FLORIN WEBSITE © JULIA BOLTON HOLLOWAYAUREO ANELLO ASSOCIAZIONE, 1997-2017: MEDIEVAL: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, SWEET NEW STYLE: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, & GEOFFREY CHAUCER || VICTORIAN: WHITE SILENCE: FLORENCE'S 'ENGLISH' CEMETERY || ELIZABETH BARRETT BROWNING || WALTER SAVAGE LANDOR || FRANCES TROLLOPE || || HIRAM POWERS || ABOLITION OF SLAVERY || FLORENCE IN SEPIA  || CITY AND BOOK CONFERENCE PROCEEDINGS I, II, III, IV, V, VI, VII || MEDIATHECA 'FIORETTA MAZZEI' || EDITRICE AUREO ANELLO CATALOGUE || FLORIN WEBSITE || UMILTA WEBSITE || RINGOFGOLD WEBSITE || LINGUE/LANGUAGES: ITALIANO, ENGLISH || VITA
New: Dante vivo || White Silence

Li livres dou trésor de Brunetto Latini, Edition critique par Francis J. Carmody, Berkeley: University of California Press, 1948. With thanks to Angus Graham for the electronic edition.




BRUNET LATIN

LI LIVRES DOU TRESOR

DEUXIEME LIVRE



[Livre II, I, p. 175]

CIS SECONS LIVRES PAROLE DE LA NATURE DES VISCES ET DES VERTUS SELONC ETIQUE

UANT li mestres ot finee la premiere partie de son livre, et k'il ot mis en escrit de theorike çou ke s'en apertenoit a son proposement, il volt maintenant ensivre sa matire selonc la promesse k'il fist en son prologue de devant, pour dire des .ii. autres sciences dou cors de philosophie, c'est de pratique et de logique, ki ensegne a home çou k'il doit faire et quex non, et la raison pour quoi on doit les unes faire et les autres laissier. Mais de ces .ii. sciences traitera li mestres auques melleement, pour çou que li leur argument sont si entremellé que a paine poroient il estre devisé. Et ce est la seconde partie dou tresor, ki doit estre de pieres precieuses, ce sont les vertus, ce sont les mos et li ensegnement des sages, dont chascuns vaut a la vie des homes, et por beauté et pour delit et pour vertu; car nule piere n'est chiere se por ces .iii. choses non. 2. Cist ensegnemens sera sor les .iiii. principaus vertus. Dont la premiere est prudence, ki est segnefiee par le carboncle, ki alume la nuit et resplendist sour toutes pieres. La seconde est atemprance, ki est segnefiee par le saphir, ki porte celestial coulor, et est plus gracieuse que piere du monde. La tierce est force, ki est segnefiee par le diamant, ki est si fort k'il ront et perce toutes pieres et tous metaus, et por poi il n'est chose ki le puisse donter. La quarte vertu est justice, ki est segnefiee par l'esmeraude, ki est la plus vertuouse et la plus bele chose que oil d'ome poisse veoir. 3. Ce sont les trés chieres pieres dou tresor, ja soit ce que il soit toz plains d'autres pieres ki ont aucune vaillance, selonc ce que li bons entendeour pora veoir et conoistre as paroles ke mestre Brunet Latin escrist en cest livre. Mais tot avant volt il fonder son edifice sor le livre Aristotle, et si le translata de latin en romanç, et le posera au commencement de la seconde partie de son livre.

[Livre II, II, p. 176]

CI COMMENCE ETIKE, LI LIVRES ARISTOTLES

OUS ars et toutes doctrines et totes oevres et tous triemens sont por querre aucun bien; dont disent bien li philosophe que çou ke toutes choses desirent est le bien. Selonc divers ars les fins sont diverses, car teus fins sont oevres et teus sont ki ensivent par les oevres. Et por çou que maint sont les ars et les oevres, chascuns a sa fin; car medecine a une fin, c'est a fere santé; et l'art de bataille a sa fin, por quoi ele fu trovee, c'est victore; et les arz de faire nés a une autre fin, c'est nagier; et la science ki ensegne a home governer sa maison et sa mesnie a .i. autre fin, c'est richece. 2. Et sont aucun art ki sont generaus, et aucun ki sont especiaus, c'est particulers, et aucun sont sans division; et pour ce sont les uns souz les autres. Si comme est la science de chevalerie, ki est generaus, et desous li sont autres sciences particuleres, c'est la science de fere frains selles et espees et toutes les autres choses ki ensegnent fere chose ki a bataille besoignent. Et ceste art universele sont plus dignes que les autres, pour çou que les particuleres sont trovees par les universeles. 3. Et tot autresi comme les choses ki sont faites par nature, est une derraine chose a quoi la nature entent finalment; autresi ens es choses ki sont faites par art est une finale chose a quoi sont ordenees trestoutes les choses de celui art. Et si con celui ki trait de son arc a .i. signe au berzail par son adrecement, tot autresi a chascun art une finale chose ki adrece ses oevres.

[Livre II, III]

DE GOVERNEMENS DE CIT�S

ONQUES li ars ki ensegne la cité governer est principale et soveraine et dame de tous ars, pour ce que desous lui sont contenues maintes honorables art, si come est retorique, et la science de fere ost et de governer sa maisnie. Et encore est ele noble pour ce k'ele met en ordre et adrece toutes ars ki sous li sont, et li sien compliement; et sa fin si est fin et compliement des autres. Donques le bien ki de ceste science vient si est le bien de l'home, pour ce k'ele le constraint de bien fere et le constraint de mal non faire. 2. Le droit ensegnement si est que l'en aille selonc que la nature le puet soufrir, c'est a dire que celui ki ensegne geometrie doit aler [p. 177] par ses argumens, ki sont apelés demoustracion, et en rettorique doit aler par argumens et par raisons voirsamblables; et ce avient pour ce que chascuns artiers juge bien et dist la verité de ce ki apertient a son mestier, et en ce est son sens soutil. 3. La science de cité governer ne s'afiert pas a enfant ne a home ki ensive ses volentés, pour ce que ambesdeus sont nonsachans des choses du siecle; car cestui art ne quiert pas la science de l'home, mais k'il se torne a bonté. 4. Et sachés que enfant sont en .ii. manieres, car on puet bien estre vieus d'aage et enfes de meurs, et puet estre enfant par aage et vieus par honeste vie. Donques la science de governer cités afiert a home ki n'est pas enfant de ses meurs, et ki ne sive ses volentés se lors non ki se covient et tant come il doivent et la u il se covient et si com il est covenable. 5. Il i a choses ki sont conneus a nature, et sont choses ki sont conneues a nous; car ki se vieut estudier a savoir ceste science, il se doit user as choses justes et bones et honestes, ou il li covient avoir l'ame naturelement ordenee a ceste science. Mais celui ki n'a ne l'un ne l'autre, regart a ce que Omers dist, la premiers est bons, li autres est apareilliés a estre bons. Mais ki dedens ne set noient et ki n'aprent de ce que hom li ensegne, il est dou tout mescheans.

[Livre II, IIII]

DES .III. VIES

ES vies nomees, ki font a conter, sont .iii. vies: l'une vie est de concupiscense et de covoitise, l'autre est vie citeine, c'est de sens et de proece et d'onour, la tierce est contemplative. Et li plusor vivent selonc la vie des bestes, ki est apelee vie de concupiscence, por çou k'il ensivent lor volenté et lor delit. Et chascune de ces .iii. vies a sa propre fin diverse des autres, tout autresi comme medecine a sa fin diverse de la science de combatre: car cele bee a fere santé, et cele autre a victore.

[Livre II, V]

DE .II. MANIERES DE BIEN

E bien est en .ii. manieres; car une maniere de bien est ki est desirrés par lui meismes, et une autre maniere de bien est ki est desirrés par autrui. Bien par lui est beatitude, ki est nostre fin a quoi nous entendons. Bien par autri sont les honours et les vertus, [p. 178] car ce desire l'ome por avoir beatitude. 2. Naturele chose est a l'home k'il soit citeins et k'il se converse entre les homes et entre les artiers; et contre nature seroit habiter es desers ou n'a point de gent, por ce ke l'ome se delite naturelement en compaignie. Beatitude est chose complie, si k'ele n'a nule besoigne d'autre chose hors de lui: par qui la vie des homes est prisable et glorieuse. Donques est la beatitude le grignour bien de tous, et la plus soveraine chose et la trés millour de tous les biens qui soient.

[Livre II, VI]

DES POISSANCES DE L'AME

A ame de l'home a .iii. poissances: l'une est vegetative, et ce est comun as arbres et as plantes, car il ont ame vegetative ausi con li home ont; la seconde est apelee sensitive, et c'est comun a totes bestes, car eles ont ame sensitive; la tierce est apelee raisonable, et por ce est li hom divers de toutes choses, por ce que nule autre chose n'a ame raisonable se l'ome non. 2. Et ceste poissance raisnable est aucune fois en oevre et aucune fois en pooir; més beatitude est, quant ele est en oevre, et non pas en pooir solement, car s'il ne le fait il n'est mie bons. Totes les oevres de l'home, ou eles sont bones ou eles sont malvaises; et cil ki fait bonnes oevres, il est dignes d'avoir le compliement de la vertu de cele oevre, car celi ki bien citole est dignes d'avoir le compliement de lor mestier, et cil ki mal le fait, le contraire. 3. Donc se la vie de l'home est selonc l'oevre de raison, lors est il prisables quant il la maine selonc la propre vertu; mais quant maintes vertus sont en l'ome, sa vie est besoignable et honoree et mout digne, si ke plus ne poroit estre; pour ce que une seule vertus ne poroit fere l'ome beate et parfet dou tout. Car une seule arondele ki viegne ne uns seus jours atemprés ne donent pas certaine ensegne dou printens. Et por ce en poi de vie d'omme ne en poi de tens k'il fait bones oevres ne poons nous pas dire k'il soit beates.

[Livre II, VII]

DES .III. MANIERES DE BIEN

E bien est divisé en .iii. manieres; car li uns est biens de l'ame, li autres du cors, li autres dehors le cors; mais li biens de l'ame est plus dignes de nul des autres, car ce est biens de Deu, et sa forme [p. 179] n'est pas cogneue se par les oevres vertueuses non. 2. Et sans faille beatitude est en querre les vertus et en user les. Mais quant beatitude est en l'abit et en pooir de l'home et non en ses fais, c'est a dire quant il poroit bien fere et ne le fet mie, lors est il vertueus ausi con celui ki se dort, car ses oevres et ses vertus ne se monstrent. Mais l'ome ki est beate, covient ausi come par necessité k'il face le bien en oevre, et si comme li sages canpions et fors ki se combat et vaint et enporte la courone de victore, tot autresi li hons bons et beates a le guerredon et le loenge de le vertu k'il fait et moustre veraiement par ses oevres, por çou que le guerredon de la beatitude est le delit que l'en a tant com il oevre la vertu. Car chascuns se delite en ce k'il ayme, li justes se delite en justice, et li sages en sapience, et li vertueus en vertu. Et toute oevre ki est par vertu est bele et delitable en soi meisme. 3. Beatitude est la chose au monde ki est trés millour et trés joiouse et trés delitable. Mais la beatitude ki est en terre abesoigne des biens de hors, car il est dure chose que l'en face beles oevres se il n'a partie grant des choses avenables a bonne vie, abondance d'avoir et de amis et de parens et prosperité de fortune. Et por ce la sapience a besoigne d'aucune chose ki face connoistre sa valour et ses honours. 4. S'aucuns donne as homes du monde, Dieus glorieus et soverains le fait. L'en doit bien croire que celui don soit beatitude, por ce k'ele est la millour chose ki puisse estre au monde, car ele est mout honorable chose et est li compliemens et la forme des vertus. Ne il n'est pas dit du cheval ne des autres bestes ne des enfans k'il soient beates por çou k'il ne font oevre de vertu. 5. Beatitude est chose ferme et estable tozjors en une fermeté, si k'ele ne se remue pas; et si est une fois bien et autre mal, mais toutefois est bien, porce ke li muemens de bonté et de malice n'est pas se es oevres des homes non. 6. Le piler de beatitude est l'oevre que l'om fait selonc vertu, et la colombe du contraire est l'oevre que l'om fait selonc vice, et la vertu ferme et estable est en l'ame de l'omme. Li hom vertuous ne se conturbe ne ne s'esmaie por nule tempore chose ki li aviegne, car il n'auroit beatitude s'il s'esmaiast; car dolour et paour abatent l'oevre de vertu et la jole de beatitude. Et aucunes sont mout grevables a soustenir; mais quant on l'a bien soustenue, lors apert et se monstre la hautece de son corage. Et sont autres choses ki ne sont griés a soustenir, ne li hom ki le suefre ne moustre pas que en lui soit fortece. 7. Et ja soit ce que mort et maladies de fiz soient griés a soustenir, ne doivent pas home remuer de sa felicité; car bien et felicité et home felix et Dieus glorieus et beneoit sont tant digne chose et tant honorable, ke nul pris ne nule loenge ne lor soufist pas. Et nous devons reverir et magnefiier et glorifier Dieu sor toutes choses, et si devons [p. 180] croire que en lui sont toz biens et toute felicité, pour çou k'il est comencement et ochoison de tous biens. 8. Felicité est une chose ki vient par vertu de l'ame, non pas dou cors; car tout ensi con li bons mires enquiert la nature de l'home por maintenir la en santé et por donner medecine en totes les maladies, ausi doit li home et li governeour des cités veillier et estudier k'il puisse proufiter a ses citeins, et maintenir la felicité, ki apertient a l'ame entellectuel, et amonester les a fere oevre de vertu, pour ce que lor fruit est felicité.

[Livre II, VIII]

DE LA PREMIERE POISSANCE DE L'AME

'AME de nous a maintes puissances: l'une n'est pas raisonable, c'est l'ame des plantes et des autres animaus, por ce n'est ele propre puissance de l'home, car ele puet ovrer en dormant. 2. Et l'autre poissance est intellective, par le qui oevre li hom, est dis bons ou mauvés; et ne moustre pas ses oevres en dormant, et por ce fu dit que l'ome felix ne se dessamble pas dou malvais par moitié de lor vie, car en dormant teus est li bons com li mauvais, por ce k'en dormant se reposent les oevres ki font la vie bone u malvaise. Mais ce n'est voirs en tout generaument, por ce que l'ame des bons voit sovent en songe bones ymaginations et proufitables, les quex ne puet veoir l'ame dou mauvés. 3. Et est une autre puissance de l'ome ki n'est pas raisonable, mais a part en raison, pour çou k'ele doit estre enobeissant a raison, et est apelee vertus concupiscibles. Et tu dois savoir que en l'ame sont aucune fois contraire movement, ausi comme el cors quant li uns menbres se muet et est paralitiques, qui il covient movoir contre nature; mais ceste contrarietés est manifestee el cors et privee en l'ame. 4. La raisonable puissance est en .ii. manieres, une ki est raisonable veraiement, ki nous fet aprendre et conoistre et jugier; l'autre est apelee concupiscible, et si est ele raisonable, tant comme ele est obeissant a la puissance ki est raisonable veraiement: autresi com li bons fiz ki reçoit le chastiement son pere, et ne rebelle contre lui.

[Livre II, VIIII, p. 181]

DES .II. MANIERES DE VERTU

OUR ce apert il que .ii. manieres sont de vertu: l'une est de l'entendement de l'home, c'est sapience, science, sens; l'autre est de moralité, c'est chasteté et larghece, et autres samblables. Et ce puet chascuns veoir clerement: car quant nous volons un home prisier de vertu entellectuele, si dist on, c'est uns hons sages et soutiz; mais quant nous le volons prisier de moralités, nous disons, c'est uns hons chastes et larges.

[Livre II, X]

COMMENT VERTU NAISSENT ES HOMES

A vertu de l'entendement est engendree et escreue en l'ome par doctrine et par ensegnement; et por ce li covient experience et lonc fans. La vertu de moralité naist et croist par bon us et honeste; car ele n'est pas en nous par nature, a ce que chose naturele ne puet estre muee de son ordene par usage contraire. 2. Raison coment: la nature de la piere est d'aler tousjors aval: nus ne le poroit tant geter amont k'ele seust sus aler. Et la nature du feu est d'aler amont: nus ne le poroit tant avaler que il seust en aval metre la flame; et generalment nule naturele chose ne puet par usage aprendre a fere le contraire de sa nature. Et ja soit ce que ceste vertus n'est en nous par nature, certes la puissance d'aprendre la est en nous par nature, et le compliement est en nous par usage. Por quoi je di ke ces vertus ne sont pas en nous dou tot par nature, ne dou tout sans nature, més la racine et le commencement de reçoivre les vertus sont en nous par nature, et li lor compliemens est en nous par usage. 3. Et toutes choses ki sont en nous par nature sont premierement en pooir et puis en fait: ausi come li sens de l'omme, car tout avant a li hons pooir del veoir et de l'oiir, et par celui pooir voit et ot; et nus ne voit devant k'il en a le pooir, donques savons nous que li pooirs est devant le fere. Mais es choses de moralité est le contraire, car l'oevre et le fait est devant le pooir. 4. Raison coment: aucuns hom a la vertu de justice, por ce k'il a devant fet maintes oevres de justice; et uns autres a la vertu de chasteté, pour çou k'il a devant fet maintes oevres de chasteté. 5. Tot autresi est il des choses de mestiers et d'art, car on set faire maisons, por ce c'on en a maintes fetes premierement; car autrement ne le seust [p. 182] il, se il ne l'eust ovré devant plusours fois. Autresi set aucuns bien citoler, pour çou k'il l'a mout usé. 6. Et li hons est bons pour bien fere et mauvais por malfaire. Et par une meisme chose naissent en nous et se corrompent les vertus, se cele chose est menee en diverses manieres; tout autresi come la santé, car travillier atempreement engendre santé el cors de l'ome, mais travillier plus u mains que mestier n'est corront la santé, mais moieneté la garde et acroist. 7. Ausi est de vertu, car ele corront et gaste par poi et par trop, et si se conserve et maintient par la moieneté. Raison coment: paour et hardement corrompent la proece de l'home, car li hom ki a paour s'enfuit pour toutes choses, et li hardis enprent a fere toutes choses et les quide mener a fin. Ne l'un ne l'autre n'est pas proece; mais proece est aler par mi entre hardement et poour, et doit on fuir les choses ki font a fuir et envaìr celes ki doivent estre envaìes. 8. Et cis abis est aquis par usage de desprisier les terribles choses, et li abis de chasteté est aquis par usage de retenir soi contre ces covoitises; autresi devés entendre de toutes vertus.

[Livre II, XI]

COMMENT VERTUS EST EN ABIT

R covient que nous devisons la difference ki est entre abit de vertu et abit ki est sans vertu, pour dolour ou pour leece, ki font lor oevres; ce est a dire ke l'ome ki s'astient de charnele volenté et de cele astinence est liés, certes il est chastes, més celui ki s'en astient et de cele astinence est dolans, certes il est luxurieus. 2. Tout autresi est il d'un home ki sostient et suefre maintes terribles choses dont il ne se conturbe point, certes il est preudome et fort; mais celui ki se conturbe est paourous en totes oevres, et en toutes meurs ensivent dolour ou leece. Donques chascune vertu est en delit ou en couroué. Et pour ce li governeour des viles honeurent ceaus ki se delitent de ce k'il doivent, et metent en divers tormens ceus ki se delitent si com il ne doivent.

[Livre II, XII, P. 183]

DES CHOSES QUE L'OM DESIRE

ES choses ke l'en desire et voet sont .iii., l'une est proufitable, l'autre est delitable, et la tierce est bone; et le contraire sont ausi .iii., non proufitable, non delitable, malvaise. En ces .iii. choses, ki use raison est bons et ki ne l'use par raison est malvais. Et meismement en delit, car delit est norris avec nous de nostre naissance, pour quoi il sera grandisme chose a avoir mesure ou adrecement en delit. Donques trestoute l'entention de nostre livre est entor delit; car Eraclitus dist que ens es griés choses covient avoir art. Donques tote l'entention de l'ome ki governe les cités est k'il face les citeins deliter es choses ki se coviegnent, et lors et ou et tant con il se covient. Et celui ki use bien ces choses selonc ce k'il covient, est bons et ki fet le contraire si est mauvés

[Livre II, XIII]

COMMENT HOM EST JUSTES

T poroit aucuns demander coment est hons justes faisant oevre de justice, et atemprés faisant oevres d'atemprance; et uns autres diroit que tot est ausi comme de gramatike, car li hons est apelés gramatiques se il parole selonc gramatique. Mais a la verité dire, il n'est pas des vertus ensi come des ars, ançois est tout autrement; car ki wet estre bons en aucun art, il ne li covient autre chose que savoir le, mais en vertu le savoir n'est pas soufissant sans l'oevre, pour ce li couvient faire et eslire l'ovre de vertu, et que sa volenté soit parmanable. 2. Et cil qui quide bons estre par solement savoir, sans fere l'oevre, est samblables au malade, ki bien set l'amonestement de son fisicien, mais il n'en conserve nul. En tout autresi comme teus malades sont loins de garison, autresi sont teus homes loins de felicité.

[Livre II, XIIII]

QUEX VERTUS SONT EN ABIT

N l'ame de l'home sont .iii. poissances, c'est abit, pooir, et passion. Passions sont si come amour, leece, et misericorde; et totes choses de qui ensiut volenté et moleste sont sous ces choses de [p.  184] passion. Pooir est la nature par cui nous poons courouchier ou joìr ou avoir misericorde. Abit est cele chose par qui li hom est prisés ou blasmés, porquoi je di que vertu n'est pooir ne passion, ançois est abis; car pour passion ne pour pooir n'est pas li hons blasmés ne loés, mais por l'abit est il prisiés et desprisiés s'il est fermes et parmanans en son corage. Et nous avons ja ensegnie la voie ki a ce nous amaine, car ki bien set la nature de vertu, il a bien la voie pour aler i.

[Livre II, XV]

DE VERTU KI ELE EST ET COMENT

ERTUS est trovee en celes choses ki ont milieu et estremités, c'est a dire plus et mains. Et ce mileu est en .ii. manieres, li uns est selonc nature, et li autres est par comparison de nous. Le mi ki est selonc nature et par soi ce est celui ki en toutes choses est une meisme chose. Raison coment: se .x. sont trop et .ii. sont poi, le mi est .vi., pour ce que .vi. est tant plus ke .ii. comme il est mains ke .x. 2. Le mi leu ki est par comparison de nous est celui ki n'est ne poi ne trop. Raison coment: se mangier une petite viande est poi et mengier une grande viande est trop, il ne doit mie prendre le milieu; car se mangier .ii. pains est poi et mangier .x. pains est trop, il ne doit mie pour ce mangier .vi. pains, pour çou k'il ne prendroit pas le milieu en comparison de soi, ains prendroit le mi par soi; car mi selonc nous est mangier ke ne soit poi ne trop. 3. Et tot artier s'efforcent de tenir le mi en lor ars et deguerpir les estremités, c'est poi et trop. Et la vertu moral est en iceles choses en qui le poi et le trop est desprisable et le mileu est prisable. Donques est vertu .i. abit par volenté, ki par certes raisons et determinees demeure el mi ki est selonc nous.

[Livre II, XVI]

ENCORE DE CE MEISMES

E bien ne puet pas estre fet se par une guise non; més mal fet hom en plusours guises, et pour ce est forte chose et penible a estre bons et legiere chose a estre mauvais; et c'est l'achoisons por [p.  185] quoi avient que plus des gens sont mauvais ke bons. Et aucunes sont si mavaises dou tout que il néi puet estre trovés aucun mi, pour çou qu'eles sont mavaises en tout, si com est larrecin, murtre, avoutire. Et autres choses sont mi tout purement, en quoi n'est nule estremité, si comme est vertu, c'est atemprance et fortece. Et ce avient por çou que le droit mi n'a dedens soi nule estremité. 2. Force est le mi entre poour et hardement; et chasteté est le mi entre sivre ses volentés et non ensivre nules. 3. Et largece est le mi entre avarice et prodigalité, car prodigues est celui ki se desmesure en despendre et ki faut en prendre. Et avers est celui ki se desmesure en prendre et faut en despendre, mais li largues se tient entre ces .ii. estremités. 4. Et sachiés que liberalités et largece, avarice et prodigalités, sont entor les petites choses moienes, més le mi ki est es dignités et es hautes choses et grans est apelés magnificense, et ses estremités sont sanz propres nons. 5. Le mi en covoitise de dignité et d'onour est droiture de corage, et celi ki trop en desire est apelés magnanimes, et c'est a dire de grant corage; et celui ki poi en desire est apelés pusillanimes, c'est a dire de povre cuer. Et li hom ki se courece de ce k'il doit et lors et tant et coment il se covient, il est mansuetes; et celui ki se courece si con il ne doit est apelés iracondus; et celui ki se courece mains k'il ne doit se est apelés non courouçables. 6. La verité est le mi entre .ii. estremités, c'est dou poi et dou trop; et celui ki tient le mi lieu entre deus choses est apelés verais, et celui ki se desmesure est veniteres, et celui ki en ce faut est apelés humles. 7. Celui ki tient le mi en choses de jeu et de solas est apelés en grezois eutrepelos, et celui ki se desmesure est apelés jougleour e menestrier, et cil ki i faut est .i. forestier champestre. 8. Celui ki tient le mi a vivre entre les gens est apelés amis et home plaisant, e cil ki en ce se desmesure sans proufit est apelés biscortois, et s'il le fet por son proufit est apelé losengers; et cil ki en ce faut est apelés home sans escole. 9. Vergoigne est une passions de l'ame, non pas vertu; et celui ki tient le mi en vergoigne est vergongnous, et ki en ce se desmesure est apelés en grezois tacophia, et cil ki i faut es apelés sans vergoigne et sans front. 10. Et en toutes les passions a mi et estremités; car quant il avient a aucun nostre voisin bien ou mal, cil garde le mi ki est liés dou bien ki avient as bons et ki n'est pas dolans dou mal ki avient as mauvais; mais li envieus se duelent de tous biens a qui k'il aviegne.

[Livre II, XVII, p. 186]

CI ENSEGNE POR CONOISTRE VERTUS

ROIS ordres sont es oevres et es passions, c'est mi et plus et mains, .ii. mauvés et .i. bon. Mais trestout sont contraire entr'aus; car les estremités sont contraires entre eles, a ce ke poi est contre trop et le mi est contre andeus les estremités, c'est de poi et de trop. Dont il avient ke se tu fés comparison entre le mi et le po, certes le mi entr'aus est li trop; et se tu feras comparison entre mi et trop, certes le mi entr'aus est le poi. Et si te dirai coment: se tu voloies fere comparison entre proece et paour, certes la proece sera hardemens; et se tu faisoies comparison entre proece et hardement, certes le proece sera poour. 2. Mais il a grignor contrarietés entre les .ii. estremités ke entre le mi et les .ii. estremités. Aucunes estremités sont plus propinques au mi que autres, car hardement est plus prés a force que a paour, et prodigalités est plus prés a largece que a avarice, et non sivre nule charnele volenté est plus prés de chasteté ke luxure. 3. Et ce avient par .ii. raisons, l'une est selonc la nature dé la chose, l'autre est par nous; par nature de la chose est que paour est plus contraire a force que n'est li hardemens; de par nous est par ce ke cele estremités, a qui nous somes plus cheable par usage, est plus lointaine dou mi. Et pour çou que nous somes plus naturelement atornés a ensivre la volenté de la char, covient il que covoitise soit plus contre chasteté que a son contraire. 4. Donques puis ke vertus est en prendre le mi, a qui prendre besoignent maint et grant consideration. Grief chose est a l'home k'il puisse vertueus estre, pour ce ke prendre le mi en tous ars n'afiert pas a chascun home, mais a celui proprement ki sages est et complis en cel art; c'est a dire que tot home ne sevent trover le point en mi le compas d'un cercle, se celui non ki est sages en geometrie. Tout autresi est des autres oevres, car fere une chose est legiere, mais a fere les en tel maniere com on doit n'apertient pas se a celui non qui est sages en cele oevre. 5. Et chascune oevre ki tient le mi est bele et digne d'avoir merite. Et pour çou devons nous encliner nostre ame au contraire des nos desirs, jusc'a tant ke le mi viegne. Et il est mout grevable d'aler aprés la droite chose, de quoi li plusor forvoient; més en toutes choses le mi est plus prisable, a quoi nous devons entendre, une heure faisant plus et une autre moine, jusc�a tant ke nous vignons a la certaineté de lui.

[Livre II, XVIII, p. 187]

COMMENT LI HOM FET BIEN ET MAL

ES oevres ke l'en fet, les unes sont par volenté et les autres sont naturaus, et unes autres sont composees des unes et des autres. Les naturaus contre volenté sont ce a quoi nos constraint nostre corage a fine force, encontre volenté ou por ignorance, ausi comme .i. vent levast .i. home et le portast en autre liu: et a teus homes pardone l'en sovent, mais aucune fois chiet la coupe et la honte sor lui meismes. 2. Et les oevres ke l'en fait par sa propre volenté sont quant uns hom esmuet ses membres ou son corage par son arbitre a aquerre les vertus et les vices, en quoi il est prisiés et desprisiés. 3. Les autres oevres ki sont composees par volenté et par nature sont autresi comme dìun home ki est en une nef tempestee, ki giete hors ses choses pour garantir sa vie. 4. Tout autresi avient il dou commandement dou tirant, ki commande a un home ki est desous sa signourie k'il ocie son pere et sa mere; car tel commandement k'il obeist est par volenté et contre volenté. Mais plus s'acorde as oevres ki sont par volenté ke par force, pour ce que se tu l'ocis, c'est volenté puis que tu fais le murtre, ja soit ce que tu le faces par le commandement ton signor. Et por ce que en teus choses a peril et ledece, l'en se devroit ançois laissier tuer que faire si ledes oevres. 5. Povretés de sens et de discretion est achoison de mal. Et tot home mauvais ont poi de sens, et n'ont cognoissance de çou k'il doivent fere et quoi non, et par ceste guise mouteplient li mauvais home. Més pensent les gens ke li yvre et home couroucié, quant il font mal, il le facent par ignorance, c'est par non savoir. 6. Et ja soit ce k'il soient non sachant en lor afaire, totefois l'ochoison du mal n'est pas hors de l'ome; por ce que la science de l'homme ne puet desevrer de lui, s'il n'est forsenés ou en autre maniere par quoi son sens s'en puet aler. 7. Et l'achoisons de ce est concupiscence et ire, ki sont achoison de totes mauvaises oevres que l'en fet par volenté; car il n'est mie possible chose que l'en face les bones oevres par volenté et les mauvaises sans volenté. 8. Et volenté est plus commune et plus general ke n'est elections, por ce ke volenté est commune as enfans et as autres animaus, mais elections n'apartient pas se a celui non ki se garde d'ire et de concupiscence. 9. Et tel fois desire l'om chose ki n'est pas possible, mais il n'eslist pas chose non possible. Encore la volenté est fin, mais elections est devant le fin; car nous desirons santé et felicité, mais primes eslisons les choses ki a ce nous amainent. 10. Encore la oppinion n'est pas election, car oppinion vet devant l'election et va aprés ausi, [p.  188] et li hons est apelés bons ou malvés selonc ses elections et non selonc sa oppinion. 11. Encore oppinion est de verité ou de fauseté, mais elections est eslire le bien ou le mal. 12. Encore oppinion est des choses que l'on ne set fermement, mais elections est des choses que l'en set a de certes. 13. Encore ne doit on eslire toutes les choses que l'en desire, mais celes solement sour quoi il a eu conseil devant. 14. Encore ne doit on faire conseil sour toutes choses, mais de celes sour coi conseillent li sage et li cognoissant home; car des choses as foz et as simples gens ne doit on conseil fere. 15. Mais de griés choses que nous fere poons, dont nous somes en doute de la fin coment ele puisse aler, doit on conseil avoir; si come est de baillier medecine a .i. malade, et ces autres choses samblables. 16. Encore de chose ki n'apertient a nous ne doit on fere conseil; car nus ne doit consillier comment les gens puissent abiter de Godimoine. 17. Encore ne nous devons consillier des choses necessaires et perpetueles, c'est du soleil s'il se lieve au matin ou non, et s'il pluet ou non. Encore ne devons nous consillier des choses ki sont en doute, si com est de trover .i. tresor. 18. Encore ne se doit on consillier de la fin, mais des choses devant la fin, c'est a dire que li fisiciens ne se conseille pas de la santé, ne li rectorique de faire croire ses dis, ne celui ki fist la loi ne se conseille de felicité. Mais chascuns d'aus ferme en son corage la fin de cele chose, et prent conseil coment il puisse venir a cele fin, ou par soi, ou par ses amis; car ce ke l'en fet par ses amis fet l'en par soi. En ceste maniere use il toutes choses ki l'amainent a cele fin, et deguerpist les autres. 19. Volenté est fin, si com il est devisé ça arieres. Et quident aucun que le bien soit ce que l'en desire, et aucun sont qui quident ke les choses que l'en desire soient celes ki samblent estre bonnes. Mais a la verité dire le bien est ce ke bon samble au bon home; car li bons hom juge des choses ausi come le sain home juge des savours, ki juge le dous si come dous et l'amer pour amer; mais li malades juge le dous por amer et l'amer pour dous. 20. Tout autresi est dou malvais home, a qui les bones oevres samblent estre malvaises et les malveises li samblent estre bonnes; et ce avient por ce que au mauvais home samblent estre bonnes iceles choses selonc ce k�il se delitent, et celes malvaises ki ne li delitent. 21. Et maint home sont malade de ceste maladie pour ce que les oevres dou bien et dou mal sont en lor arbitre et en lor election; car fere bien est en nous, et fere mal ausi. Mais il avient aucunefois des oeuvres autresi comme dou pere a qui samble que ses malv�s fiz soit bons. 22. Et que la verit� soit que bien fere et malfere soit en nous, apert clerement par ceaus ki la loi firent, car il tormentent ceaus ki malfont et honorent ceaus ki bien font. Et la loi nos conorte [p.  189] de bien fere et de garder nos de males oevres; m�s nus ne connorte .i. autre se de ce non ki est en lor poest�, c�est qu�il n�eust dolor des choses ki font doloir, et que l�en ne s�eschaufe pour le feu, et ke l�en n�ait faim ne soif a la defaute des viandes. 23. Ceaus ki la loi firent pugnissent home de cele ignorance, de quoi il est aquoison par la negligence. 24. Car .ii. manieres sont de ignorance, l�une est de qui li hom ki la fet n�est pas ochoison, c�est li forsen�s, et de ce ne doit il estre punis; l�autre ignorance est cele de qui li hom est ochoison, c�est de l�yvre, dont il doit estre punis. 25. Et tout home qui trespassent le commandement de la loi doivent estre punis, ce sont tout li malv�s et li non juste, car il meisme welent teus estre. Mais il n�est pas voirsamblables k�il soit non justes contre sa volent�, car il sevent bien les oevres ki si les font malvais estre, et si est en sa signorie dou fere et dou non fere. 26. Ausi comme dou sain ki devient malades por ce k�il ne croit a son fisicien de fere �ou ki le maintiegne en sant�, et ensi devient il malades par sa volent�: puis k�il est malades ne puet il avoir sant� pour ce qu�il le weille. 27. Et celui ki gete une piere, avant k�il le giete est il en sa volent� de geter u non, mais puis k�ele est alee il n�est pas en sa volent� dou reprendre ne dou rechevoir. Tout autresi est il de l�home, car au comencement est il en sa volent� d�estre bons ou malvais, mais puis k�il est mauv�s devenus il n�est pas en sa volent� de retorner a bont� et estre bons. 28. Et mauvaist�s par volent� ne sont en l�ame solement, m�s el cors ausinc; si come est d�un home ki est boisteus ou avugles par nature, a qui les gens doivent fere misericorde; mais se �ou est par sa coupe si come est de celui ki pert ses oils par trop boire ou par larrecin, nul n�en doit avoir misericorde. 29. Donques se chascuns hons est achoisons de son abit et de sa ymagination, il covient ke sans son esprovement il set aucun naturel comencement cognoissable entre bien et mal et ki li face voloir le bien et eschiver le mal. 30. Car cele est sovent bone chose que l�en ne puet avoir par usage ne par ensegnement, mes est en l�ame par nature et est bone et complie par nature; por ce est il donc provee chose ke vertus ne sont pas par volent� ne contre volent� plus u mains que li vice. 31. Et sachi�s que oevre et abit ne sont en l�omme en une meisme maniere m�s en diverses, car l�oevre d� le comencement jusc�a la fin de l�home est volent� de l�home, m�s abit n�est pas a la volont� de l�home se au commencement non.

[Livre II, XVIIII, p. 190]

DE FORCE

T nous dirons huim�s de chascun abit, et premierement de force, ki est mi entre paour et hardement. Car il sont choses de qui on doit avoir paour raisnablement, ce sont vices et toutes choses ki metent home en diffame et en blasme. Ki ces choses ne crient, il est sans vergoigne et sans front, et est dignes d�estre deshonor�s; mais ki en a paour, l�en le doit mout prisier. 2. Et sont aucun home ki sont couart en bataille et sont hardi en despendre deniers. Mais li homme fort ne doute ne plus ne mains k�il li besoigne, et est apareilli�s de soufrir ce que mestiers est et tant com li covient; mais li hons hardis se desmesure en ces choses, et li paourous i faut et est mauv�s et chetif. Car les choses ki a douter font ne sont pas d�une maniere mais de plusours; car choses sont ke chascuns hom doit douter, s�il a saine congnoissance; et sont autres choses ke chascuns hom redoute, si comme est mort, doleur, povret�, car c�est la propre nature de paour. Mais a criembre ce ki fait une moleste, c�est coer de feme. 3. Et il sont .v. autres manieres de force. L�une est cyteine, pour ce que li home des cit�s orent force par le commandement de la loi ou por honour conquerre et por eschiver honte. 4. La seconde est par sens et par soutillit�, laquele ont li home entor l�office et le mestier k�il oevrent; car nous veons home bien endoctrinet de bataille ki font oevre de grant proece, pour ce k�il se fient de lor science: ja soit ce k�il ne soit pas fors selonc la verit�, car puis k�il connoist mortel peril en la bataille, il s�en fuit et doute plus la mort que vergoigne; mais cil ki est fors veraiement prise mains sa mort ke sa honte. 5. La tierce maniere de fortece est par furor, si comme nous veons de feres bestes, ki sont fors et hardis par lor furor. Et ceste n�est pas veraie fortece; car l�ome quant il met tout con cors en peril par ire et par furor, il n�est mie fors, mais cil qui se met en peril par droite cognoissance est fort. 6. La quarte maniere est par fort movement de concupiscence, si comme font les bestes au tans k�il se muevent a luxure; et maint home fait grant hardement ki ayme par amour. 7. La quinte maniere de fortece est par seurt� que aucuns a de ce k�il a eut maintes victores; et ce avient a home quant il se combat contre .i. autre k�il a maintes fois vencu; mais quant il se combat contre .i. autre, il s�enfuit et pert son hardement. Mais [p.  191] ki bien dure es choses perilleuses est veraiement fort, ja soit ce ke les circonstances de force soient contristables. Et fortece est plus digne chose et plus noble que chastet�, porce que plus legiere chose est soufrir soi de charnel delit que soustenir les dolereuses choses.

[Livre II, XX]

DE CHASTET�

HASTET�: est mi entre les delis dou cors, et si n�est pas en trestout; car ki se delite des choses dont il se doit deliter, et en cele guise et en celui tans et tant come il est covenable, il est chastes. Car cil ki se delite de veoir bele coulour ou bele pointure, ou o�r beles noveles, fables, et chant, et flairier bones odours, n�est pas chastes ne non chastes, ja soit ce k�il se delite tant comme covenable chose est, et lors et en guise ki se coviegne. 2. Et ces .iii. delis n�ont pas bestes. Mais chastit� et non chastit� est en autre .ii. sens, c�est gouster et touchier; et ce ont les homes et les bestes communalment, c�est deliter soi en chose k�il mengu�nt et boivent et es choses k�il touchent; car en touchier est grandisme delit, et por ce est bestiale chose a ensivre trop le delit dou touchier. 3. Et certes en gouster n�a pas si grant delit comme en touchier; car celui delit est en eslire les savours; mais en ce que gouster est autresi come .i. touchier ou por lui norrir soufist le delit; mais il en sont plusor qui raemplent lor ventre en maniere de beste. 4. Et sont aucun delit ki ne sont de nature, en qui l�om puet bien pechier; m�s la non chastet� est uns trespassement de delis corporaus, non pas en choses dolereuses, car en teus est fortece. Et aucune fois est hons non chastes, por ce k�il se dolousist trop quant il ne puet avoir �ou k�il desire; car a paines poroit estre trov�s hons ki se delite mains k�il ne doit de corporaus deliz. 5. Dont celui est chastes ki tient le mi entre delit, c�est ki trop ne se delite quant il les a, et ki ne se courouce trop quant avoir ne les puet, an�ois se delite tempreement selonc ce ke soufissable est a bone vie de home. 6. On doit contrester au desirier de delit; car ki se laisse vaincre, la raisons remaint sous le desirier; et toutefois le desirier a son fain, por ce covient il a home avoir maistre de s�enfance, par qui ensegnement il vive. 7. Et se ce n�est, le desirier sera tozjors avec lui jusc�a son grant aage. Par quoi on se doit estudiier que raisons soit sor la [p.  192] concupiscence, en tel maniere que l�un et l�autre desirent de bien fere.

[Livre II, XXI]

DE LARGECE

ARGECE est mi entre doner et re�oivre; donques est celui largues et liberaus ki use sa pecune covenablement, c�est a dire ki done chose avenable a qui s�en covient et en celui tans et en cele guise et en cele quantit� k�il covient. Mais prodighe est celui ki se desmesure en doner et faut en re�oivre, et li avers fet le contraire. 2. Et digne chose est que larghece soit plus en doner k�en re�oivre, por ce que plus legiere chose est non re�oivre que doner, et plus prisable est cil ki done ce k�il covient que celui ki ne re�oit �ou que covenable soit. 3. Et generalment il est plus digne chose en vertus fere bien et droit que garder soi de fere ce dont il se doit garder; mais totefois ces choses sont en voies de moienet�. 4. Poi fet a loer celui ki atempreement rechoit; mais celui ki done est prisi�s por le proufit que l�om a de ce k�il done. Et celui ki done est tozjors am�s, mais a celui ki droitement re�oit est aucune fois mal volu. 5. Cil ki se dieut de ce k�il done n�est mie larghes, por ce k�il ne done pas pour larghece m�s por vergongne ou par autre passion; donques celui ki droitement done est larghes. Et li hons larges se paie en soi par poi de chose, pour k�il puisse aidier a maint autres; et poi ou mout k�il ait, totefois s�efforce de fere oevre de larghece selonc son pooir. Et poi se truevent de larghes homes ki soient riche, pour ce ke richece ne croist por doner mais por amasser et pour garder. Et richece ki est sans travail sieut fere son signour large. 6. Et merveille est que cil ki est prodiges est mains mauv�s que li avers; car il fet proufit a mains homes, et por ce l�aiment li plusour, m�s li avers ne fait proufit a soi ne a autrui, et pour �ou le mesaiment toz homes. Encore i a plus, ke li prodighes puet estre castii�s mais li avers non. Et toute defaute nous atrait a avarice. Naturelement est li hons plus cheables a avarice que a prodigalit�, et pour ce s�eslonge ele plus dou mi, c�est de larghece. 7. Maintes manieres sont de largece et petit sont trovees en .i. seul home; car aucunefois est hom avers en garder ses choses et non est avers en desirer l�autrui, et sont ausi come aver non en garder lor choses mais en l�autrui covoitier. Et ceste covoitise ne puet estre saoulee, et por ce s�efforcent de gaaignier de male part, de putains, de caveterie, et prendre usure, de prester a jeu de d�s. Et de ceste [p.  193] maniere sont li poissant home ki gastent les cit�s et robent les eglises et les chemins, et c�est plus grans pechi�s que prodigalit�s.

[Livre II, XXII]

DE MAGNIFICENSE

AGNIFICENSE est une vertus ki cevre par richece grans despenses et grans meisons; et l�ome ki est magnifiques est ententis par sa nature que ses afferes soient fet a grant honor, et a grant despens plus volenters que a petis; et qui en ce faut est apel�s parvifiques. 2. Et cest vertu, c�est magnificence, est entour les grans choses mervilleuses, c�est edefiier temples, eglises, et autres hauteces pour l�onour de Nostre Signor; autresi est ele en fere grans noces, et doner as gens grant herbegerie et grans viandes et grans presens, et a cestui ne covient penser de ses despenses solement, m�s des autrui. 3. Et en magnificense n�a mestier solement grant richece d�avoir, mais avec la richece covient home ki le sace deffendre et mener les choses en cele guise ki covenable soit, ou il ou autres de son conseil; et s�il li faut une de ces choses ou andeus, on le doit et puet gaber s�il s�entremet de oevre de magnificense. 4. L�ome ki en ces choses se desmesure est cil ki despent plus ke mestiers n�est, et la ou soufist petite despense il le fet grant; et ce font cil qui donnent as jougleours et as menestriers et gete en voie le porpre et dras dor�s; et ne fait ce pour amour de vertu mais por sambler as gens k�il soit mervilleus et glorieus. 5. Parvifiques est celui ki es grans choses mervilleuses se paine de po despendre, et ensi corront et gaste la beaut� de son afaire; et par poi d�avoir qu�il garde pert grant honour et grant despens. Ce sont les .ii. estremit�s de magnificence; mais ne font trop a blasmer, por ce k�il ne damage ses voisins.

[Livre II, XXIII]

DE MAGNANIMIT�

AGNANIMES est celui ki est atorn�s a grandismes afferes et s�esleece et s�esjo�st a fere les hautes choses. Mais celui ki s�entremet, s�il n�est atorn�s a ce fere, il est apel�s vanaglorieus. Et cil [p.  194] ki est dignes d�avoir honour et dignit�, s�il a poour dou rechoivre et d�entremetre soi de si hautes choses, il est apel�s povres de corage. 2. Et magnanimit�s est extremit�s en comparison de la chose, m�s en comparison de l�oevre est mi. La droite magnanimet�s n�est pas se es grandismes choses non, si comme est servir a Nostre Soverain Pere; et de ce naist grant honour. 3. Et a la verit� dire, celui ki est magnanimes est li plus grans hom et li plus honorables ki soit; et il ne sera ja esmeus por petites choses ne n�obeist son cuer a chose laide. Donques est magnanimit�s courone et clart�s de toutes vertus, car ele n�est se par vertu non. Et por ce n�est pas legiere chose a estre magnanimes, an�ois est mout fort, car il li covient estre bons a soi et a maint autre. 4. Et se aucuns est drois magnanimes, je di k�il ne quidera ja que l�onor ke l�en li fait soient trop grant, pour ce que nule reverence ne puet estre comparee a ses merites, et a droite balance suefre ce ki li avient par dehors; car il ne s�orguillist de sa prosperit�, ne ne dechiet de ses mescheances. 5. Et noblesce de naissance, signorie, et richece, aident mout a home a estre magnanimes. Et cil est veraiement magnanimes ki a en soi .ii. choses por les queles il est honour�s; et ce est ki est devant dit, en bont�, et compte. Et l�ome ki est magnanimes a toz periz por noient; car il n�a doute de finer sa vie s�en bien non, puis ke li besoins avient; et s�esjo�st de bien fere as autres et se vergoigne de re�oivre, pour ce que plus noble chose est doner ke re�oivre. Et quant il re�oit, il se porchace dou rendre et dou contrechangier. 6. Et est negligens en petit despens, m�s es grans choses et honorables n�est il mie pereceus. Et aime et desaime apertement, non pas en repost; car chetive chose li samble celer sa volent�, et se moustre aspres selonc droit as gens, se ce n�est as choses de geu et de solas; et converse bien avec les hommes ki aiment geu et solas, et het toz losengiers si comme gens ki servent a loier. 7. Encore se recorde bien en son cuer de tort fait, mais il s�en estort fet samblant que rien ne li soit. It ne loe pas soi et poi loe les autres, et ne dist vilenie de nului, ne de ses enemis ausi. Et plus cure des grans choses que des petites, pour �ou k�il est soufissans a soi meismes. Et si est lasches en ses movemens et en ses paroles, pensans et amesur�s en parler; c�est la sentence dou magnanimes. 8. Et celui ki en ces choses se desmesure est vaneglorieus et beubenciers, et celui ki s�entremet des grans afferes et des hautes choses ausi, comme s�il en fust dignes, et non est, et por ce fait il biaus dras et autres choses aparissans et de grant renomee, por quoi il quide estre enhauchi�s: les sages le tienent por fol et por vain homme. 9. Pusillanimes est celui ki est dignes d�avoir les grant dignit�s et si ne s�en ose entremetre ne re�oivre les, an�ois s�enfuit et repont; et ce est mal, pour �ou que chascuns doit desirer l�onour et le bien ki est covenables, dont [p.  195] chascuns erre de tant come il se part dou mi, mais ne sont trop malv�s. Et en honor, ki est entour les petites choses, a mi et extremit�, por ce k�en eles est trov�s plus et mains et mi; car hom puet bien plus desirer honour que on ne doit et k�a lui n�afiert, et ce font les communes gens. 10. Jusques ci est devisee la comparison ki est entre l�ome larghe et l�omme magnanime, et entre l�omme ki est magnifikes et celui ki ayme honor, et entr�aus et lor estremit�s. Car les unes sont entor les grignors choses et les autres sont entor les mendres, et le mi est honorable et les estremit�s sont deshonorables.

[Livre II, XXIIII]

D�IRE ET DE MANSUETUDE

N ire a mi et estremit�s; et hom ki tient le mi est apel�s mansuetes, et celui ki se desmesure est apel�s iracondes, et celui ki se courece mains k�il ne doit est apel�s neant courou�ables. Mais cil est vraiement mansuetes ki a ire de ce k�il doit et en cele quantit� et en celui leu et en cele maniere ki est covenable; et iracondes est celui ki en ces choses se desmesure et tost cort en ire mais plusors fois retorne tost et legier, et ce est la millour chose ki en lui soit. Car se tot li visce s�ajoustaissent en .i. seul home, il ne poroit estre soustenus. 2. Li hom ki noient se courece est cil ki n�a point d�ire la ou il se devroit, ne es choses ne en la saison k�il devroit acourouchier. Et t�s hom ne fet a loer ne a prisier, por ce que soufrir outrage et vilenie soit malvaisement fete a lui ou a ses amis est chose deshonourable. Et teus home sont aucune fois prisi� ki ne font grans manaces, autresi comme li iracondes, ke l�en prise maintes fois k�il soit preus et hardis. 3. Mais il est trop grief chose a deviser par paroles les circonstances de l�ire, se de tant non que chascuns sache ke tenir le mi est chose prisable et tenir les estremit�s est chose desprisable.

[Livre II, XXV, p. 196]

DES CHOSES KI AFIERENT AS COMPAGNIES DES GENS

PR�S ce deviserons des choses ki afierent a compaignie des gens et en la conversation des homes et en lor parleure, pour ce que tenir le mi en ces choses fet a loer, et tenir les estremit�s fet a blasmer. Et en tenir le mi doit on estre plaisant en parler, et en demorer avec les gens et en converser entre les homes, et k�il soit de bele compaignie et soit communaus as choses qui se covient et en maniere et en leu et en tans k�il covient. 2. Et ceste conversation est samblable a amisti�; mais tant i a de difference, k�en amisti� covient avoir compassion et unit� de corage, mais en conversation n�a nule compassion, car on puet bien converser avec .i. home que on ne connoist. 3. Et cil ki en ceste chose se desmesure, et ki trop s�en entremet, et se laisse traitier et mener avec les estranges k�il ne conoist, et avec ses voisins et avec ses non voisins, et sa nature le trait a ce faire, il est apel�s bisplaisant. Et celui ki ce fait por gaaignier est apel�s losengier; et ki converse et use mains k�il ne doit est apel�s sauvages et hom de male escole.

[Livre II, XXVI]

DE VERIT� ET DE SES CONTRAIRES

ERIT� et fauset� et men�oigne sont entr�aus contraires en toutes manieres; et sont en paroles et en oevres. Et li hom honorables et de haut corage use verit� en ses dis et en ses oevres, et l�ome vil et de petit corage le contraire. 2. Home verais est cil ki tient le mi entre celui ki se vante et moustre k�il face grans choses et s�enhauce plus k�il ne doit, et entre celui ki se desprise et humelie et ki wet celer et abaissier le bien ki est en lui; mais li verais reconoist et conferme de lui tant de bien come il a en lui, et non plus ne mains. 3. Por quoi je di que celui ki s�umelie est mieus aorn�s ke celui ki se vante, por ce que li vanteres ment en dit et en fet. Mais en toz ciaus ki sont dit deseure, est pires de foi de tous cil ki pense de soi �ou ki n�en est, por �ou k�il ne connoist soi meismes; et por ce fet il plus a blasmer que uns autres. 4. Et li hom verais est bons et loables, et li men�oigniers est malvais et blasmables, car chascuns dit teus paroles come il est. Et celui ki est verais seulement pour amour de la verit� fet plus a loer ke celui ki verais est par concession des choses [p.  197] qi apertienent a torfet. Et celui ki se vante, et monstre de soi plus k�il n�en est, non mie por gaaing d�or ou d�argent, il fet a blasmer si come hons vains; m�s cil ki se vante par honor ou por chose profitable ne fet tant a blasmer, car selonc sa oppinion est mervilleus et bobenciers. 5. Et aucun home dient men�ongne pour solas, et .i. autre le dient por �ou que l�en les tiegne a plus grans, u por gaaignier, ou por aucun delit avoir. Et cil est bas ki s�umelie et �oile de soi les grans choses, por eschivre descorde et travail; si comme fist Socrates por mener sa vie en repost. Et celui ki se hauce de petite choses est apel�s nient.

[Livre II, XXVII]

COMENT HOM EST COGNEUS PAR SES MOVEMENS

T sont li home jugi� selonc les movemens et les meurs de lor cors. Cil qui trop rit si est blasm�s, et ki pas ne rit si est sauvages et crueus; mais li hom li�s se traite avec ses compaignons selonc ce que covenable est a bone vie, et li tristes par son joiant n�esmovera ja jeu entre ses compaignons, por �ou que jeus decline maintefois en courous u a deshonour, et est commencemens de luxure et des choses ki sont devees en loi; m�s en bone compaignie a mout de concorde et d�amour. 2. Vergoigne est passions, et sa naissance est samblable a la poor des choses terribles; car celui ki se vergoigne por toutes choses en rougist, et cil ki a paour devient pales. Et vergoigne est covenable as enfans et as joenes, por �ou qu�ele les trait de pechi�. Mais ele est blasmable en viel home, pour �ou qu�il ne doit fere chose dont il se puisse vergoignier; et por �ou n�afiert il a preudome de faire laide chose de quoi li coviegne avoir honte.

[Livre II, XXVIII]

CI PAROLE DE JUSTICE

USTICE est un loable abit par qui est hons justes et fait oevre de justice et aime les justes choses. Et si com il est abit de vertu, autresi le tort est abit de vice, car l�un des .ii. contraires est [p.  198] congneus par l�autre. 2. Et sont .iii. manieres de justice et de tort; et li hons est non justes en .iii. manieres, l�une est ki fet contre la loi, l�autre ki trespasse la nature de l�igaillance, l�autre est home avers. Tot autresi est hons justes en .iii. manieres, l�une est ki se maintient selonc la loi, l�autre est ki maintient la nature de l�igaillance, l�autre est qui se paine de gaignier bien et justement. 3. La loi est chose juste, et toutes ses choses sont justes, por �ou k�ele commande que l�on face oevre de vertu; lesqueles oevres font l�ome felix, et conservent en lui oevres de felicit�, et vee les mauvaises oevres de cit�s, et commande que les citeiens facent les hautes oevres et nobles, si come est ordener les eschieles en ost bien et fermement a la mellee, et commende ke l�en se garde de fornication et de luxure, et ke l�en se tiegne en pais, et ke li uns ne fiere l�autre et ne li die vilaines paroles et k�il se garde de tout vilan parlement; et en some ele comande que l�on face oevre de vertu et se garde on de vices ki sont par volent�. 4. Justice est la plus noble vertu et la plus fors ki soit, et tot home ayment ses oevres, et se merveillent de sa bont� plus k�il ne font de la clart� dou soleil ou des estoiles, pour �ou k�ele est plus enterine et plus complie que nule des autres. 5. Et li hom juste use justice en soi et en autrui; car cil ki n�est bons a soi ne a autrui, il est pesmes et tr�s mauvais. Et a la verit� dire, a estre bons a soi n�est pas ass�s, mais il li covient estre bons por soi et por ses amis. Et justice n�est pas partie de vertu, an�ois est trestoute vertus; et tort n�est mie partie de vice, an�ois est trestous vices. 6. Et sont manieres de vices ki sont ve� manifestement, si comme est larrecin, avoutire, enchantement, faus tesmoignage, et traison et mal engin des grans homes; et une autre maniere de vices ki sont mout cruel et espoentable, si comme est navrer et ocire homes, et autres samblables choses. 7. L�ome juste est ygailleour et tel fois amoiour; je di k�il est ygailleour entre .ii. et amoiour entre plusours choses. Avons en .iiii. choses, pour �ou que .ii. persones sont entre qui il fet justice et de .ii. choses; car en cele chose meisme puet il avoir ygaillance et desygaillance, por ce ke s�il n�i pooit avoir desygaillance, ja n�i seroit ygaillance; et ensi est justice en conte de nombre. Et si comme la justice est chose ygal, autresi est la non justice desigal. 8. Et pour �ou que li sires de la justice s�efforce d�ygaillier les choses ki ne sont ygaus, donc il li covient l�un ocire, l�autre navrer, l�autre chacier en exil, jusk�a tant k�il soit satisfet a celui ki a l�outrage receu. Et li sires de la justice s�efforce de recovrer, au mi de droite ygaillance, le plus et le mains es choses profitables; et por ce tolt il a .i. et done a .i. autre, jusq�a tant k�il sont ygal. 9. Dont il covient savoir en quel maniere il doit tolir au plus grant et baillier au maindre, et comme il face fere satisfation des torsf�s [p.  199] quant il avienent, issi que ses subt�s vivent en bone fermet� d�ygaillance.

[Livre II, XXVIIII]

ENCORE DE CE MEISMES

I citein, et cil ki habitent ensamble en une vile, s�entreservent li uns as autres; car li uns si a mestier des choses d�un autre, si en re�oit et li rent son guerredon et son paiement, selonc la qualit� de la chose, jusc�a tant k�il sont en droite moienet� entr�aus. C�est a dire se li fevres a une chose ki vaille .i., et li cordoaniers a une ki vaut .ii., et li charpentiers en ait .i. autre ki vaille .iii., et li uns ait mestier des choses a l�autre, il covient entr�aus avoir aucune ygaillance, porquoi l�une vaut plus ke l�autre, si k�eles tornent a .i. mi ki soit igal entr�aus. 2. Por ce fu deniers trov�s premierement, por �ou k�il igaillassent les choses ki desigaus estoient; et deniers est ausi comme justice sans ame, por ce k�il est un mi par quoi les choses desigaus tornent a igaillit�; et puet on baillier et prendre les grans choses et les petites par deniers. Et il est uns estrumens par qui li juges puet fere justice, car deniers est loi sans ame, m�s li juges est loi ki a ame, et Diex glorieus est loi universale de toutes choses. 3. Le jugeour d�ygaillance juge en fermet� por le maintenement de la loi, et croissent li citein, et muteplient li abiteour en champ et laboreur et terres et vignes. Et pour les mauvaist�s ki sont fet es cit�s avienent li contraire, et a la fin tornent iaus et lor choses a desers et a bois. 4. Et li sires en est cil ki maintient justice, et quant il maintient droit et ygaillance et ne donne dou bien commun plus a soi k�a autrui; et pour �ou dient li plusor sage que les dignit�s et les signories font connoistre les homes. Les menues gens dient que cortoisie est achoison de la signorie, et li autre dient que l�achoison en est richece, les autres dient de nobilit� de sanc, mais li sage dient que la veraie ochoison porquoi li hom est dignes d�estre princes et sires si est la vertu k�il a en soi. 5. Et justice est en .ii. manieres, l�une est selonc nature, l�autre selonc la loi, et cele ki est naturel a une meisme nature en totes pars, si comme avient dou feu, ki monte en haut ou k�il soit. La justice ki est selonc la loi a maintes diversit�s, si com nous veons des sacrefices que l�om fet, l�un por les ames des mors, l�autre por les aubres engendrer et acroistre; et andeus ces justices entendent a ygaillance. L�ome ki rent la chose ki li est baillie en garde, por [p.  200] paour non pas por volent�, non est justes par soi m�s par autrui; mais cil ki le rent par volent� et par honestet� est drois justes. 6. Li damage ki avienent en la compaignie des homes est en .iii. manieres, l�une est pour erreur et por non savoir, l�autre est par negligence, sans volent� de damagier, la tierce est par malice pensee et par volent� de damagier. Par erreur et par non savoir est quant on fait aucunes malvaises choses et ne quide fere �ou, si comme est ocire son pere quant il quide tuer son anemi. Por negligence est quant on n�a cure de sa besoigne ne de l�autrui, selonc ce k�il poroit et devroit. 7. Et ces .ii. manieres ne sont dou tout malvaises, pour �ou qu�eles ne sont par malice. Mais quant on fait damage par malice devant pensee ou par sa propre volent�, si k�il n�i a nule circonstance ki escuser le puisse de sa malice, il est mauv�s voirement et blasmables, et est hors de la nature d�atemprance. 8. Ignorance, c�est a dire non savoir, est en .ii. manieres, l�une est par nature si come est d�un home ki est fol par nature, l�autre ignorance a l�om par sa propre achoison, si com est de l�yvre ki par yvrece pert la cognoissance de verit�. 9. La seure justice est millour ke justice; mais, a la verit�, ou mi verai ne puet estre trov�s plus ne mains, por ce que droit mi ne puet estre devis�. Et la voire justice n�est pas cele ki est en la loi, an�ois est en Damedeu Nostre Signour et est donee as homes; et por ceste justice est li hom samblables a Dieu.

[Livre II, XXX]

DE VERTU MORAL ET INTELLECTUELE

ERTU est en .ii. manieres; l�une est apelee moral, ki s�apertient a l�ame sensible, en qui n�est veraie raison; l�autre vertu est intellectuelle, ki s�apertient a l�ame raisonable, en qui est intellec et discretion et raison. Donques l�ame sensible sent et eschive et ensiut ce ke li plaist, sans nule porveance de sens. Et por ce dient que concupiscence ne desire, m�s intellec conferme, et sans lui ne puet estre aucune election. Donques le commencement de l�election est intellec, et election si est desirier intellectuel par achoison d�aucune chose. Et nus ki bien use election ne conseille des choses ki sont alees, car ce ki fet est ne puet estre a fere. Autresi elections n�a pas leu es choses ki sont par necessit� ou ki ne sont possibles.

[Livre II, XXXI, p. 201]

LES OEVRES DE L�AME

N ame sont .v. choses par qui ele dist verit� en afermer ou en niier, ce sont art, science, prudence, sapience, et intellec. Et la science est par tel demoustration ke autrement ne puet estre, et a chose ke l�en fait est necessaire ne non engendrable ne comparable. Et toutes sciences et disciplines et chascune cose ke l�en set puet on ensegnier, et tout ce que l�en puet apenre est des choses seues, c�est a dire, par comencement ki sont manifestes, et par aus meismes; et est science por demostrance. Et demoustrance est touzjors veraie, si k�ele ne ment en aucun tans, car autrement ne puet estre, pour �ou k�ele est des choses necessaires. Et est aucuns ordeneour de l�art o raison veraie. 2. Preudome et sage est celui ki puet consillier soi et autri es bones choses et es mauvaises ki a home apertienent. Donques est prudence celui abit par qui on puet consillier a veraie raison entor les bonnes et les mauvaises choses de l�home. 3. Sapience est la dignit� et l�avantage de l�ome en son mestier; car quant on dist d�un home k�il est sages en son art, lors est demoustr� sa bont� et sa vaillance en celui art. Intellec est cele chose par qui on entent le commancement des choses et forme la fin et le compliement. Raison et science et intellec sont des choses ki naturelement sont nobles. 4. Et bien sont trovees des joenes homes engigneus et ki sont sage par discipline, mais par proudence non, por ce que prudence est es choses particuleres, que nus ne puet savoir se par longue experience non, et a grant experience covient lonc fans; mais joenes hom a petit tans et poi experience. 5. Prudence amesure les commencemens et la fin et l�issue des choses. Par intellec nous vient solerce et astuce; et solerce est uns sens par quoi on juge tost et isnel .i. droit jugement et consent legierement et tost a bon conseil; mais astuce est tozjors encoste le proposement. Et quant li proposement est bons proprement, lors est il apel�s astuce; mais quant il est mauvais, lors est il apel�s malices; et de lui est enchantemens et devinailles, et cil ki ces choses ont ne sont mie sachant ne sage, an�ois sont solers et consilli� par intellec de nature. Sapience est felicit� ke l�en doit eslire por lui, non pas comme chose ki amaine sant�, mais comme sant� meismes. 6. Les oevres de l�ame sont selonc la mesure de la vertu moral et selonc la mesure de prudence et de solerce et d�astuce. Donques la vertu adrece le proposement de l�ome au droit, et prudence, c�est a dire le sens, conferme les choses et les fet bones et les amaine a justice; mais malice les corront et les amaine a non justice. 7. [p.  202] Les vertus moraus sont ausi comme meurs de nature; car nous trovons aucunefois l�ome fort et chaste et juste de s�enfance, pour quoi il apert ke teus vertus sont par nature et sans intellec. Mais la signorie de trestoutes vertus doit estre baillie a la vertu intellectuele, pour �ou que nule elections ne poroit estre fait par home sans intellec, et ne poroit estre complie se par vertu morale non. Et ensi la prudence nous ensegne fere ce ke covenable est en cele maniere k�il covient, mais la morale vertu mainne la chose a fin et a compliement par oevres.

[Livre II, XXXII]

DE FORTESCE

ORTECE est un abis loables et bons entre hardement et paour. L�ome fort veraiement soustient maintes choses terribles et de grant outrage; et pour en prendre �ou ki covient et pour laissier �ou ki fet a laissier despite mort et fet oevre de fortece, non mie por son delit ne por honour conquerre, m�s pour amour de vertu. 2. Home sont ki oevrent de fortece en lor cit� solement, plus por vergoigne ke pour eschivre honte et reproce; et eslisent mieus a soufrir les grans periz ke vivre vergoigneus. 3. La force de fieres est cele que l�on fet por furor quant il angoisse durement d�aucun tort ki fet li soit et court a fere vengance. Force des animaus est cele ke l�on fet pour acomplir sa covoitise que il fortement desire. 4. Force esperituele est cele que l�om fet pour aquerre pris et honour et hautece. Force divine est cele que li fort home ayment par aus meismes, et li home de Dieu sont mout fort.

[Livre II, XXXIII]

DE CHASTET�

HASTET�S est atempremens en mangier et en boivre et en robes et en tous autres corporaus delis dou siecle. Et celi ki oevre atempreement entor ces choses fet molt a loer; et li sourplus est blasmables, m�s le poi ne se trueve gaires. Chastet� est bele chose, pour ce que li chastes se delite de covenables choses, et au tens er [p.  203] en leu et a la quantit� et a la guise ki covient. Mais li delis du siecle, desevr�s de nature, est desmesureement blasmables plus ke avoutire, et ce est gesir avec les malles. Non chastet� puet estre en .ii. manieres, c�est en boivre et en mangier et en toutes manieres de luxure.

[Livre II, XXXIIII]

DE MANSUETUDE

ANSUETUDES est uns abis loables entre le poi et le trop de l�ire; et celui ki trop dure c�est par malice, et la malicieuse ire quert grant vengance por poi d�ofension; mais celui ki ne se courece ne a ire par offension ke l�en face a lui ou a ses amis, est home li qui sentemens est mors.

[Livre II, XXXV]

ENCORE DE LARGECE

IBERALIT� et magnificence et magnanimit� ont entr�aus communit�, car tous .iii. sont en doner et en re�oivre pecune a qui s�afiert, et dont et coment et lors k�il covient. Et plus bele chose est a home ki a ces vertus doner ke prendre, car il eschive le lait gaaing, mais li hons avers covoite forment l�avoir. Et pour �ou avient il ke hom liberal n�a pas tant de possession com li avers.

[Livre II, XXXVI]

ENCORE DE MAGNANIMIT�

I magnanimes desiert bien enterine vertu, car il lor fait grant honour; et sont covenables a lui, car il apareille s�ame a hautes choses et despise les vils persones et de petit afere; mais celui ki despent et gaste por nient les grans choses est prodigues. Envieus est cil ki se contriste de la prosperit� et de tous biens, des bons et des mauvais sanz difference nule; et li contraires de lui est liez en prosperit�, et des bons et des mauvais. Et li mi entre l�un et l�autre est joians de la prosperit� des bons et angoissent de la prosperit� des mauvais. Cil ki de toute chose se vergoigne est non aparissans. Cil [p.  204] ki se vante et mostre d�avoir tous biens et desprise les autres, est apel�s superbes et orguilleus.

[Livre II, XXXVII]

ENCORE DE COMPAIGNIE

T il a une maniere de gent qui vivre est mout grevable, pour �ou k�il ont nature que l�on ne puet traitier; li autre sont losengiers, ki samblent estre amis de chascun; et autre sont ki tienent le mi entre ces .ii., car il sevent estre igaus entre la gent selonc �ou k�il covient, et ou et coment, et �ou est mout loable. Gengleour est celui ki gengle entre les gens a ris et a gieu, et moke soi et sa feme et ses fiz et tous autres. Et son contraire est cil ki tousjors se moustre cruel et sa face torblee, et ne s�esleece avoec les autres, et ne parle et ne demeure avoec ceaus ki s�esleecent; mais cil ki tient le mi entr�aus use la moienet� amesureement.

[Livre II, XXXVIII]

ENCORE DE JUSTICE

I home justes est apel�s igaus pour �ou k�il igaillist les choses; et c�est en .ii. manieres, l�une est departir pecune et dignit�, l�autre est sauver et apoier ceus ki ont recheu tort, et �ou k�il doivent fere l�un a l�autre. 2. Et li fet ke li home s�entredoivent fere sont en .ii. manieres; l�une est par propre volent� des le commencement, l�autre est contre volent�, ce sont les choses que l�on fet a force, si comme est par decevance ou par rapine ou par larrecin. Cil ki fet la loi, sanne et adrece les choses ki sont entre poi et trop, et li justes adreceours depart la pecune et la dignit� et fet partison entre .ii. au mains. 3. Et justice le fet en .iiii. choses, dont la premiere a proportion a la seconde, et la tierce a proportion a la quarte, et l�adrecement d�eles est selonc la proportion a soi meismes. Et justice juge entr�aus selonc la quantit� de la vertu et de la desierte. 4. Et cil ki saine et sauve les fais et les choses ki entre les homes sont est cil ki fist la loi, et esgarde et fet justice entre ciaus ki font les torsf�s et ciaus ki les re�oivent, et rent les iretages a ceaus qui il doivent estre, et si le tolt a ciaus ki le tenoient contre justice; et aucunes choses commande il en persones et aucunes en avoir, et ensi adrece le poi a trop. Car cil ki fet le torfet a plus ke sien n�en est, et cil qui [p.  205] il est fete en a mains k�a li n�apertient. Et li juges adrece entr�aus selonc mesure d�arismetike, et li home vont devant le juge, pour �ou k�il est justice plaine d�ame, a �ou k�il atorne la justice selonc ce ki est possible. 5. Et justice n�est pas en chascun lieu, en tel maniere k�a celui ki fet soit tant fet come il fet, et a celui ki tolt soit tant tolu comme il tolt, pour ce que li adrecement n�est pas entour ce toutesfoies. 6. Et si comme li justes est mieudres ke li non justes, autresi li hons igaus est mieudres que li non igaus. Et le mi est aucunefois plus contraire a l�une estremit� que a l�autre, et l�une estremit� plus contraire a l�autre ke au mi. Justice est mi entre gaaignier et perdre, et ne puet estre sans doner et prendre et changier; car li drapiers done drap pour autre chose dont il a mestier, et li fevres done son fier por autre chose. Et pour ce ke en ces choses avoit grant paine fu une chose trouvee ki l�adre�ast, ce sont denier, por ce que l�uevre de celui ki fet la maison se puisse adrecier a l�oevre dou cordoanier par deniers. 7. Seure justice est millour que justice, donques celui ki est millours que bons est bons en toutes les manieres ki puent estre. Et cil ki est plus justes ke li justes est justes en toutes manieres ki puent estre. 8. Et justice naturel est millour que cele ki est mise par homes; ausi comme li mius ki est dous par nature, et pour �ou est il plus dou ke oximel ki est fait par art. Et li hom justes vit par divine vie, por le grant delit k�il a de la naturel justice; et use les justes choses et les aime par eles meismes. Et cil ki met la loi ne le doit pas metre general en totes oevres, pour �ou k�il n�est mie possible que universel regle soit maintenue en chascune chose partie. Donques doivent les paroles de la loi estre particuleres, pour �ou k�eles; iugent des choses particuleres devisees et corruptibles.

[Livre II, XXXVIIII]

DES VISCES EN MORALIT�

ES visces en moralit� que l�en doit mout eschiver sont .iii., malice cruaut� et luxure. Car .iii. vertus sont lor contraires, benignit� clemence et chastet�. Aucun home sont de nature divine par le tr�s grant vertu ki en aus habonde; et cist abis est proprement contraires a cruaut�. Et teus homes sont apel�s angeliques u divins por l�abondance des vertus ki est en aus outre les us des autres en toutes choses, autresi comme la bont� de Dieu sormonte [p.  206] la bont� des homes. 2. Autres homes sont crueus en lor meurs, et sont de nature de feres bestes, et sont mout lontain de vertu. Et sont home de nature de beste en parsivre lor volent�s et lor delis, et sont samblable as singes et au porcel. Et li home ki parsivent lor volent�s sont apel�s epichures, c�est a dire k�il pensent dou delit dou cors solement. 3. Et des homes ki sont de nature divine ou de nature de bestes en toutes choses sont poi el monde, mais cil ki vivent a loi de beste habitent ens estremit�s de la terre ki puplee est; car en droit midi sont li etyopien, et par devers septentrion sont li esclavon. 4. Et est li hons apel�s de divine nature pour �ou k�il est chastes et continens, en ce k�il se suefre des mauvaises concupiscences dou cors par la force de la vertu entellectuele; mais celui ki ne s�en suefre est vencus par ses desiriers et trespasse les bonnes de la loi. 5. Car li homme ont lor bonnes a quoi il s�esmuevent naturelement et entre quoi il se regirent et tornoient dedens le mi, se autre oquoison ne vient en lor nature ki le face decliner a vie de beste. Car les bestes sont desliees, et pour �ou ensivent les movemens de lor covoitises, et vont par mi les pastures, et ne se suefrent des choses a quoi lor nature les amaine. En cest maniere ist li hons hors de ses bonnes, et ensi est il presk�une beste, por la mauvaise vie k�il a eslevee, a ce ke la sience de l�omme est veritable en ses oevres. 6. Li hom ki set et ki aprent et ki use son sens entor la vertu moral et entour vertu divine et vertu entellective, il vet a ses bonnes et se tornoie entor son mi est use proposition universele, ki concloient saine conclusion.

[Livre II, XXXX]

DE DELIT

UCUNES choses sont delitables par necessit� et autres par election, ou il en a aucunes ke l�en doit eslire par aus meismes et aucunes doit on eslire pour grasce d�autres choses. Li delit par necessit� sont en mangier et en boivre et en habiter avec femes et en tous delis corporaus en quoi on vit chastement; l�autre delit que l�om eslit par aus meismes sont cest: intellec, certainet�, sapience, et divine raison. Mais li delit ki sont esleut par grasce d�autre chose sont cest: victore, richece, honour, et tous autres biens en quoi les bestes ont aucune comunit� a nous. Et celui ki [p.  207] tient le mi en ces choses est loables, en celi ki en fet trop u poi est blasmables. 2. Et sont aucun delit por nature, et aucun sont de manieres de bestes ou de feres, ou par raison de tans ou de maladie, ou par usage u par male nature. Et delit de fere est celui ki se delite en ovrir le cors de dames grosses pour saouler soi des fiz k�eles portent dedens lor cors, et en celui ki mangu� char d�ome ou char crue. 3. Delit ki est par maladie ou par mal usage, si est oster soi les paus des sorciz ou mangier ses ongles ou boe ou charbons. Delit par male nature est gesir avec les malles, et des autres choses deshonorables. 4. Et sont aucunes crueles malisces a guise de feres sauvages par maladie, si come avient de frenetiques et de forsen�s et de melancoliques. L�omme furibondes tient a sentence tout �ou ke li plaist, et ne li chaut se c�est contre les autres gens. Et se raisons vieut k�ii set ire .i. poi, maintenant court a la grant ire et fet autresi comme vall�s mout isniaus de son cors, ki se haste de fere �ou ke command� li est an�ois que li commandemens soit acomplis; et fet autresi comme li chiens ki brait a chascune vois k�il puet o�r, et ne pense s�il est vois d�ami u d�anemi. Et ceste incontinence ki est en l�ire si vient de chaude nature et d�isnel movement. 5. Et porce doit on plus pardoner a cestui, ke a celui ki n�est pas continens en ses covoitises, pour ce que maintenant k�il voit chose ki li delite, il n�atent mie jugement de raison, an�ois s�estudie a avoir �ou k�il desire. Donques la incontinance de l�ire est plus naturele chose, mais cele de concupiscence est plus en la volent� de l�home; et concupiscence quiert lieus oscure, par quoi l�om dit k�ele abat et de�oit son fil. Li hom ki mal fet et ne se repent ne puet estre amend�s, mais de celui ki mal fet et puis s�en repent puet hom avoir esperance qu�il se puisse amender. 6. Cil ki n�ont intellec sont millour ke ceaus ki l�ont et ne l�oevrent. Car ki se laisse vaincre as petites concupiscenses par foiblece d�intellec est samblables a celui ki devient yvres de po de vin par la foiblece de son cerebre. Li hom ki est continens ki a intellec conferme soi et pardure en veraie raison et en saine election, et ne se desoivre de drois atempremens. Remuer les meurs et les us est plus legiere chose que remuer nature. Et neporquant remuer usage est grief chose pour �ou k�il est samblables a nature. 7. Home sont qui cuident ke nul delit soit bons, ne par soi ne par accident. Autre sont qui cuident ke aucun delit soient bons et li plusour non. Li autre quident que tot delit soient bons. Deliz sans respit ne est mie bons, pour �ou k�il est de nature de sensualit�, ki est commune es bestes; et pour �ou n�est ele samblable as choses complies. 8. Et li hom sages eschive le delit, pour �ou k�il encombre et enpeche l�intellec, et fet l�ome oublier son sens, car li enfant et les [p.  208] bestes querent delit. Et li sont de teus delis ki font l�ome enmaladir et li font avoir moleste, mais li sages ne quiert les corporaus deliz se amesureement non.

[Livre II, XXXXI]

DE CHASTET�

HASTET� et continence ne sont pas une chose, car chastet�s est uns abis ki a eues maintes victores contre les batailles des charnaus covoitises, en tel maniere k�il ne redoute jamais aucun assaut de temptation, mais continence est uns abis ki soustient maintes temptations mauvaises, mais toutesvoies il ne se laisse pas vaincre por le raisons et por le sens ki est avoec lui. Donques chastet� et continence ne sont une meisme chose, et de tant se dessamblent comme vaincre et non estre vencus. 2. La non chastet�s est uns habis ki fet home pechier es delitables choses, sans grant effort de temptations par ochoison de sa propre mauvaisti�, autresi sont comme veneour des delis. Mais celui est non continens ki se laisse vaincre au delit ki le tempte forment. Et non chastes est cil ki sousmet soi mesmes au delit ki ne le tempte pas. 3. Et est hons non continens por la foiblece de la raison et por petite esperance. Dont il n�est mie dou tout mauvais, mais par moiti�, et puet estre amend�s par cognort de la raison et par longue prueve, maus li non chastes a paines puet estre amend�s. Et vertus et malice sont conneues a ce que en la vertu est la raisons saine et en le malice est la raisons corrompue, et maintes fois est ele corrompue par trop de concupiscenses et de mauvais desiriers.

[Livre II, XXXXII]

DE CONSTANCE

ONSTANCE c�est a dire parmanance est en .iii. manieres, l�une est en l�ome ki est parmanans et ferm en toutes ses opinions, soient voires soient fausses, la seconde maniere est ki n�a nule fermet� ne nule constance, la tierce est de celi ki est parmanans ou bien, et legier depart dou mal. 2. Mais simplement li constans est millour que li mouvables, porce ke li movables se torne a chascun [p.  209] vent, mais li hom ferm et constans ne sera ja esmeus par force de desiriers. Ja soit ce que aucunefois par noble delit il remue sa fausse creance et se consent a verit� 3. Il n�est mie cose possible que uns hom soit sages et non continens ensamble, por �ou ke prudence n�est en savoir solement, m�s en ovrer. Mais astuce et non continence maintefoies sont ensanble pour ce que astuce est diverse de prudence, a ce que prudence est solement entor les bones choses, mais astuce est entor les bones et entor les mauvaises. 4. Et li hons sages ki oevre selonc son sens est samblables a celui ki veille, et celui ki n�en oevre selonc sa sience est samblables a celui qui dort u a l�yvre. Car en home est l�abisme des charnaus desiriers, en quoi il ensevelist et noie et transglotist l�oevre de la raison. Et est autresi comme de celui ki dort, car son sens est loi�s en son cerebre pour les vapours ki montent en sa teste, autresi comme l�ivre en qui le sorplus dou vin abat le droit jugement. 5. Li hom malicieus est cil ki fet maus as autres gens penseement et par mauvais conseil k�il a porpens� devant et por mauvaisement eslire raison; et �ou est si pesme chose que l�om n�i puet conseil metre.

[Livre II, XXXXIII]

D�AMISTI�

MISTI�S est une des vertus de Dieu et de l�home, et c�est mout besoignable chose a la vie de l�home; car homs a besoigne d�amis autresi comme des autres biens, et li poissant home et riche et prinche de la terre ont besoigne de lor amis, a qui il facent bien et de qui il re�oivent service et honour et grace. 2. Et grant seurt� ont li home por lor amis; et de tant comme il est de grignour afaire plus li besoignent avoir amis, por �ou que lors ke li degr�s de sa grandece est plus en haut puet il plus legierement cheoir; et li cheoirs est plus perilleus as grignours. Donques sont amis mout besoignable en ce et en toutes angoisses et aversit�s ke l�on puet avoir, por ce ke bons amis est tr�s bons refuis et segurs pors. 3. Et cil ki est sans son ami, il est tous seus en ses affaires; et quant il est avec son bon ami il est acompaigni� et en a parfete aide a acomplir ses oevres. Car de .ii. parfais et bons naist parfete oevre et parfaite ententions. Cil ki fet la loi connorte plus citains a avoir charit� et amour ensamble que en justice; por ce que se tout home fuissent juste, encor lor [p.  210] covient avoir avec amisti� et carit�, pour ce que charit�s est garderesse d�amisti� selonc sa nature, et le deffent de tous assaus de discorde, et destruist totes mellees et malevoillance. 4. Les manieres d�amisti� sont cogneues par les manieres des choses amees. Et ces choses sont .iii., bien, proufit, et delit. Car chascuns ayme �ou ki li samble profitable et bon et delitable. Et il covient que nos weillons bien a nos amis; mais amisti� n�est pas sauve en ce solement, car li chasteour welent bien as autres, m�s il ne li covient pas estre amis por �ou; m�s chastiemens est une amours qui requiert guerredons samblables a son oevre, et il covient k�il s�entrechastient et s�entreportent amor selonc la maniere de lor amisti�. Et en chascune des .iii. manieres couvient couvenables guerredons, et non pas en repost, en tel guise k�il s�entrewelent bien, selonc la maniere de lor amours. 5. Et cil ki s�entraiment por profit et por delit non aiment vraiement, an�ois aiment les choses par quoi il sont amis, et c�est delit et proufit. Et pour ce avient que entr�aus dure l�amisti� tant come le delit et son profit, et pour �ou devienent il tost amis et enemis. Et cele amisti� ki naist par proufit est entre homes vieus, et cele ki naist por delit est entre les jovenes; mais la droite amisti� bonne et complie est entre les homes bons, ki sont sensibles en vertus et s�entraiment et welent bien par la samblance des vertus ki entr�aus est. 6. Et ceste amisti� est divine, dedens ki sont tot li bien. Entr�aus n�est aucune decevance ne chose d�aucune mauvaistiet, et por cele amisti� ne puet ja estre entre bons et mauvais ne entre les mauvais ensamble, mais entre les bons solement. Mais l�amisti� ki naist par delit ou par proufit si puet bien estre entre les mauv�s et entre les bons, mais ele est toute fois perdue, selonc la perse dou delit et dou proufit, car ce est amisti�s par accident. 7. Amisti�s est uns loables aornemens entre ciaus ki ensamblent conversent et ki ont compaignie ensamble, et est une tr�s bele vie par laquele il vivent en pais et en repos. Et celui abit ki est entr�aus n�est pas brisi�s par aversit�s de leu ou des cors. Et nepourquant se la desevrance dure trop longuement ele fet refroidier et oublier amisti�. Et por ce dist li proverbes que pelerinages et longe voiage departent amisti�. 8. La chose amee en soi a aucun noble bien por quoi ele est amee. Li bons hons ki est amis devient bons amis, et li un aiment l�autre, non mie por passion, mais pour abis. Et chascuns des amis ayme son bien, et li uns fet gueredons a l�autre par sa bone volent�, selonc ygaillance; et cele est veraie amisti�. 9. La participation de ciaus ki communent ensamble, en bien et en mal et en marchandises et en user les uns avec les autres, suelent estre commencement d�amisti�; et selonc la quantit� de ces choses est la quantit�s de lor amisti�s. Et �ou que li ami ont doit estre [p.  211] comun entr�aus, por �ou que amisti�s est ausi comme une communit�s, et chascune comunit�s desire chose ki vient a lui en concupiscense et en victore et en sapience. 10. Et pour ce furent premierement ordenees les sollempnit�s de Paskes et les offrandes des sacrefisces et li assamblement des cit�s, que compaignie et amours nasquist entre les proismes et honours a Damedeu. 11. Et li ancien soloient fere ces sollempnit�s apr�s les meissons des bl�s, por ce que en celui tans sont li home apareilli� a aquerre amisti� et a rendre grasces a Dieu des benefices k�il ont receu.

[Livre II, XXXXIIII]

DES SIGNORIES

EIGNOURIES sont de .iii. manieres, l�une est des rois, la seconde est des bons, la tierce est des communes, laquele est la tr�s millour entre ces autres. Et chascune maniere a son contraire; car la signourie dou roi a contre lui la signorie dou tirant, a ce que li tirans se chace de fere son proufit solement, mais li rois se pourchace de fere �ou que porfitable soit a son peuple, non pas a soi; et cil est rois vraiement. Car maintenant ke li rois se pourchace de fere son preu et laisse le bien dou peuple, il devient tirans, et sa tirannie n�est pas autre chose ke corruption de sa signorie. 2. Tot autresi quant li bons et li haus hom laissent a fere �ou ke bien soit, por quoi la signorie n�isse de sa lignie, et ne consirent lor honor ne lor merite ne lor dignit�, lors se change lor signorie et torne a la signorie de lor comune. La signorie de la commune est corrompue por deguerpir les bons us et la lois ki est bone et loable. 3. Li governemens de l�omme a sa maisnie est samblable dou governement dou roi a son peuple, car la conversations dou pere a ses filz est samblable au roi entour les gens de son regne; m�s la signorie des bons homes et des grans est ausi comme la signourie des freres, po ce ke li frere ne sont mie divers se par aage non. 4. Et chascune de ces manieres de signorie et de subjection covient amour et justice, selonc le mesure de sa bont�, car le bon signour s�enforce de bien fere a ses subt�s ausi com li pastours de son fouc. Mais tant i a de difference entre la signorie dou roi et cele dou pere, que li rois est sires de plus grant nombre de gens que li peres, et li peres est ochoisons d�engendrer et norrir ses fiz et d�aus aprendre; [p.  212] doncques est li peres sires et signors de ses fiz naturelement, et il les aime de grant amor. Et pour ce doit li peres et li rois estre honour�s de cele honorablet� ki est a chascun covenable. 5. La justice de chascun est selonc sa vertu, donques doit chascuns avoir plus de bien et d�onour, selonc ce k�il est millour. L�amor des freres est autel comme l�amour des compaignons, pour �ou k�il sont vescu et norri ensamble et ont samblance de passion. 6. Mais quant tyrannie sorvaint, la justice est perdue et li amors faut. Li sires et si subt�s ont relation ensamble, ausi comme uns arthiers a a son estrument et con li cors a l�ame; et celui ki use son estrument en fait son proufit, et por ce l�ayme il, mais li estrumens n�aime pas lui. Et li cors n�aime pas l�ame, et estrumens est ausi come uns sers sans ame. 7. Li peres ayme son fil, et li fiz ayme son pere, pour �ou que li uns est f�s de l�autre; mais l�amours dou pere est plus forte que l�amours de son fil, pour �ou que li peres conoist que li fiz est estrais de lui et fais, maintenant k�il est n�s; mais li fiz ne conoist pas lui por son pere se premierement n�est pass� lonc fans, tant que li sens sont compli et la discretions conortee. Et encore ayme li peres son fil si comme uns autres soi meismes, mais ses fiz aime lui si comme chose de quoi il a son nestre et par qui il est. 8. Li frere s�entraiment comme ciaus ki sont estrait d�un principe; et pour �ou est dit que li freres sont d�un sanc et d�une racine, et k�il sont une chose, ja soient il partis et sevr�s. Et la chose ki plus conferme l�amor des freres est k�il sont norri et convers� ensamble et k�il sont d�une maison. 9. L�amour c�on porte a Dameldeu et celui ke li fiz porte a son pere sont d�une nature; car l�une amour et l�autre sont por ramembrance du bien recheu et pour don de grasce. Mais l�amours Deu doit passer l�amour dou pere, por ce que li bien ki de lui vienent sont plus grant et plus noble. 10. L�amisti� des parens et des freres et des compaignons et des voisins est graindre que celui des estranges, car de tant come l�achoison de l�amour est graindre, iert l�amisti� grignour et les oevres millours. L�amor ki est entre le mari et sa feme est amour naturel, et est plus anciene que celi ki est entre les citains; et en cesti amour est grant proufit, pour ce ke l�uevre de l�ome est diverse de cele de le feme. Et �ou que ne puet fere li uns fet li autres, et ensi chavissent lor afaire. Li fiz sont li liien ki lient mari et moillier ensamble en une amor, pour �ou que li fiz est li communs biens d�aus deus. 11. La communit� conjoint les bons en une amour, car par ochoison de vertu s�entraiment de bien fere l�un a l�autre. Entr�aus n�a point de chaloigne ne de descorde, ne volent� de vaincre l�un l�autre, ne de revengier soi en non servir, por ce que lors est li amis li�s et joians quant il a fet chose ki plaist a son ami. 12. Amisti�s sont que l�on apele gaignables, quant li uns ensiut l�autre por entention de [p.  213] gaaign et de proufit. A la fin, s�il n�en puet avoir point, il naist entr�aus grant discorde; car li uns dist, je te fis ce service et cel autre, de quoi tu ne m�as contrechangi� et li autres li redist autre tel, et cele amisti�s ne puet gaires durer. 13. Amisti�s est samblables a la justice; et si comme justice est en .ii. manieres, une de nature et autre de loi, tot autresi est amisti�s une de loi et autre de nature. Cele ki est de loi est amisti�s particulere et marchandable, et en baillier et en re�oivre maintenant sans respit et sans terme. 14. Maint home sont a qui il plest faire bien et covenable, mais toutefois se tient au profitable et laissent ce ke bon est. Et bone chose et covenable chose est a fere bien as autres sans nule esperance d�avoir change; mais proufitable chose est de servir as autres por esperance de guerredon. Et cestui service fet hom a celui ki a pooir de changier ce k�il rechoit. 15. Li honours n�est pas autre chose que guerredons de vertu et merci dou bien receu; mais gaains est aides as besoinsgneus, por quoi je di que li plus grant doivent doner gaaing as meneurs, et li meneur doivent fere honour et reverence as plus grans, ce doit estre selonc ce que afiert a chascun. 16. Car en tel maniere se conserve amisti�s. L�onour ke l�en doit fere a Deu et a son pere n�est mie samblable as autres honours; car nus hom n�est soufissans a fere ne l�un ne l�autre, ja soit ce k�il s�en efforcent a lor pooir. En ce doit chascuns metre toute sa force en obeir et en servir et en garder soi de cheoir en aucune malevoillance. 17. Li covenable adrecement d�amisti� adrece les manieres d�amisti� ki diverses sont, si comme avient parmi les viles, car li cordoaniers vent ses sollers selonc ce k�il valent, autresi sont li autre. Entr�aus est une chose commune amee, par qui il s�apareillent et conferment la marchandise, c�est or et argent. 18. Quant li amis ayme s�amie por son delit et ele ayme lui por son profit, non ayme li uns l�autre par droite amour, certes cele amours sera tost desevree. Et toute amisti�s ki est par legiere ochoison tost se part; mais achoison fort et ferme font durer amisti� longhement. 19. Donques amisti�s ki est por bien et por verit� dure lonc tens, pour �ou que vertus ne puet estre remuee legierement; mais amisti�s ki est par proufit se sevre maintenant ke le proufit s�en est ost�. 20. Car a dire ke se uns hons chante por esperance de gaaignier, se tu li rens chanter en eschange, il ne se tenra pas apai�s, pour �ou k�il atendoit autre guerredon. Donques n�aura il concorde en marchandise se par volent� ne sont concordees, et ce avient quant chascuns re�oit �ou k�il desire en eschange de cele chose k�il done. 21. Et tel fois vaut plus reverence d�onour ke pecune selonc ce que voloit Pitagoras, k�il voloit de ses disciples reverence d�onor et non pas de pecune; mais es autres ars mecaniques l�om [p.  214] demande pectine. Ce n�avient pas en philosophie, car de tant com li affere sont plus noble, tant il covient avoir plus noble guerredon, pour ce ke a celui ki nous ensegne science ne devons nous pecune mais honor et reverence, autresi comme a Deu et au pere. 22. Donques covient il conoistre les dignit�s de chascun home, por fere a tous honour et reverence selonc son degr�; car autre honour doit on fere a son pere que a son frere, et autre au signour de l�ost que au peuple, et autresi as voisins et as compaignons que as estranges. 23. Et celui ki fait aucune fauset� en amisti� est tant pires ke celui ki fause or et argent, comme amisti� est le millour tresor ki puist estre, et si comme li faus deniers est tost conneus, tout autresi la coverte amisti� est tost desevree. Li justes despensiers de tous biens est Dameldeus, ki done a chascun son covenable. L�ome ki bons est desire le bien ki est covenable a se nature, et quiert chose samblable a lui, por ce k�il est bons. Et li bons hom se delite en soi meismes pensant es bones choses; autresi se delite il avec son ami qui il tient et repute si c�un autre soi meismes. 24. Mais li mauvais hom tozjours est en paour et s�esloigne de bonnes oevres; et s�il est mout mauv�s, il s�esloigne de soi meismes, car il ne puet seus demorer sans tristece, por �ou k�il li membre de ses males oevres k�il a faites, et blasme sa conscience; pour �ou het il soi et tous homes. 25. Et �ou avient por �ou que la rachine de tous biens est mortefiee en lui; et en son mal ne se puet deliter plainement, car tot maintenant k�il se delite en une chose maufete, la nature de son mal l�atret au contraire de celui delit. Et a ce ke li mauvais est partis en soi meismes, si covient k�il soit en continuel travail de penser et plains de mout d�amertume et yvre de laidece et de perversit�; et k�il soit destors par misere nient ordenee. 26. Dont nus ne puet estre amis de tel home, pour �ou k�il n�a en lui nule chose ki a amer face. Certes itel misere et itel male aventure n�aura ja medecine, par quoi ele puisse a bien venir. Donques chascuns se gart k�il ne se laisse cheoir en tel trebuchement de malice et d�iniquit� ke l�om ne puet raembre, an�ois se doit efforcier chascuns k�il viegne a la fin de bont�, par qui il se puisse deliter en soi meismes et avec son ami. 27. Confors n�est pas amisti�s, ja soit ce k�il le samble estre. Mais li commencemens d�amisti� est uns delis asavour�s par cognoissance sensible; et ce poons nous veoir d�un home ki ayme par amours une dame, car tout avant passe uns delitables regars, mais li ferm liens ki tozjors est avec l�amisti� et ki point ne se desoivre, si est delis. 28. Celui abis dont premierement naist le confort puet estre apel�s amisti�s par samblance jusques a tant k�il croist par longhece de tens. Et l�office dou confort s�afiert au preudome et ferme ki soit [p.  215] grief en moralit� de sa vie et a proece acoustum�s et de toutes vertus, et plains de bone sapience et de bone opinion et de concorde esirans d�amour. 29. Por ce doivent estre ostees toutes descordes et malvaises pensees d�entre les nobles compaignies des homes, si k�il puissent vivre en pais et en concorde de propre volent�, cele chose ki plus aide a maintenir et governer les dignit�s des vertus et ses oevres. 30. Et la concorde des opinions est es bons homes et pour �ou sont parmanans dedens aus et es choses de hors, car toutesfois jugent bien et welent bien. Li mauv�s home poi s�acordent a lor oppinion, car il n�ont en amisti� nule part, et por acomplir lor desiriers suefrent il maintes painnes et maint travail, non mie por amisti�. Et sont es mauvais homes maintes males soutilleces por engignier ciaus ki a aus ont afaire; pour ce sont il tousjours en angoisse et en paine.

[Livre II, XXXXV]

DE SERVICE

I bienfaitour ki font bien as autres ayment plus ciaus a qui il font les biens k�il ne sont am�s de ceaus ki les re�oivent; pour ce que li bienfaitour ayment par droite liberalit�, mais ciaus ki re�oivent ayment par dete de grasce. Car bienfaitour est en leu de presteour, et cil ki le benefice re�oit est en lieu dou depteour. Li presteours ayme plus son depteour que il lui, et maintefois se contourbe li depteres quant il encontre son presteour, por �ou k�il li sovient de �ou k�il doit rendre et de ce qu�il a receu; mais li presteors est li�s quant il l�encontre, por �ou k�il achate sa bienweillance et ayme son salu et son preu. Et aucunefois avient que cil ki a receu moustre k�il ayme plus son bienfaitour que il lui. Et ce font il pour �ou ke l�on ne le blasme de non connoistre le benefice. 2. Et encore le recet dou benefice est faiture dou bienfaiteur; et chascuns ayme plus sa alture k�ele lui, et especiaument les choses ki ont ame; n�s li poetes ayme ses vers durement. Et l�achoison por quoi li home ayment naturelement sa faiture si est que la derreniere perfection de ce que l�on fet est sa oevre. Et quant une chose est sans oevre, ele est comme possible et est usee par oevre. 3. [p.  216] En .iii. manieres se delitent li home, ou pour �ou k�il usent presentielement, ou en l�esperance k�il ont en aucunes choses ki doivent avenir, ou en recordant d�aucune chose ki est alee. 4. Les bones oevres et nobles ont delitable ramembrance par lonc tans apr�s, mais les oevres charneus et les oevres profitables poi durent en memores. Et ce avient por �ou que li hons ayme plus �ou k�il a aquis a grant paine et a travail que une autre a qui il est venus legierement, si con chascuns puet bien veoir d�un home ki ait grant avoir gaaigniet par son grant travail et par sa paine, k�il le garde plus et despent mains que celui ki l�a gaaigni� sans nul travail. Et pour ce la mere ayme plus son fil pour la grant paine k�ele i soufri quant ele l�enfanta et le norri. 5. Recevoir benefice avenablement est sans travail, mais fere le selonc ce k�avenable est est grant travail; por quoi il avient que li bienfaitour ayment plus ceaus a qui il le font ke cil ki le bien re�oivent n�aiment eus. 6. Aucun home sont ki ayment trop eus meismes; et ce est laide chose, pour ce ke li mauv�s home font toutes choses a lor proufit, mais li bon home font lor oevres par entention de vertu et de bien; et lor oevres sont totes plaines de vertu et en aus croissent oevres de vertu. Et sont home ki ont am� si noble oevre et si noble entention k�il laissent lor profit pour celui de lor ami, pour ce que nobles oevres sont en ramenbrance de lonc tans. 7. Et que ton ami soit uns autres toi se prueve par le proverbe, ki dist k�entre amis est uns sans et une ame, et ont toutes choses communes selonc droit, et est li .i. a l�autre si comme li genous a la jambe et si come li n�s a la face et comme li doi a la main. Et por ce doit on amer son ami autant comme soi meismes, par amisti� de verit�, non pas de delit corporel, ki s�afiert a l�ame bestiele et as choses ki sont hors de verit�. 8. Donques celui ki aime soi meisme vraiement face oevre ki apertient a la propre vertu de son estre, selonc les millours choses et plus hautes ordenees selonc verit�. Et li bons hom fet bien a son ami et li done argent et iretage, et s�il li besoigne met soi meismes por lui a la mort, et obeist a la raison por conquerre bien a soi. 9. Li compliemens de la felicit� des homes est en amis conquerre, car il n�est nus hom ki volsist avoir tot le bien dou monde por vivre solitairement, c�est a dire tout seul; donques covient il a home felix avoir gens a qui il face bien et a qui il departe sa felicit�. Et porce que naturelement li hom converse avec les autres, lor covient acomplir lor defautes par ses voisins et par ses amis, car il ne porroient chevir par aus. Delitable chose est de mener sa vie avec ses amis et partir ses biens avec aus. 10. Bien fere est noble chose et delitable en toutes manieres. Home bien esleu et vertueus et ki facent bien sont poi, mais de proufit et de delit en sont il a grant nombre. Et poi des amis ki sont por aquoison de delit sont ass�s a la vie de [p.  217] l�ome, car il doivent estre autresi com li condiemens as viandes. 11. Mais amis vertueus am�s par li meismes est uns, car il n�est pas possible que uns amans set plus c�une amie, por ce que amors est une sorhabondance ke ne covient se a .i. non; mais conseil et honest�s et covenablece covient a chascun por dete de vertu. 12. Li hom besoigne d�amis au tens de sa prosperit�, c�est a dire quant il a tous biens, et au tens de l�aversit�, c�est a dire quant fortune li vient contrere. Mais au tans de sa prosperit� li couvient il avoir amis ki aient aucune part de son bien et ki le sacent, et au tens de sa adversit� li covient il avoir amis par qui il soit aidi�s et maintenus. 13. Et la vie des amis ensamble est mout jocunde et plaine de toute leece, et por ce usent il et conversent ensamble au jeus et au vener et en toutes oevres samblables, por user le bien ki est comun entr�aus, et por quoi li uns deviegne mieudres por la compaignie de l�autre, por la resamblance que chascuns a a son compaignon del bien k�il voit en lui et des nobles oevres ki plaisent a chascun l�un de l�autre.

[Livre II, XXXXVI]

ENCORE DE DELIT

ELIS est n�s et norris avec nous de le comencement de nostre naissance, pour ce doit on apenre ses enfans k�il se delitent et se couroucent selonc ce que covenable est. Et ce est le fondement de la vertu moral, que puis l�acroissement dou tens acroist la bont� de sa vie, pour ce que chascuns prent �ou que a lui delite et eschive ce qui le contriste. Mais maint home sont serf de covoitise, por quoi il covient que lor ententions soient contraires a aus meismes, por ce li uns amis est loables a l�autre, et delitables. 2. Cil ki blasment les covoitises puis les ensivent font croire de lui k�il les aiment et k�il ne les blasment, a certes. Et paroles bonnes et creables proufitent a la conscience de celui ki les dit et meillourent les meurs de sa vie; mais plus doit li hom croire a l�oevre que au parler. Et li hom discr�s enforme et atorne sa vie par teus oevres ki soient acordans a ses dis et a ses f�s. 3. La chose qui est desiree par soi meismes est tr�s bone; a la vie [p.  218] delitable avec entendement est bone par lui; et delis est desir�s par soi, donques est il bons. Tristece et moleste sont choses mauvaises, et sont contraires au delit; donques est delit des bones choses. Et l�en fuit tristece et moleste torce qu�eles sont mauvaises. 4. Delis est desir�s porce que il est bons et loables; et se il est joint a bone chose il la fait meillour; et chascune chose qui fait autre meillor est tr�s bone. Mais Platons dist que nul delis est bons, et par aventure il ne dist mie verit�, porce que en totes choses est aucune bont� naturelement. Et il puet bien estre que li uns maus est contraires de l�autre, et andeus font a eschivre; mais li bien sont tous samblables, et le doit on penre et eslire. Et li habis de vertus re�oit plus et moins, car li hom puet estre justes et chastes plus et mains, autresi avient il de la sant� du cors et dou delit k�il re�oivent plus et mains. 5. Delis n�est mie movemens, car chascune chose ki se puet movoir par lui a sa propre tardet� et sa propre isnelet�, mais es choses relatives n�a nul movement par soi. Et chascune chose puet estre corrumpue par ce dont ele naist; car celui la qui naissance se delite, sa corruption contriste. 6. Delis est en .ii. manieres, li uns est sensibles, et est de par l�ame sensible, li autres est d�entendement, et est de par l�ame entellectuele. 7. Delis est la u li sens est, et sens n�est pas sans l�ame sensible, donques est cis delis de l�ame sensible; autresi est delis la u l�entendement est, mais entendemens est de l�ame rationable; donques est celui delis de l�ame de raison. Maintefois vient tristece avant que delis sensibles; car devant le mangier a est� faim, ki est triste, mais es deliz ki sont par veoir, par o�r, et par odorer, ne vient tristece devant. Autresi avient dou delit de science, et de tous ensegnemens entellectuel. Mais choses ki sont delitables a ceus ki ont perverse nature ne sont pas delitables selonc verit�, ausi comme la chose ki samble douce a malade, ou d�autre savour, m�s a la verit� n�est ele pas ensi. 8. Chascuns oevre a son propre delit et son propre deliteour, car justice delite juste, et sapience le sage, et amisti�s l�ami. Chascuns s�efforce de faire oevres beles ki li esloignent aucune moleste, mais cil plus ki ont le delit joint avec aus, si comme est la pensee des vertus et lor oevres. 9. Delis est forme complie en tel maniere que a son compliement n�a pas mestier ne tens ne movemens, car movemens ne puet pas estre complis en sa forme en aucun tens; ja soit ce que aucun movement sont en tens, toutevoies son compliemens est dehors le tens, s�il ne fust circuleres. Et tot home re�oivent delis en oevres et en tens et en movemens. 10. Le delit sensible est selonc la forme dou sens et de la bont� sensible; por �ou est li delis millours quant li sens sont plus fort, et la chose mieus apareillie a estre sentie, ou l�un et l�autre ensamble. [p.  219] Car la bont�s de l�uevre est en .iii. choses, ou en la force de celui ki le fet, et en l�acointance de la chose k�il sent, et en la comparison de l�un et de l�autre. 11. Le millour delit ki soit est celui ki est plus parfais et plus complis. Delis est li compliemens des oevres, et il est complis par le sens, et delis est trov�s en chascun sens. Et la parmanance dou delit est k�il puisse complir ses oevres selonc ce que beaut� est jointe en jovence, tant comme la volent� dou fere dure entr�aus, ki est fermee dedens lor cuers. 12. Et tel delit dure tant comme la beaut� de la chose dure ki doit fere le delit. Et quant ces choses falent, si faut le delit; et por ce ne puet on avoir delit tous tens continuelement, et amenuisent en viellece. Li home ki desirent vivre desirent delit, por ce que delis complist la vie de l�home. 13. Li delis entellectuel est divers du sensible; et chascuns delis acroist et milloure sa oevre; et por ce sont multepliet les ars et les sciences que li home s�i delitent. Mais aucun delit enpechent les autres oevres; car cil ki se delite au son d�une citole oublie sovent �ou k�il a entre ses mains, c�est poi et ass�s, selonc ce que li delis est grans. Delis ki est de nobles oevres fet mout a loer; delit de villes choses doit on mout deguerpir. 14. Et sont teus delis ki sont divers en generalit�, si comme est li sensibles et li intelligibles, et autres delis sont divers en especialit�, si comme est de veoir et d�o�r. Et toutes manieres d�animaus ont lor propre delit en qui il se delitent naturelement. 15. La plus noble oevre ki soit est cele d�intellec, et por ce a en lui le plus noble delit. Sor ce disent li ancien que la aprension de l�intellec est plus delitable que ors. 16. Li delit des homes sont divers de grandisme diversit�, m�s drois delis est celui ki plest au bon home de saine nature et de saine vertu; et por ce fu dit que vertus est atempremens de toutes choses. Donques males choses et laides ne sont mie delitables se a ceaus non ki ont la nature corrumpue, car es homes a maintes corruptions et maintes desigaillances et maint trespassement de nature. 17. Delis ki delite au preudome compli apertient as homes, et sa certainit� est conneue quant les oevres ki sont propres a lui sont congneues, c�est a dire l�oevre ki est compliemens de totes humaines oevres.

[Livre II, XXXXVII, p. 220]

DE FELICIT�

PRES �ou que nous avons dit et traiti� de vertu et de delit, covient il a dire de felicit� et de beatitude, ki est compliemens de tous les biens c�on fait. Et ceste felicit� n�est pas en abit, an�ois est en cele chose ki est desiree par lui meismes, por ce que felicit� est chose complie et soufissant ki n�a besoigne de nule autre chose hors de soi. 2. Li hom ki n�a dedens soi la soufissance des choses, pour �ou k�il n�a pas asavouree la dou�our dou propre delit de nature, ki es l�oevre intellectuel et ki apertient a la plus noble partie de l�omme, se torne et court au delit dou cors; dont experience est plus prochaine as choses ki a ce samblent delitables estre, et ne le sont pas ala verit�, autresi comme les choses li sont esleues par enfans, ne ne sont mie a eslire selonc voir, mais celes ki sont esleues por home noble et sage; et vil chose covient a vil home. 3. Felicit� n�est pas en gieu ne en choses ki sont de par gieu, m�s en celes en qui est grant estude et sollicitude et travail; car repos n�est mie beatitude, por �ou que repos est quis por mieus soufrir paine et travail, non pas pour soi. M�s la vie dou felix est avec vertu et est es choses bien ordenees; et pour ce fu dit que entendemens est millours dou ris, car li plus nobles membres fait plus nobles oevres, li millour home font millors choses. 4. Et puis ke felicit� est oevre de vertu, est il bien digne chose qu�ele soit de la millour et de la plus complie et ki naturaument est en nous devant les autres, et ce est vertus divine. Et felicit� est la fermet� et la constance des oevres propres de vertu. Et nos ancestres ont dit que l�ovrage de ceste puissance est continuele, pour ce ke l�intellec oevre continuelement. La plus perfecte oevre, et la plus delitable ki soit, est felicit�; m�s li tr�s millour delit sont trov� en philosophie, por la sollicitude de eternit� et pour la soutillance de verit�, ki sont trovees en ses oevres. 5. Et li delit des sciences est plus savourous et plus delitable au sachant que a ciaus ki le vont querant; dont il prueve que la verit� de la devant dite vertu est tr�s grans felicit�s. 6. Et li sage besoignent des choses necessaires a lor vie, autresi comme chascuns autres. Neis les vertus meismes ont mestier des choses dehors, car justice et chastet� et force et toutes vertus ki font et ki oevrent ont besoigne des choses dehors, pour ce que la matire des oevres est dehors; mais l�uevre de sapience est dedens. Et nanporquant li sages hom oevre plus parfetement quant il a aucuns ki li aident. Donques felicit� n�est pas autre chose se l�oevre de ceste poissance non, c�est de sapience. 7. Et d�autre part la [p.  221] felicit� de qui nous traitons ore est por achoison de salut ou de pais; et ce apert bien manifestement et es vertus moraus et en tous citeins que nous combatons por aquerre pais et repos, et a nos et a nos citeins, autresi en toutes les autres vertus citeines, car totes fois beons nous a autre chose dehors, neis l�uevre speculative et de haute pensee est tousjors en pais et en tranquillit�. Et covient que tous homes aient complie espasse de vivre, car avec felicit� ne doit estre chose ki ne soit complie. Et quant hons vient a ses degr�s de felicit�, il ne vit par divine vie, mais por la humanit� ki est en l�ome ne sont parfet. 8. Et li hom ki a en soi la vie ki est ensi beates ne doit ja penser des humaines choses ne continuer les morteus choses, an�ois s�en doit deviser tant com il puet plus, et mener vie noble. Car ja soit ce que li hom set petit le cors, il est tr�s grans de pooir et d�onour, car chascuns a tr�s noble vie et tr�s digne par intellec. Donques la plus delitable chose ki en l�omme soit naturelement si est le oevre de intellec. 9. Les vertus moraus et les citaines sont en grignor paine et en travail ke les vertus intellectives, por �ou que a home large et liberal covient avoir richece par quoi il puisse fere l�oevre de largece. Et li justes hom est en grant paine de rendre droit a ceaus ki le demandent, car justice n�est pas en volent� solement, mais en oevre de baillier a chascun son droit. Autresi li hons fors sostient grant ahan pour contrester as choses paourouses, et li chastes est en poine de soi deffendre des charneus desiriers. 10. Mais la vertus speculative ki est de l�entendement n�a mestier des choses dehors a acomplir ses oevres, an�ois en sont sovent encombr� li bien parfet home. Et li hom ki avenir ne puet a ceste vie ki est si bele et si grant, si se doit vivre a la commune vie des homes. 11. La complie et la parfete oevre de l�intellec speculative si est la fin de la vie de l�ome. Et felicit� est example de veraie beatitude; et c�est manifeste pour �ou que nos somes samblable a Dieu et a ses angeles en ceste oevre d�intellec, por �ou que Diex et si angele ont la plus noble oevre ki estre pusse, c�est la vie d�intellec, ki tousjors entent continuelement sans nul travail. Et ceste vie beate a plus compliement cil ki est plus samblables a Dieu, ki est veraiement beates. 12. Li hom felix besoigne a avoir plent� des choses dehors, pour ce que nature ne done pas souffisance de teus choses, si comme est sant�, service, et teus autres choses qui tozjors sont besoignables. Mais tempree quantit�s de ces choses sont bien soufissans a home pour estre felix et a fere oevre de felicit�, ja ne soit il sires de la terre et de la mer. Et poroit bien estre ke teus sont sousmis a autri, ki mieus sont atorn� a felicit� ke ciaus ki le segnorient. Et por �ou dist bien Anassagoras que felicit�s n�est pas en richeces ne en signories. 13. Digne chose est que la parole de l�ome sage soit creue quant [p.  222] ses oevres tesmoignent ses dis; car cil est verais et dist voir, et ses paroles font a croire, quant ses oevres s�acordent a ses paroles. Li hom ki fet ses oevres mout ordeneement, selonc la balance d�intellec, et ayme Deu. Nous devons bien croire ke se Dieus a nule cure d�ome terrien, que il l�a plus grant de celui ki plus s�efforce d�estre samblables a lui, et li done millour benefices, et se delite de lui ensi comme li uns amis aime l�autre.

[Livre II, XXXXVIII]

ENCORE DE CE MEISME

I vieut estre felix, il ne li soufist mie savoir ce que en cestui livre est escrit, mais il li covient user toutes les choses qui devisees sont �a en arieres, por ce que ces choses, ki doivent estre complies par oevres, ne est pas soufissant ke l�en les sache ou que on les die, an�ois li covient ouvrer; et en ceste maniere est complie la bont� des homes, c�est por savoir et pour ouvrer. 2. La science des vertus conduist l�omme. Et fet oevres vertueuses celi, di je, ki est bien n�s et ki ayme bien selonc verit�; mais celui ki n�est pas a ce atorn�s ne s�esmuet a garder soi des vices pour amour de la vertu, m�s pour la paour del torment et de la paine: car ki bien ne pense ne l�oevre mie. Et n�est mie legiere chose trestorner par paroles ciaus ki endurcis sont en lor malice. 3. Home sont ki sont bon par nature, et home ki sont bon par doctrine. Et cil ki bon sont par nature ne sont par vertu, mais par grasce que Dieus lor a donee; et il sont vraiement boneureus. Eticil ki sont bon par doctrine sont teus ke premierement avoient l�ame ordenee a ha�r le mal et a amer le bien. Et ki t�s est, il puet avenir a oevre de vertu par amonestement de doctrine, si comme la bone terre fet mutepliier la semence ki en li est getee. Et por ce covient ke li home soient acoustum�s et amonest� de lor enfance a amer les vertus et ha�r les visces. Et li norrissemens des enfans doit estre nobles, en tel maniere k�il soit apris a fere et user bones oevres par chastet� non mie par continance, car continance n�est mie covenable chose as gens. 4. Et on ne doit oster cest usage ne ces chastiemens maintenant k�il ont enfance passee, mais maintenir le jusques a tant que li drois aages soit complis. Il sont homes ki puent estre governees par chastiement de paroles, et autresi i a ki ne puent estre chastii�s par paroles m�s par manaces de torment. Et autres homes sont c�on ne puet chastiier, ne par l�un ne par [p.  223] l�autre; et teus homes doivent estre chaci�s, si k�il ne demeurent avec les autres gens.

[Livre II, XXXXVIIII]

DES GOVERNEMENS DE LA CIT�

I nobles governemens de la cit� fet les citeins nobles et les fet bien ovrer et garder la loi et contrarier as autres ki ne le gardent. Ja soit ce k�il facent bien, maintes cit�s sont ou li governeour de la vie des homes sont destruit et vivent dessoluement, car chascuns va apr�s sa volent�. 2. Li plus covenable governemens ki soit en la vie de l�ome, et a mains de paine et de travail, est celui ke l�om consire de maintenir soi et sa mesnie et ses amis. Et cil puet covenablement maintenir gens ki a la science de cest livre, por �ou k�il sauura joindre les ensegnemens univers�s avec les particulers, car citainnance commune est diverse de la particulere, aussi come en tous mestiers; car en cescune chose convient il conoistre les particuleres et les universaus choses, pour �ou que seule esperiance n�est mie soufissans en ce. 3. Et savoir les universaus choses n�est pas seure chose sans la experiance; si come nous veons mains mires ki par seule experience sevent maint bien fere a lor mestier mais ensegnier ne le poroient as autres, pour �ou k�il n�ont science d�universeles. Donques sera celui parf�s mestres de la loi ki set les particuleres choses par experiance et ki set les choses universeles. 4. Home furent qui quidierent ke rectorike et la science de metre loi fussent une chose, et penserent que ceste science fust legiere; m�s la verit� n�est pas ensi, pour ce que li mestres de la loi doit estre samblables a ses cyteins, et doit savoir cesti art ki les sauura proufitables iert, et autrement nenil. Et s�il commenchast a fere loi sans ceste science, il ne poroit droitement connoistre ne jugier la bont� de sa nature, ne complir la defaute de sa science. Mais pour �ou que nous quidons consirer toutes humaines choses par guise de philosophie, si meterons tout avant les dis des anciens sages. Et en ce penserons nous ke les males manieres de vivre corrompent les bons us des cit�s, et li couvenable les redrecent; et mousterra en ces livre ki est l�achoisons de male vie dedens la cit�, et de la bone, et por quoi la loi est samblable as coustumes.

[Livre II, L, p. 224]

CI FENIST LE LIVRE ARISTOTLE ET COMMENCE LES ENSEGNEMENS DES VISCES ET DES VERTUS

PR�S �ou ke li mestres ot mis en rouman� le livre Aristotle, ki est autresi comme fondemens de cest livre, volt li parsivre sa matire sor les ensegnemens de moralit�s, por mieus descovrir les dis d�Aristotle selonc ce que l�on trueve par mains autres sages. Car de tant comme l�on amasse et ajouste plus de bones choses ensamble, de tant croist celui bien et est de plus haute vaillance. Et c�est prov� que tous ars et toutes oevres vont a aucun bien, mais por la diversit� des choses covient il que li bien soient divers; selonc ce que chascune chose requiert, son bien ki est aproprii�s a sa fin. 2. Et entre tant diversit�s de biens, celui est tr�s millor de tous ki aquiert plus de bont� et de grignor vaillance; car si comme li hom ot la signorie des autres creatures, tot autresi humaine compaignie ne puet estre sans signor, m�s plus noble signor ne poroit estre ke home, et ensi est de tous homes ke ou il est sour autri ou il est desous. 3. Et si comme les autres criatures sont por l�ome, tout autresi est li hom por l�ome; car li sires est por garder ses subt�s, et il sont por obeir a lor signours, et li uns et li autre beent au proufit de la comune compaignie des gens, sans tort et sans honte. Et ja soit ce que li uns soient clers, dont li uns nos moustre la religion et la foi Jhesucrist et la glore des bons et l�infier des mauvais, li autre sont juges u mires ou d�autre mestier de clergie; et li autre soient lais, dont li un font les maisons, li autre coutivent terre gaiaignable, li autre sont fevre u cordewarliers ou d�autre mestier; que k�il soient, je di k�il sont tout entendant a celui bien ki apertient a la paisible communit� des homes et des cit�s. Pour quoi il apert que li biens ou entent li governeours des autres est plus nobles et plus honorables de tous autres, car il les adrece tous, et tout sont por adrecier lui.

[Livre II, LI]

DES .III. MANIERES DE BIEN

�AUTRE part il i a .iii. manieres de bien, un de l�ame, un autre du cors, et une autre de fortune. Mais si comrne l�ame est la plus noble partie de l�omme, ki li done vie et cognoissance et memore, [p.  225] selonc ce que li mestres dist ou premier livre ou chapistre de l�ame, autresi sont si bien sor tous autres, car chascuns officieus ensiut la nature son mestre. 2. Et Aristotles dit que il sont en l�ame .ii. puissances, une ki est sans raison, et c�est comun a tous animaus, et une autre par raison, ki est en l�entendement de l�ome, en quoi est la poissance de volent�, ki puet estre apelee raisnable tant comme ele est obeissant a raison. D�autre part tout bien, u il est honestes ou il est proufitables ou il est entremell�s de l�un et de l�autre. 3. Mais coment qu�il soit, ou le bien est desir�s par lui meismes, ou il est desir�s par autre chose ki ensiut par lui; car chascuns desire les vertus por avoir beatitude, ce est la boneeurt�s et la glore des vertus et des vertueuses oevres, et est la fin et le compliement por quoi on fet les oevres de vertus; mais cele beatitude n�est pas desiree par autre fin que par lui meismes. 4. Mais cele n�iert ja complie par volent� seulement, ains covient k�il ait compliement de oevre avec la bone volent�; car si come cil ki fet oevres de chastit� contre son talent ne doit pas estre cont�s por chaste, tot autresi ne parvient on a beatitude par oevre des vertus k�il fait outre son gr�. Autresi est cil ki ensit sa volent� sans frain de raison; il vit a loi de beste et sans vertu.

[Livre II, LII]

CI PRUEVE QUE VERTUS EST LE MEILLOUR BIEN DE TOUS

AR ces et par maintes autres raisons apert il tout clerement que en trestoutes manieres de bien celui ki est honeste est tr�s millour, si comme celi ki governe humaine compaignie et maintient ne honorable; car vertus et honest�s sont une meisme chose, ki nous atret par sa force et nous alie par sa dignit�. Tuilles dit que vertus est si gracieuse chose que neis li mauv�s ne se puent soufrir de loer les millours choses. Pour �ou doit on eslire et prendre les vertus, car li compliemens de la raison de l�ome est a prisier chascune chose tant comme ele fet a prisier. 2. Car en moralit�s a .iii. parties, une ki devise les dignit�s, et la vaillance meismement dou proufitable, l�autre ki restraint les covoitises, et la tierce ki governe les oevres. Senekes dist, nule chose n�est plus besoignable que conter chascune chose selonc sa vaillance. Tuilles dist, celui est honestes ki n�a nule laide tache, car honest�s n�est autre chose que honours estable et parmanans. 3. [p.  226] Senekes dist, vertus est dou tout acordans a raison. Et Sains Bernars dist, vertus est us de la volent�, selonc le jugement de raison. Senekes dist, la riule des humaines vertus est la droite raison. Tulles dist, li commencemens des vertus sont enracin�s dedens nous, en tel maniere que, s�eles peussent croistre, certes nature nos amenroit a beatitude; mais nous estaignons les brandons que nature nos a don�s. 4. Sains Bernars dist, totes vertus sont en home par nature, et por ce ke vertus est par nature, s�ajoste ele avec l�ame. Senekes dist, vertus est selonc nature, mais visce sont si anemi. Aristotles dist, vertus est abis de volent� govern�s par moienet�s; selonc nos vertus est la moienet�s entre .ii. malices dou sorplus et de la defaute. Boeces dit, vertus tient le mi. 5. Augustins dist, vertus est la bone maniere dou corage par qui nus ne fet mal, et que Dieus fet en nos sans nous; c�est a dire k�il le met en nous sans nostre aide, mais l�oevre i est par nous; autresi comme, se tu ovroies une fenestre, certes li solaus alume la maison sans toi, car sa clart� est sans t�aide, m�s l�uevre i est par l�aide de toi. 6. Seneques dit, sachi�s que cil n�est pas vertueus ki le resamble, mais celui ki est bons en son cuer; car li sages establist toutes choses dedens soi. Il fu ja uns jors que uns preudons s�enfuioit tous seus nus de sa cit�, ki fu prise et arse, ou il avoit perdu sa feme et ses enfans et quanqu�il avoit; quant .i. autres li demanda s�il avoit rien perdu, nenil, f�st il, car mi bien sont avec moi. Li Apostles dist, tr�s bone grasce est a establir coer aus bones choses; bones choses sont apelees celes ki sont communes a nous et a bestes, si comme est ore biaut�, sant�, et les autres bont�s de cors; meillours sont les bont�s de l�ame, si comme est ore clergie, science, et teus autres choses ki nous millourent l�ame par necessit�; mais li tr�s millour sont vertu et grasce; et chascuns doit eslire celes ki plus ont de bontes. 7. Seneques dit, .i. seul jour de sage est plus seu que lonc age de fol. Seneques dit, es sages homes est honestet�s, mais a la commune gent est la samblance d�onestet�; car si comme li fus porris samble k�il resplendisse en leu oscur, tot autresi est la bone oevre ki est contre talent. Pour ce dist Sains Matheus, se ta lumiere est tenebres, les tenebres de toi ke seront ? Sains Bernars dist, mieus vaut torbles ors que reluisans cuevres. Et a la verit� dire, l�ame de celui ki fait teus oevres est comme cors sans vie et comme l�ome riche ki n�a noient. 8. Boesces dist, nus visces n�est sans paine et nule vertus sans loier. Seneques dist, li loiers des choses honestes est en aus meismes, c�est a dire la leece du cuer. Senekes dist, li vrai fruit des choses bien fetes est en aus, car dehors n�a nul loier soufissable as vertus. Sains Bernars dist, nous ne perdons le delit, mais il sont remu� dou cuer a l�ame et dou sens a la conscience. 9. Augustins dist, leece de vertu est autresi comme fontaine de leece ki naist dedens la maison. [p.  227] Seneques dist, tu quides que je te toille maint delit quant je te blasme les choses de fortune; mais ce n�est pas ensi, an�ois te done parmanable leece quant je wel qu�ele n�isse de ta maison, c�est de ton corage, por ensonnier as biens de forains. Seneques dist, tu quides ke cil soit li�s ki se rit, mais li corages doit estre jo�ans. Salemons dist, il n�est nus delis grignours que cil dou cuer. Salemons dist, despis ces choses ki resplendissent dehors, et esleece toi de toi. Macrobes dist, vertus solement font home boneureus. Seneques dist, droite raisons acomplist la boneeurt� de l�omme. 10. Vertus est apelee por �ou qu�ele deffent son signor a force; por �ou envoia Ihesucris ses disciples a soufrir les grans perils apr�s sa passion, avant que lor vertus fussent amenuisies. Saint Luc dist, asse�s vous en la cit� tant que vos iestes vestu de vertu. Senekes dist, nus murs est deffensables dou tout contre fortune; por �ou se doit on armer dedens, car s�il est asseur dedens, touchies puet il estre, mais vencus non. Tuilles dist, li corages des sages est barr�s de vertus autresi com de mur et de forterece. Augustins dist, si comme orgoils u une haine u uns autres visces abat .i. regne, tot autresi le met vertus en pais et en gloire; car vertus et bonseureus movemens en l�ame, car ele fet d�estable temple, et de desiers fait ele praaus et vergi�s. Sains Bernars dist, je croi que, se bestes parlaissent, eles desissent a Adan, v�s ci un des nos. 11. Por ce dist li mestres que la biaut� de vertu sormonte le soleil et la lune. Mais il i a fiere chose que Augustins dit, li mauv�s ont totes beles choses, mais il sont lait. Por ce fist bien Diogenes quant uns lais hons li moustra sa maison, aornee d�or et de pieres, en tous lieus: il li cracha en mi le vis, car il n�i veoit plus vil chose. Salemons dit, li hom sages a precieus esperit; et ailleurs dit il meismes, mieus vaut uns preudons que mil mauv�s; et dist encore apr�s mieus, vaut chien vif que lion mors.

[Livre II, LIII, p. 228]

CI DIST TULLES DES VERTUS

ES vertus dist Tulles ke ancienement ne fu conneue se force non, ke foibleces des homes ne savoit encore nient des autres. Mais toutefoies fu tenus preudome cil ki biense maintenoit contre dolour; mais li prueve et li assaiemens des choses ki avenoient de saison en saison les aprist puis des autres. 2. Et les ancienes istores le tiesmongnent. Premierement Abel, ki vint por mostrer la non nuisance. A mostrer netet� vint Enoch. A mostrer parmenablet� de foi et de oevre vint No�. A moustrer obeissance vint Abraham. A moustrer chastet� de mariage vint Ysaac. A mostrer soufrance de travail vint Jacob. A rendre bien por mal vint Joseph. A moustrer mansuetude vint Moyses. A moustrer fiance contre le mescheance vint Josu�. A moustrer patience contre torment vint Job. A moustrer humilit� et charit� vint Jhesucris. 3. Sains Matheus dit, aprend�s de moi ki sui humles. Sains Jehans devise la charit� Jhesucris et sa humilit�, quant il lava les pi�s des apostres. 4. Et por ce ke vertus sont si bons ensegneours et ke li fruit sont si proufitables comme tot sage le tiesmoignent, di je ke l�ame ki en est bien raemplie enterinement est en la joie de paradis terrestre; car el leu des .iiii. fleuves ki arousent paradis et li donent plent�, l�ame a .iiii. vertus ki l�arousent et li donent maint secours contre la covoitise de la char, el leu que la Bible dist que il est mout en haut por grignor forterce avoir. Encore est l�ame plus haute selonc ce que Senekes dist, li cuers des sages est ausi comme li mondes sor la lune, ou il a tousjours clart�. 5. Autresi puet tele ame estre resamblable au paradis celestiel, pour .iii. raisons. L�une est por �ou k�ele est maisons Deu, selonc ce que St. Jeromes dit, que nule chose n�est plus coie ne plus pure que li cuers ou Dieus habite; k�il ne se delite pas es grans mostiers aorn� d�or et de pieres, mais en ame aornee de vertus. L�autre por ce k�il est lieus de clart�: Job dist, sav�s vos la voie por quoi vient clart�s, c�est par les vertus L�autre por �ou k�il est lieus de leece, selonc ce que Salemons dist, et li contes meismes en a dit ass�s ci devant, et dira encore ci apr�s.

[Livre II, LIIII, p. 229]

CHI SEMONT HOMME A OEVRE DE VERTU

ous ensegnemens ki connortent home a oevre de vertu si vienent par icele meisme voie a garder soi des visces, mais meismement joenes hom a paines puet estre sages. Mais vertueus n�en ert il ja, selonc ce k�Aristotles dist, pour �ou k�il ne le puet pas estre sans lonc assaiement de maintes choses, et lonc assaiement requiert lonc aage. Pour �ou trovons nos el premier livre de la Bible, ke sens et pensee d�omme est preste as visces de s�enfance 2. Salemons dist, mar i est a la tere ki a joene roi: il ne puet chaloir, soit joenes d�aage et vieus de sens et de vertus; povres est de sens et de vertu ki fet apr�s la volent� du joene; et est samblables au roi Roboam, ki se tint plus au conseil des joenes que as bons viellars. 3. Certes volent� ne doit pas estre dame sor la raison, car ele est sa ancele. Salemon dit, serf ne doit pas iestre signor ne avoir signorie sor le prince; por ce dit il meismes, li mauv�s est pris par ses iniquites et chascuns est lii�s as cordes de ses pechi�s. Augustins dist, je ploroie lii�s non par des autrui chaines mais de mon gr�, car la ou ma volent� est dame, li us croist et delite, ki puis torne a necessit�. Car quant li hom use sa vie as visces, il li samble trop grief li joug des vertus et est samblables a celui ki ist dou lieu tenebreus ke il ne puet soufrir la veue dou soleil, ki est si luisans. 4. Gregoires dit, li mauv�s sont torment� dedens lor cuers por les males covoitises. Augustins dit, corages mal orden�s est poine de soi. Senekes dist, ja soit ce que ton meffet ne soi lors seu des autres, neporquant li travail de ton cuer ne se dessoivre de ce k�il set sont mal. Poetes dit, c�est la miere vengance que chascuns dampne soi de son vice 5. La conscience del malfaisant est tousjors en poine, pour �ou ke les oevres de vertu sont moienes choses, et nature meisme se conorte en moinet� et se conturbe dou sorplus et de la defaute, si come la veue ki se connorte de la verde coulour, ki est moiene entre blanche et noire 6. Et si comme la preudefeme fu esleechie quant ele engendre .i. biau filz et se dolousist se ce fust uns chas ou autre chose contre nature; tout autresi s�esjo�st l�ame des oevres de vertu, si comme de son fruit et s�esmaie des vices ki sont contre li. Use adonc tousjors de bien fere. Car Tuilles dit, l�en doit eslire la tr�s millor voie de vivre, car li us le feront plus legiere. 7. Et por ce que la foiblece des homes est si decheables as visces, dit Senekes, ha, comme li hom est vil chose et despisable, s�il ne s�eslieve sor les humaines choses. Et quant il si est eslev�s donc est il nobles, lors est il gentil et de tr�s haute nature; car la u la volent�s est obeissans a raison, lors di je que la plus noble partie de celui est dame et roine dou roiaume dou cuer. Et cis hom [p.  230] est apel�s nobles por les nobles oevres de vertu, et de ce nasqui premierement la noblece de gentiz gens, non pas de lor ancestres; car a estre de chetif cuer et de haute lignie est autresi comme pot de tiere ki est covert de fin or par dehors. 8. De ce dit Salemons, boneeuree est la terre ki a noble signour; car la raisons ki li donne noblece abat toutes mauvesti�s. Seneques dist, ki est nobles ? celui ki est par nature establis a vertus. Jeromes dist, sovraine noblece est la clart�s des vertus.

[Livre II, LV]

CI DEVISE DE VERTU EN .II. PARTIES

ERTUS sont en .ii. manieres, une contemplative et une autre morale. Et si comme Aristotles dist, toutes choses desirent aucun bien, ki est lor fin. Je di que vertus contemplative establist l�ame a la soveraine fin, c�est au bien des biens; mais la morale vertus establist le corage a la vertu contemplative. Et por ce volt li mestres deviser tot avant de la vertu moral que de la vertu contemplative, por ce k�ele est autresi comme matire par qui on parvient a la contemplative. 2. Raison comment: v�s chi .i. maistre ki veut avoir .i. estrument por percier, et certes il prent matere dure, c�est fier, et puis li fait pointe pour percier; car autrement, se la matire ne fust dure et il n�eust pointe, il ne poroit venir a sa fin, c�est a percier. Et tout home ki welent aucune chose faire eslist tout avant cele matire ke covenable est a la fin de so entention. Tout autresi doit chascuns eslire la vie active, ki est aquise par les vertus moraus por governer soi entre les temporaus choses; car puis est il orden�s et apareilli�s a Dieu amer, et a ensivre sa divinit�.

[Livre II, LVI]

DE LA VERTU MORAL EN .IIII. PARTIES

OUT sage sont en acorde ke vertus contemplative a .iii. parties, ce sont foi, esperance, et charit�s; et ke vertus moraus est devisee en .iiii. membres, ce sont prudence, atemprance, force, justice. Mais ki bien consire la verit�, il trovera que prudence est le [p.  231] fondement des unes et des autres; car sans sens et sans sapience ne poroit nus bien vivre, ne a Dieu ne au monde. 2. Por ce dist Aristotles que prudence est la vertu de l�entendement et de la cognoissance de nous, et est la force et li governemens de raison; n�s les autres moraus sont por adrecier les covoitises et les oevres dehors, et ce ne puet on fere sans le conseil de prudence. 3. Mais il est ensinc ke totes ces .iiii. vertus sont si conjointes ensamble que nus hom del monde ne puet avoir l�une compliement sans les autres, ne les autres sans chascune; car comment puet estre hom sages s�il n�est atempr�s et fors et justes; et coment puet il estre justes s�il n�est sages, fors, et atempr�s. Ausi ne puet nus estre fors ne atempr�s sans les autres. 4. Or est ce donc une mache quarree por garder l�ome tout environ; car deriere nous sont posees les douteuses choses que nous ne poons pas veoir certainement. De cele part nous garde prudence, ke tot establist par son sens; et a destre sont les joies et les leeces et toutes bones oevres, contre qui est assise atemprance ki ne nous laisse pas desmesurer par orguel ne par leece. A senestre sont posees les adversit�s et les dolours, contre qui nous deffent force, ki nos connorte et asseure contre tous periz; mais toutes choses c�on volt et set sans nule doute sont autresi comme devant nos oils. Por ce est justice posee par devant nous, car sa vertus n�est pas se es choses certaines non.

[Livre II, LVII]

DE LA PREMIERE VERTU, C�EST PRUDENCE

AR ces paroles poons nous entendre ke ceste vertus, c�est prudence, n�est pas autre chose que sens et sapience. De qui Tulles dist que prudence est cognoissance de mal et de bien, et de l�un et de l�autre. Et pour �ou dist il meismes k�ele vait par devant les autres vertus et porte la lumiere et moustre as autres la voie; car ele done le conseil, mais les autres .iii. font l�oevre. Et le conseil doit tousjours aler devant le fet, si comme dist Salustes, ains que tu commences, te conseilles, et quant tu te seras conseilli�s fai tost le oevre. Car Lucans dist, oste toutes demeures, car tousjors fet mal li atendres a ciaus ki sont apareilli�s. Salemons dist, tes oils aillent devant tes pi�s, ce est a dire que li consaus aille devant tes oevres. Tuilles dist, poi valent les armeures dehors se li consaus n�est dedens. 2. Et li contes a dit �a ariere que prudence est cognoissance de bones choses et de mauvaises, et des unes et des autres, car par ceste vertu set on deviser le bien dou mal, et l�un mal de l�autre. De qui dit [p.  232] Alanus que la cognoissance dou mal nous a mestier por nous garder, car nus ne puet le bien connoistre se par cognoissance de mal non, et chascuns eschive le mal por cognoissance de bien. 3. Por ce di je que sens est si digne chose, k�il n�est nus hom ki ne desire a estre sages; car il nous est avis que bele chose soit sormonter les autres de sens; et nous samble male chose et laide de cheoir et de foliier et d�estre non sachans et d�estre decheus. 4. Salemons dist, por toutes tes possessions achate sapience, ki est plus precieuse ke nul trezors. Salemons dist, plus vaut sapience que toutes richeces; et nule chose amee ne puet estre comparee a lui.

[Livre II, LVIII]

ENCORE DE PRUDENCE

I vieut prudence sivre, il aura par raison, et vivera droiturierement s�il pense toutes choses devant et s�il met en ordene la dignit� des choses selonc lor nature, non pas selonc ce que maint home pensent; car choses sont ki samblent a estre bones et non sont, et autres sont bones ki ne le samblent mie. 2. Toutes choses que tu as transitores, ne les quides pas grandes. Choses que tu aies a toi, ne les garde pas comme s�eles fuissent a autrui, mais par toi comme toues. Se tu vieus avoir prudence, soies uns en toz lieus; non muer toi por les variet�s des choses, mais atourne toi si comme la mains fait ki est une meisme tousjours quant ele est close et quant ele est overte. 3. La nature des sages homes est examiner et penser en son conseil avant k�il coure a chose fausse par legiere creance. Des choses ki sont douteuses ne dones jugement mais tien ta sentence pendant et ne la ferme, pour �ou que toutes choses voirsamblables ne sont pas voires, chascune chose ki samble non creable n�est pas fausse. La verit�s a maintes fois face de men�oigne, et men�oigne est couverte en samblance de verit�; car tout autresi comme li losengiers coevre son maltalent par bele chiere de son vis, puet la fauset� recevoir couleur et samblance de verit�, por mieus dechevoir. 4. Se tu vius estre sages, tu dois consirer les choses futures, et penser en ton corage tot �ou k�avenir puet. Nule soudaine chose t�aviegne ke tu n�aies devant porveue; car nus preudom ne dit, ce ne quidoie je mie; an�ois atent et non doute. Au commencement de toutes choses pense la fin; car hom ne doit teus choses comencier en quoi fet mal perseverer. 5. Li sages hom ne vieut engignier autrui ne ne puet estre engigni�s. Les toies opinions soient [p.  233] autresi comme sentences. Les vaines pensees ki sont samblables a songes ne le re�oivre pas; car se tu te delitoies, quant tu penseroies toutes choses tu seroies tristes; mais ta cogitations soit ferme et certaine en penser et en consillier et en querre. Ta parole ne soit friole, mais toutefoies soit ele ou pour ensegner ou por penser ou por commander. Loe plus atempreement, mais plus atempreement blasme, pour �ou que loer est ausi blasmable comme trop blasmer; car en trop loer puet avoir suspection de losenges, et en trop blasmer puet avoir suspection de malevoillance. Donne ton tesmoing a verit� non pas a amisti�; ta promesse soit par grant consideration et soit le don grignour ke la proumesse. 6. Se tu ies sages hom, tu dois ordener ton corage selonc .iii. tans en ceste maniere: tu ordeneras les presentes choses, et porverras celes ki sont a avenir, et soviegne toi de celes ki sont alees. Car cil ki ne pense des choses passees piert sa vie si comme non sages; et cil ki ne porvoit les futures si chiet en toutes non sages, si comme hom ki ne se garde. Propose en ton corage les choses ki a avenir sont, et les bones et les mauvaises, si ke tu puisses soufrir les males et atemprer les bonnes. 7. Ne soies tozjors en oevre, mais aucune fois laisse reposer ton corage; mais garde ke celui reposer soit plains de sapience et de penser honeste. Li sages hom n�enpire de reposer ; et se aucunefois ses cuers est un poi lasches, il ne sera ja deslii�s ne ne brisera le liien dou sens. Il haste les choses tardives, les entrapees delivre et adoucist les aspres; et por �ou k�il fet de quele partie c�on doit coumencier les choses et coment on les doit parfere. Et par les overtes choses dois tu entendre les oscures, et par les petites les grans, et par les prochaines les lontaines, et par une partie dois tu entendre tout. 8. Ne tesmoigne l�autorit� de celui ki dist, mais garde a ce k�il dit. Demande tel chose ki puist estre trovee, et desire en toi tel chose ke tu puisses desirer devant tot homes. Ne monter en si haut lieu dont il te couviegne descendre. Lors te besoigne consaus quant tu as vie de prosperit�, et ensi te remandra ta prosperit�, et en bon leu fermement. Ne te muet trop hastivement, mais garde le leu u tu dois aler et jusc�a ou.

[Livre II, LVIIII]

ENCORE DE CESTE VERTU

T pour �ou que en ceste vertu sont mis tous sens et tous ensegnemens, apert il qu�ele connoist tous tens; c�est le tens al� par memoire, de quoi Seneques dist, ki ne pense noient des choses [p.  234] alees a sa vie perdue; et du tens present par cognoissance; et du tens a venir por porveance. Et pour ce dient li sage, prudence a .iiii. menbres por governer sa vertu, chascune selonc son office, ce sont porveance, garde, cognoissance, et ensegnement. Et li mestres devisera l�office de tous, et premierement de pourveance.

[Livre II, LX]

DE PORVEANCE

ORVEANCE est uns presans sens ki enquiert la venue des futures choses, c�est a dire ke porveance est en .ii. manieres et qu�ele a .ii. offices. L�une est k�ele pense et remire les choses ki sont presens, et par icele consire et voit devant tous �ou k�il en puet avenir, et qu�ele puet estre la fins dou bien et du mal. Et puis k�ele a ce fait, si se garnist et se conseille par son savoir contre la mescheance ki avient; por ce doit on veoir devant le mescheance ki avient, por ce doit on veoir devant le mal ki avenir puet, car s�il vient il pora plus legierement trespasser et soufrir. 2. Grigoires dist, por ce ne puet on eschiver les perils ki n�en fu porveus devant. Juvenaus dist, tu as aquise grant deit� se prudence est avec toi; car celui est bonseur�s ki puet connoistre la fin des choses. Boesces dist, il ne soufist pas a l�home k�il voie u connoisse les choses ki sont devant ses oils, mais prudence mesure la fin des choses. Tuilles dit, il apertient a bon engien a establir devant �ou k�il puet avenir en l�une partie et en l�autre, et que ce soit a faire quant ce sera avenus; si ke l�en ne face chose, k�il coviegne dire aucunefois, je ne le quidoie. 3. Senekes dist, li consillieres doit amonester home k�il ne se fie de rien en son bon cuer, et k�il oste la fole creance k�il a de sa poissance, qu�ele doie durer tozjors, et k�il li ensegne que toutes les choses que fortune li a donees sont movables et k�eles s�enfuient grignour oire k�eles ne vienent; et que l�en avale par ces degr�s par quoi il monta en hautece; et k�il n�a point de difference entre la plus haute fortune et la plus basse. 4. De quoi dist Boesces, fortune ne fera ja que les choses soient toues ki sont estranges de toi par l�uevre de nature; mais li faus ami portent flaterie en lieu de conseil, et toute lor ententions est en decevoir souef. Tuilles dit, maint pechiet vienent quant li home enflent des opinions, puis en sont escharnis laidement. Seneques dit, por �ou sont plusour ki ne connoissent pas lor forces; et quant il quident estre si grant comme il o�nt dire, il comencent guerre et choses superbes que puis retornent a grant peril. 5. Li mestres dit, pour ce se doit porveoir et garder chascuns de fausses paroles et de flateries, ki souef dechoivent; ausi comme [p.  235] li dous sons dou fla�t ki engiegne les oisiaus tant k�il sont pris. Et maintefois li pesme venim est desous le miel; por ce sont pieur li mal ki sont covert de bien. Catons dist, ne croire de toi plus ke toi meismes. Salemons dist, a paines getera ja larmes li oils de ton anemi; et quant il verra son. Tans, ne se pora ja saouler de ton sanc Mais Juvenaus dist, il pleure quant il voit larmoier son ami, m�s de son mal ne se diut il noient.

[Livre II, LXI]

DE GARDE

ARDE est garder soi des visces contraires. Ses office est sivre le mi en toutes choses; c�est a dire que l�en doit si garder son avoir, que por fuir avarice il ne deviegne wasteres, et k�il se doit si departir dou fol hardement, qu�il ne chee en poour Car cil est vraiement hardis ki enprent ce k�il fait a enprendre, et ki fuit ce k�il fait a fuir; m�s li paourous ne fait ne l�un ne l�autre, et li fols hardis fet et l�un et l�autre. 2. Salemons dist, garde ton cuer en toute garde. Il dist, en toute garde que tu ne cloes a tes anemis d�une part les portes et d�autre part lor oevre l�entree; c�est a dire que por garder toi d�un vice tu n�en faces .i. autre plus grant; car il n�est mie bon a descovrir .i. autel pour covrir .i. autre. 3. Garde toi donc de toutes estremit�s, ne desirer pas desmesuree prudence, ne sach�s plus ke covenable ne soit; mais sachi�s tant comme il vous soufist. Autresi garde toi d�ignorance; car ki rien ne set ne bien ne mal, ses cuers est aveules et nonveans, il ne puet consillier ne soi ne les autres. Car s�uns avugles en voet guier un autre, certes il meismes chiet en la fosse tout avant, et li autres apr�s lui. 4. Ensi donc prudence ki est le mi entre .ii., ki contrepoise et adrece les pensees et atempre les oevres et mesure les parables. Car si comme des oevres ki ne sont establies par vertu ensiut periz, tout autresi fet il dou parler quant il n�est selonc ordre de raison. Et por ce tout avant ke tu dies ne �ou ne quoi, dois tu consirer principaument .vi. choses, ki tu ies, ke tu vius dire, et a qui et por quoi et coument en en quel tens. Raison coment.

[Livre II, LXII, p. 236]

DES CHOSES C�ON DOIT GARDER AN�OIS C�ON PAROLE ET PREMIEREMENT QUI TU ES QUI PARLER VIAUS

OUT avant que tu dies mot, consire en ton cuer ki tu ies ki vieus parler, et premierement garder se la chose apertient a toi ou a autrui. Et se c�est k�ele apertiegne a .i. autre, ne t�en melles ja; car selonc loi est encoupable ki s�entremet de ce ki n�apertient pas a lui. Salemon dit, cil ki s�entremet des autrui mellees est samblables a celui ki prent le chien par les oreilles. Jesu Siraac dit, de la chose ki ne te grieve ne te combates. 2. Apr�s garde se tu ies en ton bon sens paisiblement sans ire et sans troublement de corage, car autrement dois tu taire et constraindre ton courous. Tuilles dist k�il est grans vertus a constraindre les movemens dou cuer ki sont trobl�s, et faire tant que ses desiriers soient a raison. Seneques dist, quant ii hons est plains d�ire, il ne voit rien se de crime non. Catons dist, ire enpeche le corage si k�il ne puet trier la verit�. Por ce dist uns sages, la lois volt bien l�ome ki est sorpris d�ire, mais il ne voit pas la loi. Ovides dist, vain ton corage et ta ire, tu ki vains totes choses. Tuilles dist, ire soit long de nous, car o lui nule chose puet estre bien fete ne bien pensee; et ce que l�om fait par aucun troublement ne puet estre parmanable ne plaire a ciaus ki i sont. Pieres Alfons dist, c�est en l�umaine nature que quant li corages est commeus par aucun troublement il pert les oils de la cognoissance entre voir et faus. 3. Apr�s garde que tu ne soies courans par desirier dou parler en tel maniere que ta volent�s ne consente a raison; car Salemons dit, cil ki ne puet constraindre son esperit en parlant est samblables a la cit� overte ki n�est avironee de mur. Li mestres dit, ki ne se set taire ne set parler. Et a .i. home fu demand� por quoi il estoit si taisans, ou pour sens ou pour folie, et il respondi que fols ne se puet taire. Salemon dist, pose frain a ta bouche, et garde que tes levres et ta langue ne te facent cheoir, et que la cheoite ne soit a mort sanz garison. Catons dit, soverainne vertus est a constreindre la langue; et cil est prochains de Deu ki se set taire par raison. Salemons dit, ki garde sa bouche il garde s�ame; et ki ne consire ses dis, il sentira mal. 4. Et se tu vieus blasmer ou reprendre autrui, garde que tu ne soies entechi�s de celui meisme visce; car estrange chose est a veoir une deliee poudre en l�uel d�un autre, et el sien ne voit un grandesime rien. Li Apostles dit, O tu, hons ki juges, en ce que tu juges les autres dampnes tu toi meismes, car tu f�s �ou que tu juges. Et ailleurs dist il meismes, tu aprens les autres et n�ensegnes mie a toi, [p.  237] tu dis ke l�en ne face avoutire et tu le fais. Catons dist, ce ke tu blasmes garde que tu ne le faces, car laide chose est quant la coupe en chiet sor lui. Augustins dist, bien dire et mal ovrer n�est pas autre chose que dampner soi par sa vois 5. Apr�s garde se tu s�s ce que tu vieus dire ou non, car autrement ne poroies tu bien dire. Un home demanda son mestre coment il poroit estre bons parliers; et son mestre li dist k�il desist seulement �ou k�il bien parfitement seust. Jesu Siraac dit, se tu as entendement, respont maintenant; autrement soit ta mains sor ta bouche que tu ne soies pris par niches paroles et soies confus. 6. Apr�s garde le fin de tes dis et k�il en puet avenir; car maintes choses samblent estre bones au comencement ki auront male fin. Jhesu Siraac dist, en tous biens a double mal; pour ce consire le commencement et le fin et le siute. Panfiles dist, se l�en porvoit le chief et le fin ensamble, la fin en porte l�onour et le blasme. Et la u tu te doutes de ta parole s�il en aviegne ou bien ou mal, je loe ke tu te taises. Pieres Aufons dit, crien de dire �ou dont tu te repentes, car a sage home afiert de taire por lui mieus que parler contre soi. Nus home taisans est decheus, m�s sovent molt parlans est deceus. Et certes les paroles sont samblables as saietes, que l�om puet traire legierement m�s retraire non: paroles vont sans retour. Tuilles dit, ne fere �ou dont tu ies en doute s�il est bien ou mal, car bont�s reluist par soi meismes et doute a senefiance de mauvaisti�. Senekes dit, folie ne soit ton conseil.

[Livre II, LXIII]

DE CONNOISTRE LE VOIR DE LA MEN�OIGNE

OUT �OU que tu vieus dire consire se �ou est voirs ou men�oigne selonc �ou que nous ensegne Jhesu Siraac ki dist, devant ta oevre soit veritable parole et parmanable consel. Pour �ou doit on [p.  238] garder verit� sor totes choses, car ele nous fait prochain a Deu ki est toute verit�s. Di donc la verit� tousjors et te garde de men�oigne. Salemons dist, lerres fet plus a loer que celui ki tousjours ment. 2. Apense toi a la verit� quant ele est dite, ou par ta bouche ou par autrui; car Cassidorus dit que pesme chose est a despire verit�, et verit�s est tousjors bonne s�ele n�est mellee de fauset�. Senekes dist, les paroles de celui ki ensiut verit� covient estre simples, sans coverture nule. 3. Di donc la verit� en tel maniere k�ele soit autresi come sairement. Seneques dit, le qui dit n�a fermet� de serement, certes son serement est vil chose; car ja soit ce que tu ne claimes le non Dieu, ou k�il n�i ait tesmoing, neporquant garde verit� et ne trespasse la loi de justice. 4. Et s�il te covient raembre la verit� par men�oigne, tu ne mentiras, mais escuseras la ou il a honeste ochoison. Car bons hom ne cuevre pas ses secr�s, il taist ce ki ne fait pas a dire, et dist ce ki covient. Salemons dist, je te pri, Deus, de .ii. choses, que vanit�s et parole de men�oigne soient loing de moi. Li Apostres dit, ne fait nient contre verit�, m�s pour verit�. Li mestres dit, di donc tele verit� k�il soit creable; car verit� ki n�est pas creue est en leu de men�oigne, autresi comme men�oigne creue tient leu de verit�. Et cil ki ment et si quide voir dire n�est pas men�oignier, car tant com en lui est, il ne de�oit pas mais il est decheus, mais ki ment a ensient, il est bien men�oignier. 5. Por ce di je k�il i a .vii. manieres de mengoignes. La premiere est ens ensegnemens de la foi et de religion, et ceste est tr�s mauvaise. La seconde est pour anoier autrui sans le proufit de nului. La tierce est por aucun avoir por le preu d�un autre. La quarte est por volent� de falir, et c�est droite men�oigne. La quinte est de biaus dis por envoiseure ou por plaire as gens. La sisime est por proufit d�aucun sans nului damagier. Et la septime est sans damage de tous homes, mais ele est dite pour garder .i. home k�il ne chee en pechiet. En ces .vii. manieres de boisdie est grignour pechi�s de tant comme ele aproche plus a la premiere et mains a la derraine, car nule n�est sans pechi�. 6. Apr�s garde que tes paroles ne soient frioles, car nus ne doit dire mos ki ne soient proufitables d�aucune part. Seneques dit, ta parole ne soit por noient; mais ou ele soit pour consillier ou por commander ou por amonester. Li Apostles dist, eschive les vaines paroles et les mauvaises. 7. Apr�s garde se ton dit soit por raison ou sans raison, car chose ki n�est raisnable n�est parmanable. Por ce dist uns sages, se tu vieus vaincre tot le monde, sousmet toi a raison. Et ki bien ensiut raison, ele li fait connoistre tout bien; et ki s�en desoivre il chiet en erreur. 8. Apr�s garde que tes dis ne soient pas aspre, mais dou� et debonaire. Jesu Siraac dist, cytoles et vieles font mout de melodies, mais andeus sormonte la langue souef, la [p.  239] douce parole monteplie amis et endoucist les enemis. Panfiles dist, douce parole aquiert et norrist les amis. Salemons dist que la mole response desront ire, et la dure parole fet courous. 9. Apr�s garde que ta parole soit bone et bele, non pas laide ne male. Car li Apostres dist que males paroles corrompent bones meurs. Et ailleurs dist il meismes, nul mal mot ne isse de vostre bouche. Encore dist il en autre liu que bons hons ne doit pas amentevoir laidure ne foz dis Senekes dist, astien toi de laides paroles, car eles norrissent folie. Salemons dist, li hons ki est acoustum�s de paroles de reproce n�iert pas amend�s toz les jors de sa vie. Li Apostres dist, vostre parole soit tozjors condiee de sel de grasce, en tel maniere que vous sachi�s tousjors comment il vous covient a chascun respondre. 10. Apr�s garde que tu ne dies oscures paroles, mais entendables. De quoi la lois dist, il n�i a point de difference de nier ou de taire ou de respondre oscurement, se celui ki remaint ne remaint certain. Car l�escripture dist que plus seure chose est a estre mu que dire paroles ke nus n�entende. 11. Apr�s garde que tes paroles ne soient sophistiques, c�est a dire k�il n�i ait desous aucun mal engien pour decevoir Car Jhesu Siraac dist, ki parole sosphistequeement, il sera ha�s de tous homes et defaillans en toutes choses, et Dieus ne li done sa grasce. 12. Apr�s garde que tu ne dies ne ne faces tort ne damage ne anui, car il est escrit, ki a mains manace, k�il fait tort a .i. home. Jhesu Syraac dist, ne te soviegne pas de chose ki apertiegne a anui. Cassidorus dist, pour .i. tortfet sont plusour commeu. Li Apostles dit, ki fet anui aura ce k�il fist de mal: atent d�autrui ce ke tu as fet a autrui. Tuilles dist, il n�est nus si chevetains torsf�s comme de ciaus ki, lorsqu�il le font, welent resambler k�il soient bons. Jhesu Siraac dist, la roiaut�s est trespassee de gens as gens par les maus et par les torsfais. 13. Mais hom ne s�en doit garder seulement, ains doit contrarier a ceaus ki le font as autres. Tuilles dist ke .ii. manieres sont de torsfais, une est ki le fait, une autre est ki ne contrarie a ciaus ki le font, et ce est autresi blasmable comme cil ki n�aide son fil ne sa cit�. Et nanporquant se l�en te dist mal ou anui, tu te dois taire; car Augustins nous ensegne que plus bele chose est a eschivre .i. tortfait en taisant que vaincre en respondant. 14. Apr�s garde que tes dis ne soit pour semer descorde, car il n�a si male chose entre les homes. Apr�s garde ke en tes dis tu ne te gabes malement, ne de ton ami, ne de ton anemi, ne de nului. Car il est escrit, il n�afiert pas a gaber ton ami; car se tu li fais anui, il se courece plus fort; et ton anemi se tu le mokes vient tost a la mellee, car il n�est nus a qui il ne desplaise. Et amours est chose muable; et s�il mue, tost faut et a paines revient. Salemons dist, ki done sentence des autres, par teus l�ora de lui meismes. Ce meisme conferme Martialis la ou il dist, ki descuevre les autrui visces, par [p.  240] teus ora les siens crimes; car ki escharnist, il est escharnis a sa coupe, il n�a pas si general chose au monde. 15. Apr�s garde ke tu ne dies malicieus mot; car li Prophetes dit, Dieus destruise les levres malicieuses et langue vanteresce. Apr�s garde que tu ne dies orguilleus mot; car Salemon dist, ou orgoils est, la maint folie, et la ou est humilit�s, si est sens et leece. Job dist, se orgoils monte jusques au ciel et son chief touche les nues, a la fin le covient il cheoir et torne a perte et a noient. Jhesu Siraac dist, orgoils est heables devant Deu et devant les homes, et toute iniquit�s avec. Et aillours dist il que orgois et tortfais destruit la substance, et grandisme richeces vient a noient par superbe. 16. A la fin garde que tes paroles ne soient oiseuses, car il nous covenra rendre raison de toutes. Les ensegnemens estuet il garder en parlant, et en some tout �ou ki enpire l�onnour de nous; et tout �ou ki est contre bonnes meurs, nus le doit pas dire ne metre en oevre. Socrates dist, ce ki est let a fere, je ne croi pas k�il soit bons a dire. Pour ce doit chascuns dire honestes parole ou k�il soit; car ki wet honestement parler entre les estranges ne doit pas deshonestement parler entre les priv�s, car honest�s est necessaire en toutes les parties de la vie des homes.

[Livre II, LXIIII]

DE GARDER A QUI TU PAROLES

R estuet regarder a qui tu paroles, s�il est tes amis ou non; car avec ton ami pu�s tu parler bien et droitement, a ce qu�il n�a pas nule si douce chose au monde come il est d�avoir .i. ami a qui tu puisses parler autresi comme a toi; mais ne di pas chose ki ne doit estre seue, s�il ne devenist tes anemis. Senekes dist, parole avec tes amis, autresi comme se Dieus te ooit, et vif avec les homes ausi [p.  241] comme se Dieus te veist. Car ailleurs dist il meismes, tien ton ami en tel maniere ke tu ne criemes k�il deviegne tes enemis. Pieres Alfons dist, por les amis ke tu n�as assai�s, te porvois une fois des anemis et mil des amis, car par aventure li amis devendra enemis. 2. Li mestres dit, ton secr�, de quoi tu ne dois consillier, ne le di pas a home vivant. Jhesu Siraac dist, a ton ami et a ton anemi ne descoevre pas �ou que tu s�s, meismement se ce est mal, car il te gabera et se mokera de toi, en samblanche de deffendre ton pechi�. Li mestres dist, tant comme tu retiens ton secr� il est autresi comme en ta chartre, mais quant tu l�as descovert, il tient toi en sa prison; car plus seure chose est a taire que priier .i. autre k�il se taise. Pour �ou dist Senekes, se tu ne commandes a toi de taire, coment en prieras tu .i. autre ? Et neporquant s�il t�estuet consillier de ton secr� dire, di le a ton bon ami droit et loial que tu as assaiet de droite bienweillance. Salemons dit, aies amour et pais de plusours, mais .i. conseilleour entre mil. Catons dist commet ton secr� a loial compaignon et ta maladie a loial mire. 3. Apr�s garde que tu ne paroles trop a ton anemi, car en lui ne pu�s tu avoir nule fiance, neis s�il fust pacefii�s a toi. Esopes dist, ne vous afii�s pas en ciaus que vous av�s guerroi�s, car il ont tousjours el pis le feu de la haine. Seneques dist, la ou li feus a demour� longuement, tousjors i seront les fumees. Et ailleurs dist il meismes, mieus vaut a morir por ton ami que vivre avec ton anemi. Salemons dist, ne croire par a ton ancien anemi, car ja soit ce k�il s�umelie, ce n�est pas por amour, m�s pour prendre ce k�il ne pooit avoir devant. Et ailleurs dist il meismes, tes enemis pleure devant toi; mais s�il veoit le tens, il ne poroit estre saoul�s de ton sanc. 4. Pieres Autons dist, ne t�acompaigne pas a tes anemis, car se tu f�s mal il le noteront, et se tu f�s bien il le dampneront. Generaument entre toutes gens dois tu garder que tu dies; car plusour portent samblance d�ami, ki sont enemi. Pieres Aufons dit, tous ceaus que tu ne conois, souspe�onne k�il soient tes enemis. Et s�il welent cheminer avec toi ou enquerre de tes aleures, faing toi que tu ailles plus long. Et s�il porte glave, si va a sa destre, et s�il porte espee, si va a sa senestre. 5. Apr�s garde que tu a fol ne paroles pas; car Salemons dist, es oreilles du fol ne dies mot, car il despit l�ensegnement de ta parleure. Et ailleurs dist il meismes, li sages hom, s�il tence avec le fol, ou k�il se courece ou k�il rie, ne trovera ja repos; et fols ne rechoit pas le dit de sens se tu ne dis ce ki soit agreable a son cuer. Jhesu Siraac dist, cil parole a home dormant ki dist au fol sapience. 6. Apr�s garde toi que tu ne paroles a home escarnisseour, et fui ses dis comme venin, car la compaignie de lui est lasse de toi. Salemon dist, ne chasties home gabeour, car il te haroit, mais chastie le sage, ki t�amera. Senekes [p. 242] dist, ki blasme l�escharnisseour fet anui a soi meismes, et ki blasme le mauvais aquiert de ses teches. Jhesu Siraac dist, ne te conseille pas avec fols, car il ne loent pas se ce non que lor plest. 7. Apr�s garde que tu ne paroles a home gengleour et plain de descorde; car li Prophetes dist, hom ki a langhe jengleresse n�ert am�s sur terre. Jhesu Siraac dit, espoentables est en cit� home discordeus et fol de paroles. Et ailleurs dist il meismes, ki het genglerie estaint malice. 8. Garde donc que tu ne paroles a homes descordables, que tu ne meches busches en lor feu. Tuilles dist, la raisons des chiens doit hom dou tout eschivre, c�est des homes ki tozjors abaient comme chien. Car de ciaus et des autres samblables dit Nostre Sires, ne getes pas perles entre les porciaus. 9. Apr�s garde toi de tous mauvais homes, car Augustins dit que si comme li feus croist tousjors pour la croissance des busces, tot autresi li mauv�s home quant il o�nt grignour raison croissent il en plus fiere malice; car en male ame n�entre pas sapience. 10. Apr�s garde que de ton secr� tu ne paroles a home ivre ne a male feme; car Salemons dist, nul secr� regne la ou est yvresce. Li mestres dist, femes sevent celer ce k�eles ne sevent. Et en some garde tousjors devant qui tu ies, et mout bien consire le lieu; car a moustier covient a dire autre chose que a court, et a noces autre chose que a dolour, et a maison autre chose que a compaignie ou ke es places, et pour �ou que li proverbes dit ke ki est encoste voie ne die pas folie, que li parleour doit bien prendre garde k�il ne die chose mauvaise se aucuns fust enki priveement. 11. Apr�s garde tu paroles au signour que tu li rendes bonour et reverence, selonc ce ke tu dois a sa dignit�, car es homes dois tu diligeaument consirer la dignit� et le gr� de chascun; car autrement dois tu parler as princes que as chevaliers, et autrement a son per que a son menour, et autrement as religieus que as seculers.

[Livre II, LXV, p. 243]

DE GARDER POR QUOI TU PAROLES

PR�S dois tu garder por quoi tu paroles, c�est a dire l�ochoison de tes dis; car Seneques dist, commande ke tu enquieres l�ochoison de totes choses. Cassidorus dist que nule chose non puet estre fete sans achoison; et achoison est en .iii. manieres, une ki fait, la seconde est la matire de quoi il le fet, la tierce est la fins pour quoi il le fait. Et tu dois garder por quoi tu dis; car autrement dois tu parler por le service Dieu que por les homes, et autrement por ton preu que pour l�autrui. 2. Mais garde ke ton gaaing soit biaus et covenables, car lois nous a deve� lait proufit. Seneques dist, fuies laide gaigne come perte. Li mestres dist, proufiz ki vient con male renomee est malv�s, et jou ameroie mieus a despendre que laidement a gaignier. Et si doit li gaains estre amesur�s, car Cassidorus dist que se li gaains ist de covenable mesure, il n�aura pas la force de son non. Et si doit estre naturel, c�est a dire d�un preudome a .i. autre; car la loi dist k�il est drois de nature ke nus n�enrichisse d�autrui damages. Tuilles dist, ne paour ne dolour ne mort ne nule autre chose dehors n�est si fierement contre nature comme enrichir dou damage des autres, meismement de la povret� as povres. Cassidorus dist, sour toutes manieres de cruaut� est enrichir de la povret� as besoigneus. 3. Pour achoison de ton ami dois eu bien dire, mais ke ce soit biens; car Tuilles nous ensegne que la lois d�amisti� commande k�il ne s�entreprient des choses vilaines, et cil ki en est prii�s ne le face; car amours n�est deffense dou pechi� ke l�om fait pour son ami, mais mout peche cil ki donne oevre au pechi�. Seneques dist, pechiers est chose laide, et deguerpist Deu .ii. fois. Cassiodorus dist: cil est bons deffenderes ki deffent sans tort faire.

[Livre II, LXVI]

CONSIRER COMMENT TU DOIS PARLER

R te covient il consirer comment tu paroles, car il n�est nulle chose ki n�ait besoing de ses manieres et de sa mesure, et tout �ou ki est demesur� est de mal, et tout sorplus tornent a anui. Por ce doit la maniere et la mesure du parler estre de .v. choses, c�est en parleure, en isnelet�, en tardet�, en quantit�, et en qualit�. 2. [p.  244] Parleure est la dignit�s dou mot et la porteure dou cors, selonc ce que matire requiert, et ce est une chose ki mout vaut a bien dire. Tuilles dist, ja soit ce ke tes dis ne soit biaus ne gaires polis, se tu le proferes gentement et de bele maniere et de biau port, si seroient il lo�s et s�il sont biaus et bons et tu ne le dies belement, si seroit il blasm�. Por ce dois tu atorner et atemprer ta vois et ton esperit et tous les movemens dou cors et de la langue, et amender les paroles a l�issue de ta bouche en tel maniere k�eles ne soient enflees ne dequassees au palais, ne trop resonans de fiere vois, ne aspres a la levee des levres, mais soient entendables et sonans par bele proference clere et souef, si ke chascune letre ait son son et chascuns mos son accent, et soit entre haut et bas; et neporquant tu dois comencier plus bas que a la fin. 3. Mais tout ce t�estuet il muer selonc les muemens dou leu, des choses, des ochoisons, et dou tens; car unes choses doit on conter simplement, unes autres doucement, les autres a desdaing, les autres par piti�, en tel maniere ke ta vois et tes dis et ta porteure soient tousjours acordables a la matire. En ta porteure garde que tu tiegnes ta face droite, non mie contremont le ciel ne contreval, les oils fichies en terre, ne torner les levres laidement ne grater les sourcis ne lever ses mains, ne ne soit en toi nul port blasmables. 4. En isnelet� et en tardet�, garde moienet� tousjours, car au parler ne doit nus estre courans, mais auques lasches avenablement. Li Apostres dit, soies isniaus a o�r et tardis au parler et a ire. Salemon dit, quant tu vois .i. home isnel au parler, sach�s k�il a en lui mains de sens ke de folie. Cassidorus dit, ce est sans faille roiaus vertus a corre lentement as paroles et hastivement a entendre. Je pense, fet uns sages, que cil soit bons juges ki entent tost et tart juge; car demeure por conseil prendre est mout bone, car ki tost juge cort a sa repentance. Et li proverbes dit, demeure est ha�e, mais ele fet home sage. Donc est ele bone, meismement en conseil; car ce est bon conseil de quoi tu as pens� longhement; et apr�s hastif conseil vient repentance. Li mestres dist, .iii. choses sont contraires a conseil, ce est abstinence, ire, et covoitise. 5. Mais apr�s conseil fet bon haster. Seneques dist, di mains que tu ne fais et longhement conseille; mais fai tost et isnel. Salemons dist, cil ki est isnel en toutes ses oevres demorra devant le roi, non pas entre le menu peuple. Jhesus Siraac dist, soies isniaus en toutes tes oevres, mais garde que ta isnelet�s n�enpeche la perfection de ta oevre, car li vilains dist ke hastive lisse fet chiens avules. 6. En la quantit� de tes dis dois tu sor toute chose garder de trop parler, car il n�est nule chose ki tant desplaise comme grant parleure. Tais toi: tu plairas a tous se tu dis poi. Salemons dist, di poi et fai ass�s de bien. Et por ce ke lons dis ne puet estre sans pechi�, dois tu apeticier ton conte au plus brief que tu poras; mais que cele briet�s [p.  245] n�engendre oscurt�. 7. En la qualit� de tes dis garde que tu dies bien, car biens dire est la rachine de l�amisti� et maudire est le commencement d�ennemisti�. Di donc bones paroles, lies, honestes, cleres, simples, bien ordenees, a plaine bouche, le visage coi, sans trop rire et sans mout crier. Salemons dit que paroles bien ordenees sont bresches de miel, dou�ours de l�ame, et sant� des os.

[Livre II, LXVII]

DE PRENDRE GARDE LE TENS QUE ON DOIT PARLER

UTRESI dois tu garder le tens quant tu vieus en parler. Jhesu Siraac dit, li sages soi taist jusques a tens, et li fols ne esgarde saison. Salemon dit, et il i a tens de parler et tens de taire. Seneques dist, tais toi tant come tu auras mestier de parler. Li mestres dist, autresi dois tu taire tant que li autre o�ent ta parole. Jhesu Siraac dist, n�espandes pas ton sermon la ou il n�a point de o�e, et ne moustre ton sens afforce, car c�est autresi comme citole en plour. 2. Autresi ne dois tu pas respondre devant �ou ke li demande soit finee, car Salemons dit ke cil ki respont devant k�il ait oii moustre k�il soit fols, et ki parole avant k�il aprenge chiet en eschar. Car Jesu Siraac comande ke tu apareilles justice avant que tu juges, et que tu apreignes avant que tu dies. Mais ci se taist li mestres des ensegnemens de parler, et n�en dira ore plus jusques a tant k�il venra ou tier� livre, ou il ensegnera tout l�ordre de rectorike; et tornera a la tierce partie de prudence, c�est a cognoissance.

[Livre II, LXVIII]

DE COGNOISSANCE

OGNOISSANCE est a conoistre et deviser les vertus des visces ki ont samblance des vertus; et de ce nous covient il garder pour ce ke maintefois, si comme dist Seneques, les visces entrent desous [p.  246] le non de vertu, car fols hardemens entre en samblance de force, et mauvesti� est apelee atempremens, et li couars est tenus pour sages; et pour falir en ces choses somes nous en grant peril, et pour �ou i devons metre certains signes. 2. Isidorus nous maine a l�office de ceste vertu quant il dist, il i a visces ki portent samblance de vertu, pour quoi il de�oivent plus perilleusement ciaus ki les sivent, pour �ou qu�eles se cuevrent desous coverture de vertus; car desous demoustrance de justice est fete crualt�, et paresce lasche est apelee debonairet�s. Tuilles dist, nul agait ne sont si repost comme cil ki s�atapiscent en samblance de service. Li mestres dist, uns chevaus de fust dechut ciaus de Troie, pour �ou k�il fainst la forme de Minerve, c�estoit lor dieuesse.

[Livre II, LXVIIII]

L�ENSEGNEMENT D�APRENDRE LES NON SACHANS

NSEGNEMENT est apenre soi et les nonsachans. Son office est ke l�en doit premierement ensegnier soi meisme et puis les autres; selonc ce que dist Salemons, biaus fiz, boi l�euue de ta cisterne et ce qui degoute de ton puis, et li ruissel de tes fontaines aillent hors et arouse tes euues par miles places. 2. Li mestre a dit, boivre l�euue de ta cisterne ou de ton puis, c�est a dire que l�en doit espandre sa science en ensegnant les autres. Salemons dist, je ce pri, Dieus, ke tu me doinses cuer ensegnable. Senekes dit, il a ja grant part en bonte ki vieut devenir bons, et bont�s de cuer n�iert ja enpruntee ne vendue. Senekes dist, vertus ne puet estre sans estude de soi, car mauvaisti�s nous prent legierement. 3. Vertus est aquise par grant travail, eles desirent governeour; mais visce aprent on sans mestre. Gregoires dist, il nous covient souvenir sovent de �ou ke li mondes nous fet oublier. Senekes dit, je n�iert trop dit �ou ki n�est dit ass�s. Augustins dit, cil sont maleureus ki tienent vil �ou k�il sevent et tousjors quierent noveles choses. Vieus tu bien savoir ensegne; car ensi s�apreste doctrine, s�ere est tenue destroit. Anteglaudianus dist, close faut overte revient. Seneques dist, aprent �ou ke tu ne s�s, si que tu n�en soies ensegnieres nient proufitables. Catons dit que laide chose est au mestre quant il est entechi�s de la coupe. 4. Li mestre dit, mais la nature de tous homes est tele que il jugent plus d�autrui choses que des lor; et �ou avient pour �ou que en la nostre chose nous somes enpeeci� ou de trop grant joie ou de trop grant dolour ou d�autre chose samblable, par quoi nous ne poons jugier la [p.  247] chose selonc �ou k�ele est. Pour �ou commande la lois de Roume que on doit querre avocat en sa propre cause. Mais il avient ne sai coment que nous veons en autrui s�il fet mal plus tost que en nous, et en l�uel d�un autre puet on veoir .i. petit festu, c�om ne verroit un grant tref en son oil. Autresi voit on la male de son compaignon ki li vait au devant, mais il ne voit pas la sue ki est deriere lui. 5. En toute ceste vertu dist Tulles ke l�on doit eschivre .ii. visces, li uns est que nous, ce que nous ne savons, pour seues, et que nous n�i asentons folement, car ce est presumptions. Et ki voldra eschivre ce visce, il metra tens et pensee a consirer les oscures choses. Li autres visces est metre grant estuide es oscures choses et gri�s ki ne sont pas necessaires; et cist visces est apel�s curiosit�s; c�est quant on met toute sa cure et trop grant entente a �ou u il n�a grant preu, autresi comme se tu laissasses la science de vertu et mesisses grant estuide a lire astronomie ou augorisme. Seneques dit k�il est mieus se tu tiens .i. poi des ensegnemens de sapience et les as prestement en usage, que se tu en avoies apris mout et ne les eusses a main. 6. Li mestres dit, autresi come on apele bon luiteour non pas celui ki set mout de tours de qui il use poi, mais celui ki en .i. ou en .ii. se travaille diligemment (il n�i a point de force combien k�il en sace, fors tant k�il gaigne victore), autresi est il es disciplines, il i a mout de choses ki poi aident et mout delitent. Car ja soit ce que tu ne saces par quel raison la mers s�espant, et pour quoi li enfant jumel ki sont conceu ensamble et ne naissent mie ensamble, et por quoi diverses destinees sont a ciaus ki ensamble naissent: il ne te nuist gaires a trespasser ce k�il ne te loist a savoir ne ne proufite. Tuilles dist, sens ki est sans justice doit mieus estre apel�s malices que science.

[Livre II, LXX]

CE DIST ENCORE DE PRUDENCE

N prudence se doit on garder dou trop et dou poi et sivre le mi, selonc ce que fu dit arieres ou livree d�Aristotle. Car la ou vertus s�efforce outre son pooir sans retenement de raison, lors chiet ele perilleusement. Grigoires dit, ki roidement garde le rai dou soleil, il entenebrist si k�il ne voit goute. Salemons dist, ki n�a prudence, il destruit son trezor; mais garde toi de porveoir �ou ki nos est devee. Il n�est pas de nostre licence, dis Jhesucris, a savoir le tens et les eures ke li Peres retint en sa poest�. Li [p.  248] Apostres dist, li sens de la char est enemis a Dieu, et la sapience de ce monde est folie a Dieu.

2. Seneques dit, se prudence passe outre ses bonnes, tu seras tenus por engigneus, d�espoentable soutillece se tu enquiers les choses secrees; et chascune petite chose tu voudras savoir, tu seras tenus envieus, suspicieus et solliciteus et plains de paour et de pensers. Et se tu m�s toute ta soutillit� en trover une petite chose perdue, on te mousterra au doi, et dira chascuns que tu es mout engigneus et plains de malice et enemis de simplet�, et generaument seras tenus pour mauv�s par tous homes. Et en teles mauvest�s amaine l�ome la desmesuree prudence, donques doit on aler par le mi, si k�il ne soit trop gros ne trop soutiz.

[Livre II, LXXI]

DE LA SECONDE VERTU, C�EST ATEMPRANCE

PR�S les ensegnemens de prudence, ki est li premiere des autres, et ki est dame et ordeneresse, si come cele ki est par la force de raison, ki devise les homes des autres animaus; wet li mestres dire des autres .iii., et premierement d�atemprance et de force que de justice, por �ou ke l�un et l�autre est por adrecier le corage de l�home as oevres de justice. Raison coment: covoitise et paour enpeecent l�office de justice, se ne fust atemprance ki coustraint l�une et efforce l�autre. 2. Et toutefois dist li mestres d�atemprance avant que de force, pour �ou k�atemprance establist le corage as choses ki sont avec nous; ce est as biens ki servent au cors, mais force les establist as choses contraires. Et d�autrepart par atemprance governe li hom soi meismes, et par force et par justice governe il les autres, et mieus est a governer toi que autrui.

[Livre II, LXXII]

ENCORE D�ATEMPRANCE

TEMPRANCE est cele signorie que l�om a contre luxure et contre les autres movemens ki sont desavenans. C�est la tr�s noble vertus ki refraint les carneus delis et ki nous donne mesure et [p.  249] atemprement quant nous somes en prosperit�, si ke nous ne montons en superbe ne ne concevons la volent�; car quant volent�s vaint le sens, li hons est en male voie. Tuilles dit, ceste vertus est li aornemens de tote vie et li apaiemens de toz torblemens. Pour ce se doit chascuns widier son corage de la volent� dou charnel delit, car autrement n�i poroit abiter vertus; selonc ce que dist Orasces, se li vaissiaus n�est purs, quanque tu i meteras enegrira. 2. Por ce dois tu despire delis, car trop anuie delis ki est achat�s par dolor, li avers a tozjors besoigne; met donc certaine fin en ton desirier. Li envieus amaigrist tousjours des grasces choses as autres. Ki n�atemperra sa ire, il aura dolour, et voudra k�il n�eust onques fait ce k�il avoit pens�. Ire est une corte forsenerie en quoi tu dois governer ta volent�, car se tu ne le f�s obeir ele commande, refrain le donc o frain et o chaines. 3. Li mestres dit, desous atemprance sont toutes les vertus, ki ont signorie sor les laides meurs et sor les mauv�s delis, ki nuisent a home trop perilleusement, car il sont sovent ochoison de mort et de maladie. Senekes dit, por les desiriers perist la grignour partie des cors. D�autre part, ki sert a ses desiriers est sousmis au joug de servage; il est orguilleus, il a Deu deguerpi, il pert son sens et sa vertu. Salemons dit, sapience n�ert ja trovee en la terre de ciaus ki vivent delitablement.

[Livre II, LXXIII]

DES DELIS ET DES DESIRIERS

ELIS et desiriers sont acomplis et mis en oevre par les .v. sens dou cors, dont gouster et touchier sont principaus. Mais li autre troi sont establi pour ces .ii., car nous cognoissons la chose de long, par veoir et par o�r et par flerier, ce ke le gouster ne touchier ne puet connoistre se de pr�s non Pour ce sont tous oisiaus de proie de grant veue, car il lor covient de loins connoistre lor past; autresi vit la premiere feme le fruit tot avant k�ele le mangast, et David vit Bersabee nue ki se lavoit, avant k�il fest l�avoutire. 2. Nous lisons el livre de la Nature as Animaus que touchier et goster sont plus poissans en l�ome que en nule autre beste; mais le veoir et l�o�r et le flairier sont de menour pooir en l�ome que es autres animaus. Et por �ou ki jou ke li delit ki sont pour touchier et pour gouster sont plus perilleus des autres, et les vertus ki sont lor contraires sont de grignor vaillance 3. Et pour ce que deliz sont en l�ame de nous et sont par les .v. sens dou cors, et chascun diversement selonc son [p.  250] office, avient il que cele vertus, ce est atemprance, soit devisee par plusours membres pour constraindre la vertu concupiscible et la vertu irascible, ce est le movement de covoitise et d�ire, pour governer la suite des .v. sens. Et cist membre sont .v., mesure, honestet�, chastet�, sobriet�, et retenance.

[Livre II, LXXIIII]

DE MESURE

ESURE est une vertus ki tous nos aornemens, et tos nos movemens et tous nos afferes, fait estre sans defaute et sans outrage. Orasces dist, en toutes choses est certaine mesure et certaines ensegnes, si ke li drois ne puet faire ne plus ne mains. Tuilles dit, oste tous aornemens ki ne sont digne a home. Pour ce que Senekes dist, mauv�s aornemens dehors est messages de mauvaise pensee. Tuilles dit, ta nete�s doit tele estre k�ele ne soit ha�e par trop aornement, mais tant que tu ostes la sauvage negligence et sa campestre laidece. 2. Il i a .ii. movemens, un de cors et autre de corage. En celui dou cors doit on garder ke sa aleure ne soit trop mole par tardet�, car c�est samblance de superbe contenance; et k�ele ne soit trop hastive, tant k�ele te face engroissier l�alaine et muer la colour, car tes choses sont senefiance que li hom ne soit pas estables. 3. Li movemens dou corage est doubles, l�une est pensee de raison, l�autre desirier de volent�. Pensee est en enquerre le voir, et desiners fet fere les choses, dont doit on curer raisons soit dame par devant, et ke li desiriers obeisse. Car se la volent�s ki naturaument est sousmise a raison ne li est obeissant, il fait sovent troubler cors et corage. Et on puet connoistre les viaires a ciaus ki sont courouci�s ou esmeut par paour ou ki ont grant volent� d�aucun delit, a ce k�il muent et changent vout et coulour et vois et tot lor estat. Car li coers ki est enflam�s d�ire bat fort, li cors tramble, la langhe s�enpeche, la face enflamme, li oil estincelent si ke il ne cognoissent lor amis ne lor acointes. La face moustre �ou ki est dedens; por ce dit Juvenaus, regardes les tourmens et les joies dou coer en la face, ki tousjors moustre en apert son abit. 4. Par les paroles ki sont dites puet on entendre que li desiriers de la volent� doivent estre restraint et aquites, car les besoignes et les afferes sont divers, selonc les diversit�s des meurs, des aages, et des choses. Autresi comme il a es cors grant diversit�, car li .i. sont isnel pour corre, li autre sont fort por luitier. Autresi a il ou corage plus [p.  251] grant diversit� des meurs, car li .i. ont cortoisie, li autre leece, li autre cruaut�, li autre sont sage et voiseus et de celer lor pensee, li autre sont simple et apert, ki ne welent rien faire en repost ne par agait, ains ayment verit� et gardent amisti� et heent barat, k�en diroie jou ? autretant sont il de volent� comme il sont de figures. 5. Perses dit, il i a mil manieres d�omes, et lor usages sont dessamblables, chascuns a son voloir, et les gens ne vivent a une volent�. Tuilles dit, chascuns doit metre s�entente as choses a quoi il est covenables; et ja soit ce que autre chose li seroit millour et plus honorable, toutefoies doit il amesurer ses estuides selonc sa riule. Raison comment: s�il est fiebles de son cors et il ait bon engien et vive memore, ne sive pas chevalerie mais l�estuide de letre et de clergie. Car nus ne doit aler contre nature ne sivre �ou k�il ne puet consivre; mais se besoigne nos fait meller as choses ki n�apartient a nostre engin, nous devons curer ke nous les fachons beles sans laidece ou a poi de deshonour, ne nous ne devons pas tant efforcier les biens ki ne nous sont don� comme de fuir les visces. 6. Les propriet�s des aages nous raconte Orasces en ceste maniere: li enfant, maintenant k�il sevent parler et aler, welent joer o lor pers et se courecent et s�esjoissent et se muent par diverses heures. Li joenes ki n�a mais point de garde se delite es chevaus et es chiens et es chans; il se flechist legierement as visces et se courece quant on le chastie; il se porvoit a tart de son preu et gaste son iretage; il est orguilleus et covoiteus, et laisse tout �ou k�il ayme, car joenes hom n�a point de fermet�. Quant il vient en aage et en corage d�ome, il mue sa maniere, et aquiert richeces et amis et honour, et se garde de faire choses ke li coviegne muer. Li vieus a maint meschief: il quiert les choses, et quant il les a si a paour d�user les; il fait toutes choses celeement et coardement, il met en delai, et covoite �ou ki est a venir; il se plaint de �ou ki est present, et loe le tens ki est pass�s; il wet chastiier les enfans et jugier les joenes. 7. Maximiens dist, li vieus loe les choses passees et blasme les presentes, por ce ke nostre vie empire continuelement: li aage dou pere sont piour que cil des aious, et nous somes pire ke nostre pere, et encore seront nostre enfant plus plain de visces. Juvenaus dit, terre norrist ore malvais homes et petis. 8. Et encore de ceste matire dist Tuilles que joenes hom doit porter reverence as ainsn�s et entr�aus amer les mieus esprouv�s et user de lor conseil. Car si comme dist Senekes, la ignorance et la folie des joenes doit estre governee par le conseil as vieus. Terrences dit, tant comme li corages est en doute, il se torne �a et la. Tuilles dit, en joenece a grant foiblece de conseil, car lors quide chascuns k�il doie vivre selonc ce ke plus li plaist; ensi est il sozpris d�aucun sien cors de vivre ains k�il puisse le millour eslire. 9. Pour ce doit li joenes hom esgarder la vie des [p.  252] autres autresi comme en .i. miroir, et de ce prendre essample de vivre. Senekes dist, bone chose est de regarder en autri le mal c�on doit fuir. Juvenaus dit, cil est boneur�s ki set garder soi por les autrui periz: quant li feus est pris chi�s ton voisin dois tu garnir ta maison d�iaue. En cest aage se doit on garder sor toutes choses de luxure et d�autre lecherie, et faire selonc ce ke Juvenaus dist, quant tu fais vilaine chose, soit brieve, et retaille tes crimes o ta premiere barbe. Tuilles dit, li joenes se doit travillier de cuer et de cors, si ke ses ensegnemens vaille es offices de la cit�. Ce est a dire k�il se doivent user d� s�enfance a bien faire, si k�il le retiegnent tous les jours de lor vie; car li pos gardera longhement l�odour k�il prist quant il fu nu�s. Li enfant apreignent a souirir povret� et a mener lor vie as meillours choses. 10. Tuilles dit, quant il welent relaissier lor corages et metre entente a delit, gart soi de desatemprance, soviegne lor de vergoigne; et ce sera plus legier se il suefrent que li ainsn� soient au geu. Il loist bien a jouer aucune fois pour reposer soi, autresi comme de dormir; car nature ne nous fist por geu ne por sens. Orasces dit, proufitable chose est as enfans joer en enfance, mais k�il s�estudie puis a avoir sens, et laissier �ou que rien ne li vaut, et garder ke li gieu ne le facent cheoir; car jeus engendre estrif et ire, et ire engendre maine et mortel bataille. Tuilles dit, .ii. manieres sont de joer li uns est vilains, mauv�s et lais, li autres est biaus, cortois et engigneus. 11. Li offices de l�home qui a pass� joenece sont cil qui Orasces a nom�s �a arieres, en quoi il n�a k�amender; pour ce s�en passe ore li contes briesment. As viellars doit on amenuisier les travaus dou cors et croistre ciaus dou corage, ou en apenre, ou en chastoier, ou en servir a Deu. 12. Terrences dist, nus ne fu onques si plains de sens que la chose u li aages u li usages ne requiere tozjors aucunes noveles choses, et qu�il ne quide savoir �ou k�il ne set, et k�il ne refuse ce ki premierement li plaisoit quant il les a esprov�s. Car maintes choses samblent estre bonnes avant ke l�en les assaie; mais quant on les a assaies, on les trueve malvaises. Tuilles dit, li viellars doivent metre entente en consillier les joenes amis. Vieus hom ne se doit tant garder des choses comme d�abandonner soi a pereche; autrement li dira on ce ke dit Orasces, tu apoies envie et laisses vertus. Tuilles dist, luxure est laide en toute aage, mais trop est laide en viellece; et se desatemprance est avec, c�est double maus, car viellece re�oit la honte, et la desatemprance dou viellart fet le joene estre mains sage. Et en ce dist Juvenaus, li essample de nos priv�s nous corrompent plus tost, car nous somes legier a ensivre laidece et mauvaisti�. 13. Orasces dit, li office des besoign�s sont divers; car li sires doit [p.  253] maintenir les besoignes de la cit�, et garder la loi, et sovenir soi ke la loi est baillie en sa garde; mais comme uns autres borgois doit vivre de droit, dont li autre vivent; k�il ne se face trop haut ne trop bas, mais garde le comun bien en pais et en honestet�, si k�il ne chee el pechi� Catelline. De qui dit Salustes, cil ki sont povres es cit�s ont tousjors envie des riches, et eslievent les mauv�s et heent les vielles choses et ayment les noveles, et pour la malevoellance de lor choses desirent que li estat de la cit� se remue tousjours. 14. Tuilles dit, li estrange ne se doivent entremetre de nule chose fors de lor besoigne, k�il ne s�entremetrent de l�aitrui besoigne. Vilains offices est a chiaus ki achatent des marchans por revendre maintenant, car il n�i puet rien gaaignier sans mentir, et nule chose n�est plus laide que vanit�, et por ce on doit aquerre �ou ke mestier est sans laidece et espargnier. Tuilles dist k�il n�est si grans gaains con de garder ce ke l�en a. Medecine et carpenterie sont honestes a ciaus qui eles covienent; mais marchandise, s�ele est petite, on le dient a laide, se ele est des grans et bien gaignans et done a plusours sans vanit�, ele ne doit estre blasmee. 15. Nul mestiers n�est millour que labourer de terre, ne plus plentive ne plus digne d�ome franc; de qui dit Orasces, cil est bieneur�s ki laisse toz mestiers, si comme firent li ancien, et cultive ses bu�s et ses chans, et est sans dete et sans usure.

[Livre II, LXXV]

DE HONEST�

ONEST�S est garder honour es paroles et es meurs; c�est a dire que l�om garde de fere et de dire chose dont il li coviegne puis vergoignier. Car nature meisme, quant ele fist l�ome volt ele garder [p.  254] honest�, ele mist en apert nostre figure, en quoi il a honeste samblance, et repost les parties ki sont donees as besoignes de l�home, pour �ou k�eles estoient laides a veoir. Et li honeste home ensivent diligament ceste forge de nature; car il nascondent �ou que nature repost, et c�est honeste chose ke l�en ne monstre ses membres. Autresi doit on avoir vergoigne en paroles, car il ne doit pas noumer ces membres qu�il repost. 2. Vicieuse chose est es hautes besoignes dire noz de solas; car quant Paricles et �oflocles estoient compaignon en une provost�, et il traitoient ensamble de lor office, uns biaus enfes passa par devant aus; si dist �oflocles, ves ci bel enfant, Paricles respondi, provos doit avoir vergoigne, non tant solement es mains, mais es oils. Mais se �oflocles eust ce dit au mangier, il n�en deust pas estre blasm�. Pour ce dit Orasces que a l�omme triste se covient tristes paroles, au courouci� paroles de manaces, a celui qui se joue paroles jolives, au sage paroles sages. Mais se la parole ert devisee, et desenblable de la fortune de celui ki l�a cit, toutes gens s�en gaberoient. 3. Le quart office ensegne Orasces la ou il dist, n�encercies, cas le secr� aucun. Le quint office dist il meismes, se aucuns te dist son secr� tu le celeras, ne ne le descoverras par ire ne par ivrece. Garde que tu diras et de qui; et si te garde de celui ki demande, s�il est jengleres, car il ne puet celer ce k�il ot ne retenir ce ki li entre par les oreilles. Et puis que la parole est issue de bouche, ele vole en tel maniere ke jam�s ne puet estre rapelee. 4. Li mestres dit, ne descoevre ton secr�, car se tu meismes ne le pu�s celer, tu ne dois pas commander a autre k�il le ceile. Terrences dit, tien toi donques en ce ke tu o�es plus volentiers que ne paroles. Salemon dist, en mout parler ne faut pechi�s. Sour toutes choses fuies ten�on; car douteuse chose est a estriver contre son per, forsenerie est tencier a plus haut de soi, laide chose est a tencier au plus bas, mais tr�s orde chose est tencier a .i. home fol et yvre.

[Livre II, LXXVI]

DE CHASTET�

HASTET� est a donter les delis dou touchier par atemprement de raison. Salustes dit, se la volent� de luxure porsiut le corage et ele i a signourie, li corages n�a pooir de bien faire. Senekes dit, delis est frailles et brief; et de tant comme il fait plus [p.  255] volenteusement, desplest il plus tost; et a la fin covient k�il se repente ou k�il en ait honte. En luxure n�a nule autre chose ki soit avenant a nature d�omme, ains est basse chose et chetive ki vient de l�oevre au vilain membre. Tuilles dit, laide chose est, et ki mout fait a blasmer, d�encliner la franchise de l�ame au servage dou delit, et faire de son travail autrui delisces. 2. Il sovient tozjors a fort home et sage, combien nature d�omme sormonte as bestes; car eles n�aiment fors ke delit et a ce metent tout lor effort; mais coers d�ome entent a autre chose, c�est a penser ou a penre. Et por ce se aucuns est trop enclins a delit, garde soi k�il ne soit dou linage as bestes; mais s�il est sages et volent�s le sorprent, il repont son apetit pour vergoigne. 3. Gardons dont que li delis n�ait signorie sor nous, car il fet home mout desvoier de vertu. Pour ce dist la Sainte Escripture, se ta oevre n�est chaste, si soit privee: luxure et vins confundent la science de l�ome et le metent en erreur de la foi. 4. Car certes ki bien consire la nature de chaste�, ki est pour donter le delis dou toucier, il trovera ke delit sont en .ii. manieres, un ki est par luxure, et un autre ki est des autres membres; si comme est ore de robes, de bains, et de harnois, de geu de d�s, et de teus autres choses ki corrompent la vie de l�ome se ce est a desmesure. Mais ki le fait aucune fois atempreement et sans mauvaise covoitise, on le doit bien soufrir, s�il n�enpire soi ne ses honours ne ses choses.

[Livre II, LXXVII]

DE DELIT PAR LUXURE

�AUTRE maniere de delit, ki est par luxure, est fierement contre bonne vie, se ce n�est chastement fait. Et ce puet estre par .v. raisons, l�une ke li assamblemens soit d�ome avec feme; la seconde k�il ne soient parent; la tierce k�il soient en droit mariage; la quarte ke ce soit pour engendrer; la quinte que �ou soit fet selonc la humaine nature. 2. Par ces paroles poons nous entendre que mariage est sainte chose et plaisans a Dieu, et proufitant as homes en plusours manieres; l�une maniere est pour �ou que Dieus l�establi premierement, la seconde pour la dignit� dou lieu ou il fu fait, c�est en paradis, la tierce que ce n�est pas novel establissement, la quarte k�Adam et Eve estoient n�s de tous peci�s quant li mariages fu fais, la quinte pour ce que cist ordre sauva Diex en l�arche dou deluge, la sisime est que Nostre Dame volt estre de cel ordre, la septime [p.  256] pour �ou que Jhesucris ala as noces avec sa mere et avec ses disciples, l�octime pour �ou k�il i fist de l�euue vin por senefiance de l�avantage ki vient dou mariage, la novime pour le fruit ki naist dou mariage, ce sont fiz, la disime est pour ce ke mariages est un des .vii. sacremens de sainte eglise, la onsime est pour le pechi� de quoi on se garde pour le mariage, et pour maint autre proufit ki en sont aquis a l�ame et au cors. 3. Et tot cil ki se welent marier doivent consirer quatre choses, une por avoir fiz, la seconde k�il se marie a son pareil de linage de cors et d�aage, la tierce k�il soit estrais de bone gent ki ait prodome a pere et prodefeme a mere, la quarte k�ele soit bone et sage, car richece est donee de pure sapience de Deu. Garde donc tous clers et tous autres ki sont establi au service Jhesucrist, et les veves dames, et les puceles, k�il ne cheent en ces perilleus visces ki dampnent le cors et l�ame.

[Livre II, LXXVIII]

DE SOBRIET�

OBRIET� est a donter les delis dou goust et de la bouche par atemprance de raison. A ceste vertu nous semont nature quant ele fist si petite bouche a si grant cors; et d�autre part li fist ele .ii. oils et .ii. oreilles, ja ne li fist ke une bouche. M�s mout nous semont la briet� dou delit ki ne dure se mout petit non, tant comme il trespasse la gorge. Et la dolour des maladies ki en sieut avenir dure longuement. 2. Consire donc que totes choses maintenant k�ele est goustee est corrumpue; ce n�est pas ensi des autres sens, car por veoiret por o�r une bele chose n�iert ele pour �ou corrompue. Senekes dist, consire �ou ke nature soufist, non pas �ou ke lecherie requiert; car si comme li poissons est pris au lame�on et li oisel au las; tot autresi est li hom pris por mengier et pour boivre desmesureement, il pert son sens, il pert sa cognoissance, il en oublie toutes oevres de vertus. 3. En ceste vertu a .iiii. offices. Li uns est de non mangier devant l�eure establie. Senekes dist, nule chose est delitable s�ele est trop sovent. Orasces dit, �ou ki est poi delite plus. Suefre donc jusques a tant que nature semoigne, car tout outrage le confont et mesure le conorte. 4. Le secont office est que l�on ne quiere trop precieuses viandes, car lecherie et yvresce ne sont sans ordure. Ha, come ci a laide chose de perdre sens et moralit� et sant� pour outrage de vin et de viande. Juvenaus dit, en ce visce chiet cil ki fait grant force comment on doit depechier le lievre et le geline. 5. Li tiers [p. 257] offices est de constraindre la rage du mangier. Senekes dist, soit ta vie de petit mangier et ton palais soit esmeus par fain non mie par savour. Soustien donques ta vie de tant comme nature requiert. Orasces dit, les viandes ki sont prises sans mesure devienent ameres. Seneques dit, tu dois mangier pour vivre, non pas vivre pour mangier. Orasces dit, il n�est chose k�yvrece ne face; ele descuevre les secr�s, ele amaine les desarm�s a la bataille, et ensegne les ars. Jeronimus dit, ki s�enyvre, mors est et ensevelis. Augustins dist, quant li hons quide le vin boivre, et il est ja beus. Li mestres dist, plus honorable chose est que tu te plaignes de soif que d�yvrece. Li poetes dist, vertus est soufrir soi des choses ki delitent a male part. 6. Li quars offices est que pour mangier tu ne despendes desmesureement, car c�est laide chose que tes voisins te moustre au doi et dist, tu ies devenus povres par ta gloutenie. Orasces dist, aies mesure selonc ta bourse es grans choses et es petites; garde toi donc de tavernes et de tous grans apareillemens de mengier, se ce n�est pour tes noces ou pour tes amis ou pour essaucier tes honours, selonc les ensegnemens de magnificence.

[Livre II, LXXVIIII]

DE RETENANCE

ETENANCE est a constraindre les delis des autres .iii. sens, c�est dou veoir, de l�o�r, et de l�odourer, en tout ce ki soit visce. Salemon dist, ne regarde pas male feme. Isaias dit, ki clot ses oreilles et ses oils contre le mal, il habitera el ciel. Salemons dist, n�oles pas feme chan�ant; et apr�s dist il, clo tes oreilles et n�escoute pas langue mauvaise. Senekes dist, mais il est dure chose de non o�r les dous dis des flateours. Ysaias dit, en lieu de souef odour sera gandesime puour. 2. Mais si ce taist li contes a parler d�atemprance et de ses parties, et dire �ou ke Senekes dist en son livre de ceste vertu meismes, k�il apele continence, et c�est toute une chose.

[Livre II, LXXX, p. 258]

DE CONTINENCE

E tu aymes continence, oste le sorplus et le trop et destraing tes desiriers en estroit lieu. Consire avec toi combien soufisse a ta nature, non pas combien desire a ta concupiscense. Se tu ies continens, atent juskes a tant que tu soies quites et content de toi meismes; car celui ki est content de soi, il est soufissans ou il est n�s avec les richeces. Met frain a ta concupiscence, part de toi tous delis ki priveement esmuevent les corages a desiriers. Tant mengu� que tu ne te saoules, et tant boi que tu ne t�enyvres. 2. Quant tu ies en compaignie de gent, garde que tu ne mesdies de ciaus ki de ta volent� ne sont. Ne te joindre as presenz deliz, et ne desirer ciaus ki present ne sont. Soustien ta vie de poi de chose. Ne sivre la volent� de la viande. Ton pal�s s�esmueve par fain non mie par savour. Ton desirier prise po, car tu dois pourchacier solement k�il defaillent. A l�example dou vin, te composte. Par toi dou cors et te joing a ton esperite.

3. Se tu estudies en continence, tu habiteras en maison proufitable, non pas delitable. Et ne soit congneus li sires par la maison, mais les maisons soit congneue par lui. Ne te faindre pas d�estre �ou que tu n�ies, mais veuilles sembler ce que tu es. Sour toutes choses garde ke tu ne soies povres de laide povret�, et ke tu n�aies abandonnee simplece, ne legiert� non ferme, ne laide escharset�. Se tu as poi des choses, ne soient estroites; tes choses ne plorer, et de l�autrui n�ales merveilles. Se tu aymes continence, fui toutes laides choses avant k�eles aviegnent. Croi toutes choses ki puent estre soustenues, se ce n�est laidure. Garde toi de laides paroles, et ti dit soient plus proufitable que courtois. Ayme les homes bien parlans mais plus ayme ciaus ki parlent droit.

4. Entre ton afaire dois tu meller .i. po de jeu, si atempreement k�il n�i ait abaissement de dignit� ne defaute de reverence; car reprendable chose est non rire. Donques se sens fait de joer, porte toi selonc ta dignit� sagement. Soies teus ke nus ne te repregne que tu soies aspres, ne nus te desprise comme vilh. En toi ne soit aucune vilenie, mais avenable cortoisie. Tes geus soient sans legiert�, et tes ris sans huchier, et ta vois sans cri, et t�aleure sans rumor. Ton repost ne soit pas negligence. Quant li autre jeuent devant toi, pense aucune honeste chose.

5. Et se tu vieus estre continens, tu auras toutes loenges, autretel te samblera estre lo�s par les mavaises gens comme estre lo�s par malvaises oevres. Soies li�s que tu desplaises as malvais [p.  259] homes; et quant il pensent u dient mal de toi, lors dois tu estre joians, et quides que ce soit tes pris.

6. La plus grevable chose ki soit en continence est garder soi de douces paroles que losengiers dient, par qui li corages s�esmuet as grans delis. N�aquerre l�amisti� d�aucun home par losenge. Ne soies hardis ne orguillous, humelie toi et baisse, et non te vanter greveusement. Ensegne volentiers as autres. Respont belement. Se aucuns te reprent por droite okison, sach�s k�il le fait por ton preu. Les aspres paroles ne douter, mais aies paour des bones. Oste et dessoivre toi des visces, et de l�autri n�enquieres trop. Ne soies reprenderes trop aspres, mais ensegne sans reproce, en tel maniere que tozjours ait leece devant ton chastiement. Quant li hom erre, pardone li legierement.

7. Entent quitement ciaus ki parolent, et retien fermement �ou k�il dient. Se aucuns te demande aucune chose, tu dois respondre isnelement. A celui ki ten�onne, done liu tost, et te part de lui. Se tu ies continens, destraing toz mauv�s movemens de ton cors et de t�ame, et ne te chaut que li autre ne voient, car ass�s est que tu le voies tu. Soies movans et non pas mol. Soies constans, mais non partinaces. Tu quideras que tout home soient pareil de toi, se tu ne despises le plus petit par orgoil, et se tu ne doutes le plus grant par droiture de vie. Ne soies negligens au rendre benefices, et ne soies pr�s au re�oivre. A tous homes soies tu benignes, et a nului losengier, a poi familiier, a tous droituriers. Soies plus fiers en jugement que en paroles, et plus en ta vie que en ta face. Soies piteus vengieres et despis totes cruaut�s. 8. Raconte pris des autres et de toi non, et n�aies envie de l�autrui. Soies tousjours contraires a ciaus ki se soutillent d�engignier autres par samblance de simplet�. Soies lens a ire et isniaus a misericorde. Ens es aversit�s soies fermes et sages. Tu dois celer tes vertus ausi comme les autrui visces. Despis vaine gloire, et de ton bien ne soies crueus as autres. N�aies en despit le petit sens d�aucun home. Parle poi et enten quitement ceaus ki parolent. Soies ferm et li�s et seurs et ayme sapience. �ou que tu s�s, garde sans orguel, et �ou que tu ne s�s enquier doucement k�il te soit apris. 9. Continence soit constrainte dedens tes bonnes que tu soies trop escars ne trop despendables. Et ne metre trop ton penser es choses menues et petites, car c�est mout vergoigneuse chose. Donques en ceste maniere maintien la continence que tu ne soies don�s a la charnele volent�. Et ne soies prodigues ne tachi�s de male avarice. Mais ci se taist li contes d�atemprance et torne a la tierce vertu, ce est force.

[Livre II, LXXXI, p. 260]

DE FORCE

ORCE est une vertus ki fait homes fors contre les assaus d�aversit�s et done cuer et hardement de faire les grans choses; de qui li contes a dit �a en arieres, qu�ele garde l�ome a senestre, si comme uns escus, contre les maus ki vienent. Et voirement est ele escus et deffense de l�ome, c�est son hauberc et son glave, car ele fet l�ome deffendre soi et offendre a ciaus k�il doit. De ceste vertu trovons nous el Livre des Rois ki dist, tu m�as garni de force a la bataille, et mes enemis soumis a moi. Saint Luc dist, li hom fors garde ses maisons et ses choses sont en pais. Salemon dist, la mains dou fort aquiert richeces, et tous perecheus sont en povert�; la mains des fors a signorie, et la mains des couars sert a treus. Saint Matheus dit, fors hom aquiert le regne Deu. 2. Et sachi�s k�il i a .xii. choses ki connortent en nous ceste vertu; l�une est la droite fois de Jhesucrist, la seconde est l�amonestement des grans et des ainsn�s de nous, la tierce est la memore des preudomes et de lor oevres, la quarte est volent�s et us, la quinte est le guerredon, la sisime est paour, la septime esperance, la octime est bone compaignie, la nuevime est la verit�s et li drois, la disime est le sens, l�onsime est la foibleces de ton enemi, la dousime est la force meismes. 3. Couardie est en .iii. manieres, une por la paour dou mal ki est a venir, l�autre dou mal ki est present, l�autre par le cuer ki est parmanables. Et pour conoistre toutes manieres de foible cuers est ceste vertus devisee en .vi. parties, ce sont magnificence, fiance, seurt�, magnanimit�, patience, et constance. De cascune dira li contes ce ke lor en apertient, mais tot avant en dira il ce que Seneques dit de ceste vertu, c�est de force, ke il apele magnanimit�, en cest maniere.

[Livre II, LXXXII, p. 261]

DE MAGNANIMIT�

AGNANIMIT�, ki est apelee fortece, s�ele est en ton corage, tu viveras a grant esperance, franc et seur et liet. Grandisme bien est a home non douter mais estre parmanans a soi meismes et atendre la fin de sa vie seurement. Se tu es magnanimes, tu ne jugeras en aucun tens que honte te soit faite; et de son anemi diras k�il ot cuer de damagier toi, mais ne le fist pas. Et lors ke tu le tenras en ton pooir, tu quideras avoir vengance prise, en �ou ke tu as le pooir de toi revengier, pour ce que tr�s noble maniere de vengance est pardoner quant on puet faire sa vengance. Tu ne dois assalir home priveement mais tout en apert. Ne fere bataille se tu ne le dis avant, pour �ou que traison et engien n�afiert se a home foible non et couart. Ne metre ton cors en peril contre fol, et non douter com paourous, pour ce que nule chose fet home paourous se la conscience de vie blasmable non.

2. Or est il bien covenable que li contes die de .vi. parties de force, et premierement de magnanimit�. Ceste parole vaut autant a dire comme grant corage ou hardement ou provost�, car ele nous fait par nostre gr� enva�r raisonablement les griefs choses. Je di raisonablement pour ce que nul ne doit enva�r chose contre droit; car ki enva�roit frere menour, ce ne seroit pas proece, ains seroit forsenerie. 3. A ceste vertu nous amoneste Virgiles quant il dist, orden�s vos corages as grans oevres de vertu et a grandisme travaus. Orasces dit, ceste vertu oevre le ciel et essaie a aler par la voie ki li est devee, et despite la menue gent, et desdaigne la terre et ne doute paine. Tuilles dit, ja soit ce ke vertus face home corageus as aspres choses, totefois garde ele plus au comun proufit ke au sien propre. Science ki est lontaine de justice doit estre apelee malice, non pas sen; et li corages ki est aperell�s a periz, s�il est plus covoiteus de son preu ke dou commun, ele a non folie, non pas force. Car ceste vertu oste coardie ou perrece. 4. Lucans dist, oste toutes demorees, car ele nuist tozjors a ceux ki sont appareilli�s. Orasces dist, commence, car se tu prolonges l�eure de bien faire, tu seras comme li vilains ki voet tant atendre a passer outre le euue dou fleuve k�ele soit toute courue, mais ele cort et corra tousjors. Perses dit, quant on dist, demain sera ce fait, demain sera fet une grant chose, tu ne dones autre chose que .i. jour; li autre jour vienent, et lors avons gast� cel demain, li ans passe, et tozjors remaint .i. poi outre. Tuilles dist, cil doivent estre tenus apreudomes et de grans corages ki boute ariere le tortfait, non pas ki ne le fait.

5. Mais pour ce que ceste vertu done a home seur cuer et [p.  262] hardement et li fait avoir grant corage entour les hautes choses, covient il k�il se garde mout de .iii. visces ki tost le feroient trebuchier de son hardement et cheoir de sa pensee. 6. Li premiers visces est avarisces, car laide chose seroit que cil ki ne se laisse froissier par paour soit vaincus par avarice ou par convoitise; n�s que cil ki ne puet estre vaincus por travaill se laisse froissier par volent�. 7. Li secons est covoitise de dignit�, car par grief travail aquiert hom clart�, c�est renomee. Et cil ki plus est laboureus est de grignour pris; et a paines ert trov�s ki de son travail ne desire glore ausi comme son loier. Seneques dist, li sages met le fruit de sa vertu en sa consience, mais li fols le met en vaine glore. Tuilles dist, il sont aucuns qui quident monter es grans dignit�s par lor renomee, mais celui ki vraiement est de grant corage vieut mieus estre princes ke sambler le. On ne doit pas aquerre les dignit�s par gloire, car il en seroit chaci�s legierement. Pour ce dit Orasces que vertus ne sera chacie vilainement; ele resplendist de grans honors, et ne lieve sa hache por le cri dou peuple. Il ne sera ja esmeus por .i. poi de vent. 8. Le tier� visce est fols hardement, c�est a dire quant uns hom est hardis a faire une fole mellee, car ce n�est pas proece, an�ois est folie. Tuilles dist, ki folement cort es assamblees a combatre de sa main contre ses anemis, il est samblables as bestes sauvages, et ensiut lor fole fiert�. Neporquant se necessit� le requiert, tu dois bien combatre, et ains soufrir mort que deshonor; nous ne devons pas fuir, car ce seroit mauvesti�s et coardie. Et pour ce dist Lucans, fuie est une laide mauvesti�s, en quoi ne chiet nus se par chetivet� et par defaute de cuer n�est. 9. Et nanporquant nous devons bien fuir quant uns grans periz sorvient que nous ne poriens soustenir. Et lors est grans proece de bien fuir, selonc ce que Tuilles dit, ne nous abandonons as periz sans raison, car grignor folie ne puet estre faite. Li mestres dit, cil ki est en pais et va querant la guerre est forsen�s, mais li sages hom se maintient en pais tant comme il puet. Et quant il est constrains d�avoir guerre, il le fait droitement, autresi com li bons mires fait, ki aide a l�ome sain maintenir sa sant�; et s�il est malades legierement, il le cure par legieres medecines, et es plus gri�s maladies metent il les douteuses medecines. 10. A sa maniere doit on user sa force o sens non mie sans raison. Car Orasces dit, force ki est sans conseil dechiet par sa pesantour; li dieus acroist force ki est atempree, et si het ciaus ki par lor sorquidance osent enva�r les grans choses seulement.

[Livre II, LXXXIII, p. 263]

DE FIANCE

IANCE est une vertus ki demeure entour l�esperance dou cuer, a ce k�il puisse mener a fin ce k�il commence. Ses offices est haster soi de parfaire la chose commencie, si comme Lucans dit de Julius Cesar, k�il li estoit avis k�il n�eust rien fait tant comme il avoit rien a faire. Car nule chose est si po avenant a ciaus ki sont ja avanci� que desesperer soi de venir a bone fin.

[Livre II, LXXXIIII]

DE SEURT� ET DE PAOR

EURT�S est non redouter les damages ki vienent ne la fin des choses commencies. Et est seurt�s de .ii. manieres, une ki est par folie, si comme est de combatre sans armes et dormir empr�s le serpent, l�autre est par sens et par vertu. Et ses offices est de doner confort contre l�aspret� de fortune, selonc ce ke Orasces dit, cil ki a bien apareilli� son pis se raseure en adversit� et se doute en prosperit�; et Diex amaine yvier et il oste les choses ki furent ou sont males ne le seront pas tousjours ensi. Mais une bone eure venra de quoi on avoit esperance. 2. Contre ceste vertu se combat paour, en ceste maniere: Paour dist a l�ome, tu morras, et Seurt�s respont, c�est humaine nature, non pas paine. Je entrai au monde par ceste covenance que je m�en istroie La lois comande que l�om rende �ou ke l�om enprunte. 3. Et vie d�ome est uns pelerinages: quant tu auras mout al�, il te covenra revenir. Paour redist, tu morras, Seurt�s respont, je quidoie que tu desises noveles choses, mais pour morir vif je, et a ce me maine nature chascun jour; car des ke je nasqui, me mist ele ce terme. Je n�ai de quoi me courece, mais je di par mon sairement que fole cose est criembre chose que l�en ne puet eschiver. Lucans dist, mors est la derraine paine, si ne le doit on criembre. 4. Orasces dist, mors est li derrains termes de toutes choses. Senekes dist, ki prolonge la mort n�en eschape. Paour dist, tu morras, Seurt�s respont, je ne serai le premiers ne li derreniers, et home sont al� devant moi et home me sivront, c�est la fins de l�umain linage. 5. [p.  264] Nus sages ne doit estre dolans de mort, ki est la fins des maus. Je ne sai que jou soie autre chose ke uns animaus raisnables ki doit morir. Nule chose n�est gri�s ki n�avient c�une fois. Par ceste condition sont toutes choses engendrees, ke toutes choses ki ont commencement auront f�n. Il n�est pas estrange chose de mourir, et je sai bien que je doi morir, et a ce ne puis contredire. Dieus fist trop bien, car nus ne m�en puet menacier, car mors igaillist le signour au serf et les couron�s as fosseors; ele enporte en une maniere ciaus ki sont mout divers. 6. Paours dist, tu seras decol�s, Seurt�s respont, il n�i a force que je muire tost, u pichot a pichot. Paour dist, tu auras maintes ferues, Seurt�s respont, moi ke poise combien ke je aie de plaies ? de l�une me covient a morir. Paour dist, tu morras en estrange pa�s, Seurt�s respont, nule chose n�est estrange a home mort, et la mors n�est pas plus gri�s hors de maison que ens. Paours dist, tu morras joenes, Seurt�s respont, autresi vient la mors as joenes que as vieus, ele n�i fait nule difference; mais tant di je bien k�il fait millour morir lors k�il delite de vivre, et tr�s bon morir est an�ois que tu desirres la mort. Par aventure la mors m�osta d�aucun mal, au mains m�eschapa de viellece ki est mout grief. 7. Selonc ce que dist Juvenaus, ceste paine est donnee a ciaus ki longhement vivent, ke lor pestilence se renovele tozjors; il enviellissent en paine et en pardurable dolour et porrissent en orde vesteure. Pour ce dist Senekes qu�il fet bon morir tant comme il plest a vivre. Lucans dist, se li derreniers jours venoit avec la fin des biens, et il n�estoit tristece par isnele mort, l�om averoit tristece de sa premiere fortune; et si se meteroit en aventure desespereement, s�il n�atendoient la mort. 8. Pour ce ne m�en chaut se je muir joenes, car il n�est nus si pesans maus comme viellece. Juvenaus dist, hastive mors ne aigres definemens ne doit pas estre redoutee, mais viellece doit estre plus cremue que mors. Seneques dist, il ne puet caloir quand ans je aie ne quans j�en ai pris;car se je ne puis plus vivre, c�est ma viellece, kiconques vient a son derrenier jor, il muert vieus. 9. Paour dist, tu ne seras pas ensevelis, Seurt�s respont, petit damage est celui du sepulchre. Lucans dist, il n�i a force se la charoigne pourrist ou s�ele est arse, car nature prent tout a gr� a qui li cors doivent sans fin; mors n�a ke faire de fortune, la terre ki tout engendre tout re�oit; et ki n�est covers de la terre, il est couvers du ciel. D�s ke li cors ne sent riens, ne li chaut s�il n�est enfouis; et s�il se sentoit, toutes sepoutures li seroient tormens. Car sepulture ne fu pas trovee as oils des mors, m�s de vif, pour ce que la charoigne pourie fust ostee de la veue des homes. Por ce sont li .i. mis en terre et li autre en feu, et ce n�est fors que pour garder les iols des vivans. 10. Paours dist, tu seras malades, Seurt�s respont, or voi je bien que [p.  265] la vertus des homes ne se moustre en mer ou en bataille seulement; mais ele se moustre en .i. petit lit ou je laisserai la fievre u ele moi: la bataille est entre moi et la maladie, u ele sera vaincue u ele vaincera. Paour dist, les gens dient mal de toi, Seurt�s respont je me troubleroie se li sage home mesdisoient de moi; mais desplaire as mauv�s est los et pris, car cele sentence n�a point d�auctorit� en quoi cil blasme ki doit estre blasm�s. Il ne me blasment par loial jugement, mais por la lor mauvesti�; et dient mal de moi pour �ou k�il ne sevent bien dire. Il dient �ou k�il welent non pas �ou que je deserf, car il sont chiens ki ont si apris a abaier k�il ne le font pas par verit� mais par coustume. Juvenaus dist, li home sage ne doutent les laidenges dou fol. 11. Paours dist, tu seras chaci�s en essil, Seurt�s respont, li pa�s ne m�est contredis mais li lieus, car tout �ou ki est desous le ciel est mon pa�s; la troverai viles, la troverai la mer, la troverai les pors. Toutes terres sont pa�s au preudome autresi comme la mers as poissons; ou que jou aille serai jou en la moie terre, que nule terre ne m�est essilh, mais estranges leus, car bon estre apertient a l�home non pas au leu. 12. Paour dist, dolours te vient, Seurt�s respont, s�ele est petite, soufrons la, car cy a petite souffrance; se elle est grant, souffrons le, car ce sera grans glore. Et se aucuns disoit que dolours est dure chose, Seurt�s respont que cil hom est trop maus ki soufrir ne set. Paour dist, il est poi de gent ki puissent soufrir doleur, Seurt�s respont, soions de ces poi. Paour dist, nature nous fist sans force, Seurt�s respont, n�en blasme la nature ki nous engendra fort. Paour dist, fuions delour, Seurt�s respont, por quoi, il te sivra u que tu fuies. Paour dit, tu seras povres, Seurt�s respont, li visces n�en est pas en la povret�, mais el povre; il est povres pour �ou k�il le quide estre. Paour dist, je ne sui poissans, Seurt�s respont, ales joie tu le seras. Paours dist, cil a grans deniers, Seurt�s respont, n�est pas omme ne signour, ains est une huche: nus ne doit avoir envie de bourse plainne. Paour dist, cil est mout riches hom, Seurt�s respont, s�il est avers, il n�a riens, s�il est gasteres il n�ara longhement. Paour dist, mout de gent vont apr�s lui, Seurt�s respont, les mousches sivent le miel et li lou les charoignes, et li formis le forment: il sivent la proie non pas l�ome. Paours dist, je ai perdu mes deniers, Seurt�s respont, par aventure il eussent perdu toi; car il ont ja maint home men� a peril, mais de ceste part t�est bien avenut se tu as perdue avarisse avec. Et sach�s que avant que tu eus ces deniers, uns autres les avoit perdus. 13. Paour dist, je ai perdu les oils, Seurt�s respont, c�est pour ton bien, car la voie t�est close a mout de covoitises. Maintes choses seront dont tu deusses oster ces oils pour ce ke tu ne les veisses. Tu s�s bien ke avuglet�s est une partie d�innocense; car li oeil moustrent a .i. l�avoutire, et as autres covoitier maisons et [p.  266] cit�s. Paour dit, je ai perdu mes fiz, Seurt�s respont, fols est ki pleure la mort as morteus, mort sont pour �ou ke morir doivent. Deus ne les a pas tolus mais receus. 14. En ceste maniere Paours, ki onques ne dona bon conseil, se combat contre Seurt�, mais l�ome seur ne le redoute pas. Selonc ce que dist Orasces, li malisces des citeins ki donent essample de mal faire, ne vout de felon tirant, n�esmuet pas preudome ki est de ferme proposement et de fort corage. Lucans dist, paour de mal avenir a mis maint home en grant peril, mais cil est tr�s fors qui puet soufrir les douteuses choses. Car il apertient a fort corage et ferme k�il ne soit troubl�s en adversit�s, et k�il ne soit pas abatus de son estat avant que li tumulte viegne, ains use del present conseil, et ne se depart pas de raison. Senekes dist, il est plus de choses ki nos espoentent que de celes ki nous grievent; et nous somes plus sovent en doute par penser que par oevre. Et pour ce ne soies chetif devant le tens, car ce que tu criens n�avenra par aventure jam�s. 15. Contre la poour de morir nous asseurent .vi. choses, une est la mors du cors ki est anemis a l�ame, la seconde est que elle pose fin au peril dou siecle, la tierce est la necessit�s de morir, la quarte est que nous veons tousjours morir les autres, la quintes est que Dieus morut pour nous, la .vi. est la perpetuel vie ki vient apr�s. Mais ci se taist li contes de paour et de seurt�, de quoi il a longhement parl�, et moustre mainte bonne raison ki font a avoir en memore; et si tornera a l�autre partie de force, c�est magnificence.

[Livre II, LXXXV, p. 267]

DE MAGNIFICENCE AU TANS DE PAIS

AGNIFICENSE vaut autant a dire comme grandour, et c�est une vertus ki nous fet acomplir les gri�s choses et nobles de grant afaire. Et ses offices est en .ii. manieres, l�une est en tans de pais, l�autre en tans de guerre. En choses de pais doivent tenir li signour les .iii. commandemens Platon. 2. Li uns est k�il gardent le proufit as citeins, k�il reportent a �ou quanqu�il font, et n�entendent pas a lor propre preu, et k�il s�estudent qu�il aient plent� et habondance des viandes et des choses ki besoignent a la vie des gens, Li autres commandemens est k�il soient curieus de tout le cours de la cit�, et qu�il gardent la chose commune et les possessions et les rentes dou commun au besong de tous, non pas d�aucun home priv�. 3. Li tiers commandemens est qu�il tiegne justice entre ses subt�s, et k�il rende a chascun �ou ki est sien, et k�il garde les unes parties en tel maniere k�il n�abandonent les autres; car cil ki aident as uns encontre les autres amainent en la cit� perilleuse descorde. Apr�s doivent li signor et li governeour d�une cit� garder ke contens ne soit entr�eus. Car Platons dist que cil ki ont content ki mieus aministre la cit� font autresi comme se li marenier estrivoient entr�eus li quex governe mieus la nef, et c�est morteus periz.

[Livre II, LXXXVI]

DE MAGNIFICENCE AU TENS DE GUERRE

U tans de la guerre, quant il lor covient bataille faire, il doivent tout premierement commencier la guerre a cede entention qu�apr�s la bataille il puissent vivre en pais, sans tort faire. 2. Apr�s doivent il garder que, avant qu�il enva�ssent les estris, il soient apareilli�s diligement de toutes choses qui besoignent a aus deffendre et a assalir lor enemis. Senekes dit, loins apareillemens de bataille fet toustaine victore; et cis apareillemens est en bateillier et en forteresces par despenses et par armes. Terrences dist, li sages hom doit esprover totes choses avant k�il se combate; car mieus vient porveoir que re�oivre le damage et puis vengier. 3. Tuilles dist, li tiers offices est que tu ne te desperes trop par coardie ne ne te fie trop par covoitise. Car la desmesuree covoitise d�avoir maine l�ome en perils; selonc ce que dist Orasces, li ors fet [p.  268] home aler par mi ses enemis et estre plus fier ke feu ne foudre; li dons enlacent les felons princes. 4. Li quars offices est que en bataille doit on eschiver plus laide coardie que la mort et entendre plus a bont� que a autre proufit ne k�a eschaper; car mieus vaut morir que laidement vivre. Neporquant on ne doit laissier son salu pour cri, c�est pour oster le blasme que l�en te porte a tort ou pour aquerre grant renomee. 5. Li quins offices est traveillier sovent son cors es choses ki sont a fere; car Lucans dit, li hom huiseus mue sovent diverses pensees. Ovides dit, li euue ki souvent ne se muet devient porrie, autresi devient li hom chetis pour estre oiseus. 6. Li sisimes offices est que puis que l�om vient a combatre il doit metre grant vistece, et amonester les chevaliers et les bachelers a bien fere, et loer les de lor proeces et de lor ancissours, et dire tant qu�il les face enhardir et oster de coardie. 7. Li septimes offices est aler au premier assaut secourre et aidier ciaus ki sont affoibloi�s, et soustenir ciaus ki cancielent ou ki fuient. 8. Li offices witimes est que quant on a victore on doit espargnier et garder ciaus ki ne furent cruel anemi. 9. Li nuevimes offices est que se l�om fait pais ou trives ou autres aliances as anemis, il les garde et maintiegne; et non croie a ciaus ki dient que l�om doit porchacier de vaincre ses anemis ou par force ou par tricherie. 10. Ce nos moustre uns haus citeins de Rome ki fu pris en Cartage lors que li romain i furent a ost; car ciaus de Cartage l�envoierent en Rome pour faire encangier les chetis, et li firent jurer k�il revenroit; et quant il fu a Rome, il ne loa pas que li chetif fussent rendus. Et quant si ami le voldrent retenir, il volt mieus revenir a son torment que mentir sa foi k�il avoit donee as enemis. 11. Mais Alixandres li grans dit qu�il n�a point de difference coment que l�en ait victore ou par force ou par barat, car fet n�i doit avoir piti�, et cil est enemis de soi meismes ki prolongue la vie a son anemi.

[Livre II, LXXXVII]

DOU CONTENT KI EST ENTRE GUERRE ET PAIS

R a devis� li contes de .ii. manieres de grandeur et en guerre et en pais. Mais pour amenuisier la creance de ciaus ki quident que li affere de guerre est plus grans que celui de la cit�, li mestres dit que pais et li affaires de la cit� est maintenue par sens et par conseil de corage, m�s li plusour ont quise bataille par aucune [p.  269] covoitise. Mais a la verit� dire poi valent les armes dehors se li sens n�est dedens. Pour ce dist Salustes, tuit li home ki s�estuident d�avancier les autres animaus doivent garder k�il ne mainent lor vie en maniere de beste, ki naturaument sont obeissant as ventres. Mais toute nostre force et ou cors et ou corage, car li corages commande et li cors doit servir. 2. Il est plus drois ke l�on quiere gloire par engien que par force. Tuilles dit, toutes choses honestes que nous querons par haut corage est aquise par vertu de cuer, non pas par force de cors. Nonporquant on doit amener son cors si k�il puisse obeir a conseil et a raison.

[Livre II, LXXXVIII]

DE CONSTANCE

ONSTANCE est une estable fermet�s de corage ki se tient en son proposement. Ses offisses est a retenir fermet� en l�une fortune et en l�autre, si ke l�om se s�eshauce trop par prosperit�, et ne soit trop tourbl�s en adversit�, mais tiegne le mi. Car noble chose est avoir en chascune aventure .i. front et .i. meisme vout. Senekes dit, la porveance dou corage est k�il soit bien orden�s quant il se puet estre et maintenir soi en .i. estat. Orasces dit, garde que es grans choses ton cuer soit tousjours igal. Aies atempree leece quant plus de biens te vient que tu n�aies acoustum�, car li sages et li hardis apert a la destrece. Et ailleurs dist Orasces, l�ome fort et ferme retret a bon vent sa voile quant ele est trop enflee. 2. La loi de fermet� est cele que nous ne soions pas fichi� es maus ne movables es biens. Es maus meismes a fermet�, mais lors n�est ele pas vertus. Selonc ce que dist Orasces, une partie des homes s�esjo�ssent des visces, et por ce se ferment en mal fere; une autre partie vait flotant, car une fois fet bien et autre mal. Juvenaus dit, la nature des mauv�s est tozjours vaires et movables quant il meffont, encore ont il fermet� tant qu�il commencent a connoistre bien et mal; et quant il ont fet les crimes, nature se fiche es meurs d�aus; et ne s�en set remuer. Ki est cil ki met fin en pechier ? puis que la rouge coulour s�en est alee une fois de son front, quel home vois tu ki se tiegne a .i. sol pechi� ? puis ke sa face endurcist, et ne redoute vergoigne. 3. A ceste vertu est contraire .i. visces ki a non muablet�, c�est a dire dou corage ki n�a nule fermet�, ains est sovent esmeus en diverses pensees. Et sont aucun si plain de ces visces que li autre quident que lor fermet� soit tozjors movable; aucun sont si po [p.  270] estable ke, maintenant k�il lor avient .i. poi de mal, desprisent tous delis; delis; par dolour afoiblissent, et despisent gloire, et sont froissi� par male renoumee. De �ou dist .i. sages, quant je sui malades jou ayme Dieu et sainte eglise, mais quant je sui garis cele amours est oubliee. 4. Pour ce dist Orasces, ma sentence se combat o moi, car ele refuse ce k�ele avoit quis et requiert ce k�ele avoit refus�; or fait edifisces or les despise, or mue les choses quarrees et les fet reondes. Quant je sui a Rome j�aime Tybur, et quant je sui aTybur je ayme Rome. Li corages est coupables, que nule fois ne fuit sa volent�. Cil ki vont outre la mer muent l�air, non pas le corage. Par quel neu tendrai je Proteum ki toute fois change son vout ? 5. Li mestres dit, de cestui vice avient que nus hom ne se tient apai�s de sa fortune ne de son estat. Orasces dist, mais chascuns desire choses diverses; car li bu�s desire d�avoir frain et siele, et li chevaus desire arer la terre. Je jugerai que chascuns se tiegne a celui mestier a quoi il est livr�s. 6. A ceste vertu apertienent .v. choses; l�une est la parmanablet� de l�entendement ki se sieut remuer en diverses pensees, la seconde est uns meismes corages es biens et es maus, la tierce est fermet�s entour les choses desirees, la quarte est a endurer contre les tentations, la quinte est permanance es oevres.

[Livre II, LXXXVIIII]

DE PATIENCE

ATIENCE est une vertus par qui nostre corages nous fait a soufrir les assaus d�aversit�s et les torsfais. Son office moustra Lucans quant il dist, patience s�esjoist es dures choses; la plus grant leece k�ele puisse avoir est quant ele puet ovrer sa vertu. Li mestres dist, ceste vertus est remede de tortfet. 2. Orasces dit, tout li mal ki sont a venir devienent plus legier par patience. Boesces dit, par non soufrir te sera l�aventure plus aspre ke tu ne pu�s muer. Terrences dit, soufrons o bons corages ce que fortune nos aporte, car folie est de regiber contre aguilon. Senekes dist, li malades ki ne est obeissans fet enasprir son mire, car nule chose n�est si legiere ki ne te soit grief se tu le f�s a ennui. 3. [p. 271] Et pour �ou que ceste vertu est contre les passions covient il savoir ke les unes sont par volent�, les autres non. Et toutes soufrances que l�on fet de par son gr� sont loables et sont dignes de merite, mais les uns ou les autres ou eles sont dedens ou dehors, et celes ki sont dedens sont por bien ou pour mal ki vient de hors si comme est ore leece, esperance, paour, et dolour. Celes ki sont dehors sont li anui et li tortfet que li autre nous font ou dient. Mais en toutes manieres de tribulations dois tu consirer la passion Jhesucrist et la maleurt� Job, ki le sot si bien soufrir. 4. Apr�s dois tu garder le travail que li mauv�s suefrent por acomplir lor mauvesti�s. Apr�s consire se tu avoies deservi devant celui mal ou grignour, et consire la maniere dou mal ki vient et de celui ki le te fet; car en chascune de ces choses pu�s tu prendre connort a bien soufrir toutes tribulations dou siecle.

[Livre II, LXXXX]

ENCORE DE FORCE

N ceste vertu, ce est force, et en toutes ses parties, de qui vous av�s o� �ou ke li contes en a dit, se doit on amesurer et garder soi de trop et de poi. Selonc ce que dist Senekes, sa magnanimit� ist de sa mesure, ele fet home menaceour et enfl� et tourbl� sans repos, et courans a dire grans paroles sans nule honestet�, et par petites choses lieve et engroisse ses sourcis et commuet autrui, et chace et fiert. Et ja soit il si hardis et si fiers, certes il ara chetive fin entour les grans choses, et laissera de soi perilleuse ramembrance. Donques l�amesuree magnanimit� est que l�en ne soit trop hardis ne trop paourous. 2. Mais ci se taist li contes a parler de force et de ses manieres, et tornera a la quarte vertu, c�est justice

[Livre II, LXXXXI]

CI PAROLE DE LA QUARTE VERTU, C�EST JUSTICE

USTICE vient apr�s toutes les autres vertus. Et certes justice ne poroit rien faire se les autres vertus ne le faisoient; car au comencement dou siecle, quant il n�avoit en tiere ne roi ne empereor, ne justice n�estoit conneue, les gens de lors vivoient en guise de [p.  272] bestes, li .i. en unes repostailles et li autre en .i. autre, sans loi et sans communit�. Li home gardaissent volentiers la franchise que nature lor avoit donnee; et n�eussent mie mis lor cos au joug des signories, se ne fust ce que les males oevres mouteplioient perilleusement et li maufetour n�estoient chastoiet. Lors furent aucun preudome ki par lor sens assamblerent et ordenerent les gens a abiter ensamble et a garder humaine compaignie et establirent justice et droiture; dont pert il certainement que justice est celle vertu qui garde humaine compaignie et communit� de vie. Car en ce que li home abitent ensamble, et li uns a terre gaignable ou autres possessions de quoi il a besoing, s�uns autres pour ce en fust commeus par envie et par descorde, se justice ne fust.

2. Ceste vertu sormonte les aspres choses, car en ce que li uns est chevaliers et li autres marchans, li autres laboureres, et li pourchas de l�un enpire le gaaing de l�autre, les guerres et les haines naistroient et seroient a la destruction des homes, sa justice ne fust, ki garde et deffent la communit� de vie; de qui la force est si grans que cil ki se paissent de felonie et de meffet ne puent pas vivre sans aucune partie de justice, car li laron ki emblent ensamble welent que justice soit entr�aus gardee, et se lor mestre ne departent ygaument la proie, ou si compaignon l�ocient ou il le lient. 3. Tuilles dit, nus ne puet estre justes ki crient la mort ou dolour ou exil ou povert� ou ki met contre loiaut� les choses ki sont contraires a ceste vertu; c�est a dire ki est si li�s d�avoir vie ou sant� ou richece ou autre chose que l�om fait contre loiaut�, cil ne puet estre justes. Tout li establissement de vie sont fet pour aidier as homes par force de justice, premierement que on ait a qui il puisse dire ses privees paroles; et a ciaus ki vendent et achatent et prenent et baillent a loages, et ki s�entremetent de marchandises, est justice necessaire.

4. De qui dist Senekes, en ceste maniere: Justice est jointe a nature et trovee par le bien et par le maintenement de maintes gens; et n�est mie ordenemens d�ome, an�ois est lois de Dieu et liiens d�umaine compaignie. Et en cestui ne covient a home penser que covenable soit, car ele le demoustre en ensegne. 5. Se tu vieus ensivre justice, premierement aime et criem Dieu Nostre Signour, si ke tu tu soies am�s de lui. Et lui pu�s tu amer en ceste maniere, que tu faces bien a chascun et a nului mal; et lors te clameront les gens justes et te sivront et feront reverence et toi ameront. 6. Se tu vieus estre justes, n�est mie ass�s a non damagier les autres, mais il te covient contrariier a ciaus ki damagier les welent, pour ce ke non damagier n�est pas justice. Non prendre a force les autrui choses, et rent celes que tu as prises, et chastie teus homes ki les prenent. Nule discorde ki soit devant toi n�entent par doubles paroles, mais garde la qualit� dou corage. Une cose soit ton jurer et ton affermer, car [p.  273] ja n�i soit li non Dieu apel�s, totefois i est il tesmoins; et por ce ne trespasse la verit�, a ce ke tu ne trespasses la loi de justice. 7. Et se aucunefois te covient men�oigne dire, tu le diras non mie por fauset�, mais por la verit� deffendre. Se il te covient la verit� raembre par men�ogne, tu ne dois mentir, mais escuser; la ou est honeste ochoison, l�ome juste ne descoevre pas les choses secrees, mais il taist ce que fait a taire et dist ce que fait a dire. Li hom justes est ensi que por apareillier pais et ensivre tranquillit�; mais quant li autre sont vaincus par mauvaises choses, il les vaint. Donques se tu faisoies tels choses tu atendroies ta fin li�s et sans paour, et joians poras tu veoir les choses tristes, et quites seras en veoir les choses de rumour et seurs esgarderas les estremit�s. 8. Et pour ce que justice est li compliemens des autres vertus, apelent li plusor tout bien et toutes vertus ensamble par cest non, c�est justice apelee; mais li mestres apele justice cele vertu solement qui rent a chascun son droit, as quex oevres nous semont nature en .iii. manieres, une ke Dieus fist l�ome tot droit pour senefiier le droit de justice, la seconde que por quoi �ou ki apertient a justice est escrit en nos corages com par nature, la tierce est que tous autres animaus gardens justice et amour et piti� entre ciaus de lor maniere. 9. Autresi nous i semont li ensegnemens dou sage Salemon, am�s justice, vous ki jugi�s la tiere Salemon dist, combat toi pour justice jusc�a la mort. Salemons dit, devant la sentence apareille justice. St. Matheu dist, boneureus sont cil ki suefrent parsecution por justice. David dist, Diex serra les bouches des lyons pour �ou que jou avoie justice. Salemons dist, justice enhauce les besoignans. Salemons dist, tresors de malisces ne proufitent noient, m�s justice garantira de mort. David dist, ma justice me armera devant toi. Salemons dist, justice est perpetuel et sans mort. Seneques dist, en justice est la tr�s grans resplendissours des vertus. 10. A justice apertienent .ii. choses, volent� de proufiter a trestous et de non anolier a nului, car ce sont li commandement de la loi naturele. Saint Matheu dit, faites as homes ce que vous vol�s k�il facent a vous. Li mestres dit, justice doit sivre le sens. 11. Mais .ii. volent�s enpechent l�office de justice, ce sont paour et covoitise, et .ii. fortunes, c�est prosperit� et adversit�; c�est a dire, se il sera aucuns ki par son sens soit dignes que tu li faces aucun bien, et li autre te dient que se tu li fes tu en auras haine d�aucun poissant home, v�s ci que paours te fera cesser de l�office de justice. D�autre part sont aucuns vers qui tu dois estre larges, et je vuel garder mon avoir, v�s ci que covoitise va contre justice. Pour quoi il covient que justice soit apoie de .ii. pilers, c�est de force contre paour et contre adversit�, et d�atenprance contre covoitise et prosperit�. 12. [p.  274] En fortune apert il, car contre prosperit� doit on metre atemprance, et contre aversit� doit on metre force; car autrement la prosperit� esleveroit trop home et l�adversit� le baisseroit trop, si comme li contes a dit apertement �a en arieres. Por ce puet entendre chascuns que atemprance et force metent l�ome el siege de justice, et le tienent si fermement k�il n�en orguillist par prosperit� ne ne crient par adversit�. 13. La lois de Rome dist que justice est ferme et perpetuele volent�s, et done a chascun son droit. Et pour ce poons nous entendre que toutes vertus et toutes oevres ki rendent ce k�eles doivent sont sous justice et desous ses parties. Mes il i a choses ke nous ne devons a tous homes, c�est foi et amour et verit�; et choses sont que nous ne devons pas a tous homes, mais a aucuns, si com li mestres devisera en son conte diligement. Mais tout avant dist il que justice est devisee principaument en .ii. parties, ce sont reddeur et liberalit�.

[Livre II, LXXXXII]

DE REDDEUR KI EST LA PREMIERE BRANCHE DE JUSTICE

EDDEURS est une vertus ki restraint le torfet par digne torment. Et a .iiii. offices; dont li premiers est que nus ne nuise a l�autre s�il n�ait avant receus le torfet, la seconde est que l�en use les communes choses si comme communes et les propres si comme propres. Et ja soit ce que nule chose soit propre par nature, mais commune, toutefois ce que chascuns en a est sien propre. Et se aucuns en demande plus, il brisera la droiture de l�umaine compaignie, et de �ou vient tous descors, que tu t�esforces de torner mes choses en ta propriet�. Seneques dit, mais li home vesquissent mout en pais se ces .ii. paroles, mien et tien, fussent ostees dou mi. 2. Tuilles dist, li tiers offices de reddeur est oster les mauv�s de la commune as homes; car autresi comme on coperoit aucuns membres s�il commen�oient a estre sans sanc et sans vie, k�il ne nuisissent as autres, doit on departir la felonie et la cruaut� as mauv�s de la [p.  275] compaignie des gens, car il sont homes non pas par oevre mais par non. Quele difference a il donc, se aucuns se mue en fiere sauvage, u s�il a samblance d�ome et cruaut� de beste ? 3. Li ferues ki ne sentent garison pour nule medecine doivent estre malices de fier, dont ne doit on pas pardoner a teus homes. Senekes dit ke li juges est dampn�s quant li maufetours est ost�s. Tuilles dit, li juges se doit garder d�ire quant il juge, car o ire ne poroit il garder la moienet� ki est entre poi et trop. Catons dit, ire enpeeche le corage, si k�il n�a pooir de la verit� connoistre. Orasces dit, quant li hom n�est sires de sa ire, il est raisons que �ou k�il fet soit por non fet.

[Livre II, LXXXXIII]

DES JUGES

I juges doit tozjors sivre la verit�, mais li advocas sivent aucune fois ce que samble verit�, et le welent deffendre ja ne soit il verit�s. Salustes dit, tout cil ki jugent des choses douteuses, c�est a dire tot cil ki sont pour fere justice, doivent estre wit de haine d�amisti�, d�ire, et de misericorde, car li corage a qui teus choses nuisent a paines puent veoir gaires de verit�. 2. Tuilles dit, li riche tolent sovent au riche par envie, et donent au povre par misericorde. Senekes dist, maintenant que li hom ne vest persone de juge doit il vestir persone d�amis et garder que sa parole ne forcloe les autres autresi comme s�il fust venus en sa possession, il doit user communit� en sa parole ausi comme es autres choses.

[Livre II, LXXXXIIII]

DE LIBERALIT�, QUI EST LA SECONDE BRANCHE DE JUSTICE

IBERALIT�S est une vertus ki donne et fet benefices. Ceste meisme vertus est apelee cortoisie; mais quant ele est en volent�, nous l�apelons benignit�, et quant ele est en oevre, nous l�apelons largece. Ceste vertus est toute en doner et en guerredoner, et par ces .ii. choses somes nous religieus vers Dieu Nostre Soverain Pere et pitieus a nostre pere et a nostre mere et as nos parens et a nostre pa�s et amables a tous et reverans as plus grans et misericordieus as besoigneus et non nuisans as plus foibles et concordans a [p.  276] nos voisins. Donques pert il bien que liberalit�s est devisee en .vii. parties, ce sont don, guerredon, religion, piti�, carit�, reverence, et misericorde. Et pour �ou ke chascuns rent �ou k�il doit sont il vraiement partie et metre de justice.

[Livre II, LXXXXV]

LES ENSEGNEMENS DE DONER

R dira li contes de chascune partie de liberalit� par sol, et premierement de don, ou il a ensegnement comment on se doit contenir en doner. Seneques dit, en doner garde que tu ne soies durs; mais ki est li hom a qui il soufist d�iestre pri�s legierement a une seule fois ? ki est celui que quant il quide que tu li weilles demander aucune chose ki ne torne aucun po son front, ki n�endurcist sa face et fait samblant k�il est enbesoigni�s ? Ce ke l�en done est deu par autretel corage comme il est don�s; et pour �ou ne doit on pas negligemment doner. Nus ne guerredone volentiers �ou k�il n�a receu de bon gr�, ains la estors; et cele chose doit on a soi meismes qu�il rechut dou nonsachant. 2. Li mestres dit, apr�s ce garde toi de deloier ton don, de ce k�il l�a tenu en delai et laissiet en lonc atendre. Donques ne dois tu delaier �ou que tu pu�s doner maintenant, car ki tost done, .ii. dois done: une fois done la chose, et une autre chose par samblanche que doner li plest. Senekes dit, on ne set gr� dou don ki a longuement demor� entre les mains dou doneur, car ki mout doute est prochains a escondire, et ki tart donne longuement pense de non doner. De tant apetices tu la grace comme tu i m�s de demeure, pour �ou que la face de celui ki te prie enrougist par honte. Mais cil ki ne se laisse demander longuement muteplie son don, pour ce que tr�s bonne chose est davancier le desirier de chascun. Senekes dit, cil n�a pas pour nient la chose ki par priere la requiert, nule chose ne couste plus chier que cele ki est achatee par priiere. Li mestres dist, c�est amere parole et anvieuse en qui doit baissier le vout, ke dire, le pri. Tobies dit, priere est vois de misere et parole de color. 3. Pour ce sourmonte toutes manieres de don cil ki vient a l�encontre et ki est fete sans requeste Tuilles dist, plus est gracieus uns petis dons fais isnelement que uns autres grans ki est a paines don�s. La grace de celui ki donne amenuise s�il l�en covient priier a autres. Nule chose est si amere comme longuement atendre; et maint home sevent millour gi� d�escondire les tost ke metre les en delai. 4. Tuilles dit, apr�s garde que ton don ne nuisent a ciaus qui tu [p.  277] les donnes, ou as autres; car ki done autrui chose ki li nuise ne fait pas benefice mais malefice. Plusour sont si covoiteus de glore qu�il tolent as uns ce k�il donent as autres. Ki prent mauvaisement por bien despendre plus fait de mal ke de bien, et nule chose est si contraire a liberalit�. Senekes dist, car il done a vaine glore non pas a moi. Tuilles dist, usons donc liberalit� en tel maniere k�il vaille a nos amis et ne nuise a nului 5. Li mestres dit, apr�s garde ke ton don ne soit grignour ke ton pooir. Senekes dist; car en tele liberalit� covient avoir covoitise de prendre l�autrui por avoir a doner. 6. Li mestres dit, garde que tu ne reproces ce que tu as don�, car tu le dois oublier, m�s celui ki le re�oit s�en doit ramenbrer. Tuilles dist, la loi de bien fere entre .ii. est tele que li uns doit tantost oublier ce k�il a don�, a l�autre doit tousjours souvenir que il a recheu. Il ne souvient pas a bon homme de ce qu�il a donn�, se cil qui le guerdonne ne l�en fait sovenir. Estroitement lie cil ki si debonairement donne k�il li est avis qu�il gaigne �ou qu�il done; il done sans esperance d�avoir guerredon, et re�oit comme se il n�eust onques don�. Cil ki reprocent ou asprement ou debonairement ou ki se repentent de lor don brisent toute la grace. A qui Tuilles dit, ha, orgueil, a nul home plaist riens prendre de toi, car tu corrons quanque tu dones. 7. Li mestres dit, apr�s gar toi de malicieus engien d�escondire, si comme fist li rois Antigonus, ki dist a .i. menestrer ki li demanda un besant qu�il li demandoit plus k�a lui n�afroit; et quant il li demanda .i. denier, si li dist que rois ne doit si povre don donner: ce fu malicieus escondit, car il li pooit bien doner, .i. besant pour ce k�il estoit rois, u .i. denier pour �ou k�il estoit menestr�s. Mais Alixandres le fist mieus; car quant il dona une cit� a .i. home, ki li dist k�il estoit de trop bas afaire a avoir cit�, Alixandres li respondi, je ne preng pas garde quele chose tu dois avoir, mais quele chose je doi doner. 8. Li mestres dist, apr�s garde ke tu ne te plaignes de celui ki ne te set gr� de ce que tu l�as servi: il en ert de millour se tu t�en tais, mais se tu t�en plains il en enpirra, car il est tousjours en doute de sa honte, mais maintenant ke tu t�en plaindras, sa honte est alee, et dira chascuns k�il n�est pas teus comme nous quidiens. Ne soies pas samblables a aus; s�il ne te set gr� d�un bienfet, il le te saura d�un autre, et s�il en oublie .ii., li tiers li ramenra a memore ciaus k�il avoit oubli�s. Quel raison est de couroucier celui a qui tu as don� grant chose, si ke cil ki est tes amis deviegne tes enemis ? Soies larges en doner et ne soies pas aigres en demander, car quant les laidenges montent plus hautes que les merites, celui a qui il plest s�en oublie; et ki s�en dieut l�amenuise. 9. Li mestres dit, en liberalit� devons nous sivre les dieus, ki sont signour de toutes choses: il comencent a doner a ciaus ki gr� n�en sevent, et ne cessent de doner. Et lor volent�s est de profiter, car li [p.  278] solaus luist sor les escomeni�s, et la mers est habondee as larons. Donc se tu vieus ensivre les dieus, done neis a ciaus ki ne te sevent gr�. Car se aucuns ne me set gr� de ce que je li doins, il ne fet pas tort a moi mais a lui. Car a celui ki en set gr� delite tozjours li benefices, mais a celui ki n�en set gr� ne delite il c�une fois. 10. Ce n�est mie grant chose, doner et perdre; mais perdre et doner apertient a grant corage. Vertu est donner sans atendre le change: je ameroie mieus non re�oivre que non donner. Cil ki ne done �ou k�il promet meffet plus que cil ki ne set gr� de ce ke l�en li donne. Rechevoir don n�est autre chose ke vendre sa franchise; et por ce se tu prom�s a celui ki n�est pas dignes, donne li non mie por don mais por raembre ta parole. Lucans dist, franchise ne seroit pas bien vendue por tot l�or dou monde. 11. Tuilles dit, ja soit ce que tu dois g doner a chascun ki te demande, toutefoies on doit eslire ki en est dignes; en ce doit on regarder les meurs de celui a qui il done, et quel corage il a vers nous et avec queles gens il abite, et en quele compaignie il vit, et le service k�il nous fet, ou que cil avoec qui il vit soient parfet ou aient samblance de vertu. Car je ne croi que nus doit estre despis en qui apert aucun signe de vertu. Et tu dois croire de chascun k�il soit bons, se le contraires n�en est prov�s. 12. Li mestres dit, chascuns doit estre honor�s plus en tant comme il est aorn�s de plus legieres vertus, c�est de mesure et d�atemprance; car fort corage et plus ardant est en celui sovent ki n�est parfetement sages. La premiere chose en servir est que nous devons plus a celui qui plus nous ayme. Mais il i a plusours ki font maintes choses par soudaine haste autresi comme s�il fussent esmeu par .i. po de vent: itel bienfet ne doivent estre tenus pour si grant comme s�il fuissent fet apenseement. 13. Il est autrement de celui ki a mesaise que de celui ki a tot bien et demande mieus: on doit plus tost bien fere a ciaus ki ont mesaise s�il ne sont digne d�avoir le mesaise; mais nous nous devons dou tout escondire a ciaus ki beent de monter plus haut. Encor croi jou ke bienfet soit mieus emploi�s as bons povres que as mauv�s riches; car cil ki sont riche ne voellent estre obligi�s por bienfet, ains quident a toi fere grant bien quant il re�oivent de toi, ou il quident que tu atendes aucune chose d�aus. Se tu f�s bien au mauv�s riche, tu n�auras gr�, fors que de lui et de sa mesnie; mais se tu f�s bien au bon povre, il li est avis que tu regardes a lui, non pas a sa fortune, ensi en auras gr� et grasces de toz les bons povres, car chascuns le tenra en s�aide. Et pour ce se la chose vient en content, se ensivras Domistocles, ki dist quant il volt marier sa fille, j�aime mieus, fist il, home ki set soufret� de deniers ke les deniers ki aient soufret� d�ome. 14. Nous devons teus dons doner ki ne soient pas oiseus; car a femes ne doit on doner armes as chevaliers. Senekes dist, nous [p.  279] donrons teus choses ki ne reprocent a home ne a sa maladie, c�est a dire ke l�om ne doit a l�yvre doner vin. On a dit li contes et ensegniet ce ki apertient a doner; desormais dire il de guerredoner.

[Livre II, LXXXXVI]

DE GUERREDONER

UANT on a receu don ou autre bienfet par quoi il est obligi�s a rendre le guerredon, nule chose est si necessaire comme rendre grasces, c�est a dire ke tu reconnoisses le bien que tu as receu, non mie par paroles solement, mais par oevre. Car se Ysodorus commande que tu rendes a grignour mesure que tu n�as emprunt�, ke devons nous faire quant aucuns nous fet bien de son gr� ? 2. Certes nous devons ensivir les chans gaignables ki apartent mout plus que l�om ne lor baille. Car se nous ne doutons a servir a ciaus que nos quidons ki nous vaudront, ke devons nous faire a ciaus ki nous ont ja valu ? Il est en nostre poest� doner u non doner, mais il ne loist pas a bon homme qu�il ne rende guerredon de ce k�il a receu, s�il le puet faire sans forfait. 3. Sor toutes choses garde que tu n�oublies le bien que chascuns te fait, car tout heent celui a qui il ne sovient dou bienfet k�il a receu et lor est avis que aussi oublieroient il le bien s�il le faisoient. Seneques dit, cil est mauvais ki denie le bienfet k�il a receu. Senekes dist, cil est mauv�s ki n�en fet samblant, plus mauvais ki n�en rent guerredon, tr�s mauv�s ki l�oublie. Cil ne puet gr� savoir dou bienfet ki l�a tost obli�; il pert bien k�il n�apensoit gaires a rendre, et cil ki l�oublie samble celui ki gete le don si long de soi k�il ne le puisse veoir; car l�om n�oublie rien fors ce ke l�om ne voit sovent. Pour �ou [p.  280] di je ke tu n�oublies pas le bienfet ki est trespass�s. Nus ne tient por bienfet ce ki est trespass�, ains le tient autresi comme chose perdue; s�il en est trais en court par devant juge, lors n�est il pas dons ne bienf�s, ains commence a estre ausi comme dete enpruntee. Et ja soit il tr�s honeste chose de rendre grasces, ele devient deshoneste s�ele est fete par force. 4. Apr�s te garde a que tu n�aproces a benefice par tortfet; car il sont aucun ki rendent trop grant grasces, si k�eles sont mauvaises, car il voldroient que cil a qui il sont obligi�s eussent aucune besoigne pour moustrer coment il se recordent dou bien k�il lor ont fet; li lor corages est autresi comme cil ki sont eschauf� de mauvaise amour; il desirent que lor amis soient essilli�s por fere li compaignie quant il s�enfuira; ou k�il soit povres por doner lui a son besoing; ou k�il soit malades pour seoir soi devant lui: si ami desirent ce que si anemi voldroient de lui. Et par poi la fins de hayne est autretele comme de mauvaise amour; car estrange felonie est de plongier .i. home en l�euue pour retraire l�en ou d�abatre por le relever ou enclore pour metre le hors. Car la fins de torfet n�est pas benefices, ne ce n�est pas services ki oste le mal k�il a fet. 5. Apr�s garde ce que dist Tuilles ke tu ne te hastes trop a demoustrer ke tu saches gr�. Cil ki devancist le tens de guerredoner peche ausi bien comme cil ki le passe. Car ce que tu ne vieus ki demeure entor toi samble que ce soit charge non mie don. Et est signes de geter ariere le don, quant on l�envoie maintenant .i. autre en lieu. Et a qui poise k�il n�a encore guerredon rendu, se repent dou don k�il a receu. 6. Apr�s garde que tu ne rendes grasces en repost; car cil ne set gr� dou bienfait ki en rent grasces en tel maniere que nus ne l�ot. Mais sortot garde que tu re�oives benignement; car en ce que tu re�ois debonnairement, as tu rendu grasces; mais n�en quides pas pour �ou estre quites, ains estes plus seurement tenus a rendre; car nous devons rendre volent� contre volent� et chose contre chose et parole contre parole.

[Livre II, LXXXXVII, p. 281]

ENCORE DE LIBERALIT�

NCORE est liberalit�s devisee en autre maniere, car l�une est en l�oevre, li autre en pecune; et ki en a le pooir doit servir de chascune ou de l�une u de l�autre. Et cele ki est en pecune est plus legiere meismement a riche home, mais cele ki est en oevre est plus noble et plus digne a bonhome. 2. De celui dist Senekes, vertus n�est close a nului, ele est a tous overte, ne ele n�aquiert maisons ne terres, ele se tient pour apaie de l�home nu. Et ja soit ce que l�une maniere et l�autre de liberalit� ou cele ki est en oevre ou cele ki est en pecune facent home plaisant et agreable, neporquant l�une vient de la huche, li autre vient de vertu; et cele ki est de pecune apetice plus tost et ainsi est ostee par benignit�. Car de tant comme tu en uses plus, de tant en poras tu mains user: kiconques plus done et despent ses deniers, tant en aura il mains. 3. Li autre maniere ki vient de vertu fet home plus riche et plus apareilli� de bien fere, de tant comme l�om si acoustume plus. Quant Alixandres se porcha�oit d�avoir la bone volent� de ciaus dou regne son pere, ce ert de Macedoine, par deniers qu�il lor donoit, ses pere li rois Phelippes li envoia letres en tel maniere: quele erreur t�amaine en ceste esperance que tu quides que celui soient loiaus envers toi ke tu as corrompus par deniers ? tu fais tant que cil de Macedoine ne te tienent pas pour roi m�s por ministreor et por doneour. Cil ki re�oit en devient pires; car tozjours est en atendance que tu li doignes; neporquant on ne se doit dou tout retraire de doner, car a proudes gens ki ont besoigne doit on bien doner, m�s diligement et atempreement, pour ce que plusour ont gast� lor patrimoines por doner folement. 4. Li mestres dist, nule grignour folie n�est que faire tant que tu ne puisses longuement durer a fere ce que tu fais volentiers; apr�s les grans dons vienent les rapines, car quant on devient povre et besoigneus par doner, on est constraint de prendre de l�autrui, et lors a il grignours haines de ciaus a qui il tolt k�il n�a amour de ciaus a qui il dona. Catons dist, ki gaste les sienes choses, quiert les autrui quant il n�a plus ke gaster. Li mestres dit, pour ce que doner n�a font doit chascuns garder son aise et son pooir; et generalement plus sont de ciaus ki se repentent de trop doner que de trop restraindre. 5. Mais entour ceste matere sont .iii. manieres de gens, car li i sont destruiseour, li autre sont aver, et li autre sont liberaus. Destruiseour sont cil ki a jeu de d�s et en viandes et en doner as jougleours et as lecheours despent ce k�il at, de quoi n�est nule ramembrance; et en some il despent �ou k�il devroit retenir et [p.  282] garder. Avers est cil ki garde �ou k�il devroit doner et despendre. Liberaus, c�est a dire larges, est cil ki de son chatel rachate les enprison�s ou aident a lor amis a marier lor filles; et en somme cil est larges ki despent volentiers la ou il doit. 6. Encore doit on aidier as autres et par conseil et par paroles, et en court se mestiers est; mais il se doit garder d�aidier en tel maniere as uns k�il ne nuise as autres; car maintes fois grievent ciaus k�il ne doivent pas grever; et s�il le font as fols ce est negligence, s�il le font as sages, c�est folie. 7. Quant tu grieves aucun maugr� tien, tu te dois escuser et moustrer por quoi tu ne le pu�s autrement faire, et restorer lor par autres services ce en quoi tu le grieves. Mais pour �ou ke toutes causes sont en acuser ou en deffendre, je di que le deffendement est plus loable; et neporquant aucune fois doit hom et puet acuser, mais ce soit une fois sans plus. Tuilles dist que c�est home cruel, ou il n�est pas home, ki plusors acuse de chose dont il soit en peril. Vil renomee est que tu soies acuseour; garde donc diligement que tu n�acuses home ki n�est coupables de chose dont il soit en periz, car ce ne puet estre fet sans felonie. Tuilles dist, il n�est nule si deshumaine chose comme de torner a la gravance des bons homes la parleure ki fu donnee por le salut des homes. 8. Li mestres dit, garde que ta parole ne moustre k�il ait visce en tes meurs, et ce siut avenir quant aucuns detrait a autrui et quant il se gabe et quant il mesdit. Tuilles dit, nous devons faire samblant que nous doutons et amons ceaus a qui nous parlons. Et maintefois covient il chastoier les gens ki sous li sont, par necessit�, lors doit il parler grossement et dire aigres paroles; ce devons nous faire si k�il samble que nous soions iriet. Mais que por chastoier et por vengier, neporquant a ceste maniere de chastoiement devons nous venir po et non liement. Mais ire soit loins de nous, avec qui nule chose non puet estre faite a droit. 9. Li mestres dit, on doit moustrer ke la cruaut� k�il a en chastoiement soit par le meffet de celui k�il chastie, et contens que nous avons envers nos enemis devons nous soufrir de croire gri�s paroles, car il est drois de retenir atemprance et oster ire; et les choses que l�om fet par aucuns troublemens ne puent pas estre droitement faites ne loees de ciaus ki les o�nt. Laide chose est dire de soi meismement choses fauses et ensivre o gabois les chevaliers ki quierent vaineglore. 10. En toutes ces choses covient il ensivre les meurs as homes, non pas lor nature ne lor fortune. Mais ki est cil ki plus volentiers soustient la cause au povre que cele au riche et au poissant ? car nostre volent�s se trait plus la dont nous quidons avoir grignour gueredon et plus tost.

[Livre II, LXXXXVIII, p. 283]

DE RELIGION

USQUES a ci a devis� li contes des .ii. parties de liberalit�, c�est de doner et de guerredoner, ke l�en doit faire, et quoi non, et l�un et l�autre. Or wet aler outre as autres .vii. parties, mais tot avant dira de religion por ce qu�ele est la plus digne, car toutes choses et toutes vertus ki apertienent a divinit� et ki nous amaine a faire oevre por aler a la vie pardurable sormonte toutes les autres choses. 2. Et religions est cele vertus ki nous fait curieus de Dieu et rendre li son service; ceste vertus est apelee la foi de sainte eglise, c�est la creance ke li home ont en Deu. Et kiconques n�est fors et fiers en sa loi et en sa religion, a poines poroit estre loiaus hom, car ki n�est loiaus vers son Dieu, comment sera il loiaus vers les homes ? 3. Et li premiers offices de religion est repentir soi de tous ses meff�s. Orasces dist, cil ki est bien repentans doit errachier de son cuer la mauvaise covoitise et les pensees ki font trop pechier, et en former la plus aspres estuides. 4. Le secont office de religion est poi prisier la mouvablet� des choses temporaus, car apr�s biau jour vient la noire nuit. Orasces dist, li uns jours reclot l�autre, et la nueve lune cort tousjours a son definement, pour ce ne dois tu avoir esperance es morteus choses, car l�un an tolt l�autre, et une heure fet perdre toz les jours. Nous somes ombre et poudre, tout somes don� a la mort et nous et nos choses; porquoi as tu hui joie, que por aventure demain morras. 5. Li tiers offices est que l�en doit commetre sa vie dou tot a Dieu, selonc ce que dist Juvenaus, se tu as conseil, tu lairas a Deu despendre le tens et pourveir ke nous covient et ki est proufitable a nos choses; car en lui de joieuses choses nous donra il les covenables. Il aime plus l�ome que li hom meismes ne fait; por ce devons nous priier que nos pensees soient saines. Car Salustes dit, l�aide de Deu n est pas gaaignie par solement desirer ou par veu de feme; mais por veillier et por faire prendre lor conseil vient toute boneeurt�s. Quant tu seras abandon�s a mauvaisti� et a perrece, ne prie pas Dieu, car il est courouci�s a toi. 6. Seneques dist, sach�s que tu seras lors delivr�s de toutes covoitises quant tu ne prieras Dieu de chose [p.  284] fors �ou que tu poroies demander en apert. Il est grans derverie de l�ome consillier a Deu de ses vilains desiriers; et se aucuns le wet ascouter, il se taist, et demande a Deu ce k�il ne vieut que li home sacent. Pour ce dois tu vivre avec les homes autresi comme se Diex te veoit, et parler a Dieu ausi comme se li home t�ooient. 7. Li quars offices de religion est garder verit� et loiaut�. Seneques dist que verit�s desoivre et trie la persone de l�home franc de celui dou serf, mais men�oigne le joint et melle. 8. Tuilles dit, por ce quident aucun ke ceste vertus soit apelee fois et loiaut�s, por ce que par li fet hons ce k�il doit. Neporquant on ne doit fere tozjors ce que on proumet, quant la chose n�est proufitable a celui qui ele est promise, ou se la chose nuist plus a toi qu�ele ne vaut a lui; car il est plus drois eschivre le grignour damage ke le menour. Car se tu as promis a .i. home que tu seras ss advocas en sa cause, et dedens ce tes fiz s�acouche griement malades, il n�est contre l�office de la foi ne contre verit� se tu ne f�s ce ke tu as proumis. Et se aucune chose t�est baillie en garde, ele puet bien tele estre que tu ne le dois rendre tousjours; car se aucuns quent il estoit sages et de bonne pensee te baillast a garder .i. glave, et puis quant il est forsen�s le te demandast, tu feroies pechi� se tu li randoies, et est vertus se tu ne li rens pas. Se cil ki te bailla deniers a garder commence bataille contre ton pa�s, ne li rendes pas ce ki te bailla, car tu feroies contre ton commun, c�est contre la communit� de ta vile ou de ton pa�s, que tu dois avior mout chier. 9. Autresi avient il que maintes choses ki samblent honestes par nature, devienent deshonestes par trespassement de tans. Encontre ceste vertu font mortelment li papelart et li faus ypocrite ki moustrent ce k�il ne sont, pour decevoir Dieu et le monde.

[Livre II, LXXXXVIIII]

DE PITI�

ITI�S est une vertus ki nous fet amer et servir diligeaument nos parens et nostre pa�s. Et ce nos vient par nature, car nous naissons premierement a Deu et puis a nos parens et a nostre pa�s. Catons dit, fius, combat toi pour ton pa�s, on doit faire tot son pooir por le commun profit de son pais et de sa vile. 2. A ces choses faire nous [p.  285] amaine force de nature, non pas force de loi. Senekes dist, autresi comme nus ne doit estre destrains d�amer sol, autresi ne commande pas la loi que l�en ayme pere et mere et ses enfans, car ce seroit oiseuse chose ke l�om fust constraint de fere ce k�ele fet. Li mestres dit, sor toutes choses devons nous esgarder que nous ne lor faisons aucun mal ne aucun tortfait. Salustes dit, se tu ies anemis as tiens, comment seront ti ami li estrange ? Terrences dit, ki ose decevoir son pere, comment le fera il as autres ? Ki ne pardone a soi, comment pardonera il a toi ne as autres ?

[Livre II, C]

DE INNOCENSE

NNOCENSE est puret� de corage ki het a faire tous torsfais. Par ceste vertu est apai�s Dieus. Orasces dist, se mains nete d�omme, ki ne nuise nului, touche l�autel, nul sacrefisse plus delitable n�apaie Dieu. Tuilles dist, ki voldra garder ceste vertu, tiegne toz ses mesfais por grans, comment k�il soient petit. Orasces dist que nus ne naist sans visce; mais cil est tr�s bons ki mains en est chargi�s. Juvenaus dist, nus ne croit que ce soit ass�s s�il meffet tant comme il a loisir; ensi enprent chascuns larguement le pooir. 2. Li offices de ceste vertu est a liier plusours a soi sans grevance de nului. Tuilles dit que ki fet tort a .i. il menace plusours, et fait paour a maintes gens. Li autres offices est non fere vengance Senekes dist que laide chose est perdre innocense par la haine d�un nuisant, et felonnie ne doit pas estre vengie par felonie. Cil met plusours sous ses pi�s ki trop aigrement wet vengier. Ovides dist, en vengier devient il trop nuisans.

[Livre II, CI]

DE CHARIT�

HARIT�S est la fins des vertus; ki naist de fin cuer et de droite conscience et non de fause foi. Ses commandemens est teus, ayme Deu et ton proisme autresi comme toi meismes. A ce nous connortent plusours raisons. Premierement sainte eglise ki tousjours crie, ayme ton proisme, et ayme les estranges si comme [p.  286] toi. 2. La seconde raisons est l�amours ke chascune beste a as autres de sa maniere. La tierce est la parent� de nature, ke tot somes estrait d�Adan et de Eve. Le quarte est le parent� de l�esperit ki est por la foi de sainte eglise, ki est mere de nous tous. La quinte est l�amors Jhesucris, ki volt morir pour l�amour des homes. La sisime est li essamples, car ja soit �ou que tu aymes le filz ton ami, neporquant tu aymes mieus celui ki plus se resamble a ton ami, por ce dois tu amer toz homes, car il furent fait a la samblance Dieu. 3. La septime est le profit ki ensiut d�amor et de compaignie. Salemons dit, mieus vaut a estre .ii. ensamble que .i. sans plus, car li freres ki est aidi�s par son frere est autresi comme ferme cit�s. Ambroses dist, bataille quant ele est enprise par commune volent� aquiert victore; por ce donques li uns le charge de l�autre. Car Salemon dist que li coers se delite par dous oignemens et par bonnes espisses, mais l�ame s�esleece au bon conseil son ami. Tuilles dist, cil ostent le conseil dou monde ki ostent amisti� des homes; car a ce ke les humaines choses sont frailles et decheables, nous devons tousjours aquerre amis ki nous ayment et ki soient am�s de nous, pour ce que la u la charit�s de l�amour est ostee, toute leece de vie est morte. 4. La octime raisons est les tr�s crueus damages ki avienent des guerres et de la haine du proisme; et ja soit ce que amer et estre am�s soit bone chose, toutefoies vaut il mieus a amer que estre am�s, por ce ke grignour vertu est doner ke prendre.

[Livre II, CII]

DES CHOSES KI AIDENT AMISTI�

T por ce que ceste vertus vaut a la vie des homes plus ke tote richesces dist li mestre k�il i a maintes raisons ki nous aident a ce ke l�en soit am�s, et premierement avoir mesure en parler. Salemon dist, cil ki est sages en parler aquert amis, et la grasce du fol iert perdue. La seconde ert bont� et vertu. Tuilles dist, il n�est plus amable chose ke vertu, et nule chose ki tant nos atise a amour; neis nos enemis, et ciaus que nous ne veismes encore, amons nous par la renomee de sa vaillance. 2. La tierce est humilit�s. Salemons dist, fai tes oevres par humilit�, et tu seras am�s sor toutes choses. La quarte est loiaut�s. Salemons dist, se tes sers est loiaus, soit autresi comme t�ame. Et ailleurs dist il meisme que loial amis est medecine de vie 3. La quinte est a encomencier. Seneques dist, ayme se tu vieus estre am�s. La sisime est a servir, mais je ne di pas que [p.  287] services maintiegne amour s�il n�est f�s sagement; car sapience est mere de bonne amour. Salemons dist, il covient avoir sens a servir as amis. Seneques dist, cil ki se fie solement en ses services, ne a nul si perilleus mal comme cil ki quide que cil soient ses amis k�il n�aiment pas.

[Livre II, CIII]

COMMENT NOS DEVONS AMER NOS AMIS

OUS devons amer tous homes, meismement ciaus ki s�acointent de nous, en .iii. manieres. La premiere est ke nous les amons de bon gr�, non pas por loier ou por achat, ke nous les amons non solement por le profit de nous m�s por le bien de nos acointes Senekes dit, por ce que amis ki est aquis par ochoison de proufit plest tant comme il est proufitables. Jeronimes dist, amisti�s est vertus non pas marchandise. Ambroses dist, amisti�s ne quiert chose, mais volent�s; et quant nous les amons sagement, c�est a dire bien faisant et ostant visces. 2. Car si comme Tuilles dist, ce n�est pas raisnable escusations que tu faces mal par achoison d�amisti�, et que nous les amons de tr�s grant amour; car il n�est nul grignour delit com de metre ta ame por ton ami et que nous les amons proufitablement, et de langue et de oevre ensamble. 3. Amisti� fet aide de dis et de largece, car l�oevre est preuve d�amour, et que nous les amons pardurablement. Gregoires dist, quant hom bonseur�s est am�s, c�est mout douteuse chose de savoir se ses cors est am�s u sa bonneeurt�s. Seneques dit, ce que tu ne pu�s savoir par ton benefice, tu le sauras par ta povert�. Boesces dist, fortune descuevre la certainet� des amis; car la u ele s�en va, ele te laisse les tiens et s�enporte ciaus ki tien n�estoient. Tuilles dist, n�eschive pas le viel ami por le novel. Et apr�s dist il, il n�est nule si laide chose comme de combatre contre ciaus ki ont vescu avec nous. 4. La seconde maniere est que nos les amons autretant comme nous meismes et non mie plus; car nule lois ne commande que tu aymes nului plus de toi, mais ki ne set amer soi ne set amer les autres. Ayme donc tes amis outre les choses cheables, et non pas outre toi ne ton Deu. 5. La tierce maniere est ke nous les amons autresi comme nos membres s�entraiment l�un l�autre, premierement que l�un membre n�a pas envie de l�autre, que chascuns membres depart son office as autres et que se li uns fet mal a l�autre, il n�en fet vengance, et que [p.  288] li uns se dieut du mal de l�autre et s�esjoist de son bien, et que li uns membres se trait avant pour deffendre l�autre, et que toz li cors se dieut por la perse de l�un des membres; et ce que li uns re�oit, il le depart as autres; et s�il le tient c�est son damage.

[Livre II, CIIII]

DE LA VERAIE AMISTI�

MISTI�S ki est sous charit� est de .x. manieres. L�une est par droite foi et par veraie bienweillance; et por ce dure tozjours en sa fermet�, ne ne puet estre desevree par adversit� ne par chose ki aviegne; et c�est avant tout le tresor du monde, por ce que nus hom ne puet venir a compliement de bien par soi solement; et cele amisti�s n�est autre chose que bone volent�s envers aucuns pour achoison de lui. Salustes dit, li offices de ceste vertu est voloir et desvoloir une meisme chose, m�s qu�ele soit honeste. 2. Seneques dist, l�autre office est en chastoier en secr� et loer en apert. Tuilles dist, la loi d�amisti� est que nous ne demandons vilaines choses et que nous ne les faisons se aucuns nous en prie. Senekes dist, l�autre loi est que tu te conseilles de toutes choses o ton ami, mais premierement te conseille de lui. 3. Li tiers offices est que tu ne t�entremetes de savoir ce k�il te veut celer. Plus humaine chose est non faire samblant de la chose que de metre entente a savoir �ou pour quoi tes amis te welent mal. 4. Li quars offices est que maleeurt�s ne departe pas amisti�, selonc ce que Lucans dit, il n�est pas avenant que l�en faille a son ami en adversit�, car fois ne wet pas demorer avec le chetif ami. 5. Le quint office est la communit�s des choses; por ce dist li philosophes quant il o� dire de .ii. homes qu�il estoient amis, por quoi donc est cil povres quant li autres est riches ? Et nanporquant Tulles dist, done selonc ton pooir, et non pas tout, m�s tant que tu puisses soustenir ton ami; mais laide chose est, ce dist Tuilles, de metre le service a conte l�un parmi l�autre. 6. Li sisimes offices est de garder paroilet�s, car amisti�s resovire nul degr�. Tuiles dit, grandisme chose est en amisti� que li graindres se face pareil dou menour. Salemons dist, ki desprise son ami, est de povre vertu. 7. Li septimes est perpetualit�s. Salemons dist, tozjours ayme celui qui est tes amis; et il meismes dist apr�s, maintien foi a ton [p.  289] ami en sa povret�. 8. Li octimes est a non descovrir le secr� ton ami, et celer son pechi�. 9. Li nuevimes offices est a faire tost sa priere. Salemons dist, ne di pas a ton ami, va et revien demain. 10. Li disimes offices est a dire ce que li doit proufiter, an�ois que ce ki li doit plaire. Li mauvais hom alaicte son ami et le de�oit de sa bouche. 11. De la veraie amisti� dist Salemons, bonseureus est ki trueve son ami. Tuilles dist, amisti�s doit estre mise devant toutes humaines choses. De ce dist Tuilles meismes que de tant vaut amisti�s mieus que parent�s, que amors puet perir en tous parens et tozjours remaint le non de parent�; mais s�il perist entre les amis, li nons d�amisti� perist avec. Salemons dist, li hom amables en compaignie iert plus amis que tes freres. Tuilles dist, veoir ton ami ou sovenir toi de lui est autresi comme veir toi meismes en .i. miroir; et de ce avient que cil ki est loing de nous est autresi comme en present et cil ki est mors est autresi comme vivans. 12. Pour ce doit on consirer .iiii. choses quant om vieut ami conquerre, premierement s�il est sages, car Salemons dist que li amis des foz vient samblables a aus. Apr�s garde s�il est bons, car Tuilles dist, je sai bien que amisti�s ne dure se entre les bons non. Apr�s garde qu�il soit debonnaires: Salemons dist, ne soies amis a home courou�able, car ire art et point. Apr�s garde k�il soit humles. Salemons dit, ou il a orguel, vient courous et haine.

[Livre II, CV]

D�AMISTI� PAR PROUFIT

IL ki t�aime por son proufit est samblables au corbel et au voutoir, ki tozjors sivent les caroignes; il t�aime tant comme il puet avoir dou tien, donc ayme il tes choses, non pas toi. Et se tes choses faillent que tu viegnes en povret� ou en adversit�, il ne te connoist jam�s, ains fait a la maniere dou rossignol ki au printans quant li solaus prent sa force et vienent flours et arbres verdoient, il demeure entor nous et chante et se solace sovent; mais quant la froidure revient il s�enfuit et se part de nous hastivement.

[Livre II, CVI, p. 290]

D�AMISTI� PAR DELIT

T cil ki ayme pour son delit, fet autresi comme le tercelez de sa femele, que maintenant k�il a faite sa volent� charnelment, il s�enfuit au plus tost qu�il puet, ja plus ne l�ayme. Mais il avient maintefois qu�il n�ont nul pooir d�aus meismes, an�ois abandonent cuer et cors a l�amour d�une feme; en ceste maniere perdent il lor sens, si k�il ne voient goute. Si com Adan fist pour sa feme, de quoi tout humain linages est en peril, et sera tousjours; David le prophete ki por la beaut� Bersabee fist murtre et avoutire; Salemons ses fis aoura les ydoles et fausa sa loi por amour Ydumee; et Sanson li fors descovri a s�amie la force k�il avoit en ses cheviaus, dont il perdi puis la force et la vertu et la vie, et morut il et li siens. De Troie comment fu destruite sevent uns et autres, et de maintes autres terres, et de haus princes ki sont destruit por amer folement. Neis Aristotles li tres sages philosophes et Merlins furent deceu par feme, selonc ce que les ystores nous racontent.

[Livre II, CVII]

DE REVERENCE

EVERENCE est cele vertus ki nous fet rendre honour as nobles persones et a celes ki ont aucune signourie. Et est son office por porter reverence a ses ainsn�s et as grignours de lui. Tr�s bonne chose est a ensivre les traces des grignours s�il sont a la droite voie. Nous devons eslire .i. bon home, et avoir le tozjours devant les oils, si ke nous vivons autresi comme s�il fust presens, et faisons autresi comme sil nous veoit; car grant partie de ces pechi�s remaint a faire s�il i a tesmoing. Tuilles dit, tu dois croire que nul liu soit sans tesmong. 2. Mais pense ce que Juvenaus dist: quant tu vius faire vilainne cose, ne quide pas estre sans tesmoing. Et nous devons apr�s Deu et apr�s ses menistres honorer ciaus ki sont en plus haute dignit�; selonc ce que li Apostres commande que l�en rende honour a celui qui doit estre honouret. Sains Pierres dit, fetes honour au roi; autresi devons nous honourer les plus anciens. Levitici dit, lieve toi encontre le chief chenu, honeure la persone dou viellart, autresi le devons nous honourer par dignit� de nature. Exodi dist, honeure ton pere et ta mere. Et generaument devons nous honourer tous ciaus ki nous sormontent en aucune grace ou en aucune bont�. Et pour ce que nous devons croire que chascuns soit [p.  291] millour que nous ne sommes ou dou tout ou de partie, devons nous rendre honor covenablement. 3. Mais li hom ki sert, certes il doit servir et obeir volentiers, car il n�i a nule doute que celui ki s�offre a servir devant ce que l�en li commande n�aquiere plus de grace que cil ki le fait apr�s le commandement. Saint Bernars dist que la obeissance des gri�s commandemens est plus loable que la contumace ne seroit dampnable, mais es legiers commandemens la contumace est plus dampnable que la obeissance ne seroit loable; car la contumace Adam de tant fu ele plus dampnable comme li commandemens fu plus legiers et sans nule grevance. 4. Apr�s doit chascuns obeir simplement sans noise et sans question. Saint Bernars dist, quant tu as o� le commandement, ne fere nule demande. Deuteronomio dist, fai ce que je te commant, non pas plus ne mains. 5. Apr�s doit on servir liement. Li Apostles dist, Dieus ayme celui ki liement done. Jesu le fiz Syraac dist, en ton don soit lie ta chiere et ton visage 6. Apr� doit on obeir vistement et humlement, si com Sains Pieres fist, que tot maintenant laissa ses rois et ala apr�s Jhesucrist. Ensi doit chascuns obeir vistement, humelement, et pardurablement, en tel maniere qu�il aquiere grasce et qu�il le maintiegne quant il l�a aquise; car ass�s puet on amis aquerre, et grasce, mais poi valent s�il ne le gardent.

[Livre II, CVIII]

DE CONCORDE

ONCORDE est une vertus ki lie en .i. droit et en une habitation ceaus d�une cit� et d�un pa�s. Platons dist, nous ne somes pas ne por nous solement, mais une partie en a nostre pa�s et une autre nos amis. Et dient une maniere de philosophe ki furent apel� stoici, toutes choses sont criees as usages des homes, et li home sont engendr� li uns pour achoison de l�autre, c�est a dire li .i. valent as autres, et por ce devons nous ensivre nature et metre avant tout le commun profit, et garder les compaignies des homes par services, c�est donnant et prenant de ses mestiers et de ses ars et de sa richece et en doner et en laissier de son droit debonairement as autres; car [p.  292] doner dou sien aucune fois n�est solement cortoisie, mais puet estre grans proufiz. 2. Li mestres dit que pais fait maint bien et guerre le gaste. Salustes dist, par concorde croissent les petites choses et par discorde se destruisent les grandismes. Salemons dist, chascuns regnes qui est partis, en soi meismes sera destruis.

[Livre II, CVIIII]

DE MISERICORDE

ISERICORDE est une vertus par qui li corages est esmeus sour les mesaisi�s et sor la povert� des torment�s. Terrences dist, ceste vertus ne quide que aucune chose humaine soit estrange de lui, et tient les autrui damages et proufiz por siens. Virgiles dist, je n�ai pas les maus, mais je wel secorre les torment�s. Senekes dist, ki a misericorde des malhaiti�s, il li sovient de soi, m�s la cure des autrui choses est greveuse.

[Livre II, CX]

DE .II. MANIERES DE TORTFET

N ariere a devis� li contes de justice et de tous ses membres, et comment ele est devisee en .ii. parties principaument, c�est en reddeur et en liberalit�, et de chascun a il dit soufissablement, selonc ce que l�om trueve par auctorit� des sages, ki sont al�. Donc il est bien covenable que il die de .ii. manieres de tort ki sont contraires a justice, de qui nous covient mout garder, c�est cruaut�s et negligence. 2. Cruaut�s est uns tors ki desloiaument fet mal a celui ki ne l�a pas deservi. Negligence est quant on puet bouter ariere ou vengier le tortfet, et ne le fet; et c�est contraire a reddeur, car deffendre et non deffendre sont .ii. choses contraires, autresi est contraire cruaut� a liberalit�. Tuilles dit que droitfet et tortfet sont .ii. choses contraires. 3. Il i a .iii. causes por quoi on fet cruaut�, ou pour paour, ou por avarice, ou por covoitise de dignit�. Pour paour fet on cruaut� quant on crient que s�il ne fet mal a .i. autre, k�il n�en set damage. Salustes dit, por avarice fet on cruaut� quant on fet tort a .i. autre por avoir ce k�il covoite. Salemons dit, covoitise de dignit� a constraint plusours mortels de devenir faus, car il portent une chose en lor pis et .i. autre en lor bouche; il ne sevent eslire amisti� et [p.  293] haine par la chose mais par le preu, et ayment plus le vout que la volent�s ne ke engien. Tules dist, mais il i a une male chose, que maintesfois la covoitise de dignit� sorprent les hardis et les larghes homes; car hardement fet les homes plus prest a guerroier, et largesce lor done grans aides, et por ce vient de lor covoitises grans tormens. 4. Lucans dist, entre .ii. rois d�un roiaume n�a point de foi car nus ki en poest� soit ne puet soufrir compaignons. Couvoitise de dignit� est chose forsenee et avuglee, nule fois ne nule piti�s n�est en ciaus ki sivent l�ost. Les mains, ki n�entendent se a vendre non, quident ke la soit le droit ou il a grignour loier. Li mestre dist, la cours est mere et norrice de mauvaises oevres, car ele re�oit le mauvais ausi comme le bon, et le honeste ausi com le deshoneste. 5. Cruaut�s est devisee en .ii. manieres, l�une est force, l�autre est boisdie. Force est comme de lion, boisdie est comme de gourpil. L�une et l�autre est pesme chose et deshumaine; mais boisdie est plus ha�e, car en toute desloiaut� n�a grignour pestilence que de ciaus que, quant il de�oivent, si s�efforcent de resambler bons; nul agait n�est si perilleus comme cil ki est covers en samblance de service. 6. Orasces dist, garde ke ne te de�oivent li corage ki s�atapissent sous le gorpil. Juvenaus dist, li membre velu et les dures soies es bras mostrent la cruaut� dou corage; el front n�a nule foi: ki est ce donc, ki ne soit plains de visces tristes et ors ? Li mestres dist, garde toi de l�euue plaine, et entre en la rade seurement.

[Livre II, CXI]

DE LA NEGLIGENCE DES JUSTES

UTRESI sont .iiii. causes en negligence, c�est en non deffendre le tortfet; car il sont aucun ki ne welent pas avoir haine ou travail ou despens en deffendre, ou il sont si encombr� de lor besoignes, ou si plain de haines k�il guerpissent ciaus k�il doivent deffendre. Tuilles dist, mais plus seure chose est a estre negligens envers les bons que envers les mauvais. Salustes dist que les bons en devienent plus pereceus en bien fere, mais li mauvais en devienent plus engri�s de maufaire. 2. Li mestres dit, autresi di je que plus seure chose est a estre negligens envers les riches que envers les povres mesaisi�s. Terrences dit que tout cil ki ont aversit� ou mesaise et [p.  294] ne sevent por quoi, souspe�onnent que tout �ou que on fait soit por lor mal; et lor est tousjors avis que l�en les despit por lor nonpoissance. Tuilles dit, en toute desloiaut�, a mout grant difference se li tors est f�s par troublement de corage ou penseement; car troublemens est bri�s et ne dure c�un petit, et toutes choses ki avienent par soudain movement sont plus legieres ke les pensees devant.

[Livre II, CXII]

COMMENT ON DOIT MODERER JUSTICE

N justice doit on garder dou trop et dou poi, et faire moienement. Selonc ce que dit Senekes, en joustice te covient avoir mesure, por ce que tu ne dois estre negligens en governer les grans choses et les petites. Ta face ne doit estre trop mole ne trop cruele, ton vis ne soit trop aspres si qu�il n�ait en soi aucun samblant d�umilit�; donc dois tu ensivre l�ordene de justice, en tel maniere que ta doctrine ne deviegne vil par trop grant humilit�, ne ne te moustre si dur et si cruel que tu en perdes la grasce de la gent.

[Livre II, CXIII]

DE LA COMPARISON DES VERTUS

I contes a devis� �a arieres ke en celes sciences ki ensegnent a home governer soi et autrui, puet il avenir que celui bien ke l�en i desire est solement honeste, u que li uns est plus honestes que li autres. Et il a moustr� jusc�a ci liquel bien sont honeste, ce sont les .iiii. vertus, et li lor membre briement et apertement. Et or dira des biens ki sont plus honeste li .i. que li autre. 2. Et li mestres a dit au comencement que prudence, c�est sens et cognoissance, doit tozjours aler devant les oevres, et dist que les autres .iii. vertus sont pour faire l�oevre. Mais il i a choses es quex l�oevre doit avancier le sens, por ce qu�ele est lors plus honeste. Raison coment: se aucuns est mout desirans de conoistre les natures des choses, et comme il mete en ce savoir tout son sens, uns autres vient a lui et li aporte noveles soudainement que sa cit�s et son pa�s sont en peril, s�il ne lor aide; et il en a le pooir d�aidier le; dont est il plus honeste [p.  295] chose delaier s�estude et aler deffendre son pa�s. En ceste maniere vois tu que prudence est ariere les autres vertus. 3. Entre les autres .iii. vertus, doit atemprance estre mise par devant les autres .ii., car par li governe hom lui meismes, m�s par force et par justice governe il sa mesnie et sa cit�. Et mieus vaut a l�ome avoir signourie de soi que d�autri, selonc ce que dist Orasces, plus grant regne governe cil ki donte sa volent� que s�il eust la signorie d�occident jusk�en orient et de midi en septentrion. Senekes dist, se tu vieus sousmetre a toi toutes choses, si sousmet avant toi meismes a raison; car se raisons te governe, tu seras governeour de plusours, mais riens n�est bons a home s�il n�est bons avant. Tuilles dist, on ne doit rien faire contre atemprance por amor des autres vertus. Mais aucunes choses sont si vilaines que nus sages ne le saroit, car neis a noumer sont eles laides. 4. Entre les autres .ii. vaut mieus justice que force, car en justice a degr�s d�offices: li premiers est a Dieu, li secons est au pa�s, li tiers as parens, et li autres apr�s, selonc ce que li contes devise la ou il dist des parties de justice entour la fin de liberalit�. 5. Et en some, en cele vertu ki est apelee force, se aucuns est de si grant corage k�il despit les communes gens, c�est cruaut� et fiert� s�il ne fust justiciet a droit; donques est justice plus honeste que force. Mais ci se taist li contes a perler des choses honestes, dont il a mout longement traiti�, si tornera a dire des biens dou cors et des dons de fortune.

[Livre II, CXIIII]

DES BIENS DOU CORS

I bien dou cors sont .vi., biaut�, noblece, isnelet�, force, grandeur, et sant�. Ce sont li bien de par le cors, dont li .i. ont plus et li autre mains; et teus sont qui mout si delitent et efforcent a la fois, et li .i. plus que li autre; mais sovent en puet plus avenir de mal que de bien, et plus honte que honours; car par le delit d�aus il refusent et chacent la vertu. Et por �ou dist Juvenaus que biaut� ne s�acorde gaires a Dieu ne a chastet�, et que pris de biaut� ne delite les chastes; mais il dist que cele est chaste ki onques ne fu requise, donques pert il bien, a ce que biaut�s de cors est contraire a chastet�. 2. Et cil ki se delitent en noblesce de lignie, et ki se vantent de haut antecessours, s�il ne font les vertueuses oevres, il ne pensent bien que li los de lor parens torne plus a lor honte que a [p.  296] lors pris. Car quant Catelline faisoit la conjurison de Rome priveement, et n�ouvroit se mal non, et il disoit devant les signatours la bont� son pere et la hautece de son linage et le bien ke ses linages fist a la commune de Rome, certes il disoit plus sa honte que s�onnour. Et en ce dist Juvenaus que tant est li hom blasm�s plus de malfaire comme les gens quident qu�il soit de plus grande hautece. Seneques dist, la vie des antecessours est autresi comme lumiere de ciaus ki vendront apr�s, tele que lor mal ne suefre k�il soient en repost. 3. Li mestres dist, tot visce sont plus seu de tant comme cil ki peche est graindres. Mais de la droite nobilit� dist Orasces qu�ele est vertus solement. Et pour �ou dist Alixandres que noblesce n�est autre chose se cele non ki adorne les corages a bonnes meurs. Donques n�a en celui nule noblesce ki use vie deshonestes. Et pour �ou dist Juvenaus, je aime mieus que tu soies filz Tercides, et tu resambles Hector, que se Hector t�eust engendr� et tu resamblaisses a Tercides ki fu li plus chetis hom del monde. 4. Li mestres dit, por quoi je di que li millours fruis ki en noblesce d�antecessours soit, si est cele qui Tuilles dit, li grandesime eritage que li fiz ont de lor peres, et ki sormonte toz patrimoines, c�est glore de vertu et des oevres k�il ont fetes. 5. Or vous ai je dit .i. poi coment beaut� et gentillece sont contraires a oevre de vertu; que vous diroie je d�isnelet� et de grandeur ou de force de cors ? de qui Boesces dist, vous ne sormonter�s pas les olifans pour grant cors, ne le tors pour force, ne les tygres pour isnelet�: la seule mors moustre quex sont li cors des homes et coment il sont decheable.

[Livre II, CXV]

DES BIENS DE FORTUNE

I bien de Fortune sont .iii., richece, signourie, et gloire. Et vraiement sont il bien de Fortune, car il vont et vienent d�eure en heure, ja n�auront point de fermet�; car Fortune n�est pas chose raisnable, ne son cors n�est mie par droit ne par raison, si comme ele moustre tozjours de maint home ki sont noient de sens ne de valour, et si montent en grandisme richece ou en grant dignit� de signorie, ou en loenge de grant pris; et uns autres, ki sera li plus vaillans hons del monde, ne poroit avoir seul petit bien de [p.  297] Fortune. Por ce dient li plusor que fortune est avuglee, et qu�ele tournoie tousjours sa roe en non veant. Mais nous en devons croire ce que li sage en dient, que Dieus abaisse le puissant et enhauce le foible. Et toutefois en dira li mestres aucune chose, tant comme il en covient a bon home.

[Livre II, CXVI]

DE LA PREMIERE BRANCHE DE FORTUNE CE EST RICHESCE

ICHECE est en avoir iretage, sers, et pecune. En heritage sont cont� edifices et terres gaignables. De ce nous ensegne Tulles, garde, fait il, se tu edifies, que tu ne faces pas trop grant despenses, car on doit garder moienet�. Orasces dist, ki ayme droite moienet� si ne face trop vil maison ne trop grant. Tuilles dist, li sires ne doit pas estre ennoblis par sa maison, mais sa maison par lui. Seneques dist, nule maisons n�est trop petite ki rechoit ass�s d�amis; car grans maisons u nus n�entre est honte au signour, meismement se plusour i entroient au tans de l�autre signour. 2. Vilaine chose est quant li trespassant dient. Ha, maisons, comme tu as malement changi� signour. Pour ce dist Orasces, ne te chaut de grant maison, car en petite maison pu�s tu mener roial vie. Lucans dist de Julle Cesar, il ne voloit mangier fors por vaincre son faim, ne maisoner fors por le froit et por la pluie; mais on doit loer grant vaisselemente en petite maison. La grandour des maisons n�oste pas les oevres, selonc ce que dist Orasces, se tu ies si riches que tu aies tous les deniers dou monde, et soies de noble linage, rien ne te vaut a la fin; nient plus ke se tu fusses de basse gent povres sans maison, car tu morras, a ce ne pu�s tu contrester, nus sacrefices ne te vaudront a la mort ne tost ne tart. Ja maisons ne terre ne monciaus d�or n�osteront les fievres dou cors lor signor, car quant il est malades, cil qui est covoiteus de gaaignier et a paour de perdre; ausi li aident ses maisons, ou ses avoirs, comme les tables pointes aident a celui ki a mal en ses oils. La voire mors boute igaument as petites maisons des povres et as grans cours des rois.

[Livre II, CXVII, p. 298]

DES SERS

ous av�s o� d�iretage, or po�s oir de la seconde maniere de richece, c�est des sers et ce que li serf doivent faire. Premierement l�ordone ce que mestiers lor est, et puis demande lor service. Seneques dist, li sires est deceus quant il quide que li servages descende en tout l�ome, car la millour partie en est ostee: li cors sont tenu as signours, mais la pensee est franche, qu�ele ne puet estre tenue en la chartre ou ele est enclose, qu�ele n�aille a sa volent�. 2. Li maistres dist, tu dois donques vivre avec celui qui est plus bas de toi, ensi comme tu voldroies que cil ki est plus haus vesquist avec toi; et toutes les fois k�il te sovendra combien tu as de pooir sour ton sergant, soviegne toi que autretel pooir a tes sire sor toi. 3. Li offices as sergans est confermer soi premierement a la maniere son signour, selonc ce que dist Orasces, li triste heent les joieus et li joieus les tristes, et li isnel les pereceus et li pereceus les isniaus, li beveur heent ciaus ki ne welent boivre. Ne soies donques orguilleus, car li amesur�s desmesure aucune fois, et li paisibles prent samblanche de folour. Cil ki crera que tu consentes a sa maniere te loera et amera plus. Orasces dist, li services as poissans est dous a ciaus qui ne l�ont esprov�, cil ki l�a esprov� le crient; pour �ou garde que quant ta nef est en haute mer tu la governes en tel maniere que se li vens change, il ne le porte en leu perilleus. 4. Le second office est, loer les bons et garder soi des mauv�s. Orasces dit, garde que tu loeras, et que autrui pechi�s ne te faces honte; nous somes aucunefois deceu quant nous loons celui ki n�en est dignes: laisse donc a deffendre celui ki sa coupe aprient, car par aventure, quant il wet aucun maufaire, il se fie en ta deffense. Mais la tue maisons est en perilh se tu ne le secours, quant tu vois ardre chi�s ton voisin. 5. Li tiers office est de refrener avarice et luxure. De quoi dist Orasces, ne te demant covoitise, ne soies desirans de la biaut� d�une meschine ou d�un enfant. 6. Li quars offices est oster orgueil. Et ce dist uns sages hom, ne loe pas tes oevres ne ne blasme les autri; soies sou�s en servir ton puissant ami. 7. Le quint office est qu�il ne se plaigne pas. Orasces dist, cil ki devant lor signour se taisent de lor povret� enportent plus que cil ki demandent. Il i a difference entre prendre honestement et ravir; car se li corbaus se peust taire quant il mengu�, il eust plus a mangier et mains de noise et d�envie. 8. Le sisime office est acomplir ce que ses sires li comande, et k�il n�ait aucune soufret�. Lucans dist, li besoins as sergans n�est pas gri�s a lui, mais au signour; li sergans se doit mout garder k�il ne soit gengleres. [p.  299] Juvenaus dist, la langue est la pire partie dou mauvais sergant; mais il doit tel signour eslire, s�il puet, k�il soit dignes que l�on le serve, car por la dignit� as signors sont ennoblis li services as sergans.

[Livre II, CXVIII]

DE PECUNE

R a dit li contes des .ii. parties de richece, si dira de la tierce, c�est de pecune. Et en pecune sont cont� deniers, tresor, adornement, et tous meubles. De qui dist Tuilles, nule chose n�est de si petit corage comme d�amer richesce, Seneques dist, pour �ou est cil grans qui use de vaissiaus d�or comme de vaissiaus de terre; et cil n�est pas maindres ki use des vaissiaus de fiere comme d�or. Juvenaus dist, nule chose n�est plus haute ne plus honeste ke despire pecune se l�en ne l�a, et d�estre larges ki les a. 2. De trop covoitier ces choses nous rapelent plusors causes. La premiere est por ce que vie d�ome est corte. Orasces dist, la briet� de vie nos moustre que nous ne devons commencier chose de grant esperance; tu ne ses se tu vivras demain. Ne pense donc de demain, car Dieus ne vieut que nous sachons ce ki est a avenir, mais l�ordere de la chose presente. Car cil doit estre li�s ki puet dire, je ai bien vescu .i. jour; car se li jours d�ui est clers, cil de demain est oscurs, car nule chose est bieneuree de toutes pars. Seneques dit, en ce somes nous tout deceu, ke nous ne pensons a la mort; car grant partie en est ja passee, ele tient tout ce ki est al� de nostre aage. Perses dit, pense toute voies que tu morras maintenant: mors enporta le noble Hector lors k�il vivoit glorieusement, et viellece amenuisa la grant renomee del grant Tytonus. 3. La seconde cause est por ce que covoitise de richece abat les vertus. Orasces dit, cil pert s�arme et laisse les vertus ki tozjours se haste d�acroistre son chatel; il dechiet por avoir, car joies et leeces ne vienent solement as riches home; ne cil ne vesqui mal ki se morut en naissant. Juvenaus dist, nus ne demande dont �ou vient k�il a, m�s qu�il le puisse avoir. Orasces dist, ne lynages ne vertus n�est prisie sans richesce; nule chose n�est mie ass�s, car tu vieus chascun [p.  300] autant de foi comme il a deniers en la huche. 4. Nule plus dure chose n�est en povert� que ce que l�en le gabe. Orasces dist, richece donne biaut� et gentillece, por ce que vertus et renomee et honours et toutes choses divines et humaines obeissent a richesce; et ki les aura, il sera nobles, fors, loiaus, et sages et rois. Mais ce lor torne a l�encontre, car pecune aporte visces et male renomee en lieu de vertu. 5. La tierce chose est que denier font home vicieus. Selonc ce que Juvenaus dist, richesce amena premierement mauvaises meurs et raempli le monde d�orgoil, car cil ki eurent premierement richesces soillierent mariage et linage et maisons, dont puis sont avenu mains perils au peuple et au pa�s. Mais Orasces dit apertement ke noblesce ne vient pas por avoir, la u il dist, ja soit ce que tu ailles o les orguilleus por ton avoir, fortune ne mue pas gentillece; car se .i. pos de terre estoit tous covers d�or, ja por l�or ne remaint que ce ne fust boe. 6. La quarte causa est que nul conquest ne saoule covoitise. Orasces dist, richesces croissent engriessement, et tousjours faut aucune chose. Tant comme li avoirs croist, tant croist la cure et la covoitise; qui mout aquiert mout li faut. Cil est bien riches ki se tient apai�s, et cil est povres ki bee a grant richece. Cil n�est pas povres a qui soufist ce k�il a a sa vie: se tu ies bien peus et vestus et chauci�s, toutes les richesces au roi ne te poroient croistre de rien. 7. La quinte cause est la poour que li avoirs t�aporte. Juvenaus dist, ja soit ce que tu ne portes que .i. poi d�argent, se tu vas par nuit tu auras paour des larrons, et se tu vois a la lune .i. petit rainsel movoir, tu auras paour; mais cil ki rien ne porte va chantant devant les larons. Penible chose est de garder grant avoir. 8. La sisime cause est ke pecune vieut que l�en soit ses sers. Orasces dist, la pecune ou ele sert ou ele est servie, mais il est plus digne chose qu�ele ensive la corde son signour qu�ele tire lui. Por ce dist Orasces, je wel sousmetre mes coses a moi, non pas moi a mes choses. Tulles dist, et por ce que ensi est la chose, ne croire que celui soit bonseureus ki porsiut mout de choses, mais celui ki use sagement ce que Dieus li a donn� et ki bien suefre sa povret�, et ki plus crient visce que mort. Car riche chose et honeste est lie povret�s, et dolerous usages est grans povret�s. Senekes dist, cil n�est pas povres qui li�s est; et ki bien s�acorde a sa povert� est riches; ne cil n�est povres ki a petit mais ki plus covoite. 9. Se tu vieus enrichir, tu ne dois croistre ton chatel mais apeticier ta covoitise. La corte voie a enrichir est despire richesce; car on puet bien tout despire mais tout ne puet on avoir. Et por ce dist Senekes, Dyogenes li povres fu plus riches que li grans Alixandres, car plus valoit ce qu�il ne volsist recevoir que ce que Alixandres pooit donner; car poi valoit ce k�il avoit en sa huche ou en ses greniers, [p.  301] puisk�il ne baoit se a l�autrui non; et ne contoit par �ou k�il avoit conquis, mais ce ki remanoit a conquerre. 10. Et se aucuns demandoit quele est la mesure de richese, je diroie que la premiere est ce que necessit�s requiert, la seconde ke tu t�apaies de ce ki est ass�s; car ce que nature desire est bien, se tu ne li donnes outrages. Boesces dist, Nature se tient apaie de petites choses. Mais ci endroit se taist li contes a parler de richece; si tornera a dire dou secont bien de Fortune, cest signorie.

[Livre II, CXVIIII]

DE SIGNOURIE

EGNORIE est uns des biens ki vient par Fortune. Et ja soient signories de maintes manieres, sor les autres est la plus digne cele des rois et de governer cit�s et gens; c�est li plus nobles mestiers c�on puisse avoir au monde, et entour ce est la tierce science de pratike, si comme li mestres devise �a en ariere ou conte de philosophie. Et de ceste science ne dira ore li contes plus, se ce non k�a moralit� s�en apertient; m�s en avant dira li mestres ce que s�en apertient a signorie et au governement de cit�, selonc ce que requiert l�usage de son pa�s et la lois de Rome. 2. Selonc le commandement de moralit� et de vertu l�en doit atemprer les desiriers de signorie. Juvenaus dit, poissance fait maint cheoir. Lucans dist, l�ordre des destin�s est envieus, car il est devee a hautes choses qu�eles ne durent longuement, et il est grief a cheoir desous pesant faisel. Les grans choses decheent par eles meismes, et ce est li termes jusques a qui Dieus laisse croistre les leeces; et il done legierement les grans choses, mais a paine le garantissent. 3. Seneques dist, tu troveras plus legierement fortune que tu ne la tendras. Orasces dist, grans arbres est sovent croll�s par vent, et les hautes tours cheent plus pesamment, et le foudre chiet es hautes montaignes. Autresi fet Fortune, ki sovent change les geus en dolour [p.  302] et faut de haut bas; quant ele bat ses eles, il me covient laissier ce k�ele m�a don�. Senekes dist, Ha, Fortune, tu n�ies pardurablement bonne. 4. Apr�s doit on atemprer le desirier de signorie, por ce qu�ele descuevre faintise et ypocrisie, car il est grant chose obeir a la signorie de ciaus qui fainsent k�il fuissent bons por la covoitise d�avoir cele signorie. Il i a plusours ki aucunefois sont humle et autrefois orguilleus, et c�est selonc fortune, non pas de corage. Terrences dist, il est ensi de nous, que nous somes grans et petis, selonc ce que fortune se porte. 5. Li offices de signour est k�il atraie le peuple a lor preu. Et Tuilles dist, il n�est nule chose ki face plus a tenir signorie que estre am�s, ne nule plus estrange que estre cremus. Salustes dist, plus seure chose est commander a ciaus ki vuelent obeir que a cels qui en sont constraint. Seneques dist, li sousmis heent celui k�il criement, et chascuns desire que ce k�il het perisse. Tuilles dist, paour ne garde longhement son signour. Juvenaus dist, poi de tirant muerent s�il ne sont ocis. Mais bienweillance est bone garderesse de signour, et perpetualment le fait renomer apr�s sa mort. Cil ki welent estre cremus, covient k�il criement ceaus de qui welent estre cremus. Boesces dit, ne quides tu que cil soit poissans ki tozjours amaine gardes avec lui, car il crient ciaus a qui il fet paour. 6. Tuilles dist que uns hom ki avoit non Denis cremoit tant les rasoirs as barbiers que il brulloit ses paus. Et Alixandres, quant il voloit gesir avec sa feme, il mandoit devant ses sergans pour enchercier ses huches et ses dras, k�il n�i eust coutel repost: c�estoit mauvaisti�s a fier soi plus d�un sergant ke de sa feme; ne pour ceste suspection ne fu il trais de sa feme, m�s de ses sergans. 7. Soviegne au signour k�il fu sans dignit�. Seneques dist que cil ki sont mont� a ce k�il n�esperoient, con�oivent sovent mauvaises esperances. Terrences dist, nous enpirons tout quant nous avons le loisir. Staces dist, nule cure n�est si gri�s a l�home comme longue esperance. Mais or se taist a parler li contes de signorie jusc�a tant k�il en dira plus apertement, car il veet premiers dire dou tier� bien de fortune, c�est glore.

[Livre II, CXX, p. 303]

DE GLORE

LOIRE est la bone renomee, ki cort par maintes terres, d�aucun home, de grant afere, ou de savoir bien son art. Ceste renomee destre chascuns, pour ce que sans lui ne seroit pas congneue. Selonc ce que Orasces dit, vertus ceree ne se devise pas de mauvaisti� reposte, et cil ki traitent de grans choses tesmoignent que glore done au preudome une seconde vie; c�est a dire que apr�s sa mort la renomee ki maint de ses bones oevres fait sambler k�il soit encore en vie. 2. Orasces dist, la glore deffent que cil ne soit mors qui est dignes de loenge. Mais contre glore dist il meismes Orasces, quant tu seras bien congneus a la piace d�Agripe et en la voie d�Apius, encore te covenra il aler la ou alerent Numma et Ancus; c�est a dire quant ta renomee sera alee �a et la, encore te covenra il aler aillours, c�est a la mort. Boesces dist, mort despite toute glore, et envolepe les haus et les bas, et igaillist tous. Mais nous querons glore si desmesureement, que nous volons mieus sambler bons que estre le, et mieus estre mauvais que sambler le. 3. Por �ou dist Orasces, fausse honours delite, et renomee men�oigniere espavente. Li fruis de glore est souvens orgoils, de quoi Boesces dit, gloire et maint millier de homes n�est tout fors uns enflemens d�oreilles. Mais en glore n�a point de fruit, s�il n�a autre bien avec, selonc ce que Juvenaus dist, conbien que gloire soit grans, ele ne vaut rien se ele est seule. 4. Et ce dist Tuilles, ki vieut avoir gloire, face k�il soit teux comme il wet resambler; car cil ki quide gaaignier glore par fausse demoustrance ou par faintes paroles ou par samblance de sa chiere est vilainement deceus, pour ce que vraie gloire a racine et fermet�; mais la fainte chiet tost comme la flor, por ce que nule chose fainte ne puet durer longhement. Li mestres dit, ou monde n�a si fause chose come vois, mais men�oigne a cours pi�s.

[Livre II, CXXI]

DE LA COMPARISON ENTRE LES BIENS DOU CORS ET DE FORTUNE

OUS av�s bien oii en ceste partie �ou que li contes a devis� des biens de fortune, et en arieres avoit il devis� les biens dou cors, et li un et li autre sont proufitable a la vie de l�home. Mais si comme il est dit autrefois, li uns est plus profitables que li autres; [p.  304] car se tu wes acompaignier les biens dou cors a ceaus de fortune, je di ke sant� est millour que richesse; et d�autre part di je que richesce vaut mieus que force de cors; et se tu vieus acompaignier les biens dou cors entr�aus, je di que bonne sant�s est millours que grandours, et force ke ysnelet�; et se tu vieus comparer les biens de fortune entr�aus, je di que glore vaut mieus que richesce, et rente de cit�s mieus que de chans.

[Livre II, CXXII]

DE LA QUERELE ENTRE HONEST� ET PROUFITABLET�

PR�S ce que li mestres a mostr� apertement li quel bien sont honeste et li quel proufitable, et li quex sont plus honeste et plus profitable li .i. que li autre, encore remaint la quinte question entre honeste et proufitable, a quoi on se doit plus tenir a l�un qu�a l�autre. Car se aquerre est profitable et doner est honeste, il avient sovent que nostre corage est en doute lequel il fera. De quoi dist Juvenaus, force et licence sont a plusours maufere; m�s tant comme le ciel se devise de la terre et li feus de l�euue, tant se devise proufis de droiture; car toute la force des signours dechiet maintenant k�il commencent a perdre justice, et vertu et signourie ne s�entracordent gaires bien. Mais en ceste maniere dist Tuilles que ces .iii. choses, bien et honest�s et proufit, sont si entremellet que tout �ou ki est bon est tenut a proufitable, et tout ce ki est honeste est tenu por bon. Et de ce s�ensiut il que toute chose honeste est proufitable. 2. Tien donc a certes et ne doute pas que honest�s est si profitable que nule n�est proufitable s�ere n�est honeste, ne il n�a nule difference en la generalit� de ces .ii. choses, mais en lor propriet�s. Raison coment: cist hom si est animai en generalit�, non pas en cognoissance; car a estre animaus n�a mestier autre chose se tant non qu�il soit une substance mortel ki ait ame et sentement; mais a �ou k�il soit home covient k�il cognoisse raison et soit morteus; donques est la difference en la propriet� solement. 3. Tout autresi honeste et proufitable sont une chose en generalit�; mais a �ou que une chose soit profitable, covient il k�ele ait fruit, et a ce k�ele soit honeste covient il k�ele nous atraie par sa dignit�. C�est donc une meisme chose, por quoi il s�ensiut que nule chose n�est proufitable ki se descorde de vertu. Por ce port il manifestement k�il n�a point de contraire entre profit et honest�; mais por ce que les gens quident k�il soit proufit a user les temporaus choses et k�il ne loist a fere contre honest�, por ce il propose la question entre profit et honest�. 4. [p.  305] Tuilles dist, mais il samble a l�home que proufitable chose soit d�acroistre son preu dou damage d�un autre, et que li uns toille a l�autre. Mais c�est plus contre droit de nature que povert� ou dolour ou ke mort, car il oste tot avant la comune vie des homes; car se pour gaaignier nous avons volent� de despoillier et efforcier autrui, il covient que la compaignie des homes, ki est selonc nature, soit departie. Raison coment: se aucuns membres quidoit mieus valoir s�il atraisist a lui la sant� del prochain membre, il coviendroit que tous li cors afoibloiast et morust. Autresi bien est il en humaine compaignie; car autresi comme nature otroie que chascuns aquiere ce que mestier li est, pour soi mieus que pour autrui, autresi n�otroie pas nature que nous acroissons nos richesses por despoillier les autres. 5. Et cil ki grieve autrui por aquerre aucun preu, ou il ne quide rien faire contre nature, ou il li est avis que l�om se doit garder de povret� plus que de fere tort a aucun. Mais s�il ne quide rien faire contre nature, il n�est pas humain; et s�il li est avis que tort soit mal, mais croit que mors ou povert� soit encor pire, il est deceus, que plus grief est li visces d�un cuer, c est tort, que cil dou cors ou de fortune, c�est mort u povret�. 6. Et se aucuns me demandoit, se uns sages muert de fain, ne doit il tolir sa viande a .i. autre ke rien ne vaille ? je di menil, por ce que vie ne m�est plus proufitable que cele volent�, porquoi je me garde de faire tort a autri pour mon preu. Quant on pert la vie, li cors est corrompus de mort; mais se je laisse cele volent�, je cherai en vice de corage. Et si comme li visce de corage est plus gri�s que cil du cors, autresi li bien dou corage est millour que celi du cors, car mieus vaut vertus que vie. 7. Il n�afiert pas a bon home mentir et maldire ne decevoir por son gaaing. Tu ne dois donc tant prisier nule chose, ne tant covoitier ton proufit, que tu en perdes non de bon home, car tel proufit ne te puet reporter tant comme il te ravist s�il te tolt non de bon home et amenuise en toi foi et justice. Porquoi donc voient li home le gaaing des choses, et ne voient pas la tr�s grant paine de loi et de laidece ? Laissons donc ceste pensee, et gardons ce ke nous volons ensivre, s il est honeste ou se nous faisons mal a escient; car solement dou penser est contre vertu, ja soit ce que l�om ne viegne jusc�au fet. La volent� de maufere, seulement por la pensee suefre tel paine comme s�il eust le mal acompli. Et el malpenser ne doit nus croire que sa pensee soit ceree solement, et ki peust celer a Dieu ? si ne devroit om meffere, ne par avarice ne par covoitise ne par autre chose ki soit desavenant. 8. Tuilles dist, choses ki sont si corrompues de visces ne puent estre proufitables. Et se uns sages hom avoit .i. anel de tel force k�il ne peust estre veus tant comme il le portast, ja pour �ou ne seroit il mains que s�il ne l�eust. Li bon home doivent querre choses honestes non pas repostes; car [p.  306] prodom n�oseroit chose voloir qu�il n�osast preecier. Li mestres dist, mais se tu t�atiens de mal fere, que les gens ne le sacent, tu n�aimes pas bont�, mais tu criens la paine. Et en ce ensius tu la nature que Orasces dist des bestes, li leus a paour de la fosse et li esperviers des rois et li escoufles dou lamechon. Autresi li mauvais laissent a pechier por paour de la paine, et li bon por amour de vertu. 9. Et por ce k�il apert par ce qui est devant dit, ke solement honeste chose est proufitable, se aucuns proufis avenist et tu voies que aucune laidece i est jointe, je ne di pas que celui proufit tu laisses; mais tu dois entendre que la u laidece est ne puet avoir point d�avantage. Mais se nous volons jugier veraiement, toutefois que laidece nos moustre samblance de preu, sieut ele estre blasmee a la fin de la chose; car nous veons aucunefois que d�une chose honeste, ki ne samble proufitable, avient a la fin tel preu ke l�en n�espere. 10. Raison coment: Damon et Ficus furent si bons amis que quant Danis li tyrans ot jugi� l�un a mort, cil demande .i. po de terme k�il peust aler a ordener son testament et ses choses; et li autres fu engag�s dedens, ce fu par covenance que se cil ne venoit cil morroit. Et quant cil fu revenus au jor, li tirane s�esmervilla de lor amor, si lor requist k�il le receussent a estre li tiers de lor amisti�. 11. Or gardes coment il fu proufitable chose que cil remest por son ami, et que li autres revint por son ami, ja soit ce que l�un et l�autre semblast au comencement perilleuse chose, ensi avient d�onestet proufitable fin, dont on ne se donne garde. Et de laidece avient fin mauvaise et perilleuse. Et por ce quant une chose ki porte samblance de proufit est acomparisie a cele ki samble honeste, certes la samblance dou proufit doit conchiier et cele d�onnest� doit valoir, pour ce que honest�s est vertus del cuer et de l�ame, ki tozjors maint avec toi, mais bien de fortune sont vain et decheable, sans nule fermet�. 12. Por ce dist li Apostles, tr�s bone chose est a establir le cuer. Augustins dist, la tr�s millour chose est celi ki fait l�ame tr�s bone, c�est vertus. Jhesu li fiz Syraac dist, se tu es riches tu ne seras sans pechi�. Senekes dist, gri�s chose est non estre corrompus par la multitude de richesse. Li mestres dist, mais les gens de nostre tans n�ont nule cure de bont�, mais que lor choses soient bones. Seneques dit, mais li hom n�a nule plus vil chose que soi. 13. Augustins dist, tu vieus avoir bonnes choses et si ne vieus estre bons, ne ne vieus male feme ne mauvais fil, ne malvaise cote ne mauvaise chause, et si vieus avoir male vie: ke t�a donc ta vie forfait, que entre tous biens tu vieus estre mauvaise ? mais je te pri que tu aymes plus ta vie que ta chause. Senekes dist, il ne puet chaloir combien de gent te saluent, ne de grant lit, ne de grande et precieuse viande, mais que tu soies bons; car es temporaus choses n�a point de bien se ce non [p.  307] que l�en use a droit et sans pechi�, et ce apertient a vertu. 14. Seneques dist, fols n�a mestier de nule chose, car il n�en set user nules. Jhesu li filz Siraac dist, richesce est bone a ki n�a mauvaise entention, ausi comme le sanc est bon el cors de l�ome s�il n�est corrompus de maladie. Salemons dist, fols desire tousjours ce ki torne a son damage. Seneques dist, il n�est pas biens de vivre, mais de bien vivre. Tuilles dist, je croi que ce soit bon sans plus ki est droit et honeste et avec vertu, car vertus est li bien de nous proprement, mais li bien de fortune sont estrange. 15. Tuilles dist, toutes autres choses sont decheables, mais vertus est fichie a parfondes rachines; di donc que ce ki est pos� dedens toi soit tien, et quide que humaines cheoites soient maindres que vertus. Seneques dist, il n�est pas tien ce ke fortune te baille: certes il doit perir. Il n�est si fole chose comme de loer en toi les autri choses, ne nule si niche sorquidance comme remirer en toi ce que maintenant s�en puet aler aillours; car frain d�or ne fait millour le cheval. 16. Abacuc dist, mar i est a celui ki amasse ce ki n�est pas sien. Seneques dist, ce desire et ce adresce tes pensers que tu soies apai�s de toi et de ce ki de toi naist, car quant li hom pourchace des choses dehors, maintenant commence a estre sousmis a fortune. Seneques dist, il est maindres que sers ki crient les sers; car li sages se tient apai�s non pas de vivre mais de bien vivre. Boesces dist, O estroites et chetives richeces quant li plusour ne les puent avoir trestotes, et ne vont as uns sans povret� des autres. Jhesu li fiz Syraac dist, li sordemens de bon corage est a non deliter soi es vaines choses. 17. Gregorius dist, il n�a pas tant de delit es visces comme il a es vertus. Boesces dist, li honours des vertus ne fu pas aquise por les dignit�s, mais li honors de dignit� avint por les vertus, car vertus a sa propre dignit�. 18. Et se aucuns me demandast por quoi Dieus volt que ces maus et biens temporeus fussent communs et as bons et as mauvais, je diroie ce que Augustins dist, que Dieus le volt pour ce que li bien que li mauv�s ont sovent ne fussent trop desir�s, et que li mal ki a avienent as bons ne fussent trop despit. Pour ce est il grandisme sens de prisier poi les biens et les maus, ki sont commun as bons et as mauvais, et aquerre les biens ki proprement sont des bons, et eschiver les maus ki proprement sont des mauv�s Augustins dist, por �ou donne Dieus biaut� as mauv�s, que li bon ne quident que ce soit grans biens. 19. Mais ci se taist li contes a parler des biens de l�ame et des biens dou cors, et de ciaus de fortune et de la comparison de l�un et de l�autre, de quoi il a longuement parl�, et si tornera a autre chose.

[Livre II, CXXIII, p. 308]

DE LA VERTU CONTEMPLATIVE

I contes devise �a en ariere, la u il comen�a a dire de vertu, et premierement que prudence, justice, force, et atemprance sont vertu actives por adrecier les meurs des homes et por ovrer ce q�a honeste vie apertient: et de ce a il dit ass�s diligement. Et la meismes dit il qu�il sont .iii. vertus contemplatives, c�est foi, esperance, et carit�. Mais plus n�en dist en celi partie; por �ou est il bien raisons k�il en die aucune chose. 2. Une vie est active, l�autre et contemplative. La vie active est la innocence des bones oevres, selonc ce que li mestres dist jusques ci el conte des .iiii. vertus; la contemplative est li penseement des celestiaus choses, cele est acointe a pluseurs, c�est a petit. La vie active use bien les mondaines choses, la contemplative refuse le monde et se delite en Deu solement. Car ki bien s�esprueve en la vie active puet bien monter puis a la contemplative; mais cil ki encore desire la temporel glore et la charnele covoitise est deve� de la contemplative, por quoi il li estuet demorer en la active tant qu�il soit purgi�s: la doit il oster toz visces par usages de bones oevres, si k�il set l�entention et la pensee pure et nete quant il venra a contempler Dieu. 3. Car tot ensi com celui ki est en l�active vie est ost�s de tous terriens desiriers, autresi cil ki vit en contemplation se retrait de toutes oevres actives; et por ce vois tu que la vie active sormonte a la mondaine, et la contemplative sormonte a l�active. Et si comme li aigle fiche tozjors ses oils contre les rais dou soleil et ne les torne se por son past non, tot autresi li saint home se tornent aucunefois a la vie active por ce qu�ele est besoignable as homes. 4. Mais ces .ii. vies sont diverses entr�eus; car se li hom desvoie de la contemplative aucunefois et puis i wet revenir et renoveler sa droite entention, il est bien receus; mais s�il se dessoivre de la vie active, maintenant il est sospris en desvoiement des visces. Li doi oeil de l�omme segnefient ces .ii. vies; et por ce quant Dieus [p.  309] commande que le destre oeil ki escandelizast fust ost�s et get�s hors, dist il de la vie contemplative s�ere courust en erreur, por ce que mieus vaut a oster l�oeil de la contemplative et garder celi de l�active, si k�il aille por ses oevres a la vie pardurable, que aler au feu d�infier. 5. Par eurreur de la contemplative, Dieus abaisse sovent maint home es charneus choses por sa grasce k�il enhauce en la grandor de la contemplation, et mains autres oste il de contemplation par droite sentence et les abandonne as terrienes choses.

[Livre II, CXXIIII]

DES SAINS HOMES

I saint home qui cest monde refusent laissent le siecle en tel maniere k�il ne se delitent a vivre se en Deu non; et tant com il se desoivrent de la conversation du siecle, tant contemplent il a la presence de Deu a la veue de la pensee dedens. Mais les praves oevres as mauvais sont si manifestees ke cil qui desirent le pais desoivrent et fuient lor meurs et lor compaignies. 2. Aucun se departent des mauv�s por ce k�il ne soient envolep� de lor mauvaist�, mais plusor sont que ja soit ce qu�il ne se puissent partir de lor compaignie corporaument, toutesvoies s�en departent il par spirituele entention; et se la compaignie est commune, les coers et les oevres sont divers; et ja soit ce que Dieus deffent la vie des sains en mi les carn�s choses, a paines sera aucuns ki entre les deliz du siecle parmaigne sans vice. Por ce est il bien que l�om se parte corporaument dou monde, et mieus vaut a desevrer la volent�; mais cil ki en depart cors et volent� est tous complis.

[Livre II, CXXV]

DE COMMANDEMENT

UTRE commandement sont don� as bons, ki demeurent a la commune vie du siecle, et autre sont donn� a ciaus ki du tout le refusent, car a ciaus ki sont don� au siecle est command� generaument k�il facent bien en toutes lor choses. Mais a ciaus ki le refusent est command� k�il abandonnent toutes lor choses. Et encore font il plus que ce; car a ce k�il soient parfet ne soufist pas k�il renoie ses choses, mais il li covient renoier soi meismes. 2. Et certes renoier soi n�est pas autre chose que refuser ses volent�s, en tel maniere que cil ki estoit superbes deviegne humles; et cil ki estoit plains d�ire [p.  310] deviegne mansuetes, car ki refuse ces choses et ne refuse ses volent�s, il n�est pas disciples Deu. Par ce dist il, ki vieut venir apr�s moi renoit soi meismes. Mais de ce taist ore li contes, et torne a dire des .iii. vertus contemplatives, et premierement de foi.

[Livre II, CXXVI]

DE FOI

UTRESI homs ne puet venir beatitude se par foi non. Et cil est droitement beates, qui croit droitement et garde la droite foi. Et lors est Dieus bien glorifii�s quant il est creus veraiement, et lors puet il bien estre requie et proi�s. Sans foi ne puet nus hom plaire a Dieu, car tout ce ki n�est par foi est pechi�s; si comme li hom ki a arbitre et delivre signorie de soi par sa volent� se depart de Dieu; tot autresi retorne il par droite creance de son coer. 2. Mais Dieus regarde la foi enmi le cuer, ou cil ne se puet escuser ki moustrent samblance de verit�, et ont ou cuer malice de grant erreur. Et si comme la fois ki est en la bouche, et n�est creue dedens le cuer, ne proufite de rien, tout autresi la fois ki est ou cuer ne vaut rien s�ele n�est mostree par la bouche; car cele fois est wide ki est sans oevre, por ce sont plusour home ki sont crestiien solement par foi, mais en l�oevre se descordent mout de la crestiiene verit�.

[Livre II, CXXVII]

DE CHARIT�

A soit ce que aucuns samble estre bons par foi et par oevre, je di k�il n�ont point de vertu s�il sont wit de charit� et d�amour as homes. Car ce dist li apostles, se je bailloie mon cors a ardoir, ne me vaudroit noient se je n�avoie charit�. Sans amor de charit� ne puet nus venir a beatitude, ja soit ce qu�il ait droite creance, por ce que la vertu de la charit� est si tr�s grans que nus guerredons ne se puet comparer; ele est dame et roine de toutes vertus et liiens de la perfection, car ele lie les autres vertus. 2. Charit�s est amer Dieu et son proisme, et l�amour de Dieu est samblables a la mort. Salemons dit, amours est autresi fors comme la mors, car si comme la mors desoivre l�ame dou cors, tout autresi l�amours Dieu depart l�ame du monde et de la charnele amour. Cil [p.  311] n�aime pas Dieu ki despit ses commandemens, autresi n�aime cil le roi ki het sa loi. Cil garde charit� ki ayme son proisme. Jhesucris est Dieus et hom, donc cil ki het home n�aime pas dou tout Jhesucrist. Mais la cognoissance des bons et de non ha�r les personnes mais lor coupes.

[Livre II, CXXVIII]

D�ESPERANCE

IL ki ne finent de maufere, por noient ont esperance en la piti� Dieu et en sa misericorde requerre. Mais s�il cessaissent de males oevres, il le poroient bien priier. Et lors doit on avoir esperance en Dieu, k�il li pardoinst ses meffais, mais on doit mout douter que par esperance que Dieus promet de son pardonement il ne soit perseveranci� en pechier. Autresi ne se doit il desesperer, por ce que li torment sont establi selonc les pechi�s. Mais il doit eschiver l�un peril et l�autre, en tel maniere k�il se gart de malfaire tant comme il pora, et k�il ait esperance en la misericorde de Dieu.

[Livre II, CXXVIIII]

DES JUSTES HOMES

I juste home sont tozjours en paour et en esperance, car une fois s�eshaucent par esperance de la perpetuale leece, une autre fois doutent pour paour dou feu de gehenne.

[Livre II, CXXX]

DES PECHI�S

N ariere vous est moustr� k�est vertus active et contemplative: mais de la contemplative briefment, pour ce k�ele requiert grans sollempnit�s. Or est il covenable a dire .i. poi des pechi�s et des visces, car, se l�on connoist lor naissance et lor norrissement, il s�en puet mieus prendre garde. Por quoi je di que pechi�s n�est autre chose que trespasser la divine loi et non obeir as celestiaus mandemens; car pechi�s ne seroit se li deveemens ne fust, se pechi�s ne fust ne seroit vertus, ne malices ne porroit estre se aucunes semences de lui ne fussent, ne nous [p.  312] n�oons pas les celestiaus mandemens par les oreilles dou cors, mais l�oppinion de bien et de mal vint en nous en tel maniere que nous savons naturelement que nous devons faire bien et eschivre mal. Donc di je bien que les commandemens de Dieu ne sont pas escrit en nous par letre d�autre, mais il est fichi� dedens nos cuers par divin esperit. 2. Pour ce puet chascuns entendre que la oppinions de l�home vient de divine loi; et por ce avient il que maintenant que l�en pense de malfaire suefre on la paine et le torment de sa conscience; car toutes choses puet on fuir, mais son cuer non, pour ce que nus hom ne puet desevrer soi de soi meismes: ou k�il aille, li malisces de sa conscience ne le deguerpist pas. Et ja soit ce que aucuns ki maufet eschape dou jugement as homes, il n�en eschapera dou jugement de sa conscience; car a soi ne puet nus hom celer �ou k�il �oile as autres, il set bien k�il fet mal. Ensi chiet sor li double sentence, une en cest siecle par sa consience, et l�autre en celi dou perpetuel torment. 3. Pour �ou dist Ysidorus que l�entention de l�oevre est oils et lumiere de l�home; car se l�entention de l�oevre est bonne, certes l�oevre sera bonne, mais l�oevre de malvaise entention ne puet estre se malvaise non, ja soit ce que ele se resamble a estre bone, por ce que chascuns est jugi�s bons ou mauvais, selonc sa entention. Cil ki font bones oevres ou malvais entendement sont avugl�s par cele oevre dont il pooient estre enlumin�. Et chascuns face donc le bien par bonne entention, car autrement seroit il perdus. Mais puis ke li contes nous a dit comment li hom se doit garder que sa oppinion ne soit corrompue, et k�il ait bien bonne entention, si vieut il dire des pechi�s ki en l�oevre sont.

[Livre II, CXXXI]

DES CRIMINAUS PECHIES

ES criminaus pechiés sont .vii., superbe, envie, ire, luxure, covoitise, mescreance, et avarice. Encor sont maint autre pechié ki tout naissent et muevent de ces .vii. que je vous ai només; mais de tous pecchiés est superbe la mere et la racine ki toz les engendre. 2. Et nanporquant chascuns de ces .vii. engendre autres pecchiés; car de superbe vient orghieus, despit, vantance, ypocrisie, contention, descorde, perdurabletés, et contumace. 3. D'envie naist traine, decevance, leece dou mal de son proisme et tristece de son [p.  313] bien, maudire et abaissier le bien. 4. De ire muet tençons, gros cuers, complainte, cris, desdains, blasme, tort, non soufrance, cruautés, folie, malignités, et murtre. 5. De luxure vient avugletés de cuer, non fermeté, amour de soi meismes, traine de Deu, volenté de cest siecle, et despit de l'autre, fornication, avoutire, et pechiés contre nature. 6. De covoitise naist chetive leece, laidece, mout parler, vain parler, forsenerie, yvrece, prodigalités, desmesurance, deshonestetés, et desvergoigne. 7. De mescreance naist malisces, petit corages, desesperance, perrece, descognoissance, non porveance, soutie, et delit dou mal. De avarice vient traisons, fausetés, forjurer, force, dur cuer, symonie, usure, larrecin, mençogne, ravine, non justice, et decevance. 8. Cist pechiés et maint autre sont engendré par superbe generaument; et si comme les vertus mantienent humaine compaignie en bone pais et en bone amour et amainent l'ame a sauveté, tout autresi li pecchieg desrompent la compaignie des homes, et l'ame conduisent anfier. Car orgoils engendre envie, et envie engendre mençoigne, et mençoigne engendre decevance, et decevance engendre ire, et ire engendre malevoeillance, et malevoellance engendre ennemistié, et ennemistiés engendre bataille, et bataille desront la loi et gaste la cité.

[Livre II, CXXXII]

C'EST LE DERRAIN ENSEGNEMENT DE CEST LIVRE

N cest livre nos a moustré li mestres les ensegnemens de vertu et des vices, les uns por ovrer, les autres pour eschiver; car ce est l'achoisons por quoi on doit savoir bien et mal. Et ja soit ce que li livres parole plus longuement des vertus que des visces, nanporquant la u li bien sont comandé a faire doit chascuns entendre que li maus soit devees a fere; selonc ce qu'Aristotles dist, uns meismes ensegnemens est de .ii. contraires choses. 2. Et certes cil ki wet atorner sa vie au proufit de lui et des autres, Senekes li commande k'il use la forme des .iiii. vertus par lor droit mi et amesureement, selonc la diversité du lieu et dou tens et des personnes et des achoisons. Por ce doit on ensivre les traces as millours et faire ce k'il font; car si comme la cire reçoit la figure dou saiel, tout autresi la moralités des homes est fermeté por exampleres. Gardent soi tout [p.  314] home de malfaire, et soit tot asseur que quant hons est entechiés de male renomee une fois, il li covient mout d'euue a bien laver. 3. Mais ci se taist li contes a parler de ceste matere, car il wet encomencier a parler la tierce partie de son livre, pour ensegnier la science de bone parleure, selonc ce k'il dist en son prologhe devant.

GO TO TROISIEME LIVRE, LI LIVRES DOU TRESOR


FLORIN WEBSITE © JULIA BOLTON HOLLOWAYAUREO ANELLO ASSOCIAZIONE, 1997-2017: MEDIEVAL: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, SWEET NEW STYLE: BRUNETTO LATINO, DANTE ALIGHIERI, & GEOFFREY CHAUCER || VICTORIAN: WHITE SILENCE: FLORENCE'S 'ENGLISH' CEMETERY || ELIZABETH BARRETT BROWNING || WALTER SAVAGE LANDOR || FRANCES TROLLOPE || || HIRAM POWERS || ABOLITION OF SLAVERY || FLORENCE IN SEPIA  || CITY AND BOOK CONFERENCE PROCEEDINGS I, II, III, IV, V, VI, VII || MEDIATHECA 'FIORETTA MAZZEI' || EDITRICE AUREO ANELLO CATALOGUE || FLORIN WEBSITE || UMILTA WEBSITE || RINGOFGOLD WEBSITE || LINGUE/LANGUAGES: ITALIANO, ENGLISH || VITA
New: Dante vivo || White Silence

  Li livres dou trésor de Brunetto Latini, édition critique par Francis J. Carmody, Berkeley: University of California Press, 1948. With thanks to Angus Graham for the electronic edition.