FLORIN WEBSITE © JULIA BOLTON HOLLOWAYAUREO ANELLO ASSOCIAZIONE, 1997-2017: MEDIEVAL: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, SWEET NEW STYLE: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, & GEOFFREY CHAUCER || VICTORIAN: WHITE SILENCE: FLORENCE'S 'ENGLISH' CEMETERY || ELIZABETH BARRETT BROWNING || WALTER SAVAGE LANDOR || FRANCES TROLLOPE || || HIRAM POWERS || ABOLITION OF SLAVERY || FLORENCE IN SEPIA  || CITY AND BOOK CONFERENCE PROCEEDINGS I, II, III, IV, V, VI, VII || MEDIATHECA 'FIORETTA MAZZEI' || EDITRICE AUREO ANELLO CATALOGUE || FLORIN WEBSITE || UMILTA WEBSITE || RINGOFGOLD WEBSITE || LINGUE/LANGUAGES: ITALIANO, ENGLISH || VITA
New: Dante vivo || White Silence

 Li livres dou trésor de Brunetto Latini, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley: University of California Press, 1948. With thanks to Angus Graham for the electronic edition.


BRUNET LATIN

LI LIVRES DOU TRESOR

PREMIER LIVRE

 

 

[Livre I, I, p. 17]

CIS LIVRES EST APIELÉS TRESORS ET PAROLE DE LA NAISSANCE DE TOUTES COSES

IS livres est apielés Tresors. Car si come li sires ki vuet en petit lieu amasser cose de grandisme vaillance, non pas pour son delit solement, mes pour acroistre son pooir et pour aseurer son estat en guerre et en pais, i met les plus chieres choses et les plus precieus joiaus k’il puet selonc sa bonne entencion; tout autresi est li cors de cest livre compilés de sapience, si come celui ki est estrais de tous les membres de philosophie en une sonme briement. Et la premiere partie de cest tresor est autresi comme de deniers contans, pour despendre tousjours es coses besoignables; c’est a dire k’ele traite dou comencement du siecle, et de l’ancieneté des vielles istores et de l’establissement dou monde et de la nature de toutes coses en some. 2. Et çou apertient a la premiere science de philosophie, c’est a theorika, selonc ce ke li livres parole ci aprés. Et si come sans deniers n’aroit nule moieneté entre les oevres des gens, ki adreçast les uns contre les autres, autresi ne puet nus hons savoir des autres coses plainement s’il ne set ceste premiere partie du livre. 3. La seconde partie ki traite des vices et des viertus est de precieuses pieres, ki donent a home delit et vertu, c’est a dire quex coses on doit faire et quels non, et moustre la raison pour quoi; et çou apiertient a la seconde et a la tierce partie de philosophie, c’est a pratike et a logike. 4. La terce partie du tresor est de fin or, c’est a dire k’ele ensegne a home parler selonc la doctrine de retorike, et coment li sires doit governer ses gens ki souz li sont, meismement selonc les us as ytaliens; et tout ce apertient a la seconde sience de philosophie, c’est pratike. Car si comme li ors sormonte toutes manieres de metal, autresi est la sience de bien parler et de governer gens plus noble de nul art du monde. Et por ce ke li tresors ki ci est ne doit pas iestre donés se a home non ki soit souffissables a si haute richece, la baillerai jou a toi biaus dous amis, car tu en ies bien dignes selonc mon jugement. 5. Et si ne di je pas que le livre soit estrais de mon povre sens [p. 18] ne de ma nue science; mais il ert ausi comme une bresche de miel coillie de diverses flours, car cist livres est compilés seulement des mervilleus dis des autours ki devant nostre tans ont traitié de philosophie, cascuns selonc çou k’il en savoit partie; car toute ne la puet savoir hons terriens, pour çou ke philosophie est la rachine de qui croissent toutes les siences ke hom puet savoir, tot autresi comme une vive fontaine dont maint ruisssiel issent et decourent ça et la, si ke li un boivent de l’une et li autre de l’autre; mais c’est diversement, car li un en boivent plus et li autre mains, sans estancier la fontaine. 6. Pour çou dist Boesces el livre de la Consolation que il le vit en samblance de dame, en tel abit et en si trés mervilleuse poissance qu’ele croissoit quant il li plaisoit, tant ke son chief montoit sor les estoiles et sour le ciel, et porveoit amont et aval selonc droit et selonc verité. A ce commence mon conte, car aprés bon comencement ensiut bone fin. Et nostre empereres dist el Livre de Loi que comencement est grignour partie de la chose. 7. Et se aucuns demandoit pour quoi cis livres est escris en roumanç, selonc le raison de France, puis ke nous somes italien, je diroie que c’est pour .ii. raisons, l’une ke nous somes en France, l’autre por çou que la parleure est plus delitable et plus commune a tous langages.


[Livre I, II]

DE PHILOSOPHIE ET DE SES PARTIES

HILOSOPHIE est verais enchiercemens des choses naturaus, et des divines, et des humaines, tant comme a home est possible d’entendre. Dont il avint ke aucun ki s’estudierent a enquerre et a savoir la verité de ces .iii. coses ki sont dites en philosophie, c’est a dire de la divinité et des choses de nature et des humaines choses, furent droit fiz de philosophie, et por ce furent il apielé philosophe. 2. Et il fu voirs que au commencement du siecle, quant les gens qui soloient vivre a loi de biestes conurent premierement la dignité de la raison et de la cognoissance, ke Dieus lor avoit donee, et il volrent savoir la verité des choses ki sont en philosophie, il cheirent en .iii. questions; une estoit de savoir la nature de toutes choses celestiaus et terrienes, la seconde et la tierce sont des humaines choses. Dont la premiere est de savoir quex choses on doit faire et quex non, la tierche est de savoir raison et prueve [p. 19] pour quoi on doit les unes faire et les autres non. 3. Et puis ke ces .iii. questions furent traities et ventilees longuement entre les autres sages clers et entre les philosophes, il troverent en philosophie lor mere .iii. principaus membres, c’est a dire .iii. manieres de sciences pour ensegnier et prover la veraie raison des .iii. questions que jou ai devisees ci devant.

[Livre I, III]

COMENT NATURE DE TOUTES CHOSES EST DEVISEE EN .III. MANIERES, SELONC THEORIQUE

OUTE la premiere ce est theorike, et est cele propre science ki nous ensegne la premiere question, de savoir et de conoistre la nature de toutes coses celestiaus et terrienes. Mes pour çou ke ces natures sont vaires et diverses, a ce que autre nature est des choses ki n’ont point de cors ne ne conversent entor les corporaus choses, autre nature est des choses qui ont cors et conversent entre les corporaus choses, et une autre nature est des choses ki n’ont point de cors et sont entour les corporaus choses. Pour ce fu il bien raisnable cose ke ceste sience de theorike fesist de son cors .iii. autres sciences, pour demoustrer les .iii. diverses natures que jou ai devisees. Et ces sciences sont apielees en lor non theologie, phisike, et mathematike. 2. La premiere et la plus haute des .iii. sciences ki sont estraites de theorique si est theologie, ki trespasse le ciel et nos moustre les natures des choses ki n’ont point de cors ne se conversent entour les corporaus choses, en tel maniere ke par li cognoissons nous Deu le tot poissant. Par lui creons nous la Sainte Trinité du pere et du fil et du saint esperit en une seule personne. Par li avons nous la foi catholique et la loi de sainte eglise, et briement nous ensegne tout ce que a divinité apertient. 3. La seconde si est phisique, par qui nous savons la nature des choses ki ont cors et conversent entor les corporaus choses, c’est a dire des homes et des biestes, des oisiaus, des poissons, des plantes et des pieres, et des autres corporaus choses ki sont entre nous. 4. La tierce est matematike, par qui nous savons les natures des choses ki n’ont point de cors et sont entor les corporaus choses; et ces choses sont de .iiii. diverses [p. 20] manieres, et pour çou sont .iiii. sciences el cors de mathematique, et sont apielees par droit non arismetique, musique, geometrie, et astronomie. 5. La premiere de ces .iiii. siences c’est arismetike, ki nous ensegne conter, nombrer, et joindre l’un conte sour l’autre, et mutepliier l’un parmi l’autre, et les uns oster des autres et partir et deviser en plusour parties, et de ce sont li ensegnement de l’abaque et de l’augorisme. 6. La seconde est musique, ki nous ensegne faire vois, sons en chant et en cytoles, et en orghenes et en autres estrumens acordables uns contre les autres, pour delit des gens, u en eglise por le service Nostre Signeur. 7. La tierce si est geometrie, par qui nous savons les mesures et les proportions des choses par lonc et par lé et par hautece, c’est la sience par quoi li anchien sage s’efforchierent par soutillité de geometrie de trover la grandeur dou ciel et de la tiere, et de la hautece entre l’un et l’autre et maintes autres proportions ki a mervillier font. 8. La quarte science est astronomie, ki nous ensegne trestot l’ordenement du ciel et du firmament, et des estoiles, et le cours des .vii. planetes par son zodiaque, c’est par mi les .xii. signaus, et comment se muent li tans a caut ou a froidure, ou a pluie ou a sech, ou a vent, et par raison ki est establies es estoiles.

[Livre I, IIII]

DES CHOSES KE L’ON DOIT FAIRE ET QUEX NON, SELONC PRATIKE

RATIQUE est la seconde science de philosophie, ki nos ensegne ke l’en doit faire et quoi non. Et a la verité dire ce puet estre en .iii. manieres; car une maniere est de faire aucune chose et eschiver autre por governer li meisme, et une autre maniere est pour gouverner sa maisnie et sa maison et son avoir et son eritage, et une autre maniere est por governer gens u .i. regne u .i. peuple ou une cité, en pais et en guerre. 2. Mais puis ke li ancien sage cognurent ces .iii. diversités, il covint k’il trovaissent en pratique .iii. manieres de science pour adrecier les .iii. manieres de governer soi et autrui, ce sont etique, iconomike, politique. 3. La premiere des .iii. sciences c’est etique, ki nos ensegne governer nos premierement, a ensivre honeste vie, et faire les vertueuses oevres, et garder des vices; car nus ne poroit vivre au monde, ne bien ne honestement, ne profiter a soi ne as autres, s’il [p. 21] ne governoit sa vie et adreçoit ses meurs selon les vertus. 4. La seconde est yconomique, ki nos ensegne a garder et nos fiz et nos gens et nos meismes, et si nos ensegne garder et acroistre nos possessions et nos iretages, et aver meuble et chatel por despendre et pour retenir, selonc ce que lieus et tens muent. 5. La tierce est politique; et sans faille c’est la plus haute science et dou plus noble mestier ki soit entre les homes, car ele nos ensegne governer les estranges gens d’un regne et d’une vile, un peuple et une comune en tens de pes et de guerre, selonc raison et selonc justice. 6. Et si nous ensegne tous les ars et toz les mestiers ki a vie d’ome sont besonable. Ce est en .ii. manieres, car l’une est en oevre et l’autre en paroles. Cele ki est en oevre sont li mestier ke l’en oevre tousjors des mains et des piés, ce sont sueurs, drapiers, cordewaniers, et ces autres mestiers ki sont besoignable a la vie des homes, et sont apielés mecaniques. Cele ki est en paroles sont celes ke l’en oevre de sa bouche et de sa langue, et sont en .iii. manieres, sor qui sunt establies .iii. sciences, gramatique, dialetique, et rettorique. 7. Dont la premiere est gramatique, ki est fondement et porte et entree des autres sciences; ki nos ensegne a parler et escrire et lire a droit sans vice de barbarisme et de solercisme. 8. La seconde est dyaletike, ki nous ensegne prover nos dis et nos paroles, par tele raison et par teus argumens ki donent foi as paroles ke nous avons dites, si k’eles samblent voires et provables a estre voires. 9. La tierce science est retorique, cele noble science ke nous ensegne trover et ordener et dire paroles bonnes et bieles et plaines de sentences selonc ce ke la nature requiert. C’est la mere des parliers, c’est l’ensegnement de diteours, c’est la science ki adrece le monde premierement a bien fere, et ki encore l’adresce par les predications des sain homes, par les divines escriptures, et par la loi ki les gens governe a droit et a joustice. C’est la science de qui Tulles dit en son livre que celui a hautisme chose conquise ki de ce trespasse les homes dont li home trespassent tous les autres animaus, c’est de la parleure. 10. Por ce devroit cascuns pener de savoir le, se sa nature li suefre et li aide, car sans nature et sans ensegnement ne la puet nus conquerre. Et a verité dire de li avons nous mestier en toutes besoignes tousjours, et maintes choses grans et petites poons nous faire par solement bien dire çou ki covient, ke nous ne le poriens faire par force d’armes ne par autre engin.

[Livre I, V, p. 22]

PORQUOI ON DOIT LES UNES CHOSES FAIRE ET LES AUTRES NON, SELONC LOGIQUE

OGIKE est la tierce science de philosophie, cele proprement ki ensegne prover et moustrer raison pour quoi on doit les unes choses faire et les autres non. Et ceste raison ne puet nus hom bien moustrer se par paroles non, donc est logique science par laquele prover et dire raison l’en puet, et coment çou que nous disons est ausi voirs com nous metons avant. Et c’est en .iii. manieres, et ausi sont .iii. sciences, dialetique, et fidique, sophistique. 2. Dont la premiere est dyaletique, et ensegne tencier, contendre, et desputer, les uns contres les autres, et faire questions et deffenses. 3. La seconde est fidike, et ensegne prover ke ses paroles k’il a dites sont veritables et que la cose est ensi come il dist par droites raisons et par verais argumens. 4. La tierce science de logike est sophistique, ki ensegne prover ke les paroles ke l’en dist soient veraies; mais ce prueve il par mal engin et par fausses raisons et par sophismes, c’est par argument ki ont samblance et coverte de verité, mais n’i a cose se fause non. 5. Jusques ci a devisé li contes assés briefment et apertement ki est philosophie, et toutes les sciences que l’en puet savoir, dont philosophie est mere et fontaine. Desormés s’en wet torner a sa matire, c’est a theorike, ki est la premiere partie de philosophie, por demoustrer .i. poi de la nature des choses du ciel et de la tiere. Mais ce sera au plus briefment que li mestres pora.

[Livre I, VI]

COMENT DIEX FIST TOTES CHOSES AU COMMENCEMENT

I sage dient que Nostre Sires Dieus, ki est commencement de toutes choses, fist et crea le monde et toutes autres choses, en .iiii. manieres; car tout avant ot il en sa pensee l’ymage et la figure coment il fist le monde et les autres choses, et ce ot il tousjors eternaument, si ke cele pensee n’ot onques comencement. Et ceste ymagination est apelee mondes arquetipes, c’est a dire mondes en samblance. 2. Aprés ce fist il de noient une grosse matire, que [p. 23] n’estoit de nule figure ne d’aucune samblance, mais ele estoit de si faite forme et si apareillie que il en pooit forgier et retraire ce k’il voloit, et ceste matire est apielee ylem. Puis k’il ot ce fait si comme a lui plot, mist il en oevre et en fait son proposement, et fist le monde et les autres criatures, selonc sa porveance. Et ja soit ce k’il le peust faire faire tost et isnielement, il n’i volt onques corre, ançois i mist .vi. jours, et au septime se reposa. 3. Que la Bible nous raconte que au comencement Nostre Sires commanda que li mondes fust fais, c’est a dire ciel, tiere, euue, jors et clarté, et les angeles, et ke la clartés fust devisee des tenebres. Et puis k’il le commanda, fu fait de noient, et ce fu le premier jor dou siecle; de quoi tesmoignent li plusor que celi jour est .xiiii. jours a l’issue du mois de mars. 4. Au secont jour fu establis le firmament. Au tierç jour commanda ke la tiere fust devisee de la mer et des autres euues, et que toutes choses ki sont racinees en terre fust faite celui jour. Au quart jour commanda ke le soleil et la lune et les estoiles et tous les luminaires fussent faites. Au quint jour commanda ke poisson fussent fait, et toutes les creatures ki vivent en euues. Au .vi.te jour commanda ke tous animaus fussent fait, et lors fist il Adam a sa samblance, et puis fist Eve de la coste Adan, et lors crea il ames de noient et les mist en lor cors.

[Livre I, VII]

COMENT CHASCUNES CHOSES FURENT FAITES DE NIENT

AR ces paroles poons nous entendre ke Dieus fist seulement home, car de toutes les autres choses commanda il k’eles fuissent faites, et plus est a faire que a commander. Mais comment k’il fust, il i a .ii. manieres; car aucunes choses furent faites de noient, ce sont li angele et li mondes et la clarté et ylem, ki furent faites au commencement; mais l’ame est criee de noient, et tousjors crie il novieles ames. Et l’autre maniere est ke toutes les autres coses furent faites d’aucune autre matire.

[Livre I, VIII]

DE L’OFFICE DE NATURE

R avés oii .iii. manieres coment Dieus fist toutes choses. La quarte maniere fu que quant il ot tout fait il ordena la nature de cascune chose par soi, et lor establi ciertain cours [p. 24] coment eles devoient naistre et comencier et finer et morir, et la force et la propriété et la nature de chascune. 2. Et sachés que totes choses ki ont comencement, c’est a dire ki furent faites d’aucune matire, si aront fin; mais celes ki furent criees de noient n’aront pas fin. Et sor ceste quarte matire est li office de Nature, ki est viaire de son verai pere. Il est criatour ele est criature. Il est sans comencement ele fu commencie. Il est commanderes ele est obeissant. Il n’aura ja fin ele finera o tout son labour. Il est tous puissans ele n’a pooir, se de ce non que Dieus li a otroiet. Il set toutes choses passees, presentes et futures, ele ne set se ce non que il li moustre. Il ordena le monde ele ensit ses ordenemens. Ensi poons nous connoistre ke chascune chose est sousmise a sa nature; et nanporquant cil ki tot fist puet remuer et cangier le cours de nature par divin miracle, si com il fist en la glorieuse virgene Marie, ki conchut le fil Dieu sans carneil cognoissement, et fu virgene nete devant et apriés, et il meismes resuscita de la mort. Ces et autres divins miracles ne sont mie contre nature. 3. Et se aucuns deist ke Dieus ordena certain cours a nature et puis fait contre le cors, k’il remue son premier talent; et s’il remue son talent donc n’est il mie parmanables: je li diroie ke nature n’a ke faire en chose que Dieus retint en sa poesté, et ke tosjors ot li peres en la volenté la naissance du fil et la passion et la resurrection si comme ele avint.

[Livre I, VIIII]

KE EN DIEU N’A NUL TENS

AR la eternité Deu est devant tostans, en lui n’est pas divisions dou tans alé ou dou present ou de celui ki est a venir. Mais toutes choses sont presentes a lui, pour çou k’il les embrache toutes par sa eternité. Mais ces .iii. tens sont en nous, raison coment: l’en dit dou tens ki est alés, je ai doné; et du tens ki est a venir dist li hons, je donrai; et du tens ki est presens dist li hons, je done. Mais Dieus le comprent si universaument ke tout ce ke il fist ou k’il fet est a lui ausi comme present. 2. Et sachiés que tens n’apartient pas a creatures ki sont sor le ciel, mais a celes ki sont desous. Et devant le coumencement du monde n’estoit nul tens, por ce ke tens fu fait et establis a celi commencement, et por ce est apielé commencement ke totes choses furent lors commencies. 3. Mais li tans n’a nule espasse corporaument; car por .i. poi s’en vont ançois k’il viegnent, et pour çou n’a il en aus point de fermeté, [p. 25] ke toutes creatures se muevent, et muent isnielement Pour ce di je que ces .iii. tens, c’est le preterit, le present, et celi ki est a venir, ne sont pas se en la pensee non, ki se sovient des choses alees et esgarde les presentes et atent les futures.

[Livre I, X]

QUE EN DIEU N’A NUL MOVEMENT

E n’est pas ensi en Dieu, mais toz ensamble presentiaument. Por ce faillent cil ki dient ke en lui fu li tans mués quant il li vint noviele pensee dou monde faire. Mais je di ke ceste fachon fu en son conseil eternalment, et que devant le comencement n’estoit nul tens, mes sa eternité; car le tens fu comenciés par le creature, non pas la creature par le tens. 2. Aucun demandent ke Dieus faisoit ains ke le monde fust fais et ke soudainement li vint en volenté de faire le monde; et por ce quident il k’il volt aucune fois ce k’il ne voloit primes. Mais je di ke novele volenté ne fu ele pas; car ja soit ce que li mondes ne fust encore fais, toutes fois estoit il en son eterneil conseil. 3. Et d’autre part Deus est sa volenté et sa volenté est Dieus; mais Dieus est eternel et sans remuance, dont est sa volenté eternel et sans remuance. 4. Cele matire de quoi ces choses furent formees les desvance de naissance, non mie de tens, autresi comme li sons devant le chant; car li sons est devant le chant por ce que la douçor dou chant apertient au son, mais li sons si n’apertient pas a la douçour dou chant, et neporquant andeus sont il ensamble. 5. Et de cele matire fu dit ça ariere k’ele n’avoit figure ne samblance nule, por ce ke encore n’estoient forgies les choses ki devoient estre faites, mais cele matire estoit de noient. 6. Je di ke au commencement clarté fu devisee de tenebres; et ja soit ce ke Dieus dit par la bouche dou prophete, je sui cil ki fait la clarté et crie les tenebres, ne doit nus hom croire que tenebres aient cors; mais la nature des angeles ki ne trespasserent est apielee clarté, et la nature de ciaus ki trespasserent est apelee tenebres. Et pour ce dist la Bible que au comencement fu la clartee devisee des tenebres, c’est a dire que Dieus cria les angeles, et de l’un de ciaus fist il la clarté et des autres les tenebres; més les bons cria il et les aprist, et les mauvais cria il et ne les aprist. Dieus fist toutes choses molt bonnes; donc n’est il nule chose malvaise par nature; mais [p. 26] se nous usons d’eles malvaisement, eles devienent malvaises, et ensi change la bonne nature.

[Livre I, XI]

COMENT LE MAL FU TROVÉS

E mal fu trovés par le diauble, non pas criés; et por ce est il noiens, car ce ki est sans Dieu est noient, et Deus ne fist pas le mal. Mais li hons quide ke Dieus feist le bien et li diaubles feist le mal, et ensi croient k’il soient .ii. natures, une de bien et une autre de mal. Mais il sont deceu, por ce que mal n’est pas par nature, ains fu trovés par le diauble lors que li angeles ki bons estoit par son orguel devint malvés et trova le mal. 2. Et que mal ne soit par nature apert tot clerement, car toute nature ou ele est parmanable, c’est Dieus, ou ele est remuable, c’est criature; mais par nature n’est il mie, por ce ke s’il vient sor la bone nature si la fet il vicieuse, et quant il s’en depart la nature demeure. Et cest mal n’est pas en nul lieu, et d’autrepart nule chose anuie ki est naturel. 3. Aucun demandent por coi Dieus laissa nestre le mal, et je di por ce ke la biauté de la bone nature fust cogneue par son contraire. Car .ii. choses contraires quant eles sont ensamble l’une contre l’autre, eles sont plus aparissans: se tu rooignes les sorcis d’un home, tu en ostes petites choses, mais toz li cors en devient plus lais. Tot autresi se tu blasmes entre toutes les criatures une petite vermine k’ele soit malvaise par nature, certes tu fez tort a toutes criatures. 4. Touz maus sont venu a tot l’umain linage por le pechié du premier home; et por ce tous maus ki sont en nous, u il sont par naissance, ou il sont par nostre coupe. Plusor dient ke li mal sont es criatures, c’est ou fu por ce k’il art, ou fer por ce k’il ocit; mais il ne consirent mie que ces choses soient bones par nature, mais par le pechié de l’home sont devenues nuisans, car devant le pechié li estoient sozmises dou tout. 5. Ensi sont eles nuisans as homes par lor pechiés, non pas par nature; si come la clarté, qui est bone par nature, mais ele est malvaise as ieus malades, et ce avient par vices des ieus, non pas de la clarté. 6. Et l’om fait mal en .ii. manieres, u en la pensee ou en l’uevre; et cil ki est en la pensee est apielee iniquités, et est en .iii. manieres ou en temptation ou en delit ou en consentir. Cil ki est en oevre [p. 27] est apielés pechiés, et est autresi en .iii. manieres, ou en paroles ou en fais ou en perseverance. 7. Mais li prophetes David au commencement dou sautier ne nome ke .iii. manieres de pechiés, la premiere ki est en la pensee, ki vient par temptation et par mauvais conseil, la seconde est en oevre, la tierce est en la perseverance dou mal, en quoi on donne as autres essample de malfaire; c’est senefiiet par les .iii. mors que Jhesucris resuscita, une ki estoit dedens la maison, c’est la pensee, l’autre ki estoit a l’huis de la maison, c’est l’uevre, l’autre ki estoit en voie, et c’est ce ki pardurront en malfaire devant tous.

[Livre I, XII]

DE LA NATURE DES ANGLES

NGELE sont esperit naturelement. Et lor nature est muable; mais la charités perdurable les garde sans corruption, et ensi sont parmanable par grace non mie par nature; car se ce fust par nature, le diauble ne cheist. 2. Devant toutes criatures dou monde furent fait li angele; et devant les autres fu fais celui ki est diaubles - non mie par quantité de tans, mais par ordre de signourie k’il ot sour les autres. Et par cele seurté chef il sans retour, et il chei primes que li hom ne fust fais; car maintenant que li diables fu criés, monta il en orguel, et chei du ciel; puis descendi il a Adan et le fist cheoir et ensi chei li hom et li diaubles. Mais li hom retorna a Dieu pour ce k’il s’en repenti et reconut k’il estoit desous Dieu; mais li diables dist k’il estoit pareil a Dieu et graindres ke Dieu, et por ce k’il ne se repenti mie ne trova pardon. 3. Mais je di ke li hom trueve pardon pour ce ke la foiblece de pechier vint en lui de par le cors, ki est de boe et de tiere moiste, et li angele pechierent ki n’estoient chargié de nule charnel maladie. 4. Puis que li mauvés angele furent cheus furent confermé li autre en bienfere, et de ce dist la Bible que au secont jour fu establis le firmament, et fu le ciel apielé firmament. 5. .ix. sont li ordre des bons angeles, et tuit sont establi par gré et par dignité, et chascuns obeist a l’autre selonc son office. Ces ordenes sont angeles, arcangeles, trosnes, dominations, virtus, principaus, poestés, cherubin et sceraphin. 6. Li angele sevent toutes choses par la parole Dieu avant k’eles soient fetes et ki encor sont a venir as homes. Et ja soit ce que li mauvais angele perdissent la sainteé, il ne perdirent la vertu du sens ki fu doné as angeles. Et [p. 28] ce k’il puent savoir devant est en .iii. manieres, ou por soutillité de nature, ou par esperiance dou tens, ou par revelation de poestés ki mainent deseure. 7. Quant Dieus se courouce au monde, il envoie les mauvais angeles en office de vengance, mais toutesfoies les constraint k’il ne facent tant de mal com il desirent. Mais les bons angeles envoie Deus en office de salut des homes, et por ce dient li plusor ke tot home ont angeles ki sont provost por aus garder. Dont cist vier sont dit: angele qui custos meus es virtute superna, me tibi commissum serva deffende guberna.

[Livre I, XIII]

APRÉS PAROLE DE L’OME

OUTES choses del ciel en aval sont faites por l’omme, mais li hom est fais por lui meismes. Et ke li hom soit en plus haute dignité que toutes autres criatures il apert tout clerement par la reverence de Dieu ke de toutes autres choses commanda: soit ensint et ensint fait ce et ce; mais de l’home mostre il k’il en pensa diligement en son conseil quant il dit, faisons home a l’ymage et a la similitude de nous. 2. Adan cria il; mais la feme fu puis formee de la coste son baron; li hom fu fais a l’ymage de Deu, mais la feme fu faite a l’ymage de l’ome, et por ce sont femes sousmises as homes par loi de nature; encore fu li hom fais por soi meismes et la feme por lui aidier. Li hom por son pechié fu bailliés au diauble quand il fu dit: tu ies tiere et en tiere iras. Lors fu dit au serpent, c’est au diauble, tu mangeras la tiere, c’est a dire les malvais homes.

[Livre I, XIIII]

DE LA NATURE DE L’AME

ME est vie de l’home, et Dieus est vie de l’ame. Et l’ame de l’home n’est pas home, mais son cors ki fu fais de moiste tiere solement est hom se ame abite dedens. Et par cestui conjungement de la char est apielé hom; selonc ce que li apostle dist, ke l’ame fu faite en la char a l’ymage de Deu. Et por ce sont en erreur ciaus ki croient ke ame ait cors, car a l’ymage de Deu est ele faite, non pas [p. 29] en tel maniere k’ele soit muable, mais k’ele soit sans cors ausinc comme Dieu est et si angele. 2. Et sachiés que ames ont commencement mais n’aront fin; car il i a choses en .iii. manieres, unes ki sont temporaus lesqués commencent et fenissent, les autres sont perpetueles ki conmencent mais ne definent, ce sont li angele et les armes, les autres sont sempiterneles ki ne commencent ne ne definent, c’est Dieus en sa divinité. 3. Mais ame n’est pas divine substance ne divine nature, ne n’est mie faite ançois ke son cors, mais a cele eure meismes est ele criee quant ele est mise dedens le cors. Maintes noblece sont en l’ame par nature, mais ele oscurcist pour le mellement du cors ki est decheable.

[Livre I, XV]

DES NONS DE L’AME ET DU CORS

T nous devancissons les autres animaus non mie par force ne par sens mais par raison. Et raison est en l’ame, mais force et sens est el cors, et au sens des corporaus choses ne soufist pas bien li sens de la char. Et sachiés que raison est en l’ame. 2. Et ame a maint office, et par chascune office est ele apielee par tel non comme a celui office couvient; car en ce k’ele done vie au cors de l’home est apielee ame, et en ce k’ele a volenté d’aucune chose est apielee corages, et en ce qu’ele juge droitement est apelee raison, et en ce k’ele espire est apielé esperit, et en ce k’ele sent est apielé sens, mais en ce k’ele a sapience est apelee entendemens. Et a la verité dire, l’entendement est la plus haute partie de l’ame, par qui nous vient raison et cognoissance, et par qui li hom est apelés l’ymage de Dieu. Et raisons est un movement de l’ame ki asoutille la veue de l’entendement et trie le voir dou faus. 3. Mais li cors a .v. autres sens, veoir, oïr, odorer, gouster, touchier. Et si come li uns devancist l’autre par honorableté de son estage, tout autresi devancist il l’un de l’autre de vertu. Car flerier sormonte au goster et de leu et de viertu, por ce k’il est plus en haut et oevre sa vertu plus de long. Autresi l’oreille sormonte au flerier, car nous oons plus de long ke nous ne flerons. Et le veoir les sormonte trestous, et de leu et de dignité. 4. Mais toutes ces choses sormonte l’ame, ki est assise en la maistre forterece dou chief et esgarde par son entendement de raison ce ke li cors ne touche et ki ne vient jusques as autres sens dou cors. Por ce dient li sage ke le chief ki est ostel de l’ame a .iii. celles, une devant por aprendre, l’autre est el milieu por conoistre, la tierce est deriere por la memore. [p. 30] Por ce sont maintes choses en l’entention de l’home k’il ne poroit dire en langue; et c’est la raison por quoi li enfant sont innocent dou faire, non mie dou penser, car il n’ont pas le pooir d’acomplir le movement dou corage; ensi ont il foiblece por aage, non pas par entention.

[Livre I, XVI]

DE MEMORE ET DE RAISON

EMOIRE est tresoriere de toutes choses et garderesce de tout ce ke l’en trueve novelement par son engien ou k’il aprent des autres; car tout ce que nous savons est par celes .ii. manieres, ou ke nous le trovons de noviel, ou k’eles nous furent ensegnies. 2. Memore est si tenans ke se aucune chose sera ostee devant le cors, ele laissera en la memore la samblance de soi. Mais de la beatitude ne se sovient ele par ymagination comme des autres, mais par lui meisme, autresi comme de leesce; car se ce ne fust par lui meisme, ele s’en oublieroit. 3. Et memore est commune as homes et as bestes et as autres animaus, mais entendemens de raison n’est mie en nul autre animal se en home non; car en tous autres animaus est une pensee par le sens dou cors, non mie par entendement de raison. Por ce fist Deu home en tel maniere que sa veue esgarde tozjors en haut, par senefiance de sa dignité; mais les autres animaus fist il tous enclins a la tiere, pour demoustrer l’abaissance de lor condition qui ne font se ensivre lor volenté non, sans nul esgardement de raison.

[Livre I, XVII]

COMMENT LOI FU PREMIERS ESTABLIE

UIS ke li mauvés angeles ot trové le mal et decheu le premier home, son pechié enrachina sor l’umain linage, en tel maniere ke les gens ki aprés nasquirent estoient assés plus courant au mal [p. 31] ke au bien. Et por restraindre le mal k’il faisoient contre la reverence de Dieu en destruction de l’umanité, covint ke loi fust faite en tiere, et ce fu en .ii. manieres, c’est loi divine et loi humaine. 2. Moyses fu li premiers ki bailla la loi as ebreus, et li rois Foroneus fu li premiers ki le bailla as grezois, Mercurius as egyptiens, Salon as athenes, Ligurgus as troiens, Numma Pompalie, ki regna aprés Romolus en Rome, et puis ses fius, bailla et fist lois as romains premierement. Mais .x. sage home translaterent puis dou livre de Salon la loi des .xii. tables. Mais cele loi envielli si k’ele n’estoit pas en cort. Mais li empereres Constentins recommença a fere noviele loi, et autresi firent li autre empereour jusques au tans l’empereour Justiniien, ki toutes les adreça et ordena mieus et plus enterinement, si come il est encore.

[Livre I, XVIII]

DE LA DIVINE LOI

A divine loi est par nature; et neporquant ele fu mise en escrit et fu confermee premierement par les prophetes, et c’est le viel testament. Puis fu li noviaus testament, et fu confermé par Jhesukrist et par ses disciples. Mais une maniere de gent blasment le viel testament porce k’il dist autre chose ke le noviel; mais ne consirent que Dieus por sa grant porveance bailla a l’un tens et a l’autre ce ke covenable fu. 2. Car en la vielle loi comanda les mariages, mais en l’ewangile prise il virginité; et en la vielle loi comanda il a oster oil pour oil, pié por pié, mais en la novele commanda il a baillier l’autre joe quant l’une estoit ferue. Et a la verité dire, itele fu la vielle loi por la foiblece des gens, et itele la noviele por lor perfection; car au premier tans estoient li pechié de menour coupe, porce ke lors n’estoit seue verités, mais la samblance de verité; por ce est la loi plus estroite. 3. Por ce avenoit il au viel tans ke quant aucuns hons saluoit les angeles il ne li rendoient salus, ains le despisoient. Mais el nuef testament lisons nous que Gabriel salua Marie; et quant Jehans salua l’angele, il li respondi en tel maniere: garde, fist il, ne faire, car je sui tes siers et de tes freres. 4. Or vous ai devisé le conte dou viel testament et dou noviel, et de la divine loi et de l’humaine; mais por çou ke comander u establir loi poi vaut entre les homes s’il ne fust aucuns ki le peust constraindre a garder la loi, covient ke pour essaucier justice et pour mortefiier le tortfait fuissent establiz rois et signour de maintes manieres; [p. 32] por çou est il bon a deviser le comencement et la naissance des rois de la tiere, et de lor roiaumes.

[Livre I, XVIIII]

COMENT ROI ET ROIAUME FURENT PREMIEREMENT

EUS regnes furent en tiere principaument, ki de hautece et de force et de noblece et de signourie orent sormonté tous les autres, en tel maniere ke tout li autre roi et roialme du monde furent ausi come apendans a ces .ii., c’est le regne des assiriens premierement, et puis celui des romains. Mais il furent devisé en tans et en liu; car tot avant fu celui des assiriens, et en sa fin comença celui des roumains. Celui des assiriens fu en orient, si com est en Egytpe, car c’est tout .i. regne des assiriens et des egyptiens. Mais li regne as roumains est en occident, ja soit ce que li uns et li autres tenist la monarchie de tot le monde. 2. Mais pour ce ke li mestres ne poroit bien dire la droite naissance des rois s’il ne comence les lignies del premier home, si tornera il cele part son conte, selonc l’ordre des aages dou siecle, por plus apertement moustrer les estas et les contenemens des gens de lors jusc’a nostre tens. 3. Et sachiés que li aage dou siecle sont .vi., dont li premiers fu d’Adan jusques a Noé, li secons fu de Noé jusques a Abraham, li tiers d’Abraham jusques a David, li quars de David jusques au tans Pharaon, quant il deffist Jherusalem et prist les juis, le quint aage fu de lors jusques a la naissance Jhesucrist, li sisime aage fu ore de la venue Jhesucrist dusc’a la fin dou monde.

[Livre I, XX]

DEL PREMIER AAGE DU SIECLE

L premier aage fist Nostre Soverain Pere le monde et ciel et tiere et toutes les autres choses, selonc ce que li contes devise ça ariere. Et sachiés ke .xxx. ans aprés ce que Dieus cacha Adan hors de paradis terrestre, engendra il en Eve sa feme Caym, et puis une fille ki ot non Calmanam. 2. Et quant Adan fu de l’aage de .xxxii. ans engendra il Abel et puis une fille ki ot non Delcora. Celui [p. 33] Abel fu de bone vie et de gracieuse a Deu et au siecle, tant que Caim son frere l’ocist de male mort, par envie k’il avoit envers lui, et ce fu en l’an de lor pere .c. et .xxx. ans. Lors engendra Adan un autre fiz, ki fu apielés en son non Seth. De celui Seth et de sa lignie nasqui Noé, selonc çou que l’on pora veoir en ce conte meismes. 3. Aprés ce ke Caim ot ocis Abel son frere, il engendra Enoch; et pour l’onour d’Enoch son fil fist il une cité ki ot non Effraim, mais li plusour l’apieloient Enocham por le non d’Enoch; et sachiés que cele fu la premiere cité du monde. Celui Enoch le fius Caym, engendra Irad. D’Irad nasqui Mathusael. De Mathusael nasqui Mathusale. 4. De Mathusale nasqui Lamech; cil Lamech ot .ii. femes, dont la premiere ot a non Adan, en qui il engendra .ii. fius, Jubabel et Anon. Cil Jubabel et cil ki de lui issirent firent premierement tentes et loges pour aus reposer. Anon ses freres fu li premiers hons ki onques trova citoles et orghenes et ces autres estrumens. 5. La seconde feme Lamech ot a non Sellam, en qui il engendra Tubacain ki fu li premiers fevres du monde, et de lui issirent puis maintes malvaises lignies ki deguerpirent Dieu et ses commandemens. Et puis ke Lamech fu de si grant viellece k’il ne veoit ja goute, ocist par aventure Cain d’une saiete de son arc. Mais ki ceste ystore volra savoir plus apertement, si s’en aille au grant conte du viel testament, ou il les trouvera diligemment. 6. Et sachés ke quant Adan fu en aage de .iic. et .xxx. ans, ot il un autre fil de sa femme ki fu apelés Seth. Et quant Adan fu en l’eage de .ixc. et .xxx. ans, il morut, si con plot a celui ki fait l’avoit de vil tiere. De Seth le fil Adan nasqui Enoz. De Enoz nasqui Cainan. De Cainan nasqui Malaleel. De Malaleel nasqui Jareth. De Jareth nasqui Enoch, de qui nul home set la fin, car Dieus l’enmena la u il volt, et il sera ses tiesmons au jor del jugement. Et dient li plusour k’il est au leu meisme dont Adan fu cachiés lors ke li vieus anemis de l’umain linage le dechut. 7. De celui Enoch naquit Mathusala. De Mathusala nasqui Lamech, ki fu peres Noé. Et cil Noé fu preudom et de bone vie et de bone foi, et crut et ama Dieu tant ke Nostre Sires l’eslut quant il manda le deluge sur la tiere por la destruction de gens ki ne faisoient se mal non. Et lors defina li premiers aages dou siecle, ki dura mil et .iic. et .lxii. ans, selonc ke l’escriture le tiesmoigne.

[Livre I, XXI, p. 34]

DES CHOSES KI FURENT OU SECONT AAGE

OÉ ki fu li noviaus descendans des Adan le premier home, vesqui .viiic. ans. Et quant il fu de l’aage de .vc. ans, engendra il ses .iii. fiz, Sem, Cam, et Jafeth. Et puis k’il ot vescu .vic. ans fist il la grant arche par le comandement Nostre Signeur. 2. Et dedens cele arche garanti il soi et sa mesnie o toute cele compaignie des gens et des biestes et de tous autres animaus ke Dieus volt, quant li deluges vint sor toutes terrienes choses. Et sachiés ke cele arche ot de lonc .iiic. coutes, et de large ot ele .l., et si en ot .xxx. de haut. Et plut euue du ciel .xl. jors et .xl. nuis, et dura cent et .l. jours avant k’ele commençast a descroistre. 3. Et quant li deluges fu trespassés et la tiere fu descoverte, si ke cascuns animaus pooit aler la u il voloit, lors commença le secont aage du siecle. Et Noé engendra un autre fil ki ot non Jonitus, ki tint la tiere de Eritaine jouste le fleuve d’Eufrates en orient; et fu li premiers hom ki trova astronomie et ki ordena la science dou cors des estoiles. 4. Mais de lui se taist ore li contes, ke plus n’en dira en ceste partie; et dist que quant le deluge fu trespassés, li .iii. premier fil Noé departirent la tiere et le deviserent en .iii. parties, en tel maniere ke Sem li fiz Noé ki estoit li ainsnés tint toute Aise le grant, Cam tint toute Aufrike, et Jafet tint Europe, si con l’en pora veoir ça avant, la u li mestres dira des parties de la tiere.

[Livre I, XXII]

DES GENS KI NASQUIRENT DU FIL NOÉ LE PREMIERS

EM engendra .v. fiz, Azur, Ludin, Aram, et Arphaxat, et Elam. Aram li fius Sem ot .iiii. fiz, Us, Ul, Gesar, et Mesa. De Arphaxat, le derrenier fiz Sem, nasqui Salemen . De Salemen nasqui Eber. De Eber nasquirent .ii. fiz, Falech et Jethan. De Jecham nasquirent .xiii. fils, Elmada, Saleph, Samoth, Jareth, Aduram, Izach, Declam, Ebal, Abimelech, Saba, Ophir, et Villa et Jobal. De Phalech son frere, le fiz Heber, nasqui Reus. De Reus nasqui Seruch. De Seruch nasqui Nacor. De Nacor nasqui Thares. [p. 35] De Thares nasquirent Abraham et Aram et Nacor. De Aram nasqui Loth, cil ki eschapa de Sodome et de Gomorre, par la volenté Deu.

[Livre I, XXIII]

DES GENS KI NASQUIRENT DOU SECONT FIL NOÉ

AM, le secont fiz Noé, engendra .iiii. fiz, Cus, Mesaran, Phus, et Canaam. De Cus, le premier fiz Cam, nasquirent .vi. fiz, Saba, Evilach, Sabathat, Reuma, Sabatacha et Nembroth le jaiant, ki fu li premiers rois. De Reuma le fiz Cus nasqui Saba et Dadam. De Meserem le fiz Cam nasquirent .vi. fiz, Ludin, Amazin, Labim, Nefectim, Phetusim, et Celosim. De Canaam le fiz Cam nasquirent .xi. fiz, Sades, Eteus, Gebuseus, Amorreus, Gergeseus, Eveus, Aracus, Sireneus, Aradius, Samarites, et Amatheus.

[Livre I, XXIIII]

DES GENERATIONS DOU TIERÇ FIL NOÉ

APHET, le tierç fiz Noé, ot .vii. fiz, Gomer, Magoz, Mathal, Junam, Tubal, Mosoc, et Tiros. Gomer le fiz Japhet engendra Assenos, Raphan, et Tegorman. Junam fiz Jafeth engendra Elisam, Tharsim, Ceteon, Domamen. Mais ci se taist ore li contes a parler des fiz Noé et de lor generations, car il wet ensivre sa matire por deviser le comencement des rois ki furent ancienement, dont li autre sont estrait, jusq’a nostre tens. Et nos est bien notee ce ke li contes devise ci devant, coment Nembrot nasqui de Cus le fiz Cam, ki fu fius Noé. 2. Et sachiés ke au tens Phalech, ki fu de la lignie Sem, cil Nembrot edefia la tor Babel en Babilone, ou avint la diversités des parleures et de la confusion des langues. Neis Nembrot meismes mua sa langhe de ebreu en caldeu. Lors s’en ala il en Perse, et a la fin s’en repaira il en son païs, c’est en Babilone, et ensigna as gens novele loi, et lor faisoit aourer le fu autresi comme Deu et de lors commencierent les gens aourer les deus. Et sachiés que la cités de Babilone gire environ .lxm. pas, et que la tor Babel avoit [p. 36] en cascune quarrure .x. liues, dont chascune avoir .iiiim. pas, et si avoit li murs de large .l. coutes, et .iic. en avoit de haut, dont cascune coute ert .v. pas, et li pas a .iii. piés. 3. Aprés ce comença li regnes des assiriens et des egyptiens, dont Belus, ki nasqui de la lignie Nembroth, fu premier rois et sires toute sa vie. Mais aprés sa vie en fu rois Ninus son fiz. Et il fu voirs que Assur, fius Sem li fiz Noé, avoit comencie en celui païs une cité; mais li rois Ninus l’acompli et estora de grant guise, et en fist chief de son regne; et pour le non de lui est ele apielee Ninive. Et sachiés que Ninus fu li premiers ki onques assambla gens ne ost en fuerre et en guerre, car il assega Babilone et prist la cité et la tour Babel a fine force. Lors fu il navrés d’une saiete dont il morut a la fin; mais avant k’il fust deviés et k’il avoit tenu son regne .xlii. ans, Thares, li fiz Nacor de la lignie Sem le fiz Noé, engendra .iii. fius, Abraham, Nacor, et Aram, ki cultiverent le vrai Deu. De Aram le frere Abraham nasqui Loth et .ii. filles, Saram la feme Abraham et Melca la feme Nacor. Aprés la naissance Abraham vesqui li rois Ninus .xv. ans en son regne. 4. En celui tens comença li regnes de Sicione, et uns maistres ki avoit non Çoroastres trova l’art magike des encantemens et de teus autres choses. Ces et maintes autres choses furent ou segont aage du siecle, ki fina au tans Abraham, dont aucun dient k’il dura .ixc. et .xlii. ans, li autre dient de mil et lxix. ans, mais cil ki plus touchent de la vérité dient que du deluge jusques a Abraham furent .m. et .lxxxii. ans.

[Livre I, XXV]

DES CHOSES KI FURENT OU TIERÇ AAGE

I tiers aages du siecle comença a la nativité Abraham, selonc l’oppinion de plusors; mais li autre dient k’il comença a .lxxv. ans de sa vie, quant Dieus parla a lui et k’il fu dignes de sa grace, et ke Nostre Sires li promist a lui et a ses oirs et a sa lignie la tiere de promission. Li autre dient k’il commença a centime an d’Abraham, quant il engendra Ysaac en Sarra sa feme, ki ausi estoit de grant aage, car ele avoit .iiiixx. et .x. ans. 2. Et sachiés que devant ce ke Ysaac fust engendrés, Abraham par la volenté de sa feme, ki ne pooit porter fiz, jut charnelment avec Agar sa camberiere, si en ot un fiz ki fu apielés Ysmael. Et quant Ysaac fu nés, ses peres le [p. 37] fist circonciser .viii. jors aprés sa nativité, et ensi le font encore li juis. Lors fist il ausi circonciser Ysmael, ki ja estoit de l’aage de .xiii. ans, ensi le font encore li sarrasin et ceaus ki abitent en Arrabe, ki sont estrait de la lignie Ysmahel. 3. Puis vesqui Abraham .lxxii. ans; et sachiés k’il fist premiers autel en l’onour de Dieu. Mais d’Abraham ne de ses fiz ne dira plus ci li contes, ains tornera au roi Ninus et a sa roiauté, car a lui font les istores chief des premiers rois.

[Livre I, XXVI]

DOU ROI NINUS ET DES AUTRES ROIS APRÉS SIVANT

I rois Ninus tint en sa signorie toute la tiere d’Aise le grant fors ke Ynde; et quant il trespassa de cest siecle, il laissa un jovene fiz ki avoit non Zaraeis, mais il fu apelés Ninus por le non son pere. Semiramis sa mere tint le regne et la signorie tote sa vie; car ele fu plus caude ke nul home, et plus tiere, et aprés ce ele fu la plus cruele feme dou monde. 2. Et quant ele fu finee et son regne remest sans oir, li païsant eslurent .i. roi ki avoit a non Arrius, mais il fu apielés Diastones, et por lui furent puis li autre roi d’Egypte apelés Diastones. Et cil nons dura jusc’a .xvii. rois ki furent aprés, lors canga li nons, et furent li autre roi apelé Thebei. Encore furent remué lor non, et furent apelé Pastors; mais a la fin furent apelés Pharaons. 3. De celui non furent puis .xvii. rois, ki durerent jusques au tans Cambises, fius Cirrus le roi de Perse, ki premierement prist Egypte et le sosmist a sa signorie, et encacha hors le roi Natanabon, ki puis fu maistres a Alixandre le grant. De lors remest Egypte sans propre roi, sous la signorie au roi de Perse, jusques au tans Alixandre, ki venki Perse. Et quant Alixandres fu mors et que li .xii. prince de sa cort deviserent entr’aus son regne, Sopter fu rois d’Egypte, et ot a non Tholomeu. Aprés lui regna li secons Tholomeu, ki avoit non Philadelphus. Aprés lui regna li tiers Tholomeu, ki avoit a non Everites. Aprés lui regna li quars Tholomeus, ki avoit non Philopater. 4. Lors estoit Anthiocus premiers rois et empereres d’Anthioce ki par fine force venki toute la tiere d’Egypte et de Perse et de Jude, et ocist Philopater Tholomeu ki lors estoit rois d’Egypte, et regna .xxvi. ans. Aprés la mort le roi Anthiocus, regna Seleucus, ki ot en sornon Epiphanes; a son tans furent les batailles des Machabeus, dont l’escripture parole en la Bible. Aprés la mort [p. 38] Seleucus regna Eupater ses fiz. 5. Quant Eupater fu mors tint le regne Demetrius li fiz Seleucus; a son tans fu ocis Judas Machabeus en bataille. Lors vint Alixandres, uns grans sires de haute puissance, encontre le roi Demetrion, et si l’ocist et venki en bataille et ot la signourie de son regne, et la tint quitement, tant ke Demetrius Creticus le fiz celui Demetrius ocist Alixandre et tint la signorie de tous regnes. 6. Puis vint Anthiocus li fiz celui Alixandre meismes, ki par le conseil et par l’ayde Triphon vainki Demetrion Creticon et le cacha hors dou regne, dont il fu puis rois et sires. Mais cil Trifon l’ocist en traison, et il fu rois au tans Symon Machabeu. Et sachiés ke encore vivoit Demetrius Creticus que Anthiocus li fiz Alixandre avoit hors cachié dou regne, si com li contes le devise devant. Trifon ne demora gaires en signorie, ains en fu hors caciés, et cil Demetrius Creticus fu receus en la signourie, et la tint si con rois et enpereours. Lors estoit Jeans Ircanus, li fiz Symon Macabeu, soverains prestres en Jherusalem, et son fil Aristobolus fu esleus rois des juis aprés la transmigration de Babilone .iiiic. et .xliiii. ans. 7. Quant Aristobolus defina sa vie, Alixandres fu rois des juis, et aprés lui en fu rois Aristobolus son fiz. Celui Aristobolus fu ocis par la force Pompei le consillier de Rome, ki establi procureur en Judee Antipater le pere Herode. Et Anthioce estoit ja conquise et sousmise a la signourie des romains. Et quant Antipater fu mors, Erodes ses fius fu esleus par les roumains rois des juis. A cel tans nasqui Jhesucris en Bethleem.

[Livre I, XXVII]

DU REGNE DE BABILONE ET DE EGYPTE

E regne de Babilone est conté sor celui des assiriens et des egyptiens. Mais il avint chose ke Nabucodonosor en fu rois, non mie par droit, car il n’estoit pas de roial linage, ançois fu uns estranges mesconeus ki nasqui d’avoutire celeement. Et a son tans comença li empires de Babilone a haucier et a monter en hautece, dont il s’enorghilli viers Deu et vers le siecle, tant k’il destruist Jherusalem et enprisona tous les juis, et maintes autres perversités fist il. Pour coi il avint par divine vengance k’il perdi soudainement sa signorie, et son cors fu remués en buef, et abita .vii. ans en desiers avec les bestes sauvages. 2. Aprés lui regna Nabuchodonosor ses fius, et puis regna Evilmeradap fiz dou premier [p. 39] Nabugodonosor. Aprés lui regna Ragiosar son fiz, et puis Labussar fiz Evilmeradap, et puis Baltazar son frere. Cil Baltazar rois de Babilone fu ocis par Daire roi des mediiens et par Cirrus roi des perse, qui conquisent le regne de Babilone. 3. Aprés la mort le roi Cirrus ot il .xiii. rois en son regne l’un aprés l’autre, jusques au tans ke Daires en fu rois, non mie celui Daire de qui li contes a devisé ça en arieres, ki fu au tans le roi Cirrus, mais ce fu Daire fiz Arçami, ki fu rois et sires de Perse, et avoit grandesime pooir de gens et de terre; mais Alixandres li grans le venki et ocist et tint son regne. 4. Et sachiés ke Alixandres avoit ja regné .vii. ans, et puis regna il .v. ans, tant k’il defina en Babilone, et lors avoit d’aage entor .xxxvi. ans. Et sachiés que Alixandres fu fiz le roi Phelippe de Macedoine, ja soit ce ke Olimpias sa mere, por essauchier son fil, disoit k’ele l’avoit conceu d’un dieu ki avoit geu a li en samblance de dragon. Et certes il demana si haute vie ke l’en pooit bien croire k’il fust fiz d’un deu: il ala triumphant par le monde, et avoit por sa mestrie Aristotle et Calistene; il estoit victorieus sor totes gens, mais il estoit vencus par vin et par luxure; il venki .xxii. nations de barbarie et .xxxii. de Grece, et a la fin morut par venin, ke si privé li donerent desloiaument. 5. Et sachiés ke Alixandres nasqui .iiic. et lxxxv. ans aprés ce ke Rome fu comencie; et se nous raconte l’istore ke des Adam jusques a la mort Alixandre ot .vm. et c. et lvxii. ans. Et quant il fu mors, si fut Tholomeu Souter li premiers rois d’Alixandre et de toute la terre d’Egypte, si com li contes le devise ça ariere. Et ensi i ot .xii. rois l’un aprés l’autre, dont cascuns avoit en sornon Tholomeu, por le non dou premier Tholomeu, ki en fu roi aprés la mort dou roi Alixandre. 6. De ces .xii. rois fu li derreniers Tholomeu Cleopatra. Quant il avoit ja tenu son regne entor .iii. ans, Julle Cesar fu empereour des roumains, par qui tot li autre empereour de Rome furent apelé Cesar. Mais ci se taist li contes a parler des egyptiiens, porce que ci define lor roiautés, et vint as romains, et ensivra sa matire des autres rois.

[Livre I, XXVIII]

DES ROIS DE GRECE

EMBROT, cil meismes ki fist la male tour, ot plusors fiz, dont li uns fu apelés Cres, ki fu li premiers rois de Crete. Et son regne comença ou l’ille de Crete, et par le non de lui fu apelés l’ille de [p. 40] Crete, ki siet vers Rommanie. Aprés lui i fu roi Celum son fiz. 2. Aprés i fu rois Saturnus ses fius. Aprés i fu Jupiter ses fiz, ki regna en la cité d’Athenes k’il fist et fonda premiers. De Saturnus et de Jupiter quidoient les gens ki lors estoient k’il fussent deu et par ce non estoient il nomé, dont il ont encore issi a non deus planetes. Aprés fu rois Cicros. 3. Et sachiés ke Jupiter ot .ii. fius, Danaum et Dardanum. Cil Danaus fu rois en l’ille de Crete et de Micene et de Grece la environ, et ot guerre contre Trous le roi de Troie et contre Ilum et Ganimedem son fiz, et ocist celui Ganimedem. Ce fu la premiere haine des troiens et des grezois. 4. Et aprés la mort Danaum regna en Grece Pelops son fiz. Aprés lui fu rois Atrius son fiz, et puis li rois Menelaus ses fiz, li maris Elaine ki fu ravie par Paris le fiz au roi Priamus de Troie. Aprés le roi Menelaus regna Agamenon son frere. Et tant ala de rois en rois, ke Phelippes de Macidoine en fu rois, et puis Alixandres ses fiz, ki fu rois et empereour de tote Grece. Et des lors en avant furent apelé empereour de Grece, non mie roi.

[Livre I, XXVIIII]

DU REGNE DE SICIONE

I regne de Sicione comença au tans Nacor, ki fu aious d’Abraham; dont Agrileons fu li premiers rois; et dura celi regnes .ixc. et lxxi. ans, jusques au tans Ely le prestre, de qui li mestres dira la vie ça avant entre les prophetes; et furent en some .xxxi. roi en Sicione.

[Livre I, XXX]

DE FEMENIE


I regne des femes comença lors ke li rois de Sciete o tout les homes de sa tiere ala sor les egyptiens u il furent ocis trestuit; et quant lor femes sorent çou, elles fisent une dame de lor gent roine dou païs, et establirent que jamés nus hom peust habiter en [p. 41] lor tiere, et ke les filles fussent norries et li malle non, et ke cascune copast la senestre mamelle por mieus porter escu et armes; et por ce sont eles apielees Amaçoines, c’est a dire sans l’une mamelle. Et cestes vinrent secorre Troie. 2. Et ce fist Pantasilee lor roine, ke l’en dit k’ele ama Hector par amors. Mais de ce ne sot onques hom la certaineté, fors k’ele i morut avec grant partie de ses damoiseles.

[Livre I, XXXI]

DU REGNE DES ARGINOIS

I regne des Arginois comença en celui tens meismes que Jacob et Esau li fiz Ysaac furent nés; dont Ynacus fu premiers rois. Aprés lui fu rois Foroneus son fiz, ki premierement dona la loi as grezois en la cité d’Athenes, et ki establi ke les causes et li jugement fussent devant lui jugiés. Et li leus u l’en fet les jugemens est apelés foron, por le non de lui. Et sachiés que cis regnes des Arginois dura .iic. et lxiiii. ans, et fu destruis au tans Danai le roi de Grece, de qui li contes parole ci devant.

[Livre I, XXXII]

DES ROIS DE TROIE

I contes a dit ça ariere ke li rois Jupiter ot .ii. fiz, Danaum et Dardanum. Et de celui Danaum vous a dit li contes totes la generation. Or dist li contes ke li autres fius, c’est Dardanus, fist en Grece une cité k’il apiela Dardaine por son nom .iiim. et .iic. et .xlii. ans dou comencement dou siecle. De Dardanus nasqui Eritanius ki aprés lui en fu rois. D’Eritanius nasqui Trous li rois ki estora la cité de Troie, et par son non fu ele apelee Troie. 2. Dou roi Trous nasqui Ilus ki fist la maistre forterece de Troie, ki par lui fut apelee Ylion. Et son frere Ganimedes fu ocis par les grezois, selonc ce ke li contes devise ci devant. Dou roi Ylus nasqui Lamedon, ki vea les pors a Jason et a ses autres compaignons ki aloient por la toison d’or, por vengance de la mort Ganimeden son oncle. Dont il avint puis ke Jason et Ercules o toutes les os des grezois vinrent a Troie et destruisent la terre et ocistrent le roi Lamedon, et si en amenerent Exionam sa fille. 3. Du roi Lamedon nasqui li rois Priant, et Ancises li peres [p. 42] Eneas. Cil Prians rois de Troie fu peres au bon Ector et a Paris ki ravi Elaine le feme Menelaus le roi de Grece, por vengance de çou ke jou ai devisé; por quoi Troie fu destruite finalment, et li rois et ses fils tot en furent ocis, selonc ce ke vous porés trover el grant livre des troiens. Et ce fu fait .ixc. et lxii. ans aprés le comencement de Troie.

[Livre I, XXXIII]

COMENT ENEAS ARIVA EN YTAILE

UANT Troie fu prise et mise a feu et a ruines, et ke l’en ocioit les uns et les autres, Eneas et Anchises son pere et Ascanius son fils s’en issi hors et enporta grandesime trezor et avec lui tout plain de gens et s’en alerent a sauveté. Et por ce recontent li auctour k’il seut la traison et k’il en fu compains. Mais li plusor dient k’il n’en sot rien se a la fin non quant la chose ne pooit estre destornee. Mais comment ke la chose fust, il et sa gent s’en alerent par mer et par terre, une eure ça et autre la, tant qu’il ariva en Ytaile.

[Livre I, XXXIIII]

COMENT ENEAS FU ROIS EN YTAILE ET SES FIL APRIÉS

T il fu voirs ke Icarus ki fu fiz Nembrot, ki fist la tor Babel, vint en Ytaile, et si en fu sires toute sa vie. Aprés le tint Ytalus ses fiz, et por le non de lui fu apelés li païs Ytaile. Après le tint Janus ses fiz; lors avint selonc ce ke les istores recontent que Saturnus roi de Grece fu essilliés de son regne, et s’enfui en Ytaile, et la fu il rois et sires de la tiere. Aprés le tint li rois Picus son fiz, et puis li roi Famus fius au roi Picus. 2. Dou roi Famus nasqui li rois Latins, ki lors estoit rois en Ytaile quand Eneas o ses gens i arriverent. Et ja soit ce ke au comencement li rois fu dous et [p. 43] debonaires, et li volsist doner a feme Laviniam sa fille, dont il n’avoit plus d’enfans, la roine ne consenti pas au mariage, ains la volt doner a un autre grant riche home dou païs. Por ce fu entr’eus haine grant si come mortel guerre. 3. Mais a la fin le venki Eneas a force d’armes et prist Laviniam a feme, et ensi fu li rois d’Ytaile, et regna .iii. ans et .vi. mois; et quant il morut il laissa .i. petit enfant de sa feme, ki ot a non Julius Silvius, porce ke sa mere le faisoit priveement norrir en silves, c’est en bois, por poour d’Ascanius son frere; mais n’avoit garde, k’il l’ama tenrement. Et ce fu au tans dou roi David, au commencement du quart aage du siecle.

[Livre I, XXXV]

DE LA LIGNIE DES ROIS DE ROME ET D’ENGLETERE

UANT Aschanius trespassa de cest siecle, Silvius ses freres fu rois aprés lui, et ot .ii. fius, Eneas et Bruthum. Et quant Silvius li rois morut, Eneas son ainsné fiz tint la tiere. Aprés sa mort Bruthus son frere passa en une tiere ki par le non de lui fu apelee Bretaigne, ki ore est Engletere clamee; et il fu li commencemens des rois de la Grant Bretaigne. Et de ses generations nasqui puis li rois Artus, de qui li romant parolent, k’il fu rois coronés a .iiiic. et .iiiixx. et .iii. ans de l’incarnation Jhesucrist, au tans que Zeno fu empereres de Rome, et regna entor .l. ans. 2. Dou roi Eneas ki fu fius au roi Silvius nasqui Latin. Du roi Latin nasqui Alban, ki fist la cité d’Albani. Du roi Alba nasqui Egypte. Du roi Egypte nasqui Carpenaces. Dou roi Carpenaces nasqui Tyberius. Dou roi Tyberius nasqui Agripa. Dou roi Agripa nasqui Aventinus. Dou roi Aventinus nasqui Procas. Dou roi Procas nasqui Numentor et Amilio. Cil Numentor en fu rois aprés la mort son pere. Et avoit une fille ki avoit non Emilia. Mais Amilio li toli son regne, et cacha Numentor et sa fille en essil, et il se fist faire rois endementiers. 3. Et Emilia conçut .ii. fiz, Remum et Romolon, en tel maniere ke nus ne sot ki fu lor pere. Mais li plusor disoient ke Mars li dieus de batailles les engendra. Et de lors en avant fu cele feme apelee Reate; et puis fist ele une cité el milieu d’Ytaile, ki por le non de li fu apelee Reate. 4. Et por ce ke maintes ystores devisent ke Romolus et Remus fu norris par une lue, il est drois ke j’en die la verité: il fut voirs ke quant il furent nés on les gieta sus une riviere, por ce ke les gens ne s’aperchussent pas ke la mere eust conceu. Entor cele riviere manoit une femme ki servoit a [p. 44] tous communalment. Et teles femes sont apelees lues en latin. Cele feme prist les enfans et les norri mout doucement. Et por ce fu dit k’il estoient fius d’une lue. Més ce ne pot estre.

[Livre I, XXXVI]

DE ROMULUS ET DES ROUMAINS

OMULUS fu mout fiers et de grant corage; et quant il fu en son aage il conversoit avec les jovenes bachelers et les legiers homes maufetours dont il estoit mestres et chevetains. Et quant on li descovri sa naissance, il ne fina onques de quellir gens de diverses manieres et de guerrier contre Amilion, ki le regne avoit tolu a son aieul. Et tant fist par sa proece k’il le venki et li toli le regne et le rendi a Numentor. 2. Aprés ce ne demora gramment que il le fist morir, et il fu rois en son leu. Et puis fist il Rome ki ensi est apelee por le non de lui. Puis fist il morir Remum son frere, et puis le pere sa feme, ki estoit sires dou temple des sacrefisses dou païs; et il fu oirs de trestot et ot il soul tote la signorie de Rome. Ensi fu Rome comencie .iiiim. et .iiiic. et .iiiixx. et .iiii. ans aprés le comencement dou monde, ce fu .iiic. et .xiiii. ans aprés la destruction de Troie. 3. Et quant Romolus passa de ceste vie, le regne tint Noma Pompilius son fiz, et puis Tulius Ostilius, et puis en fu rois Ancus Marcus, et puis Tarquinius premiers, et puis li rois Servius, et puis regna Tarquins li orgilleus, le cui fil par son orguel fist honte et outrage a un noble dame de Rome et de haute lignie, por gesir a li charnelment. Cele dame avoit non Lucrece, une des millours dame del monde et la plus chaste. 4. Pour ceste aquoison fu cil Tarquinus chacié de son regne, et fu establis par les romains ke jamés n’i eust roi, mais fust la cité governee et tot son regne par les sinatours, par consoles, et patrices et tribuns et dicteours, et par autres officiaus, selonc ce ke les choses sont grans et dedens la vile et dehors. 5. Et cele signorie dura .iiiic. et lxv. ans, jusk’a tant ke Catelline fist a Rome la conjurison encontre ciaus ki governoient Rome, por l’envie des signatours. Mais cele conjurison fu descoverte au tans ke li tres sages Marcus Tullius Cicero, li mieus parlans hom del monde et maistres de rectorike, fu consoles de Rome, ki par son grant sens venqui les conjurés, et en prist et fist destruire une grant [p. 45] partie par le conseil dou bon Caton ki les juga a mort, ja soit ce ke Julius Cesar ne consilla pas k’il en fussent jugié a mort, mais fussent mis en diverses prisons. 6. Et pour ce disent li plusour k’il fu compains de cele conjuroison. Et a la verité dire il n’ama onques les signatours ne les autres officieus de Rome, ne il lui, car il estoit estrais de la lignie as fius Eneas. Aprés ce il estoit de si haut corage k’il ne baioit fors que a la signorie avoir dou tout, selonc ce ke ses anciestres avoient eu.

[Livre I, XXXVII]

DE LA CONJURISON CATELLINE

UANT la conjuroison fu descoverte et le pooir Catelline fu affoibloié, il s’enfui en Toschane en une cité ki avoit non Fiesle et la fist reveler contre Rome. Mais li romain i envoierent grandesime ost, et troverent Catelline au pié des montaignes o toute son ost et sa gent cele part ou est ore la cité de Pistoire. La fu Catelline vencus en bataille, et mort lui et li sien; neis une grant partie des romains i fu ocise. Et par le pestrine de cele grant occision fu la cités apelee Pistoire. 2. Aprés ce assegerent li romain la cité de Fiesle, tant k’il le venkirent et misent en sa subjection; et lors firent il enmi les plains ki est au pié des hautes montaignes u cele cités seoit une autre cité, ki ore est apelee Florence. Et sachés que la place de tiere ou Florence est fu jadis apelee chiés Mars, c’est a dire maisons de batailles; car Mars, ki est une des .vii. planetes, est apelés deus de batailles, ensi fu il aourés ancienement. 3. Por ce n’est il mie merveille se li florentin sont tozjors en guerre et en descort, car celui planete regne sor aus. De ce doit maistre Brunet Latin savoir la verité, car il en est nés, et si estoit en exil lors k’il compli cest livre por achoison de la guerre as florentins.

[Livre I, XXXVIII, p. 46]

COMMENT JULLES CESAR FU PREMIERS EMPEREOR DE ROME

NDEMENTIERS Julle Cesar porchaça tant amont et aval aprés ce k’il ot euues maintes victoires et mains païs sosmis au commun de Rome, k’il se combati contre Pompee et contre les autres ki lors governoient la cité, tant k’il les venki et chaça tos ses enemis, et il sol ot la signorie de Rome. Et por ce ke li romain ne pooient avoir roi, selonc l’establissement ki fu fais au tans Tarqinius, de qui li contes fist memore ça en ariere, se fist il apeler empereour. Et ensi Julle Cesar fu li premier empereor des romains, et tint son empire .iii. ans et .vi. mois, tant k’il fu ocis par traison sus la capitaile par les mains de ses ennemis. 2. Aprés la mort Julle Cesar fu empereres Octeviens son nevou, ki regna .xlii. ans et .vi. mois avant la naissance Jhesucrist et .xiiii. ans aprés, et tint la monarchie de trestot le monde; et il fu mout sages et preus, mes il estoit fort luxurieus. A la fin destruist il tous ciaus ki ocisent Julle Cesar. Mes ci se taist li mestres a parler de lui et des empereours de Rome, et retorne a sa matire.

[Livre I, XXXVIIII]

DES ROIS DE FRANCE ET DE LOR VIES

UANT la cités de Troie fu destruite et ke li un s’enfuirent cha et li autre la, selonc ce ke fortune les conduisoit, il avint chose ke Priant li jovenes, ki fu fius de la seror Priant de Troie, et avec lui Antenor, s’en alerent par mer a tot .xiiim. homes armés, tant k’il arriverent la u est ore la cités de Vinese, k’il comencierent premierement et fonderent dedens la mer, por ce k’il ne voloient abiter en tiere ki fust a signour. 2. Puis s’en parti Antenor et Priant a grant compaignie de gent, et s’en alerent en la marche de Trevise et non mie loins de Vinese, et la firent il une autre cité ki est apelee Padue, ou gist le cors Antenor, et encor i est son sepulture. De la s’en partirent puis une gent et s’en alerent en Sicambre, une cité k’il firent a la fin, dont il furent appelez cycambriens. En trespassement de tens s’en alerent il en Germanie, et por ce furent il apelés germains. Et quant il furent en Germanie, il firent roi et signour d’aus Priant ki fu de la lignie Priant le joene, ki fu puis ocis en la bataille k’il ot contre les romains, et laissa un fil ki ot a non Arcomedes. 3. De [p. 47] Arcomedes nasqui Faramont, ki puis fu rois des germaniens. Aprés lui regna li rois Crinitus ses fius. Lors commença Rome a abeissier et a descroistre, et France commença a croistre et a enhaucier, tant k’il enchacierent les romains, ki lors abitoient jouste le fleuve dou Rin. Et quant li rois Crinitus fu mors, si en fu rois Gildebours, et engendra en la roine Bisine Glodeveum, ki fu rois de France. Aprés lui regna Miroveus son fiz. Aprés lui regna l’autre Mirovem son fiz. Aprés lui regna Ildris son fiz. 4. Aprés lui regna Glodeveum son fiz, ki fu li premiers rois de France ki onques fust crestiiens, car Sains Remis le baptiza. Il meismes sosmist les alemans a sa signourie, et venki les Gascons. En l’an de l’incarnation Jhesucrist .viic. et li. commencierent les ainsné a avoir la signorie dou regne de France, dont Arnous fu li premiers, ki puis fu evesques de Mes. Aprés regna Angigious son ainsné fiz. Aprés lui regna Pepins son fiz ki ot en sornon Croisus. Aprés regna Karlemartiaus son fiz. Aprés lui regna li rois Pepins ki fu peres Carlemaine, ki fu rois de France et empereres de Rome, selonc ce ke li contes devisera ça avant. 5. Mais or se taist li contes a parler des rois et de la terre et de lor regnes; et por ce k’il a devisé assés clerement comment furent li premier, et ki il furent, et en quel terre. Des romains meismes a il devisé la droite istore et jusques au commencement de lor empire; por ce n’en dira il ore mie avant, ains retornera a sa matire, c’est a dire dou tierç aage dou siecle, dont il s’est longhement teus.

[Livre I, XXXX]

ENCORE DOU TIERÇ AAGE DOU SIECLE

R dist li contes, que quant li tiers aages fu comenciés au tans Abraham ki nasqui au tans le roi Ninus, ke Abraham engendra Ysaac. Et Ysaac engendra Esau et Jacob, et encore vivoit Abraham, mais il avoit bien .c. et lv. ans d’aage. Jacob engendra Joseph, et lui et ses autres freres, de qui l’escripture dist, et de qui furent estraites les .xii. lignies li sont apelees li fiz Israel. Car il fu voirs que Jacob se combati et luta de nuit contre l’angele, tant que a la fin le venki Jacob; lors fu il beneois et li fu changiés son non, et fu apelés Israel, [p. 48] c’est a dire prince de Dieu. 2. Joseph fu vendus par ses freres, et a la fin fu il grans mestres en la cort Pharaon le roi d’Egypte au tans ke la grant famine fu en tiere. Lors i fist il son pere venir o tot ses freres, ki puis demorerent en Egypte juskes au tans Moysen, selonc ce que li contes dira ci aprés. 3. Li tiers frere Josep le fil Jacob, qui ot nom Levi, engendra Cahat. De Caat nasqui Aran. De Aran nasqui Moyses. Et quant Moyses fu nés, sa mere l’enclost diligemment en un petit escring, et le geta el fleuve, por ce ke uns autres Pharaons ki lors estoit rois d’Egypte avoit commandé ke tot li fil malle as ebreus fuissent gietés el fleuves, et les femes fuissent gardees. A la rive de celui fleuve le trova la f�lle le roi Pharaon, ki l’osta de l’euue et le fist norrir ensi come son fil, et por ce ot il celui non; car Moys vaut autant a dire comme euue. Et quant Moyses fu en aage de .lxxx. ans, il amena tout le peule Israel hors d’Egypte en la terre que Dieus avoit promise a Abraham. 4. Et sachiés ke de lors ke Dieus avoit promise a Abraham la terre de promission jusc’a l’issue d’Egypte, ot .iiiic. et .xxx. ans. Et ensi fu Moyses maistres et sires dou peule Israel par la volenté de Deu, ki li dona la loi, et par lui comanda il k’ele fust gardee. Aprés sa mort furent puis maint autre governeour du peuple, juskes au tans David, ki en fu rois et sires, et ce fu .vi. cens et . ans aprés l’issue d’Egypte, quant Moyses en amena le peuple. 5. Lors defina li tiers aages; et ja estoit Troie conquise et destruite, et Eneas et ses fiz avoient ja conquis le regne dou roi Latin. Et sachiés que li tiers aages, ki fu des Abraham jusques a David le roi, dura .ixc. et lxxiii. ans.

[Livre I, XXXXI]

DOU QUART AAGE DOU SIEGLE

E quart aage commença lors ke Saul rois de Jherusalem fu ocis, et David en fu rois et sires. Aprés sa mort en fu rois Salemons ses fiz, ki fu plains de sens et de sapience, et ki fonda et fist le temple de Jerusalem. Puis i furent maint autre roi li uns aprés l’autre jusques a tant ke Sedeychias en fu rois. Et quant il ot regné entor .xii. ans, Nabugodonosor li rois de Babilone, de qui li contes parla ça ariere, le prist et li osta les ieux de la teste, et le mena en prison en Babilone, lui et tous les juis, c’est les gens ki estoient [p. 49] de la lignie Israhel. 2. Et le temple Salemon fu ars en feu et en flambe, ki ne dura ke .iiiic. et .ii. ans, lors defina le quart aage. Dedens le quart aage furent li prophete desquex l’escripture parole, et Romolus fonda Rome. Et sachiés que Tarquinius Priscus estoit rois des romains quant li juis furent en prison en Babilone, et cest aage dura .vc. et .xii. ans.

[Livre I, XXXXII]

DOU QUINT AAGE DU SIECLE

E quint aage commença a la transmigration de Babilone, c’est a dire quant li juis en furent mené en chaitivison. Et quant il estoient en la prison, Cirrus li premiers rois de Perse ocist Baltasar le roi de Babilone, et prist sa terre et son regne, selonc ce ke li contes devise ça arieres. Cil rois Cirrus delivra de la prison des juis bien .lm. por estorer le temple. Mais puis vint li rois Daires, ki tint la terre aprés lui, et tous les delivra; et ce fu .lxxii. ans aprés ce k’il furent pris. Lors meismes fu cil Tarquinus Superbus rois des romains chaciés de sa signorie, si con nous trovons enconté ça arieres. 2. Cestui aage dura dusk’a la naissance Jhesucrist de la Glorieuse Virgene Marie, ce furent .vc. et .xlviii. ans dedens lequel furent Platons, Aristotles, et Demostenes, ki furent li soverain philosophe. Et regna Alixandres li grans, et li romain conquisent Grece, Espaigne, et Aufrike, Trace, Sirie, et maintes autres terres. Et cestui meismes aage bailla Marcus Tullius as romains la rectorique, et Pompee conquista la terre de Judee, et Catelline fist la conjuroison en Rome et Julles Cesar devint premiers empereour de Rome, et apré lui Octeviens. Et Nostre Sires prist char en la Virgene Marie .vm. et .vc. ans dou commencement du monde, mais li plusor dient k’il n’i ot ke .vm. et iic. et lviii. ans.

[Livre I, XXXXIII, p. 50]

DOU SISIME AAGE DOU SIECLE

I .vi. aages comença a la naissance Jhesucrist, et durra tresk’a la fin du monde. Et sachiés que Nostre Sires fu en tiere avec ses apostles, et commença le novel testament et defina le viel, car a .xxx. ans de son aage se fist il baptizier por les mains Jehan Baptiste, pour moustrer que li crestiien celebrassent le baptesme la u la vielle loi faisoit la circoncision. Et por ce ke nous gardons la vieille loi, la u ele ne fu pas remuee, est il bien drois ke li contes devise les maistres de cele loi, et la vie de chascun, en ceste maniere.

[Livre I, XXXXIIII]

DE DAVID ROI ET PHOPHETE

AVID fix Jessé, ki fu estrais de la lignie Juda, nasqui en Bethleem, ocist Goliam le grant, ki enemis estoit au roi Saul, ki sires fu de Jerusalem et de tous les juis. Il venki sans coutel le lien et le ourse, et venki le jaiant, et maintes autres grans choses fist il; por quoi Saul le haoit et le chaçoit por lui tolir la vie, car il doutoit k’il ne li tolsist son regne. Mais si come a Dieu plot, Saul morut et David fu rois aprés lui, et fu mout victorieus. Et Deus volt k’il fust rois et prophetes. Et ja fust il perchieres, il revenoit tost et volentiers en penitance. Il ama mout Bersabee la feme Urie son connestable, et a la fin fist il aler Urie en une bataille u il morut, et puis tint la feme, et en li engendra il Salemon le sage ki fu rois aprés lui. 2. Et sachiés ke David fu li soverains prophetes de tous, car il ne prophetiza pas a la maniere des autres. Car prophetie est en .iiii. manieres, ou en fait u en dit u en vision ou en songe. En fait fu l’arche Noé, ki fu senefiance de sainte eglise. En dit fu ce ke li angeles dit a Abraham, en sa semence seroient toutes gens beneoites. En vision fu le rouge ke Moyses vit ardoir, ki ne definoit. En songe furent les .vii. vaches et li .vii. espi ke Pharaon songa, sor quoi Joseph prophetiza. 3. Mais ore de ces .iiii. prophetiza David par seule interpretation de Dieu et del Saint Esperit, ki li ensigna a dire tote la naissance Jhesucrist et sa mort et sa resurrection. Il descovri ce ke li autre avoient dit covertement, selonc ce ke l’on puet veoir en son livre, ki est apelé sautier, en samblance d’un estrument ki a autresi non, ki a .x. cordes: autresi parole li livres [p. 51] des .x. commandemens en cent et .l. psalmes ki sont el sautier. Et sachés ke David regna .xl. ans et passa de cest siecle en l’aage de .lx. ans.

[Livre I, XXXXV]

DE SALEMON ROI

ALEMONS rois, fu fiz au roi David, home tres glorieus, plain de totes sapiences, riches de trezor et de tres haute chevalerie. Deus l’ama au commencement, mais puis le haï por ce k’il aoura les ydoles, et ce fist il por les amors d’une dame. Il fu rois en Jherusalem sor les .xii. lignies de Ysrahel.xl. ans, et fu ensevelis avec ses ancestres en Bethleem.

[Livre I, XXXXVI]

DE HELYAS PROPHETE

LYAS Tesbitem fu grans prestres et prophetes, que tousjors habita seul es desiers, replains de foi et de sainte pensee. Il ocist le tyrant. Il resplendi des grans signes de vertu, car il clost .iii. ans le ciel de pluie, et puis par ses orisons retorna la pluie. Il resusita un home mort. Par sa vertu ne defali la farine ki en l’ydres estoit. Et d’un vaissel d’oile fist il une fontaine, de quoi tousjors sourt oiles. Par sa parole descendi li fus du ciel sor les sacrefices, et par ses paroles ardirent .ii. princes o tout lor chevaliers. Il ovri les fleuves Jordan et le passa a sés piés. Il monta el chiel en .i. char de fu,2. Malachias prophetes dit ke Elias doit encore retorner a la fin du monde devant Antecrist, o grant signe de merveilles, ensi vendront Elyes et Enoch son compaignon. Mais Antecrist les fera ocire et gieter lor charoignes parmi les places sans sepulture. Mais Nostre Sires les resuscitera, et destruira Antecrist et son regne et tous ceus ki l’aourront. 3. Cist Elyas fu de la lignie Aaron. Et quant il vint a sa naissance, Sobi son pere songa ke hons vestus de blanche robe prenoient Helyas et l’envolepoient en blans dras, et puis li donoient fu a mangier. Et quant il s’esvilla, il enquist des prophetes [p. 52] ke ce pooit estre; et il disent, ne doutes pas, car tes fius sera lumiere et parliers de sciences, et il jugera Israel a fu et a coutel.

[Livre I, XXXXVII]

DE ELISEUS

LYSEUS vaut autant a dire come fil de Mon Deu. Il fu prophetes et disciples Elye, et fu d’un chastel ki avoit a non Amelmoat, de la lignie Ruben. Et lors k’il nasqui une petite vache d’or s’esmueta si fort, ki estoit en Galga, ke sa vois resona en Jherusalem. Et lors dist uns prophetes, hui est nés uns prophetes, ki destruira les ydoles. 2. Et certes il fist hautes merveilles, car il devisa les fleuves de Jordan et les fist retorner contremont, et il passa parmi la turchie dou fons. Il estora les euues de Jhericho ki seches estoient. Il fist corre euue de sanc, por destruire les enemis des juis. Une feme ki onques n’avoit porté fiz fist il par sa parole enchaindre et concevoir .i. fiz. Et celui meismes resuscita il de mort. Il aatempra l’amertume des viandes. Il saoula cent homes de .x. pains d’orge. Il gari Naaman de la lepre. Il fist noer la coignie de fier, ki estoit el fons de Jordan. Le enemi de Surie fist il avugler. Au signor de Samarie dist il sa mort devant. Il chaça l’ost des enemis, ki estoient sans nombre. Il cacha en .i. jor les grans famines. Il resuscita la charoigne d’un home. Elyseus morut en la cité dou Sebaste, ou son sepulchre est encore en grandesime reverence. 3. Eliseus ot .ii. esperis, le sien et le celui Helias; por ce fist il plus hautes merveilles; car Helias quant il vivoit resuscita l’omme mort, mais Elyseus quant il estoit ja mors en resuscita .i. autre. Helyas enmena famine et secheresse, mais Elyseus delivra en .i. jor tot le peuple de la grant famine.

[Livre I, XXXXVIII]

DE YSAIAS

SAIAS vaut autant a dire comme salus dou signeur, et fu fiz Amoz, non mie de Amoz prophete, ki fu né de pastors, mais Amoz le pere Ysaie fu nobles hom de Jerusalem. Ysaies fu hom de grant sainteté, [p. 53] ke par le commandement Nostre Signor conversoit entre le peuple tozjors nu cors et nus piés. Deus par sa proiere alonga la vie .xv. ans au roi Ezechie, ki ja devoit morir. Manasses fist partir parmi le cors Ysaie une sie de fust. 2. Et dient li juis k’il fu livrés a mort pour .ii. raisons, l’une por ce k’il les apiela pueples de Sodome et princes de Gomorre, l’autre ke quant Deus ot dit a Moysen, tu ne poras veoir ma face, cil Ysaias osa dire k’il avoit veu Dameldeu. Et sa sepulture est desous le chesne de Joel.

[Livre I, XXXXVIIII]

DE JEREMIE

EREMIES fu del linage des prestres, et fu nés en .i. chastel ki a non Anatout, a .iii. liues de Jherusalem. Il fu prestres en Judee, et fu sacrés a prophete. Avant k’il nasquist fu il conneus, et li fu commandé qu’il maintenist virginité. De s’enfance comença il a preechier et oster les gens de pechié, et a connorter les a penitance. Maint mal li furent fait dou cruel peuple, car il fu mis en chartre et fu getés en .i. lac et fu chains de chaines. Et a la fin fu il lapidés en Egypte; et fu ensevelis la u Pharaon li rois manoit, et son sepulchre est en grant reverence entre les egyptiiens, por ce ke il les delivra des serpens.

[Livre I, L]

D’EZECHIEL

ZECHIEL vaut autant a dire con force de Deu; fiz fu Buzi, et fu prestres, et fu pris o Joachim son roi et menés en Babilone avec les autres qui la estoient enprisonné. Il prophetiza en Babilone et blasmoit les babiloniens de lor malvaistié. Mais li pueples d’Israhel l’ocist en traison, por ce k’il les reprenoit des crimes et des diablies k’il faisoient. Et fu mis ou sepulchre dou fil le fiz Noé, ki ot a non Arphazat, en lons chans des Mors.

[Livre I, LI, p. 54]

DE DANIEL

ANIEL prophete vaut autant a dire comme onghement de Deu u home amable. Il fu estrais de la lignie Juda, et ses ancestres furent nobles, si com rois et preus . Il fu enportés en Babilone avec le roi Joachin avec les .iii. enfans, et la fu il fais sires et prinches de tous les caldeus. Et il fu hons glorieus et de grant biauté, et ot .i. noble corage et chaste cors. Et fu parfés en foi, et connoissoit des sacres choses, et savoit cele ki avenir devoit.

[Livre I, LII]

DE ACHIAS

CHIAS prophete fu de la cité Helye. Il dist lonc tans devant le roi Salemon k’il deguerpiroit la loi Deu por une feme. Et quant il morut son cors fu mis en tiere, juste .i. chesne en Silo.

[Livre I, LIII]

DE JAGDO

AGDO prophete nasqui en Samarie. Il fu envoiés a Jeroboam, ki sacrefioit les vielles a Dieu, k’il demorast avec lui; mes il n’i demora, et pour ce li avint ke, quant il s’en repairoit, un lion l’estrangla, por ce k’il avoit fali a son compaignon. Et puis fu entieré Jadgo en Bethleem.

[Livre I, LIIII]

DE THOBIE

HOBIAS prophete vaut autant a dire comme bien de Deu. Et fu fiz Ananie, de la lignie Neptalim. Et nasqui en la cité de Chial de la region Galilee. Salmanassar le prist, por ce demora il en exil en la cité de Ninive. Il fu justes en totes choses. Il dona çou k’il avoit as prisons et as povres. Il ensevelissoit les mors de sa main. Puis [p. 55] avugla par fiens d’une arondele ki li chef es ieux. Mais a la fin Dieus li rendi la veue .x. ans aprés, et li dona grant richece. Et fu enterrés en Ninive.

[Livre I, LV]

DES TROIS ENFANS

I troi enfant furent estrait de roial linage, et furent de glorieuse memore, sage de science, et parloient de la foi. Et quand il furent bouté enmi les cheminees del fu ardant, il n’ardirent pas, ains estaindrent le fu, chantant et glorifiant Dameldeu. Et quant il passerent de vie il furent enterré ensamble en Babilone. Ces enfans furent apelé en ebreu Ananias, Azarias, Misael. Mais puis Nabugdonosor les apela Sidrac, Misaac, et Abdenago, c’est a dire Deus glorieus et victorieus sor les roiaumes.

[Livre I, LVI]

DE ESDRAS

SDRAS vaut autant a dire comme edefiemens de Jherusalem. Et plusour dient k’il ot a non Malachies, c’est a dire angele de Deu. Il fu prestres et prophetes, il estora les istores des saintes escriptures, il fu li secons ki dona la loi aprés Moyset. Il renovela la loi dou viel testament, ki avoit esté arse par les caldeus au tens de la chetivoison. Il trova les figures des letres as ebreus, et lor ensigna a escrire de diestre vers senestre, ki premiers escrivoient ore avant ore ariere, autresi con li buef font quant il arent la terre. Il ramena le peuple d’Israel, et fist redefiier Jherusalem, et la fu il enterrés.

[Livre I, LVII]

DE ZOROBABEL

OROBABEL et Nemias, dou linage Juda, furent provoire et prophete. Et reedefiierent le temple Deu au tans ke Daires li fiz Istapis fu rois de Perse. Il firent les murs de Jerusalem et retornerent Israel en son premier estat, et estorerent le [p. 56] contenement de la religion et la raison des prevoires. Et furent enseveli en Jherusalem.

[Livre I, LVIII]

DE HESTER

ESTER fu roine, et fu fille dou frere Mardochei, et fu menee en prison, de Jherusalem en la cité de Sussi. Et pour sa grant beauté fu ele mariee a Asuerres roi de Perse. Ele soufri la mort por le peuple sauver, et crucifia Amam ki voloit destruire le peuple Israel, et ensi le delivra de mort et de servage. Puis fu ensevelie en Sussi u ele avoit regné.

[Livre I, LVIIII]

DE JUDIT

UDITH fu une veve dame, fille Merari de la lignie Symeon, et fu de haut corage et plus forte ke nul home. Ele ne douta pas le furor des rois, ains s’offri a la mort por sauver le peuple; car ele ocist Olofernem quant il dormoit, et sans honte de son cors porta son chief a ses citeins, par quoi il orent victore contre ceus de l’ost. Ele veski .c. et .v. ans, et fu ensevelie en la spelonche Manasses son mari, en la cité de Manapullia en la terre Juda, entre Dotaim et Balim.

[Livre I, LX]

DE ZACHARIAS

ACHARIAS vaut autant a dire comme memore de Dameldeu, et fu prophetes et provoires et fiz Joiade le prestre, ki avoit en sornon Branchias, ki fu lapidés du peuple par le commandement du roi de Jude encoste l’autel du temple. Més li autre provoire l’ensevelirent en Jerusalem.

[Livre I, LXI, p. 57]

DE MACHABEU

ACHABEU vaut autant a dire comme noble et triumphans; et furent .v. Machabei, fiz Mathathie, ce sont Joan, Judas, Eleazar, Machabeu, et Jonathas. Et ki voudra savoir les victores k’il eurent sor les rois de Perse et les grans choses k’il fisent, si lise l’istore, ki le conte mot a mot diligement en la grant Bible.

[Livre I, LXII]

DES LIVRES DOU VIEL TESTAMENT

R vous ai jou només les sains peres dou viel testament et lor vie briefment. Mais ki plus larghement le voudra savoir si s’en aille a la grant Bible, ou eles sont toutes escrites apertement. Et sachiés jadis anchienement, tant com li caldeu prisent les juis et les menerent en chetivison, c’est en essil et en prison, lors furent tuit ars li livre de la vielle loi. Mais Esdras par ensegnement du saint esperite, quant li peuples revint de cele chetiveté, renovela tote la loi et le mist en escrit et en fist .xxii. volumes de livres, autresi comme les letres sont .xxii.; et il escrit le livre de la sapience Salemon. Mes les livres des ecclesiastes escrist Jhesu li fiz Siraac, ki les latins ot en ramembranche pour ce k’il fu samblables a Salemon. Del livre Judith et de Thobie et des Machabeus ne set on pas ki les escrist.

[Livre I, LXIII]

CI APRÉS COMMENCE LA NOVELE LOI

PRÉS ce ke li contes a dit de la vielle loi, il est bien drois k’il die de la novele, ki commence lors ke Jhesucris vint en terre por nos raembre. Mais ains k’il die autre chose, devisera son linage et son parenté, et puis dire de chascun disciple, autresi com il a dit des peres dou viel testament. Et nous trovons en l’ewangile de St. Matheu le commencement dou linage Jhesucrist en Abraham, ki fu li princes des St. Peres el commencement du tierç aage. Et ki [p. 58] voldra savoir la naissance d’Abraham, il la trovera ça ariere ou conte des premiers homes et des fiz Noé. 2. Abraham engendra Ysaac. D’Ysaac nasqui Jacob. De Jacob nasqui Judas et si frere. De Juda nasqui Phares et Zaram, de Thamar. De Phares nasqui Esrom. De Esrom nasqui Aaram. D’Aaram nasqui Aminadap. De Aminadap nasqui Naazon. De Naason nasqui Salmon. De Salmon nasqui Booz. De Booz nasqui Obeth. De Obeth nasqui Jessé. De Jessé nasqui David rois. De David nasqui Salmon. De Salomon nasqui Roboam. De Roboam nasqui Abias. De Abias nasqui Asa. De Asa nasqui Josaphat. De Josaphat nasqui Joras. De Joras nasqui Ozias. De Ozias nasqui Jonatham. De Jonatham nasqui Achaz. De Achaz nasqui Ezechias. De Ezechias nasqui Manasses. De Manasses nasqui Amon. De Amon naqui Josias. De Josias nasqui Jeconias en le transmigration de Babilone . Et aprés la transmigration, de Jeconias nasqui Salatiel. De Salatiel nasqui Zorobabel. De Zorobabel naquit Abiut. De Abiut nasqui Eliequin. De Eliekin nasqui Azor. De Azor nasqui Sadoc. De Sadoc nasqui Achim. De Achim nasqui Eliut. De Eliut nasqui Eliazar. De Eliazar nasqui Matham. De Matham nasqui Jacob. De Jacob nasqui Joseph le marit Marie, de qui nasqui Nostre Sires Jhesucris. Et sachés ke toutes generations de Abraham jusques a Jhesucrist sont .xli. 3. Et se aucuns demandoit por quoi l’escripture devise la lignie Joseph, puis k’il ne fu peres Jhesucrist, ja soit ce k’il fust maris Marie, et que on devoit conter le parenté Marie, ki fu sa mere, non pas celui de Joseph, ki noient ne li fu, je diroie ke en la vielle loi li ebreu ne se marioient se a ciaus non de lor parenté, et encore le font li juis qui sont en nostre tens. Et a la verité dire Marie fu de celi linage meisme de par son pere. Mais li ancien metoient en escrit les homes non pas les femes, por ce nome Joseph l’istore, et non sa feme; car en conte de lignie li hom est plus dines ke la feme n’est. Et neporquant je dirai un poi du parenté Marie de par sa mere, en tel maniere que chascuns sache les parens et les cousins Jhesucrist.

[Livre I, LXIIII, p. 59]

DU PARENTÉ NOSTRE DAME

R dist li contes ke Annam et Esmeria furent .ii. serours charneus. De cele Esmerie nasqui Elizabeth et Elivith. De Elivith ki fu freres Elizabeth nasqui Emman. De Emman nasqui Sains Servais, le qui cors gist en terre a Tret sour Mouse en l’eveschié de Liege, en une croute del mostier. De Elizabeth la feme Zacharie le prevoire nasqui Jehans Baptistes en Jherusalem. 2. De l’autre suer, c’est Anna la feme Joachim, nasqui Marie la mere Jhesucrist. Et quant Joachim son mari fu deviés, ele se maria a Cleophas, et Marie sa fille espousa Joseph frere Cleophas. De celui Cleophas et d’Anna nasqui l’autre Marie ki fu feme Alphei, de qui nasqui Jakes Alphei, et Joseph et Judas; por ce l’apele l’escripture Jakes Alphei, c’est a dire fiz Alphei. Et sa mere est apelee Marie de Jakes, por ce k’ele fu sa mere; autresi est ele apelee la mere Joseph; et tout çou avint pour la diversité des ewangiles. 3. Quant Cleophas fu mors, Anna se maria a Salomé, de qui nasqui l’autre Marie la feme Zebedeu, de qui nasqui Jehans l’ewangelistes et Jake son frere; por ce est ele apelee Marie Salomé de par son pere, autresi est ele apelee mere des fiz Zebedeu, por les diversités des euuangiles. 4. Et ensi veés vous ke Anne ot .iii. maris, et de chascun ot une Marie. Et ensi furent .iii. Maries, dont la premiere fu mere Jhesucrist, la seconde fu mere de Jake et de Joseph, la tierce fu mere de l’autre Jake et de Jehan ewangeliste.

[Livre I, LXV]

DE LA MERE DIEU

A premiere Marie fille Joachim de la lignie David, son non vaut autant a dire come estoile de mer, et dame de clarté et lumiere. Li angeles Gabriel le salua, et li noncha que Dieus prendroit char en li, et lors meismes dist il ke Elizabeth sa cousine, ki avec li estoit, et ja estoit en grant aage, ele et Zacharias son mari, et n’avoient onques engendré fiz ne fille, k’ele auroit un fiz, et si ot ele Jehan Baptiste, de qui li contes dira ça avant. 2. Maint home dient que Sainte Marie mere de Deu morut [p. 60] corporaument au siecle, et ce dient il pour çou ke Symeon dist a li, li coutel passera ta alme. Mais l’en doute de quel coutel il dist, ou de coutel de fer ou de la parole Deu, ki trence plus ke nul coutel. Mais a la verité dire, escripture ne tesmoigne sa mort, ou par coutel ou en autre maniere, ja soit ce ke l’en trueve sa sepulture dans la valee Josaphat.

[Livre I, LXVI]

DE JEHAN BABTISTE

LIZABETH cousine Marie engendra de Zacharie son mari .i. fil ki ot a non Jehans. Cil fu noncieres Jhesucrist, et fu li definemens des prophetes: il prophetiza Deu ains k’il nasquist, et le salua dedens le ventre sa mere; il connut Jhesu a la colombe et le monstra au doi. Il meismes le baptiza, et por ce est il apelés Jehans Baptiste. Son vestement fu de laine de cameus, et habita en hermitage et en desers. Sa viande fu miel et locustes. 2. Et a la fin rois Herodes le mist en chartre, por çou k’il li blasmoit de la feme son frere, k’il avoit prise a feme. Et Erodia la fille au roi pria son pere, un jour k’il estoit yvres, k’il li donast le chief Jehan, et il si fist, et ele le fist decoler, et presenta le chief a sa mere. Puis fu il ensevelis en Sebastia, c’est une vile de Palestine, ki jadis fu apelee Samarie: Herodes li fiz Antipater l’apeloit Auguste en grezois, pour reverence de Cesar Auguste l’empereour de Rome.

[Livre I, LXVII]

DE SAINT JAKEME

AKEMES Alphei fu fiz de la seconde Marie, serour de la mere Deu, et pour ce est il apelés freres Damedeu. Et son non vaut autant a dire comme justes, et ensi ot il en sornon aucunefois. Il fu evesques de Jerusalem, et fu de si haute vertu ke li pueples aloit autresi come a eschieles por atouchier ses dras. A la fin le lapiderent et le tuerent li juis, et fu ensevelis delés le temple. Por ce dient li plusour ke Jerusalem en fu destruite. La feste de sa naissance est le premier jour de mai.

[Livre I, LXVIII, p. 61]

DE ST. JUDE

UDAS fu freres Jake, por çou est il apelés Judas de Jake; et autresi fu il freres Deu. Il ala preechier l’ewangile en Mespotame et en Ponte, et converti les crueus gens et les mauveses. Et fu ensevelis en une cité d’Ermenie, ki a non Eriton, .v. jours devant la toussains.

[Livre I, LXVIIII]

DE ST. JEHAN EWANGELISTE

EHANS Ewangelistes fu fiz Zebedeu de la tierce Marie, et fu freres Jakeme. Son non vaut autant a dire comme grace de Deu. C’est Jehans Ewangelistes ki est figure en samblance d’aigle, pour ce k’il sormonta tous autres en hautece d’ewangile; car lors k’il se reposa sor le pis Jhesucrist, en but il autresi come a une fontaine la haute soutillité d’ewangile. Deus l’eslut et ama mout, tant que a sa mort li commanda sa mere. Quant il fu enprisonés en l’ille de Patmos, fist il l’Apocalipse, et puis ke li empereour Domitiens morut, issi de prison et s’en ala en Efesun et la le derrenier fist il ewangile. 2. Ses miracles sont teles, k’il mua les verges du bois en fin or. Il fist les pieres d’une riviere devenir precieuses. Une veve dame morte resuscita il por la priiere du pueple. Autresi resuscita il .i. joene home ki estoit deviés. Il but le venin sans damage, et resuscita .i. home ki mors estoit de celui meisme venim. 3. Et sachiés que Jehans vesqui .iiiixx. et .xix. ans. Lors entra il en sa sepulture et se coucha tout vif, autresi comme en son lit, et ce fu .lxvii. ans aprés la passion Jhesucrist. Pour ce dient li plusour k’il ne morut mie et k’il vit encore et se repose et se dort laiens, car on voit apertement tousjours croller la terre desus le sepulchre, et movoir en amont, et la pourre boulir autresi comme par espiremens d’omes ki solent dedens. Car sachiés k’il se coucha en ceste maniere prés d’Efesun .vi. jours devant an renuef, c’est l’endemain de la nativita Jhesucrist.

[Livre I, LXX, p. 62]

DE SAINT JAKEME

AKES li fiz Zebedei freres Jehan fu quars en l’ordene des disciples. Il escrist des epistles as gens des .xii. lignies ki sont en la dispertion, et preecha l’ewangile en Espaigne en les parties d’occident. Puis le fist ocire a .i. coutel Herodes li tetrarches .viii. jors devant les kalendes d’aoust.

[Livre I, LXXI]

DE SAINT PIERE

IERES ot .ii. nons, car il ot non Simons Pieres. Et Symon vaut autant a dire come obeissant, pour çou k’il obei a Deu lors ke il dist, vien aprés moi. Pieres vaut autant a dire come connoissans, pour çou k’il connut Dieu quant il dist, tu ies Crist fiz de Deu vivant. Il nasqui en Galilee, en une vile ki a non Bethsaida. 2. Il est li fermemens de la piere de l’eglise, a qui Deus dist, tu ies Piere, et sor ceste piere fonderai l’eglise. Il est li princes des apostles. Il fu li premiers confiesseres et disciples Jhesucrist. Il tient les clés du ciel. Il preecha l’euuangile en Ponthe, en Capadoce, en Galathas, en Bithine, en Aise, en Ytaile. Il ala par mer sus a sés piés. Il resuscita les mors par son ombre quant il passoit prés d’aus. Il resuscita une veve morte. Il fist degloutir a la terre Ananiam et Safiran. Il fist cheir a la terre Simon Magues ki s’en aloit au ciel contremont. 3. Il tint l’office d’apostoile .viii. ans en Anthioce et .xxv. ans en Rome. Mais a la fin l’empereour Noiron le fist crucefiier le chief desous et les piés contremont .xxxviii. ans aprés la passion Jhesucrist .ii. iors a l’issue du mois de jung; et fu ensevelis en Rome vers soleil levant.

[Livre I, LXXII]

DE ST. PAUL

AUL vaut autant a dire come mervilleus, ki premierement avoit a non Saulos. Il fu angeles des homes, et avocas des juis. Quant dieus l’apela il chei a terre et perdi la veue des ieux, [p. 63] mais il vit la venté Deu et s’esdreça et recovra sa veue, et si com il estoit persecuteur de l’eglise, devint il puis vaissiaus d’election. Il fut li plus novel entre les apostles, mais a preechier fu il premiers et soverains. 2. Et fu nés en Judee dou linage Benjamin, et fu baptiziés le secont an aprés l’ascention Jhesucrist. Il preecha de Jerusalem dusk’en Espaigne et par toute Ytaile, et a ceaus descovri le non Dieu ki ne le savoient. 3. Ses merveilles sont teles k’il fu portés jusques a haut ciel. Il resuscita .i. enfant mort. Il fist avugler .i. mague. Il fist devenir mut l’esperit du diable. Il sana les boçus. Il ne douta le mors de la vipre, ains l’ardi en feu. Il sana par ses orisons le pere Publii de fievre k’il avoit. Il soufri por le non Deu fain, soif, froit, nuece, et demora el parfont de la mer un jor et une nuit. Il soufri la rage des bestes sauvages et maintes ferues et tormens de chartre. Li juis le traïrent, et fu lapidés a mort. Il fu enchaenés en une prison dont il fu desloiés par un termuet. A la fin le fist l’empereour Noiron decoler, le jour que Sains Pieres fu crucefiiés.

[Livre I, LXXIII]

DE ST. ANDRIEU

NDREAS vaut autant a dire en grezois comme biaus. Il fu li secons entre les apostles, et preecha en Scite et en Achaie, ou il fu crucefiiés quant il ot faites maintes merveilles; et morut le derrain jor de novembre. Sa sepulture est a Patras, ou il morut.

[Livre I, LXXIIII]

DE SAINT PHELIPPE

HELIPE vaut autant a dire come bouche de lampe. Il fu nés en cele meisme cité dont Pieres fu nés, et preeça en Gaille jouste la mer occeane; a la fin fu il lapidés et crucefiiés en Girople, une cité ki est en Frise, u il morut le premier jour de mai, et fu ensevelis avec ses filles.

[Livre I, LXXV, p. 64]

DE SAINT THOMAS

HOMAS vaut autant a dire com abisme, et il ot en sornon Didimus, ki vaut autant a dire comme douteus, car il se douta de la resurrection Jhesucrist jusk’a tant k’il bouta sa main dedens la plaie. Et il preecha en Parthe et en Mede et en Perse et en Orcanie et en Inde vers orient. A la fin fu il navrés de glaves et de lances, tant k’il morut .xi. jors a l’issue de decembre, en une cité d’Inde ki avoit non Calamia; la fu il ensevelis honorablement.

[Livre I, LXXVI]

ST. BARTHOLOMEU

ARTHOLOMEU preecha entre les juis et translata l’ewangile de Matheu en lor langage. A la fin fu il escorchiés par les barbarins en Inde le grant en la cité de Alboger, et puis par commandement du roi Astrages li fu la tieste copee .vi. jours a l’issue d’aoust.

[Livre I, LXXVII]

DE ST. MATHEU

ATHEU fu apostles et ewangelistes, et ot en sornon Levi. Il fist ses ewangiles en Judee et puis preeça en Machedoine, et soufri martire en Perside, et fu enterrés es Mons de Pastours .x. jours a l’issue de septembre.

[Livre I, LXXVIII]

DE ST. MATHIAS

ATHIAS fu uns des .lxx. disciples. Més puis fu il uns des .xii. apostres en lieu de Jude Escariot. Il preecha en Judee. La feste de sa nativité est .v. jours a l’issue de fevrier.

[Livre I, LXXVIIII, p. 65]

DE ST. LUC

UCAS ewangelistes vaut autant a dire comme mires ou luisans; et a la verité dire il fu fisiciens et bons mires. Nés fu de Sirie. Il sot bien le langage de Grece, et aucun dient k’il fu proselites et k’il ne sot le langage d’ebreu. Mais il fu disciples de Pol et tozjors li tint compaignie. Et morut a .lxxiii. ans de son aage, et fu ensevelis en Bethanie .xiiii. jors avant la toussains. Mais ses os en furent porté en Constantinoble au tans de l’empereour Coustentin.

[Livre I, LXXX]

DE SAINT SIMON

YMON Zelotes vaut autant a dire comme Cananeus ou possession. L’en quide k’il soit et fust pareil a Piere en congoissance et en honour, car il tint la dignité en Egypte. Et aprés la mort de Jake le filz Alphei fu il evesques de Jerusalem. A la fin fu il crucefiiés, et son cors gist en Bossoffre. La feste de sa nativité est .iiii. jors devant la toussains.

[Livre I, LXXXI]

DE SAINT MARC

ARCUS euuangelistes vaut autant a dire comme grans. Il fu fiz de Piere en baptesme et fu ses disciples. Et por ce dient li plusour ke son ewangile fu dite par la bouche de Piere. Et dient k’il se colpa le gros doi pour ce k’il ne voloit mie ke l’en le feist prestre, et toute fois fu il le premier ki ot siege de dignité en Alixandre. Et fonda premierement eglise en Egypte, et morut au tans Noiron .vi. jors a l’issue d’avril.

[Livre I, LXXXII]

DE SAINT BARNABÉ

ARNABÉ avoit a non premierement Joseph, et vaut autant a dire come feel. Nés fu en la cité de Cypre, et tint l’apostoillage avec Paul, puis le laissa et ala preechant. La feste de na nativité est .xiii. jors a l’entree de jung.

[Livre I, LXXXIII, p. 66]

DE ST. TYMOTHEE

HIMOTHEU fu li secons disciples Paul, car il meisme le mena de s’enfance avec lui, et le baptiza. Et cil garda virginité et chasteé. Nés fu de la cité de Listenois, et fu ensevelis en Efesun .x. jors a l’issue d’aoust.

[Livre I, LXXXIIII]

DE SAINT TYTHUS

HITUS fu li disciples Paul et ses fiz en baptisme. Nés fu de Greze. Il seul fu circoncis aprés l’ewangile par les mains de Paul meisme, et il le laissa pour destruire les ydoles de Grece et por edefiier les eglises, et la mor—t il, et fu ensevelis en pés.

[Livre I, LXXXV]

DES DIS COMMANDEMENS DE LA LOI

R vous ai je només les mestres dou novel testament. Et sachiés que les .iiii. euuangiles furent faites par les .iiii. euuangelistes. Paul fist et escrist ses epistles, dont il envoia les .vii. as eglises, les autres envoia a ses disciples, c’est a Thimotheu et a Thitus et a Polomeu. Més de cele ki fu envoie as ebreus sont li latin en discorde, car li un dient ke Barnabas le fist, et li autre dient de Clement. 2. Pierres fist .ii. epistles en son non. Jakes fist la soue. Jehans fist .iii. epistles; mais li plusor dient ke uns prestres ki ot a non Johans fist les .ii. Judes fist la soue. Lucas ewangelistes escrist les vies des apostles, selonc ce k’il vit ou k’il out Johans escrist l’Apocalipse quant il estoit en prison; et chascuns d’aus escrist par divin espirement, et ensi ordenerent les .x. commandemens, selonc ce ke nous devons vivre. 3. Et sachiés ke li commandement de la loi sont .x., dont li premiers dist, ayme et cultive ton seul Deu. Li secons dist, ne reçoi pas en vain le non Deu. Li tiers dit, soviegne toi de saintefiier le sabat. Li quars dit, honeure ton pere et ta mere. Li quins dit, non faire avoutire. Li .vi. dit, non ocire. Li .vii. non faire larrecin. Li .viii. non faire faus tesmong. Li .ix. dit, ne covoite pas la chose de ton proisme. Li .x. dist, ne desire pas la feme ton prochain. 4. Et ja soit ce k’il soient devisé en .x. parties, on les poroit tous comprendre par les .ii. solement, c’est ayme Deu de tout son cuer et de tote ta vie et de [p. 67] toute ta vertu, et ayme ton prochain ausi comme toi meisme. Deus commandemens sont la some sans plus de toz .x.; car en eus sont la lois et les propheties. Uns autres commandemens est en l’Escripture ki tous comprent les .x., c’est deguerpissiés le mal et faites le bien. Et un autre est samblable a cestui ki dist, ce ke tu ne wés a toi, ne le faire pas a autrui. Mais ci se taist li contes a parler de le vie des peres de l’un testament et de l’autre, et tornera a sa matire, la u il laissa a Julle Cesar et de Octevian son nevou, ki furent li premier empereour de Rome.

[Livre I, LXXXVI]

COMENT LA PREMIERE LOI FU COMMENCIE

I endroit dit li contes ke Nostre Sires Jhesucris nasqui en cest siecle por raembre l’umain linage, el tens Octevien empereour de Romme. Et sachiés que le premier an de sa naissance li .iii. roi le vinrent aourer; et el tierç en furent decolé li petit enfant innocent; au septime an revint il d’Egypte o sa mere et Joseph, ki l’i porterent por paour d’Erode; le .xiime. an de son aage sist il ou temple de Jherusalem ou il demostra sa grant sapience, si ke tous li mondes s’en esmervilloit. 2. A .xxx. ans fu il baptiziés, et lors commença il a preechier la novele loi et la droite creance et la cognoissance de la Sainte Trinité, c’est a dire la unité des .iii. persones, dou Pere ki est segnefiiés par la poissance, dou Fil ki est segnefiiet par la sapience, dou Saint Esperit ki est segnefiiet par la bienweillance. Pour ce devons nous croire ke ces .iii. persones soient une sustance, ki est tous poissans, tous sachans, et tous bienweillans. 3. Et quant Nostre Sires ot vescu .xxxii. ans et .iii. mois, il fu mors par les juis et par les traison Judes, selonc ce ke le euuangile le tesmoigne. Et ensi fu Nostre Sires Jhescris li premiers evesques et apostles et ensegnieres et maistres de la sainte crestiene loi. 4. Et quant Nostre Sires s’en ala es cieus, il laissa Saint Piere, son vigeour, en lieu de lui, et li dona pooir de liier et de desliier en terre. Et ensi tint Sains Pieres la chaiere et la dignité apostoliel es parties d’orient .iiii. ans; puis s’en vint en Anthioce u il fu evesques .viii. ans, aprés ce s’en vint il a Rome u il preecha et mostra la loi Jhesucrist as gens, et la fu il evesques et mestres de la crestiieneté .xxv. ans et [p. 68] .vii. mois et .viii. jors, jusques au tans Noiron, ki lors estoit empereour; ki par sa grant cruauté le fist crucefiier, et fist decoler Saint Pol tout en .i. jor. 5. Et quant Pieres dut morir, il ordena un de ses disciples, ki avoit a non Clemens, a tenir la chaiere aprés lui; mais il ne le volt onques tenir, ains constrainst Linum son compaignon, ki le tint tant com il vesqui, et puis constrainst il Cleton, ki autresi la tint toute sa vie. Et quant il furent mort ambedeus, Clemens meismes tint la chaiere aprés lui, et fu aspotoiles de Rome. Et ce fu aprés la mort Titus empereour de Rome, cil meismes ki au tans Vaspassien empereour son pere, ki regna aprés Noiron, avoit conquise Jherusalem et les juis mors et pris et vengie la mort Jhesucrist .xl. ans aprés la passion.

[Livre I, LXXXVII]

COMENT CRESTIENTÉS ESSAUÇA AU TENS SILVESTRE

T pour ce ke nature ne suefre mie que aucuns, coment k’il soit grans ne de haute dignité, trespasse le jour de sa fin, covint il ke li apostole et li empereour de Rome alaissent a la mort, et autre refussent establi en leu d’aus. Et pour ce ke la lois des crestiiens estoit novelement venue, si ke li un estoient en doute, li autre mescreant, avint il maintes fois ke li empereour et li autre ki governoient les viles faisoient maintes grans persecutions contre les crestiiens, et lor faisoient a soufrir divers tormens, jusques au tans ke Coustentin le Magne fu empereres et Silvestres fu evesques et apostoiles de Rome. Et sachiés ke devant aus avoient esté .xxxv. empereour aprés Julle Cesar et .xxxiii. apostoles aprés Jhesucrist. 2. Or avint chose ke Silvestres ot grant compaignie des crestiiens, si s’en estoit fuis ensus une haute montaigne pour eschiver les persecutions; et Coustentins li empereres, ki estoit malades d’une lepre, l’envoia querre; car a ce ke l’en disoit de lui et de son ancestre, il voloit oïr son conseil. Et tant ala la chose, ke Silvestre le baptiza selonc la foi des crestiiens, et le monda de sa lepre; lors maintenant devint il crestiiens o tous les siens. Et pour enhaucier le non de Jhesucrist doa il Sainte Eglise et li dona toutes les imperiales dignités, et ce fu fait en l’an de l’Incarnation .iiic. et .xxiii.; et ja estoit trovee la Sainte Crois poi devant. 3. Lors s’en ala Coustentins en Constantinoble, ki por son non est ensi apelee, car primes avoit ele [p. 69] non Besans; et tint l’empire de Gresse, k’il ne sousmist mie as apostoles selonc ce k’il fist celui de Rome 4. Et sachés que les persecutions des crestiiens dura jusques au tans Silvestre. Et por ce furent tuit saint li apostoile ki devant lui soufrirent martire pour la foi. Mais quant li empereres dona si grant honor a Silvestre et as pastours de Sainte Eglise, toutes persecutions furent definees; mais lors commencierent les errours des erites, ki se desvoierent contre Silvestre, por quoi maint empereour aprés et maint des rois de Lombardie furent corrompu de male creance, jusques au tans Justinien, ki fu empereor en l’an de l’Incarnation .vc. et ix. 5. Cist Justinien fu de mout grant sapience et de grant pooir, ki par son grant sens abrega les lois dou Coude et du Digest, ki premiers estoit en tante confusion ke nus n’en pooit a chief venir. Ja soit ce k’il fust au comencement en l’erreur des erites, a la fin reconut il son erreur de par le conseil Agapite, ki lors estoit apostoiles, et lors fu la crestiene lois confermee et fu devee la creance des erites, selonc ce ke l’en puet veoir sus les livres de lois qu’il fist. Et il regna .xxxviii. ans. 6. Et sachiés ke devant lui avoient esté .xvi. empereour des ke Coustentins fu empereour de Rome. Et de Silvestre jusques a cestui Agapite furent .xxviii. apostoiles.

[Livre I, LXXXVIII]

COMMENT SAINTE EGLISE ESSAUCHA

ES lors essaucha la force de Sainte Eglise, long et prés, et de cha mer et de la, jusques au tans Eracle, ki empereours fu en l’an de l’Incarnation .vic. et .xviii., et regna .xxxi. an au tans Coustentin et son fiz, ki regna aprés lui. Car au tans d’eus, li sarrasin de Perse orent grant force contre les crestiiens, et gasterent Jerusalem et ardirent les eglises, et enporterent le fust de la Crois, et enmenerent le patriarche et maint des autres en chetivison, ja soit ce ke a la fin Eracles meismes i ala et ocist le roi de Perse et ramena les prisoniers et la Crois et sosmist les persans a la loi de Rome. Et puis i fu li mauvais preechieres Mahommés ki fu moines, ki les retraist de la foi et les mist en erreur.

[Livre I, LXXXVIIII, p. 70]

LI ROIS DE FRANCE COMME IL FU EMPEREOR

R avint si comme si il plot a Nostre Signor ke Sainte Eglise enhauça et crut de jor en jour, meismement pour la force et por la signorie ki fu aquise au tans Silvestre; mais li autre empereour ki aprés Costentin furent n’estoient mie si dous ne si debonaires comme il fu, ains recovraissent volentiers ce ke Costentins avoit fet s’il en eussent le pooir, mais Deus ne lor soufri pas. Et ensi estoient li empereor tousjors li un aprés l’autre, teus fois bons et teus fois malvais, et tenoient l’un empire et l’autre, jusques au tans Lyon empereour et Costentin son fil. 2. Cist empereres prist toutes les ymages des eglises de Rome et les emporta en Constantinoble en despit de l’apostoile, et les fist ardré en fu; et fist contre lui une conjurison, entre lui et Telofle roi des lombars, por quoi Estienes li apostoles ki lors estoit les escomenia, et li toli Puille et l’establi qu’ele fust tousjours de Sainte Eglise. 3. Et quant il vit k’il ne pooit avoir contre aus longhe duree, il en ala en France au bon Pepin, ki lors en estoit rois et sires, et consecra li et ses fius a estre tozjors rois de France, et maudist et escomenia toz ceaus ki jamés feroient roi d’autre linage ke de la Pepin. Puis ala li rois avec l’apostoile a toutes ses os en Lombardie, et se combati contre Telofre tant k’il le venki, et li fist fere l’amende de Sainte Eglise, selonc ce ke li apostoles et si frere voudrent commander. Et par sa force fu establie la besoigne dou roiaume de Puille et dou patrimone Saint Piere, en icele maniere k’il deviserent. 4. Mais quant Pepins s’en fu alés en son païs, ne demora mie gramment ke Constantins li fiz Lyon, quant il fu empereres aprés la mort son pere, fist tout le pis k’il pot contre l’eglise de Rome. Et Desdiers rois de Lombardie recomença d’autre part la guerre, grignour ke Telofre son pere n’avoit onques fait en sa vie; tant ke Adrians li apostoiles pria Karlemaine le fiz Pepin, ki lors estoit rois de France, tant k’il vint en Ytaile et venki la cité de Pavie ou le roi manoit et prist Desdier et sa feme et ses fiz et lor fist jurer la feauté de Sainte Eglise, puis l’envoia prison en France. 5. Mais Algife le fiz Desdier le roi s’enfui par mer en Constantinoble, ki puis fist mout de guerre. Et quant Charles ot Lombardie tote conquise et tote la terre de Ytaile sousmise a soi et a Sainte Eglise,il ala en Rome a grant triumphes. La fu il coronés empereres des romains, et tint la dignité de l’empire toute sa vie. Puis ot il maintes hautes victores contre les sarrasins et les enemis de sainte Eglise, et sousmist a sa signorie Alemaigne et Espaigne et maint autres païs. 6. Et quant [p. 71] Lions pepe, ki fu apostoiles de Rome aprés la mort Adrian, fu essilliez par les romains, Charles le ramena en Rome en sa dignité, et lors conferma il ce ke ses peres avoit fet, et establi toutes les besoignes de Sainte Eglise et de l’empire et de clers et de lais, et dona a mon signour St. Piere la duchee d’Ispolite et de Bonivent. Et puis k’il ot ce fait, et maintes grans choses et hautes, il trespassa dou siecle, en l’an de l’incarnation .viiic. et .xiiii. Et sachés ke devant lui orent esté .xvi. empereour de Justiniien et .xl. apostole d’Agapite jusques a cesti.

[Livre I, LXXXX]

COMMENT LI EMPIRE DE ROME REVINT AS YTALIENS


N ceste maniere que li contes devise ci devant vint la dignité de l’empire de Rome as françois, et li romain n’en orent onques puis la signorie k’il orent devant. Et quant Karlemaine trespassa de cest siecle, Loys ses fiz fu aprés rois et empereres, ki regna .xxv. ans. Et quant il morut il laissa .iiii. fiz; mais ains k’il fust deviés devisa il entre ses fiz ke Carle Cauf eust le roiaume de France, et ke Lotiers eust l’empire de Rome, et ke Pepins eust Alemaigne, Loys Aquitaine. 2. Or avint chose que quant Lotiers ot la signorie de l’empire, et il vit sa force et son pooir, il se pensa k’il iroit en France conquerre le roiaume son pere, et ensi s’en ala o tous les os des ytaliiens et passa les mons et venki la terre jusques a la cité de Rains; la trova il ses freres ki li venoient a l’encontre, a tout si grant effor de gent k’il vit apertement k’il ne le poroient vaincre. Et quant il connut ke ses proposemens estoit defaillans, il se rendi moines en l’abeie de St. Marc de Saissoigne et laissa l’empire de Rome a son fiz Loys. 3. Cil Loys vesqui en son empire .ii. ans. Et quant il fu deviés il ne laissa k’une fille ki fu mariee au roi de Puille. Lors vint a Rome Karle Cauf le roi de France, et fu empereour mains de .ii. ans. 4. Mais por çou ke les guerres crurent diversement en Ytaile, et ke li empereour ki estoient françois n’aidoient mie les romains contre les lombars et contre les autres ki les damagoient sovent et menu, avint il ke par sentence de romains la dignité de l’empire fu tolue as françois et revint as ytaliiens; dont li premiers fu Loys le joene, ki estoit fiz au roi de Puille et de sa feme, ki fu fille Loys, de qui l’istore parole ce devant. 5. Et dient li plusor que uns angeles comanda [p. 72] au desrenier roi des françois ki fu empereor k’il ne s’entremeist jamés de l’empire as romains, et k’il le quitast au joene roi de Puille; et sor ce fu sentence fermee por ce ke li françois n’aidoient les romains ne ne deffendoient l’empire contre les ylaliiens ne contre les maufetours.

[Livre I, LXXXXI]

DE L’EMPEREOUR BERENGIER

N tel maniere come je vous ai devisé revint l’empire de Rome des françois as lombars, en l’an de grace .ixc. et .ii., dont li joenes Loys fu li premiers. A son tens comença une divisions en l’empire, car un en estoit empereour en Ytaile et un autre en Alemaigne. Et ce dura aprés lui au tans de .v. empereours, ki estoient li uns aprés l’autre jusques au tans Berengier et Aubert son fil, ki furent li derrenier lombart ki l’empire tenissent; et que Agapite fu apostoiles, ki maintesfois se combati contre les romains, por maintenir les drois de sainte eglise. Mais aprés lui fu apostoiles Jehans fiz a celui Berengier empereour. Et sachés que devant lui avoient esté .xi. empereour puis Karle; et .xli. apostoiles de Lyon jusques a cestui Johan pape. 2. Et sachés que cestui Berengier fu coronés en l’an de grace .ixc. et .xl., et regnerent entre lui et Aubert son fil en Ytaile .xi. ans. Celui Aubert avoit .i. frere a clerc ki avoit non Octevian. Il porcacha tant avec les grans mestres de Rome que, aprés la mort Agapite, ki lors estoit pape, Octevian son frere fu fet apostoile et fu apelés Jehans. 3. Or dient li maistre ki la cronike firent et ki misent en escrit les istores de cel tens, ke Berengier fu malvais tyrans et cruel a Dieu et au monde, et k’il prist une grant dame ki avoit esté feme Lotier empereor devant lui, il le prist et le gardoit en chartre et faisoit toutes les diaublies et les cruautés. Aubert son fiz faisoit d’autre part tous les maus k’il onques pooit, et que Johans ses freres, qui fu apostoiles, ki d’assés estoit pires ke son pere et ke son frere; et il furent rnaistres et signors de par sainte eglise et de par le siecle; lors crut mal sor mal et cruauté sor cruauté.

[Livre I, LXXXXII, p. 73]

DE L’EMPEREOR OCTE

R dist l’istore, et li registre de sainte eglise le tesmoignent, ke por la malvaisté Berengier li preudome de sainte eglise et du comun de Rome et dou païs environ manderent a Octe de Saissoigne, ki estoit rois d’Alemaigne, k’il les venist aidier contre cel diauble. Et dont il vint puissamment en Ytaile, et venki Berengier, et le cacha hors de la terre, et osta de prison la veve dame de qui li contes a parlé ci devant, et le prist a feme. Puis s’acorda il a Berengier, et li rendi Lombardie trestoute, se ce ne fu la marche de Trevise et de Veronne et d’Aquilee, k’il ne li rendi pas; et ensi s’en rala en Alemaigne, et regna longhement en grant pooir. 2. Or avint ke Berengier et Aubert faisoient mal et pis ke devant, et li apostoiles Jehans tenoit les femes apertement, et faisoit çou k’il voloit, non mie çou k’il devoit; pour la quel chose aucun des cardenaus et des preudomes de Rome envoierent priveement a Octe meismes, k’il venist aidier l’eglise et preist le governement de l’empire et de la terre, ançois k’il le destruisist du tout. 3. Et quant il ot oï ce, il se mist a la voie, et vint en Lombardie et en Toscane, et entra en Rome, et fu receu par tout honorablement, et fu coronés a roi et empereor de Rome en l’an Nostre Signor .ixc. et lv.; et regna .xii. ans, et fu li premiers empereour nés d’Alemaigne; et maintes fois revint a Rome, por les biens de l’une terre et de l’autre. Et por ce ke l’apostoiles Jehans ne voloit laissier ses maus et torner a bone vie, fu il desposés par la volonté de la clergié et de tous autres de sa dignité, et fu esleu uns autres ki ot a non Lyon. 4. Cestui apostoile establi, por le malice des romains, que pape ne peust estre fés ne esleu sans l’assentement des empereors. Or avint une fois que Octes li empereres estoit alés en Alemaigne, li romain par lor malice esleurent un autre pape ki avoit non Benoit, et Lion fu getés de son office 5. Ensi estoient a celui tens .iii. apostoiles vivans, c’est a dire Jehan, Lion, et Benoit. Mais Benoit ne tint mie la chaiere plus de .ii. mois, ke l’empereor revint et assist Rome a tote son ost, tant ke l’en li rendi la terre et ke Lion refu mis en sa dignité; et apaisa le païs et les gens, et s’en rala ariere en Alemaigne, et en amena avec lui Benoit pape en Sassoigne u il morut. Et l’autre pape Johan trespassa de cest siecle sans repentance et sans confession. 6. Et li empereres ot de sa feme .i. fiz ki autresi ot a non Octes, et fu empereor aprés lui en l’an de grasce. ixc. et lxviii. Et fu preudome et vaillant, et fist bones oevres et grans, et ot a feme la fille l’empereor de Costantinoble, en qui il engendra .i. fis ki autresi ot a non [p. 74] Octes li tiers. Et fu coronnés a empereour par les mains du cinkime Grigore pape en l’an de Nostre Signeur .ixc. et iiiixx. et ix. Et tint la terre et l’empire bien et vaillamment, ja soit ce k’il fist maintes persecutions contre les romains. Puis trespassa du siecle, si comme il plot a Dieu glorieus et beneoit. 7. Aprés fu esleu Frederik. Cestui Frederik fu vaillant home, et tint les lombars en molt grant destrece, et destruist la cité de Melan, et la fist arer et semer de sel, et ot guerre a l’apostole Innocent le tierç, et le cacha de Rome. Et li apostoiles et si frere s’enfuirent dusk’a Venise, et la les assega li empereour; et afama la vile de Venisse, en tel maniere ke les citeins vindrent a l’apostoile et li disent k’il voloient mieus k’il alast hors de la vile k’il i moruissent de faim; et l’apostoile et si frere se revestirent des armes de sainte eglise, et se misent en .i. bac, et alerent a l’ost l’empereour. 8. Et quant l’empereor les vit, il erranment s’en vint a l’apostoile a merci, et se mist et rendi a ses piés, et l’apostoile li mist le pié desous la goule et dist, Super aspidem et basiliscum ambulabis, et conculcabis leonem et draconem. Et le empereour li respondi, Non tu set Xpc. Et je sui son vicaire, dist li apostoles. Et la li commanda li apostoles k’il alast en la Terre Sainte por son meffet, et la ala il par terre, et chei de son cheval en une petite riviere, et la se neya.

[Livre I, LXXXXIII]

COMMENT LI EMPIRES VINT AS ALEMANS

AIS puis ke la hautece et la signorie de l’empire de Rome crut et enhaucha sor toutes les dignités des crestiens, et ke l’envie croissoit et engendroit maintes haines entre les nobles lombars, et nus n’estoit ki se mellast de maintenir la chose commune se li prince d’Alemaigne non, fu establi ausi comme par necessité plaine de droit que la naissance et la election de l’empire fust faite par ciaus ki en estoient deffendeours et gardes: en tel maniere que li empereor fussent esleu por bonté et por proece, non mie par iretage, si comme li .iii. Octe avoient esté. 2. Et ensi vint la hautece d’eslire enpereour as .vii. princes d’Alemaigne ki sont officieus de l’empire, c’est a [p. 75] dire le archeveske de Magance, ki est cancelier an Alemaigne la u ele est Germonie. Li secons est li archevesques de Trieves, ki est cancelier en la terre de ça vers France. Li tiers est est li archeveske de Coloigne, ki est canceliers en Ytaile. Li quars est li marcis de Brondebourk, ki est chambrelens de l’empire. Li cinkimes est li quens palatins ki siert du premiers més. Li sisimes est li dus de Saissoigne ki porte l’espee. Li viiimes est li rois de Boen, ki est boutilliers l’empereour.

[Livre I, LXXXXIIII]

DE L’EMPEREOR HENRI

PRÉS ce fu esleus a roi et empereor Henris en l’an de grace .mcc. et .iii. Et puis k’il fu deviés fu esleus Octes dus de Saissoigne, et ot guerre a sainte eglise, et se combati a Phelippe roi de France, et fu desconfit, et puis fu desposés par sainte eglise. 2. Aprés fu li secons Frederis, ki fu fiz a l’empereour Henri et l’emperreis Constance, ki autresi estoit roine de Sezille et de Puille et de par son pere ki rois en fu. Cestui Frederik fu coronés par les mains Honouré pape en l’an de grace .m. et .cc. et .xx. 3. Et sachiés ke devant cestui Honoré pape avoient esté .lii. apostoles, de Jehan de qui li contes parole en la fin des lombars. Et dou premier empereour de Rome, ce fu Cesar, avoit jusc’a cestui Frederik .iiiixx. et .xv. empereour sans plus. Et se Merlins u la Sebille dient verité, l’en troeve en lor livres que en cesti doit definer la imperiale dignités. Més je ne sais se c’est a dire de son linage solement, u des alemans, u se ce dist de tous communalment.

[Livre I, LXXXXV]

DE LA HAUTECE FREDERIK

ESTUI Frederik fu hom de grant cuer sor tous homes, et si estoit mervilleusement sages et artilleus et trop bien letrés, et savoit tous langages; et ses cuers ne baoit a autre chose fors k’a estre sires et signor de tout le monde. Et ja soit ce k’il ot plusors femes et enfans de droit mariage, toutefoies aloit il as gentiz femes dou païs, si k’il en ot fiz et filles a grant plenté, ki vindrent en grant honour et en grant pooir. Et il quidoit bien par lui et par ses fius k’il sorprendroit l’empire et la terre toute, en tel maniere k’ele n’istroit [p. 76] jamés de lor subjection. 2. Mais hons pense une chose et Deus repense tout autre; car quant il volt tourbillier un home, il li tolt tot avant la veue, c’est a dire son sens et sa bone porveance. Et ce veons nous apertement en cestui empereour; car po aprés ce k’il fu coronés et ke sainte eglise li avoit fet toz les biens k’ele pooit, et devant k’il fust en aage et puis longhement, il esdreça soi contre sainte eglise et contre ses drois, et fist grant damage et persecutions contre l’apostoile et contre toz clers. Por laquel chose li pape Honorés, celui meismes ki coroné l’avoit, l’escomenia et dona sentence contre lui et assoust tous les barons dou sairement k’il li avoient fet sor la feauté de son empire et de la corone. 3. Et puis ke pape Honoré ot vescu en sa dignité entor .xi. ans et ke sa ame en ala au saint siecle, uns autres en fu esleus en son leu, ce fu li novimes Grigoires; en l’an Nostre Signeur .m. .iic. et .xxvi., ki a son tans fist les noveles decretales en .i. livre par les mains frere Raimont son chapelain et son peneanchier, et osta et rabati tous autres decretaus. Et a son tens recommença la guerre et la rebellations de l’empereour, en tel maniere k’il escomenia de rechief, et dona sentence contre lui, et envoia .ii. legas, ce furent .ii. cardinals de Rome, outre les mons, por avoir secours et aide contre Frederik. 4. Endementiers l’apostoiles establi a faire un concile a Rome, et manda ses letres et ses legaz as grans prelaz de sainte eglise, et as princes ki a lui se tenoient, k’il venissent au concille au jour nomé. Et comme li doi cardenal revenoient de France o tot grant compaignie d’archevesques et de evesques et d’abbés et des uns et des autres grans signors, il furent pris sor la mer de Pise parles pisans et par la force l’empereour. 5. Cestui empereor ala a ost entor Rome, et tint le siege longhement, et se porchaça tant as nobles romains par dons et par promesses k’il en avoit la grignor partie a sa volenté. 6. Et quant li apostoiles connut apertement ke Rome ne se pooit longuement deffendre, il prist le chief Saint Piere et St. Pol en ses .ii. mains, et asambla tot le comun de Rome, et ala a procession de Lateran jusk’a St. Piere, et sermona devant aus de maintes choses. Et tant fist que por poi tout li romain se croisierent contre l’emreor. Et quant ce fu chose seue en l’ost, li empereres desloga et s’en ala avec tote sa gent ariere, la u il plus forment pensoit entrer dedens Rome, et sosmetre l’apostole et la terre a sa signorie. 7. Et quant l’apostoile Grigoires ot vescu en sa chaiere .xiiii. ans il morut, et sa ame ala au beneoit leu u est la perpetuel glore, se Deu plaist. Aprés sa mort li cardenal s’acorderent a un viel home sage et de bone vie, ki estoit chardenal et evesque de Savine, et fu apostoles, et ot a non Celestin li quars. Mais il ne veski ke .xvii. jours; et porce ke li mons estoit tous corrous et triboulés por les oevres Frederik et de ses fiz, por le grant pooir k’il avoient en toutes [p. 77] pars, demoura sainte eglise sans pape et sans pastor .xx. mois; car entre les prelas de sainte eglise avoit discort et irour, tant k’il ne se pooient acorder. D’autrepart li chardenal, ki estoient li uns cha et li autres la, ne se pooient assembler en .i. leu, por les voies ke Frederis tenoit closes et sierees. 8. Mais si come il plot a Deu Nostre Signeur, tant alerent ambaisseur et legaz et d’une part et d’autre, et tant fu la chose menee par sens et par soutillité, la u totesvoies quidoit l’uns engignier l’autre, que monsigneur Sinebaut de Genes, ki fiz fu au conte de la Vaigne, et estoit chardenaus, uns des plus privés amis que li empereour avoit en toute clergié, fu esleus a pape par le consentement comun de tos, en l’an de grace .m. .iic. et .xli., et ot a non Innocens li quars. Mais ci se taist ore li contes a parler de lui, tant que sa matire se tourt a ce point.

[Livre I, LXXXXVI]

DE L’EMPEREOR ET DEL PAPE INNOCENT

N ceste partie dist li contes ke l’empereour se porchaça tant vers les princes d’Alemaigne ke Henris son ainsnés fiz fu esleus rois d’Alemaigne, et devoit estre empereour de Rome aprés la mort son pere. Cestui Henri crut en aage et en sapience, et vit les choses du siecle, et conut bien le pooir de sainte eglise, et apercevoit tot clerement ke le pooir son pere ne pooit longhement durer contre ceus ki le contrarioient. Et il en parloit sovent plus ke ses pere ne volsist par aventure; si ala tant la chose ke li peres le fist metre en chartre en Puille et le fist morir a male fin. Et il laissa .ii. fiz, ke l’empereour fist garder et norrir avec ses autres fiz ses neveus. 2. Cestui empereour, en cel tans meismes k’il estoit escomeniiés, passa outre mer; et la u on quidoit k’il aidast as crestiiens et as pelerins, il fist son traitement avec le soudan; et en some, il ordena plus de mal ke de bien. Et soudainement s’en revint en son regne de cha, et recomença novele tribulation. Ke vous iroie disant ? nus ne poroit deviser de bouce ne metre en escrit les maus et les guerres ki longhement durerent entre l’empereour et sainte eglise, et entre lui et les lombars, ki tenoient la partie de st. eglise. 3. Mais entre tant de maus et des descors, assés fu ki traitoient paroles d’acort et de pais entre lui et l’apostoile Innocent. Et en ce ke l’en traitoit et [p. 78] entendoit a ces choses, li apostoiles fist venir soudainement grant fuison de nés et de vaissiaus de Genes parmi la mer es parties de Rome, et il i entra une nuit sans autre gent, et s’en ala a Genes, et de ki s’en ala a Lion sor le Rosne, c’est a dire outre les mons, ou il ne cremoit l’empire ne l’empereour ne son pooir. Iki assambla tout le general concile et dona perpetuel sentence contre lui et contre ses oirs a tousjors, et l’escomenia et maudist, et les desposa en privet de l’empire et dou regne et de toutes dignités.

[Livre I, LXXXXVII]

DE L’EMPEREOUR ET DE MAINFROI

PRÉS çou li empereours, ki fiers et sages estoit, et de grant porveance, pourchaça tant as prinches d’Alemaigne ke Conras son fiz fu esleus a roi et a empereour aprés la mort son pere. 2. Puis ordena li rois Frederis son fiz de porchaç vicaire en Toschane, ki par le comandement son pere faisoit tous les maus k’il pooit as Guelfs et a tous ceaus ki se tenoient a la partie l’apostoile. Et chaça les Guelfs de Florence, le jor de la candeler en l’an de l’incarnation .m. et .iic. et .xlvii., dont maint maus sont puis avenu, si com li mestres ki cest livre fist puet bien tesmoignier. 3. Tout autresi establi il le roi Henri son fil de loiien vicaire en Lombardie, et tot feist il assés de maus as feus de Lombardie. A la fin ala il a ost sor Boloigne la grasce, u il et ses gens furent desconfis en plains chans de batailles, et il fu mis en chartre dedens Boloigne, u il demora en mal et en povreté entor .x. ans, k’il defina sa vie. 4. L’empereour meismes, aprés ceste desconfiture, assambla grandesime ost en Lombardie, et ferma siege entor la cité de Parme, et iki demoura longhement a grant force et a grant pooir. Mais si come il plot a Deu, un jour avint k’il estoit alés en bois a la chace, si comme il avoit a costume, car c’estoit uns des homes del monde ki plus se delitoit en chiens et en oiseaus et en tous deduis terriens. Li citein de Parme issirent hors a .i. cri. et a une vois, si fierement et si asprement k’il desconfirent l’ost et ardirent et prisent et gaignierent tout quank’il avoit. Donc li empereour s’en ala en Cremone, et rasambla ses gens, et fist assés de choses. Mais a la fin s’en ala il en Puille, ou il ne demora longhement k’il amaladi trop durement en une terre ke on apele Florentin. 5. Et il n’avoit entor lui de sez fiz ke Mainfroi, k’il avoit engendré [p. 79] en une gentil dame ki fu fille au marchis Lance de Lombardie. Et ne cuidiés mie k’ele fust sa feme par mariage, mais il l’ama sor toutes autres, et pour son sen et por sa biauté. Autresi amoit il Mainfroi son fil, car il estoit sages et cler veans, et mout se fia de lui ses peres en sa maladie. 6. Et quant il vit son pere ki si malades estoit, il commença tot belement a prendre les tresors son pere et a tenir la signorie sor les autres. Ke vous diroie ? Il se pensa k’il auroit tout, et pour ce il entra .i. jour en la chambre ou ses peres gisoit malades et prist .i. grant coussin et le mist sor la face son pere, et il se coucha sor le coussin, et le fist morir en tel maniere come vous entendés; et ce fu le jor sainte Lucie devant Noel, en l’an de grace .m. et iic. et l. 7. En cestui tens rentrerent li Guelfs dedens Florence, dont il estoit chaciés, selonc ce ke li contes devise ci devant. Et Manfroi prist les trezors et le pooir de la terre, et comença a trere les cuers des gens a lui, tant ke li rois Conras ses freres, ki estoit en Alemaigne et ki estoit esleu a empereour, selonc ce ke nous avons dit ça ariere, vint en Puille et prist et ot la signorie de Puille et de Sesille. 8. Mais l’en dist ke Manfroi, ki n’avoit pas changié son cuer ne son propos, fist tant que le roi Conrat ne vesqui longhement, ains morut de venin; et laissa .i. fiz de sa feme en Alemaigne, ki autresi ot a non Conrat, mais il estoit petis enfes. Lors se fist Manfroi baillis de la terre de par le petit Conradin son nevou, et prist la signorie et la force des viles et des fortereces et des gens du regne. Et les .ii. fiz le roi Henri son frere, de qui li contes parole ça ariere, fist il autresi morir de venim, selonc ce ke li plusor dient. 9. Aprés ce il envoia de ses privés une fois en Alemaigne au petit Conradin, por faire lui envenimer; mais il fu si gardés ke ce ne pot mie estre. Toutesvoies li messagier revinrent par mer a unes voiles noires, et aporterent noveles ke le petit Conrad estoit mors. Si en fist Mainfrois grant samblant de dolor; et la u les gens de la terre estoient assamblé por savoir la mort de lor signeur, li ami Manfroi et cil de son conseil distrent ke Manfroi estoit bien dignes d’estre rois de Puille, puis que tot li autre estoient mort. Ke vous iroie disant ? il fu esleu a roi et a signeur par le commun assentement de tous les barone dou roiaume, et tint la signorie grant tens, selonc ce ke li contes dira ça avant, la u il en sera leus et tens.

[Livre I, LXXXXVIII, p. 80]

DE MAINFROI ET DOU ROI KARLE

R dist li contes que quant le pepe Innocent ot desposé par sentence l’empereour Frederik, selonc ce que li contes a dit ça arieres, il porchaça tant que li Lantgrave de Thuringe, .i. haut prince d’Alemaigne, fu esleus d’estre rois d’Alemaigne et empereour de Rome. Mais si comme il plot a Nostre Signor, il morut po aprés. Et puis fu esleus li contes de Hollande Guillaumes, mais il trespassa de cest siecle avant k’il parvenist de sa dignité. 2. Mais li apostoiles aprés la mort Frederik s’en vint en Pulle et assambla grant ost contre Manfroi, por conquerre la terre ki devoit estre de sainte eglise. Toutesfoies Manfrois deffendi bien la terre, et li pape ne veski gaires, ains morut a Naples en l’an de grace .m. et iic. et liii. 3. Aprés sa mort fu esleus apostoile Alixandres li quars, et a son tens se fist Manfroi coroner en Puille, selonc ce que nous avons dit ça ariere. Et por ce ke son couronement estoit contre les drois ke sainte eglise devoit avoir ou regne, fu il tot avant escomeniiés et desposés par sentence. Et puis envoia li apostoiles grand effort contre lui, mais il n’i gaignierent rien. Encor au tens cestui apostoile vint une divisions entre les princes d’Alemaigne; car li un esleurent a roi et a empereour monsigneur Alfons, roi de Chastele et d’Espaigne, li autre esleurent le conte Richart de Cornuaille, frere au roi d’Engleterre. 4. Et quant il pleut a Nostre Signor, li apostoiles trespassa de cest siecle, et uns françois de la cité de Troies fu fet apostoles, et ot a non Urbains li quars; et ce fu en l’an de grasce mil et iic. et lxi. 5. Et quant cesti apostoiles fu en si haute chaiere comme d’estre vicaires Jhesucrist en terre, il pensa ke Mainfroi, par sa tyrannie, avoit occupé le regne de Sesille et de Puille, ki a sainte eglise apertienent par droit, et k’il avoit les prelas et les eglises mises en servage, et k’il avoit envoié sus le patrimoine saint Piere l’ost des sarrasins, et ke l’annee devant k’il fust apostoiles les gens Mainfroi entrerent en Toschane et chacierent les Guelfs de Florence hors de la vile et du païs; et pensa bien en son cuer, et li preudome le tesmoignierent, ke Mainfroi aroit et penroit bien Ytaile tote, se ne fust ki le contrariast. Par ceste chose establi il ke Karles quens de Provence et freres le roi de France fust rois de Sezille et de Puille, et k’il traisist la terre des mains Manfroi. 6. En cel tens aparut l’estoile comee ou firmament, ki espandoi environ cors luisans, et dura bien .iii. mois. De cele estoile dient li sage astronomien que quant ele apert, ele segnefie remuemens de regnes u mort de grant signor. Et ja soit ce par aventure k’ele [p. 81] segnefiast assés de choses es autres parties dou monde, totesvoies savons nous bien que la nuit proprement k’ele desaparut et k’ele s’en ala, cela nuit proprement morut li apostoiles Urbains, dont il fu grans damages; mais il i a maint de gent ki dient k’ele segnefia la mort Manfroi et la victore ke Karles ot de lui. 7. Car aprés la mort Urbain fu esleu Clemens li quars, en l’an de grace .m. et iic. et lxiiii. En l’an aprés, Karles vint par mer droit a Rome, dont il estoit signator, et vinrent ses gens par terre et passerent Lombardie et les autres païs, la u Karles les atendoit, et avec lui s’en alerent en Puille et se combatirent a Mainfroi et a son ost. Et ja soit ce ke la bataille fust grans et perilleuse, toutesvoies li champion Jhesucrist orent la victore et le regne et la corone et la terre, et Manfrois i perdi la vie et le regne tot a un cop en l’an de Nostre Signor mil et iic. et lxv. 8. Ensi ot li rois Karles la victoire de ses enemis, et fu rois et sires de la terre par la volenté de sainte eglise. Mais il ne demora mie longhement ke li petis Conras, niés l’empereour Frederik, de qui li contes a longhement parlé ci desoure, vint d’Alemaigne o tout grant oster de tyois et de lombars et de toschans ki avoient esté de la partie son aioul, et parvint a Rome ou il fu honorablement receus. Et de ki s’en ala en Pulle, et li rois Karles li fu a l’encontre prés d’une vile ki est apelee Taillecouz. 9. Et puis ke li dui ost furent assamblé, il ne fet a dire se la bataille fu grant et perilleuse, ne se il i ot chevaliers d’une part et d’autre, ki fierement se combatissent; car il n’a plus aspre gent ou siecle ke alemans et françois. Mais sans faille en l’ost Conrat avoit assés plus de gens ke en celui dou roi Karle; et neporquant il avoit entor lui teus deus chevaliers françois ke l’en ne quide ke en. tot le monde soient .ii. millours, c’est monsignor Erart de Valeri et monsignor Johan Britaut: cil doi sostindrent tot le fais de la bataille. Il faisoient çou ke cuers d’omme ne deust croire, ke vous diroie jou ? tous les cols et toutes les assamblees. C’est la some et la fins de la mellee, ke l’ost Conrat perdi del tout et ala a desconfiture, et Conrat meismes et li dus d’Osterriche et maint autre grant signor furent pris, et lor furent les testes copees. Ensi defina li linages a l’empereor Frederik, en tel maniere ke de lui ne de ses fiz n’est demoret en terre nule semence. Mais de ce se taist ore li mestres, et torne a sa matire, dont il s’est mout esloigniés.

[Livre I, LXXXXVIIII, p. 82]

COMMENT NATURE DE TOTES CHOSES FU ESTABLIE PAR .IIII. COMPLEXIONS

I endroit dist li contes ke la principale matire est a traitier en ces livres de la nature des choses du monde, laquele est establie par .iiii. complexions, c’est de chaut, de froit, de sech, de moiste, dont toutes choses sont complexionees. 2. Neis li .iiii. eliment, ki sont ausi come soustenement dou monde, sont enformees de celles .iiii. complexions. Car li fus est chaus et sés, l’euue est froide et moiste, li airs est chaus et moistes, la terre est froide et seche. Autresi sont complexioné li cors des homes et des bestes et de tous autres animaus, car en aus a .iiii. humors, colera, ki est chaude et seche, fleuma, ki est froide et moiste, melancolie ki est froide et seche, sanc ki est chaus et moistes. L’annee meisme ki est devisee en .iiii. tens ki sont ausi complexioné; car printans est chaus et moistes, estés est chaus et sés, aupton est froit et sech, yvier est froit et moiste. Ensi poés vous connoistre ke li fus et la colre et li estés sont d’une complexion, et l’euue et le fleugme et li yvier sont d’une autre, mais li airs et li sans et li printans sont atempré de l’un et de l’autre. Et por ce sont il de millour complexion ke ne sont tout li autre; et lor contraire sont la terre et melancolie et auptonne, et por ce ont il tres mauvaise nature. 3. Or est il legiere chose a entendre coment l’office de Nature est en acorder ces choses descordans et enywer les desigueles, en tel maniere ke toutes diversités retornent en unité, et les ajoste et les assamble en .i. cors et en une substance ou en autre chose ki le fait naistre au monde tousjors, ou de plantes, ou de semences, ou par conjungemens de malles et de femelles; dont li un engendrent oes, ki sont replains de creatures, l’autre engendrent figures encharnees, selonc ce ke li contes devisera ça avant la u il en sera et leus et tans. 4. Par ces paroles apert il ke Nature est a Deu autresi com li martel au fevre, ki ore forge une espee, ore un elme, or fait .i. clo, or une aguille, ore une chose ore un autre, selonc ce ke li fevres wet. Et tout autresi comme il est une maniere de forgier elme et une autre de forgier une aguille, tot autresi oevre Nature es estoiles autrement ke es plantes, et autrement es homes et es bestes et es autres animaus.

[Livre I, C, p. 83]

COMMENT TOTES CHOSES FURENT FAITES ET DU MELLEMENT DE COMPLEXION

T il fu voirs ke Nostre Sires au comencement fist une grosse matire sans forme et sans figure; mais ele estoit de tel maniere k’il en pooit former et faire ce k’il voloit. Et sans faille de ce fist il les autres choses; et por ce qu’ele fu faite de neant devance ele les autres choses, non mie de tens ne de eternité mais de naissance, autresi come li sons devant le chant, car Nostre Sires fist toutes choses ensamble. Raison coment: quant il cria cele grosse matire dont ces autres choses furent estraites, donc fist il toutes choses ensamble; mais selonc la distinction et le devisement de chascune par soi, le fist il en .vi. jors, selonc ce que li contes devise ça ariere et la meisme dist il que cele grosse matire est apelee ylem. 2. Et por ce ke li .iiii. eliment ke l’en puet veoir sont estrait de cele matire, et sont apelés eliment por le non de lui, c’est por ylem, ensi s’entremellent ces elimens es criatures: car li doi sont legier et isnel, c’est l’air et le fu, li autre doi sont grief et pesant, c’est terre et euue. Et chascuns d’aus a .ii. estremités et .i. moien. Raison coment: li feus a une estremité desus ke tousjors vet amont, et cele est la plus delie et la plus isnele et legiere. Et l’autre estremité est desous, ki est mains legiere et mains delie ke l’autre. Le moien est entre deus, ki est atemprés de l’un et de l’autre. 3. Tot autresi est des autres .iii. elimens et des .iiii. complexions: ces choses s’entremellent es cors et es autres criatures car en ce ke le pesant se conjunt au legier, et le chaut avec le froit et le sech avec le moiste, en aucune creature, il covient ke la force de l’un sormonte les autres: je ne di pas des estoiles, car eles sont dou tout de nature de fu; mais es autres creatures ou li eliment et les autres complexions sont entremellees avient il ke les estremités desoure sormontent les autres en aucune criature. 4. Et lors covient il que celes criatures soient plus legieres et plus isneles, et por ce vont il par l’air, ce sont oiseaus; mais il i a difference, car tout autresi comme li oisel sormontent toutes autres criatures de legierté et d’isneleté, por les estremités des elimens desoure ki habondent en iaus, autresi l’un oisel sormonte l’autre por ce ke la estremité legiere et isnele habonde plus en lui, et por ce vole celi oisel plus haut ke li autre, c’est li aigle. Et cil en qui en abonde le mains ne volent pas si en haut, c’est la grue. Et cil en qui habonde le estremité desous sont plus grief et plus pesant, c’est l’oove et l’ane. Autresi devés vous entendre en tous [p. 84] autres animaus et poissons et arbres et plantes, selonc le devisement des oisiaus.

[Livre I, CI]

DES .IIII. COMPLEXIONS DE L’OME ET DES AUTRES CHOSES

UTRESI avient il des .iiii. complexions quant eles s’entremellent en aucune criature, car chascuns ensiut la nature de son eliment. Et por çou covient il ke a l’entremeller des humors ke l’un sormonte l’autre, et que sa nature i soit plus forte de grignor pooir. Por ce avient il que une herbe est plus froide ou plus chaude que l’autre, et que l’une des natures est de complexion sanguine, l’autre de melancolique ou de flegme ou de colre, selonc ce ke humours habondent plus, pour ce sont li fruit les erbes les blés et les semences, l’une plus melancolieuse que l’autre, ou plus colerique, ou d’autre complexion; autresi di je des homes et des bestes ou des oiseaus et des poissons. 2. Dont il avient que unes choses sont bonnes a mengier et les autres non, et que les unes sont douces et les autres ameres, les unes verdes ou rouges et les autres blanches ou noires, selonc le colour des elimens u des humours ki i sormontent; les unes sont venimeuses, les autres valent en medecines. Car ja soit ce que en chascune chose soient mellees tot li .iiii. eliment et les .iiii. complexions et les .iiii. qualités, il covient que la force des uns i soit plus forte, selonc ce que plus i abonde. 3. Et par cele nature ki plus i abonde est tous apelés de cele nature. Raison coment: se flegme abonde plus en .i. home, il est apelés flegmatiques, pour la force k’ele a en sa nature. Car en ce ke flegme est froide et moiste, et est de nature d’ewe et d’ivier, covient il que cil hom soit lens et mols et pesans et froideilleus et dormilleus et non mie bien sovenans des choses alees, et c’est la complexion ki plus apertient as vieillars. Ele a son siege au pomon, et est purgie par la bouche. Ele croist en yvier, por ce que ce est de sa nature; por ce sont en celui tans deshaitié li flegmatique vieus, mais li colerique sont haitiés, et li joene ausi. Et les maladies ki sont par ochoison de flegme sont tres malvaises en yvier, si come est cotidiane; mais celes ki sont par colre sont mains males, si come est tiercaine; pour ce est il bien que flegmatique usent en yvier choses chaudes et seches. 4. Sanc est chaut et moistes, et a son siege el foie. Et croist en [p. 85] printans, porce sont lors tres malvaises maladies de sanc et de synoche; et en cel tans sont mieus haitiés li vieus que li joenes, por ce doivent il user choses seches et froides. Et li hom en qui ceste complexions habonde est apelés sanguins, c’est la millour complexions ki soit, dont il avient home gras, chantant, liés, hardis, et benigne. 5. Colre est chaude et seche, et a son siege el fiel, et est purgie par les oreilles. C’est complexions de nature de fu et d’esté et de chaude joenece, et por ce fait ele home ireus, engigneus, agut, fier, legier movant. Et si croist en esté, pour ce sont lors li colerique mains hetiés que li flegmatique, et mains li joene que li vieus; porce doivent il user choses froides et moistes. Quant les maladies vienent par colre, si sont perilleuses en esté, plus ke celes ki sont par fleume 6. Melancolie est une humours que li plusour apelent colre noire, et est froide et seche, et a son siege en le splen, et est de nature de terre et de auptonne; pour ce fet les homes melancolieus plains d’ire et de maintes malvaises pensees, et paourous, et ki ne puet bien dormir. Aucunefois est purgie par les oils, et croist en auptonne; por ce sont en celui tens plus haitié li sanguin que li melancolieus, et plus li garchon que li vieus. Et lors sont plus greveuses maladies celes ki sont par melancolie ke celes ki sont par sanc, por ce fait il bon user choses chaudes et moistes.

[Livre I, CII]

DES .IIII. VERTUS KI SOUSTIENENT LES ANIMAUS EN VIE

T sachés ke en chascun cors ki a les soufissans membres sont .iiii. vertus establies et enformees par les .iiii. elimens et par leur nature, ce sont apetitive, retentive, digestive, et expulsive. 2. Car quant li .iiii. eliment sont ajosté et assamblé en aucuns cors, acomplis de drois membres, li fus por ce k’il est chaus et sés fet la vertu appetitive, c’est ki done talent de mengier et de boivre. Et la terre ki est froide et seche fait la vertu retentive, c’est k’il retient la viande. Et li airs ki est chaus et moistes fet la vertu digestive, c’est ki fait quire et moistir la viande. L’euue est froide et moiste et fet la vertu expulsive, c’est k’ele chace hors la viande quant ele est quite. 3. [p. 86] Ces .iiii. vertus servent a cele vertu ki norrist et paist le cors. Et la vertu dou nourissement sert a la vertu ki engendre, par qui li uns engendre l’autre selonc lor nature et lor samblance. 4. Et si comme li atemprement ki acorde la diversité des elimens fait le cors engendrer et naistre et vivre, tot autresi li desatemprement d’iaus les corront et le fait devier. Car se li cors fust d’un eliment sans plus, il ne poroit desatemprer jamés, por ce k’il n’auroit contraires, et ensi ne morroit il. 5. Mais ci se taist li contes de la nature as animaus et retornera a sa droite vote, car il doit dire premierement des choses ki primes furent faites, et por ce tornera il a dire dou monde et dou firmament, et dou ciel et de la terre.

[Livre I, CIII]

DE L’ELIMENT ORBIS

I contes a devisé ça arieres de la nature des .iiii. elemens, c’est dou fu, de l’air, de l’euue, de la terre. Mais Aristotles li grans philosophes dit k’il est un autre eliment hors de ces .iiii., ki n’a point de nature ne de complexion as autres, ançois est si nobles k’il ne puet pas estre esmeus ne corrompus si comme sont li .iiii. eliment. 2. Et por ce dist il meismes que se nature eust formé son cors de celui eliment, k’il se tenroit asseur de la mort, por ce k’il ne poroit morir en nule maniere. Cist elimens est apelés orbis; c’est un ciel reont ki environne et enclot dedens soi tos les autres elimens et ces autres choses ki sont hors de la divinité. Et est autresi au monde comme l’eschaille de l’oef, ki enclot et ensierre ce ki est dedens. Et por ce k’il est tous reons, covient il a fines force que la terre et la forme dou mont soient reont.

[Livre I, CIIII]

COMMENT LI MONDES EST REONT ET COMMENT LI .IIII. ELIMENT SONT ESTABLI

N ce fu nature bien porveant quant ele fist l’orbe tout reont, car nule chose puet estre si fermement serree en soi meismes comme cele ki est reonde. Raison porquoi et coment: garde ces carpentiers ki font ces tonniaus et cuves, k’il ne les poroient en autre maniere [p. 87] former ne joindre se par reondece non. Neis une voute, quant l’en le fait en une maison u un pont, covient k’il soit fermé par son reont, non mie par lonc ne par lé ne en nule autre forme. 2. D’autre part il n’est nule autre forme ki puisse tant de chose tenir ne porprendre con cele ki est reonde. Raison coment: il ne sera ja nus si soutils mestres ki de tant de merien seust faire un vaissel lonc u quarré ou d’autre forme ou l’en peust metre tant de vin d’assés comme en un tonel reont. D’autre part il n’est nule autre figure ki soit si atorné a movoir et atornoier comme la reonde. 3. Et il covient ke le ciel et le firmament se tornent et muevent tozjors; et s’il ne fust reont, quant il se tornoie il covendroit a fine force k’il revenist a autre point ke au premier dont il estoit esmeus. D’autre part covient il a fine force que li orbis soit toz plains dedens sol, si ke l’une chose sousteigne l’autre, car sans soustenement ne poroient il estre mie. Et se ce fust que li mondes eust forme longue u quarree, il ne poroit iestre toz plains, ains li covendroit estre vuides en aucune part, et ce ne puet pas estre. 4. Par ces et par maintes autres raisons covient ausi come par necessité que li orbis eust forme et figure toute reonde, et que totes choses ki sont recloses dedens lui i fuissent mises et establies reondement, en tel maniere ke l’une environne l’autre et l’enclot dedens soi si igaument, et si a droit, k’ele n’i atouche plus d’une part ke d’autre. 5. Por ce poés vous entendre ke la terre est tote reonde, et autresi sont li autre eliment ki s’entretienent en ceste maniere; car quant une chose est enclose et environnee dedens .i. autre, il covient que cele ki enclot tiegne celi ki est enclose, et covient ke cele ki enclose est soustiegne celi ki l’enclot. Raison coment: se le blanc d’un oef ki avironne le moieul ne le tenist enclos dedens soi, il cherroit sus son eschaille; et se li moieul ne soustenist le blanc, certes il cherroit el fons de l’oef. 6. Et por ce covient il en toutes choses que celi ki est plus dure et plus grief soit tozjors el mileu des autres, por ce ke de tant comme ele est plus dure et de plus soude substance, de tant puet ele mieus soustenir les autres ki sont environ li. Et de tant comme ele est plus grief et plus pesant, covient k’ele se tire el mileu et el parfont des autres ke entor lui sont, c’est en tel leu k’ele ne puisse avaler ne monter ne aler ça u la. Et c’est la raison por quoi la terre, ki est li plus grief eliment et plus soude substance, est assise el mileu de toz cercles et de tot avironement, c’est el fons des cieus et des elimens. Et por ce ke l’euue est, aprés la terre, li plus grief elimens, est il assis sus la terre, ou ele se soustient. Mais li airs avironne et enclot l’euue et la terre tot entor en tel maniere que la terre et li euue n’ont pooir k’eles se remuent du leu u nature les a establi. 7. Environ cesti air ki enclot la terre et l’euue est assis le quart [p. 88] eliment, c’est le feu, ki est sor tous les autres. Or poés vous entendre que la terre est au plus bas leu de tous les elimens, c’est ou milieu dou firmament et dou quint eliment, ki est apelés orbis, ki enclot toutes choses. 8. Et a la verité dire, la terre est ausi come li point dou compas, ki tousjors est ou mileu de son cercle, si k’il ne s’esloigne plus d’une part ke d’autre. Et pour çou est il necessaire chose ke la terre soit toute reonde; car s’ele fuste d’autre forme, ja seroit ele plus prés du ciel et du firmament en .i. leu k’en .i. autre. 9. Et ce ne puet estre. Car s’il fust chose possible que l’en peust chevillier la terre et fere .i. puis ki alast d’outre en outre, et par cest puis getast on une grandesime piere ou autre chose pesant, je diroie que cele piere ne s’en iroit pas outre, ains se tenroit tousjours el mileu de la terre, c’est sor le point dou compas de la terre. Si k’ele n’iroit ne avant ne ariere, por ce ke li airs ki avironne la terre enterroit par les pertruis d’une part et d’autre, et ne souferroit pas k’ele alast outre le mileu ne k’ele revenist arieres; se ce ne fust .i. poi par la force du cheoir, et maintenant revenroit a son mileu autresi come une piere quant ele est getee en l’air contremont. 10. Et d’autre part toutes choses se traient et vont tozjors au plus bas. Et la plus basse chose et la plus parfonde ki soit au monde est li poins de la terre, c’est le mileu dedens, ki est apelés abisme, la u infier est assis. Et tant come la chose est plus pesans, tant se tire plus vers abisme. Et por ce avient il, ki plus cheville la terre en parfont tousjours la trueve plus grief et plus pesant. 11. Encore i a autre raison par quoi il apert que la terre est reonde: ke s’il n’eust sus la face de la terre nul enpechement, si ke on peust aler partot, certes il iroit tot droitement environ la terre tant k’il revenroit au leu meisme dont il estoit esmeus. Et se .ii. homes d’un leu et a un jor alaissent li uns vers soleil levant et li autres vers soleil couchant, certes il s’entreconterroient en celui leu ki fu d’autre part la terre tot droit encontre le leu dont il seroient meu.

[Livre I, CV, p. 89]

DE LA NATURE DE L’EUUE

OUR la terre, de qui li contes a tenu long parlement, est assise l’euue, c’est la mer grignor, ki est apelee la mer ocheaine, de qui toutes les autres mers et bras de mer et fleuves et fontaines ki sont parmi la terre issent et naissent premierement, et la meisme retornent a la fin. Raison coment: la terre est toute petuisie dedens et plaine de vaines et de cavernes, par quoi les euues ki de la mer issent vont et vienent parmi la terre, et dedens et dehors sordent, selonc ce ke les vaines l’amainent ça et la; autresi come le sanc de l’ome, ki s’espant par ces vaines, si k’ele encherche tot le cors amont et aval. 2. Et il est voirs que la mers est sus la terre, selonc ke ce li contes devise ça en ariere el chapitle des elimens. Et se ce est voirs k’ele siet sur la terre, donc est ele plus haute ke la terre; donc n’est il mie merveille des fontaines ki sordent sor les hautes montaignes, car c’est la propre nature des euues k’ele monte tant comme elle avale. 3. Et sachiés que l’euue mue savour, colour, et qualité, selonc la nature de la terre ou ele court. Car la terre n’est mie d’une maniere, ançois est de diverses coulors et de diverses complexions. Car en .i. leu est ele douce, et en un autre amere ou salee, ou en .i. leu est ele blanche. et en .i. autre noire, ou rouge ou bloie ou d’autre colour. Et en .i. leu sont vaines de soufre, et en .i. autre d’or ou d’autre metal. Une terre est mole, une autre est dure, et ensi sont les vaines vaires et diverses par ou les euues courent. Et selonc la nature de la voie covient ke les euues remuent lor qualités et k’eles deviegnent de la savour et de la nature de la terre en quoi ele converse. 4. D’autre part a il en aucune partie de la terre aucune cavernes porries, ou por sa nature, ou por aucunes males bestes ki i repairent; et por ce est aucune fois ke l’euue est malvaise et venimeuse ki court entre les vaines. Et ces cavernes par ou les euues vienent, covient il por le debatement des euues ke vens si esmueve. Et quant il se fiert es vaines soufrees, li soufres s’eschaufe et esprent de si grant chalour ke l’euue ki cort par iceles vaines devient si chaude com fu, et de ce sunt li chaut baing que on trueve en plusors terres. 5. Et quant celui vent boute l’air ki est enclos parmi ces cavernes et le debat a la terre, il covient a fine force, se cele terre est foible, par la force de celui debatement rompe et dequasse, si ke li airs s’en isse hors. Et lors covient il que la terre chee et fonde o tous les murs et les edifices ki sont sor li. Mais s’ele est si forte et grosse k’ele ne fent, lors covient il a fine force de celui deboutement de l’air et des [p. 90] vens ki sont a destroit la dedens face croller et muer toute la terre environ.

[Livre I, CVI]

DE L’AIR ET DE LA PLUIE ET DES AUTRES CHOSES QUI SONT EN L’AIR

I contes dist ça ariere que li air environne la terre et l’euue et les enclot et sostient dedens soi. Neis li home et les autres animals vivent en l’air, ou il respirent ens, et font autresi come les poissons en l’euue. Et ce ne poroit il mie fere s’il ne fust moistes et espés. Et se aucuns disoit ke li airs ne fust espés, je diroie ke s’il movoit roidement une verge en l’air, ele sonnera et pliera maintenant por l’espois de l’air k’ele encontre. 2. Li airs meismes soustient les oiseaus par son espés. En cestui air naissent les nues et les pluies et li espar et li tonnoires et autres choses samblables, et orés raison coment. Li contes dit ça en arieres ke li airs environne la terre et l’euue, et les enclot et sostient dedens soi, et les homes et les autres animaus, et ke la terre est coverte et replaine de diverses euues. 3. Et quant li chaut du soleil ki est chief et fondement de toutes chalours, il se fiert en la moistour de la terre ou des choses baignies, il les essue et en oste les humours autresi come se ce fust .i. drap moilliet. Et lors s’en issent fors unes vapours comme fumees, et s’en vont en l’air amont, ou eles s’acueillent poi a poi et angroissent tant k’eles devienent oscures et espesses, si k’eles nos toilent la veue dou soleil, et ce sont les nues. Mais eles n’ont pas si grant oscurté k’eles nous toilent la clarté du jour, car li soleil reluist deseure autresi come fait une candeille dedens une lanterne, ki alume dehors, et si ne le puet veoir. 4. Et quant la nue est bien creue et noire et moiste, k’ele ne puet plus soufrir l’abondance des euues ki i sont vapourees, il les estuet cheoir sour la terre, et c’est la pluie. Lors retrence la moistour de la nue, ki maintenant devient blanche et legiere, et le soleil espant ses rais parmi ces nues, et fet de son resplendissement .i. arc de .iiii. colours diverses, car chascuns eliment i met de sa colour. Et ce seut avenir quant la lune est plaine. Et quant la nue est auques esmeue ou legiere, ele monte en haut tant que la chalours du soleil la confont et la gaste, en tel maniere que li hom voit l’air cler et pur et de bele colour. 5. [p. 91] Et sachiés que li airs ki sor nous est en haut est plus frois tousjors ke celi ki est en bas. Raison coment: tant comme la chose est plus grosse et de plus espesse nature, de tant s’i prent le feu plus fort. Et por ce ke li air ki est en bas est plus gros et plus espés ke celui ki est en haut, la chalours dou soleil se prent mains en haut k’en bas. D’autre part li vent muent et fierent sovent en bas air plus k’en haut, et totes choses ki demeurent coies sont plus froides ke celes ki sont en movement. 6. D’autre part en yvier, quant le soleil eslongue desor nous, por ce est li airs amont assés plus froit que devant. Et por ce avient il souvent que la moistour, avant k’ele soit engroissie en goutes, vient en celui air froit, et engiele et chiet aval tot engelé, et c’est noif, ki onques ne chiet en haute mer. Mais en esté quant li solaus revient et aproche de l’air froit, s’il trueve aucune vapour engelee, il les ensierre et endurcist, et en fait grelle mout grosses, et les enchace par sa chalour jusques a tiere. Mais au cheoir k’eles font, par l’espois de l’air amenuisent eles et devienent petites, et sovent aneantissent avant k’eles viegnent sur la terre. 7. Or avient par maintes fois ke li vent s’encontrent desus les nues, et s’entrefierent et boutent si fort en lor venir ke fus en naist en l’air. Et lors se cis feus trueve la amont ces vapors montees et engroissies, il les enflame et les fait ardoir, et c’est la foudre. Mais li fors deboutemens des vens les destraint et chace si roidement k’ele fent et passe les nues, et fait toner et espartir, et chiet aval de cel air, por les grans vens ki l’encauchent, que nule rien n’a contre lui duree. Et bien sachiés vraiement, que quant ele se muet a venir, ele est si grans ke c’est merveille; mais ele amenuise en son venir, por le deboutement de l’air et des nues. Et maintes fois avient, quant ele n’est a prime molt grant ne trop dure, et ke les nues sont bien grosses et moistes et chargies d’euwe, ke la foudre n’a pooir k’ele s’en passe, ains s’estaint en la nue et pert son feu. 8. Et quant li vent ki s’entrecombatent si mervilleusement entrent dedens les nues et sont enclos dedens lor cours, il les esmuevent et font ferir l’un contre l’autre; et por çou ke lor nature ne suefre pas k’il soient enclos, les rompent a fine force et lors font il le tonoire. Et il est de nature de toutes choses ki se puent ferir et bouter ensamble, ke feu en puet naistre. Et quant cel fort encontrement est des nues et des vens et li despuetemens dou tonnoire, nature en fet nestre fu, ki gete grandesime clarté, selonc ce ke vous veés sovent quant li espars gete sa lumiere; c’est la propre ochoisons por quoi sont li espar et li tonoire. Et se aucuns me demandoit por quoi on voit plus tost l’espars ke le tonnoire, je diroie, por ce ke le veoir est plus prest ke l’oïr. 9. Tot autresi avient il sovent ke aucune vapours seche, quant ele est montee tant qu’ele s’esprent pour le chalour ki est amont, et maintenant k’ele est esprise ele avare vers la terre tant k’ele [p. 92] estaint et amortist; dont.aucune gent dient que c’est le dragon, ou ke c’est une estoile ki chet. 10. Et sachiés k’en l’air sont environ la terre .iiii. vent principal es .iiii. parties du monde; et chascun vent a sa nature et son office de quoi il oevrent, selonc ce ke li marenier le sevent ki l’esporvoient de jor et de nuit. Mais des nons et de la diversité des vens ne dira ore plus li mestres, por ce ke les gens du monde changent et devisent les nons selonc les usages et selonc la diversité des langages. Et d’autre part l’en trueve maintenant que uns meismes vens fait en .i. leu pluie en .i. autre non, selonc ce ke li vens vient devers la parfonde mer plus prés a cele terre. Et nanporquant on dist communalment ke celui ki vient de droit levant, et celui ki li vient de droit occident a l’encontre, ne sont pas de grant peril, por ce ke lor venue fiert plus a la terre que a la mer. Mais celi ki vient de droite tramontaine et celi ki vient de droit midi sont de trés fiers perilz, car li cors s de l’un et de l’autre fiert a la mer trop durement. 11. Et ce sont li .iiii. vent principal du monde, et chascuns d’aus en a .ii. autres entor li ki sont autresi comme bastars; car vens de levant ki est atemprés, selonc ce que li contes devise ci devant, a devers tramontaine .i. vent ki seche toutes choses et est apelés Vulturne, mais li marenier le nomment Grec por ce k’il vient devers Grece. D’autre part devers midi en a .i. autre ki engendre nues, et a non Eore, mais li marenier en dient Siloc, mais je ne sai la raison por quoi il l’apelent ensi. 12. L’autre principal vent de midi est chaut et moistes, et sovent fait foudres et tempestes, et a de chascune part environ li vent chaut, ki tout font sovent et menu tempestes et crol de tiere. 13. L’autre principal ki vient de couchant oste et enchace froit et yver et amaine flors et fuelles et printans. Et devers midi a un vent de la nature as autres de midi, et a non Affriques; et par cel non l’apelent li marenier aucune fois, mais par .ii. autres nons l’apelent li marenier encore; car quant il est dous et souef si l’apelent Garbin, por ce ke celui païs que l’Escripture dist Affrike, l’en dit en vulgar parleure le Garb; mais quant il vient de grant ravine et o fortune, les nagans en dient Libex. Mais devers tramontaine en a il .i. autre plus debonaire ki a non Chorus, cist apelent li marenier Mestre, por .vii. estoiles ki sont en celi meisme leu. 14. Li autre principaus ki vient de tramontaine done nues et froidures, et cil ki li est encoste vers soleil couchant done noif et grelle et a non Circé; mais li autres ki vient devers levant restraint pluies et nuees. Ce puet on connoistre bien et briement, ke tot vent ki vienent d’orient devers midi, jusques en occident, donent tempeste ou pluies et teus choses samblables, selonc leu et tens. 15. Et li autre ki sont d’orient vers tramontaigne, jusques vers occident, font le contraire des autres, ja soit ce ke la nature de chascun puet [p. 93] changier selonc divers païs. Mais coment k’il soit, je di ke vens n’est autre chose ke deboutement de l’air. Mais fors de ce ki sont només maintenant, en sont .ii. autres de foible movement de l’air, dont li .i. est apelés en tiere Oria, et li autres Altain.

[Livre I, CVII]

DOU FEU

PRÉS l’avironement de l’air est assis le quart element, c’est le feu; c’est un air de feu sans nule moistor, ki s’estent jusk’a la lune et avirone cestui air ou nous somes. 2. Et sachés ke deseure le feu est la lune premierement et les autres estoiles, ki toutes sont de nature de fu. Et li fus ki siet dessus les autres elemens ne touche pas as autres elimens: c’est orbis. Car deseure le fu est .i. air pur et cler et net, ou sont les .vii. planetes; et encore desus cel air est li firmamens, ki tozjors tornoie et environne le monde o totes les estoiles, des orient juskes en occident, si con li contes devisera ça avant, la u il en sera lieus et tens. 3. Et sachiés que desus le f�rmament est uns cieus mout biaus et luisans, de coulor de cristal, et por ce est il apelés ciel cristalim; c’est li leus dont li malvés angele cheirent. Encore i a desus celui .i. autre ciel de coulor de porpre ki est apelés ciel empire, ou maint la sainte glorieuse Divinités avec toz ses angeles et ses secrés, de qui li mestres ne s’entremet en cel livre, ains les laisse as mestres divins et as signors de sainte eglise a qui il apertient; si tornera a son conte, c’est au devisement dou monde.

[Livre I, CVIII, p. 94]

DES .VIII. CERCLES

T li contes devise ça en arieres ke sor les .iiii. elimens est uns airs purs et clers sans nule oscurté, ki environne le fu et les autres .iii. elimens dedens soi, et s’estent jusques au firmament. En cesti pur air sont assisses les .vii. planetes, li .i. sor l’autre; dont li premiers ki est plus prochain a la terre sor le fu est la lune. Desus la lune est Mercures, et puis Venus, et puis le soleil, et puis Mars, et puis Jupiter ter, et puis est Saturnus, ki maint sor tous les autres planetes emprés du firmamant. 2. Et sachés que chascune pianete a son cercle dedens le pur air, par quoi il vait et fait son cours environ la terre, li un plus haut et li autre plus bas, selonc ce k’il sont assis l’un cercle dedens l’autre. Et li contes dist apertement ça en ariere que li mondes est tous reons et compassés diligemment. 3. Et si come la terre est toute reonde a son compas, dont li point est el parfont de la terre, c’est en son mileu, ke les gens apelent abisme; tout autresi sont compassé li cercle des elimens et des planetes et du firmament, si k’il sont trestout reont, li un dedens l’autre, et li uns environne l’autre. Et li cercles ki est dedens est maindres que cil ki est sor li. Por ce n’est il mie merveille se li uns planetes cort plus tost ke l’autre; car tant comme son cercle est plus petit, de tant le puet il corre plus tost. Et cil qui vait entour le plus grant vait plus lentement, selonc ce ke li contes dira ça avant, la ou il traitera de chascune planete par soi.

[Livre I, CVIIII]

DE LA GRANDEUR DE LA TIERE ET DU CIEL

T se c’est la verité ke la terre et li autre cercle sont formé a compas, donques covient il par necessité k’il soient tout fet a nombre et a mesure. Et se ce est, nous devons bien croire ke li anchien philosophe, ki savoient arismetike et geometrie, c’est la science de toz les nombres et de totes mesures, puet bien trover larghement la grandor des cercles et des estoiles; car sans faille li cercles est environ .vi. fois tant come li compas a de large, c’est a dire k’il gire .iii. tans come il a d’espés. Et par ceste raison maintenant comme il truevent combien la terre gire puent il bien savoir [p. 95] combien ele a d’espés. Et por la mesure de la terre troverent il bien par la raison dou compas et par les aleures des planetes et des estoiles, combien li un cercle sont plus en haut que li autre, et la grandor de cascun. 2. Raison coment: la terre gire tot environ .xxm. et .iiiic. et .xxvii. lieues lombardes, ja soit ce ke li italiien ne dient pas liues, ains dient milliers de terre, por ce que un millier de terre sont .m. pas, et chascuns pas contient .v. piés, et chascun piés contient .xii. pous. Mais la liue franchoise est bien .ii. tans u .iii. tans ke le millier n’en est. Puis ke l’en sot la grandeur du cercle de la terre, lors fu il chose provee ke son espés est la tierce partie de sa grandor, et son compas est le moitié de son espés, c’est la siste partie de son cercle. 3. Et il est voirs ke les planetes ki sont en pur air, et totes les estoiles ki sont el firmament, courent tozjors par lor cercles entor la terre sans reposer; mais ce n’est mie d’une maniere, car li firmamens cort de orient en occident entre jor et nuit une fois, si roidement et si fort que sa pesantour et sa grandor le feroit tot tressalir se ne fuissent les .vii. planetes, ki vont autresi come a l’encontre dou firmament, et atemprent son cors selonc son ordene. Et por ce n’est il mie merveille se les planetes vont lentement, que lor aleure est samblable au frommis quant il vait a l’encontre d’une grant roe torniant.

[Livre I, CX]

DOU FIRMAMENT ET DOU COURS DES .XII. SIGNAUS

OR Saturnus, ki est la .viime. pianete amont, est le firmament, ou les autres estoiles sont assises. Et sachés que de terre jusques au firmament a .xm. et lxvi. fois autant com la terre a d’espés. Et pour la hautece ki est si grant n’est il mie merveille se ces estoiles nous samblent estre petites. Mais a la verité il n’a el firmament jusc’au soleil nule estoile ki ne soit grignour ke tote la terre. 2. Et sachiés que les estoiles ke l’om puet reconnoistre et chosir clerement el firmament sont .m. et .xxii., selonc ce ke l’on trueve el livre de Almagestes. Mais entre les autres en i a il .xii. ki sont apelés les .xii. signaus, ce sont Aries, Taurus, Gemini, Cancer, Leo, Virgo, Libra, Scorpio, Sagittarius, Capricornus, Aquarius, et Pisces. Cist .xii. signaus ont el firmament .i. cercle, en quoi il se tornoient environ le monde, ki est apelés zodiake. Et chacuns i a .xxx. gré, et ensinc est li zodiake plaine de degré; car il en i a .xii. fois .xxx. ki font .iiic. et .lx. grés. Cis cercles est li chemins as planetes, [p. 96] par ou il les covient errer parmi le firmament, les unes en haut les autres en bas, chascuns selonc sa voie et selonc son cors. 3. Car Saturnes ki est li soverain de tous, et est cruel et felon et de froide nature, vait par tot les .xii. signaus en un an et .xiii. jors. Et sachiés que a la fin de cel tens ne revient il pas el leu et el point meismes dont il s’estoit meus, ains retorne en l’autre signal aprés, ou il recommence sa voie et son cors, et ensi fait tozjors jusc’a .xxx. ans, poi mains. Lors s’en vient il al point meismes dont il s’estoit meus au premier jor dou premier an, et refait son cours come devant. Et por ce puet chascuns entendre que Saturnus parfait et complist son cours en .xxx. ans poi s’en faut, en tel maniere k’il revient au premier point dont il se mut. 4. Jupiter, ki est desous li et est dous et piteus et plains de tous biens, vet par tot les .xii. signaus en .i. an et .i. mois et .iiii. jors poi s’en faut, mes son cours parfet en .xii. ans poi s’en faut. 5. Mars est chaus et batilleres et mauvés, et est apelés deus de batailles, vet par tout les .xii. signaus en .ii. ans et en .i. mois et en .xx. jors poi s’en faut, mais son cors acomplist et parfet en .i. an et .x. mois et .xxii. jors. 6. Soleil ki est bone planete imperiale vet par tot les .xii. signaus en un an et .vi. eures, mais son cors parfait en .xxviii. ans poi s’en faut. 7. Et Venus vait par les .xii. signaus en .i. an et .vii. mois et .viii. jors, et son cours fet il en .vii. mois et .xi. jors; et siut tousjors le soleil, et est bele et douce, et est apelee deus d’amors. 8. Mercures vait par les .xii. signaus en .iii. mois et .xxvi. jors poi s’en faut, et acomplist son cors en .i. mois et .xvii. jors; et il se mue de legier selonc le bonté et le malice des planetes a qui il se joint. 9. La lune vet par les .xii. signaus en .xxvii. jors et en .xviii. eures et tierce partie d’une heure, mais sa revolution fait ele tant k’ele apert en .xxviiii. jors et .vii. heures et demi heure et quinte partie d’une heure, et si acomplist tot son cors en .xviii. ans et .ix. mois et .xvi. jors et demi, en tel maniere k’ele revient au point et au leu dont ele estoit esmeue au comencement.

[Livre I, CXI, p. 97]

DOU COURS DOU SOLEIL PAR LES .XII. SIGNAUS

 ce poés vous entendre ke li solaus, ki est plus beaus et plus dignes des autres, siet enmi des planetes, car il en a .iii. desus lui et .iii. desous. Et il vet chascun jour poi mains un degré; car li grés du cercle sont .iiic. et 1x., selonc ce ke li contes dit ça ariere. Et il met a aler par tout .iiic. et lxv. jours et .vi. eures, c’est un an. 2. Et pour les .vi. heures ki sont chascun an en son cours outre les entiers jors, avient il ke en .iiii. ans en croissent un jour, ce sont .xxiiii. heures. Et lors a celui an .iiic. et lxvi. jors, que nous apelons bissexte; et cil jors est mis el mois de fevrier .v. jors a l’issue, et lors a fevriers .xxix. jors. Et pour ce nous covient il au kalendier demorer .ii. jors sur une letre, et est li .f. ki est li quinte letre a la fin de fevrier. 3. Et quant li solaus a fet .vii. bissextes en son cors, en tel maniere que chascun jors de la semaine a esté en bissexte, lors a li solaus tot son cours acompli entierement, et torne a son premier point et par ses premieres voies. Et pour ce fu dit ça ariere k’il parfait son cors en .xxviii. ans, car lors a il fet .vii. bissextes. 4. Et sachiés que au premier jour du siecle entra li solaus el premier signal, c’est en Aries, et ce fu .xiiii. jors a l’issue du mois de mars; et autresi fet il encore. Et quant il a celui passé, il s’en entre en l’autre, et puis en l’autre, tant k’il acomplist .i. an; car il li covient demorer en chascun signal .i. mois, c’est .xxx. jours et .i. poi plus. 5. Mais por ce k’il estoit grief a savoir as communes gens ce poi ki est outre les .xxx. jors, fu il establi par les anciens sages ke li .i. des mois eussent .xxx. jors et li autre en eussent .xxxi., ja soit ce ke fevriers n’en a més ke .xxviii. quant il n’a bissexte. Et ce fu fet pour le depiecement dou jour sauver.

[Livre I, CXII]

DOU JOUR ET DE LA NUIT ET DOU CHAUT ET DOU FROIT

A voie dou soleil et son cours est a aler chascun jour de orient en occident par son cercle environ la terre, en tel maniere k’il fait entre jour et nuit un tour. Et sachiés ke en chascun leu du monde a son droit orient cele part u li solaus lieve, et son occident est devers couchant. Car ou ke tu soies sur la terre, ou ça ou la, dois tu savoir ke de toi jusc’a ton orient a .lxxxx. grés, et autretant a de toi [p. 98] jusc’a ton occident. Et de ton occident jusc’a ceaus ki sont desos toi encontre tes piés droitement, a autresi .lxxxx. grés, et autretant jusc’a lor occident ki est le tien orient. Ensi sont .iiii. fois .lxxxx. grés, ki montent .iiic. et lx. degrés ki sont el cercle, si come li contes a devisé ça arieres. 2. Et pour ce dois tu bien croire k’il est toute fois jour et nuit; car quant li solaus est desous nous, et il alume ci u nous somes, il ne puet pas alumer de l’autre part la terre. Et quant il alume deça, il ne puet pas alumer dela, por la terre ki est entre nous et eus, ki ne laisse passer s’esplendour. D’autre part, se mon occident est le orient a ceaus ki abitent encontre mes piés, et mon orient est le leur occident, donc covient que totes fois soit jour et nuit; car quant nous avons les jours il ont les nuis, car jour ne est autre chose que soleil sour terre, ki sormonte totes lumieres. 3. Et por sa grandisme resplendissour ne poons nous de jor veoir les estoiles, car lor lumiere n’ont nul pooir devant la clarté dou soleil, car sans faille li solaus est fondemens de totes lumieres et de toutes chalours. 4. Et por ce ke sa voie se trait plus a cele partie ke nous apelons midi, avient il que celui païs est plus chaut que nul autre, ou il a grandesime terre deserte ou nule gent abitent, pour la fierté de la chalour. D’autre part com il se tire plus en bas midi et s’esloigne de nous, tant avons nous plus grant froit et grandes nuis, et cele part est la nuis petite et la chalours grignors: raison coment.

[Livre I, CXIII]

DEL CERCLE DES .XII. SIGNES

I cercles des .xii. signaus ki environent tot le monde est devisé en en .iiii. parties, dont il a .iii. signaus en chascune. Et li premiers signaus est Aries ou li solaus entre .xiiii. jors a l’issue de mars; ce fu li premiers jors dou siecle. Et por ce ke Dieus fist lors toutes choses ygués et droites et en bon poins, fu li jors ausi grans comme la nuis, si k’il n’ot entr’aus nule difference; et autresi est il tozjors. Et li manoir d’Aries et des autres .ii. signaus ki sont aprés n’est pas en bas midi, ne n’est pas haut desour nos chiés vers mienuit, c’est vers la tramontaigne ki siet vers septentrion; ains est enmi entre .ii. Et por ce est li tens plus atemprés et plus naturaus as engendremens de totes choses. 2. En ceste maniere commence li solaus son cors, et s’en vet tozjors plus en amont sor nous vers le plus haut du firmament. Et por ce couvient lors les jors a croistre, [p. 99] et amenuisier les nuis, tant k’il passe ces .iii. premiers signaus, jusc’a .xv. jors a l’issue du mois de jung; lors il a coru la quarte partie du cercle, c’est par Aries et par Taurus et par Geminis. 3. L’autre jor recomence il a aler par l’autre quarte partie et entre el quart signal, c’est en Cancre, et lors est il si haut com il puet plus estre. Por quoi il covient que celui jor soit plus grans ki soit en tot l’an, et la nuis plus petite, et nos avons lors chalor grant. Més el parfont midi, ou li solaus s’esloigne com il puet plus, est grandisme la nuit. Et en septentrion, ou li solaus se trait plus prés, sont les jours grandesimes. 4. Ensi s’en vait li solaus faisant son chemin avalant tozjors de haut en bas petit a petit, en tel maniere ke autresi com li jours croist de Aries jusc’a Cancre, por la montee dou soleil, tot autresi recomencent il a peticier par son avalement, tant come il vet par Cancre et par Lion et par Virgene, jusq’au quinzime jour a l’issue de septembre. 5. L’autre jor aprés entre il en l’autre quartier, c’est en Libra et lors est il ou droit mileu du cercle, ce est ou septime signal, tot droit contre Ariete. Et por ce covient il que celui jours soit ingal a la nuit et pareil, autresi com il fu de l’autre part dou cercle contre lui Mais c’est diversiment, car ceste paroiletés avient en septembre por l’abregement des jors et por l’acroissement des nuis, mais l’autre avient en mars porl’acroissance des jors et por l’abregement des nuis. 6. Ensi court li solaus par Libre et par Escorpion et par Sagittaire, tozjors abaissant et esloingant soi de nous. Et por ce decline li tens vers la froidour, tot autresi comme en mars vers la chalor. Et cil tens dure par les .iii. signaus devant només jusques au quinzime jor a l’issue du mois de decembre. 7. L’autre jor aprés rentre il ou derrain quartier, c’est en Capricorne, ki est tous contraires a Cancre. Et pour ce covient il que autresi come il fu lors la plus grant jours, tout autresi est lors la plus grans nuis et plus petit li jour, por ce que li solaus est esloignié de nous, por quoi il nous estuet avoir defaute de jour et de chalour. Mais la grans chalours et li grant jour sont lors en parfont midi, et les grandesimes nuis sont lors en septentrion a tout le grant froit. 8. Et ensi s’en passe li solaus par Capricorne et par Aquare et par Poisson, et amenuisent les nuis petit a petit, tant que a la fin de l’an vient a la fin du cercle. Et puis recomence son tour par Aries, selonc ce que li contes devise ci devant.

[Livre I, CXIIII, p. 100]

DE LA DIFFERENCE ENTRE MIDI ET SEPTENTRION

 ce poons nous conoistre que tot autresi comme il a en midi grant terre deserte, por la prochaineté du soleil ki vet cele part, en i ra il autant u plus vers mienuit, c’est sous tramontaine, ou nules genz habitent, por les tres grans froidures ki i sont pour le desevrance du soleil, ki est loins de cele terre. 2. Ce meisme est l’achoison por quoi il avient aucune fois ke en tramontaine ne dure li jours que .i. sol pichot, que a paines i poroit on messe charter. Et lors dure autresi poi la nuit ou parfont midi. Et teus fois dure li jors en midi prés d’un’an, et en tramontaine dure la nuit autretant, et si avient une heure que li jors dure .vi. mois en autre liu, et la nuit autretant, et en la contraire partie revient li contraires. 3. Et toutes ces differences, por quoi et coment eles avienent, puet on apertement veoir et entendre, cil ki diligement consire le aleure dou soleil par son cercle, selonc ce que li contes devise apertement. 4. Et ja soit ce que li contes dit que nous avons une fois le jour plus grant que la nuis, et une autre fois la nuit plus grant, et une autre fois la nuit plus que le jor, totefois di je que tozjors, coment k’il soit, il a autretant eures en chascune nuit comme en cascun jour; car il en a .xii. en chascun, por ce que li nombres des eures ne croist ne apetice. Mais quant li jours est grignours, les heures sont grignors, et cele de la nuit sont plus briés; autresi quant la nuis est graindre, k’ele a plus grant les heures.

[Livre I, CXV]

DE LA GRANDOR DOU SOLEIL ET DE LA LUNE

T sachiés que li solaus et toutes les planetes et les estoiles ki sor li sont assises, sont grignor que toute la terre; car li solauz est plus grans .c. et lxvi. fois et .iii. vintaines que toute la terre ne soit, selonc ce que li philosophe proverent par maintes raisons droites et necessaires. Et de la terre jusques au soleil a .vc. et iiiixx. et .v. tant com li espés de la terre est grans. Mais il disent bien que les autres planetes ki sont dou ciel en aval, c’est Venus et Mercurius et la lune, sont plus petit que la terre, car terre est plus grans [p. 101] .xxxix. tans et .i. poi plus ke la lune, et si est ele en haut .xxiiii. tans et demi et .v. dousaines comme tote la terre a d’espés parmi. 2. Et dient que la lune est tote reonde, dont li plusor dient que l’une moitié de son cors est resplendissant et l’autre moitié est oscure. Et selonc ce k’ele cort environ, demonstre sa clarté et sa oscurté une fois plus et autre mains, selonc qu’ele tornoie. Mais a la verité ele n’a point de sa propre lumiere, més ele est clere en tel maniere k’ele puet recevoir enluminement d’autri, autresi comme une espee brunie, et cristal, et autres choses samblables. Tot autresi fait la lune, ki par soi ne luist mie tant que nos puissons veoir sa clarté; mais quant li solaus le voit, il l’enlumine de tant com il le puet veoir, et la fait ausi resplendissant com ele apert a nous. 3. Raison coment: la lune se renovele tozjors en celui meismes signal ou li solaus maint, et ele cort chascun jour .xiii. grés. Et vos avés bien oii ça en arieres que .i. signal a .xxx. grés, et ensi passe la lune .n signal en .ii. jors et tierce, poi s’en faut. Et quant ele vient en .i. signal u tout le soleil est, ele est alumee de la partie deseure dont li solaus l’esgarde, a ce k’ele cort desous lui, et por ce n’en poons nos point veoir. Mais au tierç jour, quant ele ist de celui signal ou est auques eslongie de lui, et il l’esgarde de costé, lors apert le croissant a nostre veue a .ii. cornes. Et de tant comme ele s’esloigne plus du soleil, tant croist ele plus et plus, car il en voit plus; tant k’ele vient au septime signal de l’autre part du cercle, tot droit contre le soleil, c’est aprés les .xiiii. jors; lors le voit li solaus tot clerement, et por ce devient ele toute resplendissant quant ele est reonde. 4. Et quant ele a ce fait, maintenant comence a avaler de l’autre part du cercle, et se torne vers le soleil, et lors a primes comence a descroistre d’autre part, dont li solaus ne le puet remirer. Et tant fet qu’ele vient a son mestre, et le trueve en l’autre signal aprés, ou ele l’avoit laissié; car en tant comme li solaus met a ler tot .i. signal cort la lune par toutes les .xii. environ.

[Livre I, CXVI]

COMMENT LA LUNE EMPRUNTE SA LUMIERE DOU SOLEIL, ET DES ECLIPSES

T il soit ensi voirs que la lune enprompte sa clarté dou soleil, et k’ele soit maindre de lui et de la terre, est prové certainement par les eclipses et par les oscurtés de l’un et de l’autre. Raison coment: [p. 102] veés ci la lune entrer en celui meisme signal ou li solaus maint, lors est ele entre lui et la terre, mais ne luist mie devers nous. 2. Et il puet bien estre que s’ele soit en celi point u li solaus est si droitement k’ele cuevre nos ols, en tel maniere que nous ne veons pas le soleil, sa clarté n’a nul pooir sor nous. Mais por ce que li solaus iest plus grans que la lune et que la terre, et por ce ke la terre est grignour ke la lune, n’avient pas cele oscurté par tote la terre, se en tant non comme l’ombre de la lune puet covrir et contretenir le rai du soleil. 3. Et quant la lune s’en est alee au septime signal de l’autre part du cercle, puet il estre aucune fois k’ele est si droitement contre le soleil que la terre entre enmi et contretient l’esplendissour du soleil, en tel maniere que la lune oscurcist et pert sa lumiere a celui point k’ele en doit plus avoir. Et l’ochoison por quoi ce avient est pour ce ke l’ombre de la terre fiert tozjors tot droit encontre le leu ou li solaus maint, si com on puet veoir de lui et del feu apertement as ombres ki sont a l’encontre. 4. Et vous devés croire que li ombres de la terre si apetice tozjours, tant com ele s’esloingne, por ce k’ele est maindre que li solaus et k’il mande ses rais tot environ. Et a ce poons nous entendre que li eclipses dou soleil ne puet estre se a la lune novele non. Et celui de la lune n’a pooir k’ele aviegne se en sa reondece non. 5. Par ces et par autres raisons proverent li sage que la lune enprunpte dou soleil la resplendissant lumiere ki vient jusc’a nous; car en ce ke lune est une estoile, il covient k’ele ait sa propre lumiere, car totes estoiles sont reluisans. Mais la lueur de la lune n’aroit pooir k’ele enluminast sur la terre, se ce ne fust de par le soleil.

[Livre I, CXVII]

DE LA PROPRIETÉ DE LA LUNE

AIS pour ce que la lune est plus en bas des autres estoiles, et plus prochaine a la terre, nous samble il k’ele soit grignor ke les autres; car nostre veue ne puet soufrir de veoir ce ki est a long de nous. Et totes choses quant eles sont lontaines nos resamblent a estre maindres k’eles ne sont. 2. D’autre part nous veons apertement que por sa prochaineté ele oevre tousjors es choses ki sont cha aval plus apertement que les autres; car quant ele croist, il covient a croistre toutes mooles dedens les os, et cancres et escrevises [p. 103] et tous animaus et poissons croissent en lor mooles; neis la mers croist et boute lors grandisme flos. Et quant ele apetice, totes choses apeticent et sont maindres ke devant. 3. D’autre part nous veons qu’ele court plus tost que les autres planetes, et ce ne poroit pas estre se li cercles de sa voie ne fust maindres des autres, et maindres ne poroit il estre s’il ne fust plus en bas. Raison coment: la lune vet par tot les .xii. signaus et parfait son cours des .iiic. et .lx. degrés ki sont en lor cercle en .xxvii. jours et .viii. eures et tierce, en quoi li solaus met a aler .i. an, selonc ce que li contes a devisé ça ariere. 4. Mais nous devons savoir que li ans est en .ii. manieres, car li uns est selonc le cours du soleil, en .iiic. et lxv. jors et quarte d’un jor, et li autres est de la lune, c’est quant ele a couru par le cercle du signal .xii. fois, et ce fait ele en .iiic. et liiii. jors: raison coment.

[Livre I, CXVIII]

CI DEVISE LA CONPOSTE DE LA LUNE ET DEL SOLEIL ET DOU PREMIER JOR DOU SIECLE ET DOU BISSEXTE ET DES EPACTES ET DES AUTRES RAISONS DE LA LUNE

OUS lisons en la Bible que au comencement du siecle, quant Nostre Sires crea et fist toutes choses, que totes estoiles furent faites au quart jor, c’est .xi. jors a l’issue du mois de mars. Et por ce dient li plusour que lors est la droite paroiletés entre jor et nuit, et selonc ce est la lune apelee prime et novele par aucunes gens. 2. Mais selonc les observances de sainte eglise est ele apelee prime .ix. jors a l’issue de mars, c’est a dire quant li hom le puet veoir, et qu’ele a parut hors dou premier signal, ou ele estoit avec le soleil, selonc ce que li contes a devisé ça arieres. Et sachiés que li arrabien dient que li jors comence lors que la lune apert, c’est au couchier dou soleil. 3. Et vous avés bien oii que de l’une acention de la lune a l’autre sont .xxix. jors et .vii. heures et demie et quinte partie d’une heure, et c’est li drois mois de la lune, ja soit ce que li conteour de sainte eglise dient qu’il i a .xxix. jors et demi. Et por esclarcir le nombre dient il que li .i. mois a .xxx. jors et l’autre .xxix. Et de ce avient que li .xii. mois de la lune sont .iiic. et liiii. jors. 4. Et issi est li [p. 104] ans du soleil graindres que celui de la lune .xi. jors enterin, et par os .xi. jors de remanant avient li embolisme, c’est a dire l’an ki a .xiii. lunes. Raison coment: en .iii. ans i a de remanant .xxxiii. jors, ki sont une lunee et .iii. jors et plus, et autresi font en avant d’un an en autre, tant k’il acomplissent .vii. embolismes, por les .vii. jors de la sesmaines. 5. Et c’est tout fait en .xviii. ans et .ix. mois et .xvi. jors et demi, selonc les arabiiens; mais selonc les conteours de sainte eglise, ki welent amender tous depiecemens, sont .xix. ans et .i. jor, ki est outre dou remanant. Lors retorne la lune a son premier point dont ele estoit esmeue premiers, et recourt comme devant. 6. Ore veés que tous li contes de la lune et ses raisons definent et acomplissent son cours dedens .xix. ans. Et que chascuns ans de la lune est maindres que celui du soleil .xi. jors, dont il avient que la u de la lune est ou an prime, ele sera l’an ki doit venir .xi. jors plus ariere au rebours dou kalendier et de l’annee. 7. De cestui meismes .xi. jors naist uns contes ki est apelés li epacte, pour trover la raison de la lune. Raison coment: au premier an du siecle que les planetes comencierent lor cors en .i. meisme jour n’ot nul remanant des ans de la lune ou dou soleil. Et por ce dient que li premiers ans des .xix. devant dis les epactes sont nules. 8. Et en celui an est la lune prime au novime jour a l’issue de mars, si come ele fu au comencement, et toute cele annee est come lors. Au secont an ke li remanans comença a primes, sont les epactes .xi., car tant croist la lune; et la u ele fu au premier an prime, au secont ara .xi. jors, au tierç an sont les epactes .xxii., au quart an montent .xxxiii. 9. Mais por ce k’il i a un embolisme, c’est une lunee, tu dois oster les .xxx. jors, por ce que toutes lunes d’embolisme ont .xxx. jours; et dois retenir le remanant, c’est .iii., ki sont epacte du quart an. Ensi dois tu maintenir les riules, que tu joindras chascune anee .xi.; et quant li nombres monte sor .xxx., tu en osteras les .xxx. et te tenras au remanant, et ce feras jusc’a .xix. ans, que les epactes sont .xviii. 10. Et quant il sont finés, il i a de remanant .i. jor, selonc ce que li contes a dit ça ariere, ki est apelés li saut de la lune. Lors dois tu penre celui jor et les .xi. remanant, et joindre sor .xviii, et font .xxx., c’est une lune embolisme, ki doit estre mise en l’anee .xixime.; et tu n’en as aucun de remanant, por quoi les epactes sont nules, si come devant. 11. Et sachiés que les epactes muent tozjors en septembre, mais sa chaiere est .x. jors a l’issue de mars; car en celui jor que la lune n’estoit encore veue, et sainte eglise ne le met en conte, si come vous avés oï ci devant, et ses jornees estoient nules, segnefie que en celui an sont les epactes nules. Mais la seconde anee, que la lune ot a celui jour .xi. jors, segnefie que les epactes sont .xi. Autresi est et sera [p. 105] tousjours; tant comme la lune a d’aage a celui jour, tant seront les epactes de cele annee. 12. Et sachiés ke la premiere anee du siecle la lune ot le premier jor d’avrilh .x. jors, et en mai .xi., et en jung .xii., et en jungnet .xiii., et en aoust .xiiii., et en septembre .v., et en octobre .v., et en novembre .vii., en decembre .vii., et en jenvier .ix., et en fevrier .x., et en mars .ix. jors. 13. Cist conte sont apelé concurrent, a qui nous nous devons tenir tousjours la premiere annee quant les epactes sont nules; mais du premier en avant dois tu joindre les epactes de celui an concurrens de celi mois que tu voldras, et tant aura la lune le premiers jour de celui mois, sauf ce que, se li nombres monte plus de .xxx., tu les osteras et retenras le remanant. 14. Mais garde toi ou disenuevime an du saut de la lune, c’est a dire dou jour ki croist en tous les .xix. ans, selonc ce ke li contes dit ci deseure. Car de ce avient une erreur el mois de jule; car la u la lune doit estre jugie de .xxx. jours, selonc les epactes ele est prime. Tout autresi te covient il garder en l’octime an et en l’onzime, pour ce que le raison des epactes i faut en .ii. lunees, por achoison de l’embolisme. 15. Et sachiés que la paske de la resurrection Jhesucrist mue selonc le cours de la lune. Raison comment: il fu voirs que jadis quant li pules d’Israhel fu amenés en chetivison en Babilone, k’il furent delivré .i. jor de plaine lune, c’est a dire k’ele avoit .xiiii. jors, et ce fu puis ke li solaus fu entrés en Aries. 16. Et vous avés bien oï ça arieres por quoi la chaiere de l’epacte est chascun an el disime jor a l’issue de mars; et ensi observent li juis, que en celui jour ou de li avant, u k’il truevent la lune quatorzime, il celebrent lor Paske, en ramembrance de lor delivrance. Mais sainte eglise fait ses Paskes le premier diemence ki vient aprés cele lune plaine, por ce que Jhesucris resuscita de mort en celi jour. Et sachiés que la vielle loi gardoit le septime jor que Deus se reposa, quant il ot fait le monde et ces autres choses, ce est le samedi; mais en la novele loi gardons nous l’octime jor c’est le diemence, por la reverance de la resurrection. 17. Et sachiés que .xl. jors aprés la resurrection, Nostre Signour s’en ala el ciel, et por ce celebrons nous la feste de l’Ascention. Et de lors a .x. jours vint li Sains Esperis sor les disciples, porquoi nous gardons la feste de la Pentecouste. Ces et maint autres choses puet on savoir par les raisons de la lune et du soleil, et por ce fet il bon a savoir les. 18. Mais ki voudra savoir quant l’anee cort el conte des .xxviii. ans du soleil, il prendera les ans de Nostre Signeur, et si ajoindra .ix. ans avec, car tant s’en estoient ja alé quant il nasqui; et de toute cele some ostera toz les .xxviii. k’il pora, et le remanant sera son conte. Tout autresi ki savoir vuet quele anee court el [p. 106] nombre des .xix. ans de la lune, prenge les ans Nostre Signeur et .i. an plus et puis en oste tous les .xix. k’il puet, et li remanans est çou k’il quiert.

[Livre I, CXVIIII]

DES SIGNAUS DES PLANETES ET DES .II. TRAMONTAINES

R est il bien legiere chose de savoir en quel signal maint le soleil; et puis ke l’en set çou, il puet legierement savoir ou la lune est. Car ele s’esloigne du soleil chascun jor .xiii. degrés poi s’en faut. D’autre part se tu doubles l’aage de la lune et joindras .v. et la some partiras en .v., sachés que tantefois con tu i troveras .v., tant signal a couru la lune de celui u ele se renovela. Et tant com il i a de remanant, tant est ele ja dedens celui signal. 2. Et sachés que celui signal en quoi le soleil maint lieve tozjors au matin, c’est la premiere heure dou jor, et couche o tout le soleil la premiere eure de la nuit. Raison coment: li solaus se tornie tousjours des orient en occident, selonc ce que li firmamens tornie o tous les signaus et les autres estoiles, chascun selonc son cours; més li solaus et les autres planetes ensivent toutes voies lor cercles des .xii. signaus. Et pour ce covient il que quant li solaus est en Aries, li solaus lieve et couche selonc ce que Aries fet; et ensi lieve Aries la premiere heure du jor, et Taurus lieve l’eure seconde, Gemini la tierce heure, et puis tint li un aprés l’autre tant k’il sont trestous levés. Et quant li derrains est levés, lors couche li premiers, et vet tant toute nuit d’eure en heure, k’il revient a son levant. 3. Mais pour ce que li cercles du soleil est plus briés que celui des signaus, li avient il a fere plus tost son cours, tant k’il passe tout le jour plus avant que son signal poi main ke un degré, dont il en i a .xxx. en chascun signal. Et por ce garde que tant come li solaus a avancié son cors dedens son signal, autretant lieve celui signal devant le soleil, c’est a dire devant la premiere heure dou jor. Raison coment: se le soleil est ore entrés el chief d’Arles, certes il comence a lever soi [p. 107] el commencement de la premiere heure; més quant il est couru jusc’au mileu d’Aries, lors est la moitié d’Aries ja levee quant li solaus lieve; autresi di je vers la fin, et de tous autres signaus. 4. Or avés oï a quel heure del jor et de la nuit lieve chacun signal; or est il bon a savoir ki est li sires de chascune heure. Et en some sachiés que la premiere heure de chascun jor est desous celui pianete por qui celui jour est només; raison coment: la premiere heure du samedi est soz Saturne, et cele dou diemence est du soleil, et cil du lundi est soz la lune; autresi sont les autres. Dont il covient que se la prime eure est de Saturne, que la seconde soit de Jupiter et la tierce de Mars et la quarte du soleil et la quinte de Venus et la siste de Mercure et la septime de la lune. Puis comence de rechief; car l’uitime est celi meisme que la premiere, et la nuevime a celi ke la seconde. Ft ensi vet toustans par ordre jour et nuit, selonc ce ke li firmamens tornie tozjors sans definer de orient en occident, sor les .ii. eissiaus, ki sont l’un en midi l’autre en septentrion, et cil et cel ne se remuënt pas, autresi comme les eissiaus d’une charete. 5. Por ce nagent li marenier as ensegnes des estoiles ki i sont, k’il apelent tramontaines, et les gens ki sont en Europe et en ceste partie nagent a la tramontaine de septentrion et li autre nagent a la tramontaine de midi. Et ke ce soit verités, prenés une piere d’aimant: vous troverés k’ele a .ii. faces, une ki gist vers la tramontaine de midi, et l’autre gist vers l’autre. Et chascune des .ii. faces alie la puinte de l’aguille vers cele tramontaine a qui cele face gisoit. Et por ce seroient li marenier sovent deceu s’il ne s’en presissent garde. Et por ce que ces .ii. estoiles ne se muevent, avient il ke les autres estoiles ki sont enki entour ont plus petis cercles, et les autres grignours, selonc ce que les unes i sont plus prés et les autres plus loing.

[Livre I, CXX]

DE NATURE QUELLE ELLE EST ET COUMENT ELLE OEVRE ES CHOSES DU MONDE

AR ces .ii. raisons que li contes devise ci devant et plus en arieres, poés vous bien entendre comment li firmamens tornie tozjors environ le monde, et coment les .vii. planetes courent par les .xii. signaus, dont il ont si grant poesté sor les choses terrienes k’il les couvient aler et venir selonc lor cours; car autrement n’auroient [p. 108] eles nule force de naistre ne de croistre ne de finer ne d’autre chose. 2. Et a la verité dire, se li firmamens ne torniast tozjors environ la terre si com il fait, il n’est nule creature au monde ki se peust movoir par nule maniere del monde; et plus encore, que se li firmamens demorast .i. seul pichot, k’il n’alast, il covendroit fondre et anientir totes choses; por ce devons nos amer et criembre Nostre Signeur, ki est sires de tout ce, et sans qui nul bien ne nule poesté ne puet estre. Il establi nature desoz soi, ki ordeine totes les choses del ciel en aval selonc la volenté dou Soverain Pere. 3. Dont Aristotles dist, ke nature est cele chose par qui totes choses s’esmuevent ou se reposent par aus meismes. Raison comment: li feus va tozjors amont par soi meismes, et la piere se pose tozjors par soi meisme; mais ki enclot le feu si k’il ne puisse monter, ou ki gete la piere, c’est a force et par autrui, non mie par aus meismes, dont n’est ce selonc nature. Et sor ce dist li philosophes, que les oevres de la nature sont en .vi. manieres, ce sont generation, corruption, acroissement, diminution, alteration, et muemens de l’un leu en l’autre. 4. Raison coment: generation est cele oevre de nature par qui totes choses sont engendrees, selonc ce k’ele fait engendrer d’un oef un oisel; ce ne feroit trestoz li mondes ensamble, se force de nature ne le fait; autresi di je des homes et des autres choses. 5. Corruption est cele chose de nature por quoi totes choses sont corrompues et menees a son definement; car la mort de l’home et des autres choses n’avient se por ice non que ses humors ki le tienent en vie sont corrompues en tel maniere k’il n’ont plus de pooir; lors covient il que cele chose viegne a sa fin; mais quant on l’ocist a force, ce n’est mie corruptions de nature. 6. Acroissemens est cele oevre de nature ki fait croistre .i. petit enfant ou autre chose de sa generation jusc’a tant k’il doit croistre, car toutes choses sunt abonnees dedens lor terme, outre quoi ele ne puet pas croistre. 7. Diminutions est cele oevre de nature ki fait amenuisier un home u une autre chose; car quant uns hom est alés jusc’a ses bonnes, et k’il a tant creu come il doit, lors recomence il a descroistre et amenuisier sa force, jusc’a sa fin 8. Alteration est cele oevre de nature ki mue une chose en autre, si come nous veons, en une figue ou autre fruit ki naist de color vert, ke nature mue cele coulor en autre, et les fet noires ou rouges ou d’autre coulor. 9. Muement est cele oevre de nature por quoi nature fet muer le firmament, les estoiles, les vens, les euues, et maintes autres choses, de l’un leu en autre, par aus meismes. Ce sont les oevres de nature, ja soit ce que li contes devise ci petit d’exampleres; mais il souffissent bien a bon entendeour par toutes choses ki par nature sont et por ce est il chose provee a savoir k’est nature et quoi non. 10. [p. 109] Mais ci se taist li contes a parler du firmament et des estoiles et des choses desus, et tornera a deviser la nature des choses ki sont en tiere; mais il devisera premiers les parties et les habitations de la terre.

[Livre I, CXXI]

CI COMMENCE MAPAMUNDE, ET DEVISE BRIEMENT TOUTES LES REGIONS ET LES LIEUS DES HABITANS

ERRE est chainte et avironnee de mer, selonc ce que li contes a devisé ça arieres, la ou il parole des elimens. Et sachiés que çou est la grant mer, ki est apelee Ocheaine, de quoi sont estraites totes les autres ki sont parmi la terre en diverses parties et sont ausi come bras de celui. Dont cil ki vient par Espaigne en Ytaile et en Grece est graindres que les autres, et por ce est ele apelee la mer grant Mitteterraine, por ce k’ele fent par mileu de la terre jusques vers orient, et devise et depart les .iii. parties de la terre. 2. Raison coment: toute la terre est devisee en .iii. parties, ce sont Aise, Aufrique, et Europe. Mais ce n’est mie a droit, por ce ke l’une n’est pas igal a l’autre, car Aise tient bien une moitié de la terre toute, dés le leu ou le fleuve de Nile chiet en mer en Alixandre, et de ce leu ou le fleuve de Thanaim chiet en mer au Bras Saint George vers orient, tot jusc’a la mer ocheaine et au paradis terrestre. 3. Les autres .ii. parties sont le remanant de la terre vers occident partot jusc’a la mer ocheaine, mais eles sont devisees par la mer grant ki est entre deus. Et cele partie ki est par dela vers midi jusk’en occident est Aufrike, et l’autre terre ki est par de ça vers tramontaine, c’est en septentrion vers soleil couchant, est Europe. 4. Et por mieus moustrer le païs et les gens du monde, traitera li contes briement de cascune partie par soi, et premierement d’Aise, ki est la premiere et la grignor; et comencera de celui chief ke est vers midi, ou el se part d’Aufrique au fleuve de Nile et au fleuve de Tigre, ce est en Egypte.

[Livre I, CXXII, p. 110]

D’AISE KI SIET EN LA PARTIE D’ORIENT

N Egypte est la cité de Babilone et Lou Caire et Alixandre et plusors autres viles. Et sachiés ke Egypte est une terre ki siet contre midi et s’estent vers soleillevant; et par deriere li est Etyope; et par desus cort li fleuves de Niles, c’est Geon, ki comence desous sus la mer ocheaine, ou il fait maintenant un lac ki est apelés Nilides, et est de toutes choses samblables a celes ke nos veons au fleuves de Niles. 2. Et d’autre part quant il a en Mauritaine grans pluies ou grant noif ki decheent en celui lac, lors croist li fleuves de Niles et enonde la terre d’Egypte; et por çou dient li plusour que cil fleuves est de celui lac. Mais l’euue del lac s’en entre par terre et court par voies closes et par pertruis privés dedens la terre, tant k’ele apert en Cesaire, ou ele se demoustre toute samblable au premier lac. Et iluec s’en entre de rechief souz terre, et s’en vet par lontaines terree, k’il n’en ist fors jusques a la terre d’Etyope, ou il apert et fet .i. fleuve ki a non Tigre, de quoi li contes dit k’il devise Affrique d’Aise. A la fin se part il en .vii. et s’en vet outre par midi en la mer d’Egypte, et en ist uns fleuves ki baigne et arose toute la terre d’Egypte, car il n’i a autres fleuves ne pluies. 3. Raison coment: quant li solaus est ou signal de Cancre .x. jors a l’issue de jung, cil fleuves comence a croistre, et tozjours croist jusk’il entre ou Lion. Et quant li solaus entre ou Lion et est dedans, il a si grant force, les .iii. jours devant les kalendes d’aoust jusc’a .xi. jors a l’entree, k’il ist outre le lit de son cours ça et la, tant k’il arouse toute la terre; et ensi fait tant que li solaus maint en Lyon. Et quant il entre en Virge, il comence a descroistre chascun jour plus.et plus, tant que le solaus entre en Libre et que li jorz et la nuis sont ygal en septembre, lors retorne li fleuves dedens ses rives et se reclot en son canel. 4. Por ce dient li egyptiien ke en cele anee que li fleuves de Nile croist trop en haut et que son acroissement se desmesure outre .xviii. piés que li champ ne gaignent mie tant por le moistour des euues, ki i gisent trop longhement. Et quant il croist mains de .xiiii. piés, lors ne puent li champ estre baignié par tot ou il besoigne, et por ce avienent les famines en cele terre et la defaute du blé. Mais quant il est en .xvi. piés ou enki entour, lors est la plenté de toz biens. 5. C’est le fleuves d’Egypte de qui dient li plusour que sa naissance ne puet restre trovee outre celui leu ou le Tigre se part en .vii. et que Nile comence. Sa voie est le païs d’Arrabe, ki s’apertient a la mer Rouge. Et sachiés ke cele mers est rouge non mie par [p. 111] nature mais par accident, por les teres ki sont rouges dont il fait son cors. Et cil est .i. goufre de la mer occheaine ki est devisee en .ii. bras, un ki est de Perse et l’autre ki est d’Arrabe. 6. Et sachiés que en la riviere de la mer Rouge est une fontaine de tel nature ke se les brebis en boivent, tot maintenant comencent a muer la coulour de la toison des berbis dedens la pel; et cele coulor croist et vient, et l’autre coulor, quant la toison est escreue, s’en vet o tout la toison. En celui païs croist li encens et la mirre et la canele et un oisel ki est apelés fenix, dont il n’a ke .i. en tout le monde, selonc ce que nous troverons ça avant ou livre des oisiaus. 7. Encore est outre celui leu meisme mont Casse, ou est Jafe la tres anciene vile de tout le monde, si come elle fu fete devant le delouge. Encore i est Sorie et Judee, c’est une grant province ou li basme naist, et si i est la cité de Jerusalem et Bethleem et le fleuve de Jordan, ki est ensi apelés por .ii. fontaines dont l’une a non Jor et l’autre Dan, ki se joignent ensamble. Et ces fleuves naissent sez le mont Liban, et devise le païs de Judee de celui d’Arrabe, et en la fin chiet en la mer Morte pres de Jericho. 8. Et sachiés que mer Morte est issi apelee pour çou k’ele n’engendre ne ne rechoit nule chose vivant, et toutes choses ki sont sans vie cheent en parfont, ne nus vens ne’l puet movoir; et est toute samblans a burre bien tenant, por ce est ele apelee la mer Salmaire et le lac d’Asfalt. Et sachiés que le burre de celui lac est si tenant et si glutineus que, se uns hom en preist une filailles, eles ne se depecheroient jamés, ains s’en venroient totes ensamble, se l’en ne le touchast au sanc menstruel des femes, ki tantost le depieche. Et cil lac est es parties de Judee. 9. Aprés est Palestine, ou est la cités d’Escalona, ki jadis furent apelé Philistiem. Long de Jherusalem sont les .ii. cités de Sodome et de Gomorre. Dedens Jude vers soleil couchant sont les hesseniiens, ki par lor grant savoir se desovirent des gens por eschiver deliz, car entr’aus n’a nule feme, ne pecune n’i est ja conneue; il vivent del palmis; et ja soit ce que nus i naisse, la multitude des gens n’i faut, et se maint des gens i vont, nus n’i puet manoir longhement, se chasteté et foi et innocence n’est avec lui, car Deus ne le suefre mie. 10. Aprés vient li païs de Seluice, ou il a .i. autre mont Casse pres d’Anthioce, ki est si haut ke l’en puet veoir le soleil dedens la quarte partie de la nuit, et ensi puet on veoir jour et nuit a une heure, et puet on veoir la luour devant que li jors apere. 11. Par enki cort li fleuves d’Eufrate, ki naist en Ermenie la grant, sor Zizame, au pié del mont Catoten, tres parmi Babilone; et s’en vet en Mespotaigne, et la baigne il et enonde tout le païs, tot ausi com Nile fet en Egypte en celui tens meismes. Salustes dist que Tigres et Eufrates naissent en Ermenie d’une meisme fontaine. 12. Tigre [p. 112] est uns fleuves ki alieve son chief en Ermenie d’une noble fontaine ki est només Elogies; et au comencement cort lentement sans son non; et quant il touche la marche des mediiens, maintenant est apelés Tigres, tant k’il chiet el lac ki est apelés Aretuse, ki sostient toutes choses coment k’eles soient griés et pesans. Et son cors est en tel maniere parmi le lac ke li poisson de l’une partie n’entrent pas en l’autre, et court si fort que c’est une merveille, et sa coulor est devisee de celui du lac. En ceste maniere s’en vet Tigre courant come foudre tant k’il treuve Montor a l’encontre, lors entre desous terre, et ist de l’autre part a Zomode. Puis s’en entre il desous terre, et cort dedens tant k’il apert en la terre des jabeniiens et des arabiiens. 13. Aprés vient Celice, une grant terre ou Montor siet. A destre esgarde septentrion; et cele part est Caspie et Orcanie. A senestre esgarde midi, et en cele partie est Amazonie li regnes des femes, et Achaie et Escite, et ses frons esgarde occidant. Tant comme ce mont esgarde midi, eschaufe il fort par le soleil; mais d’autre part, ki esgarde septentrion, n’a ke vens et pluies. La est la terre de Scite ou li mons de Cimere siet, ki par nuit fait grans fumees; et la terre d’Aise la petite, ou est Epessim et Troie et la terre Galate de Bitine et la terre de Pasfegloine et cele de Capadoce, et la terre de Asire, en quoi est Arbelite, une regions u Alixandres venki Daire le roi, et la terre de Mede. 14. Encore sont a destre de Montor les portes de Caspe, ou l’en ne puet aler fors ke par .i. petit sentier ki fu fais a force par mains d’omme; ki a de lonc bien .viiim. pas. Puis i a une espasse de .xxviiim. pas de terre par lonc, u il n’a point de puis ne de fontaines. Et sachiés que maintenant que printans vient, li serpent du païs s’enfuient cele part, par quoi nus hom puet aler. As portes de Caspe vers orient est uns leus li plus plentevieus de totes choses ki sont sus terre, et cil leus est apelés Direu. Enki enprés est la terre de Termegire, ki est si tres douce et delitable ke Alixandres i fist la premiere Alixandre, ki est ore apelee Cileuce. 15. Aprés est Bautie, uns païs ki fiert contre la terre d’Inde. Outre les bautriens est Pande, une vile de sodianiens, ou Alixandres fist la tierce Alixandre, por demostrer le fin de ses aleures. C’est li leus ou premierement Liber, et puis Ercules, et puis Semiramis, et puis Cire firent autel, por signe k’il avoient la terre conquise jusques la, et plus avant n’avoit point de gent. Par enki se torne la mers de Scite et celi de Caspe en occheaine, et au commencement sont les tres grans nois et parfondes. Aprés i est la grant deserte. Aprés i sont Antropofagi, une gent mout aspres et mout fieres. 16. Aprés i a une grandesime terre ki tote est plaine de bestes sauvages, si cruels ke l’on n’i puet pas aler. Et sachiés que ceste male aventure avient par le grandesime joug ki est sor la mer, que li [p. 113] barbarin apelent Tabi. Aprés sont les grandesimes solitudes et les terree desabitees vers soleil levant. 17. Aprés cel liu et outre totes habitations des homes trovons nous tot avant homes ki sont apelé Sere, ki de fuelles et d’escorce d’aubres par force d’euue font une laine dont il font vestimenz. Et sont humbles et paisibles entr’aus, et refusent compaignie d’autre gent; més li nostre marcheant passent lor premier fleuve et trovent sor la riviere totes manieres de marchandises ki la puet estre trovee; et sans nul parlement il esgardent a l’oeil le pris de chascune, et quant il l’ont veu, il en portent çou k’il welent et laissent la vaillance ou leu meismes. En ceste maniere vendent il lor marchandise ne des nostres ne welent ne poi ne mout. 18. Aprés ce est la terre de Arace sor la mer, ou li airs est mout atemprés; et entre cele terre et Inde siet li païs de Symicoine entre deus. 19. Aprés cele terre siet Inde, ki dure des les montaignes de Medes jusc’a la mer de midi, ou li airs est si bons k’il i a .ii. fois esté et .ii. moissons en une annee, et en leu d’yvier i est uns vens clous et souef. En Inde avoit .vm. viles bien pueplees et habitees de gens; et ce n’est pas merveille, a ce ke li indiiens ne furent onques remués de lor terre. Li tres grant fleuve ki sont en Ynde sont Ganges et Yndus et Ypanus, li tres noble fleuves ki detint les aleures Alixandre, selonc ce ke les bonnes k’il i ficha sor la riviere demoustrent apertement. 20. Gambaride sont li derrenier peuple ki sont en Inde. En une ille de Ganges est la terre de Pras et de Paliborte, et mont Martel. Les gens ki habitent entor le fleuve Indus devers midi sont de verde coulor. Hors de Inde sont .ii. illes, Eride et Argite, ou il a si tres grant chose de metal que li plusor quident ke toute la terre soit or et argent. 21. Et sachiés k’en Ynde et en celui païs la outre a maintes diversités de gens. Car il i a de teus ki ne vivent fors ke de poissons; et de teus i a ki ochient lor peres avant k’il decheent por viellece ou por maladie, et si les menguënt, et ce est entr’aus une chose de grant pitié. Cil ki habitent el mont Niles ont les piés envers, c’est la plante desus, et en chascun .viii. dois. Autres i a ki ont testes de chien. Et li autre n’ont chief, mais lor oeil sont es espaules. Une gent i a ke, maintenant k’il naissent, sont chenus et blans de cheviaus, et en viellece noircissent. Li autre n’ont c’un oeil, et li autre une jambe. Et si i a femes ki portent enfans .v. ans, mais il ne vivent outre l’aage de .viii. ans. Tous arbres ki naissent en Inde ne sont jamés sans fueilles. En Inde comence mont Caucassus, ki de son joug esgarde grandesime partie du monde. Et sachés que en cele partie dou terre par ou li solaus lieve naist li poivres. 22. Encore a en Ynde un autre ille ki est apelee Oprobaine, dedens la Rouge mer; ou il cort parmi uns grans fleuves, et d’une [p. 114] part sont li olifant et autres bestes sauvages, de l’autre part sont home o grant plenté de pieres precieuses. Et sachiés que en celui païs ne servent pas nules estoiles, car n’en i a nules ki luisent se n’est une grant et clere ki a non Canopes. Ne la lune ne voient il sor terre fors de l’octime jour jusc’au sesime. 23. Cele gent ont a destre soleil levant. Et quant il welent aler par mer, il portent oisiaus ki sont norris cele part ou il welent aler, et puis conduisent lor nef selonc ce que li oisel demostrent. Et sachiés que li yndiien sont grignor que nule gent; et grandesime partie de cele isle est deserte et desabitee por la chalour. 24. Aprés les yndiiens sont les autres montaignes u habitent les Ictiofagi, une gent ki ne manguënt se poisson non; mais quant Alixandres les conquist, il lor vea k’il ne les mangaissent jamés. Outre cele gent est la deserte de Karmanie, ou il a une terre rouge ou nule gent ne vont, car nule chose vivant n’i entre k’il ne muire tantost. 25. Puis vient la terre de Perse, entre Inde et la mer Rouge et entre Mede et Carmenie. Puis i a .iii. illes en quoi naissent les caucatrix, ki ont .xx. piés de lonc. Puis est la terre de Parte, et puis la terre de Caldee ou la cités de Babilone siet, ki a .lxm. piés environ; et si i cort le fleuves d’Eufrates. 26. En Inde est li paradis terrestres, ou il a de totes manieres de fust et des arbres et des pomes, et de toz les fruis ki sont en terre, et li arbres de vie ke Dieus vea au premier home. Et si n’i a froit ne chaut, mes perpetuel atemprance. Et el mileu est la fontaine ki trestot l’arouse, et nest en .iiii. fleuves. Et sachiés que aprés le pechié du premier home, cil leus fu clos a toz homes. Ces et maint autres terres et fleuves sont en Inde et en tote cele partie ki est vers soleil levant. Mes li contes n’en dira ore plus que dit en a, ains voldra escrire de la seconde partie, c’est Europe. 27. Et sachiés que en ceste partie oriental nasqui Jhesucris, en une province ki est apelee Judee, prés de Jherusalem en une cités ki est apelee Bethleem. Et por ce comença premierement la crestiiene loi en celui païs, selonc ce que li contes a devisé ça arieres la u il parole de lui et de ses apostres. En celui païs a mains patriarches et archevesques et evesques, selonc l’establissement de sainte eglise, ki sont par conte .c. et .iii. Mais la force des sarrasins mescreans en une grant partie sorprise, par quoi la sainte loi Jhesucrist n’i puet estre cultivee.

[Livre I, CXXIII, p. 115]

DE EUROPE

UROPE est une partie de la terre ki est devisee de celui d’Aise la u est li estrois dou Bras St. George et es parties de Constantinoble et de Grece; et s’en vient vers septentrion par tote la terre de ça la mer jusk’en Espaigne sur la mer ocheaine. 2. En ceste partie de terre est la cités de Romme, ki est li chiés de tote crestiienté. Et por ce dira li contes tot avant d’Ytaile, c’est li païs en quoi Rome siet ki a devers midi la grant mer encoste, et devers septentrion bat la mer de Venisse, ki est apelee la mer Adriane por la cité d’Adrie ki fu fondee dedens la mer; et son mileu est es chans de la cité de Reate. 3. Et sachiés que Ytaile fu jadis apelee Grece la grant, quant li grezois la tenoient; et est finee vers soleil couchant au joug des montaignes ki sont vers Provence et vers France et vers Alemaigne, u il a une grant terre entre les autres, ki a .ii. fontaines. De l’une devers Lombardie naist uns fleuves mout grans, ki s’en passent par Lombardie et reçoit en soi .xxx. fleuves, et s’en entre en la mer Adriane prés de la cité de Ravene; et c’est Po, que li grieu apelent Eridaine, mais en latin est il apelés Padus. 4. De l’autre fontaine vers France ist Rosnes, ki s’en vet d’autre part vers Borgoigne et par Provence, tant k’il s’en entre en la grant mer de Provence si roidement k’il enporte les nés dedens la mer, et bien .v. lieus et [p. 116] plus est euue douce; et por ce dient il k’il est uns des .iii. grignors fleuves d’Europe. 5. En Ytaille a maintes provinces, dont Toschane est la premiere, ou Rome est tot avant. Et parmi Rome cort Toivre, et s’en entre en la grant mer. Et sachiés que li apostoles de Rome a desous lui .vi. evesques ki sont chardenals, celui d’Ostie et de Albani et de Portes et de Savine et de Tosquelain et de Penestraine. Ce furent bonne cités ancienement, mais Rome les a sosmises a sa signorie, car eles sont totes enki prés. Et dedens la cité de Rome a .xlvi. eglises, ou il a .xxviii. prestres et .xviii. dyacres, ki tout sont chardinals de Rome. 6. Aprés ce sont en Toschane .xxi. eveschiés, sans Pise, ki a archeveschié, et a .iii. eveschiés desous lui. Et sachiés que la derraine eveschiés de Toschane est celi de Lune, ki marchist as genevois. 7. Outre Rome est la terre de Champaigne, ou est la cités d’Anaigne et de Gaite et .vii: autres eveschiés. Aprés est la terre d’Abruz, ou il a .vii. evesqués. Aprés est la duchees d’Ispolite ou est la cités de Assise et Reate et .viii. autres eveschiés. Aprés est la marche d’Anquone, ou est la cités de Esqule et Orbins et .xi. autres eveschiés. Aprés est terre de Labour, ou est la cités de Benevent et Salerne et maintes grans terres, ou il a .vii. archeveschiés et cinquante et .i. eveschiés. 8. Aprés est li regnes de Puille, ou est la cités d’Aceronte, sus la senestre corne d’Ytaile. Et sachiés que en Puille a .viii. archeveschiés et .xxxvii. eveschiés. Aprés est Calabre, ou est l’archeveschié de Cosens et .ii. autres archeveschiés et .xvi. eveschiés. 9. Aprés est l’ille de Sezille, entre la mer Adriane et le nostre, ou est l’archeveschié de Palerne et celi de Messine et de Mont Roial, a tot .ix. eveschiés. Et si est mont Gibel, ki tozjors giete fu par .ii. bouches, et nanporquant il a noif desus tozjors. Et si i est la fontaine d’Aretuse. Et sachiés que entre Sezille et Ytaile si a .i. petit bras de mer enmi ki est apelé Far de Mechine; por quoi li plusor dient que Sesille n’est mie en Ytaile, ains est un païs par soi. Et en la mer de Sezille sont les illes Vulcaines, ki sont de nature de fu. Et toute la terre de Sezille n’est que .iiim. estages; et estages est en grezois ce que nous apelons milliers, et ke li françois apelent liue, mais il ne sont mie pareil. 10. Encore est en Ytaile la terre de Romaigne sus la mer Adriane, ou est la cités de Arimine et Ravene et Ymole et .x. autres eveschiés. Aprés i est Lombardie, ou est Boloigne la crasse et .iii. autres cités, et l’archeveschié de Melan, ki dure dusc’a la mer de Gene, et la cités de Saone et de Albinge, et puis jusc’a la terre de Ferrere, ou il a .xviii. eveschiés. 11. Aprés est la marche de Trevise, ki est en la patriarchié d’Aquilee, ou il a .xviii. eveschiés, ki touchent les parties d’Alemaigne, et de Jare et de Dalmache sus la mer. 12. Encore est en Ytaile l’archeveschié [p. 117] de Jene o tout .iii. eveschiés, et puis i est l’ille de Sardaigne et Corsique, ou il a .iii. archeveschiés et .xv. eveschiés. 13. La ou Ytaile fenist a la mer de Venisse, si est la terre d’Istre d’autre part la mer, ou est l’archeveschié de Jadre et .ii. autres archeveschiés et .xviii. eveschiés. Aprés est la terre d’Esclavonie, ou il a .ii. archevesquiés et .xiii. evesquiés. Aprés ce est la terre de Hongrie, ou il a .ii. archeveschiés et .x. eveschiés. Aprés i est la terre as poulains, ou il a .iiii. archeveschiés o tout .viii. eveschiés. Mais de ce ne dira plus li contes, ains retornera a sa matire la ou il laissa Sezille a la fin d’Ytaile. 14. Outre Sesille est dedens Europe la terre de Greze, ki comence as mons Ceraumes et define sus Elespons. La est la terre de Tezaille ou Julle Cesar se combati contre Pompee; et Macedoine, en quoi est la cités d’Athenes et mont Olimpe, ki tozjors reluist, et est plus haut que cist air en quoi li oisel volent, selonc ce que li anciien dient, ki i monterent aucune fois. 15. Puis est la terre de Trace, ou li barbarin sont, et Romenie et Constantinoble. Et sachiés que en la fin de Trace vers septentrion cort le Danoise, c’est le grant fleuve d’Ailemaigne. Puis est dedens le nostre mer l’ille de Crete ou li rois Cres regna premiers, selonc ce que li contes dit ça en arieres el catalogue des rois de Grece. Puis est Calistos, et l’ille Ciclade, ki est apelee Ortige, ou les greches coturnix furent premierement trovees. Puis est l’ille d’Ebua et Minoia et Naxon et Melon et Carpate et Lemnos, ou est mont Athos qui est plus haut ke les nues. 16. A ce puet on entendre que en Greze a .viii. païs; li premiers est Dalmace, vers occident, la seconde est Pirus, la tierce est Elados, la quarte est Tesaille, la quinte Macedoine, la sisime est Achaie, et .ii. en mer, ce sont Creta et Ciclades. Et si a en Greze .v. diversités de langages. 17. De ci comence une autre partie de Europe, sus Elespons, c’est .i. leu en la mer ki depart Aise et Europe, et n’a plus de large que .vii. estages, ou li rois Serses fit un pont de nés ou il passa. Puis s’eslargist la mers desmesureement; mais ce n’est gaires, car po aprés devient il si estrois que ce n’est outre ke .vc. pas, et c’est apelé le Bofre de Trace, par u Daires li rois porta la grant habondance. Et sachés que le Danaon est uns grans fleuves, ki est apelé Istre, ki naist es grans mons d’Alemaigne en occident vers Lombardie, et reçoit .lx. fleuves, si grans trestous ke nefs i puent aler; tant k’il se depart en .vii. et s’en entre en mer vers oriant, dont li .iiii. i entrent si roidement ke ces euues maintienent lor douçor bien .xx. liues, ke ne se mellent a l’euue de la mer. 18. Outre ce leu a l’entree d’orient est la terre d’Escite. Desouz est mont Rifet, et l’Iparborei ou li oisel grifon naissent. Mais on prueve par les sages que la terre d’Escite siet en Aise, selonc ce que li contes devise ci [p. 118] devant, ja soit o que les illes de Scite sont de cha le Danon .lxxm. pas loing dou Bofre de Trace, ou est la mer congelee et perecheuse ke li plusour apelent la mer Morte. 19. Aprés la terre de Scite est Alemaigne, ki comence a la montaigne de Seune sus le Danon, et dure dusc’al Rin: c’est uns fleuves ki departoit jadis Alemaigne et France, mais or dure dusk’en Loheraigne. Et sachiés k’en Alemaigne est l’archeveschié de Magance et de Trieves, et .vii. autres archeveschiés et bien .liiii. eveschiés, jusc’a Mes et a Verdun, el contree de Loheraigne. 20. Aprés Alemaigne outre le Rin est France, ki jadis fu apelés Galle; en quoi est premierement Borgoigne, ki commence as montaignes entre Alemaigne et Lombardie au fleuve del Rosne a l’archeveschié de Tarentasne et de Besençon et de Vienne et de Ombron; ou il a .xvi. eveschiés. 21. Puis commence la droite France a le cité de Lion sor le Rosne, et dure dusk’en Flandres sor la mer d’Englenterre, et en Picardie et en Normendie et a la petite Bretaigne et Angio et Poito, jusc’al Bordiaus au fleuve de la Gironde, jusques au Pui Nostre Dame; ou il a .vii. archeveschiés et bien cinquante et .i. eveschiés. Aprés est Provence jusc’a la mer, ou est l’archeveschié d’Ais et d’Arle o tout .xii. eveschiés. D’autre part est Gascongne, ou il a .vii. archeveschiés et .x. eveschiés; et marchist a l’archeveschié de Nerbonne, ou est la contree de Toulouse et de Monpellier et .ix. eveschiés. 22. Aprés cest terre comence li païs d’Espaigne, ki dure par toute la terre du roi d’Arragon et du roi de Navare et du roi de Portugales et de Chastele jusc’a la mer ocheaine; ou est la cités de Tolete et de Compostele, ou gist le cors monsignor St. Jake. Et sachiés k’il a en Espaigne .iiii. archeveschiés o .xxxvii. eveschiés de crestiens, sans les sarrasins, ki i sont encore. 23. Iki est la fins de la terre, selonc ce que les ancienes gens proverent; et meismement le tesmoignent li tertre de Calpe et de Albinna (ou Ercules ficha ses colombes quant il venki tote la terre), ou leu ou la nostre mer ist de la mer ocheaine, et s’en vient parmi ces .ii. mons (ou sont les illes Gades et les colombes Ercules), en tel maniere k’il laisse les mors et toute la terre d’Aufrique a destre, et Espaigne et tote Europe a senestre, ou il n’a pas .viim. pas de large et .xvm. de lonc, et ne fine jusques as parties d’Aise, et k’il se conjunt a la mer ocheaine. 24. D’autre part la terre de France vers septentrion bat la mer ocheaine. Et por ce jadis i fu la fins des terres habitees, jusc’a tant que les ges crurent et multepliierent et k’il passerent en un ille ki est en mer, et a de lonc .viiic. mil pas, c’est la grant Bretaigne, ki ore est Engleterre dite; en quoi est l’archeveschiés de Cantorbiere et celui d’Ebruic et .xviii. eveschiés. 25. Aprés i est [p. 119] Irlande, ou est l’archeveschié d’Armachie et de Duveline et de Casseles et de Tuem, o .xxxvi. eveschiés. Aprés est Escoche u il a .ix. eveschiés. Et aprés i est la terre de Norbe, ou il a .iii. archeveschiés o tot .x. eveschiés. Et sachiés que en la plus grande partie de toutes ces illes, et especialment en Irlande, n’i a nul serpent; et por ce dient li païsant que, la ou on portast des pieres ou de la terre d’Irlande, nul serpent n’i poroit demorer. 26. Ces et maintes autres terree et illes sont outre Bretaigne et outre la mer de Norvee; mais l’ille de Tille est la derraine, ki est si durement el parfont de septentrion que en esté quant le soleil entre el signal de cancre, as tres grans jors, la nuis i est si tres petite k’ele samble autresi come nient; et en yver quant le soleil entre en Capricorne a la tres grant nuit, li jors i est si tres petis k’il n’a nule espasse entre la levee et la couchee dou soleil. Et outre Tilen est la mers congelee et tenans, ou il n’a nul devisement ne conjungement de levee ne de couchee, selonc ce ke li contes dit la ou il traita dou cours dou soleil. Encore i est l’ille d’Ebrides, ou li home ki la habitent n’ont nul blé, mais il vivent de poisson et de lait. Encore i sont les illes Orcades, ou nules gens n’abitent. Mais ci se taist li contes a parler d’Europe, ki define en Espaigne, et dire de la tierce partie, c’est Auffrike.

[Livre I, CXXIIII, p. 120]

D’AUFRIKE

N Espaigne est li trespas en Libbe, une terre d’Affrike ou est la regions de Mauritaine, c’est la terre des mors. Et sont .iii. Mauritaines, une ou fu la cités de Sutin, l’autre ou fu Cesaire, la tierce ou est la cités de Tingi. Et en Maritaine fenist la haute mers d’Egypte et comence cele de Libe, ou il a trop fiere merveille: car la mers i est d’assés plus haute que la terre, et si se tient dedens ses marges en tel maniere k’ele ne dechiet ne decort sor la terre. En celui païs est Atlans le mont, enmi les harenes, ki est plus haut que les nues, et dure dusc’a la mer ocheaine. Puis est Numide, la terre as numidiiens. 2. Et sachiés que tote Affrike comence sur la mer ocheaine as colombes Ercules; et de ki se torne vers Tunis et vers Bugee et vers la cité de Septis, tot contreval vers Sardaigne, jusc’a la terre ki siet contre Sezille; de ci se devise en .ii. parties, une qui est apelee la terre Cane, et l’autre ki s’en vet outre l’ille de Crete jusques es parties d’Egypte; et s’en vet entre les .ii. sirteis des terres, ou l’en ne puet aler en nule maniere, pour les flos de mer ki ore croissent et ore descroissent si perilleusement ke nef n’i aroient nul pooir d’aler por diversitet des flos, ki ne vienent pas ordeneement, mais sans certaineté. 3. En ceste maniere dure tote la partie d’Affrique entre Egypte et la mer d’Espaigne, tozjors encoste la nostre mer. Mais par deriere vers midi sont les desers de Etyope sus la mer ocheaine, et le fleuve de Tygre, ki engendre Nile, ki devise la terre d’Affrike et celui d’Etyope, ou li etyopiien habitent. Et sachiés que tote la terre ki garde vers midi est sans fontaines, et nue d’euues, et povre terre; mes devers midi est ele grasse et plentevieuse de tous biens. 4. Dedens les parties d’Aufrique sont contees les .ii. cirtés, de quoi li contes fist mention ci desoure, et l’ille de Menne ou est li fleuves Letheu; de qui les anchienes istores dient ke c’est li fleuves d’infier, et que les ames qui en boivent perdent la remembrance des coses alees, en tel maniere qu’eles n’en ont plus memoire quant eles rentrent es autres cors, selonc la opinion as mescreans. La sont les gens de Namazoine et de Trogodite et les gens des Amans, ki font les maisons de sel. Puis est Garesmans, une vile ou on trueve une mervilleuse fontaine dont les euues sont de jour si tres froides ke nus ne les suefre, et de nuit sont si tres chaudes ausi, et c’est par une meisme vaine. 5. Encore i est la terre d’Etyope et del mont Athalant, ou sont les gens noires come meure, et por ce sont il apelé mors, por la prochaineté du soleil. Et sachiés que les gens d’Etyope et de Garremans ne sevent que mariages soit, ains ont entr’aus femes [p. 121] communes a tous; et por ce avient ke nus n’i conoist peres, se meres non, por quoi il sont apelé les mains nobles gens du monde. Et sachiés que en Etyope sus la mer vers midi est un grant tertre ki giete grant plenté de feu ardant tozjors sans estanchier. Outre ces gens sont li tres grant desiert, ou nules gens ne reperent, jusques en Arrabe. 6. Or avés oï coment li contes devise briement et apertement les regions de la terre, et comment ele est avironnee de la grant mer ki est apelee ocheaine, ja soit ce que ses nons change et mue en plusor leus selonc les nons du païs ou ele bat: car premierement ou ele bat a la terre d’Arrabe est ele apelee la mers d’Arrabe, et puis la mers de Perse, et puis la mers d’Inde, et puis la mer de Yrcanie et de Caspe, et puis la mers de Escite et d’Alemaigne, et puis la mers de Galles, c’est d’Engleterre, et puis la mers de Athlans et de Libe et d’Egipte. 7. Et sachiés que es parties d’Inde ceste mers croist et descroit mervilleusement, et fait grandesime flos, ou por ce que la force du chaut le sostient en haut autresi come pendans, ou por ce que en celui païs a grant habondance de fleuves et de fontaines. 8. Et sor ce doutent li sage por quoi ce est que la mers ocheaine fait ce flot, et mande les, et puis les retrait grant piece, et puis les retrait .ii. fois entre jor et nuit sans definer. Li un dient que li mondes a ame, a ce k’il est fais de .iiii. elimens, et por ce covient il k’il ait esperit. Et dient que cil esperis a ses voies ou parfont de la mer, par ou il espire, ausi com l’en fait par les narilles. Et quant il espire hors et ens, il fet les euues de mer aler sus et trere et revenir ariere, selonc ce que son espiremens vet ens et hors. 9. Mais li astronomien dient que ce n’est se par la lune non, a ce ke l’en voit les flos croistre et apeticier selonc la croissance et la descroissance de la lune, de .vii. en .vii. jours que la lune fait ses .iiii. voutes en .xxviii. jors par les .iiii. quartiers de son cercle, de qui li contes a dit tout l’iestre.

[Livre I, CXXV, p. 122]

COMMENT HOM DOIT ESLIRE TERRE GAAIGNABLE

T puis ke nostre contes a devisé la terre selonc ses habitations, il volt .i. po dire de la terre meisme, selonc ce k’ele est gaignable, car c’est la chose por quoi les vies des gens sont maintenues. Et por çou n’est il fors biens a moustrer quex chans on doit elire et en quel maniere. 2. Pallades dist que on doit garder .iiii. choses, c’est l’euue et l’air et la terre et maistrie, dont les .iii. sont par nature, et li uns est en volenté et en pooir. Par nature est que nous devons garder l’air qu’il soit sains et nés et dous, et ke li euue soit bone et legiere et la terre plentevieuse et bien seant. 3. Et ore orés raison coment: li sains airs puet estre conneus en ceste maniere, ke li leus ne soit es parfondes valees, et k’il soit purs de tenebreuses nuees, et ke les gens ki i abitent soient bien sain de lor cors et cler et apert, et ke la veue et l’oiie et la vois d’iaus soient bien cleres et purefiiet. 4. La bonté de l’euue pués tu aperçoivre, s’ele ne nest de palus ou de mal estanc ou de leu de soufre ou de coivre, et que sa colours soit luisans,et sa savours et son odours ne soient viciiet, et k’il n’i ait nul limon dedens, et soit en yvier chaude et en esté froide. 5. Et la naissance de son cors soit vers orient, un poi declinans vers septentrion, et bien courant et isnele sour petites pierres ou sor bele araine, ou au mains sor crete bien monde, ki ait sa colour rouge u noire. Car c’est signe que ceste euue soit bien legiere et soutil, ki tost eschaufe au feu et au soleil, et tost refroide quant ele en est eslongie, par sa legierté, ki le fait bien movant de l’une qualité en l’autre, a ce k’il n’i a nule chose terrestre. Mais sor toute maniere d’euue est cele ki est novelement coillie de pluie, s’ele est bien monde et mise en cisterne bien lavee netement sans totes ordures, por ce k’ele a mains de moistor que les autres, et est un petit stitique, non mie tant k’ele nuise a l’estomac, ains le conforte. 6. Aprés cesti est l’euue de fleuve lonc de vile, ki soit bien clere et courans sour sablon u sus pieres; mais sour pieres est millour por le hurter des pieres, ki le fait plus delie; et cele ki cort sor net sablon est millor que euue vielle en cisterne, ki prent males fumees de la terre par trop manoir dedens. Et tous fleuves et ruissiaus ki courent devers soleil levant sont mieldres que devers septentrion. 7. Et sachiés que euue est nuisans au pis, as nerfs, et a l’estomac, et engendre color en ventre, et fait estroit pis, pour çou s’en doivent garder toz ciaux ki ont froide complexions; mais mout se doit garder d’euue sause et nitreuse, car ele eschaufe et seche et enpire le cors dedens. Euue de mer est forz sause et trenchans et poignans,et [p. 123] por ce mondefie le ventre de flegme grosse et viscouse. 8. Et generalment toutes euues sont froides et moistes, et por ce ne donnent au cors d’omme norrissement ne nule croissance, s’ele n’est composte d’autre chose. Et sa bonté poons nous perçoivre as gens ki i abitent et ki en boivent useement, s’il ont la bouche dedens saine et pure, et bone teste, o totes les vaines du pomon, et k’il n’aient dolours ou enflures el cors dedens, et la vessie nete et sans vice. 9. Terre dois tu connoistre s’ere n’est blanche ou nue, et ke ne soit de megre sablon sans compaignie de terre, et ke ne soit couverte de poudre clere ou de poudre doree, ne coverte de pieres, et k’ele ne soit sause ne amere, ne ne soit oligineuse ne genitoise, ou plaine d’araines, ne ne soit en oscure valee trop pendans; mais soit grasse ausi come noire, et ki soit bien soufissans a covrir totes semences et racines. Et ce ki i naist ne soit pas boçu ne retort, ne sans propre jus; mais doit engendrer des herbes, ki senefient bon forment. 10. Et en some doit on garder ke terre soit douce et grasse, car de color ne puet il gaires chaloir. Se tu vieus prover k’ele soit grasse, tu prenderas une poignie de terre et le moilleras bien d’euue douce; et puis, s’ele est glutineuse et bien tenans, sachés k’ele est grasse. Et d’autre part tu feras une petite fosse, et puis le rempliras de la terre meismes que tu en aras ostee: s’il n’i a de remanant, sachés que la terre est grasse, et s’ele faut la terre est maigre, et s’il n’i a remanant ne faute cele terre est moiene entre .ii. Et se tu voldras connoistre terre douce, tu en meteras .i. petit en .i. pot avec euue douce, et puis l’aissaieras a ta langue. 11. Le leu de ton champ ne doit pas estre si plains k’il face estanc ne si pendans k’il decoure, ne si tres haut k’il reçoive toutes chalours et toutes tempestes; mais il doit tenir le mileu, en tel maniere k’il soit profitables et bien estans. Et s’il est en froide terre, tu dois eslire teus chans ki soient contre oriant ou contre midi, sans tertre ki contretiegne les rais du soleil. Et se c’est en chaut païs, il est bon ke ton champ soit contre septentrion.

[Livre I, CXXVI]

COMENT ON DOIT MAISONNER ET EN QUEL LIEU

T por ce ke les gens maisonent sovent et volentiers sor bone terre, voldra li mestres ensegnier coment on le doit faire. Et tot avant doit chascuns warder que son edifiement ne trespasse [p. 124] outre la dignité ou outre la richesce de lui, ou il a grant peril, selonc ce que li contes devisera ça avant el livre des .iiii. vertus, el capitle de richesse; et por ce ne dira il pas ci aleques de cele matire. Ains dist li mestres, ke li sires doit premierement esgarder la nature de l’euwe k’il doit user, et connoistre sa nature; car on doit eschivre males euues et palus et estanc, et meismement s’il sont contre occident ou contre midi, et s’il ont en coustume de sechier en esté, por çou k’il sont pestilencie et engendrent malvais animaus. 2. Et li frons de ta maison doit estre contre midi, en tel maniere que li premiers angles soit contre le soleil de printans. Et d’autre part vers soleil couchant doit la maisons .i. po decliner vers soleil d’yvier, dont il avient ke cele maisons a tozjors la chalour dou soleil en yvier, et ne le sent en esté. 3. Et tot le merien de ton edifiement soit tailliés en novembre jusques a la lune novele; et au mains jusc’a mooules, en tel maniere que tote la moistours s’en isse, ki est es vaines. Et sachiés que tout merien ke l’en taille vers midi son millor, ja soit ce que devers septentrion soient il plus haut, mais il devienent vicié plus legierement. 4. Et la chaus soit de piere blanche, ou rouge ou tiburtine, ou d’espoignes, ou au mains chenues, ou a la fin noires, ki pies valent. Mais araine de mer met trop a sechier; et por ce garde ke ton edifiement ne soit pas fait tot ensamble, car ce seroit paine perdue; et si doivent estre premiers baignié de euue douce, ke en oste l’amertume de la mer. 5. Ton celier doit estre contre septentrion, froit et oscur et loins de bains et d’estable et de four et de cisternes et d’euue et de toutes choses ki ont fieres odours. Le grenier degire cele partie meismes, a ce k’il soit loins de fiens et de toute moistour. Li leus des oeilles soit contre midi et soit bien garnie por le froit. 6. L’estables des chevaus et des bués garde vers midi, et ait aucune fenestre por alumer devers septentrion, en tel maniere que tu le puisses en yvier clore pour la froidour eschiver, et en esté ovrir por refroidier. Et si doit l’estable estre pendans, por decourre toutes humors, k’eles ne nuisent as piés des bestes.

[Livre I, CXXVII]

COMMENT ON DOIT FAIRE PUIS ET FONTAINES

E il fust chose k’il n’eust euue entor ton manoir, tu la dois querre en ceste maniere: le matin devant que soleil lieve en aoust, tu demorras encontre orient, le menton sor terre, et regarde [p. 125] tout droit la ou tu verras lever l’air crespe, autresi come une nue delie en samblance d’espandre rosee; car c’est signe d’euue qui est reposte souz terre, se ce n’est leu ou il ait coustume d’avoir lac ou estanc ou autre moistor, selonc ce que demonstre le jonc et li saus sauvage et toz arbres ki de moistour naissent. 2. Et quant tu auras veu cel signe, tu dois chevillier la terre .iii. piés de large et .v. de haut. Et quant li solaus est couchiés tu dois metre dedens .i. vaissel de coivre ou de plonc ki soit oins dedens, et puis covrir le fosse, et estouper de busche et de terre, et au matin oster; et se le vaissel sue dedens et il i a goutes d’euue, ne doutes ja que ci aura bon puis. 3. Encore se tu mes dedens le fosse un pot de terre sechiet, non mie cuit, s’il i a vaine d’euue, il sera fondus au matin. Encore se tu i mes .i. toison de faine et tu la troveras l’endemain baigné, u une lucerne ki au matin soit estainte, sachiés k’il i a euue a plenté; et pour ce dois tu chevillier ton puis. Mais es piés du mont de septentrion habondent euues a grana fuison, et sont plus saines. 4. Et pour ce ke terre engendre sovent soufre et alun et teles choses perilleuses, doit li hons ki fait le puis avoir entor soi une lucerne ardant; car s’ele dure sans estaindre, c’est bons signes, mais s’ele ne dure et amortist sovent, c’est signe de peril ou li chevilliers poroit devier tost et legier. 5. La bontés de l’euue doit estre essaie en ceste maniere: tu la metras en vaissel de coivre bien net, et s’ele n’engendre aucune male teche, c’est bon; encore quant ele est cuite en .i. petit pot de coivre, k’ele ne face arene ou limon; encore s’ele cuist tost le legum et est tres luisans et pure sans nue et sans toutes ordures.

[Livre I, CXXVIII]

COMMENT ON DOIT FAIRE CISTERNES

AIS se li lieus est teus que l’on n’i puisse trover euue ne chevillier puis, tu feras unes cisternes ki ait plus de lonc que de lé, et soit bien pavee en haut, et enointe sovent et menu de bon lart quit. Et quant ele est bien ointe et essuee longhement, l’euue soit mise dedens, et anguilles et poissons de fluns avec, ki por lor roer facent l’euue movoir de laiens. 2. Et se l’euue s’en ist d’aucune part, tu prenderas de bone pois liquide, et autant de bon lart ou de siu, et le feras quire ensamble, tant k’il espungnent; lors l’en osteras, et quant il est refroidiés, tu meteras de bon chauc menuement, et [p. 126] le melleras ensamble, et puis le meteras au lieu par ou l’euue s’en ist.

[Livre I, CXXVIIII]

COMENT ON DOIT SA MAISON GARNIR

UANT ta maisons est acomplie et garnie de ses edifices, selonc l’estat du leu et du tens, tu dois fere chambres et cheminees la u li chans de la maison demousterra ke mieus soit. Et si penseras de molin et de four et de vivier, et de colombiers et d’estable a berbis et a pors et a gelines et a chapons et a ouwes et a anes, ke tu esliras selonc ce que li mestres dire ça avant el chapitle de la nature as animaus. 2. Mais en maisoner covient porveoir se li tens et li leus est en guerre ou en pais, ou se ce est dedens la vile ou dehors ou loins de gens. Car li ytaliien, ki sovent guerroient entr’aus, se delitent en faire tours et autres maisons de pieres. Et se c’est hors de vile, il font fosses et palis de mur et torneles et pons et portes couleices; et sont garni de mangoniaus et de pieres et de saietes et de toutes choses ki a guerre besoignent, por deffendre et por offendre, et por la vie des homes ens et hors maintenir. 3. Mais li françois font maisons grans et plenieres et paintes et chambre lees, por avoir joie et delit sans guerre et sans noise, et por ce sevent il mieus faire praiaus et vergiés et pomiers et arbres entor lor habitacles; car c’est une chose ki mout vaut a delit de home. 4. Et si doit li sires norrir grans mastins por les gardes de ses brebis, et petis chienos por la garde de sa maison, et levriers et braches et oisiaus por vener, quant il se wet en ce solachier. Et toute la maisons soit garnie de harnois ki soient besoignable, et en cuisine et partout, selonc ce que au signour affiert. 5. Et la maisnie soit bien ensegnie et ordenee a ce k’il doivent faire chascun a son office dedens et defors, en tel maniere que li sires soit frains et mestres de toz, et k’il voie sovent coment vait la chose de son ostel, si k’il puisse mener sa vie honestement, selonc son estat, a la maniere que li mestres ensegne ça avant ou livre de vertus. 6. Mais coment li sires doit garder son preu en labourer terres et vignes et en planter arbres et en semer et en quellir et en garder son blé et les toisons de ses oeilles et let et fromage et en norrir poulains et chevaus et en croistre son moble et son chatel, li mestres n’en dira nient plus que dit en a; car li .i. le tenroient a desdaing, et li autre diroient que cel est avarice. Et cor ce laisse il ceste matire, et tornera [p. 127] a son conte, c’est a deviser la nature des animaus, et premierement des poissons, ki premier furent fait selonc l’ordene des .vi. jors.

[Livre I, CXXX]

CHI DIST DE LA NATURE DES ANIMAUS ET PREMIEREMENT DES POISSONS

OISSONS sont sans nombre, ja soit ce ke Plinius en conte .c. et .xliii. nons. Et sont de diverses manieres. Li un vivent en l’euue solement. Li autre conversent en terre et en euue, et vivent en chascun. Li autre conçoivent oes et les boutent en l’euue, et li euue les reçoit et les fet engendrer et lor done vie et norrissement. Li autre engendrent fiz vivans, ce sont balene et cete et delfin et maint autres; et quant il les voient nés, il les gardent diligemment en tot lor tendre aage, en tel maniere que, s’il aperçoivent aucun malvais agait, la mere oevre la bouche et trait son fiz dedens son cors, la ou il avoit esté conceus; et puis le giete hors de li quant ele wet, sans peril. 2. Et sachiés que poisson ne sevent avoutire, c’est a dire que l’une maniere ne se joint a l’autre charnelment, selonc ce que li asnes fet avec le jument, ou .i. cheval avec une asnesse. Ne ne puënt vivre sans euue, ne eslongier soi de sa lignie. Et si ont dens fors et agus et desous et deseure, por maintenir lor viande contre le fort cors de l’euue. Dont li .i. manguënt herbes et petites vermines, et li autre menguënt autres poissons; et ce est par une tele maniere ke tousjours li maindres est viande del grignour, et ensi vit li uns de l’autre. 3. Balenes sont de fiere grandour, et gete l’euue plus en haut ke nule maniere de poisson. Son masle est la muscle, dont ele conçoit. 4. Serre est uns poissons ki a une creste a maniere de sie, dont il brise les nés par desous. Et ses eles sont si grans ke ele en fet voiles, et vet bien .v. liues u .viii. contre la nef; mais a la fin k’ele ne puet pus soufrir chiet el parfont de la mer. 5. Pors sont une maniere de poissons ki chevillent la terre desouz les euues por querre lor viande, autresi come nostre porceaus font en terre; car lor bouche est entour lor gorge, et en tele part k’il ne poroient lor viande queillir se le bek ne fust fichié dedens terre. 6. Glaive est un poisson ki a le bek autresi come une espee, dont il pertuise les nefs et les fait fondre. 7. Escorpion est apelé porce k’il laidist les mains des [p. 128] homes ki le prenent; de qui dient li plusour que, se tu lies .x. cancres d’une herbe ki a non ozimi, ke tout li escorpion ki sont enki enprés s’asambleront as cancres. 8. Anguille est nee de limon, et por ce avient, ki plus l’estraint, plus fuit; de qui dient li ancien ke ki buvroit du vin en quoi anguille fust noie n’auroit plus talent de boivre vin. 9. Murene est apelee pour ce k’ele se plie en mains cercles, de qui li pescheour dient que toutes murenes sont femeles, et k’ele conçoit de serpent et por ce la claiment il au flaüt, en guise de la vois au serpent, et ele vient et ensi est prise. Et sa vie n’est se en la coue non; car ki le fiert sor le chief ou sor le dos, ele ne muert mie, mais des cols de la coue define maintenant. 10. Echinus est uns petiz poissons de mer; mais il est sages, kar il aperçoit devant la tempeste, et maintenant prent une piere et porte la avec soi, autresi comme une ancre, et porte la por maintenir soi contre la force des tempestes; por ce s’en prennent garde sovent les mareniers.

[Livre I, CXXXI]

DOU COCODRIL C’ON APELE CAUCATRIX

OCODRIL est un animal a .iiii. piés et de jaune coulour, ki naist el fleuve de Nile, c’est li fleuves ki arouse la terre de Egypte, selonc ce ke li contes a devisé ça en arieres, la ou il parole de celi terre. Il est grans plus de .xx. piés, armés de grans dens et de grandes ongles; et son quir est si dur k’il ne sentira ja cop de piere. Le jor abite en terre, mais la nuit se repose dedens l’euues du fleuve. Et ses oes ne fait se en terre non, en tel leu que li fleuves n’i puisse parvenir. Et sachiés k’il n’a point de langhe; et si est li animal au monde sans plus ki mueve la maisselle deseure, et celi desous tient ferme; et s’il vaint l’omme, il le manguë en plorant. 2. Or avient que quant .i. oisel ki a non strophilos i vieut avoir charoigne por mangier, il se boute a la bouche dou cocodril, et li grate tout belement, tant k’il ovre tote la gorge, por le delit du grater; lors vient .i. autre poisson ki a non idre, et li entre dedens le cors, et s’en ist d’autre part, brisant et desrompant son costé, en tel maniere k’il l’ocist. 3. Neis le delfin meismes, ki ont autresi comme une sie sor le dos, quant il le voient noer, si se mueent desous [p. 129] et le fiert enmi le ventre, et le font devier maintenant. 4. Et sachiés que cocatrix, ja soit ce k’il nest en euue et vit dedens le Nil, il n’est mie poissons, ains est serpens d’euue; car il ocist home qui il puet ferir, se fiens de buef ne le garist. 5. Et en cele terre habitent homes molt petis, mais il sont si hardis qu’il osent bien contrester au cocodril; car il est de tel nature k’il cachent ciaus ki fuient et si crient ciaus ki se deffendent, dont il avient k’il est pris aucunefois; et quant il est pris et dontés, il oublie tote fierté, et devient si privés que li hons le chevauce et li fait faire çou k’il voet. Et quant il est dedens le fleuve, il ne voit gaires bien; més en terre voit il mervilleusement. Et tot yvier ne manguë, ains endure et suefre fain tous les .iiii. mois de brume.

[Livre I, CXXXII]

DE CETE

ETE est gres poisson que li plusor apelent balaine; c’est uns poissons si grans comme une terre, ki mainte fois remaint en sech, k’il ne puet aler la u la mers est haute plus de .cc. piés. C’est le poisson ki rechut Jonam le prophete dedens son ventre, selonc çou que l’istore dou Viel Testament nous recontent; k’il quidoit estre alés en infier, por la grandor du lieu u il estoit. 2. Cist poissons lieve son dos enmi haute mer, et tant demeure en .i. leu que li vens aporte le sablon et ajoustent desor lui, et tant k’il i naissent petis arbissiaus. Par quoi li marenier sont deceu maintes fois: la u il quident que ce soit .i. ille, si i descendent et fichent palix et font feu; mais quant li poissons sent la chalor, il nel puet soufrir, si s’en fuit dedens la mer et fait afondrer tot quank’il a desor lui.

[Livre I, CXXXIII, p. 130]

DE COQUILLE

ONQUILLE est uns poissons de mer enclos en charsoit comme une escrevise, et est toute reonde; mais ele oevre et clot quant ele voet. Et son manoir est el parfont de la mer; 2. mais ele vient le matin en haut, et le soir, et reçoit la rosee dedens soi. Et les rais du soleil ki se fierent sur le coquille font auques endurcir les goutes de la rosee, chascune partiement, selonc ce que eles i cheirent; non pas en tel maniere qu’eles soient pieres, tant come eles sont en mer; 3. mais quant on les oste de mer et oevre les, on en trait hors les goutes éndurcies, maintenant devienent pieres blanches petites et precieuses ke l’en claime perles ou margarites. Et sachiés que se la rosee est pure et nete et par matin, les perles seront blanches et luisans, autrement nient. Et nules perles ne sont grignor de demi pouç. 4. Une autre coquille est en mer ki a non murique ou conche; et li plusor l’apelent oistre, purce que quant ele est taillie environ lui il en issent larmes, de quoi l’en taint les porpres; et cele tainture est de son charçois. 5. Une autre conquille est que l’on apele cancre, por ce k’il a jambes et est reont; il est anemis as oistres, car il menguë sa char par mervillous engin, et ore orés comment: il porte une petite piere, et ensit l’oistre, tant k’ele oevre son charçois; lors vient li cancre et giete la piere dedens, en tel maniere k’il n’a pooir de reclore, et en ceste maniere se paist.

[Livre I, CXXXIIII]

DOU DELFIN

ELFIN est uns grans poissons de mer, ki ensit les vois des homes. Et est la plus isnele chose ki soit en mer, car il trespasse la mer d’outre en outre, autresi comme s’il volast. Mais il ne vait legierement seul a seul, ains vont plusor ensamble. Et par eus aperçoivent li marenier la tempeste ki doit venir, quand il voient les delfies fuir parmi la mer, et trebuchier soi en fuiant, autresi come la foudre le chaçast. 2. Et sachiés ke delfin engendrent fiz, non pas oes, et le portent .x. mois, et le garde et norrist de son let. Et quant si filz sont en sa joenece, il les aquellent dedens sa gorge, [p. 131] por mieus garder les. Et vivent .xxx. ans, selonc ce que gens le dient ki l’ont assaié as coues, k’il lor taillent. Et sa bouce n’est pas la ou les autres poissons les ont, ains est aprés le ventre. Contre la nature des bestes d’euue, nule ne muet la langue se le delfin non solement. 3. Et son esperit ne puet li atraire tant come il soit souz l’euue, s’il ne vient en haut en l’air. Et sa vois est samblable a home plorant. 4. En printans en vont plusor a la mer de Ponto, ou il norrissent lor fiz por la plenté des euues douces; et lor entree est a destre et lor issue a senestre, por ce k’il ne voient gaires bien dou senestre oeil, mais dou destre voient il apertement. 5. Et sachiés que el fleuve de Nile sont une maniere de delfin ki ont sus le dos une eschine autele comme une sie, dont il ochient le cocodril. 6. Et si trovons es ancienes istoires que uns enfes de Campaigne norri le delfin de pain longhement, et le fist si privé k’il le chevauchoit, et tant que li dalfins le porta jusk’en haute mer, et enqui fu noiez; et en la fin se laissa morir le delfin, quant il aperchut le mort de l’enfant. 7. Un autre en ot en Jace de Babilone, ki tant ama .i. enfant que aprés çou k’il ot jué avec lui, et le garçon s’en fui, il le voloit ensivre, si remest sor le sablon ou il fu pris. Ces et maintes autres merveilles sont veues de ceste beste, por les amours k’il portent as homes.

[Livre I, CXXXV]

DE YPOTAME

POTAME est uns poissons ki est apelés cheval fluel, pour çou k’il naist el fleuves de Nil. Et son dos et ses crins et sa vois est comme de cheval, ses ongles sont fendues comme de buef, et dens comme sengler, et la coue retorte, et manguë blés de champ, ou il vet a reculons, por les agais des homes; 2. et quant il manguë trop et il aperchoit k’il est enfondus par sormangier, il s’en vet par sus les canons novelement tailliés, tant que li sans s’en ist par ses piés a grant fuison, et par tel maniere garist il de sa maladie.

[Livre I, CXXXVI]

DES SIERAINES

ERENE, ce dient li auctor, sont de .iii. manieres, ki avoient samblance de feme dou chief jusk’as quisses, mais de cel leu en aval avoient samblance de poisson, et avoient eles et ongles. Dont la [p. 132] premiere chantoit mervilleusement de sa bouche comme vois de feme, l’autre en vois de flaüt et de canon, la tierce de citole; et que par lor dous chans faisoient perir les nonsachans ki par la mer aloient. 2. Mais selonc la verité, les seraines furent .iii. meretrix ki dechevoient toz les trespassans et les metoient en povreté. Et dist l’estoire k’eles avoient eles et ongles, por senefiance de l’amor ki vole et fiert; et conversoient en euue, por ce que luxure fu faite de moustor. 3. Et a la verité dire, il a en Arrabe une maniere de blans serpens ke l’on apiele seraine, ki courent si mervillousement ke li plusor dient k’il volent. Et lor venim est si tres cruel que, s’ere mort aucun home, il le covient devier ançois k’il sente nule dolour. 4. Mais des diversités des poissons ne de lor nature ne dira ore li contes plus ke dit en a, ains dira des autres animaus ki sont en terre, et premierement des serpens, por ce k’il sunt resamblables as poissons de maintes proprietés.

[Livre I, CXXXVII]

DES SERPENS

ERPENS sont de maintes generations; et tant comme il sont de maintes manieres devisé, et tant ont il de diverses natures. Mais generalment tous serpens sont de froide nature, ne ne fierent s’il n’escaufent. Et por ce nuist li venins d’aus plus de jor ke de nuit; car de tens de nuit se refroident il en aus tout coiement, por la froidour de la rosee. Et tot yvier se gisent en lor nos, et en esté s’en issent. 2. Et tout venin sont froit; et por ce avient que li hom, quant il en est ferus, a poour tot avant; car l’ame, ki est caude et de nature de fu, fuit la froidure du venin. Et il est apelés venin por çou k’il entre dedens les vaines; et n’a pooir de mal faire s’il ne touce le sanc de l’home, et lors, quant li venins s’escaufe et art dedens, maintenant ocist l’omme. 3. Les natures des serpens sont iteles: quant il enviellist et lor oils sont plain de tenebres, il jeune longhement, et se garde de mengier tant k’il amaigrist et sa pel est large et pleniere en son dos; lors s’en entre par fine force entre l’estroit de .ii. pieres, tant k’il se despoille de sa vielle eschaille, et devient joenes et frés et bien veans; mais il use fenoil au mangier por avoir clere veue. Quant il voet boire, il laisse son venin en aucun leu repostement. 4. Et crient home nu; et s’il menguë le crachet d’un home jeun, il muert. Et sa vie est ou chief, en tel maniere que, se la teste eschape vive outre .ii. dois solement de son cors, il vit, et ja pour çou ne muert; et c’est la chose por quoi il met tout son cors en peril por deffendre la teste. 5. [p. 133] Tot serpent ont corte veue, et non gardent en travers se poi non; car lor oils ne sont pas el front devant, ains sont d’encoste dedens les oreilles, et por ce ont il plus preste l’oïe ke le veue. Il maine la langhe plus tos que nule chose vivant, et por ce quident maintes gens k’il aient .iii. langhes, mais ce n’est c’une. 6. Et son cors est si moistes que nés la voie par ou il vet desegne par sa moistour. Et por ce ke serpens use ses costés en leu de jambes, et les eschames en leu des ongles, avient il ke s’il est ferus en aucune partie de la gorge, a la fin dou ventre, il pert cele force, en tel maniere k’il ne puet courre si com il soloit.

[Livre I, CXXXVIII]

DE L’ASPIS

SPIS est une maniere de venimeus serpens ki ocist home de ses dens. Ja soit ce, k’il sont de plusours manieres; et chacuns a une proprieté de mal faire; car celi ki est apelés aspis fait morir de soif l’ome que ele mort; et l’autre ki a non prialis le fait tant dormir k’il muert; et l’autre ki est apelés emorois li fait fondre tot son sanc jusc’a sa mort; celi ki a non preste vait tozjours bouche overte, et quant il estraint nuli a ses dens, il enfle tant k’il devie, et maintenant porrist si malement que c’est diaublie. 2. Et sachiés que aspis porte la trés luisant et la precieuse piere que l’on claime carboncle; et quant li enchanteour ki li veut oster la piere dist ses paroles, et maintenant ke la fiere beste s’en aperchoit, fiche l’une de ses oreilles dedens la terre et l’autre clot de sa coue, en tel maniere k’ele devient sourde et non oïans des paroles conjurans.

[Livre I, CXXXVIIII]

DU SERPENT A .II. TESTES

NFEMEINE est une maniere de serpens ki a .ii. testes, l’une en son lieu et l’autre en la coue, et de chascune part vieut ele corre; et cort isnelement, et ses oils sont luisans comme chandeille. Et sachiés que c’est li serpens au monde sans plus ki maint a la [p. 134] froidure, et tozjors vait devant les autres comme chievetains et guierres.

[Livre I, CXXXX]

DES BASILIQUES

ASILIQUES est li rois des serpens. Et est si trés plains de venim k’il en reluist toz par dehors, nés le veoir et le flairier de lui porte venin et loins et prés, par quoi il corront l’air, et si estaint les arbres; et tel est que de son odor ocist les oiseaus volans, et de son veir les homes quant il les esgarde; ja soit ce que li ancien dient k’il ne nuist pas a celui ki voit primes les basilikes que il aus. Et sa grandor est de mi pié, et a blanches taches, et creste comme cok. Et vet droit contremont la moitié devant, et l’autre moitié comme autres serpens. 2. Et tot soit il si fiers, les belotes l’ocient, c’est une beste plus longhe que soris, et est blanche el ventre. Et sachiés que Alixandres les trova, et fist faire grandes ampoles de voirre ou homes entroient dedens ki veoient les basiliques, mais il ne veoient ceaus, ki les ocioient des saietes; et par itel engin en fu delivrés il et son ost.

[Livre I, CXXXXI]

DES DRAGONS

RAGONS est li trés grans serpens de toz, neis une des grans bestes dou monde, ki abite en Inde et Etyope, ou il a tozjours grant esté. Et quant il ist de son espelonche, il court parmi l’air si roidement et par si grant air que li airs en reluist aprés lui autresi come fu ardant. 2. Et cil a une grant teste et bouche petite, ou il a pertuis overs par ou il tret la langhe et son esperit. Et sa force n’est pas en la bouche mais en la coue, dont il nuist par batre plus ke par navrer; ou il a si grant force que nus, coment k’il soit grans et fors, se li dragons l’estraint de sa coue, k’il en eschape sans mort, neis l’olifant meismes en covient il morir, a ce k’il a entr’aus mortel haine, selonc ce ke li mestres dira ça avant el conte de l’olifant.

[Livre I, CXXXXII, p. 135]

DE SCITALIS

CITALIS est uns serpens ki vait mout lentement. Mais il est si bien tachiés de diverses coulors cleres et luisans ke les gens l’esgardent volentiers tant k’il les aproche, et la puour de lui les detient et les sosprent. Et sachiés k’il est de si chaude nature ke neis en yver despoille il sa piel pour le chaut k’il a.

[Livre I, CXXXXIII]

DE LA VIPRE

A vipre est une maniere de serpent de si fiere nature ke, quant li malles se conjoint a la femele, il met son chief dedens la gorge de la femele; et quant ele sent le delit de la luxure, ele l’estraint as dens et li trence la teste, et l’englout, et de çou conchoit. Et quant si faon ont vie et k’il en voelent issir, lors desrompent et brisent a fine force le cors de lor mere, et vont hors, en tel maniere que son pere et sa mere muerent par aus. De cest serpent dist Sains Ambroses k’ele est la tres cruel chose du monde, et plus sans pitié et plaine de malisce. 2. Et sachiés que cist serpens, quant il a talent de luxure, s’en vet as euues ou la murene repaire, et l’apele de sa vois en samblance de flaüt, et ele vient a lui maintenant; et par itel engin est ele sovent prise par les pescheours, selonc ce que li contes devise ça arieres el chapitre des poissons.

[Livre I, CXXXXIIII]

DES LISARDES

ISARDE est de .iii. manieres, une grant, une petite, et une autre ki eschaufe en esté et prent homes as dens malement. Mais quant la petite lisarde enviellist, ele s’en entre parmi un estroit pertruis d’une paroit contre le soleil, et despoille la nue de ses iex et toute sa viellece. 2. Salemandre est samblable a petite laisarde de vaire coulor, et son venin est tres fors sor les autres; car les autres fierent une seule chose, mais cestui en fiert plusours ensamble; car s’ele monte par .i. pomier, ele envenime totes les pomes du pomier et ocist toz ceus ki en manguënt; et s’ele chiet en .i. puis, la force de son venin ocist toz ceaus ki en boivent. Et sachiés que salamandre vit enmi les flames du feu sans color et sans damage de son cors, neis ele estaint le fu par sa nature. 3. [p. 136] Mais ci se taist li mestres a conter des serpens et de lor natures, et des vermines, comment il sont de diverses manieres et comment il naissent en terre et en euue et en air et en fueilles et en fust et en dras et en homes et en autres bestes vivans, ens et hors, sans assamblement de malle et de femeles, ja soit ce k’il naissent d’ués aucunefois. Si n’en devisera ore plus li contes, car ce seroit une longue matire sans grant proufit; et ensivra son conte pour parler des animaus.

[Livre I, CXXXXV]

DE L’AIGLE

IGLE est li mieus veans oiseaus du monde; et vole si en haut k’ele n’apert pas a la veue des homes, mais il voit si clerement, que neis les petites bestes connoist ele en terre et les poissons es euues, et les prent en son descendre. 2. Et sa nature est de garder contre le soleil si fermement que ses oils ne remuent goute; et pour çou prent l’aigle ses fiz et les tient a ses ongles droit contre le rai du soleil; et cil ki esgarde justement sans croller est tenus et norris si come dignes, et celui ki les iex remue est refusés et getés du nit comme bastars. 3. Et ce n’est pas cruauté de nature, mais pour jugement de droiture, car li aigle ne la chace pas pour son fiz, mais comme autrui estrange. Et sachiés que .i. vil oisel, ki est apelés fulica, acomplist la fierté du roial oisel; car ele reçoit celui entre ses fiz et le norrist comme ses fiz. 4. Et sachiés que aigle vit longhement por ce k’ele se renovele et depose sa viellece. Et dient li plusour k’ele vole en si haut leu vers la chalour du soleil que ses pennes ardent; et oste toute l’oscurité de ses iols, et lors se laisse cheir en aucune fontaine ou ele se baigne .iii. fois, et maintenant est joene come a son comencement. 5. Li autre dient ke le bek de l’aigle croist et plie en son grant aage, en tel maniere k’ele ne puet mais penre de os bons oiseaus ki la maintenoient en vie et en jounece; lors le fiert maintenant et aguise tant as roides pieres que le sorplus s’en oste, et son bek vient plus gens et plus esmolus que devant, si k’ele menguë et renovele et prent ce ke li plest.

[Livre I, CXXXXVI, p. 137]

DES OSTOURS

STOURS est uns oiseaus de proie, si come sont faucons et esperviers et autres oiseaus que l’en tient par delit a penre autres oiseaus. Ki tot sont mout fiers contre loz fiz; car maintenant k’il les voient auques escreus, et k’il ont aucun pooir de voler, il ne les paissent pas de lors en avant, ains les chacent hors dou nit et les constraignent a porchacier lor viande en lor jounece; car il ne voelent que lor fis oublient le propre mestier de lor ancissours, ne k’il aprenent a estre pereçous, en tel maniere les entrelaissent a norrir por metre a ravir. 2. Et sachiés ke ostours sont de .iii. manieres, petis et grans et moiens. Li petis est maindres des autres, a lois de terzel, et est preus et mainiers et tost volans et desirans de mangier, et legier en oiseler. 3. Les moiens ont les eles rouges, piés cours, ongles petites et mavaises, et les oils gros et oscurs, et est trop durs a fere le domesche; et por ce ne vaut il gaires la premiere annee, mais a la tierce est bons et debonaires. 4. Li grans ostours est graindres des autres, et plus gros et plus meiniers et millors, et a oils biaus et clers et luisans, et gros piés et grans ongles et liet visage. Et est hardis, ke por nul oisel ne s’alentist, neis li aigle ne li fait nule paour. 5. Por ce dist li mestres que en eslire bon ostor l’en doit garder k’il soit grans et bien furnis par tout; car a la verité dire, en trestoz oiseaus chaceours li grignor sont femeles, et li petit, c’est a dire li terzel, sont malles. Et sont si caut por la masculinité ki en aus regne, et si orgilleus, ke a paine prennent autre chose se tant non come il welent. Mais la femele, ki est froide, por la feminité ki en li est, est tozjors covoitouse et desirans de prendre, por çou ke froidure est rachine de toute covoitise. 6. Et ce est la nature por quoi li grant oisel veneour sont millor, car il n’ont desdaing de prendre, ains desirent tozjors la proie plus et plus; en tel maniere ke quant il sont fors, en prendent aucun mal vice, ja soit ce k’il les perdent a le mue, u il muent et remieudrent pennes et abis; més li terzel prendent a chascune mue aucun mal vice.

[Livre I, CXXXXVII, p. 138]

DE CONNOISTRE BIEN OSTOURS

T quant l’en trueve ostour grant, garde k’il ait longue teste et plate a samblance d’un aigle, et ke sa chiere soit lie et un poi encline endementiers k’il soit adoubés; car puis doit son vout estre autresi come courouciés et plains d’ire. Et ait les nés et les narilles bien jausne, et le moien ki est environ entre les oils soit bien lonc, et le sorciz pendant. Et les oils soient hors et grans assés par raison, et coulourex bonement, car c’est signes k’il soit fiz d’ostour ki fu mués plus de .iii. fois; dont il vit mieus et plus longhement quant il est engendrés de viel pere. 2. Son col doit estre lonc et soutil et serpentin, et le pis gros et reont come coulons. Les panons, c’est les .ii. pennes des eles, que li plusour apelent espoetes, doivent estre serrees as eles, si k’eles n’aparissent. Les eles briés auques et bien joignans, pennes franchies et bien tenans, jambes grosses, jaunes, et briés, piés grans et lés et overs, et lonc talon, et tot l’arteil bien gros, non pas de char, mais de ners avec les os; ongle grosse et fort et dure, et l’orteil de mi lonc amesureement: c’est la maistrie pour conoistre bien ostours. Mais tant sachiés que cil ki ont longhes jambes prenent plus legierement, et a paines falent dou prendre, mais il ne tienent si bien ne si fort con cil ki ont cortes jambes et briés, ja soit ce k’il ne pregnent si legierement come ciaus ki les ont longhes. 3. Et quant tu voudras savoir s’il est sains ou malades en aucune part, tu le dois lever sus la senestre main, et remirer legierement et diligeament haut et bas; et s’il esgarde haut, et k’il ne bate fort, et ne bate son bee, et sa coue ne tiegne eslaischie, sachiés vraiement k’il est sains de son cors. 4. Et quant tu as ce fait, tornoie ton poing desus ses piés, et garde s’il revient mainterrant et demeure desus fermes, si drois k’il ne s’a fiche plus de l’un pié ke de l’autre, car s’est signes k’il soit fors et sains de ses piés. Et s’il gete tost et isnel sa jambe contre la char, et quant il l’a prise il baisse bien son bek et le prent et trait de grant force, et destent le col et ferme ses piés et ses talons, tu pués bien dire k’il soit sains de jambes et de quisses sans faille. Lors le detrai parle coutiaus de l’une des eles, et puis par l’autre, et s’il les laisse tirer et les retrait en son leu tost et igal, c’est senefiance k’il soit bien sains de eles. 5. Aprés ce garde s’il esmautist bien et delivrement, selonc le quantité dou past, blanc et noir, non pas entremellé, mais que l’un soit parti des autres; ne k’il n’i ait sanc ne moustour clere, ne piere ne vers ne nule autre melleure; car ce demoustre k’il soit bien sains dedens le cors. Et se aprés mangier il netoie son bek, et esmouche sovent, et gete euue par le nés, et fert son bek ça et la, et ne se tient ja en leu, [p. 139] sachiés k’il est sains de son chief. Meismement se sus la main u sur perche il se paroint et atorne sa plume, et demeure drois, et manguë et cuist la viande bien et gent, lors est il bien sains et haitiés de cors et de membres.

[Livre I, CXXXXVIII]

DES ESPERVIERS

SPERVIERS doit estre esleus de tel maniere: k’il ait petite teste, et les oils forains, jouant et tornant legier sor la main, gros pis et bien overs, piés grans et blans auques apers, jambe lee et fort, coue cloant et soutille, eles longues au tierç tour de la coue. Et le braier, c’est la plume desous la coue, soit tachié ausi comme par mailles: car teus esperviers doit estre bons par raison, meismement s’il a les jambes autresi comme roinuses, et s’il ont crossete enmi le moien arteil destre, la ou l’escaille se part, car c’est signe de grandesime bonté. 2. Et sachiés tant d’espervier, que cil a longue coue est couars, mais il vole tost; et cil ki a .xiii. penes en la coue est tozjours mieudres des autres et mieus volans, et plus tost aconsiut sa proie. 3. Mais ki wet muer et avoir sain son espervier, il le doit tot yvier garder k’il ne prenge pie ne autre oisel ki li face mal; mais cil ki prent coulons en tor se navre et brise et gaste legierement, pour le grant tour k’il fet au devaler. 4. Et sachiés que toz oiseaus veneour sont de .iii. manieres, niais ramans et grifains. Dont niais est celui que l’en trait dou nit et norrist en son ostel de sa javence, et est plus hardis et plus covoiteus de penre, et crie sovent por la seurté k’il a des gens ou il a esté norris. Ramans est celui ki a ja volé et vené selonc sa nature, mais il est puis pris en rain d’aubre ou en autre leu par son engien. Grifaing est uns oiseaus ke l’en prent a l’entree d’yvier, et a les oils rouges et vermaus comme feu. 5. Et tant sachiés que, s’il avoit ja mangié sus glace devant ce k’il fust pris, a paine puet estre k’il vive, car sa forcele ne puet estre delivree dou froit; mais s’il fust en son pooir, il auroit tozjours chaudes viandes et fresches, ki li aideroient a quire son past. Et pour çou avient il ke li niais n’aura ja si beaus oils ke li autres; ki manguë chascune fois novele viande, et [p. 140] gist hors a l’air, et fait quank’a lui plest; ne ne prent si bien sa proie, ja soit ce k’il ait plus de covoitise. 6. Et sachiés que oisiaus joenes engendre fiz rouges o grosses mailles et oils descoulourés et hardis, mais il n’a pooir de vivre en mains d’ome plus de .v. ans. Oiseaus vieus engendre fils noirs o menue maille et oils coulourés et sont millor et de longue vie.

[Livre I, CXXXXVIIII]

DES FAUCONS

AUCONS sont de .vii. lignies. Dont la premiere est faucon lanier, ki est autresi come vilains entre les autres; et cist meismes est devisés en .iii. manieres, dont li .i. ki ont la teste petite ne vaut rien du monde, l’autre ki a gros le chief et le bek et eles longues et coue brief et piés aglentins est bons, ja soit il durs a adouber. Mais ki le fait muer .iii. fois, il puet penre tous oiseaus. 2. La seconde lignie est faucon ke l’en apiele pelerins, pour çou que nus ne trueve son nit, ains est pris autresi comme en pelerinage; et est mout legiers a norrir et mout cortois et vaillans et de bone maniere. 3. La tierce lignie est faucon montardis; assés est connus par tous lieus; et puis k’est privés, il ne s’enfuira jamés. 4. La quarte lignie est faucon gentil ou gruier, qui vaut mieus que li autre; més il n’a mestier a home sans cheval, car trop li covient ensivre. Et tant sachés que de ces .iiii. lignies vous devés eslire celi ki a plus petit chief. 5. La quinte lignie est girfauq, ki sormonte toz oiseaus de son grant, et est fors et aspres et fiers et engigneus, et bieneureus en cachier et en prendre. 6. La sisime lignie est sorpoint; cist est molt grans et resamble aigle blanche, més des oils et des eles et dou bek et d’orguel est il samblable a girfauc, ja soit ce que je n’ai home trové ki le veist onques. 7. La septime lignie est breton, que li plusour apelent rodion; c’est le roi et le sire de toz oiseaus, car il n’est nus ki ose voler devant lui, ains chiet toz estordis, en tel maniere que on le puet penre comme s’il fust mors. Neis l’aigle meismes, por la poour de lui, n’ose aparoir la ou il est. 8. Et ensement tous faucons ki ont le pié gros, et les genous noouses autresi comme sor os, et sauvage regart et flameant et les oils terribles, et les eles grosses par desus, et les ongles noues et [p. 141] longhes et planes et bien aguës par mesure et luisans, est bons s’il a la teste aguë par mesure, meismement s’il est bien espés par le pis.

[Livre I, CL]

DES ESMERILLONS

SMERILLONS sont de .iii. manieres, uns ki a l’eschine grise; et li autres ki a l’eschine noire, et sont petit et fort ravineours; li autres est graindres et resamble faucon lanier blanchet, et est millours de toz autres esmerillons, et plus tost devient privés. Mais il lor avient une maladie, porquoi il se manguë toz les piés, se l’en ne le fait demourer en tant de semence de lin ou de mil que li arteil n’aparissent par dehors . 2. Mais ci se taist li contes a parler des oiseaus chaceours, et coment on les doit norrir et enoiseler et ensegnier a penre proie as cans et a riviere, et coment on les doit curer quant il ont aucune maladie, car ce n’apertient pas a ce livre; ains veut ensivre la nature des autres animaus.

[Livre I, CLI]

DE L’ALCION

LCION est uns oiseaus de mer, a qui Diex a doné grandesime grasce, et ore orés comment. Ele pose ses oës enprés la mer sus le sablon, et ce est el cuer de l’yvier quant les tempestes et orribles fortunes suelent sordre par mi la mer; et acomplist la naissance de ses fiz en .vii. jors, et en .vii. autres les norrist. Et ce sont .xiiii. jors ki sont de si hautes vertus, selonc çou ke li maronier, ki maintefois l’ont esprové, le tesmoignent, que totes tempestes se departent et l’air esclarcist et li tens est dous et soués tant com li .xiiii. jor durent.

[Livre I, CLII]

DE ARDEA

RDEA est uns oiseaus ke li plusor apelent tantalus ou hairon; et ja soit ce ke ele pregne a euue sa viande, toutefois fait ele son nit en haut arbres. Et sa nature est tele ke maintenant k’ele aperçoit [p. 142] ke tempeste doit cheoir, ele vole en haut et s’enfuit en l’air amont la ou la tempeste n’a pooir de monter; et par lui cognoissent mainte gent ke tempeste vient, lorsque il la voient monter contremont le ciel.

[Livre I, CLIII]

DE ANES ET DE OWES

NES et owes, de tant comme eles sont plus blanches, sont millours et plus domesches; car oës noires ki sont tachies d’autre colour sont estraites de campestres, et pour çou n’engendrent pas si larghement comme les blanches. Et sachiés que anes et owes ne poroient vivre sans erbe ne sans euue; mais trop nuisent a terre gaignable, et mout enpirent totes semences dou bek et dou fiens. Et le tens k’il s’entrecouchent charnelment dure des kalendes de març jusques as tres granz jors de esté. 2. Et a la vois des owes puet on connoistre toutes les heures de la nuit et les vigiles. Et il n’est nus animaus au monde ki sente si bien homes comme elles font. Et a lor cri furent aperceu li françois, quant il voloient penre le capitaille de Rome, selonc ce que l’istore nous reconte.

[Livre I, CLIIII]

DES BESENES

ESENES sont les mousches ki font le miel, ki naissent sans piés et sans eles, mais il les recovrent aprés lor naissance. Ces mousches gardent grant diligence a lor miel faire; car de la cire qu’eles acueillent de diverses flours edefient par mervilleus engin maison et estages, dont chascune a son propre leu ou ele repaire tozjours sans changier. Et si ont roi et ost, et font batailles, et fuient la fumee, et s’afichent por le son des pieres et des timbres et de teus chose ki font grant tumulte. 2. Et si dient cil ki esprové l’ont, k’eles naissent de caroigne de buef, en ceste maniere: k’il batent mout la char d’un viel mort, et quant son sanc est porris si en naissent vermines ki puis devienent besenes; autresi naissent escharbot de cheval, et fuse de mul, et guespes d’asne. 3. Et tant sachiés que en trestouz animal du monde solement les besenes ont en totes lor lignies totes choses communes, a ce que totes abitent dedens une maison, et issent dedens la marche d’un païs; et l’oevre de chacune est commun as autres, et la viande [p. 143] commune, et toz usages et fruit et pomes sont commune de tous. Quoi plus ? la generation en est commune, et lor fiz commun; car a ce que toutes sont chastes et virgenes, sans nule corruption de luxure font eles soudainement fius a grant fuison. Eles ordeinent lor peuple et maintienent lor communes et lor borgoiseries. 4. Eles eslisent lor roi, non mie par sort, ou il a plus de fortune ke en droit jugement; mais celui a qui nature done signe de noblece, ki est grignor et plus beaus et de millour vie, est esleus a roi et sires des autres. Et ja soit il rois et graindres, il en est plus humles et de grant pité, nés son aguillon n’use il en vengance de nule chose. Et neporquant s’il en est rois, les autres sont toutes franches et ont delivre signourie; mais la bone volenté ke nature lor done les fait amables et obeissans a lor signour, en tel maniere que nule n’en ist de maison devant çou que lor rois en isse et pregne la signorie de voler cele part ou lui plest. 5. Nés les noveles mouschetes ne s’osent poser devant ce que lor maistres soit assis la u il wet, puis s’assient environ lui, et ensivent diligeaument sa loi. Et quant aucune d’iaus fet contre la loi son signour, ele meisme en fait la vengance de soi; car ele oste et brise son aguillon, selonc ce que li persant soloient faire; car quant aucuns brisoit la loi, il n’atendoit le jugement le roi, ains s’ocioient aus meismes por la vengance de son trespassement. 6. Et en some sachiés que les besenes ayment lor roi a si grant coer et a tant de foi k’eles quident ke bien soit a morir por lui garder et deffendre. Et tant comme li rois est avec eles sains et haitiés, ne sevent muer foi ne sentence; mais quant il est mors ou perdus, eles perdent foi et jugement, en tel maniere qu’eles perdent et brisent lor mel et gastent lor habitacles. 7. Et sachiés que li office sont entr’aus departis, de quele chose chascune doit servir; car les unes porchacent la viande, les autres gardent le miel et la cire et les boches, et les autres consirent le muement dou tens et les aleures des nues; les autres atirent la cire des flours, et les autres queillent la rosee par desous les floretes, ki puis devient mel coulant, et s’avale par ces pertuisos ki sont laiens. 8. Et ja soit ce que chascune s’efforce selonc son pooir a bien faire, por ce n’est pas envie entr’aus ne haine. Mais se aucuns lor fait mal, eles espandent une mauvaise amertume dedens le miel. Et volentiers se metent a la mort por vengance faire de ciaus qui lor ennuient poi ne grant.

[Livre I, CLV, p. 144]

DES CALADRES

ALADRES est uns oiseaus toz blans, et son pomon garist de l’oscurté des oils; de qui la Bible commande, que nus n’en menguë pas. 2. Et sa nature est que quant il voit homes deshaitiés ki doivent morir de cele maladie, maintenant estort sa face, et ne le regarde point. Mais celui qui ne doit mie morir regarde ele seurement sans son viaire remuer. 3. Et dient li pluisor que par son regart reçoit ele en soi toutes maladies, et les porte en l’air amont, ou li feus est, qui consume toutes maladies.

[Livre I, CLVI]

ICI PARLE DOU COLOMP

OLOMPS sont oisiaux domesche de maintes colors, et converssent entour les homes; et n’ont neent d’amer si com les autres animaux ont prés dou foie. Et esmuevent luxure par baisier, et plorent en lieu de chant, et font niz en pertuis entre les pierres ou aucuns fluns soit voisins. Et quant il perdent la veue par veillesce ou par autre maladie, il la recovrent. Et vont granz torbes enssemble. 2. Et cil qui les ont en lor maison ont une pointure de colons, la plus bele que l’en puet portraire, devant les niz des colons, porce que il engendrent fiz a la semblance de la pointure, que il voient devant eax. Mais qui prent le lien ou la hart d’un home pendu, et en giete devant touz les pertuis, sachiez certainement que nus ne s’enfuera jamais de son gré. 3. Et se l’en lor done a mangier comin sovent, ou se l’on en oint sovent les eles de baume, il amenront leens grant torbe des autres. Et se l’en lor done orge cuit chaut, il engendreront faons et moteplieront a grant foison. Mais on doit metre rains de ronces en mains lieus dou colombier, por deffensse de male beste. 4. Et sachez que nos trovons en la Sainte Escripture .iii. colons, un de Noé, qui raporta l’olivier, l’autre de David, la tierce qui aparut au baptisme Jhesu Crist.

[Livre I, CLVII, p. 145]

DOU CORBEL

ORBEL est .i. oisel noir, qui tant se doute de ses petiz fiz, que il ne les norrist ne ne cuide que il ne soient sien, tant que il lor voit la noire plume; lors les aime et paist diligaument. Il manjue charoigne, mais tout avant quiert l’oill, et par enqui endroit manjue la cervele . 2. Ce est li oysiaux qui ne revint pas a l’arche Noé, ou porce que il trova granz charoines, ou porce que il morut es eiues parfondes.

[Livre I, CLVIII]

DE LA CORNAILLE

ORNAILLE est .i. oisiau de longue vie, de qui li ancien dient que ele devine les choses que a homes doivent avenir, et les demostrent a celui par maintes ensseignes, que il puet bien aparcevoir se il en set la maistrie. Et a la foiz poons nos conoistre la pluie qui vient, quant ele ne fine de crier, et esbat sa voiz. 2. Et aime tant ses fiz que grant tens aprés ce que il sont issuz de son niz, ele les ensiut touz jors o tot le past, que ele lor done sovent et menu.

[Livre I, CLVIIII]

DOU COTURNIX

OTURNIX est .i. oisiau que li françois claiment greosche, porce que il fu premiers trovez en Grece. Et en esté s’en revont outremer grant torbe ensemble; et porce que li ostors prent touzjors la premiere qui vient en terre, si eslisent lor chevetaine d’un autre qui est d’estrange ligniee, parce que li ostors set que prendre, et les autres s’en aillent quitement. 2. Et sachiez que luer bones viandes sont vermineuses semences, por quoi li ancien sage veerent que nus n’en manjast, car c’est l’animal ou monde seulement qui chiet par epilence, ausi com li hons fait. Il criement fort le vent de midi por la moistor, mais mult s’aseurent a celui de septemptrion, qui est sec et hysnel.

[Livre I, CLX, p. 146]

ICI PARLE DE LA CYGOINE

YGOINE est .i. oisiau sans lengue; et por ce dient les genz que ele ne chante pas, mais bat son bec et fait grand tumulte. Et est enemie au serpent, porquoi veerent li ancien que on les occeist. 2. Et au comencement dou premier tens revienent entre nos et font entor nos lor niz et lor faons, ou il metent si grant estude au guarder et au norrir, que toute sa plume li chiet de son ventre et par desouz lui, si que aucunes foiz n’ont eles nul poeir de voler, ains covient que lor fiz les norrissent et gardent autant comme il furent paüs par lor pairons, et que lor plumes soient recovrees. 3. Et quant l’esté decline et li tens comence a changier pour yver, eles s’assemblent a granz eschieles, et passent la mer, et s’en vont en Aise, en tel maniere que les corneilles vont touzjors devant come guierres et chevetaines. Et bien sachez que la derraine qui vient en Aise, ou lieu ou eles s’amassent, icele est desplumee et depeciee par les autres trop cruelment. 4. Et porce poons nos conoistre que oisiaux et bestes ont esperit d’aucune conoissance; car il avint chose que .i. lombart de l’eveschié de Melan osta .i. oeff d’un niz d’une cygoine priveement, et si i mist .i. autre, qui estoit de corbel, en ce liu. Et quant vint li tens que li faon nasquirent, et le corbel comença a moustrer sa colour et son devisement, li masles s’en ala et mena tant de cygoines que ce fu merveilles a veoir. Et quant tuit orent regardé le noir oisel qui estoit entre les autres, il corurent sur la femele a mort. 5. Et en la riviere dou Nil naissent une maniere d’oisel qui sont ressemblable a cygoine, que l’en apele ibes, qui ne quierent se petit poisson non, ou oes de serpent, ou d’autres bestes morticines qui sont entour la riviere: car dedenz l’eiue n’oseroit ele porter ses piez, car ele ne set nouer. 6. Et quant ele sent aucune maladie ou troublement de son ventre, por les males viandes que ele manjue, maintenant s’en va en la mer et gorjoie de cele eiue a grant foison, puis met son bec parmi la derraine part et versse l’eiue dedenz son cors, et fait espurgier son buel de toutes ordures. Et dient li pluisor que Ypocras li granz fysiciens fist premiers la clistere par l’example de cel oisel. 7. Et sachez que Ovides li tres bons poetes, quant li empereres le mist em prison, fist un livre el quel il apeloit l’empereor par le non de celui oisel, car il ne savoit pensser plus orde creature.

[Livre I, CLXI, p. 147]

DOU CYGNE

YGNES est .i. oisiau touz blans de plume, mais sa char est noire. Et use as fluns; et quant il noë parmi l’eiue, il porte touzjors la teste levee, et ja nule foiz ne la metra dedenz l’eiue; por coi li maronier dient que c’est bon encontre a trover. Et sa voiz fait douz son, porce que son col est lonc et pleé 2. Et si dient li pluisor paisant que es montaignes de Iperboré en Grece, quant l’en chante et cytole, que granz torbes vienent entour lui por le delit dou chant. 3. Dont li pluisor dient que quant il doit morir, une des pennes de son chief est fichee en sa cervele, et donc aperçoit sa mort; lors comence a charter si docement que merveille est a oïr, et einsi chantant define sa vie.

[Livre I, CLXII]

DOU FENIX

ENIX est .i. oisiau en Arrabe, dont il n’i a plus en tout le monde; et est bien si granz com un aigle. Mais ele a creste sonz la maissele d’une part et d’autre, et la plume de son col et iqui entour est reluisanz come fin or arrabien. Mais en aval jusques a la coue est de colour de porpre, et la coue de rose, selonc ce que li arrabien le tesmoignent, qui maintes foiz l’ont veu. 2. Et dient aucun que il vit .vc. et .xl. anz, et li autre dient que sa vie dure bien .m. anz et plus; mais li pluisor dient que il enveillist en .vc. anz. 3. Et quant il a jusques la vescu, sa nature la semont et atise a sa mort. Et por avoir vie, ele s’en va as bons arbres savouroux et de bone odour, et en fait .i. moncel ou ele fait le feu esprendre, et puis entre dedenz tout droit contre le soleil levant. Et quant il est ars, celui jor meisme de sa cendre sort une vermine qui a vie. Au secont jor de sa naissance est faiz come petiz pocins. Au tierz jors est touz granz et creuz tant comme il doit, et vole et s’en vait en son lieu ou sa habitation est. 4. [p. 148] Et li auquant dient que ce feu est fait par le provoire d’une cyté qui a non Eliopolis, ou la fenix renaist, selonc ce que li contes devise ici devant.

[Livre I, CLXIII]

DE LA GRUE

RUES sont oisiaux qui vont a eschieles en maniere de chevaliers qui vont a bataille. Et touz jors va l’une devant l’autre ausi come confanoniers et guierre des autres, et les moine et conduist et chastie de sa voiz. Et tuit li autre sivent celui et obeissent a sa loy. Et quant la chevetaines est enroee, et sa voiz est auques defaillie, ele n’a pas honte que une autre soit mise en son lieu, et ele vait par derrieres avuec les autres. 2. Et s’il avenist chose que aucune fust lassee et n’eust pooir d’aler avuec ses conpaignes, lors entrent toutes desouz li, et la portent sor elles tant que ele recuevre sa force. 3. Et sachez que quant eles doivent movoir por aler ou lieu qui est entre Carrabin et Crium, tout avant engorgent dou sablon, et si prent chascune a son pié une petite pierre por voler plus seurement contre la force dou vent; puis volent contremont le ciel au plus haut que puënt, por miauz veoir le lieu que eles desirent. Et tant sachez que quant eles ont tant alé que eles aperçoivent que ont passé la moitié de la mer, maintenant delivrent lor piez des pierres que eles portent, selonc ce que li maronier le tesmoignent, qui maintes foiz ont veu les pierres cheoir sur aux et environ. Mais le sablon ne vomissent eles pas devant ce que eles soient asseures de lor habitations. 4. Et tout ausi com eles observent bonne garde et diligente en cheminant, la observent a lor herberge, et encore plus fort; car ertre toutes la disime veille et garde les autres qui dorment. Dont il en y a de telx qui veillent, mais ne se muevent de lor lieu; car totes foiz tient une pierre dedenz son pié, qui ne la laisse mie si endormir. 5. Les autres vont environ gardant et remirant que il n’avenist nul encombrier. Et quant les premieres gardes ont tant veillié com eles doivent, eles reposent et dorment, et autres vienent a la gaite selonc [p. 149] l’ordre de leur loy . 6. Et quant il aperçoivent chose ou il y a perill, maintenant crient et font esveillier les autres por eschaper a sauveté. Et sachez que a la colour puet l’on apercevoir son aage, car eles nercisent por veillesce.

[Livre I, CLXIIII]

DE LA HUPPE

UPPE est .i. oisiau qui a une creste sur son chief; et manjue fyens et choses puanz: porce est sa alene mauvaise et porrie. 2. Mais tant font par lor nature que quant li fiz voit son pere enveillir, et que il est ja griés et pesanz, et que sa veue est auques obscurcie, il le desplument tout dedenz lor niz, et oignent lors ses yauz, et puis le paissent et norrissent et eschaufent souz leurs eles, tant que sa plume est renovelee et que il puet aler et venir ou il vuet seurement.

[Livre I, CLXV]

DE L’ARONDELE

RONDELE est .i. petit oiselet; mais ja ne volera droite voie, ains vole a voutes et tours diverssement, et prent sa viande touz jors en volant, non pas en estant; et si n’est la proie as autres oiseaus chaceor, mais tozfois por sa seurté habite entre les genz et fait son [p. 150] niz es maisons, dedenz ou desouz la coverture, non pas dehors . 2. Et dient li pluisor que cist oysiaux devine, car il deguerpist les maisons qui doivent fondre. Et fait son niz de boue et de festuz; et por ce que ele ne puet mie porter la boue o ses piez, si baigne ses eles en tel maniere que la poudre se joint as eles mouliees et devient boue, dom ele ferme son hedefice. 3. Et quant ses fiz perdent la veue por aucune ochoison, il aportent une herbe que l’en apele chelidoine, qui les garist et luer rent la veue, si com li pluisor le tesmoignent, qui esprové l’ont aucunes foiz. 4. Mais l’on doit mult garder ses yauz dou fiens de l’arondele, car l’on trueve en la Bible que Thobie li granz en perdi la veue.

[Livre I, CLXVI]

DOU PELICAN

ELICAN est .i. oisel en Egypte, de cui li ancien dient que luer faons fierent o les eles luer pere enmi le visage, por quoi il se corroucent en tel maniere que il les occient. Et quant la mere les voit tuez, ele prore et fait grandisme color .iii. jors, tant que en la fin ele naffre ses costez a son bec et fait le sanc espandre sur ses fiz, tant que por ochoison dou sanc resordent et tornent en vie. 2. Mais aucunes genz dient que il naissent ausi come sans vie, et lor pere et lor mere les garissent de lor sanc. Mais coment que il soit, sainte yglise le tesmoigne bien, la ou Nostre Sires dist, je suis venuz de pelican par semblance. 3. Et sachiez que pelicans sont de .ii. manieres, uns de riviere, qui manjue poisson, et .i. autre qui est champestre et manjue serpenz et lisardes et autres bestes venimouses.

[Livre I, CLXVII, p. 151]

DES PERDRIX

ERTRIX est uns oiseaus ki sovent est quis en proie et en venison por la bonté de sa char. Mais mout est trecheresse et luxurieuse; car por la chalor de sa luxure stentrecombatent de lor femeles et a le fois oublient la cognoissance de nature, en tel maniere que li malles gist avec le malle. Et si dient maintes gens que quant la femele a chaude volenté, k’ele conchoit dou vent solement, ki le fiert devers le malle. 2. De ses baras dient k’ele emble les oes as autres pertrix, et si les met avec les siens; mais quant li pertrisot sont nés, et il oënt la vois de lor droite mere, maintenant s’en vont a li et deguerpissent lor fausse mere. Et sachiés ke pertrix garnissent lor nit d’espines et de petites folles, et coevrent lor oes de poudre, et vont et revienent a lor niz priveement, et aucune fois tresporte la mere ses fius d’un leu en autre por engignier son malle. Et quant on vient prés de son nit, ele fait samblant k’ele ne puisse voler, pour çou k’ele puisse home esloignier de son repaire mieus et plus coiement.

[Livre I, CLXVIII]

DE PAPEGAL

APEGAL est uns oiseaus vers, mais son bec et ses pié si sont rouges; et a plus grant langue et plus lee ke nus oiseaus, par quoi il dit paroles articuleres en samblance d’ome, se l’en li ensegne de sa jovenece, dedens le secont an de son aage; car de lors en avant est il durs et oublieus, en tel maniere k’il n’aprent chose ke l’en li mostre. Et si le doit on chastier a une petite verge de fier. 2. Et si dient li indien que cist oiseaus ne naist ailleurs k’en Inde, et ke de lor nature sevent il saluer selonc l’usage de cele terre. Et cil qui ont .v. dois sont plus nobles, mais cil ki en ont .iii. sont de vilain linage. Et toute lor force est ou bec et ou chief, ou il rechoit plus volentiers toutes cheoites et ferues quant il ne les puet eschiver.

[Livre I, CLXVIIII, p. 152]

DES PAONS

AONS est uns biaus oiseaus simples en sa aleure. Mais il a chief serpentin, et vois de diauble, et pis de saphir, et riche coue de diverse coulour, ou il se delite mervilleusement, tant que la ou il voit les homes ki remirent sa beauté, il drece sa coue contremont pour avoir les los des homes, et descuevre le laide part deriere, k’il lor moustre vilainement. Molt desprise le laidece de ses piés. Et sa char est dure fierement et de grant odour.

[Livre I, CLXX]

DES TORTRELES

ORTERELE est uns oiseaus de grant chasteté, ki abite volentiers loins de gens; et tout yvier maint es pertuis des arbres, por la plume ki li est cheoite. Son nit coevre des fueilles d’esquille, por le leu ki ne touche ses faons, car leu n’ose aler la u cele erbe soit. Et sachiés que tortrele est si amable vers son compaignon ke s’il est perdus par aucune maniere, ele ne quiert jamés autre mari, et garde sa foi ou par vertu de chasteté ou por çou k’ele quide que son mari reviegne.

[Livre I, CLXXI]

DES VOUTOIRS

OUTART si est uns grans oiseaus samblables a aigle ki connoist odour dou nés plus long ke nul animal dou monde neis d’outre la mer flaire il la charoigne. Et si dient cil ki l’ont a coustume k’il sivent les ost des homes la ou il doit avoir grant fuison de charoigne; et ensi devinent ke en celi ost sera grant occision d’omes ou de bestes. 2. Et si dient li plusour que entr’aus n’a nule conjunction de malle et de femele, et sans gesir engendrent et font fiz ki vivent longhement, si ke a paines definent en .c. ans. Et plus volentiers vont par terre sans voler por lor pesantour; et ne menguë de nule charoigne, s’il ne le lieve devant desor terre en haut.

[Livre I, CLXXII, p. 153]

DES OSTRISSES

STRISSES est une grant beste ki a eles et plumes a samblance d’oisel, et piés comme chamel. Et ne vole pas, ains est griés et pesans par sa complexion, ki le fait si oublieuse malement, k’il ne li sovient des choses passees. 2. Por ce li avient autresi comme par amonestement de nature, ke en esté entor le mois de jung, quant il li covient penser de sa generation, il esgarde une estoile ki a non Virgile. Et quant ele comence a lever, depose ses oes et les coevre de sablon, et s’en vet porchacier son affere, et oublie ses oes en tel maniere ke jamés ne l’en sovient ne po ne grant. Mais la chalour dou soleil et li atemprement du tens acomplist son office et escaufe ce ke la mere devoit eschaufer, tant ke ses faons naissent si grans ke maintenant porchacent lor besoingnes. 3. Et nan porquant lor pere, quant il les truevent, la u il les devroit norrir et ensegnier si lor anuie et fet tant de cruauté come il puet. Et sachiés ke contre la peresce ke nature lor dona, si li fist ele .ii. ongles et eles dont il se bat et fiert il meismes quant il vieut aler, autresi comme se ce fussent .ii. espourons. 4. Et sachiés que son estomak, c’est la gorge, ou il retient son pas. Et est de si trescaude nature k’il englotist le fier et l’enduist et consomme dedens soi. Et son gras est mout profitables a totes dolours de menbres.

[Livre I, CLXXIII]

DEL COK

OK est un oisel domesche ki maint entres les homes tousjours, et par sa vois moustre les heures dou jour et de la nuit et les muemens dou tens. Ja soit ce que dedens la nuit il chante plus haut et plus orguilleusement mais vers le jour chante plus cler et plus souef, mais il bat son cors et ses eles avant k’il chante. 2. C’est li oiseaus au monde solement a qui l’en oste les coillons et en fait l’en chapon, ki mout sont sains et bons en esté. Mais geline est millour en yvier por mangier, car en esté sont toutes gelines covesses, et beent a lor oes et a ses poucins garder, et por la color d’aus se deplume et enmaladist et enviellist durement. Pour ce doit li sires de [p. 154] sa maison eslire gelines noires ou grises et eschivre les blanches; et si lor doit doner a mengier orge demi cuit, ki les fait engendrer et porter oes assés grans et larghement. Et quant yviers passe, ke li sires voet avoir pouchins, il doit ensigruer sa maisnie que la nombre des oes soit nompers et que il soient mis a lune croissant, c’est a dire dou novime jour jusc’au quinsime jour de la lune. 3. Mais si ce taist li contes a parler des oiseaus et de lor nature pour dire .i. po de la nature des bestes, et premierement dou lion ki en est rois et sires.

[Livre I, CLXXIIII]

DEL LION

ION est apelés selonc la langue as grizois, ki tant vaut a dire comme rois en nostre parleure. Car lions est apelés rois des bestes, pour ce que la ou il crie toutes bestes s’enfuient comme se la mors les cachast; et la u il fait cercle de sa coue, nule beste n’ose passer par enki. 2. Et nanporquant lyon sont de .iii. manieres, car li .i. sont brief et ont les crins crespes et sont sans bataille, li autre sont lons et grans et ont les crins simples et sont de mervilleuse fierté. Et lor corage sont demoustré par le front et par sa coue, et sa force est en son pis, et sa fermeté est en son chief . 3. Et ja soit ce k’il est redoutés de tous animaus, neporquant il crient le blanc cok et la tumulte des roës, et feus li fet grant paour. Et d’autre part li escorpions li fet mal trop grant se il le fiert, nés le venin dou serpent l’ocist. 4. Car cil ki ne soufri pas que nule chose fust sans contraire volt bien ke li lions ki est orgilleus et fors sor toutes choses, et ke par sa grant fierté ensit proie tozjours, eust des choses ki l’enpechent contre sa cruauté, dont il n’a pooir k’il s’en deffende; et entre ce est il si malades autresi con de fievre les .iii. jours de la sesmaine, ki mout amenuise son orguel. Et nanporquant nature li ensegne a mangier le siguë, ki le garist de sa maladie. 5. Et ja soit lions de haut corage et de si fiere nature comme li contes devise ci devant, totes voies ayme il home mervilleusement, et volentiers maint avec lui, et ne sera ja courouchiés a home se il ne li fet mal premierement. Mais merveilles est de sa pitié, ke la ou il est plus courouciés et plus plains d’ire et de mal talent contre lui, lors li pardonne plus tost se li hom se giete a la terre et fait samblant de crier merci. A paine se courece contre feme, ne petit enfant ne touche, se por grant desirier de mangier non. 6. Li ordene de sa vie est a mangier l’un jour et boivre l’autre; pour ce que lyon est de si grant viande que sovent ne le puet il quire en son estomac, donc la bouche li put [p. 155] trop malement. Mais quant il aperçoit que le remanant de sa viande n’est pas quite dedens la forcele et k’ele li fet anui, il le prent a ses ongles et le oste de sa gorge. Et quant il a mout mengié que son ventre est bien soolés, et li veneour le cachent, il revomist tout pour delivrer soi de la pesantour de son cors. Autresi fet il sovent, ke quant il menguë trop, por sa santé recovrer, k’il ne manguë l’autre jor ne poi ne grant, et si ne touche char de beste ki fust morte le jour devant. 7. Et sachiés ke lyon gisent envers, li malle avec le femele, autresi come les cers et comme cameus et olifans et unicors et tygres, et si engendrent .v. fiz a la premiere porture; mais la force k’il ont es ongles et es dens et en tout le cors empire molt la matrice sa mere, tant come il sont dedens. Et a lor naistre issent en tel maniere que a la seconde fois li leus ou la mere reçoit la semence son malle n’a pooir que il engendrent que .iiii., et a la tierce fois trois, et a la quarte fois .ii., et a la quinte .i. De lors en avant est cil leus si gastes k’il ne conçoit jamés tote sa vie. 8. Pour ce dient li plusour ke pour la trés grant dolour ki est en lor naissance, li lionceaus sont si esbahi k’il en gisent en pasmison .iii. jors, autresi come s’il fussent sans vie; tant que lor peres vient au chief de .iii. jors, ki les escrie si fort de sa vois que li fiz s’esdrecent et ensivent lor nature. 9. L’autre maniere de lyon sont engendré d’une beste ki a non parde, et teus lyons sont sans crins et sans noblece et sont conté entre les autres vils bestes. 10. Mais totes manieres de lyons tienent les oils ouvers quant il dorment, et ou k’il aillent tousjours cuevrent les traches de lor piés a l’engien de la coue. 11. Et quant il cachent lors courent et sallent fort et isnel; mais quant il sont chacié il n’ont pooir de salir. Et lor ongles gardent en tel maniere k’il ne les portent se enverses non. Et lor aage sont conneu as fautes de lor dens.

[Livre I, CLXXV]

DE L’ANTELU

NTELU est une trés fiere beste que nus hom ne puet consivre ne penre par aucun engien, car ses cornes sont grans et a maniere de sie, ki taillent et brisent tous las, et trenchent les grans arbres. [p. 156] Mais il avient aucunefois k’il vet boivre au fleuve d’Eufrates, ou il a buissons et arbrissiaus loins et deliés, ki se ploient et crollent en diverses manieres, si ke por la foiblece d’iaus il ne les puet trenchier, si comme il fait des fors, ki se tienent fermement contre ses cornes, et por ce les fiert il et se combat a aus. Et la ou il les quide taillier et porter a la terre, il envolope son chief en ces bastonnés, ki le lient et tienent si fermement k’il n’a pooir k’il s’en aille, ains crie et dolousist. Et quant il pense avoir aide, li hom vient a l’ensegne de sa vois, et le fiert tant k’il l’ocist.

[Livre I, CLXXVI]

DES ASNES

SNE sont de .ii. maniere, domesches et sauvages; mais el domesche n’a chose ki face a ramentevoir en conte, se ce non que de sa negligence et de sa soutie dit on mains proverbes ki donent grans essamples as homes de bien fere. 2. L’autre ki sont sauvage troeve on en Aufrike, et sont si fiers que hom ne les puet donter, et si en soufist uns malles a plusours femeles. Cil est si jalous que quant il aperçoit ke aucun de ses poulains sont malles, maintenant lor court sus et lor trence lor coillons, se la mere ne s’en prent garde, si k’ele le tiegne en repost sauvement. 3. Et sachiés que cist asne sauvage, que l’en apele onagre, a chascune heure dou jour et de la nuit crie une fois, si ke l’en i poroit bien connoistre les eures et savoir certainement quant la nuit est igal au jour u quant il sont desiguel.

[Livre I, CLXXVII]

DES BUÉS

UEF sont de maintes manieres, .i. ki naist es parties d’Aise et est apelés bonacon, pour çou k’il a crins comme cheval, et ses cornes sont si grans et vautices entor sa teste que nus hom ne les puet ferir se sus les cornes non. Et quant hons u autre beste le chace, il deslie son ventre et giete par deriere .i. fiens si puant et ardant k’il brise çou k’il touche. 2. Un autre buef est en Inde, ki n’a c’une corne sans plus, et ses ongles sont soudes et enterines comme de cheval. Autre buef sauvage naissent en Alemaigne, ki ont grans cors et bons por soner et por porter vin. Li autres s¢nt [p. 157] apelés bufles, ki dorment el parfont des grans fleuves, et vont autresi bien parmi le fons des euues aval comme li buef par terre. Més li buef domesche ki cultivent la terre sont dous et pitieus et ayment lor compaignons tenrement et de bone foi, selonc ce k’il demostrent as cris k’il font sovent et menu quant lor compaignon sont perdut. 3. Et pour çou k’il sont mout pourfitable a gaaing de terre doit li sires en ses maisons bués joenes eslire, ki set toz membres grans et quarrés, et grant oreilles, et le front large et crespe, oils et levres noires, cornes noires non mie voutices comme lune, les narilles overtes et grans, gorge grant et pleniere et pendant jusques as genous, larges pis et grans espaules, grandisme ventre et lonc et lé, l’eschine droite et plaine, jambes soudes et dures et nerveuses, petites ongles, coue grant et bien pelouse, et tous les pols dou cors briés et espés, meismement de rouge coulour. 4. Mais la vache doit estre mout haute et longue, de grandesime cors, ki set le front en haut, et les oils grans et noris, beles cornes et noires, oreilles pelouses, et tout le poil dou cors brief et espés, gorge et coue longue et grandesime, et petites ongles, jambes noires et briés, ki soit en aage de .iii. ans. Car de lors dusc’au disime an porte fiz plus pourfitables que devant ou que aprés. De ceste beste dient li grezois, que se te vieus engendrer malles, tu dois liier le senestre coillon dou torel quant il gist avec sa femele, et se tu voudras engendrer vache, tu lieras le diestre.

[Livre I, CLXXVIII]

DES BREBIS

ERBIS est une simple beste, plaine de pais et de paour, ki reconnoist son filz, et ses fiz li, entre grant torbe d’oeilles, au baler solement et a la cognoissance de sa vois. 2. Et por çou ke ce sont bestes de grant proufit, a ce k’il donnent lait et formage et char a mangier, et laine pour vestir, et la pel por maint furniment d’ome, est il bien avenable que li sires de l’ostel eslise premierement monton haut et legier et viste, de grandesime cors, bien covert de blanche laine et espesse fierement, o longhe coue, o grans coillons, o lé front, et de bon aage, car il puet bien engendrer dusc’a .viii. ans. 3. Mais molt doit bien garder li sires sa laine, car selonc çou que lor laine est tachie, tot autretel engendrent il fiz et filles tachiés, por ce que de blanc mouton puet bien naistre fiz d’autre coulor, mais de noir [p. 158] ne puet nestre blans fiz. 4. Et sor ce dient li plusour que la vois du noir est devisee de celui dou blanc, en tel maniere que li plusor le sevent bien conoistre, a ce que li noirs dist mé, et li autres dist bee. Por ce doit on avoir berbis grans, ki ait laine blanche, et molle et gentil, et doit estre .ii. ans jusques a .v. Au septime an faut ele et ne puet engendrer. 5. Dont Aristotles dist, que se au tens que brebis doit assambler as montons, se l’en les garde et les paist on vers septentrion contre le vent ki vient de cele partie, k’eles engendrent malles; mais devers oistre engendrent femeles.

[Livre I, CLXXVIIII]

DES BELLOTES

ELLOTE est une petite beste plus longue k’une soris, et ensiut soris et coluevres; mais quant ele se combat a la coluevre, ele se torne sovent au fenoil et le manguë por la paour du venin, puis revient a sa bataille. 2. Et sachiés que belotes sont de .ii. manieres, une ki abite es maisons, et une autre champestre; mais chacune conchoit par les oreilles et enfante par le bouche, selonc ce que aucune gent tesmongnent, mais li plusor dient que ce est chose fausse. 3. Mais coment k’il soit, sovent remue ses fiz d’un leu en autre, pour çou ke nus ne s’en aperçoive. Et s’ele les trueve mors, maintes gens dient k’ele les fait resusciter, mais ne sevent dire coment ne par quel medecine.

[Livre I, CLXXX]

DE CHAMEUS

HAMEUS sont de .ii. manieres, un ki sont arabiiens, et ont .ii. boches en sus l’eschine, li autre sont barriens, ki n’ont c’une boche et sont trés fors, et lor piés ne puent estre gastés pour cheminer. Li grant chamel sont bons por porter grandesimes somes. Li autre petit ki sont apelé dromadaire sont bons por aler tost et longuement, mais li .i. et li autre sont anemi as chevaus, et molt enpirent por assambler as femeles, si k’il covient grans estuves a rescaufer les de dras et de feu aprés le conjungement. 2. Et tant sachiés de sa propre nature, ke c’est li animaus dou monde ki mieus connoist [p. 159] sa mere, en tel guise k’il est de si gentil maniere k’il ne toucheroit jamés a li charnelment, si con font li autre animal, ki de ce n’ont nule ramenbrance. 3. Et si suefrent bien .iii. jours soif, mais quant il sont a l’euue il boivent autant comme s’il eussent beu es jors alés; et il quident k’il lor besoigne por les jors ki sont a venir. Et se li euue fust clere, il la torblent a lor piés, car autre n’en buveroient il goute. Et sachiés que chameus vivent bien cent ans en lor païs, mais le muement de l’air les fet enmaladir et devier plus tost k’il ne deussent.

[Livre I, CLXXXI]

DEL CASTORE

ASTORE est une beste ki converse a la mer de Ponto; pour ce est ele apelee chien pontique, car il est aukes resamblables a chien. 2. Lor coillons sont mout chaut et proufitables en medecines, por ce l’ensivent li païsant et le chacent por avoir ses coillons. Més nature, ki ensegne a toz ses proprietés, lor fait connoistre la propre ochoison por quoi on les chace; car la u il aperçoivent k’il ne s’en puent aler, il meisme trenche as dens sa coille, et le giete devant les veneours, et ensi raambrist son cors pour icele partie ki millour est; et de lors en avant se l’en le sit, il descovre ses quisses et moustre bien k’il est escoilliés.

[Livre I, CLXXXII]

DES CHEVRIS ET DES BISCHES

HEVREL et bisches sont une maniere de bestes ki sont de si bone connoissance que de loins cognoissent les gens ki vienent, s’il sont veneour u non. Autresi cognoissent il les bones herbes et les mauvaises, por solement le veoir. Et tousjors vont paissant de haut en haut. Et tant sachiés que se l’en le fiert ou navre en aucune maniere, maintenant court il a une herbe ki est apelee dyptame, et la touce la u ele le trueve, et ensi garist de ses plaies.

[Livre I, CLXXXIII, p. 160]

DES CERS

ERF est une beste sauvage, de quoi li ancien dient k’il n’escaufe de fievre a nul jour de sa vie; et por ce sont aucunes gens ki manguënt de sa char chascun jor avant disner, et sont asseur de fievre tant comme il vivent; et certes il vaut a ce s’il fust tués d’un cop sans plus. Neis en son cuer a .i. os ki mout vaut en medechine, selonc ce que li fisicien tesmoignent. 2. Li cerf meisme nous ensegnierent le dyptame, c’est une herbe k’il manguënt, la ou l’en les fiert. Car la vertu de cele herbe lor oste la saiete dou cors et le garist de la plaie. 3. Et ja soit ce que cerf soient generalment anemis as serpens, toutesvoies lor valent il a grans medecines, et ore orés coment. Il vait au pertuis du serpent a toute la bouche plaine d’euue et le boute dedens. Et quant il a ce fait, il atret a soi par les espiremens de son nés et de sa bouche, tant k’il le fet hors issir maugré sien, lors le fiert et ocist des piés. Mais quant li cers veut deposer sa viellece ou maladie k’il ait, il menguë la serpente, et pour la paour dou venim cort a la fontaine et boit assés: en ceste maniere mue le poil et les cornes et giete toute viellece. 4. Por ce vivent cerf longhement, selonc ce que Alixandres esprova quant il fist penre maint cerf, et lor fist metre a chascun .i. cercle d’or u d’argent en son col, ki puis furent trové en bone vie lonctens aprés, plus de cent ans. 5. Et ce sachiés que quant cherf tienent les oreilles enclines, k’il n’oënt goute, mais quant il les drechent amont il oënt aguement. Et quant il passent uns grans fleuves, cil deriere porte tousjours son chief sour le cors et sor la crupe a celui devant, et ensi s’entresostienent en tel maniere k’il ne se travaillent se mout petit non. 6. Et ja soit ce que li malle soient esmeu de fiere luxure quant li tans en est, neporquant la femele ne conchoit pas jusques a tant ke une estoile lieve, ki est apelee Arcton. Et quant li tens est de lor fiz, ki doivent nestre, lor couverie ne sera ja se en leu repost non, la ou li bois est parfons et espés, ou il ensegnent lor fiz a corre et a fuir et a aler par roches et par montaignes. 7. Et lor nature est que la ou il aperçoivent le glatissement des chiens ki les enchaucent, il adrecent lor aleure a l’autre vent, pour ce ke li odors d’aus ne soit pas porté vers les chiens. Et nanporquant la u li veneour ki le chacent le tienent si cort k’il se despere et ne quide ke jamés puisse son cors garantir, il recule ariere courant et batant cele part u li veneours vient, por morir devant lui plus legierement.

[Livre I, CLXXXIIII, p. 161]

DES CHIENS

HIENS naist non veans mais puis recuevre sa veue selonc l’ordre de sa nature. Et ja soit ce ke li chiens ayme mout home plus ke beste dou monde generalment, il ne conoissent pas estrange gent, se ceaus non entor qui il habitent; et si entent son nom, et reconnoist la vois son mestre. 2. Ses plaies garist il a sa langhe. Sovent vomist son past, et puis le remanguë. Et quant il porte char ou autre chose en sa goule, et il passe aucun fleuve, maintenant k’il voit l’ombre de sa char en l’euue, il laisse çou k’il porte por prendre ce ki est noiens. 3. Et sachiés que de chien et de leu quant il assamblent naist une maniere de chiens ki mout sont fiers, més li trés fier naissent por assamblement de chien et de tigre, ki sont si isnel et si aspre que çou est droite diaublie. 4. Li autre chien de domesce nascion sont de maintes manieres; car il a petis chiens gouços ki sont bons a garder maisons, et si i a trés petis camusos pour garder cambres et les lis as dames. Et s’il sont engendrés de petis patrons, l’en les puet en lor joenece norrir de mout petit de viande, ou en .i. petit pot, si k’il seront si petis et si briés ke merveille. Et si doit on trere lor oreilles souvent et menu, car lors sont plus gens quant eles vont pendant contreval la terre. Li autre sont brachés a oreilles pendans, ki conoissent l’odour des bestes et des oiseaus, pour ce sont il bons a la chace; et ki en ce delite son corage, si les doit mout amer et garder de faus assamblement, car chien n’ont pas la cognoissance dou nés se par linage non. Pour ce dist li proverbes as vilains, que chiens chasse par nature. 5. Li autre sont loimiers, et sont apelés segus, pour çou k’il ensivent la beste jusc’a la fin; dont il en i a teus que ce ke l’en li aprent en sa joenece, a ce se tient touzjors, si ke li .i. chacent cers et autres bestes champestres, li autres chacent loutres et lievres et autres bestes ki conversent en euues. Li autre sont levrier, ki sont plus legier et isnel a courre et a prendre beste a sa bouche. Li autre sont mastin grant et gros et de mout grant force, ki chacent ours et senglers et lous et toutes grans bestes, neis contre home se combatent il fierement. 6. Por çou trovons nous en ancienes istores que uns rois avoit esté pris par ses enemis, et si chien assamblerent grandesime compaignie d’autres chiens, et se combatirent si fort contre ciaus qui le roi [p. 162] detenoient, ke il le rescousent a fine force. 7. Et si n’a mie gramment ke en Champaigne s’asamblerent toz les chiens dou païs en .i. leu, ou il s’entrecombatirent si asprement que a la fin n’en eschapa un seul, que tout iten fussent mort en la place de terre ou il estoient. 8. Et pour ce que li contes devise ci devant ke chien ayment home plus ke best ki soit, si vous en dirai aucune chose de ce ke no maistre recontent en lor livres. Sachiés que quant Jase Lice fu ocis, son chien ne volt puis mengier ne poi ne grant, ains morut a dolour. Et la u li rois Lisemache fu mis en feu por son pechié ke fet avoit, son chiens se geta dedens avec son signor et se laissa cremer avec lui. Et uns autres chiens entra en prison avec son mestre, et puis quant on le geta el fleuve de Toivre ki cort a Rome, li chiens se geta aprés, et porta la charoigne sor l’euue tant com il pot. Ces et maintes autres natures sont trovees ke chien ont, mais tant come li contes en dist ci ilueques en puet bien soufire, pour abregier cest livre.

[Livre I, CLXXXV]

DE CAMELION

AMELION est un beste ki naist en Ayse, et si en i a grant plenté. Et sa face est samblable a lizarde, mais ses jambes sont droites et longues, et les ongles fieres et aguës, et coue grant et voutice, et vet autresi lentement comme tortue, et sa pel est dure comme de cocodril; et ses oils fiers et durement encavés dedens la teste, et ne les muet pas ça et la, por ce ne voit il en travers, ains regarde tot droit devant soi. Et sa nature est de fiere merveille, car il ne manguë ne ne boit chose del monde, ains vit solement de l’air k’il atire. 2. Et sa coulour est si muable que tot maintenant k’il atouche a aucune chose, prent sa coulor et devient d’autretel taint, se ce n’est rouge ou blanc, car ce sont .ii. coulours k’il ne puet faindre. Et sachiés que son cors est sans char et sans sanc, se ce n’est ou cuer ou il en a .i. petit. En yvier maint repost, et en esté vient et uns oiseaus l’ocist ki a non corax; mais s’il manguë de lui il le covient a morir, se fueille de lorier ne l’en delivre.

[Livre I, CLXXXVI, p. 163]

DES CHEVAUS

HEVALS est une beste de mout grant cognoissance; car a ce k’il repaire tozjors entre les homes, lor done aguete de sen et de raison, tant qu’il connoissent lor signor, et sovent muent il meurs et abis quant il muent signor. 2. Il flaire la bataille, il se courece, et est liés au son des buisines. Il sont liés quant il ont victore, et sont dolant quant il perdent. Et bien puet on aperçoivre se la bataille doit estre gaaignie ou non, au samblant que li cheval font de joie ou de courouch. Dont il en i a teus ki connoissent bien les enemis lor maistres, car il les mordent et fierent trop angoisseusement. 3. Et teus i a ki ne portent se lor droit sire non, selonc ce ke fist li chevals Julle Cesar et Bucifalas son signor Alixandre le grant, ki premiers se laissa donter et chevaucier comme nice beste; mais aprés ce que li rois i monta, il ne daigna puis soufrir que ame du monde l’atouchast pour monter. Et sachiés que Bucifalas avoit chief de tor et mout fier esgart, et si avoit .ii. boches autresi comme .ii. cornes. 4. Et le cheval Cracarci le duc de Galatas, que quant ses sires fu mors et que li rois Anthiocus i monta por combatre, li chevaus courut au deval dou grant tertre, et se trebucha soi en tel maniere k’il ocist soi et son chevaucheour. 5. Et quant li rois de Sithe se combati contre son enemi cors a cors, et il fu ocis a la bataille, et li autres le voloit despoillier et coper lui la teste, li chevaus le deffendi vistement et le garda jusques a sa mort, car il ne volt onques puis mangier. 6. Car il est chose provee de mains chevaus, ki plorent et gietent larmes pour la mort lor signour, et si n’est nule autre beste ki le face. Et sachiés que cheval malle sont de longue vie, car nous lisons d’un cheval ki vesqui. .lxx. ans; més les femeles ne vivent longhement. Et lor luxure puet on refraindre se l’en lor roegne les crins; mais en son part naist .i. venefice d’amour, ki vient en mi les front dou poulain, mais la mere toste maintenant a ses dens, car ele ne vieut pas que cele chose viegne en main d’ome; et nanporquant se tu l’en ostoies, sachés que la mere ne li donroit jamés son let. Et sa nature est que tant comme le cheval est plus sain et de millour cuer, tant met il plus son nés et sa bouche dedens l’euue quant il boit. 7. En cheval doit on garder .iiii. choses selonc l’opinion as anciens sages, ce sont forme, beauté, bonté, et coulor. Car en la forme dou cheval doit on essaier que sa char et son cors soit fort et dur et soude, et k’il soit bien haut selonc sa force; li costé doivent estre lonc et pleniers et la croupe grandisme et reonde, lees quisses, grant pis et large et mout overs, et tout son cors tachiés d’espoisseté, piés sés et bien cavés par desour. 8. En biauté dois tu garder k’il ait [p. 164] petit chief et sec, si ke le cuir soit bien tenant aprés les os, oreilles briés et drechies en haut, grand oils et larghe nés, la teste droite ou auques resamblable a teste de monton, crins espés et coue bien velue, ongles soudes et fermes et reondes. 9. En bonté garde k’il ait hardi corage, lie aleure, membres crollans, bien courans et tenans a ta volenté. Et sachiés que la isneleté du cheval est cogneue as oreilles, et sa force as membres crollans tramblans. 10. En coulour consire le bai, ou ferrant pomelé, ou noir ou blanc ou cervin ou vairon, ou d’autre maniere que tu poras eslire millor et plus avenable. 11. Et por ce k’il i a chevaus de plusours manieres, a ce que li .i. sont destrier grant por combatre, li autre sont palefroi por chevaucier a l’aise de son cors, li autre sont roncin por sommes porter, ou mul ki sont estrait d’assamblement de cheval et d’asne: dois tu estre bien sovenans a eslire celui cheval a ton oés, ki set les proprietés et les teches ki besoignables sont a ce de quoi il doit servir; car les uns covient bien corre, les autres bien aler au pas ou ambler, et autre chose que lor nature requiert. 12. Mais generalment garde en tous chevaus que lor membre soient bien ordenés, et les uns bien respondans as autres, et k’il ait oils sains et toz les membres avec, et k’il ne soit de tel aage k’il ne soit affolés par jovence ne par viellece. 13. Et por ce que vices et maladies de chevaus sont sans nombre, dont les unes sont dedens et les autres dehors, les unes aparissans et les autres privees, si ke nus ne puet estre ki n’en ait ou poi ou mout, sachiés que cil sont millor ki mains en ont.

[Livre I, CLXXXVII]

DES OLIFANS

LIFANT est la plus grant beste ke l’en sache. Ses dens sont yvoire, et son bec est apelés premoiste, ki est samblables a .i. serpent. A celui bec prent sa viande et met la en sa bouche, et pour çou que la premoiste est garnie de son servoire, est ele de si grant force k’il brise quank’il fiert. 2. Et si dient li cremonnois ke le secont empereour Frederik en amena .i. en Cremonne, ke li envoia li prestres Jehans d’Inde, k’il li virent ferir .i. asne chargié, si fort k’il le [p. 165] geta desus une maison. Et ja soient olifans mout fiers, neporquant il devient privés tantost comme il est pris. Mais il n’enterra jamés en nef por passer la mer, se ses mestres ne li fiance de ramener ariere. 3. Et si le puet on chevauchier et mener ça et la, non pas a frain, mais a .i. crochet de fier; et por ce fait on sor li mangoniaus et tour de fust por combatre. Mais Alixandres fist faire a l’encontre ymages de coivre plaines de charbons ardans, en tel maniere qu’eles quisoient et brisoient le bek de l’olifant, si qu’il ne le referoit plus por la paour dou feu. 4. Et sachiés ke en aus a mout grant sens; car il conservent la discipline dou soleil et de la lune, autresi comme li ome. Et vont grant torbe ensamble as eschieles, dont li ainsnés est chevetain par devant tous; et li autres ki est aprés lui d’aage les guie et les constraint par deriere. Et quant il sont a la mellee, il n’usent que l’un de lor dens, et l’autre gardent au besong; et neporquant la u il sont vencu, il s’efforcent por gaster les ambesdous. 5. La nature des olifans est que la femele devant .xiii. ans et li malles devant .xv. ne sevent pas que luxure soit; et neporquant il sont si chaste chose ke entr’aus n’a mellee por femele, chascuns a la soue a qui il se tient tous les jors de sa vie, en tel maniere que se li uns pert sa moilher ou ele lui, il ne se joint jamés a autre, ains vont touzjors seul parmi les desers. 6. Et por ce que luxure n’est pas en aus si chaude k’il s’asamblent comme les autres bestes, si lor avient par amonestement de nature que li doi compaignon s’en vont contre orient enprés du paradis terrestre, tant que la femele trueve une herbe que l’on apele mandragore, si en manguë, et si atice tant son malle k’il en manguë avec; et maintenant eschaufe la volenté de chascun, et s’entregisent a envers, et engendrent .i. fil sans plus, et ce n’est c’une fois sans plus toute lor vie (et si vivent bien .iiic. ans). 7. Et quant li tans vient du part, c’est .ii. ans aprés lor assamblement, il s’en vont dedens .i. estanc jusc’au ventre, et la mere depose son fiz, et li peres si agaite tozjours a la rive, pour la paour du dragon, ki est lor enemis, por la covoitise de lor sanc, ke olifant ont plus froit et a plus grant fuison ke beste du monde. 8. Et si dient cil ki veu l’ont sovent ke olifans, quant il chiet, ne puet relever sus por tot son pooir, car il n’a es genous nule jointure; mais Nature, ki toz guie, li ensegne a crier a haute vois, tant que uns autres viegne et crie avec lui si roidement que tout li autre dou païs vienent, ou au mains jusques a .xii., ki tout crient ensamble tant que li petit olifant vienent, ki le relievent a la force de lor bec et de lor bouche, k’il metent desoz lui.

[Livre I, CLXXXVIII, p. 166]

DES FORMIS

ORMIS est petite chose mais de grant porveance; car ele se pourchace en esté çou que li est besoing en yvier, et eslist le forment et refuse orge, k’ele connoist a l’odour; et ses grains brise parmi, pour çou k’il ne puissent renaistre a la moistour de l’yvier. 2. Et si dient li etyopiien k’il a formis en un ille, grans comme chienos ki chevillent or dou sablon a lor piés, et le gardent si fierement que nus n’en puet avoir sans mort. Mais li païsant envoient en cele ille a paistre jumens ki ont poulains, et sont chargie de bons coffres. Et quant les formis aperçoivent les coffres, il metent dedens lor or, car eles quident que ce soit leus de sauveté. Et quant vient au soir ke la jumens est bien peue et bien chargie et eles oënt lor poulains ke lor mestre ont la amenés henir et braire d’autre part la riviere, les jumens se fierent en l’euue courant et batant, et s’en passent outre o tout l’or ki est es coffres

[Livre I, CLXXXVIIII]

DE YENA

ENA est une beste ki une fois est malle et autrefois femele, et habite en cymentieres as homes, et manguë les cors des mors. Et li os de son eschine est si roit que son col ne puet ele plier, s’ele ne se torne toute cele part k’ele vieut. Et ensiut les maisons et les estables et contrefait la vois as homes, et ensi deçoit sovent les homes et les chiens et les deveure. 2. Et dient li plusour ke en ses oils a une piere de tel vertu, que se nus l’eust desous la larghe, il poroit deviner toutes les choses ki sont a avenir. Et pour çou que nule beste qui touche l’ombre de yena ne se puet movoir du leu, si dient li ancien que ceste beste est replenie d’encantement et d’art magique. 3. Et sachiés que en Etyope gist ceste beste avec la femele du lion, et engendre une beste ki a non cocote, ki autresi ensiut la vois des homes. Et en sa bouche n’a pas gencives ne dens devisés ke autres bestes ont, fors que tout est uns dens tout enterin, et les reclot comme une boiste.

[Livre I, CLXXXX, p. 167]

DES LUP

UP habonde en Ytaile et en maintes autres terres. Et sa force est en sa bouche et ou vis. Et es rains ita point de force, et son col ne puet pas pliier ariere. Et si dient li pastour k’il vivent aucune fois de proie, aucune fois de terre, et aucune fois de vent. Et quant li tens de sa luxure vient, plusor malle ensivent par route la lue. Mais a la fin ele regarde en trestoz, et eslit le plus lait, ki gise o li, ja soit ce que en toute l’anee ne se joingnent se .xii. jors non. Et n’engendrent pas fiz se en mai non, quant li tonnoires vient. Pour la garde de ses caiaus ne prent il pas proie es contrees ki sont voisines a sa covace. 2. Et sachiés que la u il voit home premiers que il lui, li hom ne puet pas crier. Mais se li hom voit premiers lui, il depose toute fierté et ne puet corre. Et en la fin de sa coue a une laine d’amour, que li leus oste a ses dens quant il crient k’il soit pris. Et quant il usle de sa vois, il maine tousjours son pié devant sa bouche, pour moustrer que ce soit de plusors leus. 3. Une autre maniere de lous sont ke l’en apele cerviers u luberne, ki sont pomelés de noires taches, autresi come longe; mais des autres choses est il samblable au lup. Et est de si clere veue ke ses oils perchent les murs et les mons. Et ne porte c’un filz; et est la plus oublieuse chose du monde, car la u il manguë son past, et il regarde par aventure une autre chose, oublie ce maintenant k’il mengoit, en tel maniere k’il n’i set revenir, ains le pert dou tout. Et si dient cil ki veu l’ont, ke de son pissat naist une piere precieuse ki est apelee liguires; ce connoist bien la beste meismes, selonc ce que li home li ont veu covrir sa orine dou sablon, par une envie de nature que tel piere ne parviegne as homes.

[Livre I, CLXXXXI]

DE LA LUCROTE

UCROTE est une beste es parties d’Inde ki de isneleté passe tous autres animaus. Et est grant comme asne, et a croupe de cerf, et pis et jambes de lyon, chiés de cheval, piés de buef, et bouche grant jusc’as oreilles, et si dent sont tout d’un os.

[Livre I, CLXXXXII, p. 168]

DES MANTICORES

ANTICORES est une beste en celui païs meismes, ki a face d’ome et coulour de sanc, oils jaunes, cors de lyon, coue d’escorpion, et court si fort que nule beste ne puet eschaper devant lui. Mais sor toutes viandes aime char d’ome. Et si dent s’assamblent en tel maniere, que ore maint li uns desous et ore li autres.

[Livre I, CLXXXXIII]

DE PANTHERE

ANTHERE est une beste tachie de petis cercles blans et noirs autresi comme petit oil, et est amés de toz animaus fors que dou dragon. Et sa nature est que tout maintenant qu’ele a sa viande prise, se rentre en son espelonce, et se dort .iii. jours; lors se lieve et oevre sa bouche, et flaire s’alaine si dous et si souef ke totes bestes ki sentent l’odour s’en vont devant lui, fors solement le dragon, ki s’afiche es pertuis desous terre, pour la puour k’il en a, k’il set bien que a morir le covient. 2. Et sachiés que li panthere ne porte fiz en trestote sa vie que une seule fois, et ore orés porquoi. Ses cheaus quant il sont escreu dedens le cors a la mere, ne welent pas soufrir jusc’au tens de lor droite naissance, ains s’efforcent nature et debrisent as ongles les entrailles a lor mere, et s’en issent hors en tel maniere que la mere n’engendre plus en nule maniere du monde par semence de son malle.

[Livre I, CLXXXXIIII]

DE PARANDE

ARANDE est une beste en Etyope, bien grant come buef, et a chief et cornes comme chierf, et coulour d’ours; mais li etyopiien dient que parande mue sa droite coulour por paour selonc la tainture de la chose ki li est plus prochaine. Ce meisme font polpes en mer et camelion en terre, de quoi li contes fist mention ça arieres.

[Livre I, CLXXXXV, p. 169]

DES SINGES

INGES est une beste ki volentiers contrefait çou k’ele voit faire as homes. Et mout s’esleece a la nueve lune, mais de la reonde lune se dolousist et torble de grant melancolie. 2. Et sachiés que singes porte .ii. fiz a une portee, dont ele ayme l’un forment avers l’autre; por quoi il avient quant on le chace k’ele porte son fiz k’ele ayme entre ses bras, et l’autre sor ses espaules, et s’enfuit tant com il puet. Mais la ou la chace aproche et on le tient si cort k’ele crient de son cors meismes, il li covient a deguerpir son chier fiz meismes; car li autres se tient si fermement au col sa mere k’il eschape dou perii la ou la mere s’enfuit. Et si dient li etyopiien que en lor terre a singes de .v. diverses manieres.

[Livre I, CLXXXXVI]

DES TYGRES

IGRE est une beste ki plus naist es parties d’Orcanie, et est menuement tachie de vaires taches. Et sans faille tigre est une des plus courans bestes du monde, et de grant fierté. Et sachiés que la u ele troeve remué son lit et vuit de ses filz c’on li a emblés, ele ensiut tost et isnel les traces dou veneor ki les enporte. Mais li hom ki les a si redoute mout sa cruauté, car bien set ke fuir de cheval ne d’autre chose ne le poroit garantir; si giete enmi le voie par ou la beste vient plusors miroirs, les uns cha et les autres la; et quant la tigre voit sa ymage dedens le miroir aparoir et aperçoit la figure et la samblance de son cors, ele quide que ce soit ses faons, si le torne et retorne, mais c’est nient; puis s’en vet outre jusqu’a .i. autre miroir et garde et regarde, por la pitié de ses filx, or a l’un ore a l’autre, tant ke li chaceours s’en passe a sauveté.

[Livre I, CLXXXXVII]

DE LA TAUPE

AUPE est une petite beste qui vait tonzjours sonz terre et cheville en diversses parties, et manjue les racines que ele trueve, ja soit ce que li pluisor dient que ele vit de terre soulement. Et bien [p. 170] sachez que taupe ne voit goute, car nature ne volt pas ouvrir la pel qui est sur les yauz, et einsi ne valent ele neent, porce que il ne sont descouverz.

[Livre I, CLXXXXVIII]

JA PARLE DE L’UNICORNE

NICORNE est une fiere beste auques ressemblable a cheval, de cors; mais il a piez d’olyfant, coue de cerf, et sa voix est fierement espoentable; et enmi sa teste a une corne, sans plus, de merveillouse resplendor, et.a bien .iiii. piez de lonc, mais il est si forz et aguz que il perce legierement quantque il ataint. 2. Et sachez que unicor est si aspres et si fiers que nul ne la puet attaindre ne prendre par nul laz dou monde: bien puet estre qu’il soit occis, mais vif ne le puet on avoir. Et neporquant li veneor envoient une vierge pucele cele part ou li unicor converssent; car c’est sa nature que maintenant s’en vait a la pucele tout droit et depose toute fierté, et se dort souef en son sain et en ses dras. En ceste maniere le deçoivent li veneor.

[Livre I, CLXXXXVIIII]

DE L’HOURS

URS a molt foible chief, mais sa force est es jambes et es longes, et por ce vait il souvent tout droit en estant. Et sachez que se ours est desheitiez de cop ou de maladie, ele manjue une herbe qui a a non flomus, qui la conduist a sa garison. Mais se ele manjue pomes de mandragore, a morir la covient, se ne fuissent fourmiz, que ele menjue contre celui mal. Miel manjue volentiers sur toutes autres choses. 2. Et sa nature est que cn yver eschaufe de luxure et gisent ensemble come li home font avuec les femes, et engendrent fiz, que la femele ne porte que .xxx. jors; et por la brieté dou tens, nature n’a pooir d’acomplir la forme ne la façon d’aux dedenz le cors de luer mere, ançois naist une piece de char blanche sans nule figure qui soit, se ce non que il y a .ii. oils. Et neporquant la mere la conforme et adrece a sa lengue selonc la semblance de soi, et puis l’estraint a son piz por doner li chalor et esperit de vie. 3. Et endementiers se dort la mere bien .xiiii. jors sans boivre et sanz mangier, si fermement que [p. 171] l’en la porroit batre ou occirre avant que ele s’esveillast. En ceste maniere maint la mere priveement avuec ses fiz en repost bien .iiii. mois, por quoi ses oils sont si tenebroux que ele ne voit se molt pou non quant ele ist de sa covace. De ceste beste dient li pluisor qu’ele amende et engraisse par bateures.

[Livre I, CC]

LE DERNIER CHAPITRE DOU .I. LIVRE

I fenist la premiere partie de cestui livre, qui devise briement la generation dou monde et le comencement des roys et des terres, et l’establissement de l’une loy et de l’autre, et la nature des choses dou ciel et de la terre, ét l’ancieneté des vieilles ystoires, et briement raconte l’estre de chascune. Car se li maistres les vousist plus largement metre en escrit et moustrer de chascune chose por coi et coment, li livres seroit sans fin, car a ce besoigneroit toutes les ars et toute philosophye. 2. Et porce dit li maistres que la premiere partie de son tresor est en deniers contanz. Car si comme les genz ne porroient mie chevir lor besoignes ne lor marcheandies sans monoie, tout autresi ne porroient il savoir la certaineté des humaines choses, se il ne seussent ce que ceste premiere partie raconte. 3. Mais ici se taist li maistres des choses qui apartienent a theorique, qui est la premiere science dou cors de phylosofie; car il viaut torner as autres .ii. sciences, pratique et logique, por amasser la seconde partie de son tresor, qui doit estre des pierres preciouses.


GO TO DEUXIEME LIVRE, LI LIVRES DOU TRESOR


FLORIN WEBSITE © JULIA BOLTON HOLLOWAYAUREO ANELLO ASSOCIAZIONE, 1997-2017: MEDIEVAL: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, SWEET NEW STYLE: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, & GEOFFREY CHAUCER || VICTORIAN: WHITE SILENCE: FLORENCE'S 'ENGLISH' CEMETERY || ELIZABETH BARRETT BROWNING || WALTER SAVAGE LANDOR || FRANCES TROLLOPE || || HIRAM POWERS || ABOLITION OF SLAVERY || FLORENCE IN SEPIA  || CITY AND BOOK CONFERENCE PROCEEDINGS I, II, III, IV, V, VI, VII || MEDIATHECA 'FIORETTA MAZZEI' || EDITRICE AUREO ANELLO CATALOGUE || FLORIN WEBSITE || UMILTA WEBSITE || RINGOFGOLD WEBSITE || LINGUE/LANGUAGES: ITALIANO, ENGLISH || VITA
New: Dante vivo || White Silence

  Li livres dou trésor de Brunetto Latini, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley: University of California Press, 1948. With thanks to Angus Graham for the electronic edition.