establi que vous soiés signatour et governeour de Rome de cesti prochaine feste de la Tossains jusques a .i. an. 3. Et nous ne doutons pas, et toz li mondes le crie, ke vos savés et volés metre jugement en pais, justice a la mesure, et ferir la spiet dou droit a la vengance des maufetours. Et por ce, sire, ke tot se tienent apaiés, grans et petis, si vous prions et requerons de toute foi et de toz nos desiriers que vos preigniés et recevés la signorie que nos vos offrons plus volentiers que nul autre, a solaire de .xm. lib’ de prou’, et as covenances que vous verrois en la chartre des tabellions ki est enclose dedens ses letres, et as chapistres des constitutions de Rome. 4. Et sachiés que vos devés amener avec vous .x. juges et .xii. notaires bons et loables, venir et demorer et raler o tout vostre mesnie sor vos despens et sor vostre perilz de cors et des choses, et estre venus dedens Rome le jor Nostre Dame en septembre. Et lors maintenant que vous i enterrois, sans aler a l’ostel, vous ferois les seremens de vostre office sor les livres de constitutions clos et saielés, ançois k’il soit overs; et les ferois ausi fere a vos chascuns selon son office, dedens le capitoile de Rome. Mais une chose sachiés, ke dedens les trois jours ke l’om vos baillera les letres, vous devés prendre u refuser la signorie; et se ce ne fesissiés, ce soit tout por noient, et sa election soit frivole.

[Livre III, LXXVIII]

COMENT LI SIRES DOIT PRENDRE CONSEIL DE PRENDRE U DE LAISSIER LA SIGNORIE

N ceste maniere u en autre que li sages ditteours voldra seront les letres envoies as signours toutes les chartres des covenances, et li messagiers ki porte li baillera cortoisement et priveement, sans cri et sans noise. Et li sires les doit prendre a maniere de sage, et aler tot coiement en aucun lieu privé et brisier le saiel et veoir les letres et savoir ce ki est dedens, et penser en son cuer diligenment [p. 398] ce ke fere li covient, et enquerre le conseil de ses bons amis, et veoir s’il est saufissables a tel chose. 2. Tuilles dist, ne desire pas que tu soies juges sor les gens se tu n’ies tex ke ta vertus puisse baissier les iniquités. Et nonporquant il ne se doit pas desesperier meismement por covoitise, ains doit toutes choses contrepeser a la balance de son cuer, au conseil de ses amis, et l’onour et la honte et le bien et le mal, ke mieus vaut metre conseil devant que repentir a la fin. 3. Et se c’est chose k’il le refuse, certes il doit honorer le messagier selons la maniere de lui, et renvoier la response par biaus dis et par cortoises paroles. 4. Et tot avant fera li ditteour la saluence de biaus mos, et puis la letre en ceste maniere: POUR çou que la dignité des poestés sormonte a hancurs dou siecle, ne puet la cité ne li pueples faire grignour reverence a home ne metre la en plus haut k’eslire lui entre aus et sousmetre aus de bon gre a sa signorie: c’est signe de tres grant amor et de seure fiance, c’est la glore ki enhauce le non de lui et de ses nations a tozjors. Icele grace et honor cognoissons nous que vous nos avés faite, et de tant plus haute et plus large comme la signorie de vous et de vostre vile est la plus honorable dou monde. Et ja soit ce que nous ne soions pas soufissant a rendre les honorables grasses, toutefois vos en mercions nous de tout nostre cuer et de tout nostre desirier, si comme celui ki est tousjors més obligiés a vous et a vostre commune. Mais por çou que nous somes maintenant enpechié de maintes choses ki requierent nostre presance, nous vous prions et requerons en don de grasse que vos nous pardonnés, biau signor, ce que nos ne recevons pas vostre governement; car la besoigne ki nous detient est si grans que demorer nos covient.

[Livre III, LXXVIIII]

DES CHOSES QUE LI SIRES DOIT FAIRE QUANT IL REÇOIT LA SIGNOURIE

AIS se son conseil li loe k’il reçoive la signorie ke l’en li mande, consire molt en son cuer comme il prent haute chose, et k’il sousmet ses espaules a si grant charge. Et por ce se doit il porveoir de grant apareil; c’est li propres guerredon de signorie connoistre que il doit avoir la cure de la cité et maintenir ses honours et ses dignités, [p. 399] garder la loi et fere droit, et que totes choses soient baillies a sa fai. 2. Et tot maintenant doivent honorer le messagier si comme il afiert a l’un et a l’autre, et esclaircir avec lui toutes covenances, s’il en a le pooir; en tel maniere k’il en ait bones chartres pour oster toutes manieres de debat. 3. Et quant ce iert fait, il li baillera unes letres, la saluence devant, et puis en ceste maniere: VOIRS est que nature fist tous homes igaus; mais il est avenu, non mie par visce de nature mais par le malisce des oevres, ke por restraindre les iniquités li hom ait la signorie des homes, non pas de lor nature mais de lor visces. Et sans faille, cil ki seulement est dignes de si tres honorable chose, ki set adevancir les autres par ses merites et par ses vertus, a celui seulement doit estre bailliés li governemens, ki por sa bonté vaut au lieu et a l’onour, et ki n’a pas les espaules fiebles a si charghables faissiaus. Car ja soit signorie de grant honour, neporquant ele a en soi grieté de periz et de charge. 4. Mais por ce que la soule soufissabletés de Jhesucrist fet home soufissant a ces offices, non mie por la soule fiance de lui, non por bonté ki soit en nous: el non dou Soverain Pere, par le commun conseil de tous nos amis, prenons et rechevons l’onour et l’office de vostre governement, selonc le devisement de vos letres; meismement sour icele fiance que nos cuidons vraiement, que le sens et le savoir des chevaliers et dou peuple et la force et la loiautés de toz les citeins nos aidera a porter partie de nos charges et alegier nos feissiaus par bone obeissance. 5. Et quant il aura les letres renvoies ariere et le messagier, lors maintenant comence ses apareillemens; et se porchace d’avoir chevaus et harnois bons et honorables; mais sor toutes choses soit s’estuide en avoir son juge et son acesseur discret et sage et aprovés, ki criement Diu et ki soit biau parliers, non pas vergoignous, chaste de son cors contre femes, non pas orguilleus ne courouçable ne paourous, ne de .ii. langages, et ki ne desire pris de grant fierté ne de grant pitié; mais soit fort et droit, et justes et de bone foi, et religious a Dieu et a sainte eglise. 6. Car en la loi est li juges apelés sacrés, au commencement dou Digest, la u ele dist, l’on vous apele dignement provoires. Et ou Code de jugement et de sacrement et en maint autre lieu dist la lois que li juges est consacrés de la presence de Dieu et k’il est en tierre autresi comme .i. Dieu. 7. Mais s’il ne le trueve pas si compli de toutes choses, por ce que tous blans oiseaus ne sont pas cignes, soit au mains loiaus et permanables, k’il ne puisse estre corrompus, et soit de bone foi non pas simples trop, ne envelopés de maus visces. Garde donc li sires k’il ne laisse bon juge por argent la ou il le trueve; car il est escrit, mar i est celui ki va seul; car s’il chiet, il n’est ki le relieve. Por quoi je di que celui [p. 400] sires vait en la signorie por honor conquerre, mieus que por covoitise de deniers, certes il doit garder par qui li drois sera governés; car si comme la nef est governee par les tesnons, tot autresi est la cités menee par le savoir dou juge. 8. Autresi doit il avoir ses notaires trés bons et sages de loi, ki sachent bien parler el bien lire et bien escrire chartres et letres, et ki soient bons ditteours, et chaste de lor cors; car maintesfois la bonté dou tabellion amende et acomplist la defaute dou juge, et porte grant charge de tot l’office. Autresi doit il amener en sa compaignie chevaliers sages et bien apris, ki ayment l’onour son mestre, et senescal et vallés et sergans, et toute la mesnie sage et amesuree sans orgoil et sans felonnie, et ki volentiers obeissent a lui et a ciaus de l’ostel. 9. Aprés ce siut on faire noveles robes por lui et por son compaignon, et vestir la mesnie d’une taille, et renoveler ses armeures, ses banieres, et ses autres choses ki covienent a la besoigne. Et puis, quant li tens aproce, il doit envoier son senescal a la vile por garnir l’ostel des choses besoignables; car li sages dit que mieus vaut a porveir devant ke querre conseil aprés la fin.

[Livre III, LXXX]

QUE LI SIRES DOIT FAIRE QUANT IL EST AU CHEMIN

R sieut il avenir aucunesfois que, au tans que li sires doit aler sa voie, li commun de la vile li envoient des honorables citains de la cité jusc’a son ostel, por faire li compagnie au chemin u por priier le commun de sa vile que il le laissent aler a son office, u por autres okoisons. Mais comment k’il soit, il les doit honorer et festiier mervilleusement et envoier grans presens et aler les veoir a lor ostel. Mais bien se gart k’il ne parolt priveement a nul d’aus, car de ce parlement naist sovent male soupection; et por ce est ore demorés cist usages ke poi des cités envoient tens embaisseours a l’encontre. 2. Et quant li sires a apareilliet son oire, si se met a la voie el non dou vrai cors Dieu, et s’en aille tout droit a son office enquerant tozjours et espiant des us et des conditions de la vile et de la nature des gens, si k’il les sache tot ançois k’il i entre. Et quant il aproche la vile a une journee, il doit envoier au devant son senescal o tout les keux ki atornent son mangier et l’ostel, autresi doit il envoier a la vile [p. 401] les letres de sa venue. Et le matin k’il doit entrer en la vile doit il sans faille oïr la messe et le service Nostre Signeur. 3. D’autrepart ses devanciers, c’est a dire cil ki tenoit lors la signorie de la vile, maintenant k’il reçoit les letres de la venue au novel signor, face crier parmi la vile que tot chevalier et borgois de la vile voisent a l’encontre, et il meismes i doit aler avec l’evesque de la cité s’il i est u s’il i vieut aler. 4. Et certes li noviaus sires et li devanciers la u il s’entretruevent doit li uns honorer l’autre por oster toutes suspections, et saluer les gens debonairement. En ceste maniere s’en doit il aler tot droit a la mestre eglise, et estre devant l’autel a genous et priier a Dieu humlement de tot son cuer et de toute sa foi, et metre de ses deniers sor l’autel honorablement, et puis monter ariere et aler la u il doit.

[Livre III, LXXXI]

DE LA DIVERSITÉ DES VILES

 ce point a plusors diversités; kar il i a viles qui ont a coustumes que li sires si s’en vait a son ostel, et on li baille les livres des establissemens de la vile ançois k’il face son sairement; et en ce a il grant avantage, car il se puet mieus proveir contre les chapistres ki sont contre lui. 2. Autres i a ki ont en usage ke maintenant que li sires est dedens la vile, et k’il a esté devant l’autel, on l’en maine au conseil de la vile, u devant la commune des gens la u il sont assamblé; et la li fet on jurer lui et les siens ançois que li livres des chapistres soit overs ne k’il soit livrés a lui u a son juge. 3. Mais li sires ki est sages, ançois k’il mete la main sor les sains, il requiert la commune k’il li donent arbitre sor le malefice, non mie por son preu mais por le bien de la vile et por le mal des maufetours. Se l’en li baille, c’est bon, se ce non, il prie que s’il i eust aucun malicieus chapistle contre lui u contre l’onour dou commun u de sainte eglise il puist iestre amendés par les conseilleours de la vile. Et se il ce li font, c’est bon si le fait escrire en chartre de tabellion; et se ce non, il fera serement selonc ce que l’om li devise de par le commun. 4. La forme dou sairement est icele: Vos mesire .A. jurés sor sains de governer les choses et les besoignes de ceste vile ki apertienent a vostre office, et guier et conduire et maintenir et sauver la cité et tote la conté et toz homes et fames, grans et petiz, chevaliers et borgois, et lor droit maintenir et [p. 402] deffendre et garder, et faire ce que la lois commune et les constitutions commandent, et faire k’il soient fait, et gardés por toutes gens meismement orfelins et veves femes et as autres petites gens, et a trestous homes ki seront a plet devant vos et devant les vos. 5. Et garder et maintenir et deffendre eglises, temples, hospitaus, et toutes maisons de religion, les chemins, les pelerins et les marchans; et de faire quanqu’il a escrit en ces livres des establissemens de ceste vile, a quoi vos jurrois a bonne et a loiale conscience. Remués soiez a amour et a haine, pri et loier et toute malice, selonc la vostre vraie entention, des le prochain jour de la Toussains jusc’a .i. an, et tot le jour de ceste Toussains. 6. En ceste maniere fera li sires son sairement; sauve ce que s’il i a nule choses ki doivent estre ostees dou sairement, qu’il l’oste devant k’il fiere la main sor les sains. Et quant il a juré, lors maintenant doivent jurer ses juges et li chevalier et li notaires, chascuns endroit de lui, de fere bien et loiaument son office, et doner a lor signour bon conseil, et de tenir creence ce ki doit estre privé.

[Livre III, LXXXII]

QUE LI SIRES DOIT FAIRE QUANT IL EST A LA VILE VENUS

 ce point il i a plusors diversités. Car il i a viles ki ont a coustumes ke tout maintenant que li sires a fait son sairement, il parra devant les gens de la vile; et autres en i a u il ne parole mie, ains s’en vait tout belement a son ostel, meismement se la vile est en bone pais. 2. Encore i a il autres diversités; car u la vile a guerre dehors contre ses voisins, u il a guerre dedens entre les borgois, u ele est en pais dedens et dehors. Por quoi je di que li sires se doit tenir as usages dou païs; car se li us de la vile requiert, il pora dire la parole bien et cortoisement sans rien commander. Car tant comme ses devanciers est en signorie, il ne li loist pas a metre la faus en autrui meissons, mais il puet bien priier et amonester les gens sans commander ou deveer nule rien. 3. Et se la tiere est en pais, il puet parler en ceste maniere: AU commencement de mes dis cri je le non Jhesucrist le tot puissant roi ki done toz biens en toutes poestés; et la glorieuse Virge Marie, et mon signor Saint Jehan, ki est pairon et guiere de ceste vile: k’il par sa sainte pitié me donent grasce et pooir que je hui en cest jour, et tant comme je serai en vostre service, die et [p. 403] face toute chose ki soit honour et glore de sa maiesté et reverence et honorabilité monsignour l’apostoile et l’empereour de sainte eglise et de l’empire de Rome; et ki soit honor et pris monsignor .A. ki a esté vostre signor et est encore, et ki soit acroissance et amendement et boneurtés de l’estat de vous et de ceste vile et de toz vos amis. 4. Se je voloie former la matire de mon parlement sor la loenge de si trés noble cité comme est ceste vile, et nomer l’onour, le sens, le pooir, et les autres oevres, de vous et de vos anciestres, certes je ne poroie a chief venir, tant il a a conter et de haute chevalerie et dou franc pueple de ceste vile. Et pour ce m’en tairai jou a tant. De mon signeur .A. meismes, et de ses bonnes oevres k’il a fet ceste annee en vostre signourie, et ou governement dou commun et de toutes ces choses, n’en dirai je noient, car eles resplendissent par mi le monde comme la clarté dou soleil. 5. Il est voirs que vous m’avés esleu et fet poesté et signor de vous; et ja soit ce que je n’en soie pas dignes, ne por mes merites ne por ma bonté, neporquant a la fiance Jhesucrist et des preudomes de ceste vile je reçui l’onour que vous me fesistes, sor itel cuer et en tele entention que je mete por vous et cuer et cors, sans eschiver travail dou cors et damage d’avoir. 6. Et puiske vous m’avés fet le plus grant honour ke gens puissent faire en cest siecle vivant, c’est a faire de moi conduiseour et segnor de vous par vostre bon gré, je espoir et croi veraiement que vous serés estables et obeissant a mes honours et a mes commandemens, meismement por le proufit et por le governement de vos et des vostres. Et tant sachiés que tos ciaus ki ensi le feront, je les amerai et ferai grans honours; més les autres ki mefferont contre m’onour ou ki feront tort u desraison a nului qui k’il soit, grans u petis, je les dampnerai et tormenterai de cors et d’avoir en tel maniere que la paine d’un sera poor de plusours. 7. Je ne sui ci venus por covoitise de gaaignier argent, més por conquerre los et pris et honour, a moi et a tous les miens. Et por ce m’en irai je parmi le droit et parmi le cors de justice, en tel maniere que je n’abaisse ne a diestre ne a senestre; car tant connois je bien, chascuns le doit savoir, que la cités ki est governee selonc droit et selonc verité, si ke chascuns ait ce k’il doit avoir, et ke li maufetour soient li .i. chacié hors, li autre livrés a paine: certes, ele croist et mouteplie des gens et d’avoir et dure tousjours en bone pais a l’onour de lui et de ses amis. Por quoi je me torne a celui que je ai commencié, c’est Dieu le tot puissant, k’il doinst a vous et a moi et a tous les citeins, et justiciables de ceste vile, ki ci sont et ailleurs, grasce et pooir de faire et de dire ce ki soit honour de lui et essaucement de nous et dou commun de la vile et de tous ciaus ki nous ayment de bon cuer. 8. En ceste maniere puet li noviaus poestés dire la parole de sa venue; mais li sages parleours doit mout garder les us et l’estat et la [p. 404] condition de la vile, si k’il puisse muer ses paroles et trover autres selonc le lieu et selonc le tens. 9. Més se la cités a guerre dedens, por la descorde ki sont entr’aus, lors covient il que li sires parole de ceste matire, et si puet bien ensivre ce ki est dit devant. Et la u il voit que mieus soit, en son dit puet il ramentevoir comment Nostre Sires commanda ke pais et bone volentés fust entre les gens, et comment il en seroit liés ke il les eust trovés en bone amour. Car il afiert mout a signour que ses subtés soient en acorde, et s’il ne sont, k’il les i torne. Et die comment concorde essauce les viles et enrichist les borgois, et guerre les destruit; et ramentevoir Romme et les autres bonnes viles ki por la guerre dedens sont decheues et mal alees; et coment guerre citaine amainne mains maus, si come est rober temples et chemins, ardoir maisons, murtre, avoutire et larrecin, traison et perdition de Dieu et dou siecle. 10. Teus et autres paroles dira li sires a sa venue, priant et amonestant les gens de faire bien et d’avoir pais et laissier haine; et die coment il aura le conseil des preudomes, et establi la besoigne bien et honourablement. 11. Et quant la cités a guerre dehors contre aucune autre cité, ciertes li sires a sa venne puet bien ensivre la matire ki est devisee ci devant. 12. Et la u il voit ke mius estoit, si puet joindre teus autres paroles: ET IL est voir, et tous li mondes le set, que por le mal et por le torfait ki ne devoient ne ne pooient estre plus soufert, guerre est venue entre vous et vous enemis a grant tort et a grant desloiauté d’iaus et de lor partie. 13. Et ja soit ce une besoigne ki requiert maintes choses, neporquant je ne parlerai ore se petit non, car il covient k’il soit plus dou fait ke dou dit. Mais s’il i a en cest siecle vivant chose u on puisse ouvrer sa force et son pooir et aquerre haute renomee de sa vertu, je di que en cele guerre sormonte totes besoignes, car ele fet home preu as armes, franc de corage, vighereus; plain de viertus, fors au travailh, veillables a agais, soutil et engigneus en toutes choses. 14. Estuide donc chascuns soi meismes es choses devant dites. Soiés trestot garni de beles armes et de bons chevaus, car teus choses donent talent as homes de combatre, et siute de victore, et font as anemis paour de perdre et talent de fuir. Soiés d’un coer et d’une volenté. Soiés parmanables a l’asamblee; alés estroit a la bataille et ne vous en desevrés sans congié. Soviegne vos de vos anciestres et de lor victorieuses batailles: et je me fi tant en la vaillance et en la bonté de vous et de vos gens, et en droit ke vous avés contre vos anemis, ke vous aurés la victore et l’onour que vos desirrois. 15. Teus et autres paroles, que li sages parleour saura trover a la matire, doit il dire entre ses citeins, en tel maniere k’il voit k’il soit plus agreable, et poser fin a son dit. 16. Et quant il est assis, son [p. 405] devancier, s’il i est, doit maintenant lever et faire son prologue bien et sagement, et respondre a ce que li autres a dit, et loer lui et son sens et ses oevres et sa lignie, et fere li grasces dou bien et de l’onour k’il li a fet en son dit. Et a la fin de son parlement doit commander a tous k’il obeissent au novel signor, et k’il metent a oevre ses ensegnemens; et quant il a ce dit, si done congié a ses gens, a chascun k’il s’en aille a sa maison. 17. Or sieut il avenir aucunesfois que avec le novel signor vienent gentiz gens de sa vile de par le commun de la cité, ki parolent en cel lieu meismes, et portent salus, et devisent l’amor ki est entre l’un commun et l’autre, et loent la cité et les citeins, et le vielh poesta et sa bone signorie; autresi loënt il le novel signour et sa lignie et lor bonnes oevres, et moustrent comment tot le commun de lor vile le tienent a grant honour et a amour ce k’il en ont esleu lor governeour. Et dient que le signor et le commun de lor cité li ont commandé, sor le periz de lor cors et de lor fiz et de quank’il a au monde, k’il face et die ce ki tort a honour et au pourfit de la vile k’il doit governer. Et por ce prient les gens de la cité ke il li obeissent et li doignent aide et conseil, en tel maniere k’il puisse honorablement finer son office. 18. Et quant il ont ce dit, li vieus governeour doit faire avenable response en ce parlement meismes k’il respont au novel signour si comme li contes devise ci devant; u en autre maniere, se la condition l’aporte.

[Livre III, LXXXIII]

QUE LI SIRES DOIT FAIRE QUANT IL A FET SON SAIREMENT

PRÉS les sairemens et les parlemens des uns et des autres s’en doit li sires aler a l’ostel et ovrir les livres des establissemens et des chapistles de la vile; en quoi ses juges et si notaire doivent lire et estudiier, et de nuit et de jour et devant et deriere, et noter ce ki covient a faire, ce devant devant et ce deriere a la fin. Car c’est la trés grant bonté des juges et des notaires que il les lisent et relisent [p. 406] sovent, en tel maniere que il le retiegnent toute en lor cuer, et k’il sachent les puins et les lieus ki touchent a lor besoignes. Neis au signor meismes afiert k’il les sache bien, meismement les puins ki plus le lient; et k’il s’en soviegne tousjours. 2. Et quant il ont diligeament regardé, lors maintenant doivent il noter la forme dou sairement et des ensegnemens ki doivent estre jurés par tous les justiciables, et mander tous ciaus ki sont devant en chascune parroche ce k’il jurent devant, et puis facent jurer toz ciaux armes portans, et metent en escrit les nons et les baillent as notaires. 3. Aprés ce doit il eslire son conseil selonc la loi de la vile, mais il doit porcachier que li conseilleours soient bons et sages et de bons aages, car de bone gent bon conseil; et puis les autres officiaus et sergans de la cort bons et loiaus, ki li aident a porter le fais de son office. 4. Endementiers que li sires est a l’ostel et k’il fait et ces et autres apareillemens, ançois k’il monte sor la maison dou commun ne k’il soit en sa propre signorie, il se doit sovent et menu conseillier as preus gens de la vile des choses ki avienent a l’onor de lui et de la vile. 5. Et se la vile se descorde u dedens u dehors, il se doit molt travillier por avoir la pais, se ce ne fust de tel maniere que si citain ne voelent pas k’il s’en melle; car li sires se doit mout garder k’il ne chie en la haine ou en la suspection de sa gens.

[Livre III, LXXXIIII]

QUE LI SIRES DOIT FAIRE QUANT IL ENTRE PREMIERS EN SA SIGNOURIE

T quant li jors est venus k’il doit comencier son office, il doit le matin tot avant aler au moustier et oïr le siervice et orer a Dieu et a ses sains. Et puis maintenant s’en aille a la maison dou commun, et tiegne la chaiere de sa glore; et por ce k’il est venut en usage que on laisse au governeour la porveance d’establir les paines, meismement sor les petites coupes, doit li sires par conseil de ses sages establir ses bans et ses ordenemens, teus k’il soient acordables as bons us de la vile: mais k’il ne contredient as chapistles k’il jura le premier jour. 2. Et le premier jour de fieste ki vient, il fra assambler les gens de la vile en lieu ki est acoustumés, et devant aus doit il parler si haut que chascuns entende sa parole; et tiegne en son dit cele meismes voie k’il tint au premier jour, sauve ce k’il doit ore parler plus roidement et commander et deveer comme sires et manacier et prier et amonester, si comme il verra ke bien soit. 3. Et [p. 407] quant il a finé son conte, ses notaires lise les ordenemens a haute vois entendablement, et si ne suetre pas li sires que nus hom de la vile se lieve por dire noient au parlement; car se uns i desist uns autres rediroit, et ensi seroit uns griés enpeechemens, meismement s’il a en la vile .ii. parties.

[Livre III, LXXXV]

COMENT LI SIRES DOIT AMONESTER SES OFFICIAUS

PRÉS ce doit li sires assambler ses juges, ses notaires, ses compaignons, et les autres officiaus de son ostel, et priier et amonester les de bien faire au plus doucement k’il onques puet; et aprés les prieres lor comande k’il gardent et maintiegnent l’onour de lui et dou commun, et k’il veillent et estudient chascuns a son office, et k’il rendent a chascun son droit, et k’il delivrent toutes querieles au plus tos k’il onques puënt, salve soit l’ordre de raison; k’il se gardent de ces visces et dou blasme de la gent, et k’il ne se couroucent as gens, ne ne voisent en tavernes ne chiés aucun home, por mangier ne por boivre; et k’il ne soient privé de nului et qu’il gardent qu’il ne soient corrompu par deniers, ne par fenmes, ne par autre chose ki soit. Et se autrement le font, je di k’il les doit punir plus aigrement que les autres, car plus grief paine chiet sor les nos et sor ciaus ki doivent garder nos commandemens.

[Livre III, LXXXVI]

COMMENT LI SIRES DOIT HONOURER SON ANTECESSOR

NTRE les autres choses ki coviennent au signour est k’il adoucisse les corages de ses devanciers, et k’il lor face honor et amour de quank’il puet. Et quant il a a rendre son conte, ne suefre pas c’on li face honte ne tort, car il afiert au signour de restraindre les iniquités des mauvés soz les bonnes de justices: et bien sache k’il vendra a ce point. Et si comme il maisonera a son pere, tot autresi li remaisonnera ses fiz; car il est escrit que nous devons [p. 408] estre teux a nos peres comme nous volons ke nos fiz soient envers nous.

[Livre III, LXXXVII]

COMENT LI SIRES DOIT ASSAMBLER LE CONSEIL DE LA VILE

UANT li sires est venus a son office et a sa signorie tenir, il doit mult penser et de jour et de nuit as choses ki apertienent a son governement. Et ja soit il chiés et gardeour dou commun, neporquant es grans besoignes.et douteuses doit il assambler les conseilleours de la vile et proposer et dire devant aus la besoigne et demander k’il li conseillent ce ke biau soit pour le bien de la vile, et oïr ce k’il diront. 2. Et se la besoigne fust grans, il s’en doit conseillier une fois u .ii. u .iii. u plus et plusour fois se mestier est, au petit conseil et o grant, et joindre a conseil des autres preudomes, des juges, des prieus des ars, et des autres bones gens; car il est escrit ke de grant conseil vient grant salus. Et a la verité dire, li sires puet seurement aler selonc les establissement de conseil; car Salemons dit, fait toutes choses par conseil, et, puis les fais, ne t’en repentiras. 3. Mais bien garde li sires que la proposition k’il fait devant les conseilleours soit briés et soit escrites a poi de chapistres; car la multitude des choses engendre enpeechement, oscurcist les corages, et afoiblist les millours sens, car sens ki pense a maint des choses est maindre a chascune. 4. Et quant li notaires a leu les propositions devant les conseilleours, li sires se lieve et redie la besoigne comment ele est et comment ele est esmeue. Mais garde bien ke si dit et ses pors soient nu et simple, de tel maniere que nus hom li puisse dire k’il weille plus l’une partie que l’autre. Je ne di pas que li sires ne puisse aucunefois dire se ce ne fust chose ki engendre suspection; car il i a maintes gens ki par envie et par haine de cuer dient plus contre le signeur ke por le bien dou commun. 5. Et quant li sires a dite la proposition, il doit maintenant commander que nus ne die autre chose se de ce non k’il lor a mis devant, et que nus ne se melle de loer ne lui ne les siens, et k’il escoutent ciaus ki parolent. Lors doit il commander a ses notaires k’il metent diligeaument en escrit les dis des parleours, non mie tout çou k’il dient, mais sou sans plus ki touche au point dou conseil. Et si ne suefre pas ke trop de gent se lievent a consillier. 6. Et quant il ont dit et d’une part et d’autre, li sires se lieve [p. 409] a deviser les dis par parties les uns contre les autres. Cil a quoi s’acorde la grignour partie des gens ki sont assamblé au conseil doit estre ferme et estable, et tout ensi les doit escrire les tabellions; et se mestiers est pour mieus esclarcir la besoigne, il puet bien escrire trestous les conseilleours comment il s’acordent a l’un conseil et a l’autre. Et quant c’est tot fait bien et diligemment, li sires lor done congié; et se mestiers est, si commande creance; et ki ne le tient, il doit estre dampnés comme traitres. 7. Entre les autres choses doit li sires mout honourer les gens dou conseil, car il sont si membre, et çou k’il establissent doit estre sans remuance, se ce ne fust por certain meillourement dou commun. Mais on ne doit pas assambler conseil por toutes choses, mais por iceles soulement ki en ont bon mestier.

[Livre III, LXXXVIII]

COMENT LI SIRES DOIT HONORER LES MESSAGIERS ET LES AMBAISSEORS ESTRANGES

T quant li ambaisseour des estraingnes terres vienent a lui por aucune besoigne ki touche a l’une tiere et a l’autre, ciertes li sires les doit volentiers veoir et honorer et reçoivre debonairement. Et ançois k’il lor assamble conseil, il se doit mout travillier de savoir l’achoison por quoi il vienent, s’il onques puet; car ele puet estre de tel maniere k’il n’assamblera ja point de conseil, et tel poroit estre k’il assambleroit le petit conseil sans plus, ou par aventure le grant, o tout le commun de la vile. 2. Mais s’il sont legaz monsignour l’apostoile ou de l’empereour de Rome ou de ses grans honours, il ne doit pas veer conseil, ains lor doit aler a l’encontre, et convoier les, et honorer de tout son pooir. Et quant il ont parlé au conseil, li sires doit respondre bien et cortoisement, et dire k’il sont signours de l’aler u dou demorer, et que li sage de la vile penseront ce ke sera covenable. Et quant li ambaisseour sont issu dou conseil, li sires doit oïr les volentez des consilleours, et si comme il establissent doivent faire le fait et la response.

[Livre III, LXXXVIIII, p. 140]

COMENT LI SIRES DOIT ENVOIER SES AMBAISSEOURS

UANT il avient aucune chose por quoi on doit envoier messages u ambaisseours hors de la vile, certes se la besoigne ne fust de grant pesantor, il les doit eslire par briés entre les conseillors de la vile, ou autrement, selonc les us de la vile. Mais s’il doivent estre envoiés a l’apostoile ou a l’empereor de Rome u autre part ki requiert grans sollempnités, je lo que li sires meismes eslise tous les millours de la vile, se c’est la volentés dou conseil.

[Livre III, LXXXX]

COMENT LI SIRES DOIT OIR LES CAUSES ET LES ADVOCAS

OUR oïr les desiriers des gens et por apaier le clamour des citeins, afiert il a bon poesté k’il soit sovent a oïr les extraordinaires querieles, et k’il les delivre et amenuise les plais de totes les gens; car c’est de grant bonté ke li sires constraigne ses subtés dedens les bonnes de drois, k’il ne viegnent a la descorde, por ce que feus ki n’est estains prent aucunefois grant force. 2. Mais s’il avient aucun fort point dont il se doute, je lo k’il i amaine son juge et use son conseil, ou k’il i mete jour, jusc’a tant k’il s’en soit conseilliés. Mais molt est bele chose et honeste au signor, comme il siet a cort, k’il entende et coiement les uns et les autres, meismement les advocas et les paires des causes; car il descuevrent la force des plés et manifestent la nature des questions, por quoi la lois dist que lor office est fierement bons et besoignables a la vie des homes, et tant ou plus come il se combatissent a l’espee ou au coutel por lor parens et por lor païs. Car nous ne quidons pas, fait l’empereres, que seulement cil soient chevaliers ki usent l’escu et le hauberc; mais en chevalerie sont li advocas et li pairon des causes, et por ce doit bien li sires porveir, por son office, que se ancuns povres ou autres est en plet devant li ki ne puisse avoir advocat u par sa foiblece ou par la force son adversaire, il doit constraindre aucun bon advocat ki li soit aide et k’il le conseille de son droit et de sa parole. 3. Et quant li sires a oïes les parties, lors se doit molt apenser comme il responde, ne il ne doit rien dire comme fols, mais sagement et penseement; et tout ce k’il commande et k’il establist soit par conseil, et soit estables, si k’il samble drois et sages en oevre et en parole, autrement son dit seroit en lieu de mokerie, et chacuns le [p. 411] tendra por noient. 4. Porquoi je di que s’il trespasse ancunefois outre ce que bon soit, u en ses dis u en ses commandemens, il n’est pas honte d’amender le, ains est grans vertus que chascuns chastie son erreur et retourt au millor; et ce doit li sires faire, selonc ce que la lois commande.

[Livre III, LXXXXI]

KE LE SIGNOR DOIT FAIRE SOR LE MALEFICE

OUR toute chose doit la poesté faire ke la vile ki est a son governement soit en bon estat, sans noise et sans forfait. Et ce ne puet pas estre s’il ne fait tant que li païs soit widiés et nés de larons et de murtriers et de tos maufeteours; car la lois commande bien que li sires espurge bien le paIs de male gent, et por ice a il la signorie sor les estranges et sor les privés ki font les crimes en sa judicion. Et neporquant il ne doit pas livrer a paine ciaus ki sont sans coupe, car il est plus sainte chose d’asoudre .i. nuisant que dampner .i. nonnuisant, et laide chose est que tu perdes le non d’innocense por haine d’un nuisant. 2. Sor le malefice doit li sires et ses officiaus sivre les us du païs et l’ordre de raison, en ceste maniere: premierement doit cil ki acuse jurer sor sains de dire voir en acusant et en deffendant, et k’il n’amenra pas faus testimoine a son esciant, lors baillera son acuse u denonciation en escrit, u se ce non, li notaires le doit escrire mot a mot si comme il a devisé, et enquerre de lui meismes diligemment ce k’il ot. 3. Li sires u li juges meismes quideront ke ce soit des apertenances dou fait, voir de la chose; et puis aprés semondre celui ki est acusés dou malefice, et s’il vient, si le facent jurer et aseurer la court des pleges; et metent en escrit la confession ou sa negation si comme il a dit; et s’il ne donne pleges ou se li malefices est trop grevables, on doit arrester en bonne garde. Lors doit li sires ou li juge juges metre jour de prover et oïr le tiesmong ki welent venir, et constraindre ciaus ki ne vienent, et examiner toute chose bien et sagement, et metre les dis en escrit. 4. Et quant li tesmong sont tot receu, li juges et li notaires doivent semondre les parties devant aus, et, se il i sont, il doivent ovrir et publiner les dis des tesmoins, et baillier les a ciaus, si k’il puissent consillier et moustrer ses raisons. 5. Or avient aucunefois es grans crimes k’il ne puet estre seus ne prouvés certainement, mais on trueve bien contre celui ki est acusés [p. 412] aucunes ensegnes et fors argumens de suspection. A ce point le puet on metre en la gehine, por faire li gehir sa coupe, autrement nenil. Et si di ge que, a la gehine, li juges ne doit pas demander se Jehans fist le murtre, mais generalment doit demander ki le fist.

[Livre III, LXXXXII]

COMME LI SIRES DOIT DAMPNER ET ASOUDRE LES ACUSEZ

N ceste maniere doit on reçoivre les acusés et les prueves des malefices. Et quant ambedeus les parties ont moustré ce k’il welent, lors maintenant sans nul delaiement doit li sires estre en une des chambres avec les juges et les notaires de son ostel, et veoir et oïr et enchierchier diligement tot le plet, d’amont et d’aval, tant k’il connoissent la verité, selonc ce k’il est moustré devant aus. Et se il sont certain dou malefice, por la confiession dou malfaitour meismes, de son gré sans torment, ou par tiesmong, u par bataille de champion, ou par sa contumace, il le doivent dampner u de cors u d’avoir, selonc la maniere dou meffait, et selonc la loi u l’usage dou païs. 2. Mais mout doit garder li sires que ce ne soit ne plus aigrement ne plus molement que la nature de la chose requiert, por renomee de fierté ne de pitié. Et ja soit ce que en griés malefices covient grief paine, neporquant li sires doit avoir aucun atemprement de benignité; mais cil ki sont a nostre tens ne le font pas ensi, ains le dampnent et tormentent au plus fierement k’il puënt. Mais ciaus ki ne sont pas coupables, on les doit assondre. Li notaires mete en escrit les dampnés d’une part et les assous d’autre. 3. Aprés ce doit li sires assambler le conseil a la coustume du païs, et commande que nus n’i face noise ne cri. Et s’il wet il puet bien en .i. poi parler et amonester les gens k’il se gardent des meffais, et que nus n’i regarde si petites paines k’il met maintenant sor aucun des maufetours; car une autre fois les fera il plus fieres, et tozjours les acroistra jusc’a la fin de ses offices. 4. Lors doit il maintenant ciaus ki doivent estre dampnés de cors, k’il soient enki en presence por oïr lor sentence, por ce que sentence de cors ne puet estre donnee contre nului s’il ne fait presens. Lors lieve li notaires et lise tot belement ces sentences, tes absols devant et les dampnés apriés. Et quant il a tout leu, li sires le conferme: il commande que ceaus dou cors soient maintenant danné et li autre paient a jour [p. 413] nomé, et baille l’essamplaire as cambrelains dou commun, et donne congié as gens.

[Livre III, LXXXXIII]

COMMENT LI SIRES DOIT GARDER LA CHOSE DOU COMMUN

T quant li jours trespasse que li dampnés doivent paier, s’il ne paient li sires doit mout constraindre de paier, car poi vaut a dampner les s’il ne les fait paier; et d’autrepart il doit estudier que li chambrelenc dou commun soient bien garni d’argent, por faire les grans despenses et les petites, ki vienent sor le commun. 2. Mais il doit sovent et menu veoir le conte des chambrelains et l’entree et l’issue, et garder ke li avoirs dou commun ne soit pas despendus desmesureement; car s’il doit garder soi meismes de trop larghement despendre, certes il doit assés mieus espargnier la chose dou commun, pour çou que laide chose est estre aver du sien et large de l’autrui. 3. Et ja fust il grans despenderes de son avoir, si doit il estre garderes du commun, et sauver et maintenir les drois dou commun, les detes, les justices, les signouries, les chastiaus, les viles, les maisons, les cors, les officiaus, les places, les voies, les chemins, et toutes choses ki apertienent au commun de la vile, en tel maniere que li honours et li proufis dou commun n’apetice pas, mais croissent et amendent a son tens. Autresi doit li sires garder et faire la vile dedens et defors, meismement de nuit por les larrecins et por les autres maus crimes.

[Livre III, LXXXXIIII]

COMMENT LI SIRES DOIT GARDER LA CHOSE DE SON OSTEL ET DE SA GENT

EDENS son ostel doit li sires establir sa mesnie bien et sagement, chascun en son lieu et en son office, et chastoier l’un de parole, l’autre de verge; et amoner son senescal k’il soit amesurés en despendre, non pas en tel maniere k’il soit blasmés d’avarice, mais k’il maintiegne l’avoir de lui, et k’il souffice as gens de son [p. 414] ostel, et ke rien ne faille a la mesnie, por ce que la faute des choses besoignaibles le poroit amener a vilaine pensee.

[Livre III, LXXXXV]

COMMENT LI SIRES DOIT CONSILLIER AVEC SES SAGES

OUR ce doit il honourer et amer tous ciaus de sa mesnie, et rire et esbatre aucunefois avec aus. Mais sor tous doit il amer et honorer les juges et les notaires de son ostel, car il ont en lor main la grignor partie de s’onor et de sa bonté; et por ce doit li sages poestas sovent et menu, meismement as jours des festes ou le soir en yver tens, assambler les en sa cambre u ailleurs, et parler a aus des choses qui apertienent a lor office, et encerchier k’il font, que les querieles il ont devant aus, et enquerre la nature des ples, et prendre conseil des choses k’il doivent faire. Car c’est une chose de grant sens de sovenir soi des choses alees, et establir les presentes, et porveir des futures. 2. Autresi les doit il priier et amonester k’il soient la droite balance ki contrepoise les drois et les tors, selonc Dieu et selonc justice; et k’il gardent que drois ne soit vendus ne changiés por deniers ne por amour ne por haine ne por autre chose vivant; mais soviegne lors que Nostre Sires commande: amés justice, vous ki jugiés la tiere. Mais de ce se taist li mestres, et torne as autres choses.

[Livre III, LXXXXVI]

DE LA DISCORDE KI EST ENTRE CIAUS KI VOELENT ESTRE CREMUS ET AMÉS

N ceste partie dist li mestres ke entre les governeours des viles siut avoir une tele difference, que li un aiment miex estre cremus ke amés, et li autre desirent plus a estre amés ke cremus. Et cil ki ayment mieus a estre cremus que amés desirent a avoir renomee de grant fierté; et, por çou k’il welent sambler fiers et crueus, metent tres fieres paines et aspres tormens, et de ce quident que l’en les redoute plus et que la vile en soit mieus apaisie. 2. Et ce pruevent il par les dis Seneque, ki dist k’escharseté de poine corront les cités, et ke l’abondance des pecheours amainent les usages de [p. 415] pecchier, et ke cil pert le hardement de sa malice ki est fierement tormentés, et que li prince soufrant conferme les visces, et la douçcur dou signor oste la vergoigne dou maufetour, et plus est redoutee la paine ki est establie de par son signor ke de par son ami, et de tant comme li torment sont plus apert proufitent il plus par example, et toz li mondes crient les fiers et les hardis, et la paine donne paour as plusours. 3. Contre ce dist li autres ke mieus vaut a estre amés que cremus, por çou c’amours ne puet estre sans cremour, mais cremours si puet bien estre sans amour: Tuilles dit que au monde n’a plus seure chose a deffendre ses choses ke d’iestre amés, ne nule plus espoentable ke d’iestre cremus; car chascuns het celui k’il crient, et ki de tous est haïs a perir le covient, que nule richesce puet contrester as haines de plusors. Longue paour est male garde, cruauté est enemie de nature. 4. Il covient que chacuns crieme celui ou ciaus de que il wet estre cremus, et force ki est par paour n’aura ja longue duree, et toute paine doit estre mise sans tort, non mie par le signor, mais por le bien dou commun; ne paine ne doit estre grignour ke la coupe, ne nus ne doit estre dampnés por les crimes d’un autre et tout governement doivent estre sans folie et sans peresce. Tuilles dit, garde ke tu ne face rien dont tu ne puisses moustrer raison por quoi. Et Senekes dit ke cil maufet ki plest plus a sa renomee ke a sa conscience, et cruauté n’est pas autre chose que fiertés de corage es grans paines; pourquoi je di ke cil est cruel ki n’a mesure en daner quant il en a l’ochoison. 5. Platons dist que nus sages ne dampne de çou que li pechiés est fais mais por çou k’il ne soit fais de lors en avant. Quele difference a il entre roi et tirant ? il sont pareil de fortune et de pooir, mais li tirans fet oevres de crualté par son gré, ce ne fet pas li rois sans necessité: li uns est amés et li autres est cremus. Et cil est tenus a mauvais peres ki tozjors bat et fiert son enfant asprement. 6. Li plus seurs garnimens dou monde est li amours des citains, car il done la plus bele chose en cest siecle, c’est que chacuns desire que tu vives. 7. Par ceste parole puet on bien entendre ceste querele; car clemence ki est contre cruauté est uns atempremens de corage sor la paine ki li puet establir. Tuilles dist que la plus bele chose ki est en signorie si est clemence et pitiés, s’ele est jointe avec droit, sans coi la cités ne puet pas estre governee. Seneques dist, quant je sui a curer la cité, je i truis tant de visces entre tant de gens, ke pour garir les maus de chascun il couvient que li uns soit sanés par ire et li autres par essil et par pelerinage, et li autres par dolour et li autres par poverté et li autres par fier; et tout me coviegne il aler por aus dampner, je n’irai o furor ne en la cruauté, mais jou ai a une voie de loi par l’oevre, de sage vois sans orgueil, jugement sans ire. Et iont [p. 416] les mauvais autel samblant et autel corage comme font les serpens et les autres bestes ki portent venin. 8. Il ne covient pas que li sires soit dou tout cruel ne dou tout plains de clemence; car autresi bien est il cruauté de pardoner a toz comme non pardoner a nului; mais ce est oevre de haute clemence a confondre les maus en pardonant. Por coi je di que nus ne doit pardoner le maufetor, car li juges est dampnés quant li malfaitour est assous. Autresi ne doit il estre trop cruel, por çou que nule paine ne doit estre grignor que le meffet ne cheoir sor le non nuisant; car se la paine est du cors, donc est il omecides, et stele est de deniers, a rendre li covient.

[Livre III, LXXXXVII]

DES CHOSES QUE LI SIRES DOIT CONSIRER EN SA SIGNORIE

OVIEGNE toi donc, tu ki governes la cité, dou sairement que tu fesis sor sains quant tu presis l’office de ta signorie. Soviegne tai de la loi et de ses commandemens, et n’oublie pas Dieu et ses sains, mais va sovent au mostier et prie Dieu de toi et de tes subtés. Car David le prophete dist que se Dieus ne garde la cité, por noient se travaillent cil ki le gardent. 2. Honoures les pastours de sainte eglise, car Dieus dist de sa bouche: ki vos reçoit moi reçoit. Soies religieus et mostres la droite foi, pour çou k’il n’a plus bele chose ou prince de la tiere ke avoir droite foi et veraie creance. Et il est escrit: quant li justes rois siet en sa chaiere, nul mal ne puet cheoir contre lui. 3. Et por ce garde les eglises, les maisons Diu; garde les veves les orfenes, car il est escrit: soies deffenderes des orfenins et des veves, c’est que tu deffendes lor drois contre la mauvestié des poissans, non pas en tel maniere que li poissant perdent lor droit por les larmes du foible; car tu as en ta garde les grans et les petits et les moiens. 4. Donques covient il des le commencement ke tu pregnes l’office a net cuer et a pure entention, et ke tes mains soient netes, a Dieu et a la loi, de tous gaains outre les loiers dou comun, et ke tu [p. 417] deffendes les choses dou commun et donnes a chascun çou ke sien est; et que tu porvoies a ton pooir k’il n’ait haine ne descorde entre ses subtés, et s’ele i est que tu ne soies ploiés as uns plus c’as autres, ne por argent ne por femes ne por chose ki soit, et ke tu entendes diligemment les plés et les plaintes; et que tu delivres les petites querieles tost et legierement sans respit; et que tu faces tout çou ki est escrit es livres des constitutions de la vile; et que tu maintiegnes les oevres et les edifices du commun, et faces afaitier les voies et les pons et les portes et les murs et les fosses et les autres choses. 5. Ne suefre pas que li maufetour eschapent sans paine, ke nus dou païs les detiegne. Les murtriers les traitres et ciaus qui efforcent les puceles et ki font ces autres crimes, dois tu dampner fierement selonc la loi et l’us dou païs. Tien tes officieus en tel maniere k’il ne facent ne tort ne anui. Aies entor toi tel conseilleour ki soit bons et sages et loiaus a toi et a raison. Soies tex que tu sambles terribles as mauvais et agreables as bons. En some regarde la seconde partie dou livre, la u il parole ça ariere des visces et des vertus, et gardes ke tu soies garnis des vertus et nés de visces.

[Livre III, LXXXXVIII]

DES CHOSES DONT LI SIRES SE DOIT GARDER POR ACHOISON DE SOI

R dist li mestres k’il ne vieut pas en ceste derraine partie nomer la seurté de quoi li sires doit estre garnis, por çou k’il en a assés longuement dit en la seconde partie dou livre,et por ce s’en taist a tant. Et neporquant il dira aucun des visces dont li sires se doit fierement garder, et il et ses sages. Car sans faille il se doit mout garder de ces choses dont il commande que li autre se gardent, selonc ce que li Apostles dist: je chasti, fist il, tot avant mon cuer, et le met en siervage, si ke je ne soie dampnés en chastoiant les autres. Et Catons dist que laide chose est au mestre quant la coupe en torne sor lui. Mais bien dire est loable s’il le fait; car bien dire et mau fere n’est autre chose que dampner soi par sa parole. 2. Aprés ce se doit il garder d’yvrece, d’orguel, d’ire, de dolour, d’avarisce, et d’envie, et de luxure; car chascuns de ces pechiés est mortex a Dieu et as homes, et fait le prinche cheoir legierement de son siege. Mais mout se doit garder de trop parler, car s’il parole po et bien, on le tient a plus sage, et molt parler n’est sans pechié. Autresi se [p. 418] doit il garder de trop rire, car il est escrit que ris est en la bouche des fols. Et nanporquant il puet bien rire et jouer et esbatre aucunefois, non pas a maniere d’enfant ne de feme, ne ki samble faus ris ne orguilleus. Et s’il est bons des autres, il sera cremus s’il ne moustre liet le visage, meismement quant il est assis a oïr plet. 3. Autresi ne doit il loer soi meismes, por ce k’il soit loés des bons, et ne li chaut s’il est loés des mauvais. Et garde soi de gengleours ki le loent devant lui. Croie de soi plus a soi que as autres, et soit autresi tristes quant il est loés par les malvais comme s’il fust loés par males oevres. Autresi se doit il garder des espieurs, k’il ne die ne ne face chose, s’ele est seue, k’il en soit blasmés. 4. Autresi garde que justice ne soi pas vendue por deniers; car la lois dist k’il doit estre dampnés comme lerres. Autresi garde k’il ne soit privés de ses subtés, pour çou k’il en chiet en despit et en souspeçon. 5. Autresi garde k’il ne reçoive nul present de nuli ki soit sous son governement, por ce que tous homes ki reçoivent don u service a sa franchise vendue, et est obligiés comme par dette. Autresi garde k’il ne se conseille a nului de la vile priveement, ne ne chevauce avec nului, ne ne voise a sa maison por mangier ne por autre chose, por ce que de ce naist suspections de lui entre ses citains.

[Livre III, LXXXXVIIII]

DES CHOSES DONT LI SIRES SE DOIT GARDER POR OCHOISON DOU COMMUN

UTRESI se doit li sires mout garder k’il, par le comun k’il a en sa garde,ne face nule conjurison ne compaignie avec les autres cités et viles dou païs; et se a fere le covient, si le face par le conseil de la vile et par le commun assentement des gens. Car en teus choses doit on penser et repenser longuement k’il ne face tel lien ki puis li coviegne brisier sa foi; ou s’il ne le brise ke li periz en viegne sour lui. 2. Autresi garde k’il ne mete a son tans ne taille ne chartre de vante ne dette ne de nul ligement dou commun, se ce ne fust por manifest proufit de la vile et par commun establissement dou conseil.

[Livre III, C, P. 419]

QUE LI SIRES DOIT FAIRE AU TENS DE GUERRE

N ceste partie dist li mestres ke en signorie a .ii. saisons, une de pais, autre de guerre. Et por ce k’il dist assés bien de l’un et de l’autre el livre des visces et des vertus el chapistre de manificence, n’en dira il ore autre chose se ce non k’il covient au signeur por son office. Et certes se li sires, quant il vieut governer la vile, et il le trueve en pais, il en doit estre mout liés et joians, et garder k’il ne commence guerre a son tens s’il onques puet, car en guerre a trop de periz. 2. Mais se a commencier le covient, ce soit fet par les communs assentemens des citeins, et par establissement de conseil et des sages gens de la vile. Més se la guerre estoit commencie au tens de ses anciestres, je lo que il porchace la pais, ou au mains les trives; ou se ce non, il doit requerre sovent et menu le conseil des sages homes, et espiier le pooir de sa partie et de ses enemis, et estudiier que la vile soit bien gardee dedens et dehors, et les chastiaus et les viles ki sont baillies en sa garde. 3. Et si doit avoir entor lui une gent de sages et de vaillans homes de la vile, ki se sachent meller de guerres et ki soient tousjors a son conseil et ki soient aprés lui chievetains et guieurs de la guerre. Et requerre toz les amis et compaignons et les subtés de la vile, les uns par letres les autres par bouche et les autres par messagiers ki soient apareilliés as armes et a la guerre. 4. Aprés ce doit il assambler a la mestre place de la vile, ou en autres lieus acoustumés as gens de la vile, et dire devant aus paroles de guerre, et ramentevoir les tors des enemis et les drois des citains, nomer la proece et les valours de lor ancestres et les lor vertueuses batailles, semonre les gens a la guerre et conorter les a bataille, et commander que chascuns face grant apareil d’armes et de chevaus et de tentes et de pavillons et de toutes choses ki besoignent en guerre. 5. Teux et autres paroles doit li sires dire por acuser les corages des gens au plus k’il onques puet; mais bien garde k’il ne die nul foible mot, ains soit sa chiere de courouç et d’ire, le samblant terrible, la vois menachable, et son cheval hennisse et fiere les piés a la tierre; et face tant que maintes fois, ançois k’il fine son dit, la noise lieve et li cris entre les citeins, autresi comme s’il fussent a la mellee. Et nanporquant il doit mout consirer la maniere de la guerre, por ce que autre samblant covient entre les graindres et autre contre les pers et autre contre les menours. 6. Aprés son parlement face lire par la bouche de son notaire, ki ait clere vois et entendable, les ordenemens et les chapistres de la guerre, et porchace s’il onques puet k’il ait arbitre sor le malefisce [p. 420] de l’ost. Et quant tout çou est fet, il doit de ses mains baillier les gonfanons et les banieres, selonc les coustumes de la vile. De lors en avant ne fine d’apareillier li sires soi et tous ses subtés a la guerre, en tel maniere ke rien n’i faille au point de l’ost et de la bataille. 7. Mais coment il doit guier l’ost et metre les chans des pavillons et garder l’ost tout environ, de jour et de nuit, ne comment il doit establir les eschieles et comment il doit estre en toz lieus, ore de cha ore de la, et comment il doit garder son cors, k’il ne combate se ce n’est par necessité, coment il doit gaitier sa vile s’ele est assegie, ne de maintes autres choses ki covienent a guerre, li mestres n’en dist ore plus; ains les laisse a la porveance dou signour et dou conseil.

[Livre III, CI]

LE GENERAL ENSEGNEMENT DES PROVOSTÉS

AR les ensegnemens de cest livre puet bien chascuns ki droitement le regarde governer la cité, au tans de pais et de guerre, a l’aide de Dieu et de bon conseil. Et ja soit ce k’il ait assés d’ensegnemens, neporquant il a es signories de choses tant et de diversités ke nus hom vivans ne les poroit escrire ne dire de bouche; mais en some il doit ensivre la loi commune et les us de la vile a bone foi et conduire son office selonc la coustume dou païs. Por ce que le vilains dist, quant tu ies a Rome vif comme a Rome, car de deus tiere tex pos. 2. Sor le malefice doit il ensuir la maniere des mires, ki a petites maladies metent petites medecines, et as grignours metent il grignours et plus fors, et as trés grans metent il le feu et le fer. Tout autresi doit il dampner les maufetours selonc la maniere de son meffait, sans pardoner a ciaus ki ont coupe et sans grever a ciaus ki ne l’ont.

[Livre III, CII]

COMMENT LE NOVEL GOVERNEOR DOIT ESTRE ESLEU

T quant vient li tens ke l’en doit penser dou novel signor por l’anee ki vient apriés, li sires doit assambler le conseil de la vile, et par aus trover selonc la loi de la vile les preudomes ki [p. 421] doivent amender les constitutions de la vile. Et quant il les a trovés et il ont fait lor sairement, il doivent estre en .i. lieu priveement, tant k’il acomplissent ce ki apertient a lor office. Et maintenant que li livres est establis et acomplis, il doit estre clos et saielés et mis en garde jusques a la venue dou novel signeur. 2. Et quant ces choses sont diligement acomplies et mises en ordre, l’en doit eslire le noviel signor selonc l’ordre que li mestres devisa el commencement de cest livre. Mais se li citein te welent avoir a signour pour l’annee ki vient, je lo que tu ne le prengnes, car a paine puet bien estre la seconde signorie finee.

[Livre III, CIII]

COMENT LI SIRE SE DOIT PORVEIR ENTOR L’ISSUE DE SA SIGNORIE

PRÉS ce dois tu assambler les juges et les notaires et tes autres officiaus, et priier les et amonester, que toutes querieles et tous plés ki sont devant aus, il les delivrent selonc droit jugement, et k’il ne laissent noient a autrui amendement. Tu meismes te conseilles avec aus, et te pense en ton cuer se tu as nului grevé plus u mains que drois commande. Et se tu as laissié a fere noient de ce ki est el livre de la vile, maintenant t’en porvoit en tel maniere que tu amendes et acomplisses et torne a point ce que tu pués, ou par toi ou par establissement dou conseil; car li sages governeors se porvoit au devant, ou par ciaus ki amendent les constitutions u par le conseillors meismes, et se fait asoudre de toutes choses ki sont parvenues as chambrelains dou commun, et des autres chapistres ki sont demoré. 2. Autresi dois tu dedens ton tens, s’il est mestiers, trover ambaisseours, par la volenté du commun, ki te facent compaignie jusques a ton ostel et ki portent grasces et salus et bons tesmong de toi et de tes oevres au commun de ta vile. Autresi te porvoit, par le conseil de la vile, de maison en quoi tu demeures aprés la fin por rendre ton conte. 3. Mais n’oublie pas une chose, que .x. jors u .viii. jours devant ta fin tu faces crier sovent et menu ke chascuns ki doit avoir, de toi ne des tiens, k’il viegnent prendre lor paiement, et fai tant que tout soient bien paiet. Autresi garde que tu retiegnes l’essample de tous les chapistles et des establissemens dou conseil ki touchent a toi u a ton sairement, en tel maniere que tu t’en puisses aidier se l’en mesist sor toi nule calenge.

[Livre III, CIIII, p. 422]

COMMENT TU DOIS PARLER ET ASSAMBLER LES GENS OU DERRENIER JOR DE TON OFFICE

T quant vient ou derrenier jor de ton office, tu dois assambler les gens de la vile, et devant aus dire des grans paroles et agreables por aquerre l’amor et la bienvoeillance des citains, et ramentevoir des bones oevres,les honours, et les proufis dou commun ki sont avenues a ton tens, et amercoer les de l’amor et de l’onour k’il ont fait a toi et as tiens, et offrir toi et tout ton pooir en lor service en tote ta vie. 2. Et por mieus atrere les corages des gens, tu pués dire que se aucuns a mespris jusques lors contre son sairement, u par perrece u par non savoir ou par autres choses, que tu li pardoignes, se ce n’est murtriers ou lerres ou autres maufetours ou dampnés de la vile. 3. Mais toutefois retien a toi toute ta signorie jusques a la mienuit ou tu la commetes au novel provost. 4. Aprés cest parlement, le jour meismes ou l’autre aprés, selonc la maniere dou païs, dois tu rendre au novel signour ou chambrelains tous les livres et toutes choses que tu avoies de par le commun; et puis t’en iras al’ostel en quoi tu dois herbergier tant comme tu demorras a rendre ton conte

[Livre III, CV]

COMENT TU DOIS DEMORER EN LA VILE A RENDRE TON CONTE

UANT tu ies a ce venus, il te covient iestre cindeés et rendre conte de ton office a toi et as tiens. S’il i a nul ki se plaingne de toi, tu te dois faire baillier le libel de sa demande et avoir conseil de tes sages et respondre si comme il te conseillent. En ceste maniere dois tu demorer a la vile jusques au jour ki fu establis quant tu presis la provosté. Lors se a Dieu plaist tu seras assols honorablement, et prenderas congié dou conseil et dou commun de la vile, et t’en iras chiés toi a gloire et a honour.

men.

 

FLORIN WEBSITE © JULIA BOLTON HOLLOWAYAUREO ANELLO ASSOCIAZIONE, 1997-2017: MEDIEVAL: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, SWEET NEW STYLE: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, & GEOFFREY CHAUCER || VICTORIAN: WHITE SILENCE: FLORENCE'S 'ENGLISH' CEMETERY || ELIZABETH BARRETT BROWNING || WALTER SAVAGE LANDOR || FRANCES TROLLOPE || || HIRAM POWERS || ABOLITION OF SLAVERY || FLORENCE IN SEPIA  || CITY AND BOOK CONFERENCE PROCEEDINGS I, II, III, IV, V, VI, VII || MEDIATHECA 'FIORETTA MAZZEI' || EDITRICE AUREO ANELLO CATALOGUE || FLORIN WEBSITE || UMILTA WEBSITE || RINGOFGOLD WEBSITE || LINGUE/LANGUAGES: ITALIANO, ENGLISH || VITA
New: Dante vivo || White Silence

Li livres dou trésor de Brunetto Latini, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley: University of California Press, 1948. With thanks to Angus Graham for the electronic edition.